Passer au contenu principal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.
 

11

 
CHAPITRE SEIZIÈME
MANIFESTATIONS DE L'HYSTÉRIE SUR l'aPPAREIL
DIGESTIF. ESTOMAC (suite).
L'anorexie hystérique vraie ou primitive. —Lasègue; W. Gull; Charcot;
Sollier. — Etiologie : sexe féminin; rare après vingt-cinq ans. — Description
: phase préparatoire : agitation, restriction et sélection alimentaire.
— Phase d'état : refus complet des aliments. — Phase terminale. — Guérison ou mort. — Ahsence de récidive. — Diagnostic.
Etude de la nutrition générale dans l'hystérie castrique et dans l'anorexie
primitive et secondaire. — Charcot ; Fernet; Bouchard. — Rapport
des vomissements avec la sécrétion et l'excrétion urinaires. — La
thèse de M. Empereur, 1876.—La nutrition dans V hystérie, de Gilles de
la Tourette et Cathelineau. — Discussion.
Exposé des connaissances actuelles sur l'état du suc gastrique dans les manifestations
de l'hystérie sur V estomac
.
Les troubles tropiiiques de l'estomac et les vomissements de sang
o'oricine hystérique. — Historique. — Description. — Influence du
paroxysme sur leur production. — Marche et terminaisons. — Diagnostic
positif et différentiel.
Influence de l'hystérie sur la production de l'ulcère rond de Vestomac. —
Recherches de Gilles de la Tourette.
Les phénomènes que nous avons décrits jusqu'à présent
dépendent de la localisation sur les voies digestives de
certains stigmates bien connus : la diathèse de contracture
produisant le spasme , l'hyperesthésie de la muqueuse
amenant, lorsqu'elle s'exalte sous forme hystérogène
,
l'attaque à forme gastralgique. C'est la localisation d'un
stigmate qui fixe la forme particulière de la manifestation.
L'ensemble symptomatique que nous allons maintenant
étudier présente des caractères bien plus spéciaux ; c'est
la forme par excellence de l'hystérie gastrique, bien que
l'estomac ne semble pas localement touché.
Il ne nous répugne cependant pas d'admettre, avec
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE. 283
Sbllier, que l'estomac soit souvent frappé d'anesthésie
dans ces cas, aucune manifestation gastrique ou autre de
l'hystérie ne se produisant, en réalité, sans modifications
sensitives. Ce que nous voulons dire, c'est qu'il devient
vite évident que l'élément psychique domine de beaucoup
toute la scène morbide, au point que l'estomac apparaît
comme une cause tout à fait secondaire dans l'étiologie
de la manifestation observée.
Nous avons montré, à plusieurs reprises, que le résultat
fréquent des accidents précédemment décrits était un état
particulier d'abstinence volontaire des aliments dû, suivant
les cas, à des causes variées et conduisant le malade
à ce que nous avons appelé Y anorexie secondaire.
Or, cette anorexie (de àv, priv. et oce£iç, appétit) peut
être, à son tour, une manifestation primitive tout à fait
spéciale, et c'est même sous cette forme, en employant ce
vocable, qu'elle a été pour la première fois décrite par
Lasègue et W. Gull.
Dans un mémoire qui fait époque en la matière, Lasègue,
après avoir signalé la fréquence des manifestations de
l'hystérie sur l'appareil digestif, ajoutait : « L'objet de ce
mémoire est de faire connaître une des formes de 1 hystérie
à foyer gastrique assez fréquente... Le nom à' anorexie
aurait pu être remplacé par celui d'inanition hystérique,
qui représenterait mieux la partie la plus saillante
des accidents. J'ai préféré, sans la défendre autrement,
la première dénomination, justement parce qu'elle se
rapporte à une phénoménologie moins superficielle, plus
délicate et aussi plus médicale. »
L'anorexie hystérique serait caractérisée par la perte
« de l'appétit de l'alimentation ou de l'aliment » ; cet
(1) LasÈcue, Dj l'anorexie hystérique. Archives générales de médecine,
21 avril 1373, p. 385.
284 TRAITÉ GLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
appétit pouvant être supprimé « sans que le malade
éprouve d'autre sensation que le regret d'être privé d'un
excitant qui l'invite à la nourriture. Il n'en résulte pas de
répugnance, et souvent le proverbe qui veut que l'appétit
vienne en mangeant se trouve justifié.
« Dans d'autres conditions , le malade éprouve une
répulsion plus ou moins vive pour certains aliments; dans
d'autres, enfin, toute substance alimentaire, quelle qu'elle
soit, provoque le dégoût. Si générale que soit linappétence,
elle a toujours une échelle graduée, et les aliments
ne sont pas indistinctement repoussés avec une égale
insistance. »
Puis, Lasègue trace un tableau excellent de cette « perversion
mentale» , ainsi qu'il appelle l'anorexie hystérique.
Ses observations, au nombre de huit, sont toutes relatives
à des femmes, la plus jeune âgée de dix-huit ans, la plus
âgée de trente-deux. L'affection aurait une durée moyenne
de huit mois à deux ans; elle ne récidiverait pas et n'entraînerait
pas la mort, au moins dans les cas qu'il a
observés. Nous reviendrons sur ce mémoire, fondamental
dans l'espèce.
La même année, dans la séance du 24 octobre 1873
de la Clinical Society de Londres, W. Gull (1), analysant
le travail de Lasègue, dit qu'à la réunion de la British
médical Association tenue à Oxford en 1868, il avait
décrit, sous le nom à'apepsia hysterica, des phénomènes
analogues à ceux étudiés par l'auteur français. Il rapportait,
en même temps, un cas dans lequel la mort était
survenue par le seul fait des progrès de l'inanition et
d'une thrombose des veines crurales.
Il est donc juste d'associer les noms de Lasègue et de
W. Gull dans la découverte de cette manifestation de la
névrose.
A dater de 1873, l'anorexie hystérique entra de plainpied
dans la nosographie médicale ; mais le terme lui-
(1) Voir The British med. Journal, 1873, t. II, p. 527.
DE L'HYSTERIE. 285
même ne tarda pas à dévier de son acception primitive :
anorexie devint synonyme d'inanition. Alors que l'anorexie
de Lasègue-Gull est une manifestation primitive de
l'hystérie et que l'inanition n'en est que la résultante,
l'usage s'établit d'appeler aussi anorexiques les individus
tombés dans l'inanition à la suite des manifestations gastriques
que nous avons étudiées et qui sont tout à fait
indépendantes de la maladie de Lasègue.
A la vérité, le marasme qui survient au bout d'une certaine
durée de la maladie de Lasègue-Gull et celui qu'on
observe après les vomissements par spasme persistant de
l'estomac sont identiques; ce qui n'empêche pas qu'il
procède de deux manifestations tout à fait différentes en
clinique.
Si donc on veut respecter une terminologie que l'usage
a consacrée, à tort suivant nous, et, en même temps, avoir
quelque souci de ne pas confondre toutes les manifestations
de l'hystérie, il faut au moins appeler la maladie de
Lasègue anorexie primitive, et anorexie secondaire la résultante
des manifestations gastriques déjà étudiées.
En réalité, il n'y a qu'une anorexie, phénomène purement
psychique admirablement étudié par Lasègue.
M. Sollier, dans plusieurs mémoires importants, a fort
bien mis les choses à la place qu'elles devaient occuper.
« On distinguait autrefois, dit-il, en vertu de considérations
sur la nutrition des hystériques, que les travaux de
MM. Gilles de la Tourette et Cathelineau nous semblent
avoir réduites à néant, deux sortes d'anorexie : une anorexie
gastrique et une anorexie mentale. A notre avis, il n'y a
qu'une sorte d'anorexie nerveuse; c'est l'anorexie mentale,
car c'est véritablement l'élément psychique qui en
est l'élément essentiel. Mais le terme d'anorexie est mauvais,
car il ne l'indique pas. Pris dans son sens étymologique,
il signifie simplement la perte du sens de Vappétit ou
du sentiment de la faim, tandis qu'en réalité, au sens
clinique, l'anorexie, pour être constituée, exige quelque
chose de plus : le refus systématique d'alimentation, qui est
286 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
très comparable à la sitiophobie des aliénés, mais qui en
diffère surtout par les motifs (I). »
Pour en finir avec cette discussion, nous dirons donc
que nous décrirons une anorexie vraie ou primitive, type
Lasègue-Gull {sitiergîe de Sollier, de aïzo;, aliment, et
•Lyco, je repousse), et une anorexie secondaire répondant
à cet état particulier d'inanition qui survient lorsque le
spasme met obstacle à toute alimentation, ou lorsque le
gastralgique s'abstient de provoquer, par l'ingestion d'une
substance quelconque, des vomissements douloureux. Par
le fait de la non-ingestion des aliments ou de leur rejet
par le vomissement, il arrive un moment où l'anorexique
primitif et l'anorexique secondaire se rencontrent, comme
il est aisé de le prévoir. C'est pourquoi, afin de ne pas
faire double emploi, nous nous sommes aussi peu étendu
sur les phénomènes de dénutrition qu'on observe si fréquemment
comme résultante des manifestations que nous
avons déjà décrites et qui trouveront ici même leur étude
complémentaire.
^ ^
L anorexie vraie ou primitive est souvent, à l'inverse des
autres déterminations de l'hystérie sur l'appareil digestif,
la première manifestation en date de la névrose.
M. Gharcot a insisté sur ce fait que c'était une forme
ordinairement monosymptomatique de la névrose, à savoir,
que fréquemment elle ne s'accompagnait pas des stigmates
permanents : anesthésie, rétrécissement du champ
visuel, etc., qui font si rarement défaut chez les hystériques.
Cette absence de stigmates concomitants est importante,
car elle peut prêter à des erreurs de diagnostic
(1) P. Sollier, Anorexie hystérique (sitiergie hystérique); formes pathoq
e niques ; traitement moral. Revue de médecine, t. XI, août 1891, p. 625. — Id., Du rôle de la sensibilité de l'estomac dans Vévolution de la digestion.
Communie, au Congrès franc, de méd. interne. Lyon, séance du
27 octobre 1894. — Sollieu et Paumentier, De l'influence de l'état de la
sensibilité de l'estomac sur le chimisme stomacal. Idem.
DE L'HYSTÉRIE. 287
et permettre ainsi à la contusion de s'établir, à un examen
superficiel, avec la sitiophobie des aliénés. Il faut
ajouter d'ailleurs que, de l'avis même de Lasègue,
l'anorexie est une perversion mentale, et notre opinion
intime est du reste que l'anorexie est surtout l'apanage
des sujets chez lesquels l'hystérie et ce que l'on appelle
aujourd'hui la dégénérescence mentale se trouvent associées.
4
C'est, si l'on veut, une forme de l'aliénation mentale
chez les hystériques, forme toutefois spéciale, particulière,
jouissant d'une symptomatologie propre que nous
nous efforcerons de tracer avec exactitude.
Il ne faut pas oublier, toutefois, ainsi que Sollier (Congrès
de Lyon) l'a montré, qu'on rencontre assez souvent chez les
anorexiques une zone d'insensibilité siégeant à la région
épigastrique, tout à fait comparable à la zone hyperesthésique
qui existe dans la gastralgie, et dont les variations et
la disparition marchent toujours de pair avec l'amélioration
ou la guérison de l'anorexie.
L'anorexie vraie, à l'inverse des autres déterminations
de l'hystérie sur l'appareil digestif, est une manifestation
rare de la névrose. Elle atteint surtout les sujets jeunes,
et présente son maximum de fréquence de douze à vingtcinq
ans, étant exceptionnelle dans un âge plus avancé.
Une malade de Kissel (1), atteinte d'anorexie typique, était
âgée de onze ans; par contre, une malade que nous avons
soignée avait dépassé trente-huit ans. On l'observe presque
uniquement dans le sexe féminin. M. Caryophylis a cependant
rapporté l'observation fort intéressante d'un jeune
garçon de treize ans (2).
Les causes occasionnelles ou déterminantes sont variables
et très difficiles à préciser.
(1) Kissel, Anorexie hystérique grave chez, une fillette de onze ans.
Soc. pédiat. de Moscou, séance du 7 mars 1894. An. in Rev. Neurol.,
15 oct. 1894, n° 19, p. 575.
(2) Caryophylis, Complexus symptomatique constitué par de Vaphagie
(refus Je manger), alalie (refus de parler) et astasie-abasie, guéri par la
suggestion forcée. Progrès médical, n°40, 1er octobre 1892, p. 241.
288 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Après avoir parlé de l'influence banale des émotions
morales vives , Lasègue ajoute : « D'autres l'ois on est
réduit aux conjectures sur les causes occasionnelles, soit
que la jeune fille ait intérêt à se renfermer dans le mutisme
si habituel aux hystériques, soit qu'en réalité la
cause première lui échappe. »
Cette seconde hypothèse est surtout la vraie pour quiconque
a fréquenté les anorexiques. Le refus de l'alimentation
répond, dès le début, chez beaucoup de ces malades,
à une véritable idée fixe dont, à l'inverse des aliénés vrais,
ils ne sauraient donner une explication même erronée. A
une certaine période de l'affection , il existe d'ailleurs
de telles lacunes de la mémoire que ces sujets sont incapables
de remonter à la cause réelle de la manifestation,
si toutefois une cause appréciable a véritablement existé.
Il en est qui ont été conduites à l'anorexie par la coquetterie,
le désir de s'amincir la taille en présence d'un léger
embonpoint prématuré ; d'autres ont été troublées par
certaines illusions sensorielles qui consistent surtout, suivant
Sollier, en macropsie. « Les malades disent que les aliments
qu'on leur présente leur paraissent trop volumineux
et qu'elles ne se sentent pas le courage de les entamer,
sûres qu'elles sont de ne pouvoir en venir à bout. Pour peu
qu'elles conservent encore quelques tendances anorexiques
, on voit tout de suite quel renforcement la macropsie
va leur donner. »
Mais le plus souvent « l'anorexique ne veut pas manger
parce qu'elle ne veut pas » : voilà tout, et elle ne donne
pas d'autre explication, soit qu'elle ne veuille pas faire
connaître son idée véritable, soit que (nous l'avons déjà
dit), comme cela arrive au bout de quelque temps, elle ne
sache pas elle-même pourquoi elle a refusé de manger;
mais elle continue à repousser les aliments, parce qu'elle
a dit qu'elle ne mangerait pas, « et que quand elle a dit
une chose, elle la fait et sait bien ce qu'elle veut » .
Sollier indique aussi, comme cause déterminante, une
prédisposition à vomir que certaines malades auraient
DE L'HYSTERIE. 289
présentée dès leur enfance, prédisposition qui pourrait
localiser la manifestation hystérique. Mais autant les
vomissements sont la raison d'être de l'anorexie secondaire,
autant ils sont rares et peu importants dans la détermination
de l'anorexie primitive. Ils ont pu exister dès
le début, occasionnellement, indépendants même de
l'hystérie, et la malade, ou mieux celle qui va le devenir, a
pu prendre texte de quelques nausées, de quelques éructations,
pour se refuser à ingurgiter toute nourriture.
En réalité, l'élément psychique est seul en cause ; car,
phénomène important, dit Lasègue, à partir de cette
première phase, de cette période préparatoire de l'anorexie,
« toutes les autres manifestations hystériques, s'il
en existait, sont suspendues » .
C'est ainsi, par exemple, qu'il ne faudrait pas considérer
comme des vomissements réels — susceptibles pourtant
d'induire en erreur en ce qui regarde la qualité primitive
de l'anorexie — certaines régurgitations d'un type
spécial que Sollier (Congrès de Lvon) a bien décrites chez
ces malades et qui s'observent non seulement au cours,
mais parfois dès le début de l'affection.
Il a noté d'abord que toutes les anorexiques primitives
qu'on (orçait à manger, alors que la sensation de la faim — ce qu'il appelle la sensibilité de l'estomac — faisait
défaut, n'avaient aucune notion de la saveur douce ou
acide des aliments qu'on les obligeait à ingurgiter. Dans
ces conditions, il a pu s'assurer que ceux-ci tombaient
dans une poche stomacale atonique dont le clapotement
révélait manifestement la dilatation.
Par suite de l'atonie, il existerait constamment dans
l'estomac un résidu liquide qui ne tarde pas à entrer en
fermentation. C'est ce liquide qui, joint à une hypersécrétion
probablement muqueuse, toujours abondante, se
produisant une ou deux heures après l'ingestion alimentaire,
est régurgité à plusieurs reprises sans douleur, bien
qu'il soit, dans certains cas, assez acide pour corroder les
dents chez les sujets qu'on force à s'alimenter. Les régurm.
19
200 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
gitations et les phénomènes locaux de clapotement disparaissent
lorsque revient le sentiment de la faim, lorsque
l'atonie s'en va, lorsqu'en un mot les malades, dit Sollier,
ont recouvré la sensibilité de leur estomac et se rendent
compte, dès lors, non seulement de la saveur, mais encore
de la présence dans le ventricule de l'aliment ingurgité.
Ces phénomènes sont naturellement beaucoup moins
marqués chez les sujets qui, après un certain temps, s'abstiennent
volontairement de toute nourriture liquide ou
solide, ou se refusent à toute alimentation forcée. Mais
n'anticipons pas sur les événements.
Le refus de l'alimentation, et peut-être, autant qu'il est
possible d'en juger, la perte de la sensation de la faim,
sont rarement complets d'emblée. « Si générale que soit
l'inappétence, ajoute encore Lasègue, elle a toujours une
échelle graduée, et les aliments ne sont pas repoussés avec
une égale insistance. » Certains mets sont refusés, et l'appétence
pour certains autres devient, en réalité, bien plus
apparente que réelle.
« ...La répugnance à s'alimenter suit sa marche lentement
progressive. Les repas se réduisent de plus en plus;
en général, un seul peut être réputé alimentaire, que ce
soit le déjeuner ou le dîner. Presque toujours la malade
supprime successivement une des espèces de nourriture :
le pain, la viande, certains légumes. Quelquefois elle consent
à remplacer un aliment par un autre auquel elle
s'attache avec une prédilection exclusive pendant quelques
semaines, le pain, par exemple, par des biscottes ou des
biscuits secs, après quoi elle y renonce pour remplacer ou
non les mets provisoirement adoptés. »
Les choses se prolongent ainsi pendant des semaines et
des mois, les malades restreignant de plus en plus leur
alimentation, et si quelque événement particulier, d'ordre
spontané ou thérapeutique, ne vient pas les tirer de cet
DE L'HYSTERIE. 201
état et foire renaître chez elles, sinon le besoin, tout au
moins l'obéissance à l'alimentation , elles tombent dans
l'état d'inanition que nous allons étudier.
Dans la phase préparatoire, pendant celle où l'alimentation
s'était seulement restreinte, les malades s'astreignaient
encore aux relations extérieures de l'existence. Il
est même remarquable de voir , fait qui a été signalé
par Lasègue et par tous les auteurs (Charcot, Sollier
,
Wall et) (1), que « les malades, loin de s'affaiblir, de s'attrister,
déploient une façon d'alacrité qui ne leur était pas
ordinaire » . Il semble qu'elles aient un besoin de mouvement
inusité, et certainement cela ne contribue pas peu,
étant donnée leur alimentation insuffisante, à la déperdition
des forces qui va tout à l'heure se montrer sous ses aspects
les plus sévères.
Pendant cette période, l'amaigrissement apparent, celui
qui se juge à simple vue, en dehors des pesées qu'il ne
faudra jamais manquer de pratiquer, semblait avoir fait
peu de progrès : le teint restait bon, « la langue nette et
fraîche, la soif nulle ». Mais, lorsque survient le refus
total ou presque total des aliments, l'organisme ne peut
lutter plus longtemps contre l'inanition; le faciès devient
terreux, les urines diminuent de quantité, les règles sont
peu abondantes ou se suppriment, la constipation est de
plus en plus marquée : la faible quantité des sécrétions,
outre qu'elle est un résultat direct de l'absence d'alimentation,
réalisant, en somme, un moyen que l'organisme
met en jeu pour diminuer l'autophagie.
Ces procédés de défense deviennent bientôt illusoires; les
malades qui ne s'alimentent plus sont forcées de prendre
le lit; elles passent des journées entières sur un sofa. Le
sommeil, qui jusque-là avait été à peu près régulier, disparait
; elles tombent dans une sorte de demi-coma, de veille
inconsciente pendant laquelle elles n'ont plus qu'une volonté,
celle de refuser les aliments. Il est même curieux
(1) Wallet, Deux cas d'anorexie hystérique. Nouv. Icon. de la Salp.^
t. V, n° 5, 1S92, p. 276.
292 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
de remarquer avec Sollier (Congrès de Lyon) que, même si
Ton intervient alors par l'alimentation forcée, les malades
continuent à maigrir, l'estomac n'étant pas capable de l'aire
subir aux aliments les modifications qui sont indispensables
pour assurer l'absorption intestinale et, par suite,
l'assimilation des substances ingérées par l'économie.
La déchéance organique s'accentue donc de plus en plus,,
et l'amaigrissement, dit Charcot (1), « atteint des proportions
véritablement extravagantes : les malades ne sont
plus, sans amplification, que des squelettes vivants. Et de
quelle vie! La torpeur cérébrale a succédé à l'agitation
factice du début; depuis longtemps, la marche et la station
debout sont devenues impossibles; les malades sont
confinées au lit, où elles peuvent à peine se mouvoir : les
muscles du cou sont paralysés ; la tête roule comme une
masse inerte sur l'oreiller; les extrémités sont froides,
cyanosées ; on se demande comment la vie peut persister
au milieu d'un pareil délabrement.
« Depuis longtemps déjà, les parents se sont alarmés,,
mais l'alarme est au plus haut degré , lorsque les choses
en sont venues à ce point; elle est, du reste, bien justifiée,,
car la terminaison fatale est là menaçante, et je connais,,
pour ma part, au moins quatre cas où elle est survenue. »
Dans d'autres circonstances, la mort survient sous l'influence
de la tuberculose, à laquelle l'inanition a préparé
son terrain d'évolution; Lasègue a observé un fait de cet
ordre.
* *
Laissons de côté ces cas mortels , cette terminaison,
fatale, sur laquelle nous reviendrons, pour dire qu'heureusement
la guérison s'observe dans la majorité des cas, de
même d'ailleurs que dans l'anorexie secondaire que nousavons
appris à connaître.
(1) Charcot, De l'isolement dans le traitement de l'hystérie. Leçonrecueillie
par Gilles de la Tocrette, Leçons sur les mal. du sjst. nerv.i
t. III, 1887, p. 240.
DE L'HYSTERIE. 293
Cette guérison peut être spontanée, mais cette modalité
s'observe bien moins fréquemment que dans l'anorexie
secondaire, où le déplacement dune zone hystérogène ou
l'apparition d'un paroxysme, par exemple, peuvent lever
l'obstacle à l'alimentation en supprimant la douleur ou le
spasme de l'estomac.
Ici , la localisation d'ordre purement psychique est
beaucoup plus tenace, beaucoup moins sujette à de brusques
disparitions. Parfois, sous des influences aussi difficiles
à préciser que les causes qui lui ont donné naissance,
l'anorexie disparaît peu à peu, lentement; les malades ne
refusent plus de s'alimenter et recouvrent plus ou moins
rapidement leur embonpoint. Mais, le plus souvent, la
guérison est déterminée par une intervention directe du
médecin dont M. Charcot a bien précisé les conditions,
ainsi que nous le verrons au chapitre du Traitement.
Sous l'action de la menace d'un internement et, plus souvent
encore, après la réalisation de celui-ci, l'anorexique
sent sa résistance vaincue, elle consent à manger. On
observe alors ce fait très particulier de malades mourantes,
dont l'estomac ne semblait pouvoir, la veille, tolérer une
goutte d'eau et qui, le lendemain, ingurgitent et digèrent un
déjeuner complet. Elles reprennent rapidement leurs forces,
et en quelques semaines regagnent les quinze ou vingt
kilogrammes de poids qu'elles avaient perdus. Cela indique
mieux que toute dissertation qu'au fond l'estomac n'est
pas directement, organiquement touché et que la maladie
a un siège exclusivement cérébral.
Il ne faut pas toutefois que l'amaigrissement ait atteint
de trop grandes proportions, car nous connaissons des
cas où les malades, consentant à manger, ayant le ferme
désir de revenir, pour ainsi dire, à la vie, ont succombé,
parce que, comme dans l'inanition expérimentale, il arrive
un moment où l'organisme n'est plus apte à assimiler la
nourriture qui lui est fournie. Nous allons revenir sur ces
faits
.
204 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Lasègue n'a jamais observé de récidives de l'anorexie
primitive, et en cela son opinion est encore aujourd'hui
l'expression de la vérité. Il n'en est pas de même pour ce
qui est de l'anorexie secondaire, car rien n'est plus fréquent
que les récidives de la gastralgie ou du spasme de
l'estomac, et partant de l'inanition, qui en est assez souvent
la conséquence.
Le diagnostic de l'anorexie primitive peut, dans certains
cas, offrir de grandes difficultés : lorsque, par exemple,
elle existe seule comme manifestation hystérique, indépendamment
de tous autres symptômes et stigmates; dans
le cas contraire, l'hésitation, si tant est qu'elle puisse avoir
lieu, sera de beaucoup plus courte durée.
Il est des aliénés qui refusent systématiquement tous
les aliments qu'on leur présente et qui, eux aussi, tombent
dans l'état d'inanition qui survient, en somme, chez tous
ceux qui sont privés d'aliments. Si l'aliéné est jeune, si c'est
une femme, on pourrait penser à l'hystérie : dans les cas
où le diagnostic sera hésitant, on se basera surtout, pour
résoudre le problème, sur ce fait que, lorsque c'est l'aliénation
mentale qui entre en cause, le malade raisonne, pour
ainsi dire, son refus des aliments avec cette logique, aussi
implacable que fausse, si particulière aux aliénés. Au contraire,
comme nous l'avons dit, l'hystérique ne fournit
pour expliquer son obstination que des raisons qu'elle ne se
donne même pas la peine de chercher à rendre plausibles,
quand toutefois encore elle consent à sortir de son mutisme.
Déplus, il importe de savoir que l'anorexie symptomatique
de l'aliénation mentale procède souvent par
accès et récidive presque toujours. La connaissance d'un
accès antérieur lèvera donc les doutes au moins en ce qui
regarde l'anorexie vraie ou primitive. Une faut pas oublier
cependant, nous le savons, que ce sont surtout les hystériques
chez lesquelles on observe les stigmates de la dégénéDE
L'HYSTERIE. 29;
rescence mentale qui sont tout particulièrement sujettes à
l'anorexie.
On a pu remarquer que, dans notre description de l'anorexie
tant primitive que secondaire, nous n'avions fait
qu'indiquer, sans chercher à les approfondir, les troubles
des diverses fonctions de la vie organique. C'est que nous
ne voulions pas scinder le tableau clinique par des digressions
qui eussent singulièrement nui à son aspect général,
étant données l'importance de ces modifications nutritives
et les discussions que leur exposé devait fatalement
entraîner. Ajoutons que désormais, au point de vue particulier
où nous allons nous placer, il ne sera plus question
des deux formes de l'anorexie, mais bien d'un seul et
même état produit par l'insuffisance alimentaire chez les
sujets hystériques. Sous ce rapport, il va être nécessaire
de reprendre, pour les préciser, certains termes de notre
description, et de dire quelques mots de l'évolution historique
de la question envisagée sous cet aspect. Il n'y a pas
longtemps encore, nous pouvons même dire jusqu'en 1888,
époque où nous publiâmes avec M. Cathelineau nos recherches
sur la nutrition dans la névrose, il semblait généralement
admis que, à l'encontre de tous les autres êtres,
les hystériques souffraient aussi peu que possible de ne
pas s'alimenter. Ils pouvaient rester des semaines, des
mois, sinon des années sans manger, et leur nutrition
générale n'en paraissait nullement troublée.
Il semble difficile de déterminer exactement, au moins
avant 18 76, où une pareille opinion avait pu prendre
naissance. Du pronostic général de l'hystérie porté par
Hoffmann (1), les auteurs ne tenaient véritablement pour
réelle que la première partie : « Passio hysterica, ut
valde dira et terribilis in se non adeo periculosa sit, nisi
prsepostera curatio vel perversum regimen accédât, vel
(1) Fr. Hoffmann, De malo hysterico, cité par Dubois. Histoire philos.
de l'hypocondrie et de l'hystérie. Paris, 1833, p. 297.
296 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
in corpus incidat valde imbecille et valetudinarium. »
Ce « perversum regimen» représentait cependant les vomissements
auxquels une malade de Pomme avait succombé.
La possibilité d'une terminaison fatale par inanition
était à peine envisagée, et l'hystérie à notre époque continuait,
nous pouvons le dire, avant notre intervention, à
porter la peine des divagations creuses de Louyer-Villermay,
qui en faisait une maladie beaucoup plus honteuse
que redoutable : les hystériques ont beau vomir, ils conservent
leur fraîcheur et leur embonpoint.
Briquet corrobore en somme cette opinion, lorsqu'il
dit (p. 255) : « Quand le vomissement n'est pas précédé de
«douleurs vives et quand la sensation se borne à la simple
nausée, les hystériques sujettes à ces accidents deviennent
pâles et maigres. Cependant il arrive encore assez fréquemment
que ces malades restent fraîches et conservent
de l'embonpoint. J'aurai toujours à l'esprit le souvenir
d'une jeune femme hystérique et paraplégique qui, pendant
toute la durée de l'épidémie de choléra de 18 49,
resta placée près d'un lit dans lequel, à raison des dispositions
du service, on mettait ordinairement les cholériques
algides et, par conséquent, dans lequel il v avait eu le
plus de mortalité. Pendant tout ce temps, elle ne cessa
pas un seul jour de vomir tout ce qu'elle prenait d'aliments,
ce qui ne l'empêcha pas de conserver de l'embonpoint
et de sortir indemne de l'épidémie. »
Ce passage de Briquet a été si souvent invoqué pour
démontrer que les hystériques qui vomissent « tout ce
qu'elles prennent » ne se dénutritionnent pas, que nous
avons tenu à le citer à notre tour, en faisant toutefois
remarquer qu'à la page suivante, en décrivant la forme
douloureuse des vomissements et en rapportant un cas de
mort, cet auteur ajoute : « Les parents et le médecin doivent
être bien avertis que, quand cette forme de la gastralgie
se déclare, il faut à tout prix l'arrêter dans son
principe, autrement la mort, et la mort affreuse, est inévitable
(p. 261). »
DE L'HYSTERIE. 297
Le travail de Lasègue sur l'anorexie (1873) servit
d'argument à l'opinion qu'on se faisait du peu de gravité
réelle des manifestations gastriques de l'hystérie, puisque
ses malades auraient toutes guéri, sauf une, morte de tuberculose.
Lasègue trace cependant un tableau saisissant de
l'amaigrissement si considérable que l'on observe toujours
en pareil cas, ce qui eût du donner à réfléchir. C'est à
cette époque, un peu avant toutefois, que M. Charcot (1)
entreprit ses recherches sur l'ischurie hystérique et montra
les relations qui l'unissaient aux vomissements.
Il établissait, par une observation minutieuse, que les
vomissements s'accompagnent souvent d'un trouble de la
sécrétion urinaire, celle-ci se tarissant presque complètement
dans les cas accentués. Dans un des faits qu'il
rapportait, la malade excrétait à peine journellement
quelques grammes d'urine, et même, pendant une période
de onze jours, la sécrétion n'eut pas lieu. Il va sans dire
que des cathétérismes répétés montrèrent que l'oligurie
était réelle et non liée à une rétention temporaire. Avec
l'aide de M. Gréhant, il démontrait que les vomissements
renlerment de l'urée, que le sang n'en contient pas des
quantités anormales, et il signalait ensuite, phénomène qui
ne fut pas mis assez en valeur à cette époque, « un fait
mis en relief par l'examen et la comparaison des courbes
consignées sur le tableau, c'est que la ligne des vomissements
s'élève d'une manière générale quand celle des
urines s'abaisse, et inversement. H y a donc un balancement
assez régulier entre les deux phénomènes. » Réunie
à celle des vomissements, l'urée ne dépassait pas cinq
à six grammes dans les vingt-quatre heures.
En résumé, M. Charcot notait le petit volume de l'urine
et le faible taux de l'urée excrétée dans les vingt-quatre
heures, chez deux malades atteintes de vomissements hystériques
; il montrait que, dans ces cas, l'intoxication
urémique faisait défaut ; enfin, phénomène très important,
(1) Leçons sur les maladies du système nerveux, t. I, p. 288 et suiv.,
3e édit. 1877, l re édit. 1873 ; l'observation date de 1871.
29S TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
il indiquait nettement la balance qui s établit entre les
vomissements et la quantité de l'urine excrétée.
Ces recherches, qui eurent un grand retentissement, en
engendrèrent de nouvelles. M. Fernet (1) note, lui aussi,
très justement le balancement qui existe entre la quantité
des matières vomies et le taux des urines excrétées. Chez
une malade atteinte de vomissements hystériques, il fit
mesurer exactement, d'une part, la quantité des aliments
ingérés et, d'autre part, la quantité des matières vomies,
et, après avoir indiqué dans un tableau ces quantités
jour par jour, il ajoutait : « L'examen du tableau qui
précède permet d'établir une relation étroite entre l'état
de la fonction urinaire et les vomissements. Dans une
première période de temps comprise entre le 9 et le
16 septembre, c'est-à-dire pendant huit jours pleins, les
urines sont complètement supprimées durant les six premiers
jours et leur quantité est très faible durant les
deux derniers ; or, dans ce laps de temps, la malade,
soumise au régime lacté, rejette par le vomissement la
quantité de matières liquides équivalente d'abord à la
moitié ou aux trois quarts des liquides ingérés pendant
les quatre premiers jours, puis sensiblement égale à la
quantité de lait qu'elle prend pendant les quatre derniers
jours. »
Ces derniers faits sont d'une importance capitale; il&
dominent la physiologie pathologique des vomissements
hystériques : dans l'anorexie primitive comme dans l anorexie
secondaire, les excréta urinaires, liquides ou solides,
sont au prorata de l'alimentation.
Restait la présence de l'urée dans les matières vomies,,
qu'un élève de M. Fernet, M. Secouet (2), interpréta en
disant que les vomissements hystériques étaient sous la
dépendance de l'urémie.
(1) Ferxet, De Voligurie et de Vanurie hystériques et des vomissements
qui les accompagnent. Union médicale, 17 avril 1873, p. 566.
(2) Secouet, Des vomissements urémiques chez les femmes hystériques..
Th. Paris, 1873.
DE L'HYSTERIE. 299
M. Bouchard (1) intervient alors dans deux leçons publiées
par le Mouvement médical. Sans nier les relations qui
existent entre l'oligurie et les vomissements hystériques,
il note que ces derniers peuvent exister concurremment
avec un taux relativement considérable d'urine. Nous rappellerons
que M. Fernet avait, en somme, montré que ce
taux était variable et dépendait de l'abondance des vomissements.
M. Bouchard établit surtout, point important, que
l'urée existe dans tous les vomissements, hystériques ou
autres, opinion, avec les conséquences qui en découlent,
qu'expose ainsi qu'il suit M. Juventin (2) dans sa thèse
inaugurale : « Comme on trouve de l'urée dans tous les
vomissements, on ne peut donc pas déduire de la présence
de l'urée dans les vomissements qu'il y a urémie, puisque
M. Bouchard a prouvé que tous en contenaient. » Mais,
pour que les expériences de M. Bouchard fussent concluantes,
il aurait fallu qu'il démontrât que les vomissements
hystériques renfermaient moins d'urée que les
vomissements urémiques proprement dits. Bien meilleur
donc, pour combattre la théorie de M. Secouet, serait largement
tiré de ce fait que M. Gréhant n'a pas trouvé l'urée
en quantité anormale dans le sang d'une hystérique
atteinte dischurie. Nous reviendrons, du reste, dans le
chapitre consacré aux déterminations de la névrose sur
l'appareil urinai re, sur cette question de l'urémie hystérique.
En résumé, M. Charcot établit la coïncidence des vomissements
avec l'ischurie et l'oligurie hystérique ; M. Gréhant
montre, sur une malade de son service, que le sang ne
renlerme pas des proportions anormales d'urée. M. Fernet
note les relations qui existent entre le taux de l'urine et
celui des matières ingérées ou vomies, et M. Secouet, du
fait qu'il existe de l'urée dans les vomissements, conclut
(1) Bouchard, Des vomissements hystériques. Mouvement médical,
n os 26, 27, 1873.
(2) Juventin, De l'urée dans les vomissements. Th. Paris, 1874, p. 9.
300 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
que ceux-ci sont un émonctoire de l'urée, opinion que
combattent MM. Bouchard et Juventin avec des arguments
insuffisants.
Incidemment, dans ces travaux, il est fait mention de
l'influence que les vomissements exercent sur la nutrition
générale des hystériques; mais, en l'absence de pesées
régulières, seul moyen, on le comprend, d'arriver à des
résultats exacts, ces données sont peu précises. M. Bouchard
note cependant, pour une de ses malades, qu'elle a
maigri d'un kilogramme du 10 janvier au 18 février 1873.
Toutefois il ajoute plus bas : « La malade sort de nos
salles après un séjour de quatre mois, et bien que, pendant
tout ce temps, elle n'ait rien absorbé, elle est à peine
amaigrie. » M. Charcot dit que, chez sa malade atteinte de
vomissements incoercibles , « la nutrition ne souffrit
guère » . Chez celle de M. Fernet, les vomissements
avaient cessé avant la sortie de l'hôpital.
Il est intéressant de connaître les conclusions qu'allait
tirer de ces faits M. Empereur dans sa thèse sur la nutrition
dans l'hystérie (1). L'ancienne opinion que les hystériques
résistent d'une façon .toute spéciale à l'abstinence,
opinion simplement traditionnelle et qui ne s'appuyait sur
aucune base précise, devait trouver en M. Empereur un
défenseur convaincu, sincère, et les conclusions qui se
dégagèrent de son travail prirent par la suite une telle
importance qu'on nous pardonnera d'insister assez longuement
sur ses recherches, nous allions dire sur ses affirmations.
M. Empereur choisit pour sujets d'étude les hystériques
dont la nutrition pourrait être troublée par des manifestations
sur l'appareil digestif. Mais, d'abord, il est
amené à se poser la question suivante, qui nous intéresse
(1) Op. cit., 1876.
DE L'HYSTERIE. 301
tout particulièrement-dans ce chapitre : « Les fonctions de
digestion, de sécrétion et d'excrétion urinaires, de circulation,
s'opèrent-elles chez les hystériques comme chez le
type normal ; en un mot, les hystériques assimilent-elles
et désassimilent-elles comme lui (p. 5) (1)?»
A ces questions M. Empereur répond de la façon suivante
dans le chapitre consacré auxtroubles digestifs (p. 6) :
« Tout le monde sait que, pour vivre, il faut manger;
nous subissons, en effet, tous les jours, par notre travail
soit physique, soit moral, soit intellectuel, des pertes
proportionnelles à la force que nous avons déployée pendant
ce travail, quel qu'il soit, et ces pertes, nous sommes
obligés de les réparer en prenant au monde extérieur les
substances capables d'être introduites dans notre économie
et de s'y substituer, après une élaboration préalable, aux
matériaux qui en sont partis. Les hystériques semblent:
échapper à celte loi, car elles vivent et ne mangent pas. »
Et après avoir étudié les divers troubles digestifs qui
peuvent survenir chez les hystériques, il ajoute, rappelant
l'opinion de Briquet sur la malade qui vomissait et conservait
son embonpoint, mais passant sous silence le cas de
mort et la possibilité de la terminaison fatale dans la "gastralgie
grave » , signalés parle même auteur : « Il y a deux
manières de conserver son embonpoint : l'une qui consisteà
réparer par l'alimentation les pertes que nous subissons
par le travail; l'autre, qui est de beaucoup la plus économique,
et qui consiste à n'éprouver aucune perte et à
n'avoir par conséquent rien à réparer... La deuxième condition
est au contraire admirablement observée par les
hystériques, qui, ne subissant pas ou peu de pertes matérielles,
ne sont point dans la nécessité de subvenir chaque
jour aux dépenses de leur organisme. Elles ne maigrissent
pas parce qu'elles ne déperdent rien, et, ne déperdant rien,
(1) Quelques-uns de ces passages empruntés à M. Empereur ont été dé|à
cités dans le ch. xn, t. I, consacré à Yetude de la nutrition dans l'hystérie
normale; on nous pardonnera de les reproduire en étudiant la nutrition
dans V hystérie pathologique. (G. T.)
30:2 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
il leur est inutile sinon nuisible de manger ; ce qu'elles insèrent
est du surperflu quelles doivent rendre, sous peine d'en
être indisposées, parce qu'elles en seraient surchargées.
Nous ne pouvons donc point partager l'opinion générale
des médecins qui considèrent ces vomissements comme
très redoutables, et nous doutons fort qu'on ait jamais vu
une hystérique mourir d'inanition, bien qu'il y en ait des
milliers qui vomissent. Voilà pour le pronostic (p. 38) » .
Puis M. Empereur étudie le mécanisme des vomissements
et, avant de conclure, donne son opinion sur « l'arrêt delà
sécrétion glandulaire chez les hystériques. Constatant que
les matières vomies n'ont pas subi l'action du suc gastrique,
bien qu'il n'ignore pas que les vomissements surviennent
dans la majorité des cas aussitôt après l'ingestion
des aliments, il a]oute : «Si les hystériques abhorrent
la viande, c'est qu'elles ne peuvent pas la digérer, parce
qu'elles ne doivent en tirer aucun profit, et sous l'influence
de cet arrêt de la désassimilation il y a aussi vraisemblablement
suspension dans la sécrétion du suc gastrique. »
En résumé, l'opinion de M. Empereur est la suivante :
« Les hystériques vivent et ne mangent pas. » Lorsqu'elles
vomissent « elles ne maigrissent pas, parce qu'elles ne
déperdent rien, et ne déperdant rien, il leur est inutile
sinon nuisible de manger; ce qu'elles ingèrent est du
superflu qu'elles doivent rendre sous peine d'en être indisposées
parce qu'elles en seraient surchargées. »
Il était permis de supposer que M. Empereur appuierait
ses conclusions si nettes, et, ajoutons-le, si particulières,
sur des faits, des observations cliniques montrant
que, lors des vomissements, par exemple, la dénutrition
ne s'effectue réellement pas. Mais, au contraire, l'on est
tout surpris de le voir noter, dans une des rares observations
qui lui sont personnelles, qu'une malade atteinte de
vomissements perdit vingt-cinq livres de son poids en sept
mois (p. 74)!
Dans une autre observation, où les vomissements alterternaient
avec les attaques (p. 48 et suiv.), l'auteur consDE
L'HYSTÉRIE. :i03
tate que la malade a maigri de deux livres en un mois et
demi ; ce qui est peu à la vérité, mais il revient sur l'amaigrissement,
la diminution de l'embonpoint, etc.
Pourquoi donc cette diminution de poids de vingt-cinq
livres, chez une malade qui, ne déperdant rien, n'eût pas
dû maigrir?
Et comment se fait-il, il faut bien l'avouer, que les idées
de M. Empereur aient été en somme adoptées jusqu'à ces
dernières années, acquérant pour ainsi dire force de loi.
C'est la question que nous nous sommes posée en étudiant
avec M. Cathelineau la nutrition dans l'hystérie,
problème que nous avons essayé de résoudre depuis 1888,
dans le service de M. Charcot, et dont nous croyons tenir
en partie la solution qui, il faut bien le dire, est singulièrement
différente des conclusions de M. Empereur.
Bien que dans ce chapitre nous devions nous borner à
l'étude de la uutrition chez les hystériques qui vomissent
ou ne mangent pas, nous rappellerons que nous avons
établi, en nous basant sur des recherches dont les résultats
n'ont pas jusqu'ici trouvé de contradicteurs, qu'en
dehors des paroxysmes. et des troubles digestifs, les hystériques
avaient une nutrition normale. Leurs excréta urinaires
sont superposables à ceux des sujets sains, par
rapport au kilogramme d'individu.
Lorsque les hystérique ne mangent pas, lors de l'état de
mal léthargique, par exemple, pendant lequel, par le fait
de la forme de la manifestation elle-même, l'alimentation
n'existe pas si elle n'est pas imposée, l'amaigrissement
est constant et proportionnel à la durée de l'état de mal.
C'est un fait, dont nous sommes assuré chez six malades
donnant un total de onze états de mal léthargique qui
nous permettaient de conclure, en considérant également
les autres formes des états de mal hystérique. « Pendant
l'état de mal, l'amaigrissement quotidien est constant, il
304 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
varie de deux cents à cinq cents grammes par jour, suivant
la durée de l'état de mal et la quantité des aliments absorbés
lorsque l'anorexie n'est pas absolue (1). »
Pour ce qui est des troubles digestifs, et à nous en tenir
pour le moment à nos seules recherches, nous dirons que
nous avons observé deux malades, dont l'une a été suivie
pendant sept mois. Celle-ci maigrit de dix kilos, soit environ
de cinquante grammes par jour. La seconde, atteinte
également de vomissements hystériques, entrecoupés par
des attaques de sommeil, maigrit, en quinze jours,
de 4 kil. 480 grammes, soit de trois cent vingt-cinq
grammes par jour en moyenne (2).
Une autre malade dont nous avons communiqué l'observation
à M. Bruchon (3), regagna en un mois treize kilogrammes
du poids qu'elle avait perdu du lait de ses vomissements.
Et nous pourrions citer d'autres faits personnels
aussi concluants que les précédents.
Si l'on considère maintenant les observations de Sollier
{op. cit.) qui ont trait à l'anorexie et où les pesées furent
régulièrement faites, on constate que, sous l'influence du
traitement et de la reprise de l'alimentation, les malades
gagnent 15 kil. 500 (obs. 1) ; trois kilos en un mois
(obs. Il), dix-huit kilos (obs. III).
La première malade de Wallet (4) regagne sept kilos ;
chez la seconde, les pesées démontrent qu'il y a des chutes
ou des relèvements de deux à trois kilos en relation avec
le refus ou la reprise de l'ingestion des aliments.
La malade de Kissel (op. cit.) âgée de onze ans, tombée
à 22 kil. 200, regagne 13 kil. 250 en quatre mois.
Et l'amaigrissement constant signalé par Lasègue, et les
(1) Gilles de la Tourette et Cathelineau, La nutrition clans l'hystérie,
op. cit., p. 84.
(2) Gilles de la Tourette et Cathelineau, La nutrition dans l'hystérie,
op. cit., obs. d'Oll. et S' Den., p. 92 et suiv.
(3) Bruchon, Considérations sur iétiologie et la pathogénie de l'ulcère
rond de l' estomac dans les hôpitaux de Paris. Th. Paris, 1894, obs. XXV, p. 92.
(4) Wallet, Deux cas d'anorexie hystérique. Nouv. lcon. de la Salpètrière,
t. X, n° 5, 1892, p. 276.
DE L'HYSTERIE. 305
faits de mort dans l'anorexie primitive ou secondaire
rapportés par Pomme, Briquet, W. Gull et Charcot, dans
lesquels l'inanition est constamment invoquée comme
seule et unique cause de la terminaison fatale, que deviennent-
ils en présence des théories de M. Empereur notant
lui-même un amaigrissement de vingt-cinq livres chez une
malade atteinte de vomissements? Son opinion, qui veut
que les hystériques qui ne mangent pas ne maigrissent pas,
n'est donc en aucune façon acceptable.
Il y a lieu cependant de se demander, en dernière analyse,
comment cette opinion a pu être soutenue avant
M. Empereur, d'une façon toutefois singulièrement moins
-catégorique.
Les observateurs avaient été évidemment frappés de
•ce fait qu'une hystérique qui semblait rejeter tous les
aliments conservait un embonpoint relatif, disproportionné
cependant avec la faible quantité des substances
conservées. De là à conclure dans le sens qu'a adopté
M. Empereur, il n'y avait qu'un pas.
Mais il faut ajouter immédiatement aussi que ces auteurs
s'en tenaient beaucoup plus à l'apparence, àl'habitus extérieur
des malades, qu'à la réalité.
Dans leurs observations on ne trouve jamais, pour ainsi
dire, l'indication du poids, et nous sommes certain que,
«'ils avaient procédé, comme nous l'avons fait, par le système
des pesées régulières, journalières ou hebdomadaires,
ils auraient, eux aussi, noté l'amaigrissement, qui ne
manque jamais en pareils cas. Le fait de juger sur la mine
n'a rien de scientifique : lorsque M. Empereur a pesé ses
deux malades, il a vu qu'elles avaient maigri, et considérablement.
Donc, les observations où les poids ne sont pas
notés sont mauvaises, et elles ont contribué à entretenir,
-sinon à propager une erreur.
Nous pensons encore — et l'opinion contraire devait
être évidemment une autre cause d'erreur, peut-être la
•principale — que les malades qui semblent rejeter par les
vomissements la totalité des aliments ingurgités et qui
m. 20
306 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
vivent cependant, quoiqu'en s'amaigrissant, conservent
une certaine quantité de substances alimentaires. Sans
cela elles mourraient, car les hystériques ne sont pas les
êtres à part qu'on a voulu en faire, n'ayant pas d'analogues
dans la série animale.
Pour élucider cette question, nous rappellerons qu'avec
M. Cathelineau {op. cit., p. 92) nous nous sommes
astreints, pendant sept mois, à mesurer tous les jours, chez
une malade, la quantité des vomissements comparés à la
quantité des matières ingérées : « L'alimentation, disionsnous,
fut exclusivement lactée; c'est, on le comprend,
le seul moyen d'être fixé sur les ingesta. Comme nous
avions noté, dès le premier jour, un spasme des premières
voies digestives qui occasionnait le rejet immédiat du lait,
le liquide fut introduit, en quatre fois par jour, à laide de
la sonde, jusqu'à l'estomac. Aussitôt la sonde retirée, le
vomissement survenait immédiat, sans douleur, sans
effort. Les vomissements étaient recueillis et dosés suivant
la méthode de M. Bouchard.
« On eut pu croire, étant données l'instantanéité du
vomissement et son abondance, que rien ne restait dansl'estomac.
On se fût trompé, et cette remarque expliquera
(ajoutions-nous alors) bien des embonpoints relatifs notés
par les auteurs qui ne se sont pas astreints à mesurer
journellement les vomissements. En effet, trois litres et
demi de l'ait étaient ainsi ingérés en quatre fois; du 7 avril
au 2 novembre, le volume des vomissements n'a jamais
dépassé 1,270 ce. et n'est pas tombeau-dessous de 175,.
avec une moyenne de 4 à 500 c. c.
« En négligeant même les sécrétions stomacales, qui
doivent cependant entrer en ligne de compte dans le
volume des matières vomies, on voit que, malgré les apparences,
la malade conservait encore une quantité très
notable de lait. »
Pareille remarque fut faite, après nous, par M. Haushalter
dans l'observation dont nous avons parlé en traitant
du spasme du pharynx et de l'oesophage.
DE L'HYSTÉRIE. 307
Pendant la durée des vomissements, les selles deviennent
très rares, les règles se suppriment parfois, les urines
diminuent considérablement; elles sont d'autant moins
abondantes que les vomissements sont plus copieux, suivant
la loi établie par MM. Charcot et Fernet. Les analvses
montrent que l'urée et les principes excrémentitiels diminuent
également. Cela n'indique pas que la désassimilation
ne se fait pas; elle s'effectue au prorata des matières ingérées
et conservées. L'organisme se défend contre la dénutrition,
contre l'autopliagie, qui ne manquerait pas, sans
cela, de s'exercer rapidement en présence d'une alimentation
insuffisante ou nulle.
Aussi, à la troisième période de l'anorexie, les hystériques
se confinent-elles au lit, qu'elles ne quittent plus,
restant immobiles, sans un mouvement, pendant des
journées entières et restreignant, de ce fait, leurs échanges.
La respiration est peu fréquente, le pouls descend à 60*
50 par minute , la température elle-même s'abaisse, fait
noté par Gull, d'un demi-degré (Fahrenheit) à un degré
au-dessous de la normale. Il existe un refroidissement
marqué du corps en général et des extrémités en particulier,
au point que Gull inventa un appareil spécial rempli
d'eau chaude pour suppléer à la chaleur animale insuffisamment
produite (35° à 36°5, Kissel). Dans ces conditions,
absolument analogues à celles de l'inanition, — Gull compare
les malades aux animaux qui servirent aux études
de Ghossat, — on comprend que les échanges nutritifs doivent
être aussi peu actifs que possible. Ce qui n'empêche
pas, à un moment donné, l'organisme de succomber et
la mort de survenir; les faits sont là pour l'attester.
Dans les paroxysmes à forme gastralgique, l'urée et les
principes excrémentitiels subissent, du fait du paroxysme
lui-même , l'influence spéciale que nous avons montrée
être l'apanage de l'attaque ; mais la désassimilation, pour
diminuée qu'elle soit, n'en existe pas moins, et l'amaigrissement
survient si les paroxysmes se répètent, entraînant
avec eux le rejet des aliments. Du reste, nous savons que,
30S TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
pour éviter le retour des attaques, les malades, dans certains
cas, refusent volontairement toute alimentation. Ils
tombent alors dans l'anorexie secondaire ; l'influence du
paroxysme sur la diminution des échanges n'existe plus,
mais les sujets se trouvent dans les conditions des anorexiques
primitifs, en un mot des véritables inanitiés.
Notre conclusion générale sera donc que, au même titre
que les autres êtres, les hystériques ont besoin de manger
pour vivre ; lorsque, par suite de manifestations sur l'appareil
digestif, l'alimentation devient insuffisante, ils maigrissent
et, dans les cas, assez rares d'ailleurs, où les fonctions
ne se rétablissent pas, ils meurent d'inanition.
Si nous avons aussi longuement discuté, c'est que nous
croyons que l'opinion que nous nous sommes faite, et que
justifient les faits, avait besoin d'être exposée avec insistance
pour le plus grand bénéfice des malades. En présence
de la possibilité très réelle d'une terminaison fatale,
on s'ingéniera davantage qu'on ne le fait peut-être encore
actuellement à enrayer une anorexie ou des vomissements
qui, en s'en tenant aux idées de M. Empereur,
n'offriraient qu'une gravité tout à fait relative. Au mois
de septembre 1892, un de nos anciens collègues d'internat,
médecin consultant, nous annonçait l'arrivée à Paris,
pour être soumise au traitement par l'isolement, d'une
jeune fille atteinte d'anorexie hystérique. Les parents
hésitaient ; le médecin traitant, fervent adepte des théories
qui veulent que les hystériques n'aient pas besoin de
manger pour vivre, ne s'inquiétait pas de la situation. Le
voyage fut retardé, et il arriva tout simplement que la
jeune fille mourut d'inanition.
Que devient, dans tous les cas que nous avons étudiés
et que nous étudierons encore, le suc gastrique? Sa sécrétion
est-elle diminuée ou augmentée? ses qualités chimiques
restent-elles normales ou sont-elles altérées ? QuesDE
L'HYSTERIE. 303
tions importantes à résoudre, surtout aujourd'hui qu'on
tend à attribuer aux modifications du chimisme une si
grande place dans la pathogénie des manifestations gastriques,
de quelque origine qu'elles soient (1).
M. Empereur, étudiant les vomissements hystériques
et parlant de la sécrétion du suc gastrique, dit que, sous
l'influence de l'arrêt de la désassimilation, qui forme le
fond de sa théorie, « il y a vraisemblablement aussi suspension
de la sécrétion du suc gastrique » .
Cette opinion est assez vague pour prêter à des interprétations
variées qui permettraient peut-être d'en établir
le bien fondé.
En réalité, ce sont MM. Sollier et Parmentier {Congrès
de Lyon) qui, les premiers, ont apporté à la solution de
cette question du chimisme stomacal dans l'hystérie des
documents véritablement scientifiques.
Observant en particulier des anorexiques vrais et
expérimentant sur des hystériques hypnotisables , chez
lesquelles ils étudiaient ce que M. Sollier appelle les variations
de la sensibilité de l'estomac, ils ont montré que, du
fait de l'anorexie, le chimisme subissait des modifications
qui se traduisaient par un retard très marqué, suivi
d'un arrêt constant de l'évolution des phénomènes digestifs.
C'est ce qu'ils expriment ainsi qu'il suit en rapportant
les expériences qu'ils ont faites chez deux malades hystériques
hypnotisables privées expérimentalement de leur
sensibilité stomacale.
« On provoque l'anesthésie de l'estomac et, la malade
étant réveillée, on lui fait prendre un repas d'épreuve.
Les extractions sont faites au bout de dix minutes, d'une
demi-heure, dune heure, de deux heures. Alors seulement
on rend la sensibilité de l'estomac, et on retire une dernière
fois du liquide deux heures et demie après le début
du repas.
(I) Voir Hayem, De la valeur clinique du chimisme stomacal. Rapport
au Congrès de méd. int. de Lyon, oct. 1894.
310 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« La courbe du chlore total s'élève rapidement jusqu'à
la trentième minute, puis elle continue à monter, mais lentement,
et finalement jusqu'à la cent vingtième minute.
Le chlore combiné organique décrit une courbe parallèle
h la précédente , mais sans jamais atteindre au delà de
126 milligrammes par 100 c. c, chiffre maximum obtenu
à la soixantième minute. Il descend ensuite progressivement,
tandis qu'à la cent vingtième minute on note un
peu d'acide chlorhydrique (qui faisait totalement défaut
dans les autres expériences). Dans ce graphique, constamment
les chlorures fixes ont été plus élevés que le chlore
combiné organique.
« Le rapport T:F (rapport du chlore total aux chlorures
fixes) est à peine monté au bout d'une heure au delà de ce
qu'il était après une demi-heure, tout en restant inférieur
à la normale, puis il est retombé lentement.
« La réaction fermenta tive a été peu accusée, et l'évolution,
à partir de la première demi-heure, a suivi une
marche traînante. »
A ces troubles de la sécrétion stomacale qui aboutissent,
en somme, au retard initial et à l'arrêt définitif de l'évolution
digestive, se joignent des troubles de la motricité
de l'estomac auxquels M. Sollier attribue, avec juste
raison, une grande importance. Ce sont eux qui amènent
cette atonie que nous avons notée d'après M. Sollier dans
l'anorexie primitive, atonie qui, en déterminant la persistance
d'un résidu liquide, favorise singulièrement la production
de ces hypersécrétions, d'une acidité parfois si
exagérée qu'elles corrodent et font carier les dents des
malades.
Mais il ne faut pas se faire d'illusions sur la pathogénie
de ces phénomènes. En réalité, ce n'est pas l'estomac qui
est directement en cause dans leur production, mais bien
le système nerveux. « Pour traiter ces dyspepsies, dit
Sollier, il ne faut pas se baser sur les modifications du
chimisme stomacal, mais bien sur la pathogénie de ces
modifications. 11 faut traiter le système nerveux et non
DE L'HYSTERIE. 311
l'estomac, si ce n'est à titre adjuvant, pour enrayer les
fermentations secondaires que l'atonie gastrique amène
par le séjour prolongé des aliments dans l'estomac. »
La clinique, d'ailleurs, avait depuis longtemps montré
que, dans ces cas, à l'inverse de ce qui existe dans les dyspepsies
organiques , l'appareil sécrétoire de l'estomac
n'était pas touché dans ses éléments constitutifs. Du jour
au lendemain, à la minute pour ainsi dire, tout cet ensemble
symptomatique d'un retard et d'un arrêt dans
l'évolution digestive, et l'absence parallèle d'assimilation,
peuvent se modifier du tout au tout.
En effet, nous avons vu bien souvent des anorexiques,
sous l'influence d'un traitement purement psychique, le
soir même de leur entrée dans un établissement hydrothérapique,
prendre un repas complet et le digérer parfaitement.
« Chez nos anorexiques les plus débilités , dit
M. Sollier (Rev. de méd., op. cit., p. 648), nous n'avons
jamais observé le moindre embarras gastrique à la suite
de ce premier repas. »
De même,, les malades digèrent-ils très bien au lendemain
d'un paroxysme à forme gastralgique qui s'est accompagné
de vomissements pendant plusieurs jours. Nous
signalons ce fait en y insistant, sans crainte de redites, car,
lorsque les vomissements cessent, que l'anorexique se
décide à manger, la convalescence n'existe pour ainsi dire
pas ; l'alimentation se fait vite et bien, et les pesées journalières
démontrent qiiel'embonpoint revient d'une façon très
rapide. On comprend que, par là même, le pronostic de ces
manifestations digestives se trouve atténué dans une large
mesure.
En dehors des faits exposés par Sollier et antérieurement
à ses dernières recherches, il a été publié quelques
rares analyses de suc gastrique chez les hystériques
atteints de vomissements. Ces analyses n'ont qu'une importance
très relative. En effet, on a prélevé soit au début,
soit au courant de la digestion, toujours à un seul moment,
des échantillons de suc gastrique qu'on a analysés.
312 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
On n'a pu ainsi se rendre un compte exact de ce retard et
de cet arrêt dans révolution digestive qui, bien plus que
les modifications du suc gastrique lui-même, semblent,,
après lecture de la communication de MM. Sollier et Parmentier,
être une des caractéristiques des déterminations
gastriques de l'hystérie, au moins en ce qui regarde
l'anorexie.
Dans tous les cas, ces analyses vont nous montrer que
le suc gastrique est simplement affaibli dans son pouvoir
digestif quand il n'est pas normal, et qu'il ne s'agit là, en
réalité, que de troubles fonctionnels et non de modifications
organiques à proprement parler. Empressons-nous
d'ailleurs d'ajouter que, même en se plaçant à un point
de vue plus général, cette question du chimisme stomacal
nous paraît, à l'heure actuelle, en pleine voie d'évolution.
Il serait donc prématuré, pour ce qui regarde l'hystérie, de
tirer des conclusions fermes, au point de vue pathogénique,
des résultats qu'a fournis jusqu'à présent l'analyse du
suc gastrique.
Dans un important travail sur les dyspepsies nerveuses,
où l'hystérie, à notre avis, n'occupe pas la place qu'elle
mérite dans l'étiologie de ces manifestations, M. Soupault
mentionne brièvement les vomissements liés à la névrose
(p. 126) et, un peu plus loin (p. 151-154), étudie trois ca&
qui l'amènent à conclure que « l'hystérie est mobile dans.
ses manifestations gastriques comme dans ses syndromes
cliniques » . Dans le premier cas (obs. XXIII), où il avait
existé « une véritable crise gastrique avec intolérance
absolue de l'estomac et vomissements perpétuels, vomissements
alimentaires et vomissements glaireux très
acides » de quinze jours de durée, l'examen, la crise un
peu calmée, montra que le « chimisme stomacal était
absolument normal » .
Chez un deuxième malade (obs. XXIX) présentant en
petit les mêmes symptômes, le suc gastrique fut examiné
à quatre reprises différentes. Conclusion : « Ici
encore, et dans tous les cas, le chimisme est normal
DE L'HYSTERIE. 31$
variant entre des limites en somme assez rapprochées. »
Dans un troisième cas (obs. XXV), où la malade était
« atteinte depuis deux ans de douleurs gastriques et de
vomissements que rien n'a jamais pu arrêter, le chimisme
répond au type dyspeptique. Mais l'hystérie se manifeste
par une gastralgie extrêmement intense et des vomissements
constants s> .
Pour M. Soupault(l), «dans l'hystérie (gastrique) la règle
paraît être l'incohérence des symptômes » , ce qui n'est
pas notre avis. « Il n'y a aucun type bien déterminé, et il
est impossible de juger, par les symptômes, de l'état du
suc gastrique. »
En dehors de la détermination du type, sur laquelle il
est inutile d'insister après les descriptions que nous avons
données, cette dernière conclusion nous paraît vraie, et on.
pourrait y ajouter, ce qui ressort des faits de M. Soupault,
que dans ces cas le chimisme reste normal.
Cela ressort très nettement aussi d'une observation que
nous avons communiquée à M. Bruchon (obs. XXV, p. 62)
.
Une hystérique de dix-huit ans, sujette à des vomissements
à forme gastralgique, est soignée pour hyperchlorhydrie ;
lorsqu'on pratique l'analyse du suc gastrique, celui-ci est
trouvé normal. Un nouveau médecin consulté traite la
malade comme une hystérique et obtient l'isolement dans
un établissement hydrothérapique. En un mois et quatre
jours, elle regagne 13 kilogr. 500 du poids qu'elle avait
perdu pendant l'année où l'on s'était surtout ingénié à
modifier l'état de son suc gastrique.
Il est probable que, dans ce dernier cas, on s'était basé
cliniquement sur la présence des régurgitations acides
secondaires dues aux fermentations nées sous l'influence
de l'atonie gastrique, pour faire le diagnostic d'hyperchlorhydrie
qu'infirma, d'ailleurs, l'examen chimique.
Une de nos malades , hystérique confirmée dont nous
avons analysé l'observation (obs. XVIII) dans un mémoire
)i) Soupault, Les dyspepsies nerveuses. Th. Paris, 1893.
314 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
sur la pathogénie de l'ulcère rond, dont nous parlerons
bientôt, nous a dit qu'on avait fait l'analyse de son suc
gastrique et qu'on avait trouvé de Yanachlorhydrie. Nous
n'avons pu contrôler ses affirmations, mais nous croirions
volontiers qu'elles étaient exactes, si nous nous rappelons
que dans les expériences de Sollier et de Parmentier l'acide
chlorydrique du suc gastrique faisait toujours presque
complètement défaut.
Dans la thèse de M. Roussel (1), qui a oublié de peser ses
sujets, mais ne dit pas moins, en parlant des vomissements
hystériques, que, « malgré ces phénomènes en apparence
malins, on remarque chez les malades une conservation
relative de la nutrition, un certain degré de fraîcheur et
d'embonpoint » , on trouve une analyse incomplète (obs. I,
p. 43) : « Quantité des vomissements, 300 grammes : urée,
0,028; pas d'acide chlorhydrique libre; présence d'acide
butyrique et lactique; peu de peptone; beaucoup d'albumine;
biliverdine insoluble. »
En résumé, nous le répétons, ce n'est pas dans les modifications
réelles du suc gastrique— au moins d'après les
connaissances que nous possédons actuellement — qu'il
faut chercher la raison d'être des modalités cliniques que
nous avons étudiées.
Dans les cas d'hystérie gastrique, il s'agit de troubles
fonctionnels, et non de modifications organiques de l'élément
sécréteur. Dans l'hypothèse contraire , comment
expliquerait-on qu'une hystérique, qui est anorexique depuis
des mois, soit susceptible tout à coup de digérer un
repas complet et de regagner 500 grammes en poids par
jour, jusqu'à concurrence de 15 kilogr. et plus?
L'influence générale de la névrose domine tous ces
troubles, dans lesquels le suc gastrique, en lui-même ne
semble jouer un rôle que dans des proportions à peu près
(1) B. Rocssel, Contribution à l'étude des vomissements liyste'ricjues.
Th. Toulouse, 31 juillet 1894. — Dans le travail de M. Lacomme, Des gastropathies
neiveuses (Thèse Toulouse, 1893), il n'est pas fait mention de
l'hvstérie.
DE L'HYSTERIE. 315
négligeables au point de vue du traitement et du bon rétablissement
des fonctions digeslives.
On a pu s'étonner que nous n'ayons pas au moins mentionné
les vomissements de sang , au cours de la description
que nous venons de donner des manifestations gastriques
de l'hystérie. C'est que, vu leur importance, les hématémèses
méritent d'occuper une place à part dans ce chapitre.
Beaucoup des considérations que nous avons développées
en traitant des manifestations de la diathèse vasomotrice
leur sont applicables. C'est ainsi que nous ne
reviendrons pas sur les relations qui existent entre la fonction
menstruelle et les hémorragies des muqueuses en
.général. Les hématémèses ne sont jamais supplémentaires
des règles au sens propre du mot ; elles modifient parfois
la quantité et la régularité du flux cataménial ; tout au
plus celui-ci les influence-t-il en ce sens que la période des
règles favorise généralement l'apparition des paroxysmes
et partant des hémorragies, qui leur sont si intimement
liées. Disons, du reste, que les vomissements sanglants
s'observent aussi bien chez l'homme que chez la femme.
Étiologïquement, il faut aussi se rappeler ce que nous
avons dit, à savoir, que le même sujet est souvent en
proie à des manifestations variées de la diathèse vasomotrice.
La demoiselle Coirin, dont nous avons déjà parlé
à plusieurs reprises, en est un frappant exemple.
Quarante jours après sa chute de cheval, dit Carré de
Montgeron (1), elle « se trouva obligée de vomir tout ce
qu'elle prenoit, et, quelques jours après, il lui prit un
vomissement de sang caillé et pourri qui rendoit une
grande infection : ce qui l'ayant effrayée, on garda de ce
sang pourri dans une serviette pour le montrer à M. Bou-
(1) La vérité des miracles, t. I, Cologne, 1745, 7e démonstration, p. 12.
316 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
lant, médecin, et à M. Bordeaux, chirurgien, qui déclarèrent
que c'étoit un abcès qui s'étoit formé dans son estomach;
que, depuis ce jour, elle devint sujette à un vomissement
de sang qui lui causoit souvent des foiblesses; que,
dans une de ses foiblesses qui lui arriva trois mois après
sa chute, comme on lui mettoit des linges sur l'estomach,
on s'apperçut quelle avoit le sein du côté gauche extrêmement
dur, enflé et tout violet... »
Dans ce cas, on notait donc la coexistence de deux manifestations
de même ordre, l'hématémèse et le sein hystérique.
La demoiselle Coirin est encore intéressante à d'autres
points de vue. Elle était tombée de cheval « sur l'estomach
» ; cette chute peut, dans la circonstance, tenir lieu de
cause localisatrice des phénomènes hystériques, bien que,
en considérant ce que nous savons des autres accidents
gastriques liés à la névrose, aucune cause spéciale ne puisse
en général être invoquée dans les cas de ce genre. Les vomissements
étaient douloureux, il y avait donc gastralgie; elle
rejetait tout ce qu'elle prenait, les vomissements étaient
donc en même temps alimentaires, ce qui arrive parfois.
Quant à l'odeur « de sang caillé et pourri » , elle est exceptionnelle,
le vomissement étant presque toujours composé
de sang frais ou peu altéré.
Quant aux « foiblesses » que l'on trouve également indiquées
dans presque toutes les observations de même
ordre, elles peuvent s'interpréter de deux façons. Ou bien
ce sont les syncopes passagères qui accompagnent parfois
les hémorragies abondantes, ou bien ce sont des attaques
à forme syncopale. Cette dernière opinion, qui ne va pas
du reste à l'encontre de l'autre, car les deux variétés de
syncopes peuvent coexister, nous paraît admissible pour
le plus grand nombre des cas ; car très souvent c'est à l'occasion
d'une attaque que surviennent les vomissements de
sang, à linstar, du reste, de ce que l'on observe dans les
autres manifestations de la diathèse vaso-motrice.
Cette influence de l'attaque, à laquelle nous attachons
DE L'HYSTERIE. 3l 7
une grande importance, n'a jamais été affirmée autant
quelle eût dû l'être. Elle a pourtant été implicitement
reconnue par nombre d'observateurs.
« Chez les hystériques et les hypocondriaques, dit
J.-P. Frank (1), le sang s'accumule dans les vaisseaux
anérysmatiques ou variqueux de l'estomac ou des viscères
voisins, et l'hématémèse se déclare. Lorsque la chose n'en
vient pas à ce point, le malade éprouve de vraies douleurs,
un sentiment d'angoisse, d'oppression, de défaillance
dans la région épigastrique, enfin des nausées et un
vomissement simple qui augmente à l'époque correspondant
aux retours de l'évacuation supprimée. » Cette description
est intéressante, à notre avis, en ce qu'on y
reconnaît tous les traits d'une attaque, ou au moins les
phénomènes prémonitoires d'un paroxysme en relation
directe avec un vomissement sanglant.
L'hématémèse, comme nombre d'autres troubles trophiques
des muqueuses, l'hémoptysie en particulier, est
donc généralement constitutive, pour la part principale,
d'un paroxysme facile à reconnaître à l'aura commune à
toutes les attaques, que celles-ci mettent enjeu, des phénomènes
convulsifs, vaso-moteurs ou autres.
Le cas de la demoiselle Marguerite-Françoise Duchesne,
rapporté par Carré de Montgeron (2) , chez laquelle les
vomissements sanglants s'étendirent sur une période de
cinq ans, est encore très caractéristique au point de vue
de l'hématémèse considérée comme état paroxystique.
M. Costar certifie dans son rapport « qu'il lui prenoit
un vomissement qui étoit purement de sang et en grande
abondance, accompagné et suivi de convulsions dans toutes
les parties du corps, de suffocations, de syncopes si considérables
qu'on eût dit, qu'elle étoit sur le point d'expirer.
Cet état, continue-t-il, duroit plusieurs jours pendant les-
(1) J.-P. Frank, Traité de médecine pratique, 1792-1811, trad. franc,
1820, t. III, p. 440.
(2) Carré de Montgeron, La vérité des miracles, t. I, 4e démonstration,
édition de Cologne, 1745.
318 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
quels la malade ne pouvoit prendre qu'une cuillerée deau
froide sans la rejeter, le bouillon augmentant encore davantage
les convulsions et suffocations, pour peu qu'elle en
prit » .
Les vomissements de sang dans l'hystérie ont fait l'objet
de nombreux travaux; parmi ceux-ci, nous distinguerons
tout particulièrement l'excellente thèse de Ferran (1),
faite en 187-4 à la Salpêtrière, et qui a été la base de
beaucoup des recherches ultérieurement publiées.
* #
Les hématémèses d'origine hystérique s'observent chez
l'homme et chez la femme. Si leur plus grande fréquence
a été notée chez cette dernière, c'est peut-être parce que
l'hystérie masculine n'est bien connue que depuis peu de
temps. C'est une manifestation de l'hystérie confirmée, de
l'hvstérie adulte pour ainsi dire, bien que l'observation de
Pinel, déjà citée, se rapporte à une fillette de onze ans.
Presque toujours, sinon toujours, nous l'avons dit, ces
phénomènes coexistent donc avec d'autres manifestations
de la névrose, soit de même ordre, soit d'ordre différent.
Souvent lhématémèse se produit dans les conditions
suivantes. Le malade ressent une vive douleur au creux
épigastrique; on note parfois alors l'apparition d'un ballonnement
plus ou moins marqué de la région de l'estomac.
La douleur s'exaspère et fréquemment irradie dans
le dos; puis simultanément surviennent des palpitations,
(1) Ferran, Du vomissement de sang clans l'hystérie. Th. Paris, 1874. — ArchambaULT, Hématémèse suivie d'anémie et d'hémiplégie chez une
femme de quarante ans. Union médicale, 1861, n° 79, p. 284. — Lorey,
Des vomissements de sang supplémentaires des règles. Th. Paris, 1875. —
Ratuery, Contribution à l'étude des hémorragies survenant dans le cours de
l'hystérie. Union médicale, 1880, p. 409. — Weisz, Ein Fall von Magenblulung
in Rahmen von Hystérie. Pest. Medic.-Chir. Presse. Budapesth,
1892, p. 766. — F. Heule, Uebcr hysterische Blutungen und ùber einen
Fall von Hematemesis bei Hystérie. Th. Berlin, 1893. — BorOzdisoi
Fusenstein, Hematemesis hysterica inveterata. Vestnik klinik. Sudebnoi
psichiat. Saint-Pétersbourg, t. II, p. 17, 25, 1892.
DE L'HYSTERIE. 319
une angoisse précordiale, en même temps qu'existent une
sensation constrictive le long du tube oesophagien , des
éblouissements , des battements dans les tempes et des
bourdonnements d'oreilles, tous phénomènes constitutifs
de ce qu'on pourrait appeler la grande aura gastro-céphalique.
C'est au milieu de cet ensemble symptomatique,
les douleurs gastriques étant arrivées à leur maximum
d'acuité, que l'hématémèse se produit, accompagnée ou
non de violents efforts de vomissements.
Le vomissement, dans ces cas, est la phase terminale
du paroxysme : il se fait en une fois ou deux, rarement
plus, et aussitôt terminé, ou le malade revient complètement
à lui, comme après un paroxysme convulsif qui,
d'ailleurs, peut s'accompagner d'hématémèses, ainsi que
cela s'observe assez fréquemment, ou bien encore, plus
souvent peut-être , il tombe dans l'état demi-syncopal
dont nous avons déjà parlé.
Cet état de syncope, d'évanouissement consécutif à l'hématémèse,
est noté, avons-nous dit, dans un grand nombre
d'observations. Comme on le trouve indiqué, même dans
les cas où le sang rendu était très peu abondant, nous
croyons que, le plus souvent, il n'est pas attribuable à une
syncope vraie par perte sanguine, mais bien plutôt à un
état demi-syncopal ou léthargique de nature hystérique,
l'hématémèse intervenant ici pour fixer, pour ainsi dire,
la forme ou mieux la terminaison de l'attaque dans un
sens déterminé.
En résumé, les phénomènes que nous décrivons sont
constitués, dans leur forme la plus commune, par une crise
gastralgiqueavechématémèses, terminée par des accidents
syncopaux ou accompagnée par des convulsions hystériques.
Dans certains cas (1), cette attaque avec hématémèses
peut constituer un véritable état de mal, « les vomissements
durant cinq ou six jours par poussées inégales, irré-
(1) Febran, op. cit., obs. IV, p. 20.
320 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
gulières quant à leur durée et à leur fréquence. Il ne se
passait pas de jour, dit Ferran, sans qu'il survînt deux ou
trois vomissements hémorragiques. » C'est alors qu'on
peut observer des syncopes véritablement indépendantes
d'une attaque, étant donné l'état exsangue dans lequel le
malade ne tarde pas à tomber. A rapprocher de ces paroxysmes
prolongés avec hématémèses, ceux dans lesquels les
douleurs gastriques persistent pendant deux ou trois jours
avant l'apparition du vomissement de sang terminal.
Plus rarement, l'hématémèse a lieu par simple régurgitation
: il vient dans la bouche du sujet, spontanément à
<;e qu'il semble , en une ou plusieurs lois, une quantité
toujours moins considérable que dans les cas précédents de
sang d'aspect variable. Ces régurgitations, qui paraissent
indépendantes des paroxysmes, s'intercalent souvent chez
Je même malade entre des hématémèses paroxystiques.
*
* *
Étudions maintenant le vomissement sanglant en luiimême.
Le sang vomi se présente sous des aspects variés.
Il est pur ou semble pur, ou bien il est manifestement
dilué, ou encore il est mélangé à des aliments. Ce dernier
cas est le plus rare; le même sujet peut, à la vérité,
souffrir concurremment d'hématémèses et de vomissements
alimentaires, mais il est rare que ces manifestations
n'affectent pas une allure indépendante.
Le plus souvent, l'hématémèse revêt des caractères
objectifs intermédiaires entre l'aspect du sang veineux et
celui du sang artériel. Le liquide est rouge noirâtre, peu
rutilant. Bien que, autant qu'on puisse en juger, le sang soit
rapidement expulsé de l'estomac, car le meloena est exceptionnellement
noté par les auteurs en coïncidence avec
l'hématémèse, on peut admettre cependant que la couleur
brunâtre est due à un commencement de digestion par le
suc gastrique, avec lequel le liquide sanguin est immédiatement
en contact.
DE L'HYSTERIE. 321
Parfois , le sang est très manifestement dilué soit par
une sécrétion muqueuse surabondante de l'estomac, soit
plutôt par la salive. C'est cette dernière opinion qu'admet
M. Josserand.
« Le liquide en question, dit-il (l), est moins rouge que
du sang pur, c'est du sang dilué ; il est visqueux et ressemble
à du sirop de ratanhia un peu étendu d'eau; il n'est pas
spumeux et ne coagule pas dans la majorité des cas. Versé
dans un vase à urine, il dépose en trois couches : une supérieure
très rouge ne contenant presque pas d'hématies
et exclusivement colorée par l'hémoglobine dissoute ; une
moyenne, composée de globules rouges, et une inférieure
constituée par des cellules épithéliales pavimenteuses. »
Et l'auteur en conclut que, dans ces cas particuliers, qui
seraient d'après lui les plus fréquents, « le mélange est
constitué en moyenne à raison d'une partie de sang pour
dix à douze de salive » , et que le sang, s'il vient le plus
souvent de l'estomac, peut aussi provenir de l'oesophage.
Ces caractères sont intéressants à noter. Ils semblent
bien prouver que la sialorrhée accompagne parfois l'hématémèse
, mais ils n'excluent pas l'idée d une surabondance
dans la sécrétion du mucus gastrique, et même,
lorsque le sang est rendu par simple régurgitation, cela ne
démontre pas péremptoirement qu'on se trouve en présence
d'une hémorragie de l'oesophage, laquelle nous semble
infiniment moins fréquente que l'hémorragie gastrique.
La quantité de liquide sanglant, nous ne disons pas de
sang pur, ainsi rendue, est très variable; généralement
elle ne dépasse pas quelques gorgées, un verre ou deux
au maximum. Dans l'observation II, de Ferran, elle s'éleva
à un litre; de même dans un cas de Bouloumié (2). Mais
il faut considérer aussi qu'il s'agissait dans ces deux cas
(1) Josserand, Sur une variété d'hématémèse nerveuse (Jiémosialémèse
hystérique). Lyon médical, 1893, p. 219.
(2) Bouloumié, Hystérie grave ; troubles dyspeptiques, hématémèses, coliques
néphrétiques et hépatiques ; simulation de calculs vésicaux. Union
médicale, 4 avril 1880, p. 513.
m. 21
322 TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
•d'un de ces états de mal avec hématémèses portant sur
une période de plusieurs jours de durée.
Lorsque ces hémorragies totales d'emblée, ou à répétition,
ont été abondantes, les malades tombent dans un
état profond d'anémie, avec souffles vasculaires et tendance
aux vraies syncopes que nous avons signalées. Autrement,
le paroxysme terminé, le retour à la santé est,
pour ainsi dire, complet, ainsi qu'il est de règle pour les
manifestations paroxystiques de l'hystérie. Aussi la mort
ne semble-t-elle jamais devoir être la conséquence de ces
accidents. Périsse a cependant rapporté un cas (obs. V,
p. 20) dans lequel la malade succomba à des hématémèses
persistantes (1). Mais, bien que celle-ci fût manifestement
hystérique, il est difficile de dire, en l'absence d'autopsie,
s'il ne s'agissait pas, d'un ulcère rond ou même
de phénomènes d'anorexie secondaire, car les vomissements
étaient en même temps alimentaires.
La marche de ces troubles trophiques de l'estomac est
très variable, de même d'ailleurs que celle de tous les
paroxysmes hystériques accompagnés de manifestations
de la diathèse vaso-motrice. Les hématémèses peuvent se
montrer à des intervalles très inégaux : plusieurs fois la
semaine ou une ou deux fois par année ; aucune règle
fixe ne préside à leur évolution.
Suivant la loi bien connue que, chez le même sujet,
les manifestations hystériques tendent à revêtir toujours
la même forme, et étant donnée aussi la ténacité de la
diathèse vaso-motrice, on ne s'étonnera pas de voir des
malades, pendant des mois et des années, présenter à
intervalles variables des hématémèses jusqu'au jour où un
incident imprévu change le cours de la névrose et la
conduit vers un autre ordre de déterminations. Il en
résulte, toutefois, qu'au point de vue du pronostic, on peut
considérer les hématémèses comme une manifestation
tenace de l'hystérie.
(1) PÉRISSE, De l'ulcère de l'estomac et de certains accidents gastriques
chez les hystériques. Th. Paris, 1876.
DE L'HYSTERIE. 323
Le diagnostic du vomissement de sang d'origine hystérique
est très important à préciser.
Nous ne parlons pas des cas où le sang exsudé demeure
dans l'estomac et où le phénomène se juge objectivement
par le seul meloena. Nous savons que le sang reste bien
rarement sans être expulsé dans la cavité stomacale; tout
au plus des douleurs, un gonflement manifeste au creux
épigastrique pourraient-ils indiquer que le sang rendu
dans les garde-robes a une origine ventriculaire. Le meloma
est, d'ailleurs, un phénomène des moins communs.
Lorsque le rejet du sang se fait par simple régurgitation
, que le liquide est très dilué, on pourrait peut-être
penser qu'il vient de l'oesophage ; mais nous avons dit qu'il
n'existe pas d'observations probantes d'hémorragies oesophagiennes
liées à l'hystérie.
Les hémorragies hystériques de la muqueuse buccale
ne sont pas fréquentes. Ferran (obs. Il) en rapporte cependant
un cas dans lequel elles coïncidaient d'ailleurs avec
des hématémèses. « Dans la semaine qui a suivi la dernière
hématémèse , dit-il (p. 11), on remarqua une exhalation
sanguine qui se faisait de diverses parties de la
muqueuse buccale sans aucune trace d'érosions ou d'ulcérations.
»
L'inspection de l'arrière-cavité des fosses nasales mettra
immédiatement sur la voie d'une épistaxis postérieure.
Dans l'hémoptysie d'origine hystérique, nous l'avons
dit, le sang est rutilant, spumeux, mélangé à des bulles d'air.
Au lieu d'efforts de vomissements ce sont des suffocations,
de la toux, que l'on observe comme phénomènes concomitants.
Le diagnostic différentiel entre l'hématémèse d'origine
hystérique et celle qui est liée à une affection organique
de l'estomac est beaucoup plus important que les précédents
et aussi beaucoup plus difficile à déterminer dans
certains cas.
324, TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Deux hypothèses sont surtout en présence : celle d'un
cancer, celle d'un ulcère rond, en tenant compte, en plus,
de la coexistence possible de phénomènes hystériques et
de lésions organiques.
Nous glissons rapidement sur l'hypothèse du cancer,
qui ne pourrait véritablement se poser que dans les cas
d'association de phénomènes hystéro-organiques. Rappelons
cependant que, dans le cas de Basset, M. Rigal, clinicien
fort distingué, qui vit le malade, inclinait vers un
rétrécissement organique du pylore, probablement d'origine
cancéreuse. L'intervention chirurgicale pratiquée
par M. Richelot fit cesser toutes les hésitations en faveur
de l'hystérie.
Pour ce qui est de l'ulcère rond, la question est beaucoup
plus complexe, et afin de montrer ce que peuvent être
les difficultés dans ces cas, Périsse rapporte l'observation
suivante qu'il emprunte à Bercioux (1) :
Une femme de vingt ans éprouve " des alternatives de
crises douloureuses qui durent de quinze jours à trois
semaines, et auxquelles succèdent des périodes de calme
dune durée à peu près égale. Les crises sont caractérisées
par des douleurs atroces fixées à l'épigastre, s'étendant
quelquefois dans tout le ventre, mais principalement dans
Fhypocondre droit; des vomissements très fréquents, composés
tantôt de matières muqueuses, glaireuses, tantôt
alimentaires, et cela à des moments variables par rapport
aux repas, du météorisme et de la constipation continuels. »
Pas de vomissements de sang; la malade eut une ou
deux fois du meloena, mais tout à fait dans les dernières
périodes de son affection.
« De plus, elle éprouve souvent différents accidents
nerveux, surtout à l'époque des crises (névralgies, attaques
d'hystérie). Les règles sont irrégulières depuis six mois.
Cette femme a toujours été regardée comme atteinte de
gastralgie et traitée dans ce sens. » On ne saurait mieux.
(1) Bercioux, Bull, de la Soc. anat., 2e série, 185r, p. 263.
DE L'HYSTERIE. 325
décrire, il nous semble, les attaques d'hystérie à forme
gastralgique.
Se trouvant beaucoup mieux, elle songeait à quitter
l'hôpital, lorsque, la veille du jour fixé pour sa sortie,
« elle se lève comme d'habitude, fait un repas assez
copieux, mais, à partir de midi, elle présente les signes
d'une péritonite par perforation et meurt le soir à neuf
heures »
.
A l'autopsie, on trouva, près du cardia, sur la petite
courbure, la perforation d'un ulcère.
Dans le cas de Bercioux , concurremment avec le
meloena, il eût pu exister des vomissements sanglants ; ce
qui n'aurait fait, d'ailleurs, qu'ajouter à la difficulté du
diagnostic, car pourquoi attribuer ces hématémèses plutôt
à l'ulcère rond qu'à l'hystérie, qui coexistaient d'une façon
évidente?
Aussi Périsse tire-t-il de son étude les conclusions suivantes
:
« Dans certains cas, il est bien difficile de distinguer
de l'ulcère simple de l'estomac les accidents gastriques
qui peuvent affecter les hystériques. Cette difficulté peut
s'expliquer, ou bien parce que les accidents gastriques,
qui éclatent chez une femme avec les autres phénomènes
de l'hystérie, reproduisent entièrement la physionomie de
l'ulcère de l'estomac, ou bien encore parce que les accidents
gastriques de nature hystérique peuvent exister seuls
sans autres manifestations de la névrose. Notre dernière
observation montre une hystérique en proie à des accidents
gastriques qu'on pouvait attribuer à la névrose, succombant
subitement à une péritonite par perforation produite
par un ulcère de l'estomac. » Donc, « quand on se trouvera
en présence dune hystérique qui présentera la série des
accidents gastriques que nous connaissons, penser à
l'ulcère de l'estomac et à ses conséquences possibles » .
*
Les recherches que nous avons faites sur la pathogénie
326 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
de l'ulcère rond (1) vont nous permettre, croyons -nous,
de résoudre les embarras de M. Périsse.
Désireux d'être fixé autant que possible sur les causes
réelles de cette gastrite ulcéreuse qui, depuis 1830, époque
où Gruveilhier la fit entrer dans la nosologie, ont été
subordonnées aux doctrines médicales qui ont régenté
tour à tour la pathologie, nous nous sommes rendu dans
les quatorze hôpitaux de Paris consacrés au traitement des
maladies générales. Pour nous mettre en garde contre
nous-méme, notre examen s'est borné aux seuls malades qui
nous ont été présentés par nos collègues comme atteints
d'ulcère rond. Pour 4,723 sujets, soit 2,830 hommes et
1,893 femmes, il existait 18 cas d'ulcère, soit 13 femmes
et 5 hommes.
Ces malades, porteurs d'ulcères ronds, d'après un diagnostic
qui offrait toutes garanties, ont été examinés avec
le plus grand soin au point de vue de l'étiologie de cette
manifestation. Or, de cet examen il est résulté qu'en bloc,,
sur 18 cas, il existait 10 alcooliques et 6 hystériques.
L'hystérie entrant pour un tiers dans les cas diagnostiqués
ulcère rond par nos collègues des hôpitaux, voilà
certes, disions-nous à la Société médicale, une notion étiologique
nouvelle.
Nous rappelions alors les embarras de M. Périsse devant
le diagnostic à établir entre les cas d'ulcère rond « et
certains accidents gastriques chez les hystériques » . Et
nous poursuivions : « La raison des efforts infructueux de
notre confrère, nous la trouvons aujourd'hui dans les conclusions
qui ressortent de notre enquête et aussi, ajoutonsle,
d'un certain nombre de faits personnels qui, depuis
deux ans déjà, nous portaient à voir, dans certains ulcères
ronds avec hématémèse, une manifestation trophique de
l'hystérie. L'embarras de M. Périsse n'existerait peut-être
plus aujourd'hui qu'on sait la névrose capable de produire
(Ij Gilles de la TouREiTt:, L'ulcère rond de i estomac dans les hôpitaux
de Paris. Statistique et pathogénie. Bull, de la Soc. méd. des hôpitaux,
séance du 8 juin 1894, p. 393. — Bruchon, op. cil.
DE L'HYSTÉRIE. 32T
de l'atrophie musculaire, des ulcérations et des gangrènes
de la peau.
« Mais, chez les hystériques souffrant de crises gastralgiques
avec hématémèses au point que la symptomatologie
de l'ulcère rond est là tout entière, existe-t-il véritablement
une ulcération, un ulcère simple de l'estomac, une
« solution de continuité sans vice ni virus » , comme le
disait Cruveilhier ? Gela ne nous semble pas douteux,
au moins pour un certain nombre de cas, si nous raisonnons
par analogie avec ce qui se passe du côté de la peau
à propos des hémorragies dites spontanées des hystériques.
Parfois l'hémorragie se fait par simple stillicidium à
la base des poils ; par contre, dans d'autres cas, il existe
de véritables ulcérations, des plaies, des stigmates, pour
employer le terme consacré, qui, sous l'influence des
paroxysmes convulsifs en particulier, s'ouvrent et se ferment
et laissent couler du sang, cela pendant des mois et
des azinées. Qu'on suppose pareilles manifestations du
côté de l'estomac, et l'hématémèse est là pour affirmer
combien l'hypothèse est plausible , une fois l'ulcération
produite, le suc gastrique ne se chargera-t-il pas de la
transformer en ulcère ? »
Nous communiquions, du reste, à M. Bruchon une
observation (op. cit., obs. XXV, p. 62) dans laquelle, en
coïncidence avec un état gastrique rappelant celui de
l'ulcère rond, il existait, du côté de la peau, des poussées
de pemphigus qu'on pouvait qualifier d'ulcéreux, car
toutes les bulles se terminèrent par des cicatrices.
Et nous ajoutions : « Nous savons que l'hystérie est en
outre susceptible de produire de nombreux troubles circulatoires
locaux, des ecchymoses spontanées en particulier,
qui, s'ils siègent sur l'estomac, peuvent secondairement
(toujours sous l'influence du suc gastrique) devenir le
point de départ de lésions ulcéreuses.
« Du reste, cet ulcère, que nous pensons lié directement
à la névrose existe si bien que — dazis l'observation déjà
rapportée — M. Bercioux l'a vu produire, une fois, une
328 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
perforation de l'estomac chez une femme de vingt ans,
hystérique confirmée, dont il fit l'autopsie sans attacher,
du reste, d'importance aux phénomènes convulsifs observés
pendant la vie. Il est même singulier de constater qu'il
n'avait pas existé d'hématémèses ; ce qui rend le diagnostic
singulièrement difficile entre les manifestations gastriques
de l'hystérie à forme ulcéreuse et celles affectant la forme
gastralgique pure.
« Objectera-t-on qu'il s'agissait, dans le cas de Bercioux,
d'une coïncidence, d'une simple association morbide qui
peut, à la vérité, exister, comme dans certaines observations
que nous publiions, où l'alcoolisme et l'hystérie se
rencontraient chez le même sujet? Que deviennent alors
les six cas qui forment le tiers des malades considérés
comme porteurs d'ulcères ronds par nos collègues des
hôpitaux, et pourquoi dénier à l'hystérie le pouvoir
d'exercer sur la muqueuse de l'estomac l'influence trophique
qu'on lui reconnaît sur le tégument cutané ?
« Dira-t-on encore que l'ulcère rond a joué un rôle provocateur
vis-à-vis de l'hystérie, dont il serait la cause et non
l'effet? C'est l'opinion qui avait cours autrefois à propos
de certaines névralgies chez les hystériques : la douleur
de la névralgie elle-même, phénomène primitif, provoquant
une crise, accident secondaire. Or, nous avons
démontré, pour certains phénomènes douloureux de la
face en particulier, que, dans ces névralgies, tout était
hystérisque et qu'on se trouvait simplement en présence
d'un paroxysme à forme de névralgie faciale. » De même
pour les paroxysmes à forme d'angine de poitrine ou pour
les paroxysmes à forme gastralgique que nous venons
d'étudier.
Enfin comme , chez les hystériques , dans les cas de
coïncidence avec l'alcoolisme, par exemple, l'ulcère rond
peut être indépendant de la névrose, nous ajoutions les
considérations suivantes, importantes au point de vue d'un
diagnostic étiologique qui restera cependant toujours très
difficile dans ces cas complexes :
DE L'HYSTÉRIE. 329
« Nous sera-t-il permis de dire que les faits d'ulcère
rond attribuables à l'hystérie s'accompagnent souvent
d'un phénomène qui a son importance en clinique? Nous
voulons parler d'une hyper-esthésie cutanée exquise de la
région épigastrique et aussi, parfois, lorsqu'il existe une
douleur en broche, de la région dorso-lombaire. Alors
que, dans l'ulcère rond d'origine alcoolique, par exemple,
la pression profonde est surtout douloureuse, dans l'ulcère
rond lié à la névrose, la douleur profonde existe également,
mais elle n'est pas comparable en intensité à celle que
l'on provoque par le simple pincement de la peau. Ce signe
peut faire défaut, mais, alors que nous ne l'avons jamais
constaté lorsque l'alcoolisme était en cause, il existait,
par contre, dans plusieurs de nos observations (VII, XI, XIII)
où l'hystérie, de par ses multiples manifestations, était
indéniable. »
Nous n'avons rien à changer aux précédentes considérations
que nous exposions, avons-nous dit, le 8 juin 1894,
devant la Société médicale des hôpitaux, et que les faits
que nous avons observés en dehors de notre enquête
(thèse Bruchon) n'ont fait que corroborer. L'influence
trophique de l'hystérie dans la production de l'ulcère rond
nous semble incontestable, malgré les difficultés qu'il
y a à différencier celui-ci des hématémèses hystériques
sans ulcère ou des ulcères qui, sous l'influence de toute
autre cause, peuvent exister chez les sujets en proie à
l'hystérie, ou chez ceux qui sont indemnes des manifestations
de cette névrose.
CHAPITRE DIX-SEPTIÈME
MANIFESTATIONS DE L HYSTÉRIE SUR l'aPPAREIL
DIGESTIF. INTESTIN.
Multiplicité des déterminations intestinales. — Constipation et diarrhée
d'origine hystérique. — Carré de Montgeron; Briquet; Fabre; Stephanidès;
Eybert. — Description. — Manifestations diverses.
De la tympanite ou pneumatose gastro-intestinale des hystériques. —
Formes cliniques. — Tympanite passagère : météorisme simple; borborygmes.
— Tympanite permanente localisée ou généralisée. — Etiologie. — Description. — Physiologie pathologique. — Coïncidence de constipation
et de rétention d'urine. — Marche et terminaisons.
Diagnostic différentiel. Usage du chloroforme. — Forme simulant la péritonite
aiguë généralisée ou localisée; la péritonite tuberculeuse. — Diagnostic
avec les tumeurs ovariennes. — Spencer Wells. — Formes
localisées.
Tympanite simulant l'obstruction intestinale. — La valvule iléo-coecale
peut-elle être forcée? — Analyse des observations. — Simulation.
De la grossesse nerveuse ou hystérique. — Soeur Jeanne des Anges. —
Carré de Montgeron. — Description; évolution; diagnostic.
Contractures du segment inférieur de l'intestin et du sphincter de l'anus. — Paralysie intestinale.
Paroxysme hystérique à forme de colique hépatique. — Sydenham; Pariser.
— Diagnostic.
Nous allons nous trouver, dans l'exposé des déterminations
de la névrose sur l'intestin, en face de difficultés analogues
à celles que nous avons rencontrées en traitant de
l'hystérie gastrique, les fonctions intestinales étant fort
complexes et pouvant être touchées soit dans leur ensemble,
soit dans chacun de leurs éléments en particulier.
Ces diverses manifestations n'ayant pas encore été réunies
dans un chapitre d'ensemble, il sera libre à chacun
de modifier à son gré la classification que nous avons
adoptée.
Etiologiquement. c'est presque toujours de sujets du
sexe féminin qu'il s'agit dans les observations, peut-être,
TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE. 331
ici encore, parce que la connaissance de l'hystérie masculine
est de date relativement récente. D'ailleurs le diagnostic
différentiel entre ces manifestations et certains phénomènes
morbides ou physiologiques propres à la femme :
kystes ovariens, grossesse, etc., se posant assez souvent,
on comprend que l'attention ait été attirée particulièrement
du côté du sexe féminin. Ajoutons que ces déterminations
paraissent surtout fréquentes chez les adultes.
Parmi les troubles des fonctions générales de l'intestin,
la constipation est très fréquemment observée chez les
hystériques; lorsqu'elle est isolée, elle n'offre guère de
caractères particuliers permettant de la rattacher à l'hystérie.
D'ailleurs, elle s'associe souvent à d'autres manifestations
gastro-intestinales : les vomissements, l'anorexie,
comme nous l'avons vu; la tympanite, le spasme de
l'extrémité inférieure de l'intestin, comme nous le verrons.
Elle ne mérite donc pas, à proprement parler, de description
spéciale; nous continuerons, chemin faisant, à en établir
la séméiologie.
La diarrhée d'origine hystérique, qui revêt fréquemment
la forme paroxystique, a des allures cliniques plus
tranchées. Se montrant souvent chez des malades sujets
à d'autres manifestions gastro-intestinales, elle alterne
bien plutôt avec celles-ci qu'elle n'est, comme la constipation,
sous leur dépendance directe. C'est ainsi qu'une
malade, présentée par M. Charcot aux auditeurs de sa clinique
du 21 janvier 1887, avait tantôt des crises diarrhéiaues,
tantôt des crises de vomissements.
Les observations bien nettes de diarrhée hystérique ne
sont pas du reste très communes. Nous trouvons un
exemple de cette détermination chez la demoiselle Coirin,
dont nous avons déjà parlé (1).
« Tantôt, dit Carré de Montgeron, ce sont des vomissent)
Carré de Montgeron, La vérité des miracles, 7" démonstration, p. 4,
édit. de Cologne, t. I, 1745.
332 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ments qui la fatiguent et des dévoiements qui l' épuisent;
tantôt c'est une hydropisie (tympanite) qui s'empare du
bas-ventre, la presse et la suffoque, enfin ce sont des rétentions
d'urine qui la tourmentent et un ulcère profond
(du sein) qui lui fait sentir les plus vives douleurs. »
Nous avons tenu à signaler cette observation, car la
diarrhée existait là concurremment avec d'autres troubles
trophiques d'origine hystérique, et il nous paraît que ce
phénomène doit être mis au nombre des manifestations
multiples de la diathèse vaso-motrice.
Sydenham (1) ne fait que signaler la diarrhée hystérique.
« La maladie, dit-il, se jette quelquefois sur l'estomac,
et alors elle produit des vomissements continuels; d'autres
fois sur les intestins, et alors elle produit un cours de
ventre. Mais ces deux symptômes hystériques sont sans
douleur, quoique la personne rende souvent une matière
verte. Ils arrivent d'ordinaire aux femmes qui ont été
affaiblies par de fréquents retours de vapeurs hystériques. »
Pomme (2) a noté en ces termes les phénomènes que
nous étudions : « Le paroxysme hystérique, dit-il, se montre
encore communément par des coliques violentes, accompagnées
de diarrhées et du vomissement, symptômes
pleins de dangers quand ils sont mal traités. »
Les auteurs modernes sont, en général, peu explicites :
«Très rarement, dit Briquet (op. cit., p. 261), l'entéralgie
(3) s'accompagne de diarrhée; cependant, on voit de
temps en temps des hystériques être brusquement prises,
sous l'influence d'affections morales, d'une diarrhée qui
devient bientôt aussi excessive que l'était la constipation. »
Briquet note donc l'influence des affections morales,
mais bien rarement, d'ailleurs, comme pour les autres manifestations
sur le tube digestif, on pourra remonter à la
véritable cause des phénomènes que nous décrivons.
(1) Sydenham, trad. Jault, op. cit., t. II, p. 478.
(2) Pomme, Traité des affections vaporeuses, 6e édit. , an VII, t. I, p. 23.
(3) Sous le nom d'entéralgie, Briquet décrit surtout la tympanite hystérique,
que nous étudierons bientôt.
DE L'HYSTÉRIE. 333
A. Fabre (1), qui a bien étudié les localisations de la
névrose sur l'appareil gastro-intestinal, n'est pas beaucoup
plus précis que Briquet.
« Quelques hystériques, dit-il, ont de la diarrhée
alternant, comme chez notre n° 6, avec des vomissements.
Ce sont alors des diarrhées plus ou moins aqueuses,
plus ou moins profuses. Les sécrétions du tube digestif
sont, chez ces malades, abondantes mais altérées : il y a
un exsudât séreux plus ou moins considérable de l'intestin,
d'où la diarrhée, qui se traduit alors par des selles copieuses,
mais non douloureuses. 11 est vraisemblable
que, dans ces cas, il s'est produit une atonie du grand
sympathique et que l'hystérie détermine, au moyen d'une
parésie morbide, des phénomènes analogues à ceux que
Pincus et Samuel ont obtenus de la section expérimentale
du grand sympathique. »
Un peu moins de physiologie et beaucoup plus de description
clinique feraient bien mieux notre affaire.
L'observation publiée par Friedrich Fishel (2) ne nous
semble pas concluante au point de vue de l'hystérie, bien
que l'auteur commence son exposé par cette assertion, qui
mériterait d'être étayée par quelques preuves : >< Il est un
lait bien connu, que les troubles fonctionnels du tube
intestinal, dans le sens que Trousseau attache à la diarrhée
nerveuse, ne doivent pas être mis au nombre des raretés
chez les neurasthéniques et les hystériques. » Le fait que,
chez sa malade, les crises diarrhéiques disparurent sous
l'influence du port d'un pessaire n'est pas suffisant pour
entraîner notre conviction, car la recherche des zones hystérogènes
et d'autres stigmates hystériques, dont il est
parlé dans l'observation, resta infructueuse.
Mêmes assertions peu probantes d'Axenfeld et Huchard
(3), qui disent : « Parmi les troubles de sécrétion,
(1) Vhystérie viscérale, op. cit., p. 11.
(2) F. Fisuel, Ein Beitraq zur Kasuistik der nervosen Diarrhoen. Prager
medicin. Wochens., n° 47, novembre 1891, p. 545.
(3) Traité des névroses, op. cit., p. 1019.
334 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
il faut noter la diminution ou l'exagération des sucs intestinaux
donnant lieu à la constipation ou à des diarrhées
profuses, véritables débâcles avec accompagnement de
concrétions muqueuses membraniformes. »
Dans sa thèse, M. Eybert (1) déplore l'absence de bons
documents.
« Les troubles intestinaux dans l'hystérie, dit-il, sont
signalés par de nombreux auteurs, mais ils ne sont nulle
part décrits avec quelques détails. On a noté le plus souvent
de la constipation accompagnée ou non de douleurs
entéralgiques, mais toujours escortée de l'expulsion de
concrétions muqueuses membraniformes qu'on a pu prendre
pour des taenias et dont le mécanisme de formation est
peu connu. La diarrhée est considérée comme rare, et
quand elle survient, elle succède souvent à une constipation
plus ou moins prolongée. Les observations détaillées
manquent; à ce point de vue, il faut s'en rapporter au dire
des observateurs. »
« M. Stephanidès (2), médecin à Garlsbad, ajoute-t-il,
qui a eu l'occasion de voir souvent des hystériques envoyées
aux eaux, est à peu près le seul auteur qui présente
un tableau d'ensemble de la diarrhée hystérique. 11 lait
intervenir dans l'explication du flux intestinal un état de
spasme des muscles intestinaux, avec augmentation de
la réaction des nerfs vis-à-vis des causes irritantes, une
augmentation, en un mot, du péristaltisme. »
Pour ce dernier auteur, il ne s'agirait donc pas là, comme
nous le pensons, — au moins pour certains cas, — de
troubles trophiques. Il est vrai qu'en 1883 les troubles
trophiques dans l'hystérie étaient à peu près ignorés, et
que la diarrhée ne reconnaît très probablement pas une
pathogénie univoque, difficile à préciser, d'ailleurs, en
l'absence de toute donnée anatomo-pathologique.
(1) Eybekt, Des diarrhées névropathiques d'origine réflexe. Th. Lyon,
janvier 1892, ch. iv, p. 51.
(2) Stephanidès, Zur Kentniss des Darmkatarrhes der Hysterixchen.
Wiener medic. Presse, n° 32, 1883.
DE L'HYSTERIE. 335
Voici, du reste, la description que donne de la diarrhée
hystérique M. Stephanidès ; nous empruntons la traduction
de son mémoire à M. Eybert :
« Chez les hystériques atteints de diarrhée nerveuse, il
y a habituellement, avant cette diarrhée et pendant longtemps,
un état dans lequel les malades accusent toutes
sortes de symptômes morbides du côté du tube gastro-intestinal
; ils ont des malaises variés, un sentiment de plénitude
qui est augmenté par la pression, du ballonnement,
des coliques accompagnées souvent, d'une façon alternative,
de diarrhée et de constipation ; enfin, la diarrhée
devient de plus en plus régulière et constante et résiste à
tous les moyens qui réussissent habituellement chez d'autres
malades. Le besoin d'aller à la selle, revenant fréquemment,
surprend souvent les malades d'une façon si brusque
qu'ils n'ont pas le temps d'arriver à la chaise. Les selles
sont liquides, peu abondantes, contiennent rarement un
mucus épais. Elles surviennent habituellement sans avertissement,
ou du moins après une impression très fugitive
d'inquiétude et de gargouillement dans le bas- ventre.
Elles sont souvent provoquées par une agitation psychique
comme il s'en produit facilement chez les hystériques.
Certaines influences nerveuses, notamment les impressions
de tristesse ou de crainte, ont, chez la plupart des
individus, une action incontestable sur les mouvements
de l'intestin, si bien que la diarrhée les suit immédiatement.
Il en est de même chez certains hystériques, pour
lesquels la joie ou l'angoisse, la crainte ou l'effroi, même
l'excitation génésique, sont la cause occasionnelle d'accès
de diarrhée. Cette diarrhée affaiblit les malades, mais pas
autant qu'on le pourrait croire, étant donnée la longue
durée de l'affection. Il faut certainement voir la cause de
cette particularité dans ce fait qu'on est en face, non pas
d'une altération de la muqueuse intestinale, mais d'une
excitabilité réflexe de l'intestin poussée à son plus haut
point. En outre, les mouvements péristaltiques accrus,
survenant brusquement, d'une façon spasmodique, dispa336
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
raissent de même et n'expulsent jamais tout le contenu
de l'intestin, mais seulement une petite partie. De cette
façon, plusieurs selles n'ayant pas un volume considérable
n'abattent pas aussi vite le malade qu'elles le feraient dans
tout autre cas.
« Dans cette affection, la thérapeutique ne peut arrêter
la diarrhée que pendant un temps très limité ; la diarrhée
revient toujours, si bien que les malades retournent à
Carlsbad pour y être débarrassés d'une affection qui les
importune depuis longtemps. Dès qu'on aura pu reconnaître
la nature hystérique du catarrhe intestinal, on ne
se fera pas trop illusion sur l'efficacité de la cure. Avant
tout, on nourrira fortement son malade pour faire disparaître
l'affaiblissement général, et, en outre, on lui permettra
de boire, mais en petite quantité, les eaux les plus
chaudes de Carlsbad. De cette façon, on fait disparaître
au moins pour un temps la diarrhée, et les malades se
sentent soulagés. Peut-être, tôt ou tard, verront-ils survenir
l'état directement opposé, c'est-à-dire la constipation
la plus opiniâtre qui, chez les hystériques, est un
symptôme beaucoup plus fréquent et plus persistant, si
bien qu'il m'est arrivé de voir des hystériques qui, la
première année, venaient chercher à Carlsbad la guérison
de leur diarrhée et revenaient plus tard pour la constipation.
»
M. Eybert donne une seule observation personnelle ayant
trait à une femme de soixante-deux ans, atteinte d'hystérie
convulsive, qui eut des hémoptysie, présenta les phénomènes
du sein hystérique, des ecchymoses et de l'oedème
des membres inférieurs, enfin des diarrhées qui durèrent
parfois plusieurs mois. Cette observation corroborerait,
on le voit, notre opinion sur la diarrhée considérée comme
un trouble trophique de l'hystérie.
Deux autres cas de même ordre ont, d'ailleurs, échappé
à M. Eybert. Une malade de Stepanow (1), qui avait des
(1) Voy. t. II, p. 463.
DE L'HYSTERIE. 337
hémorragies auriculaires, était également sujette à des
crises diarrhéiques.
Mais le cas d'Oulmont et Touchard (1) est surtout probant.
Après avoir décrit l'atrophie musculaire et l'oedème
de la jambe gauche qui existaient chez leur malade, âgée
de quarante-cinq ans, les auteurs ajoutent : «Signalons encore
des troubles vaso-moteurs marqués d'un côté du
corps, caractérisés par une sudation tellement abondante
que la malade était obligée de se tenir le bras et la jambe
hors du lit au moment où survenaient ces crises. Du côté
de l'intestin, des diarrhées séreuses, arrivant par accès,
résistant à tous les moyens thérapeutiques employés et à
la diète la plus complète. » Il y avait jusqu'à quinze et
vingt selles dans les vingt-quatre heures.
En résumé, la diarrhée hystérique paraît alterner souvent
avec d'autres manifestations gastro-intestinales, les
vomissements en particulier. Dans la plupart des observations
coexistaient des manifestations vaso-motrices :
oedème, hémorragies, sein hystérique, qui semblent bien
prouver que la diarrhée doit être un phénomène de même
nature.
Comme elle se montre le plus souvent sous forme de
crises, on retrouverait peut-être aisément, dans les symptômes
qui l'accompagnent, les caractères d'une attaque à
laquelle la diarrhée donne sa caractéristique prédominante.
Dans l'état actuel de la science, il nous paraît difficile
de donner une description précise de cette manifestation
de la diathèse vaso-motrice.
M. A. Fabre, après avoir noté la diarrhée, parle ainsi
qu'il suit de certaines autres manifestations de l'hystérie
sur l'intestin : on trouvera dans sa description quelques
considérations intéressantes sur l'état de la langue chez
ces malades.
(1) Oclmoxt et Touchard, Contrib a i étude des troubles trophiques dans
l'hystérie, op. cit., obs. I.
338 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« Il ne faudrait pas croire, dit-il (p. 11), que l'hystérie
se borne à produire dans le tube digestif des troubles purement
fonctionnels. Elle y détermine parfois aussi, au
moyen d'une action trophique,des altérations matérielles,
des lésions de la muqueuse.
«Ces lésions, il ne m'a pas encore été donné de les
constater directement, mais on peut les reconnaître par
l'examen de la langue et par l'examen des matières fécales.
« Quand une hystérique éprouve depuis quelque temps
des troubles fonctionnels dans le tube digestif, on peut
observer du côté de sa langue trois états différents : tantôt
la langue est complètement rouge, lisse et dépouillée de
son épithélium ; on dirait la langue d'une gastro-entérite ;
tantôt elle est recouverte d'un enduit saburral plus ou
moins jaune et plus ou moins épais, en même temps
qu'elle est légèrement rouge sur les bords ; c'est comme
une langue d'embarras gastrique ; tantôt, enfin, et c'était
le cas de notre n° 6 (diarrhée simple), elle présente un
enduit blanchâtre de peu d'épaisseur avec des points
rouges disséminés.
« Ne croyez pas avoir affaire, dans ces cas, à des états
purement accidentels provoqués par des écarts de régime
et qui doivent disparaître par un traitement approprié.
Ces états, je les ai observés chez des sujets dont le régime
paraissait irréprochable, tandis que je ne les ai pas rencontrés
chez des hystériques dont le régime était complètement
fantaisiste. Et puis, c'est en vain que j'ai cherché à
traiter ces prétendus embarras gastriques par les évacuants,
ces prétendues gastro-entérites par la diète lactée ;
pas plus que le régime soi-disant approprié, les traitements
qui paraissaient rationnels n'y faisaient rien ; l'altération
de la langue persistait un temps ordinairement
assez long, parfois même indéfini, pour céder quelquefois
d'une manière assez brusque et sans traitement.
« L'inappétence, l'atonie, la lenteur du travail digestif,
tels sont les symptômes qui m'ont paru répondre le plus
DE L'HYSTERIE. 339
exactement à la langue d'aspect saburraL Avec la langue
rouge et dépouillée, j'ai rencontré la tendance au vomissement
et à la diarrhée, pouvant même, à certains moments,
revêtir un aspect cholériforme. Enfin , avec la
langue revêtue d'un certain enduit blanchâtre etpointillée
de rouge, j'ai plus particulièrement observé la digestion
pénible et douloureuse, une prétendue dyspepsie qui était
bien une gastrite ; mais, je le répète, il n'y a pas ici de
relation nécessaire et régulière entre l'aspect de la langue
et les troubles fonctionnels du tube digestif.
« A la partie inférieure du tube digestif, l'altération de
la muqueuse s'accuse d'une autre manière. Ce qu'on
appelle l'entérite pseudo-membraneuse, c'est-à-dire la
desquamation épithéliale du gros intestin, résultat d'une
inflammation superficielle, n'est, sans doute, pas un état
particulier aux hystériques, mais, cependant, les personnes
nerveuses, et surtout les hystériques, comptent pour le
plus grand^nombre parmi les tributaires de cette affection :
constipation, douleurs intestinales, inappétence, tels sont
les principaux troubles fonctionnels qui, chez les hystériques,
accompagnent cet état morbide : parfois aussi on
observe le ténesme, qui peut encore se montrer chez les
hystériques en dehors de lui.
«... Tels sont les troubles variés du tube digestif, ajoute
A. Fabre, que j'ai observés chez des hystériques et que
j'ai rencontrés trop fréquemment, avec des allures trop
personnelles, avec une trop grande indépendance étiologique
et thérapeutique pour croire simplement à des affections
banales chez des sujets hystériques. Aujourd'hui que
nous savons que l'hystérie peut envahir les diverses parties
du système nerveux et que les affections nerveuses
peuvent produire des troubles trophiques aussi bien que
des troubles sensitifs et moteurs, ces faits-là ne doivent
plus nous étonner, et aucune idée préconçue ne peut
s'opposer à ce que nous en reconnaissions la réalité. »
Nous souscrivons complètement aux opinions formulées
par A. Fabre, le seul auteur qui, jusqu'à présent, ait
340 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
étudié avec quelque soin les manifestations intestinales de
l'hystérie.
Chemin faisant, nous avons vu qu'il parlait de l'entérite
muco-membraneuse comme un phénomène fréquent chez
les hystériques. Axenfeld et Huchard, Eybert semblent
être du même avis. Est-ce encore là un trouble trophique
à mettre à l'actif de l'hystérie ? La question nous semble
difficile à résoudre. Il est certain que les hystériques sont
sujettes à cette entérite, mais de là à rattacher directement
cette manifestation à la névrose il y a encore loin, en se
servant des documents que nous possédons. Tout au plus
peut-on dire qu'on la rencontre fréquemment chez les personnes
nerveuses, les hystériques en particulier.
Aux phénomènes dus à l'exagération ou au défaut de
sécrétion intestinale que nous venons d exposer, il nous
faut ajouter maintenant la description de l'ensemble
symptomatique, créé par la production exagérée de gaz
dans l'estomac et dans l'intestin. Nous disons estomac,
car, dans la majorité des cas, les gaz siègent dans toute
l'étendue du tube gastro-intestinal, pouvant toutefois
se limiter a l'une ou à l'autre de ses parties constituantes.
Les phénomènes que nous allons décrire sont surtout
connus en France sous le nom de tympanite hystérique,
bien que. comme nous l'avons dit, Briquet (op. cit.,
p. 260, 67yj les ait plus particulièrement désignés par
le terme à1 enteralgie . La forme pure de l'entéralgie, qu'il
compare à la gastralgie, se juge surtout par des coliques;
mais cette forme est peu fréquente comparativement surtout
à celle ou il existe une production exagérée de gaz ;
aussi le terme de tympanite a-t-il prévalu.
En Angleterre, ces manifestations sont étudiées sous la
désignation générale de spurious peritonilis, fausse péritonite,
terme dont on comprend la portée clinique sans qu'il
soit besoin d'insister davantage.
DE L'HYSTERIE. 341
Nous donnerons d'abord une vue d'ensemble de la tympanite
: ensuite nous ferons l'étude des principaux types
cliniques qu'elle peut revêtir et dont plusieurs sont très
importants, particulièrement en ce qui regarde les erreurs
de diagnostic qu'ils sont susceptibles de faire commettre.
Il ne faut pas oublier, en outre, que les hystériques ne sont
pas exempts des affections, autres que la névrose, capables
de déterminer la formation exagérée de gaz dans l'intestin.
Cette restriction se justifie déjà à propos de la forme
atténuée et passagère de la tympanite, à laquelle, d'après
Cadet (1), le nom de météorisme conviendrait davantage.
Nous voulons parler de ces borborygmes qui s'observent
si fréquemment chez les hystériques et aussi chez les
femmes que n'a pas touchées la névrose. Nés soudainement
pendant les repas ou dans leur intervalle, ils disparaissent
de même, ne constituant, en somme, par le bruit
désagréable qui les révèle , qu'une manifestation plutôt
ennuyeuse que véritablement incommodante.
A un degré plus élevé, ces bruits intestinaux peuvent
s'accompagner de phénomènes douloureux sous forme de
coliques « pendant lesquelles, dit Briquet (p. 261), le
ventre se tend et se ballonne notablement. On voit des
femmes hystériques ne pouvoir faire un seul repas sans
que, pendant la digestion, leur abdomen prenne un développement
fort gênant et sans que cette distension ne
s'accompagne de bruyants borborygmes et d'éructations
encore plus désagréables. Dans ces cas, le diaphragme
soulevé rend la respiration courte et occasionne des palpitations.
»
Parfois, ces phénomènes, qui, nous l'avons dit, peuvent
s'observer aussi en dehors de la névrose, prennent un
caractère spécial bien en rapport avec ce que nous savons
des paroxysmes hystériques.
C'est ainsi que, dans une observation publiée par
(1) Cadet, Essai sur la pneumatose gastro-intestinale des hystériques.
Th. Paris, 1871.
342 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
M. Lécorché (1), les borborygmes étaient rythmiques et
consistaient dans une sorte de bruit de va-et-vient formé
de gros raclements, parfois de gargouillements humides
se succédant régulièrement de droite à gauche et de
gauche à droite.
Soit après s'être ainsi essayé à plusieurs reprises sous
forme de météorisme passager, soit d'emblée, le tympanisme
tend à devenir permanent, ou au moins à ne disparaître
qu'à intervalles éloignés pour reparaître ensuite. La
véritable pneumatose hystérique est alors constituée.
\] éliologie en est obscure. Dans la très grande majorité
des cas, c'est de femmes, qu'il s'agit, et le maximum de
fréquence paraît être entre quinze et vingt-cinq ans, bien
qu'on puisse rencontrer des exemples de tympanite beaucoup
plus tard et aussi, mais plus rarement, dans un âge
moins avancé. La malade de M. Moizard (2), dont nous
reparlerons, n'avait que onze ans.
M. Pitres (3) a rapporté l'observation d'une femme qui,
à l'âge de cinq ans, commença à avoir des crises de gastralgie
hystérique qui duraient quelquefois quinze à vingt
jours, s'accompagnant de vomissements continuels.
« A neuf ans, dit-il, elle fut placée dans un orphelinat,
où elle resta jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Durant son
séjour, elle eut plusieurs fois des accidents abdominaux
caractérisés surtout par un gonflement énorme du ventre.
Une fois, ces accidents la retinrent au lit pendant deux
mois consécutifs. Le médecin de la maison déclara alors
que l'enfant avait le carreau, mais ce diagnostic était évidemment
erroné, car la maladie disparut brusquement
sans laisser aucune trace. »
Retenons donc l'âge de la malade de M. Pitres, et aussi
le diagnostic de tuberculose des ganglions mésentériques
(1) Lécorché, Etudes médicales, 1880, p. 540.
(2) Moizard, Un cas d'hystérie infantile. Pseudo-tumeur abdominale
chez une fille de onze ans. Journ. de niéd. et dechir. prat., 10 avril 1894,
p. 284.
. (3) Pitres, Leçons cliniques sur l'hystérie et l'hypnotisme, t. I, 1891,
p. 194.
DE L'HYSTERIE. 343
ou carreau qui fut alors porté, à tort du reste, comme nous
l'avons vu.
Les causes occasionnelles sont souvent difficiles à déterminer.
En matière d'hystérie, nous le savons, les causes
psychiques jouent un très grand rôle dans la localisation
des phénomènes morbides. Aussi, tout ce qui peut, moralement
ou physiquement, attirer l'attention de l'hystérique
et la fixer sur les organes abdominaux est-il susceptible
de produire la tympanite sous ses diverses formes.
Cadet s'exprime ainsi qu'il suit à ce sujet (op. cit.,
p. 10) : «C'est souvent après une grossesse ou encore une
fièvre grave, comme la fièvre typhoïde, ou (ce qui est plus
rare) après l'emploi exagéré de drastiques, de purgatifs
énergiques, que survient la tympanite. »
Puis il cite le cas d'une femme hystérique qui fit une
fausse couche de trois mois . « L'avortement fut suivi
d'une tension abdominale qui existait encore il y a deux
mois, lorsque la malade contracta une fièvre typhoïde. La
maladie suivit son cours ordinaire; mais le météorisme ne
ifit que s'accroître pendant la convalescence, et aujourd'hui
Je ventre est complètement tympanisé. »
Dans certaines formes, que nous décrirons spécialement,
c'est la crainte ou le désir exagéré d'une grossesse,
la crainte d'une tumeur abdominale analogue à celle qui
existe réellement chez une parente, une amie, qu'on doit
•incriminer. Encore faut-il se souvenir que les hystériques,
lorsqu'on n'a pas su ou pu gagner leur confiance, sont souvent
muettes sur leurs impressions. Dans un cas de Spencer
Wells (1), la pathogénie était plus directe, la malade attribuant
son affection à des coups violents « portés sur le
bas-ventre et sur les cuisses, suivis de gonflement, de douleurs,
de perte de sang et de caillots par le vagin et le
rectum » .
L'étiologie, on le comprendra encore mieux ultérieurement,
variera donc suivant les formes cliniques de la tym-
,(1) Denmu, De l'hystérie gastrique, op. cit., p. 176, obs. XXXV.
344 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
panite. Il ne faut pas oublier non plus que lapneumatose,
soit temporaire, soit permanente, survient souvent à
l'occasion des paroxysmes convulsifs, et que dans ces cas
elle exagère singulièrement, ainsi qu'il est facile de le
comprendre, l'arc de cercle et surtout la projection du
ventre en avant (1).
Que le début soit subit, à la suite d'une attaque ou
pendant son aura (2), qu'il soit insidieux, comme cela
s'observe fréquemment aussi, la tympanite une fois installée
se présente sous deux formes qu'il importe de distinguer
: la forme généralisée et la forme localisée.
Point n'est besoin dune longue description de la forme
généralisée, l'aspect d'un ventre tympanisé étant bien
connu. L'abdomen est uniformément augmenté de volume,
l'estomac et l'intestin participant, d'une façon générale, à
la dilatation. Plus souvent, toutefois, que dans les autres
affections qui donnent lieu à la tympanite, on observe des
bosselures intestinales, la division de la tumeur en deux
moitiés latérales par les droits abdominaux. Peut-être ces
muscles sont-ils contractures, comme dans le cas de Moizard;
bien plutôt, croyons-nous, la distension s'est produite
si rapidement dans certains cas que les muscles
n'ont pu s'y prêter, à l'instar de la paroi beaucoup plus
souple d'après sa constitution anatomique. C'est dans ces
cas de distension soudaine et considérable — la forme
permanente n'étant pas toutefois exceptée — qu'on observe
, lorsque la tympanite a disparu, les vergetures
abdominales signalées par Ebstein (3).
Au degré maximum, tout s'efface, la paroi est uniformément
lisse et la circonférence abdominale peut mesurer
(1) Voir Bourneville et Regnard, Iconographie photographique de la
Salpêti'ière, t. I, p. 155 et passirn ; t. III, passim.
(2) Id., t. III, p. 71.
(3) Ebstein, Contribution a l'étude de la tympanite des hystériques qui
affecte une évolution aiguë. An. in Archives de JSeur., 1884, p. 334.
DE L'HYSTERIE. 345
jusqu'à un mètre et plus au niveau de l'ombilic (l). L'abdomen
revêt alors une forme ovoïde à grosse extrémité
tournée en bas. Lorsqu'on le palpe, la main ne peut produire
de dépression, repoussée qu'elle est par les anses
abdominales surdistendues.
Cette palpation est souvent douloureuse, car il n'est
pas rare d'observer une hyperesthésie de la paroi, généralisée,
dimidiée ou localisée, par exemple, aux zones
ovariennes , qui à elle seule permettrait de faire le diagnostic
de tympanite hystérique dans les cas douteux. Cette
hyperesthésie, comme à son ordinaire, est beaucoup plus
superficielle que profonde ; le simple frôlement arrache
des cris au malade, alors que la pression large avec la
paume de la main est relativement bien tolérée. Les gaz,
en distendant la peau hyperesthésiée, déterminent mécaniquement
des douleurs spontanées, parfois si vives que
dans certains cas on a pu, comme nous le verrons, porter
le diagnostic de péritonite aiguë. Dans d'autres, sur la fréquence
relative desquels il est difficile de se prononcer,
la paroi est indolore, ou frappée d'hémianesthésie ou
d'anesthésie en plaques.
Le ventre percuté donne un son tympanique, c'està-
dire à tonalité claire: mais cette tonalité se modifie avec
la surdistension, au point de constituer une matité véritable.
C'est un fait sur lequel insiste avec raison M. Cadet,
car. dans la tympanite localisée en particulier, on pourrait
songer, pour le plus grand détriment des malades, à
des tumeurs solides.
Dans son Traité de diagnostic médical, Racle dit avoir
observé une jeune fille hystérique « dont l'estomac, distendu
outre mesure et formant une saillie qui en dessinait
parfaitement les contours, donnait un son presque absolument
mat. Le son redevenait tympanique quand la dis-
(1) Circonférence abdominale au niveau de Vombilic, 115 c; de l'appendice
xiphoïde au bord supérieur du pubis, 43 c ; homme de trente-quatre
ans, in Micuaut, Contribution à l'étude de l'hystérie chez Vhomme. Thèse
Paris, 1890, obs. VIII, p. 74.
346 TliAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
tension était moindre » . Ce phénomène n'a, du reste, rien
de particulier à la tympanite hystérique ; il résulte de lois
physiques applicables aussi bien au poumon, dans l'emphysème,
par exemple, qu'à l'estomac ou à l'intestin. »
Lorsque la distension de l'abdomen est portée à un certain
degré, il se produit des phénomènes d'ordre mécanique.
Le diaphragme, refoulé fortement en haut, met
obstacle à l'expansion pulmonaire ; le malade, vu l'extrême
hyperesthésie de la paroi qui existe parfois, n'ose se livrer
à des efforts, et dans ces cas la mort peut survenir par
Véritable asphyxie.
« La respiration, dit Cadet, devient plus difficile, le
pouls est dur, fréquent, la face congestionnée : c'est
l'asphyxie avec tous ses symptômes, et la mort peut en
être quelquefois la terminaison. »
Et M. Deniau dit, lui aussi [op. cit., p. 169) :
« La dyspnée se change en orthopnée ; il y a des phénomènes
asphyxiques, des douleurs intenses, et la malade
peut être emportée très rapidement par les progrès de
l'anhématose ou par une syncope, comme M. Huchard l'a
vu pour une de ses malades. » A part cette affirmation
de M. Huchard, ni M. Cadet ni M. Deniau ne donnent
une observation probante de terminaison fatale due à la
pneumatose des hystériques.
La vérité est que, dans les cas où la tympanite s'accentue
brusquement ou se montre subitement sous l'influence
d'un paroxysme, par exemple, on peut assister à un
ensemble clinique assez terrifiant parfois pour inspirer des
craintes qui s'effaceront, du reste, généralement à la fin
de l'accès. Dans les cas graves, le chloroforme, comme nous
allons le voir, serait tout indiqué pour faire disparaître la
surdistension abdominale, cause mécanique de l'asphyxie.
Avant de décrire certains autres phénomènes qui forment
le cortège ordinaire de la tympanite, il est bon de
dire quelques mots du mécanisme de sa production.
Les théories n'ont pas manqué : on les trouvera longuement
exposées dans la thèse de Cadet et dans l'article
DE L'HYSTÉRIE. 347
d'Ebstein, qui, tous les deux, font jouer un grand rôleàla
contracture des fibres de l'intestin, laquelle peut agir, soit
en favorisant la production des gaz, soit en les emprisonnant
lorsqu'ils se sont formés.
A la contracture des fibres intestinales, on pourrait
ajouter celle du diaphragme et de certains muscles de la
paroi abdominale.
« Au niveau de la région épigastrique, dit Moizard, il
existe une tumeur volumineuse occupant tout l'épigastre
et envahissant les deux régions hypocondriaques. Cette
tumeur présente une résistance assez marquée, sans fluctuation.
En examinant la région abdominale, on est frappé
immédiatement de la contraction des muscles de la paroi ;
sauf le ventre supérieur des grands droits, tous les muscles
sont contractures et donnent à la main une sensation de
dureté ligneuse. Le ventre est rétracté dans toute son étendue,
sauf au niveau de la région épigastrique. Il semble
qu'à ce niveau l'estomac et le côlon tranverse fassent
hernie entre les bords antérieurs des deux muscles obliques,
au niveau de la partie supérieure des muscles grands
droits abdominaux, qui seule n'est pas contracturée. »
Il existait du hoquet « dû à un spasme du diaphragme
et probablement du larynx également » .
Cette hypothèse de la contracture des fibres intestinales
ou de certains muscles du tronc et de l'abdomen peut être
l'expression de la réalité dans les faits de tympanite localisée
à l'estomac ou à une anse intestinale, par exemple;
mais elle est peu plausible dans ceux, beaucoup plus fréquents,
de tympanite généralisée. Enfin elle n'explique
guère la genèse subite ou lente, dans tous les cas exagérée,
des gaz intestinaux.
Il n'est pas douteux d'abord que ce soit bien de gaz
qu'il s'agisse dans la circonstance. Brodie l'avait déjà
établi par l'observation hydrométrique suivante : « Si,
dit-il (1), la gêne est telle que le médecin prescrive un
(1) Brodie, Leçons su?- les affections nerveuses locales, trad. fr., op. cit.,
.p. 37.
348 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
bain chaud, on constate, dans les cas de distension considérable,
ce phénomène remarquable qu'au lieu d'aller au
fond du bain, la malade surnage dans l'eau. » Et s'il était
besoin dune démonstration encore plus évidente, il la
donnerait ainsi qu'il suit : « Si on introduit dans le rectum
un tube élastique et qu'on exerce une certaine pression sur
l'abdomen, on peut faire passer quelquefois les gaz à travers
le tube jusqu'à faire reprendre à l'abdomen ses dimensions
normales; au bout de quelques heures, néanmoins,
les gaz s'accumulent de nouveau. »
Dans un cas de surdistension tympanique rapporté par
par M. Cadet (obs. II, p. 28), la ponction fut faite deux
fois, la première sans résultat. Lors de la seconde, l'appareil
se remplit de gaz un peu odorants, sans que le volume
de l'abdomen en fût, d'ailleurs, sensiblement diminué.
11 est donc très probable qu'il existe clans l'intestin des
hystériques atteints de tympanite des gaz beaucoup plus
abondants qu'à l'état normal. Toutefois, les auteurs ont
depuis longtemps été frappés de ce fait que, dans certains
cas, le météorisme disparaissait subitement, sans que les
gaz eussent été expulsés par les voies naturelles.
« Si cette sécrétion gazeuse, dit Landouzy (1), produit
chez quelques malades des vents ou des éructations continuels,
il en est aussi chez lesquelles le météorisme disparaît
sans l'émission d'aucun gaz, ni par haut, ni par bas,
bien qu'il ait été porté assez loin parfois pour simuler
une grossesse au neuvième mois (2). »
Et Landouzy ajoute que « la cause de ce météorisme
insolite est due à une modification toute morbide que subissent
les sécrétions sous l'influence des troubles nerveux
dont le trisplanchnique est lui-même affecté » .
Nous pouvons ajouter, en nous basant sur des observations
personnelles, que bien souvent, en effet, lors de la
disparition du tympanisme, il ne se produit que des émissions
gazeuses tout à fait insignifiantes, nullement en rap-
(1) LàNDOUZY, op. cit., p. 75.
(2) Scipiox Pinel, p. 413. • -
DE L'HYSTERIE. 349
port avec le volume des gaz qui paraissaient exister clans
l'intestin. C'est un fait qui frappe beaucoup lors des paroxysmes,
où le ventre acquiert presque subitement des
dimensions très exagérées, et s'affaisse aussi presque instantanément
à la fin de l'accès. On observe ce même phénomène
d'affaissement subit, sans émission gazeuse, lorsqu'on
chloroforme les malades atteints de pneumatose.
Que deviennent donc les gaz dans ces cas? Peut-être
vaudrait-il mieux, encore une fois, se demander quel est
le mécanisme intime de leur production. S'il y a production
exagérée, comme cela semble probable, celle-ci est
elle due à l'exhalation des gaz du sang à la surface interne
de l'intestin, et ces gaz, à la fin du paroxysme, rentrentils
dans le torrent circulatoire? Ou bien les gaz sont-ils
normalement dans l'intestin à une certaine tension que
maintient la tonicité intestinale, et la rupture d'équilibre,
la dilatation des gaz se fait-elle par suite d'une paralysie
de la tunique musculaire? L'intestin reprenant sa tonicité,
le volume des gaz se réduirait à la normale. Dans cette
hypothèse, il n'y aurait pas production exagérée; ce qui
semble peu plausible pour les cas analogues à ceux de Brodie,
où le malade surnageait.
A la vérité, les phénomènes alternatifs de paralvsie ou
de contracture des fibres musculaires de l'intestin jouent
un rôle de haute importance ; mais il est difficile cependant
d'admettre, avec Ebstein, que, dans les cas de tympanite
aiguë qu'il décrit, l'exagération de volume soit
produite par le passage dans l'intestin, par suite de l'insuffisance
temporaire de la valvule pvlorique, de l'air avalé
et de l'acide carbonique qui se serait développé dans
l'intérieur de l'estomac. Il nous paraît d'ailleurs prudent
de ne pas chercher à trop approfondir la genèse de ces
phénomènes, dont la pathogénie n'est, du reste, probablement
pas univoque.
Cette question de la paralysie et de la contracture se
350 TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
pose encore dans l'interprétation de certaines manifestations
qui accompagnent fréquemment le tympanisme,
nous avons nommé la constipation et la rétention d'urine.
Brodie {op. cit., p. 37) s'exprime en ces termes :
« Le tympanisme hystérique est toujours ;iccompagné
d'une constipation plus ou moins marquée... J'ai la conviction
qu'en questionnant l'a malade à diverses reprises,
vous arriverez à vous assurer que la constipation hystérique
est de même nature que la rétention d'urine liée à la
même diathèse. L'effort de la volonté n'intervient que
quand les matières fécales sont accumulées en quantité
considérable. »
Briquet est encore plus explicite; il admet à la fois, ce
qui n'est pas compromettant, et la paralysie du corps de la
vessie, et la rigidité spasmodique du col vésical jointe à la
contracture du sphincter anal.
« Deux autres svmptômes, dit-il (p. 262), qui ne manquent
jamais pour peu que l'entéralgie (tympanite) ait une
certaine intensité, apparaissent bientôt. Le premier est la
rétention tellement complète des urines dans la vessie que
les malades ne rendraient pas une goutte d'urine, si l'on
n'introduisait une sonde dans la vessie. Cette rétention est
le plus ordinairement sans douleur; l'introduction de la
sonde elle-même ne provoque pas de sensation trop pénible
; il existe alors une paralysie des parois de la vessie en
même temps qu'un état spasmodique du col.
« Le second accompagnement est la constipation également
complète et invincible avec contraction du sphincter
de l'anus et insensibilité des parois du rectum et du côlon.
Les malades passeraient des semaines entières sans rendre
des selles, si l'on n'employait pas les moyens propres à
les provoquer, et encore n'agissent-ils ordinairement que
d'une manière lente et incomplète. »
A notre avis, au moins, cette constipation et cette rétention
d'urine sont certainement plus apparentes que réelles.
Il ne faut pas oublier, en effet, que bon nombre de malades
atteints de tympanite présentent concurremment des
DE L'HYSTERIE, 351
phénomènes digestifs, tels que les vomissements, par
exemple. De ce fait, ils ne tardent pas à tomber dans
l'anorexie secondaire, qui se juge, comme on le sait, par
des garde-robes et des urines très rares, de sorte que, bien
qu'on ait signalé des débâcles intestinales, des alternatives
de diarrhée et de constipation (Michaut), des rétentions
vraies dues à la contracture du sphincter, il est
beaucoup plus fréquent d'observer une grande diminution
dans la production des excréta. L'aménorrhée, signalée
par Briquet, est un phénomène de même ordre.
On voit, d'après ce que nous venons de dire, combien il
est encore difficile aujourd hui de donner une interprétation
physiologique des phénomènes que nous étudions.
L'évolution de la tympanite hystérique, dans sa forme
dite permanente, est fort variable, car elle peut s'étendre
sur des périodes de temps très différentes, se jugeant,
dans un cas, par quelques semaines, dans d'autres, par des
mois, voire des années. Dans ces cas prolongés, il existe
presque toujours des intermittences, pendant lesquelles le
ventre s'affaisse considérablement sans revenir toutefois à
son état normal, comme dans la forme aiguë, ou mieux
passagère.
La guérison complète est la règle, bien que Briquet
estime qu'il puisse exister des cas de mort; « mais ils sont
restés ignorés ou probablement méconnus » (op. cit.,
p. 262).
La terminaison fatale ne saurait d'ailleurs survenir, du
fait de la tympanite, que lorsque le développement des
gaz est assez rapide et assez intense pour produire des
phénomènes asphyxiques en entravant les fonctions du
diaphragme. Celui-ci, du reste, peut être contracture concurremment
avec la tympanite et gêner, de ce fait, la respiration
par un autre mécanisme.
Dans la majorité des cas, la guérison survient subite352
TRAITÉ CI-INIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ment sous l'influence dune émotion ou dune de ces causes
banales qui influencent si fréquemment l'évolution des
déterminations hystériques. Nous avons dit que, dans un
cas d'Ebstein, la distension de la paroi abdominale avait
été si considérable qu'il persista, après la guérison, des
cicatrices indélébiles sous forme de vergetures.
Mais, à côté du type général que nous venons de décrire,
il est des formes particulières que nous ne saurions passer
sous silence, étant données les erreurs de diagnostic
qu'elles peuvent entraîner à commettre.
C'est d'abord la forme dans laquelle la tympanite revêt
l'aspect d'une péritonite aiguë.
« L'état local est quelquefois si grave dans Vaêvo-entérectasie
hystérique, dit M. Piorry (1), que des élèves ou des
médecins peu instruits ne manquent pas de prendre des
cas pareils pour des péritonites. Il y a des moyens bien
simples de se préserver de cette grossière erreur : c'est d'observer
le faciès, qui reste excellent; c'est de palper le pouls,
qui ne présente pas d'altérations ; c'est de questionner sur
les circonstances commémoratives d'accès d'hystérie; c'est
l'excessive expression de douleur que la malade montre ;
ce sont les mouvements qu'elle exécute et qu'elle se donnerait
bien garde de faire, si une péritonite existait, etc.
Malgré l'évidence de tels symptômes, j'ai vu plusieurs
malades qui, pour en avoir été atteintes, avaient eu à supporter
l'application de quatre-vingts sangsues sur le ventre.
On se félicitait d'avoir guéri une péritonite ! »
Briquet, lui aussi, insiste sur le diagnostic entre la
tympanite hystérique et la péritonite aiguë.
« Chez ces malades, dit-il (op. cit., p. 261), le ventre
se tend, devient dur, tympanique, si douloureux à la
pression et même au simple toucher des parois abdominales,
qu'on pourrait croire à la métro-péritonite la plus
(1) Piorry, Traité de diagnostic, t. II, p. 515. Cité par Landouzy.
DE L'HYSTERIE. 353
intense. » Il existe 120 à 140 pulsations à la minute,
30 à 60 inspirations, auxquelles se joignent des vomissements
porracés. « Sous ces influences, ajoute Briquet, les
traits s'altèrent, la face se décompose, pâlit, devient
livide, le nez s'effile, les yeux s'enfoncent dans l'orbite,
les lèvres se sèchent, et la figure prend l'aspect hippocratique
que peuvent offrir les malades atteints de péritonite
au dernier degré.
« J'ai vu une jeune fille présentant ces accidents à un
degré tel, que tous les assistants, parmi lesquels se trouvaient
des praticiens très habitués aux malades, et moimême,
pensaient qu'elle n'avait plus vingt-quatre heures à
vivre, si l'on ne parvenait point, par un moyen quelconque,
à entraver les accidents, hasard que la malade a eu le
bonheur de voir se réaliser. »
Bristowe (1) a publié deux cas de tympanite hystérique.
Dans l'un, on pouvait croire à une péritonite localisée
accompagnant une typhlite; dans l'autre, de même que
dans l'observation XXX de la thèse de Deniau [op. cit.,
p. 174), on pensa à la péritonite aiguë généralisée.
Dans le même ordre d'idées, nous signalerons les observations
de Porcher (2), de Gramshaw (3) et de Dauchez(4).
L'absence de fièvre, jointe à la connaissance des commémoratifs,
serait le meilleur élément du diagnostic. Mais la
fièvre hystérique semble réellement exister; de plus, il
peut y avoir coexistence d'un embarras gastrique fébrile.
Que penser, en effet, du cas de Cadet (op. cit., obs. II,
p. 29), dans lequel il est dit : « Il y a de la fièvre depuis
huit jours. La langue est légèrement blanchâtre ; il y a aussi
de l'inappétence et une soif continuelle » ?
(1) Bristowe, On pseudo peritonilis and epilepsy in hysteria. Brit. med.
Journ., 22fév. 1890, p. 401.
(2) Porcher, Hysteria simulating acute peritonilis. Annalist. New-York,
1848-1849, t. III, p. 12.
(3) Gramshaw, Hysteria simulating peritonitis. Med. Times and Gasette,
nouv. série, t. VI, p. 199. Londres, 1853.
(4) Dauchez, Accidents péritonéaux revenant périodiquement chez une
hystérique ; guérison. France médic, 1882, t. I, p. 890.
m. 23
354 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Il est, croyons-nous, inutile de nous appesantir davantage
sur les éléments de ce diagnostic différentiel, étant donné
que nous possédons un procédé qui permet de résoudre
immédiatement le problème ; nous voulons parler de la
chloroformisation , sur laquelle nombre d'auteurs modernes,
Spencer Wells, en particulier, ont beaucoup insisté.
Lorsque le sujet est profondément endormi, on voit le
ventre s'aplatir, devenir souple : les gaz semblent ne plus
exister. Que sont-ils devenus, la malade n'en rendant ni
par la bouche ni par l'anus? Aussitôt qu'on cesse la chloroformisation,
que le sommeil devient moins profond, la
distension reparaît et est complète avant même que le
sujet soit complètement réveillé. De pareils phénomènes
sont véritablement propres à l'hystérie.
La tympanite hystérique peut être confondue avec des
péritonites chroniques, en particulier avec la péritonite
tuberculeuse.
Nous avons déjà parlé du cas de M. Pitres, où, chez une
fillette hystérique, on porta le diagnostic de carreau ou de
tuberculose des ganglions mésentériques. A l'âge adulte,
les phénomènes de tympanite se reproduisirent, et on put
un instant songer à la péritonite tuberculeuse, hypothèse
que fit éliminer un examen minutieux de la malade, joint
à la coexistence de stigmates hystériques.
M. Deniau {op. cit., p. 179) a publié, dans sa thèse,
un cas de Jenner susceptible de la même interprétation.
Dans un récent article du Traité de médecine (1),
M. Gourtois-Suffit, traitant de la péritonite tuberculeuse,
s'exprime ainsi au chapitre du diagnostic :
« L'embarras peut être extrême dans d'autres cas. Lorsqu
il n'existe aucun symptôme thoracique appréciable, on
peut hésiter avec des manifestations abdominales présen-
(1) Traité de médecine publié sous la direction de MM. Charcot, Bouchard
et Brissaud, t. III, 1892, p. 653.
DE L'HYSTERIE. 355
tées parles névropathes et surtout les hystériques. L'hystérie,
la grande simulatrice de toutes les affections organiques
du système nerveux, peut aussi prendre le masque
de presque toutes les affections viscérales, et, en particulier,
celui de la péritonite tuberculeuse. Nous avons
observé, à l'hôpital Cochin, dans le service de M. Dujardin-
Beaumetz, un malade qui présentait tous les symptômes
abdominaux de la péritonite tuberculeuse , à ce point
que, dans un hôpital de province où il avait séjourné quelque
temps , on avait décidé d'intervenir chirurgicalement.
Ce n'est qu'au moment de l'opération que tous les symptômes
disparurent, en particulier le météorisme, et que
l'on reconnut qu'il s'agissait de phénomènes nerveux.
Chez les jeunes femmes, il importe de se méfier de cette
erreur et de rechercher minutieusement tous les stigmates
de la névrose. »
On remarquera qu'il s'agissait d'un homme et que les
manifestations gastro-intestinales sont relativement rares
dans le sexe masculin.
Nous avons pu nous-même, chez une jeune fille de dixhuit
ans, affirmer l'existence d'une tympanite hystérique,
alors qu'on croyait à une péritonite tuberculeuse. Ce dernier
diagnostic semblait corroboré par des hémoptysies
qui n'étaient autres que des hémorragies hystériques.
Sans sortir des cas de tympanite généralisée , ou au
moins comme intermédiaire entre ceux dans lesquels la
pneumatose est partielle , le diagnostic différentiel se
posera souvent en clinique avec les tumeurs ovariennes.
Cela peut sembler bizarre au premier abord , étant donné
que ces tumeurs sont mates et fluctuantes; mais pour la
matité il suffit de se rappeler que la submatité par surdistension
n'est pas rare dans la pneumatose d'origine nerveuse,
et qu'une sensation de fausse fluctuation est capable
de donner le change même à des personnes très exercées.
356 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
La nécessité de ce diagnostic différentiel n'avait pas
échappé à la sagacité de Brodie (op. cit., p. 35).
« Le tympanisme, dit-il, est un symptôme assez commun
chez les jeunes femmes hystériques, et quand il est
très développé, il peut faire croire à une hydropisie ovarienne.
La plupart des cas dhydropisie ovarienne guéris
au moyen de l'iode ou d'autres médicaments doivent probablement
être rattachés à cette cause. Pourtant le diagnostic
entre ces deux affections n'est pas difficile;
l'absence de liquide est reconnue par le manque de fluctuation,
et, d'autre part, le son qu'on obtient par la percussion
indique nettement la cause de la distension. »
Dans ces derniers temps , Spencer Wells est revenu sur
cette question et l'a discutée à différentes reprises, avec sa
grande autorité (1), beaucoup plus complètement encore
que Lawson Tait (2), qui s'en est également occupé.
Vu l'importance du sujet, nous croyons intéressant de
reproduire les passages suivants de Spencer Wells, concernant
le diagnostic de la tympanite, et de ce qu'il appelle
les « tumeurs fantômes » de l'ovaire et de l'utérus, avec
les tumeurs ovariennes vraies. Ces citations ne paraîtront
pas un hors-d' oeuvre, tirées d'un praticien de cette valeur,
aujourd'hui surtout qu'on est si porté à intervenir chirurgicalement
sur la matrice et ses annexes.
« Il est facile de comprendre, dit Spencer Wells (3),
que la distension tympanique de l'abdomen, si fréquente
chez les hystériques, puisse causer quelque embarras.
Cependant , malgré mon observation personnelle et le
témoignage d'hommes tels que Bright, Simpson, Boinet,
on a de la peine à croire qu'un chirurgien, possédant quelque
expérience et jouissant de la plénitude de sa raison,
(1) Spencer Wells, Lectures on diagnosis and surgical treatment of
abdominal tumours. Lecl. II. British med. Journal, 22 juin 1878, p. 885.
ld., Des tumeurs de Vovaire et de l'utérus; leur diagnostic et leur traitement,
trad. P. Rouet, 1883.
(2) Lawson Tait, Traité des maladies des ovaires, trad. Ollivier, 1886,.
p. 266 et suiv.
(3) Sp. Wells, op. cit., trad. P. Rodet, p. 117 et suiv.
DE L'HYSTERIE. 357
s'abuse au point de se croire en présence d'une tumeur
solide de l'ovaire et de tenter l'ovariotomie. Simpson dit
que cela est arrivé au moins six fois, et Bright rapporte le
cas suivant dans son ouvrage sur les tumeurs abdominales...
»
Il s'agit d'une femme de trente ans, chez laquelle
on avait porté le diagnostic de tumeur de l'ovaire, alors
qu'il s'agissait en réalité d'une tympanite hystérique.
« Ces distensions abdominales de nature hystérique,
continue S. Wells, se présentent sous beaucoup de formes.
Quelquefois le ventre est uniformément gonflé comme à
une époque avancée de la grossesse, il est arrondi, dur,
résistant. La pression de la main est sans effet, et les
changements de position n'en modifient en rien la forme.
Mais il n'y a évidemment pas de fluctuation; la sonorité
existe partout; il y a des manifestations hystériques, et,
sous l'influence du chloroforme, le gonflement disparaît
complètement, l'abdomen devient flasque et permet à la
main d'explorer le corps des vertèbres. Dans d'autres cas,
la distension est locale, et l'on a remarqué qu'elle survenait
plus fréquemment à droite, Des portions de la
paroi abdominale sont pelotonnées en petites masses
rigides qui persistent assez longtemps pour simuler une
tumeur interne, surtout lorsqu'elles sont placées sur un
amas de scybales et qu'il y a augmentation de la sensibilité
à cet endroit. Une observation attentive, une palpation
méthodique, aidées de l'administration de purgatifs et du
chloroforme, permettront, en général, de résoudre la
question, et même quelquefois feront découvrir l'existence
d'une tumeur ovarienne au début, qui avait passé jusqu'alors
inaperçue et dont la présence avait été le point
de départ de manifestations hystériques, entre autres, la
tympanite, qui semblait être le symptôme principal contre
lequel on devait diriger le traitement. »
Parlant d'un cas qu'il a observé personnellement, il
ajoute qu'il peut y avoir similitude d'aspects entre la
tympanite hystérique et une tumeur utérine ou ovarienne :
358 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« La voussure antérieure de la partie inférieure de l'abdomen,
dit-il, est la même que dans le cas de tumeur
ovarienne de moyenne dimension, quand la paroi abdominale
n'est pas flasque, ou bien que dans la grossesse.
La paroi abdominale est tellement tendue, la malade
résiste tellement à la pression, qui est douloureuse, et les
muscles abdominaux se contractent dune façon tellement
spasmodique et irrégulière, que l'on se figure très facilement
qu'il y a une tumeur ou que l'on sent les mouvements
d'un foetus. »
Dans le cas particulier auquel Spencer Wells fait allusion,
il fut très difficile de persuader à la malade qu'elle
n'avait pas de tumeur ovarienne. Toutefois, la sonorité
tympanique et la disparition de la tumeur sous le chloroforme,
sa réapparition, avant que la malade fût complètement
réveillée, ne laissèrent aucun doute au chirurgien
sur la nature de l'affection.
« Dans un autre cas, la paroi abdominale avait subi une
telle distension que l'on crut à l'existence d'un double
kvste ovarien. Les muscles droits formaient une séparation
très réelle entre ces deux saillies. La prétendue tumeur
semblait parfaitement limitée, mais, sous le chloroforme,
le ventre reprit sa forme naturelle. »
Le diagnostic devient surtout très difficile quand, avec
la tympanite hystérique, coexistent des tumeurs ovariennes
ou utérines qui, dans la circonstance, ont joué le rôle
d'agents provocateurs de cette localisation de la névrose.
« Eu 1872, on envoya à Samaritan-hospital une femme
que Ion croyait atteinte d'une tumeur ovarienne volumineuse.
La résonnance tympanique, jointe à l'absence de
fluctuation, excluait l'idée d'une tumeur abdominale volumineuse,
mais la palpation faisait reconnaître au-dessus du
pubis un corps dur qui fit pratiquer le toucher vaginal, et
l'on reconnut une grossesse au début. Sous le chloroforme,
labdomen s'aplatit et l'on put délimiter exactement
l'utérus hypertrophié. C'est le seul cas où j'aie observé,
dit S. Wells, de la tympanite chez une femme enceinte.
DE L'HYSTERIE. 359
Je l'ai constatée plusieurs fois dans des cas de petits
fibromes et de polypes utérins, de déviations de la matrice
et de petites tumeurs ovariennes encore situées dans le
bassin. »
Spencer Wells n'a rencontré qu'une fois la tympanite
chez l'homme ; encore n'est-il pas sûr qu'il s'agissait d'une
pneumatose d'origine hystérique.
M. Deniau a, dans sa thèse, rapporté plusieurs observations
(1), empruntées aux auteurs anglais, de ces tumeurs
fantômes, observations intéressantes, surtout en ce sens
qu'il s'agissait de pneumatoses localisées et non généralisées
comme celles que nous venons de décrire.
Dans le premier cas emprunté à Spencer Wells (observât.
XXXV de Deniau), la tympanite, de même que dans
une observation de Carter (obs. XXXIX de Deniau), était
apparue à la suite de coups portés sur l'abdomen. « Les
fausses côtes, dit-il, sont en retrait; une saillie, qui dessine
l'arc du colon ascendant et du colon transverse, commence
près de la symphyse et se recourbe à quatre doigts audessus
de l'ombilic, en avant du plan des muscles droits
de l'abdomen. La pression sur ces saillies est très douloureuse,
et même le plus léger frôlement dans un point
quelconque. » Ce sont là de ces hyperesthésies cutanées si
spéciales à l'hystérie. La malade venait pour se faire
opérer d'une tumeur ovarienne que l'anesthésie chloroformique
fit disparaître au grand ébahissement de plusieurs
assistants.
Dans un cas déjà cité de Jenner (obs. XXXVII de Deniau),
on songea, vu la coexistence d'hémoptysies, à de la
tuberculose péritonéale. La tumeur, que le chloroforme
fit également évanouir, occupait tantôt le flanc droit et
tantôt le flanc gauche.
(1) Nous nous contenterons de citer, d'après M. Deniau, le nom des
auteurs de ces observations. Il nous a été impossible de remonter aux sources,
vu l'inexactitude des indications bibliographiques.
360 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Dans un autre cas d'Haberson (obs. XL de Deniau), la
tympanite simulait une tumeur de l'estomac.
Dans ces faits de tumeur localisée, la limitation semble
liée assez fréquemment à un état de contracture des
muscles de la paroi abdominale, des muscles droits, en
particulier, comme dans le cas de Carter, par exemple.
On peut penser aussi qu'il existe des contractures limitées
de la paroi musculaire de l'intestin.
Ces contractures sont notées dans une observation fort
intéressante de Potain (1). La malade présentait une tuméfaction
globuleuse qui occupait l'hypocondre droit et
l'épigastre, refoulant les fausses côtes et surtout la paroi
abdominale. Toute cette région proéminente, ferme et tendue,
était le siège d'une assez vive sensibilité et d'une légère
matité ; le foie, d'ailleurs, était réellement abaissé par la
contracture du diaphragme. Le médecin traitant pensait à
un kyste hydatique de cet organe et pratiqua deux ponctions
à blanc. La malade entra dans le service de M. Potain,
qui, se basant sur l'hyperesthésie tégumentaire, fit la chloroformisation
et démontra alors sans peine qu'il s'agissait
d'une tumeur fantôme hystérique. Il y avait coïncidence
d'une coxalgie de même nature.
Nous allons maintenant envisager toute une série de
cas particuliers où la tympanite hystérique simule l'obstruction
intestinale avec ou sans vomissements fécaloïdes
et s'accompagne parfois du rejet de matières parfaitement
moulées. A la vérité, les faits que nous allons exposer,
s'ils rentrent par certains côtés dans la tympanite, s'en
éloignent considérablement par d'autres, en ce sens que
fréquemment il n'existe pas de pneumatose à proprement
parler.
(1) Potain, De quelques contractures qui peuvent simuler la présence
d'une tumeur abdominale (tympanite hystérique avec contracture des parois
abdominales et delà région lombaire). France médicale, 1879.
DE L'HYSTERIE. 361
Dans un premier groupe de faits, les malades sujets à
cette constipation opiniâtre qui est l'apanage de la tympanite
hystérique voient apparaître, dans un point limité de
l'abdomen, une tuméfaction qui s'accompagne bientôt de
douleurs et de vomissements.
Un cas, rapporté par Schlesinger(l), est tout à fait caractéristique
au point de vue du diagnostic à établir avec
l'étranglement herniaire. Une femme de trente-sept ans
présentait une tumeur irréductible de la région inguinale
gauche avec un ensemble de signes tels, que le chirurgien
proposa l'opération. Sous le chloroforme, la tumeur se
réduisit sans difficultés. On donna un purgatif, mais les
signes d'étranglement persistant, on se disposait à pratiquer
la laparotomie, quand tous les phénomènes disparurent.
Quelques semaines plus tard, survint de l'oesophagisme.
Dans un second groupe, les vomissements fécaloïdes
dominent la' scène morbide, de même que l'expulsion par
la bouche de matières moulées, la tympanite étant réléguée
tout à fait au deuxième plan, si tant est même qu'elle
existe.
Peut-être les vomissements fécaloïdes avaient-ils été
déjà notés par Sydenham (2).
« Le symptôme hystérique, dit-il, qui ressemble extérieurement
à la colique bilieuse, ou même à la passion
iliaque, et qui consiste dans une douleur insupportable
aux environs de la fossette du coeur, avec un vomissement
affreux de matière verdàtre , dépend pareillement du
désordre des esprits... »
La question intéressante qui se pose surtout est celle de
savoir si la valvule de Bauhin peut être forcée sous l'influence
d'une détermination intestinale de l'hystérie.
Jeanne Fourcroy, dont nous avons déjà parlé à propos
du pied bot hystérique, s'exprime en ces termes (3) :
(1) Schlesinger, Ein merkwùrdiger Fall von Hystérie. Wien. med.
Presse, n° 8, p. 293.
(2) Sydenham, trad. Jault, t. II, p. 483.
(3) Carre de Moxtgeron, La vérité des miracles, t. II, 3e dém., p. 2.
362 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« En 1716, à l'âge de dix ans, je fus attaquée d'un si grand
mal de poitrine et d'estomach, que je crachois le sang et
vomissois quelquefois jusqu'aux matières fécales... »
L'affirmation est précise, mais la description est sommaire.
Il n'en est pas de même dans le fait suivant, relaté
par Briquet {op. cit., p. 315, XLVP obs.) :
« Quelques personnes (I), dit-il, mettent en doute la
possibilité que des lavements franchissent la valvule iléocoecale
et puissent être rendus parla bouche : elles aiment
mieux supposer que les faits rapportés dans les auteurs
ont été mal observés.
« Il est cependant possible de comprendre que, par le
fait de mouvements antipéristaltiques qui ne font aucun
doute pour personne, des contractions irrégulières s'établissent,
que ces contractions portent sur les fibres musculaires
des deux lèvres de la valvule de Bauhin et qu'elles
maintiennent de cette manière une ouverture béante susceptible
d'être traversée par des liquides venus du gros
intestin. Quelle que soit l'explication, les lavements peuvent
être vomis, et le fait que je viens de rapporter est
destiné à le prouver. »
Suit alors l'observation d'une femme de vingt-sept ans,
hystérique confirmée, entrée à l'hôpital pour des phénomènes
léthargiques. Pour combattre cet état, on lui prescrivit
du café; mais, comme elle vomissait l'infusion aussitôt
celle-ci avalée, on la lui administra en lavements.
« Ce lavement, pris avec une extrême répugnance,
causa bientôt beaucoup de malaises, dès coliques, des
gargouillements, des nausées, puis des efforts pour vomir,
et, au bout d'une demi-heure, ces efforts expulsèrent par
la bouche un liquide qui avait la couleur et l'odeur très
prononcées du café ; la malade prétendit qu'il en avait la
saveur. La quantité de liquide vomie pouvait être évaluée
(1) Briquet fait probablement allusion, dans la circonstance, à la discussion
de ces cas par Grisolle, qui n'admettait pas que de semblables faits
pussent se produire. Traité de pathologie interne, 9e édition, 1879, t. II,
p. 356.
DE L'HYSTERIE. 363
au tiers de la quantité qui avait été administrée en lavement.
»
Étonné, à juste titre, de ces phénomènes, Briquet fit
renouveler l'expérience en sa présence ; quinze minutes
après son administration, le lavement de café était vomi.
« Pour lever tous les doutes, on a pris, dit-il, une substance
qui n'entre pas dans les usages économiques : on a
donné un lavement avec de la teinture de tournesol à
l'instant même où ce liquide arrivait de la pharmacie. Il
n'était jamais entré de cette substance dans la salle ; la
malade croyait prendre du café ; douze minutes au plus
après la prise du lavement, la teinture de tournesol était
vomie et sa couleur bleue tournait à un rouge qui, d'abord
pâle, est devenu très vif.
« Enfin, on administra un lavement d'eau salée, et un
quart d'heure après la malade vomit un liquide très salé
qui, traité par le nitrate d'argent, donna un précipité
blanc très abondant de chlorure d'argent. »
Voilà un premier fait qui semble indiscutable. M. Jaccoud(
l) en a rapporté un second qui, lui aussi, présente
toutes les garanties contre la simulation.
En 1867 il reçut, dans son service de l'hôpital Saint-
Antoine, « une jeune femme atteinte d'hystérie convulsive;
au bout d'une quinzaine de jours, cette malade fut prise
de constipation complète et, sans météorisme notable,
elle se mit à vomir des matières stercorales, non pas les
matières fécaloïdes de l'occlusion ordinaire, mais de véritables
excréments condensés, solides, cylindriques, de
couleur brune, d'odeur normale : il suffisait d'un coup
d'oeil pour être certain qu'ils provenaient du gros intestin.
Connaissant l'esprit de supercherie des hvstériques, sachant
d'autre part que la physiologie n'admet pas le renversement
de la valvule de Bauhin, j'établis, dit-il, autour de
la malade une surveillance occulte ; mais il fallut se rendre
à l'évidence, d'autant mieux que, le troisième ou le qua-
(1) Jaccoud, Traité de pathologie interne, t. II, 3e
. édit., 1873, p. 361.
364 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
trième jour, un de ces vomissements eut lieu devant nous,
le matin à la visite : les matières étaient semblables à
celles des jours précédents ; c'étaient des excréments purs
et, pour tout dire en un mot, c'était une défécation par la
bouche. Je m'attendais à voir survenir l'état grave de
l'occlusion intestinale ; il n'en fut rien : ces vomissements
survenaient une fois, deux fois au plus en vingt-quatre
heures, et, sauf le dégoût passager qui les suivait, l'état de
la malade était satisfaisant. Elle mangeait comme d'habitude,
les digestions étaient bonnes et, pendant la durée
de cette singulière attaque, elle n'eut pas un seul accès
convulsif. Le huitième jour mit fin à cette défécation buccale
; les matières reprirent leur cours naturel. Dix jours
plus tard, cette malade est prise de fièvre typhoïde grave ;
elle succombe dans le troisième septénaire et, à l'autopsie,
nous trouvons les lésions ordinaires du typhus abdominal,
mais rien, absolument rien, qui puisse expliquer le renversement
du cours des matières. La valvule iléo-coecale
avait ses dimensions et sa position ordinaires. »
Dans sa thèse, Fouquet (1) rapporte une observation
fort intéressante de ces phénomènes singuliers qui revêtirent
le caractère d'un étranglement intestinal des plus
subits et des mieux caractérisés.
Une jeune fille de vingt-sept ans, habituellement constipée
, appartenant à une famille nerveuse, mais sans
attaques actuelles d'hystérie, est prise subitement, « dans
la rue, de violentes coliques. On la reçoit chez une fruitière...
Les douleurs augmentent, elle pousse des cris
plaintifs. » Surviennent des nausées accompagnées d'une
anxiété extrême, de sueur froide, puis apparaissent des
vomissements. « Elle rejette d'abord des aliments; de
nouvelles nausées amènent de la bile, et, après plusieurs
efforts infructueux, elle vomit des excréments durs, d'un
vert noirâtre, mêlés à une matière liquide de couleur beaucoup
plus claire. Ces matières répandent une odeur infecte
(1) Etude clinique sur quelques spasmes d'origine hystérique. Th. Paris,
1880, obs. IV, p. 28.
DE L'HYSTÉRIE. 365
caractéristique. Elle est alors reconduite chez elle, où sa
mère, informée de ce qui était arrivé, nous dit que les
mêmes accidents se sont produits il y a trois mois dans
des circonstances analogues. » Six semaines plus tard survenaient
des attaques d'hystérie ; la malade mourut un an
après de tuberculose pulmonaire.
Fouquet, comparant entre eux les trois cas précédents,
estime que, pour le sien propre, la simulation dont nous
allons parler ne saurait entrer en ligne de compte. Il
attribue au spasme de l'intestin le rejet des matières solides
ou liquides venues de l'extrémité inférieure du tube
digestif. Dans ces trois cas il n'y avait pas de météorisme ;
ce qui permet d'éliminer le diagnostic d'étranglement
intestinal vrai, dans lequel celui-ci existe presque toujours
dès le début de l'obstruction.
Dans son article Hystérie du Ziemmsens Handbuch,
M. Jolly consacre quelques lignes à une malade qui,
envoyée chez Leyden avec le diagnostic d'iléus, passa
ensuite dans sa clinique. « Cette malade vomissait des
fèces parfaitement formées et semblait ne pas aller à la
garde-robe. Pendant qu'on faisait son lit, alors qu'elle était
au bain, on trouva des matières fécales enveloppées dans
du papier. » Jolly considère ce cas comme un exemple de
simulation.
Rosenstein (1) a observé un enfant de neuf ans qui, après
des attaques convulsives avec arc de cercle, vomissait des
matières fécales mesurant jusqu'à dix-huit centimètres de
longueur ; il y avait en même temps des selles normales
par le rectum.
Dans un travail intéressant, M. Pasquale de Tullio (2)
a rapporté deux faits fort scrupuleusement observés.
Le premier a trait à une femme de vingt-neuf ans, très
impressionnable, sujette à des accès à aura ovarienne et,
(1) Rosenstein, Eine Beobatchung von anfallxveisen Kothbrechen. Berl.
klin. Woch., n° 34, 1882.
(2) P. de Tullio, Fenomeno cVinvertita peristalsi in donne isterische.
Giorn. di Neurop., anno VI, fasc. IV, juillet-août 1888, p. 270.
386 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
en rapport avec les attaques, à des vomissements répétés
accompagnés dune diminution de la sécrétion urinaire.
L'alimentation devenant insuffisante, l'auteur fit préparer
un lavement de deux litres d'eau de savon, lequel fut
administré aussitôt après les vomissements qui venaient,
comme à l'habitude, de déterminer une attaque.
« Un quart d'heure après l'administration du lavement,
la malade se mit à se plaindre d'embarras à l'estomac ;
puis survint, la minute suivante, un vomissement de deux
litres du liquide que j'avais introduit par lavement et dans
lequel je reconnus l'eau savonneuse. »
M. de Tullio a parfaitement noté l'existence du spasme
abdominal et ses rapports avec le paroxysme convulsif,
saisissant, pour ainsi dire, sur le vif le mécanisme des
phénomènes que nous étudions. « Au moment, dit-il, des
plus grandes souffrances, quand les douleurs abdominales
étaient extraordinairement violentes, précédant ainsi habituellement
une attaque convulsive, on pouvait noter extérieurement,
en considérant 1 abdomen, les mouvements
de l'intestin, de très grande importance dans l'espèce.
Partis de l'S iliaque, ils gagnaient peu à peu le colon descendant,
transverse, ascendant, tout le paquet intestinal,
pour fermer, comme par un étranglement, la région pylorique.
Il était curieux de voir se former dans cette région
une tumeur toujours grossissante jusqu'au moment où, la
valvule pylorique étant forcée, le vomissement avait lieu.
Ces mouvements s'accentuaient rapidement lorsqu'on
donnait un lavement et cessaient quand il était vomi ;
alors les intestins recouvraient leur calme, qui était relatif,
toutefois, car le mouvement peu accentué était continuel. »
La malade n'eut jamais de vomissements fécaloïdes ; elle
guérit après un certain temps, sous l'influence d'une crise
déconvulsive à prédominance tonique.
Le second cas se rapporte à une femme de chambre de
quinze ans chez laquelle , après une fièvre de quelques
jours de durée, sur la nature de laquelle l'auteur ne s'explique
pas, survint de la tympanite douloureuse avec
DE L'HYSÏKRIE. 367
constipation et diminution des urines. « On lui donna un
lavement d'huile, sans bénéfice du reste ; mais, chaque fois
qu'elle prenait ce lavement, elle avait un vomissement de
fèces moulées et dures. » A partir de ce moment, elle eut
des crises hystériques qui s'accompagnèrent d'une forte
tympanite. Les plus grandes précautions furent prises
pour éviter la simulation.
Résumant ces deux faits, l'auteur se demande comment
on peut les interpréter et ne trouve d'autre explication que
l'inversion peristaltique (inverlita peristalsi) des contractions
intestinales.
M. Desnos (1) a publié l'observation d'un hystérique
mâle qui, soit dans l'intervalle des attaques, soit à l'occasion
du paroxysme, vomissait des matières fécales parfaitement
moulées.
« Pendant les heures qui précédaient l'évacuation, le
bas-ventre était dur, tendu, augmenté de volume et présentait,
même dans ses régions inférieures, une matité qui
disparaissait après la défécation, en même temps que l'abdomen
diminuait de volume. »
Signalons encore un cas rapporté par M. André (2). Il
s'agit d'un homme de trente-cinq ans qui souffrait de crises
douloureuses intestinales avec formation de fausses tumeurs
gazeuses sur tout le pourtour de l'intestin. Pendant ces
crises, le malade eut deux fois des vomissements fécaloïdes.
Phénomène particulier : la peau prit une teinte
bronzée, analogue à celle de la maladie d'Addison, qui disparut
d'ailleurs. Se basant sur la présence de quelques
stigmates, M. André conclut: « Après avoir émis des hypothèses
variées, carcinome de l'estomac, cirrhose au début,
maladie d'Addison, etc., j'ai adopté finalement le diagnostic
de névrose intestinale d'origine hystérique. Je rappellerai
que, dans deux circonstances, le malade a présenté de
(1) Desnos, Su?- un cas de défécation buccale. Soc. méd. des hop., 27 novembre
1891.
(2) André, Les névroses de l'intestin. Gazette hebd., 17 déc. 1892, n° 51,
p. 603, obs. IV.
368 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
véritables symptômes d'iléus nerveux. » Cette observation
est peu concluante, de même du reste que celle dont
M. André la fait suivre et que nous ne faisons que signaler.
Il n'en est pas ainsi du fait rapporté par Bryant (1), de
New-York, qui va nous montrer où peuvent conduire une
erreur de diagnostic et aussi cette idée de la simulation
qui, en matière d'hystérie, hante encore tant de bons
esprits.
Il s'agit d'une femme de vingt-deux ans qui, avant son
admission à Bellevue-hospital, avait déjà subi trois fois la
laparotomie pour des accidents douloureux de l'intestin,
s'accompagnant de vomissements et de selles sanglantes
qu'on ne peut guère attribuer, dans ce cas, qu'à l'hystérie.
Comme elle vomissait les lavements alimentaires qu'on
lui donnait contre ces vomissements incoercibles, on pensa
qu'elle souffrait soit d'une obstruction intestinale, soit d'une
communication fistuleuse entre le gros intestin et l'estomac.
Envisageant cette dernière hypothèse, le docteur Bryant fit
la laparotomie et, ne trouvant pas la communication qu'il
cherchait en inspectant extérieurement les organes, il n'hésita
pas à faire une incision de deux pouces de longueur sur
la surface antérieure de l'estomac, vers son extrémité pylorique.
Puis il injecta une solution de pyoktanine qui resta
dans l'intestin, l'orifice pylorique étant obturé avec le
doigt. Il n'existait donc pas de communication anormale.
Dans ces conditions on referma l'abdomen après suture de
l'estomac, et les choses se passèrent pour le mieux... sauf
une fistule stercorale qui s'établit en un point du colon
transverse, où toutes ces manoeuvres avaient probablement
déterminé une déchirure. Peu de temps après, attaques
d'hystérie caractéristiques suivies ou accompagnées de
douleurs abdominales, de vomissements de matières
fécales. La malade n'en fut pas moins traitée de simulatrice
par suite de certaines considérations qu'il serait trop
long d'exposer et qui, au point de vue de la supercherie,
(1) Bryant, Report of the fourth laparotomy on a hyslerical patient.
Médical Record, 24 décembre 1892, p. 276.
DE L'HYSTERIE. 369
sont bien loin d'entraîner notre conviction. La température,
en particulier, qui était normale dans la bouche,
était de 1 13° R. dans le rectum.
Quoi qu'il en soit de tous ces faits sur lesquels nous
nous sommes aussi longuement étendu, parce qu'ils sont
encore le sujet de discussions, il résulte, à notre avis :
Que l'hystérie peut simuler l'obstruction intestinale
avec vomissements sanglants, ou fécaloïdes;
Que les matières moulées ou liquides du gros intestin
peuvent, malgré les lois de la physiologie moderne, franchir
la valvule de Bauhin et être rejetées par les vomissements
;
Qu'il s'agit probablement là d'un spasme de l'intestin
qui s'accompagne ou non du météorisme que l'on observe
dans la tympanite hystérique.
La tympanite limitée ou généralisée peut encore donner
naissance chez la femme à tout un ensemble de phénomènes
connus depuis longtemps sous le nom de fausse
grossesse, de grossesse hystérique ou de grossesse nerveuse.
Tous les cas de fausse grossesse n'appartiennent pas à
la névrose, car les vétérinaires ont décrit des phénomènes
analogues chez les animaux, les chiennes en particulier, qui,
privées des approches du mâle, se conduisent, au moment
où elles devraient mettre bas, comme si elles avaient conçu,
comme si elles avaient été fécondées : arrangeant leur
niche, refusant de manger et ayant du lait dans les mamelles.
Dans l'espèce humaine, cependant, la grande majorité
de ces cas doit être rapportée à l'hystérie. Ici, les causes
prédisposantes prennent leur source dans l'état mental des
sujets, dans la crainte d'une grossesse ou le désir immodéré
d'être mère, ou, comme chez soeur Jeanne des Anges,
dont nous avons déjà rapporté l'histoire spéciale à ce
point de vue en traitant de l'état mental des hystériques
m. 24
310 TRAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
(t. I, p. 510), dans les hallucinations erotiques à la suite
desquelles elle se croyait véritablement enceinte des oeuvres
de Grandier qu'elle n'avait jamais vu.
M. Bouchacourt(I) a réuni de nombreux documents sur
cette question. Dans un cas (2), l'interprétation était très
difficile; car, en même temps qu'une grossesse vraie, il
existait de la tympanite hystérique.
Au point de vue des symptômes objectifs, nous rappellerons
que, chez soeur Jeanne des Anges, il existait du gonflement
du ventre par tympanite joint à une suppression
des règles, à des écoulements blanchâtres analogues à ceux
qu'on observe pendant la grossesse, à des vomissements
continuels et à la présence dans les seins de sérosité lactescente.
On lira dans le manuscrit de la soeur, que nous
avons publié (3), comment cette grossesse née d'une hallucination
se termina par un paroxysme convulsif. Bien des
gens crurent à Loudun, et avec eux un médecin réputé,
que la grossesse de la soeur avait été véritable.
Il en fut de même pour Marguerite-Françoise Duchesne,
dont nous avons déjà longuement parlé et qui guérit miraculeusement,
sur le tombeau du diacre Paris, d'une tympanite
et d'autres accidents hystériques. Chez elle les
règles étaient également supprimées.
« Qu'opposèrent les ennemis de la vérité, dit Carré de
Montgeron (4), à un prodige si évident, si public et si
digne d'admiration? Ils rirent courir le bruit que Marguerite-
Françoise Duchesne était accouchée dans le petit
cimetière, en présence de tout le monde. Des inconnus
eurent l'effronterie de venir publier cette imposture jusque
dans la chambre de la miraculée et de troubler par des
(1) Bouciiacourt, Sur la grossesse nerveuse ou imaginaire. Soc. nat. de
méd. de Lyon, 21 déc. 1871; Lyon médical, 1892, p. 19, et Contribution
hippocratique à l'histoire de la grossesse nerveuse ou imaginaire. Lyon
médical, n° 12, 19 mars 1893, p. 402, et n° 13, p. 450.
(2) Id., Lyon médical, t. XLIV, p. 226-228, 1888.
(3) Légué et Gilles de la Tourette, Soeur Jeanne des Anges, autobiographie
d'une hystérique possédée, op. cit.
(4) Carre de Montceuon, op. cit., t. I, 4e démonstration, p. 12.
DE L'HYSTERIE. :*71
discours si odieux les vives actions de grâces que les
témoins dune si grande merveille rendoient à Dieu. »
Il est évident que dans ces conditions la médisance a
beau jeu, et que ces accidents hystériques peuvent entraîner
pour les malades des conséquences fort désagréables.
Ramskill (1) cite le cas d'une jeune fille de dix-sept ans
chez laquelle le développement du ventre fit croire à une
grossesse de sept mois. La malade faillit de ce fait être
mise à la porte de la maison paternelle.
Nous avons observé, dans le service de M. Charcot, une
personne de dix-huit ans, fille d'ouvriers parisiens, que
ses parents maltraitaient fort en voyant son ventre grossir
démesurément. A la suite de paroxysmes convulsifs, la
mère la conduisit à la consultation de la Salpêtrière, et,
bien que désormais fixée sur la nature du mal, elle ne put
s'empêcher d'ajouter : « Ça ne fait rien, monsieur, n'est-ce
pas honteux pour une jeune fille d'avoir un ventre gros
comme cela! » Le fait est qu'elle avait toutes les apparences
d'une femme enceinte; de plus, les règles s'étaient
supprimées et il existait des vomissements.
Une autre malade, que nous avons vue avec le Dr Gautier,
déjà mère de plusieurs enfants, atteinte de tympanite
hystérique et d'un oedème généralisé de même nature,
marqué surtout au niveau des parois abdominales, était
par contre l'objet de la sollicitude des conducteurs d'omnibus,
qui la croyaient dans un état de grossesse avancée.
Les phénomènes simulant la grossesse peuvent aller,
comme dans le cas rapporté par Klein d'une « hystérique
au dernier degré »
, jusqu'aux douleurs prémonitoires de
l'accouchement (2).
Au point de vue de son évolution, l'ensemble symptomatique
de la fausse grossesse peut être des plus tenaces,
nous l'avons dit, car il naît parfois du désir immodéré et
(1) Cité par Deniau, op. cit., obs. XXXVIII, p. 179.
(2) Journal de Hufeland, 1815, cité par Tardieu, in Histoire médicolégale
des qi-ossesses fausses et simulées. Ann. d'hygiène publique et de
médecine légale, lre série, t. XXXV, p. 87, 1846.
372 TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
persistant contre toute raison qu'une femme a d'avoir un
enfant.
Tel était le cas dans une observation de M. Le Gendre (1).
La malade tenait tellement à son illusion qu'elle sortit de
l'hôpital persuadée encore qu'elle était grosse, bien qu'un
examen médical approfondi eût démontré la vacuité de
l'utérus.
Cet examen assurera le diagnostic; dans tous les cas, le
sommeil chloroformique, en amenant la disparition de la
tumeur qui simulait un utérus gravide, lèverait les dernières
hésitations.
*
* *
Tout en restant dans un doute prudent sur la nature
intime du mécanisme des vomissements stercoraux, on ne
peut se refuser à accorder un rôle souvent prépondérant à
la contracture des fibres musculaires de l'intestin. Cette
contracture est objectivée, pour ainsi dire, dans certains
cas de spasmes de l'extrémité inférieure du tube digestif.
C'est à elle que Briquet attribue la constipation opiniâtre
qu'on observe fréquemment chez les hystériques.
« Il arrive, dit-il (op. cit., p. 326), dans certaines hystéries,
que les fibres inférieures du rectum et celles des
sphincters soient atteintes d'un spasme par l'effet duquel
elles se contractent et resserrent douloureusement l'orifice
de l'anus, à tel point que, les matières fécales ne pouvant
pas sortir, il y a constipation absolue; le doigt porté dans
l'anus éprouve une constriction qui n'en permet pas facilement
l'introduction. »
Cette contracture du sphincter anal serait le plus souvent
douloureuse.
Fouquet a rapporté deux observations de ce genre de
spasme (op. cit., obs. V et VI). La première concerne une
femme de cinquante-cinq ans « qui fut prise tout à coup
d'un spasme anal si violent et si douloureux que la déféca-
(1) Voy. Legrand du S/Ujlle, Les hystériques, op. cit. y obs. XXI, p. 115.
DE L'HYSTERIE. 373
tion devint impossible. Le rétrécissement ou mieux le resserrement
de l'orifice anal était infranchissable : toutes
les tentatives faites pour en triompher par les moyens
médicaux avait échoué... On résolut donc d'intervenir
chirurgicalement et de pratiquer la dilatation forcée du
sphincter. Tous les préparatifs étaient faits lorsque la malade,
sous l'influence de l'émotion et de la crainte que lui
causait la vue des instruments, s'écria qu'elle éprouvait le
besoin d'aller à la garde-robe, et, en effet, le spasme avait
cessé. La défécation fut possible immédiatement sans douleur
aucune et l'opération ainsi rendue inutile. » Il y avait
chez cette femme coïncidence d'oesophagisme et de vaginisme.
Dans l'observation VI, avec le spasme rectal coïncidait
un spasme vésical qui avait déterminé de la rétention
d'urine.
Ces deux malades étaient âgées respectivement de cinquante-
cinq et de quarante-huit ans. Malgré le petit
nombre d'observations publiées, nous admettrions volontiers
que, de même que le spasme pharyngé et oesophagien,
la contracture de l'extrémité inférieure du tube
digestif est surtout l'apanage des hystériques d'un certain
âge, chez lesquels elle semble être souvent l'unique manifestation
actuelle de la névrose. Ces spasmes, nous le
savons, sont remarquables par leur ténacité : ils peuvent
disparaître spontanément, comme ils sont parfois apparus.
Nous sommes beaucoup moins fixé sur la paralysie de
l'intestin chez les hystériques. Dans le court paragraphe
où Briquet (op. cil., p. 476) traite de la paralysie du rectum,
cet auteur s'exprime ainsi : « Rien n'est plus commun
chez les hystériques que la constipation que 1 on
peut attribuer à l'affaiblissement de la contractilité des
muscles releveurs de l'anus et des fibres musculaires du
rectum, etc. Mais aussi rien n'est plus rare que la paralysie
avec anesthésie des sphincters de l'anus et de la
membrane muqueuse du rectum, laquelle enlève aux malades
la faculté de retenir les matières fécales. »
374 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Nous adoptons complètement la dernière opinion exprimée
par Briquet, bien que, comme nous l'avons dit, il existe
des faits, rares mais indéniables, où une paralysie des
membres inférieurs s'est accompagnée de la perte involontaire
des matières fécales. D'autre part, faut-il attribuer
tous les cas de constipation à la paralysie incomplète, alors
que la contracture, comme le veut Briquet lui-même, joue
souvent un rôle incontestable? C'est un point difficile à
élucider, mais qui n'a d'ailleurs qu'une importance très
limitée en clinique.
Signalons en passant un fait de Stockton(l) qui rapporte
à une paralysie intestinale l'obstruction fécale dont souffrait
un enfant de douze ans, chez lequel, d'ailleurs, le
diagnostic d'hystérie n'est pas sans nous laisser quelques
doutes.
Nous ne voudrions pas terminer ce chapitre sans dire
quelques mots des manifestations de l'hystérie sur les
annexes du tube digestif, sur le foie en particulier. Nous
voulons parler de la névralgie, de la fausse colique hépatique,
sans nous y arrêter longuement toutefois, vu l'insuffisance
des documents que nous possédons à son sujet.
Sydenham paraît l'avoir observée ; dans la description
qu'il en donne, on retrouve tous les symptômes de la vraie
colique, l'ictère y compris.
« D'autres fois, dit-il (2), l'affection hystérique se jetant
sur le colon et sur la région qui est au-dessous de la fossette
du coeur y cause une douleur insupportable qui ressemble
à la passion iliaque. La malade vomit une quantité
excessive de matière, tantôt verte et semblable à de la
bile porracée, tantôt de quelque autre couleur extraordinaire.
Souvent aussi, après que la douleur et le vomissement
continuels ont duré plusieurs jours et réduit la
(1) Stockton, Hysteria and foecal impaction in a neurotic child. The
med.and surg. Report, 16 juillet 1892, n° 1846, p. 87.
(2) Sydenham, op. cit., trad. Jault, t. II, p. 478.
DE L'HYSTERIE. 375
malade aux abois, Vaccès se termine par une jaunisse universelle.
Cependant la malade souffre de terribles angoisses
et désespère entièrement de sa guérison. Cet abattement
desprit et ce désespoir m'ont paru aussi inséparables de
la maladie que la douleur cruelle et le vomissement dont
je viens de parler. Les femmes qui ont naturellement les
fibres lâches et délicates et celles qui ont épuisé leurs forces
en mettant au monde de gros enfants sont les plus sujettes
à cette sorte d'affection hystérique. »
A lire la description de Sydenham, il ne semble pas douteux
qu'il puisse exister, du fait de l'hystérie, une détermination
du côté du foie qui simule à s'y méprendre les
crises aiguës occasionnées par la lithiase biliaire : douleurs,
vomissements bilieux, ictère consécutif sont expressément
signalés par l'auteur anglais. Et pourtant la description
de Sydenham est restée isolée, les documents modernes
sur cette question étant très peu précis (1) et ne permettant
guère de ranger dans l'hystérie ce que Beau (2) appelait
Y hépatalgie idiopathique.
Récemment M. Pariser (3) a présenté à la Société de
médecine interne de Berlin, dans la séance du 10 avril 1893,
une observation de « colique nerveuse hépatique » à propos
de laquelle il s'est livré à des considérations appuyées
d'une bibliographie complète, peu intéressante toutefois,
car il n'existe pas actuellement, à notre connaissance, du
moins, un bon travail sur cette question.
Il semble bien cependant que la femme âgée de quarante-
cinq ans qui fait l'objet de son observation ait été
atteinte d'une manifestation hystérique simulant la colique
hépatique vraie. Les crises fort douloureuses étaient loca-
(1) P . BouloumiÉ, Hystérie grave, hématémèses, coliques néphralgiques et
hépatiques. Simulation de calculs vésicaux. Union médicale, n° 40,
4 avril 1880.
(2) Beau, Etudes sur l'appareil spléno-hépatique. Arch. gén. de méd.,
1851.
(3) Gurt Paujser, Beitrage zur Klinik der nervôsen Leberkolik (iieuralgia
hepatis), in extenso in Deut. med. Wochenschrift, n° 31, 3 août 1893,
p. 741.
376 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Usées à la région du foie et dans l'hypocondre droit; elles
produisaient fresque la -perte de connaissance. Ces phénomènes,
qui duraient de deux à quatre heures, étaient suivis
de spasmes pharyngés et de vomissements. La menstruation
paraissait avoir une influence marquée sur le retour
des crises. Le lendemain de l'attaque, la peau présentait
souvent, mais non toujours, une teinte subictérique. Les
conjonctives gardaient leur coloration normale, les selle-s
étaient quelquefois décolorées.
En raison dune légère dyspnée, de palpitations et d'un
sentiment d'angoisse joints à des troubles dyspeptiques
d'origine nerveuse, on avait pensé à une névrose cardiaque.
Or il existait une hyperesthésie limitée à la moitié droite
de r abdomen, et ce dernier phénomène, ajouté aux pertes
incomplètes de connaissance, nous semble trancher la
question du diagnostic. Nous pensons, en effet, qu'il s'agissait
là d'une zone hyperesthésique hystérogène de la région
hépatique dont l'exaltation donnait naissance à l'ensemble
symptomatique de la colique vraie, de même que dans le
paroxysme à forme d'angine de poitrine il existe presque
toujours une zone hyperesthésique hystérogène de la
région précordiale.
Une zone analogue à celle présentée par la malade de
Pariser existait dans une observation de Marius Carre (1),
et sa pression semblait produire les phénomènes de l'hépatalgie.
& L'hypocondre, surtout au niveau du foie, ditil,
présente une hyperesthésie très marquée. La pression
y est très douloureuse ; la malade y accuse une douleur
constante, et dans les crises il suffit de presser dans cette
région pour produire à volonté des mouvements désordonnés
(hépatalgie) . »
Que l'exaltation de cette zone détermine des phénomèmes
douloureux simulant ceux de la colique hépatique, rien
n'est plus facile à admettre; mais l'ictère observé par
Sydenham et noté par Pariser, à un faible degré, il est vrai,
(1) Marius Carre, De l'hémoptysie nerveuse. Arch. qe'n. de rnécl.,
t. XXIX, 1877, obs. V, p. 189.
DE L'HYSTERIE. 377
est-il sous la dépendance réelle de la manifestation hystérique?
Voilà une question qu'il est difficile de résoudre,
mais que les éléments cliniques d'appréciation que nous
possédons semblent cependant trancher par l'affirmative.
Pariser, qui croit sa malade atteinte de « neuralgiahepatis
» , s'appuie, pour établir son diagnostic, sur le retour
périodique des accès au moment des règles, bien que
Cyr (1) ait péremptoirement démontré que les crises de
colique vraie puissent revêtir ce même caractère de périodicité.
Pour l'auteur allemand, la névralgie hépatique se
rencontrerait seulement chez les hystériques, les neurasthéniques
et les personnes nerveuses. En somme, ce qu'il y
a de plus précis dans son travail, c'est encore l'observation
sur laquelle il est basé.
Nous avons eu l'occasion de nous entretenir de cette
intéressante question avec M. Hanot, dont l'opinion fait
autorité en matière de maladies du foie. Il n'est pas douteux,
pour lui, qu'il existe une fausse colique hépatique
d'origine hystérique simulant à s'y méprendre la colique
liée à la lithiase biliaire.
Pour M. Hanot comme pour nous, le meilleur élément
peut-être d'un diagnostic qui n'est pas toujours facile à
établir n'est autre que l'hyperesthésie cutanée, exquise et
superficielle, de la région du foie qui existait dans le cas
de Pariser.
Si l'on était tenté de faire servir au diagnostic nos
recherches sur les modifications des excréta urinaires, il ne
faudrait pas oublier que la colique vraie se juge, elle aussi,
par l'abaissement du taux de l'urée que l'on observe,
nous l'avons démontré , dans tous les paroxysmes hystériques.
(1) Cyr, Note sur la périodicité de certains accidents hépatiques. Arch.
gén. deméd., mai 1883. — Causes d'erreur dans le diagnostic de l'affection
calcuteuse du Joie. Id., février 1890, p. 177 e t suiv
CHAPITRE DIX-HUITIÈME
MANIFESTATIONS DE L'HYSTÉRIE SUR L'APPAREIL
URINAIRE ET GÉNITAL
Multiplicité des déterminations hystériques sur l'appareil urinaire, —
Sydenham et la pseudo-colique néphrétique. —- Le mémoire de Legueu,
1891. — Hématurie.
La polyurie hystérique. — Historique; période ancienne; période moderne. — La thèse d'Ehrhardt, 1893. — Étiologie. — Modes de début. — Description
; marche et terminaisons. — Influence de la suggestion hypnotique.
De l'ischurie ou anurie hystérique. — Historique. — Nysten, Rayer,
Gharcot. — Forme passagère ; forme permanente. — Fréquence. —Description.
— Balancement entre les vomissements et l'anurie. — L'anurie
totale sans vomissements : Discussion sur l'urémie hystérique.
Manifestations sur l'appareil excréteur. — Urètre.
Vessie. — Historique; étiologie générale. — Hyperesthésie de la muqueuse
nésicale : cystalgie. Pénurie des travaux modernes. Contracture du col.
Anesthésie de la muqueuse. — Paralysie vésicale. Séméiologie de l'incontinence
et de la rétention d'urine d'origine hystérique.
Notions complémentaires sur les trourles hystériques de l'appareil génital.
— Les zones de l'ovaire et les grandes névralgies pelviennes. —
Caractère paroxystique des douleurs. — L'hystéralgie et les troubles trophiques
de l'utérus. — Métrorragie. — Contracture du sphincter vaginal
et zone hyperesthésique hystérogène de la muqueuse du conduit. —
-
Sécrétions anormales. — Rapports de la dysménorrhée membraneuse
avec l'hystérie.
Au courant des chapitres précédents, nous avons été
conduit à plusieurs reprises à envisager l'action de l'hystérie
sur la fonction rénale. Tout ce qui a trait, par
exemple, aux modifications chimiques qu'entraînent avec
eux les paroxysmes a été étudié sans esprit de retour.
Mais les déterminations de l'hystérie sur l'appareil urinaire
sont nombreuses et variées, et comme elles n'ont
jamais fait l'objet d'une étude d'ensemble, il importe d'être
méthodique dans leur exposition
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE. 379
Aussi, autant qu'il nous sera possible et à l'instar de ce
que nous avons fait pour les autres appareils, rapporterons-
nous chacune de ces manifestations à ce que nous
savons des grands processus de la névrose : troubles de
sensibilité, diathèses de contracture, d'amyosthénie vasomotrice,
etc. Nous commencerons par l'étude des troubles
de sensibilité, en suivant le cours de l'urine, du rein vers
l'urètre excréteur.
L'action de l'hystérie sur le rein semble pouvoir se juger
par un ensemble de phénomènes paroxystiques douloureux
simulant la colique néphrétique, de même que la
localisation sur le foie ou sur le coeur donne naissance aux
fausses coliques hépatiques ou à la pseudo-angine de poitrine.
Sydenham, le premier, a bien décrit ces phénomènes :
« Quelquefois, dit-il (1), le mal attaque l'un des reins et
y produit une douleur très cruelle et qui est entièrement
semblable à un accès de colique néphrétique, non seulement
par la nature et le siège de la douleur, mais encore
par les vomissements affreux dont elle est accompagnée,
et quelquefois aussi parce qu'elle s'étend le long des uretères.
De cette manière, il est extrêmement difficile de
distinguer si les symptômes dont il s'agit proviennent de
quelque pierre enfermée dans les reins ou d'une affection
hystérique, à moins que la personne n'ait eu, peu de temps
auparavant, quelque violent chagrin ou n'ait vomi une matière
verdàtre; ce qui montrera que les symptômes de la
maladie doivent plutôt être attribués à une affection hystérique
qu'à une pierre contenue dans les reins. »
On ne saurait être ni plus précis ni plus affirmatif, et
pourtant l'opinion que se faisait Sydenham de la manifestation
qu'il décrivait ne fut pas admise sans conteste,
(1) Sydenham, trad. Jault, op. ci'f.,p. 478.
380 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ainsi que cela résulte du travail de M. Legueu (1), auquel
nous empruntons l'historique qui va suivre.
Sauvage (2) admet la néphralgie hystérique et la considère
comme une affection purement nerveuse ; puis
viennent des observations ou des descriptions de Barailon
(3), d'Alibert (4), de Strambio (5), dans lesquelles
l'hystérie est en cause sans que leurs auteurs semblent en
soupçonner nettement l'existence.
Boyer (6), pour la première fois, essaye d'établir la
séméiologie des phénomènes douloureux dont le rein peut
être le siège. Il existe nombre de maladies capables de
simuler les accidents de la néphrite calculeuse : le rhumatisme
lombaire, les affections voisines du rein, V hystérie.
On déterminera les éléments du diagnostic par l'étude
des antécédents héréditaires ou personnels de lithiase,
par les conditions de la douleur qui, en cas de calcul,
survient toujours après un exercice violent et s'accompagne
dune urine rouge et sanguinolente.
A ce dernier point de vue, nous verrons que l'hystérie
semble pouvoir, elle aussi, donner naissance à l'hématurie.
En 1830, Chopart (7), traitant de la douleur dans les
calculs du rein, s'exprime en ces termes : « On a vu des
accès iïhystérisme imiter si bien ceux de la néphrite, par
la nature, le siège et le trajet de la douleur, par la suppression
de l'urine, les nausées et les vomissements, qu'ils
pourraient tromper facilement les personnes même attentives
à discerner les caractères particuliers qui désignent
l'affection de tel ou tel viscère. »
A partir de cette époque, sous l'influence peut-être des
(1) Legueu, Des névralgies rénales. Annales des maladies des organes
génito-urinaires, 1891, p. 564, 631, 778.
(2) Sauvage, Nosologie méthodique. Amsterdam, t. II, p. 112, 1768.
(3) Barailon, Journ. de méd. et de chirurgie, juillet 1767, t. XXVII,
p. 340.
(4) Alibert, Nosol. naturelle, t. I, p. 210. Paris, 1817.
(5) Strambio, Journ. des progrès, 1829, t. I, p. 253.
(6) Boyer, Maladies chirurgicales. Paris, 1822, t. VIII, p. 493.
(7) Chopart, Maladies des voies urinaires, t. I,p. 257, Paris, 1830.
DE L'HYSTÉRIE. 381
idées de Rayer, qui, comme on le sait, était en matière
d'hystérie d'un scepticisme exagéré, les phénomènes douloureux
du rein imputables à la névrose sont considérés
comme tout à fait problématiques.
En 1885, Henry Morris (1) en établit incidemment la
réalité dans le passage suivant, que nous rapportons dans
son entier. On remarquera qu'il fait une place à l'hématurie
dans cet ensemble symptomatique.
« Dans une quatrième série de cas, dit-il, dans lesquels
on trouve une douleur intense et de l'hématurie, les phénomènes
paraissent devoir être rapportés à l'hystérie. Un
jeune homme, traité sous la direction de M. Hulke, se
plaignait d'une douleur excessive siégeant au niveau des
reins et dans l'aine, et disait qu'il avait uriné du sang
mélangé à de l'urine. Il avait tous les symptômes du calcul
rénal : on l'explora, mais on ne trouva pas de pierre.
Consécutivement il raconta qu'il avait oublié de dire qu'il
avait avalé une épingle qui s'était enfoncée dans le rein. On
lui prescrivit un peu de chlorure de sodium dans le but,
comme on le lui assura, de dissoudre l'épingle. Il guérit
rapidement et quitta l'hôpital tout à fait bien portant.
« Une jeune femme me fut envoyée du Buckinghamshire
pour l'examen de son rein ; elle revint même à deux
reprises, mais comme je fus convaincu que les symptômes
étaient hystériques, je refusai chaque fois de l'opérer.
Elle fut très soulagée par une solution aqueuse de caramel.
»
Dans son mémoire, M. Legueu rapporte l'observation
d'un homme de vingt-six ans manifestement hystérique,
chez lequel les paroxysmes douloureux à forme de colique
néphrétique semblaient avoir pour point de départ non
pas le rein directement, mais une zone hystérogène siégeant
au niveau de la région inguinale et du testicule
gauche. « En 1885, dit-il, le malade est pour la première
fois subitement pris, un matin, d'une douleur violente dans
(1) H. Mobkis, An address on some points in the surgery of the kidneys.
The brit. med. Journ., t. I, 1885, p. 311.
382 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
l'aine gauche et le testicule du même côté. Un quart
d'heure après, besoin pressant d'uriner à la suite duquel
il expulse du sang rouge. Il continue néanmoins son travail
: au bout de quelques heures, la douleur s'atténue et
les urines redeviennent claires. » La zone hyperesthésique
hystérogène de l'aine et du testicule persiste et s exalte
pour produire des crises qui se sont répétées une quarantaine
de fois en cinq ans, revêtant toujours le même caractère
et pouvant même se prolonger sous forme d'un véritable
état de mal. « Les crises durent une heure, deux
heures, cinq heures : quelquefois; elles sont subintrantes ;
il s'en produit trois ou quatre en vingt-quatre heures.
Leurs caractères sont les suivants : une douleur part du
testicule et remonte dans le flanc, généralement très violente;
le malade se tient immobile ou se roule par terre.
Il y a du ténesme vésical; le malade a des envies fréquentes,
mais ne peut uriner. Une hématurie suit la crise ; elle n'est
cependant pas constante ; le malade n'a jamais rendu de
graviers. »
M. Guyon fit une incision et alla explorer à main armée
le rein gauche. Après discission de la capsule, « il trouve
son volume normal et en aucun point ne constate de saillies
ni d'inégalités. En présence de la netteté de cette sensation,
il conclut à l'absence de calcul et se refuse à toute
exploration intra rénale devenue inutile. » Le sujet fut
fort souffrant des suites de cette grave exploration qui
n'apporta aucune amélioration à ses maux.
L'observation II, qui appartient à M. Antoine Sabatier(
l)et se rapporte à une femme de trente ans, nous
paraît devoir être attribuée à l'hystérie, bien que le nom
de cette affection ne soit pas prononcé. Il est vrai qu'on y
trouve les termes de nervosisme et de simulation » qui
sont souvent attribués aux hystériques. Il existait chez
cette femme des « attaques comateuses » dans lesquelles
il est impossible de ne pas voir des attaques de léthargie
(1) A. Sabatier, Néphralgie he'maturique . Néphrectomie ; gue'rison.
Bévue de chirurgie, 1889, p. 62.
DE L'HYSTERIE. 383
hystérique. On croyait, d'abord, à la nature urémique de
ce coma, mais on finit par être convaincu que « ces phénomènes
étaient de nature purement nerveuse » .
La douleur, cette fois, probablement sous forme de zone
hyperesthésique, siégeait dans le flanc droit au niveau du
rein, d'où elle irradiait lors des crises «vers l'uretère et la
vessie, vers le membre inférieur droit, vers le diaphragme
et l'épaule droite » . Les paroxysmes douloureux s'accompagnaient
d'hématurie, « le sang disparaît peu à peu, à
mesure que l'on s'éloigne de la crise, mais les urines laissent
toujours néanmoins déposer un précipité sédimenteux
très épais » .
M. Sabatier, croyant qu'il existait un calcul du rein
droit, n'hésita pas à enlever cet organe, que l'examen
microscopique, comme l'examen à l'oeil nu, révéla tout à
fait sain. L'opération, faite le 16 octobre 1886, amena
un certain soulagement; les crises douloureuses rénales
disparurent; au moins n'existaient-elles plus au 1
er décembre.
Mais, en 1887, reparurent ces attaques comateuses
« de nature purement nerveuse » qui montrèrent que
l'hystérie n'avait pas abdiqué et n'était pas partie avec
l'organe enlevé. A noter encore, comme phénomènes concomitants,
des périodes d'anurie et un ténesme vésical qui
nécessita longtemps l'emploi de la sonde.
A ces deux observations où le diagnostic d'hystérie nous
semble indéniable, où l'exploration du rein fit voir qu'il
ne s'agissait pas de coliques provoquées par un calcul,
nous en joignons une troisième rapportée par M. Tuffier
(1).
Il s'agit d'une femme de trente-cinq ans qui, à la suite
d'un traumatisme local insignifiant, fut prise tous les huit
ou quinze jours « d'une douleur débutant dans la région
lombaire droite, puis descendant vers le flanc et le pli de
laine. Cette douleur, d'abord sourde, devient bientôt une
« véritable colique » très violente, accompagnée de sensa-
(1) Txjffieiî, Des pseudo-coliques néphrétiques. Sent, méd,, 25 oct. 1893.
384 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
tion de torsion. Au moment des paroxysmes, elle est vraiment
atroce, immobilisant le tronc dans la situation mifléchie
, arrachant souvent des cris et provoquant des
vomissements. Ces crises durent de quelques minutes à
une demi-heure, puis elles se calment pour reparaître
bientôt, et l'accès entier varie de douze à vingt-quatre
heures. »
Les crises peuvent se prolonger sous forme d'un état
de mal qui, une fois, a duré cinq jours consécutifs. En
dehors de ces phénomènes douloureux spécialisés , rien
qui puisse faire penser à la lithiase rénale; entre les paroxysmes,
la santé générale est parfaite.
Dans ces conditions, et guidé par des considérations
qui sont très sommairement exposées, M. Tuffier intervint
chirurgicalement ; par une incision, il pénétra jusqu'au
rein droit, qu'il trouva sain et en place : cependant
il le fixa à la plaie par une suture.
Le résultat opératoire fut parfait; mais ce qui paraît
plus singulier, c'est qu'un an après, la malade revue déclara
qu'elle était guérie.
Nous croyons très sincèrement que M. Tuffier s'était
trouvé en présence de paroxysmes hystériques à forme de
coliques néphrétiques. L'hypothèse dune affection organique
du rein, en particulier de la maladie calculeuse, doit
être éliminée, puisque le chirurgien eut, pour ainsi dire,
dans la main cet organe, qui de plus n'était pas déplacé.
Il n'y a que des phénomènes purement dynamiques qui
puissent guérir sous l'influence de telles opérations. D'ailleurs,
en relisant l'observation, on remarque qu'au lieu
de l'anurie qui suit ordinairement les coliques néphrétiques
vraies, on trouvait, « après l'accès, l'urine généralement
pâle et un peu plus abondante » , ce qui appartient,
en général, au paroxysme hystérique.
En outre, fait important, il existait, au niveau du rein,
une zone hyperesthésique superposée à de la contracture
musculaire in situ qui ne cédait que par le chlorofornne. « La
pression méthodique de la région lombo-abdominale droite
DE L'HYSTERIE. 385
provoque de suite une douleur profonde et une contracture
musculaire réflexe qui empêchent de pénétrer dans la
profondeur de la région, et cette douleur persiste en s'atténuant
pendant environ une heure... Ne pouvant obtenir
un relâchement complet de la paroi, je n'hésite pas à
chloroformiser la malade. »
Malgré le résultat obtenu, nous croyons le procédé employé
par M. Tuffier peu recommandable. Si l'affection,
qui se manifestait sous la forme paroxystique d'une fausse
colique néphrétique, avait été reconnue par les auteurs
dont nous venons d'analyser les observations, et le diagnostic
nettement posé, il eût été inutile de recourir au
bistouri pour obtenir une guérison qui fît défaut dans
deux cas sur trois, sans savoir ce que l'avenir réserve au
troisième. On nous accordera que la décortication d'un
rein, même lorsqu'il est parfaitement sain (Tuffier), ne va
pas sans quelques dangers ; que ceux-ci peuvent naître de
l'intervention opératoire (Guyon), et que c'est épouser avec
une trop grande conviction la théorie de l'inutilité de la
désassimilation chez les hystériques que d'enlever un rein
à l'instar de M. Sabatier.
A part les trois cas précédents, auxquels il faut joindre
les deux faits de Morris où l'hystérie était évidente, il est
difficile de se prononcer sur les autres observations publiées
par divers auteurs et réunies par M. Legueu dans
son mémoire. Nous croyons cependant que nombre d'entre
elles doivent être rapportées à l'hystérie, et si, dans l'exposé
du cas, « il n'est aucunement fait mention de l'état
nerveux du sujet » , cela tient, dit M. Legueu, — au moins
pour les observations anglaises, — « à ce que le diagnostic
rapidement établi de lithiase supprime tout examen
approfondi en conduisant de suite à l'intervention
chirurgicale » . L'aveu est bon à retenir, et il est inutile d'ajouter
qu'une semblable manière d'agir est profondément
regrettable; car, pas plus que pour l'ovaire en ce qui concerne
la névralgie pelvienne, on ne supprime l'hystérie en
enlevant le rein qui est le siège du paroxysme douloureux.
UI. 25
386 TRAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Si donc l'existence d'un paroxysme hystérique à forme
de colique néphrétique, dont le point de départ peut être
une zone hyperesthésique hystérogène du rein (et aussi
du testicule ou de la région inguinale), est indéniable, il
n'est pas moins vrai que les observations bien étudiées
sont actuellement en trop petit nombre pour qu'on puisse
tracer l'histoire clinique complète de cette détermination
de la névrose.
Nous insisterons cependant sur Yhématurie qu'on retrouve
dans un fait, également sujet à discussion, de Bouloumié
(l).
Le pissement de sang nous semble devoir être rangé
dans la catégorie des troubles trophiques. C'est une manifestation
de cette diathèse vaso-motrice dont les effets
se font sentir sur un si grand nombre de viscères. Ce qui
le prouve, c'est que, dans un cas de Marius Carre (2),
l'hématurie — sans douleurs paroxystiques — coïncidait
ou alternait avec deshémoptysies et des hématémèses ; ces
dernières furent aussi notées chez le sujet de Bouloumié.
La malade, dit Marius Carre, est sujette à d'autres
hémorragies que l'hémoptysie ; « l'épistaxis a été observée
trois ou quatre fois, mais en dehors des hémoptysies ; le
sang a alors ses caractères ordinaires et ne peut donner
lieu à aucune confusion. Yî hématurie, bien plus fréquente
que l'épistaxis, se montre tous les huit jours environ. Les
urines d'un rouge plus ou moins foncé laissent voir, au fond
du vase qui les contient, de petits caillots sanguins. Examinées
au microscope, elles présentent des globules déformés.
Cette hémorragie a coïncidé plus d'une fois avec
l'hémoptysie. »
Peut-être existe-t-il, du côté du rein, d'autres troubles
(1) Bouloumié, Hystérie grave, troubles dyspeptiques, hématémèses, coliques
néphralgiques et hépatiques. Union médicale, 4 avril 1880, n° 40,
op. cit.
(2) Marius Carre, De l'hémoptysie nerveuse. Arch. gén. de médecine,
t. XXIX, 1877, obs. V, p. 191.
DE L'HYSTERIE. 387
trophiques ; peut-être l'albuminurie, en dehors de l'hématurie,
bien entendu, est-elle susceptible de se montrer
sous l'influence de la névrose, mais les cas qui en ont
été publiés (l) ne sont pas de nature à entraîner notre
entière conviction.
En dernier lieu, faut-il incriminer encore l'hystérie dans
la genèse ou la provocation de ces crises douloureuses qui
accompagnent parfois le rein mobile et sur lesquelles, invoquant
l'action de la névrose, Guéneau de Mussy, Ghroback
et Lancereaux ont attiré l'attention (2)?, La solution de
cette question reste encore en suspens.
Nous allons voir bientôt que ces troubles de sensibilité
sont beaucoup moins discutables, lorsqu'ils siègent sur le
réservoir urinaire, mais nous ne voulons pas quitter le
rein lui-même sans traiter de l'exagération de sa sécrétion
ou polyurie et de sa diminution ou suppression connue
sous le nom àischurie ou à'anurie hystérique.
L'exagération permanente de la sécrétion rénale d'origine
hystérique, sinon indépendante des paroxysmes, tout
au moins persistant dans leur intervalle, n'est pas de
notion fort ancienne. Grâce à d'importants travaux de
date récente, elle constitue, pour ainsi dire, une question
toute d'actualité.
On trouve la polyurie signalée par un grand nombre
d'auteurs : Lacombe (3), Fleury (4), Valentiner (5), Lan-
(1) Maclagan, Case of hysteria with albumen and subseqnently xanthic
oxicle in the urine. Monthly Journ. of med. Se. Londres et Edimbourg,
1851, t. XIII, p. 121-135. — Fioiu, L'albuminuria nelV isterismo e délia
influenza dei metalli sulle orine.Arch. di psichiatria. Turin, 1881, p. 45-57,
1 tab. — Toller, Iseuria isleriea permanente. Gazzetta med. lombarda,
26 août 1893, n° 34, p. 413. (Cas complexe: femme de 50 ans rendant par
jour 50 gr. d'urine albumineuse. L'auteur pense qu'il s'agit d'ischurie hystérique
chez une cardiaque albuminurique.)
(2) Bruul, Le rein mobile. Gaz. des hôp., 6 février 1892, n° 16, p. 147.
(3) Lacombe, La polydipsie. Th. Paris, 1841.
(4) Fleury, Areh. ge'n. de med. Paris, 1848.
(5) Valentiner, Die Hystérie und ihre Heilung. Erlangen, 1852.
388 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
douzy (1), Vogel (2), Haughton (3), Oppolzer (4), mais les
faits qu'ils rapportent ne sont pas tous concluants au point
de vue de la névrose.
Il n'en est pas de même d'une observation de Kien(5) relative
à une femme de trente-huit ans, chez laquelle, six mois
après le début d'attaques hystériques, on vit survenir une
polyurie de cinq à six litres par vingt-quatre heures. La
soif était peu vive, mais le taux des boissons était cependant
proportionnel à celui des urines émises ; il n'y avait
pas de boulimie. Pas d'azoturie non plus, car on notait
seulement 27 gr. 13 d'urée pour 5,352 c. c. d'urine et
8 gr. 79 de chlorure de sodium. Au bout d'un an, cette
polyurie persistait encore.
Kiener (6) eut, lui aussi, l'occasion d'observer cette
malade : la proportion des matières azotées était à ce moment
plus forte, car il y avait 34 grammes d'urée pour
3,435 c. c. d'urine.
En 1869, M. Lancereaux, dans sa thèse d'agrégation de
Paris sur la polyurie, au chapitre qu'il intitule : « État
hystérique ou névropathique ; émotions vives » (p. 19),
s'exprimait en ces termes sur la question qui nous occupe :
« La plupart des auteurs qui ont écrit sur l'hystérie
s'accordent à faire mention d'une polyurie temporaire survenant
principalement à la suite des accès, ainsi qu'il
arrive, d'ailleurs, après certaines attaques d'épilepsie.
Ce n'est pas de cette polyurie passagère qu'il est ici question,
mais bien d'une polyurie persistante coïncidant
avec les accidents nerveux, si elle ne leur succède. »
Il analysait alors onze observations. Celles de Lan-
(t) Landouzy, Leçon clinic/ue sur le diabète. Union médicale, p. 495,
549, 1862.
(2) Vogel, Anleitung zur Analyse der Harns, 1863.
(3) Haughton, Notes on diabètes insipidus . Dublin Quaterly Journal,.
1863.
(4) Oppolzer, Hysteria cum Polyuria. Allg. Wien. med. Zeilung,nm 38,
39, 1866.
(5) Kien, De la polyurie. Th. de Strasbourg, 1865, p. 13.
(6) Kieser, De la polyurie. Th. Strasbourg, 1869.
DE L'HYSTÉUIE. 389
douzy, dOppolzer, un fait inédit à lui communiqué par
Le Teinturier, sont assez probants en faveur de l'hystérie.
Quant aux cas déjà cités de Lacombe, de Fleury, de Haugthon,
en y ajoutant ceux de Desgranges (1) et de Delpierre
(2), ils méritent à peine d'être mentionnés. Lancereaux
réunissait d'ailleurs, aux observations où l'hystérie
paraissait être véritablement en cause, « celles où il est
dit que la polyurie aurait succédé à une vive émotion » .
Depuis 1869, Lancereaux est revenu sur cette question.
Dans une leçon publiée en 1890 (3), il cite plusieurs polyuriques
présentant tous les symptômes de l'hystérie dite
toxique, mais pour cet auteur la polyurie, les crises convulsives
et l'hyperesthésie doivent être attribuées à l'intoxication
chronique par les essences : absinthe, anis , badiane,
etc., ce qui complique singulièrement la question.
C'est, d'ailleurs, un point à retenir que tous ses malades
étaient des alcooliques avérés.
En somme, dans tout cela, rien de bien précis, et la
véritable note sur l'opinion qu'on se faisait récemment
encore sur la polyurie hystérique nous est donnée par
Axenfeld et Huchard (4).
« La polyurie hystérique est passagère ou permanente.
Dans le premier cas, elle est un phénomène très souvent
consécutif aux accès, et consiste dans l'émission d'une
urine abondante, claire et limpide (urine nerveuse ou
spasmodique). Dans le second cas, beaucoup plus rare,
puisque M. Lancereaux n'a pu en réunir que sept observations
dans sa thèse d'agrégation, la polyurie persiste pendant
un temps plus ou moins long, dans l'intervalle et
même en l'absence des accès. »
Donc, pendant toute cette première période, si la no-
(1) Desgranges, Annales de médecine de Montpellier, t. VI, p. 56,
an XIII.
(2) Delpierre, Polydipsie ; observation pour servir à son histoire étiolologique.
Courrier médical, 9 mars 1841.
(3) Lancereaux, La polyurie simple et ses variétés. Annales des maladies
des organes- génito-urinaires. Paris, août 1890, p. 457.
(4) Traité des névroses, 2e édit., p. 1037, 1883.
390 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
tion d'une polyurie passagère consécutive aux paroxysmes
est bien établie, il n'en est pas de même pour la polyurie
permanente, interparoxystique.
Nous savons déjà ce qu'il faut penser de la polyurie passagère
postparoxystique. Nous avons établi, dans nos
recherches avec M. Cathelineau, qu'elle était beaucoup
plus apparente que réelle (voir t. II, ch. n) ; nous n'y reviendrons
pas. Quant à la polyurie permanente, elle vient
d'être, en France, l'objet de nombreux travaux dus, en
particulier, à MM. Debove (1), Ballet (2), Mathieu (3),
Babinski (4), Déjerine (5), Laënnec (6) et Boiffin (7). On
les trouvera, pour la plupart, mis en oeuvre dans la thèse
récente d'Ehrhardt (8), qui a apporté à cette question l'appoint
de ses recherches personnelles.
(1) Debove et Flamand, Recherches expérimentales sur l'hystérie {anorexie,
inanition, boulimie, anurie). Bull, et Mém. de la Soc. méd. des
hop., Paris, 1885, p. 299. — Debove, Polyurie hystérique. Id., 13 novembre
1891; 30 novembre 1891, p. 581. — Sciatique et polyurie. lbid.
}
30 novembre 1891.
(2) Ballet, Polyurie dans le goitre exophtalmique. Rev. de méd. Paris,
1883, p. 275. — Polyurie. Bull, et Mém. de la Soc. méd. des hop., 24 juillet
1891, p. 424.
(3) Mathieu, Un cas de diabète insipide chez un hystérique {polyurie
simple sans azoturie ni phosphaturie). Bull, et Mém. de la Soc. méd. des
hop. Paris, 24 juillet 1891, p. 421. — Sciatique et polyurie. Id., 9 octobre
1891. — Polyurie hystérique. Ibid., 30 novembre 1891. — Un cas de
diabète insipide guéri par suggestion. Ibid., 11 mars 1892, p. 163. — La
polyurie hystérique. Rev. neur., n° 19, 15 octobre 1893, p. 522.
(4) Babinski, Polyurie hystérique. Injluence de la suggestion sur l'évolution
du syndrome. Bull, et Mém. de la Soc. méd. des hop. de Paris,
13 novembre 1891, p. 568.
(5) Déjerine, Polyurie hystérique. Journal de méd. et de chirurgie pratiques,
10 août 1893.
(6) Laennec, Hystérie, polyurie, polydipsie. Gaz. méd. de Nantes, t. XI,
p. 48, 1893.
(7) Boiffin, Hystérie, polyurie, polydipsie. Soc. méd. de Nantes, 1893.
(8) Ehrhardt, De la polyurie hystérique. Th. Paris, 1893. — La thèse
de M. Garhigue, Polyurie hystérique, Paris, 1888, ne mérite pas plus qu'une
simple mention.
DE L'HYSTERIE. 391
Signalons encore un fait intéressant, publié par Linke(l),
sur lequel nous aurons à revenir.
Il est d'abord à remarquer que toutes les observations
de MM. Debove, Mathieu, Babinski et Ehrhardt sont relatives
à des hommes.
« Dans nos recherches bibliographiques, dit ce dernier
(p. 27), nous avons bien découvert dans les anciens
auteurs des polyuries hystériques (?) chez la femme ; mais ne
s'agissait-il pas alors d'une simple coïncidence, etlapolyurie
était-elle bien un syndrome hystérique? C'est ce que
l'histoire très incomplète des malades ne peut éclaircir.
Aujourd'hui que la question est à l'ordre du jour, nous
n'avons pu, parmi les communications de M. le professeur
Debove, de MM. Babinski et Mathieu, en trouver un seul
cas chez la femme. »
A l'époque où M. Ehrhardt écrivait, le cas de Linke
relatif à une femme de seize ans n'avait pas encore, il
est vrai, été publié, mais l'observation de Kien, que nous
avons analysée, nous semble cependant aussi probante
que la plus récente des observations modernes de polyurie
permanente.
Tous ces sujets étaient des adultes âgés de vingt-cinq à
cinquante ans, ce qui ferait de la polyurie une manifestation
relativement tardive de la névrose.
M. L. Guinon (2) a cependant rapporté un cas dans
lequel la polyurie aurait débuté chez une petite fille, à
l'âge de huit ans. Cette polyurie persistait encore à l'âge
de dix-huit ans et ne s'accompagnait pas d'azoturie; par
contre, le chiffre des phosphates était très augmenté par
rapport à la normale.
(1) A. Linke, Diabètes insipidus mit gleichzeitiger Relentio urinoe spastica
bei einem hysterischen Mâdchen. Centralbl. fur Nervenheilk. u. Psych.
Sept. 189V, p. 457. Art. original.
(2) L. Guisox, De quelques troubles urinaires de l'enfance. Névroses
urinaires de l'enfance, obs. XLVII, p. 87. Th. Paris, 1889.
INous n'avons pu prendre connaissance du Mémoire de M. Schibbye ,
Et Tiffoelde af infantile Hysteri med Lokalisation til Urinsfoeren. Norsk.
Mag.f. Loegevidensk. Christiania, 1892, 4, R. 7, p. 1265-1270.
392 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Fait important : M. Ehrhardt, comme M. Lancereaux.
note que la plupart de ses polyuriques hystériques étaient
alcooliques.
« Il est à remarquer, dit-il (p. 28), que presque tous nos
malades ont été des alcooliques bien avant d'être des polyuriques
: il est évident que l'alcool a pu préparer le
terrain pour le développement de la névrose et qu'il a
joué le rôle d'agent provocateur de l'hystérie chez ces
malades prédisposés et appartenant à la famille névropathique.
>^ Nous avons pourtant observé nous-même un
cas de polyurie hystérique des moins discutables chez un
homme adulte non alcoolique.
Cette notion étiologique n'en est pas moins de première
importance, et l'alcool, en agissant préalablement sur le
rein, fixe peut-être la localisation ultérieure de la névrose.
C'est peut-être aussi dans le même sens d'une prédisposition,
d'un locus minorisresistenlioe, qu'il faut interpréter ce
fait relevé par M. Ehrhardt, dans les antécédents de quelques-
uns de ses malades, d'une incontinence d'urine qui
se prolongea assez tard après l'enfance.
Il faut tenir compte également des causes occasionnelles.
Dans les observations qui appartiennent en propre à
M. Ehrhardt, la polyurie a débuté deux fois après l'ingestion
d'eau glacée, le corps étant couvert de sueur; deux
fois à la suite de copieuses libations; une fois à la suite
dune crise convulsive; une lois à la suite d'une névralgie
sciatique.
Disons immédiatement que les rapports qui semblent
exister, dans certains cas, entre la sciatique et la polyurie
chez les hystériques, ont été étudiés par MM. Debove,
Mathieu et Ehrhardt (obs. XVI, XVII). La sciatique ne
doit-elle pas être considérée, dans l'espèce, comme un
de ces paroxysmes à forme névralgique que nous avons
déjà décrits. Mais si ce paroxysme, nous le savons, est
susceptible d'entraîner une polyurie passagère , quelle
est son influence sur la polyurie permanente? Il est difficile
de répondre, car les observateurs n'ont pas enviDE
L'HYSTERIE. 30.)
sage ce point particulier et intéressant de la question (1).
Les autres causes occasionnelles appartiennent, sans
qu'il soit nécessaire d'y insister, à l'étiologie banale des
manifestations hystériques. Dans notre cas, la polyurie
s'était montrée à la suite d'un traumatisme de chemin de
fer.
Le début de la polyurie peut être, suivant les causes
qui semblent lui avoir donné naissance, brusque ou insidieux.
La polyurie une fois installée, les mictions se font à
intervalles variés, « en général, dit M. Ehrhardt {op. cil.,
p. 38), moins fréquemment la nuit que le jour » , ce qui
n'était pas le cas, bien au contraire, dans notre observation,
k La quantité d'urine émise pendant le jour parait
plus abondante que celle de la nuit, mais les mictions
nocturnes, par cela même qu'elles sont moins fréquentes,
sont chacune, en particulier, plus abondantes. Le volume
des mictions est variable ; un de nos malades urinait en
une fois habituellement plus d'un litre, mais ses mictions
étaient rares ; elles sont parfois tellement pressantes que
le polyurique n'a pas le temps de les satisfaire et urine
dans son pantalon. »
Au point de vue des caractères de la miction, le cas de
Linke fait exception à tous ceux qui ont été publiés. Sa
malade qui, bien qu'hystérique par des attaques de toux,
de l'aphonie et une zone hyperesthésique de la région
scapulaire gauche, présentait des désordres mentaux qu'on
peut rapprocher de la folie du doute, souffrit pendant
onze jours seulement d'une polyurie qui atteignit une fois
dix litres dans les vingt- quatre heures. Mais, pour constater
cette exagération de la sécrétion urinaire, il fallait
avoir recours au cathétérisme, car il existait une rétention
d'urine par contracture spasmodique du col de la vessie.
(1) Bruhl, De la sciatiaue. Rev. génér. Gaz. des liôp., n° 126, 2 novembre
1893, p. 1193.
304 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Quoi qu'il en soit, au début surtout de cette manifestation,
il existe fréquemment de la pollakiurie; de plus,
l'émission des urines suit, en général, assez rapidement
l'ingestion des liquides.
La quantité d'urine excrétée est très variable ; il n'est
pas rare que les malades pissent huit, dix, quinze litres et
même plus dans les vingt-quatre heures.
M. Mathieu a noté vingt-cinq à trente litres chez un
sujet qui, après s'être retenu quelque temps, pouvait
uriner en une seule fois deux litres et demi à trois litres ;
notre malade, à un certain moment, excrétait vingt et un
litres.
La coloration des urines, qui sont limpides et transparentes,
est d'autant plus faible que la polyurie est plus
abondante ; de même pour le poids spécifique, qui, dans le
cas de Linke, n'était que de 1,001.
Les recherches faites pour déterminer leur composition
chimique ont donné des résultats différents, suivant les
observateurs. En ce qui regarde l'urée, M. Ehrhardt les
résume ainsi qu'il suit : L'urée varie « avec l'alimentation
capricieuse des hystériques ; la quantité en est donc très
variable, et, si nous la trouvons parfois augmentée, cet
excès est dû à l'alimentation \ l'azoturie est ici une azoturie
alimentaire, la composition des urines variant d'un jour à
l'autre avec la nourriture plus ou moins azotée des malades.
Il n'existe aucune relation entre la quantité des urines et
celle de l'urée. »
Dans notre cas, l'urée, qui atteignait quarante -cinq
grammes dans les vingt-quatre heures, diminua parallèlement
avec la quantité du liquide excrété.
La caractéristique de la polyurie hystérique, au point
de vue chimique, résiderait, pour M. Ehrhardt, dans
l'augmentation du chlorure du sodium, les autres éléments,
les phosphates en particulier — le contraire existait
dans le cas de M. Guinon — restant normaux. Il
n'existe ni sucre ni albumine.
Enfin, phénomène très important signalé par M. BaDE
L'HYSTERIE. 335
binski, que nous avons nous-même nettement observé et
d'autres auteurs avec nous, la suggestion hypnotique est
susceptible de faire varier quantitativement l'excrétion
urinai re.
En résumé, à part l'augmentation considérable de leur
quantité, il est difficile, dans l'état actuel de la science,
d'être précis sur la composition chimique des urines des
polyuriques.
La polyurie hystérique s'accompagne presque constamment,
sinon toujours, de polydipsie et de polyphagie,
l'ingestion de grandes quantités de substances solides et
liquides entraînant parfois une sorte de dilatation mécanique
de l'estomac.
Pour M. Ehrhardt, la soif, qui est constante, serait « loin
d'atteindre le degré de celle qui accompagne le diabète
sucré ou la polyurie essentielle » . Les faits ne justifient
pas toujours cette affirmation.
« Malgré une sécheresse relative de la bouche et une
salive épaisse, la langue reste encore humide. La soif varie,
en général, en raison directe de la quantité des urines,
mais la totalité des boissons absorbées reste toujours inférieure
à celle des urines émises, condition qui ne peut se
réaliser que grâce à une forte soustraction d'eau opérée
aux dépens des tissus. »
Dans ces conditions, on comprend que, malgré la polyphagie
, l'amaigrissement ne tarde pas à survenir ; peu
marqué dans les cas où le volume excrété ne dépasse pas
trois à cinq litres dans les vingt-quatre heures, il atteignait
dix kilos cinq cents dans l'observation II d'Ehrhardt,
relative à un grand polyurique. Notre malade avait perdu
vingt kilos de son poids, mais l'amaigrissement portait sur
plusieurs mois, et la polyurie, lorsque nous le vîmes pour
la première fois, dépassait vingt et un litres dans les vingtquatre
heures.
Lorsque la polydypsie est très accentuée, le pouls est
306 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
large, bondissant. « La tension artérielle a toujours été
trouvée augmentée et a varié en raison directe de la quantité
des liquides ingérés et, par conséquent, de la
polyurie. »
Les malades sont, en général, tristes et abattus; c'est
là, du reste, l'état mental ordinaire des hystériques du
sexe masculin ; les fonctions générales semblent, cependant,
s'effectuer d'une façon normale ; la puissance sexuelle
est conservée, bien qu'affaiblie, car parfois les désirs sont
nuls ou très peu marqués.
Si l'on s'en tient au petit nombre d'observations nettement
probantes que nous possédons, on peut dire, au
point de vue de la marche et de Yévolution, que la polyurie
est une manifestation grave de l'hystérie.
"C'est, dit Ehrhardt (op. cit., p. 45), une maladie inquiétante
par sa persistance et ses tendances à la récidive. Elle
n'entraîne jamais aucune de ces complications fâcheuses,
comme la tuberculose ou ces accidents dus à la glycémie,
que l'on observe dans le diabète sucré ; d'autre part, elle
n'amène pas cette débilitation profonde qui accompagne
la phosphaturie ou l'azoturie.
« A l'égal des autres syndromes hystériques, un rien
suffit à en provoquer le retour, alors qu'on avait tout lieu
de croire à une guérison prochaine ; peut-être la polyurie
est-elle susceptible de disparaître spontanément, mais si
cette disparition peut survenir brusquement, nous ne
devons pas oublier que l'hystérie, chez l'homme, est spécialement
tenace, et nous devons garder une grande
réserve en ce qui concerne l'époque possible de la guérison.
« Peu grave par elle-même, puisque les phénomènes
de dénutrition sont relativement peu accentués, la polyurie
hystérique peut amener chez certains sujets un état de
déchéance psychique voisin de la neurasthénie ou de
l'hypocondrie.
DE L'HYSTÉRIE. 397
« Si cette affection permet aux malades de vivre de
Longues années sans compromettre leur bien-être, il n'en
est pas moins certain qu'elle constitue une infirmité qui
peut durer jusqu'à la mort. »
On le voit, le pronostic de la polyurie hystérique est
assez sombre, car c'est un phénomène qui, d'emblée, tend
à s'installer à l'état chronique et s'accompagne d'une dénutrition
plus marquée certainement, à notre avis tout au
moins, que ne le croit M. Ehrhardt.
Le diagnostic positif est facile. L'absence d'albumine ou
de sucre dans les urines limpides d'un individu qui excrète
beaucoup plus que le taux urinaire normal permettra de
conclure à l'existence de la polyurie et d'attribuer celle-ci
à l'hystérie, si le sujet présente ou a présenté d'autres manifestations
de la névrose.
Nous ne croyons pas qu'il soit possible , dans l'état
actuel de la science, d'établir le diagnostic différentiel
avec le diabète azoturique ou phospbaturique en se basant
uniquement sur la composition des urines. Car, dans certains
cas de polyurie hystérique, l'analyse chimique a nettement
démontré l'existence surabondante de l'urée et
des phosphates, et la caractéristique tirée par M. Ehrhardt
de l'augmentation du chlorure de sodium, outre qu'elle
est inconstante, nous semble insuffisante dans l'espèce.
Il faudra donc toujours s'en rapporter à l'existence antérieure
ou à la coexistence d'autres accidents, convulsifs
ou autres.
Or, il n'est pas toujours facile d'établir d'une façon
indéniable que le sujet est hystérique. Qu'on relise l'observation
de M. Babinski, celle de M. Mathieu, et l'on
verra que non seulement les crises convulsives faisaient
défaut, mais encore que les stigmates permanents étaient
bien peu caractéristiques dans la circonstance. A noter
encore que certains des malades de M. Lancereaux et de
M. Ehrhardt étaient des alcooliques déjà anciens, et qu'en
présence d'une polyurie modérée on eût pu penser à l'existence
d'altérations interstitielles des reins.
3D8 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Il ne sera donc pas toujours facile de trancher la question,
et, pour notre part, si nous croyons fermement, pour
l'avoir observée, à la polyurie en tant que manifestation
indéniable de l'hystérie, il n'est pas moins vrai aussi que
nous pensons qu'elle est peut-être beaucoup moins fréquente
qu'on ne l'a dit, et que plusieurs cas publiés comme
appartenant à la névrose doivent en être manifestement
distraits.
M. Babinski a indiqué un bon signe diagnostique : la
diminution, sinon la cessation de la polyurie sous l'influence
de la suggestion hypnotique. Ce signe est de premier
ordre, mais faut-il encore, pour qu'il ait de la valeur, que
les sujets soient hypnotisables, ce qui n'est pas la règle,
loin de là.
En l'absence de stigmates ou de toute autre manifestation,
c'est donc surtout sur l'ensemble des symptômes, sur
l'état mental du sujet, sur le mode de début, sur l'évolution
du syndrome, qu'on se basera pour établir le diagnostic
de polyurie hystérique qui, nous le répétons, n'ira
pas sans présenter fréquemment de grandes difficultés.
Nous ne parlons, bien entendu, ici que de la polyurie
permanente.
A côté de la polyurie, il faut étudier comme manifestation
de la névrose sur l'appareil urinaire la diminution de
la sécrétion connue sous le nom à'ischurie (de ïajéiv, arrêter,
et oucov, urine), àoligurie ou à'anurie hystérique. L(.'
terme général d'ischurie a été consacré par Charcot (I)
dans une leçon magistrale, et, mieux qu'une définition, les
premières lignes qu'il consacre à l'exposé de ce phénomène
méritent ici d'être rapportées :
« Il ne s'agit pas là, dit-il, de la simple rétention d urine
dans la vessie, fait vulgaire chez les hystériques... Dans
Yischurie des hystériques, l'obstacle n'est ni dans l'urètre
(1) Leçons sur les maladies du système nerveux, t. I, 3e édit., 1877,
p. 277.
DE L'HYSTÉRIE. 399
ni dans la vessie. 11 est plus haut, soit dans les uretères,
soit dans le rein lui-même, soit plus loin encore ; il y a là
une question à juger. Le fait capital, c'est que la quantité
d'urine rendue en vingt-quatre heures, à laide de la
sonde, — car l'ischurie hystérique est presque toujours
compliquée de rétention urétrale , — cette quantité,
dis-je, est notablement au-dessous du chiffre physiologique,
souvent même elle est réduite à zéro, et, pendant
plusieurs jours, il y a, en définitive, suppression absolue
d'urine. »
L'ischurie, l'oligurie ou l'anurie, quelque terme que
l'on adopte, paraissent prêter à des considérations historiques
inverses, pour ainsi dire, de celles que nous avons
exposées en traitant de la polyurie hystérique. La polyurie
est connue depuis peu, son domaine semble aller s'agrandissant
tous les jours ; l'ischurie est de notion ancienne, et
nous verrons que, au moins en tant qu'ischurie primitive,
il y a lieu, suivant nous, d'en restreindre singulièrement
la fréquence.
Nysten (1), dans le chapitre qu'il consacre à la déviation
des urines et où d'ailleurs toutes les causes de la suppression
du flux urinaire sont confondues, s'exprime en
ces termes : « On lit dans Marcellus Donatus (2), médecin
du seizième siècle, l'observation d'une suppression d'urine
par cause nerveuse survenue chez une jeune religieuse de
Padoue, qui rendit par le vomissement plusieurs litres
d'un liquide analogue à l'urine par son odeur et sa couleur.
»
Puis vient le cas de Vallisneri (3), relatif à « une demoiselle
de dix-huit ans qui fut prise tout à coup d'une suppression
d'urine » dont l'origine hystérique semble d'autant
^1) Nysten, Recherches de physiologie et de chimie pathologiques.
Paris, 1811, art. III, p. 265.
(2) De liistoria medica mirabili, édit. donnée par Grégoire Horstius.
Francfort, 1613, p. 495.
(3) Vallisneri, Opéra fisico-mediche, 3 vol. in-folio. Venezia, 1733,
t. III, p. 338. La même observation a été insérée dans les Ephemericles des
curieux de la nature, 9e et 10e centuries, obs. L.
400 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
plus probable que Nysten ajoute : « Ou a inséré dans les
Mémoires de l'Académie des sciences, année 1715, un fait
semblable observé par Marangoni, médecin de Mantoue,
chez une religieuse de trente-cinq ans, délicate et hystérique.
Chez celle-ci, 1 ischurie dura d'abord plus de quarante
jours, et pendant tout ce temps il ne coula pas une
goutte d'urine par le méat urinaire, à moins qu'on n'eût
recours à la sonde, qui n'en faisait guère sortir qu'une once
dans les vingt-quatre heures. Ce liquide quitta spontanément
la route de l'estomac pour reprendre celle de
l'urètre; mais, après un mois et demi de guérison, l'ischurie
revint, et elle fut de nouveau accompagnée de
vomissements urineux; alors il ne fut plus possible d'introduire
la sonde dans la vessie, et, ce qui est assez remarquable,
la matière des vomissements, lors même qu'ils
survenaient après le repas, ne contenait jamais d'aliments.
Il v avait trente-deux jours que ces vomissements avaient
reparu lorsque l'observation l'ut communiquée.
« M. Mareschal, chirurgien à Gien, en a publié une autre
en 1765, dans l'ancien Journal de médecine (1) ; c'est une
demoiselle également nerveuse qui en fait le sujet. »
Nysten lui-même rapportait deux observations inédites,
sinon personnelles. La première ne nous paraît pas devoir
être attribuée à l'hystérie.
Quant à la seconde, elle eut une influence singulière
sur l'évolution de cette question de l'ischurie hystérique.
Il s'agissait d'une femme de quarante ans, atteinte
d'hématémèses et danurie, avec « vomissements par
intervalles d'un liquide urineux » . De fait, l'examen chimique
démontra que les matières vomies renfermaient
(p. 285) : « 1° une suffisante quantité d'urée pour former
8 gr. 32 de nitrate d'urée ; 2° la matière huileuse colorante
et odorante de l'urine; 3° gr. 36 d'acide urique; 4° des
quantités indéterminées de phosphate de chaux et de
phosphate ammoniaco-magnésien; 5° des sulfates et des
(1) T. XXX, P . 558.
DE L'HYSTÉRIE. 401
muriates. Ce liquide renfermait en conséquence les matériaux
caractéristiques de l'urine. »
Rapprochant ses deux observations de celles des auteurs
précités, Nysten concluait (p. 291) que les « déviations »
de l'urine « sont beaucoup moins rares chez les femmes,
surtout chez celles qui sont atteintes de quelque affection
nerveuse, comme l'hystérie, que chez les hommes » .
Or il paraît que la malade de la seconde observation de
Nysten, au sujet de laquelle il avait pratiqué des analyses
si concluantes, n'était autre qu'une simulatrice. C'est ce
que nous apprend Charcot (1) :
«Un des cas d'ischurie hystérique, dit-il, qui, en France,
a eu le plus de retentissement, est relatif à une nommée
Joséphine Roulier qui, durant plus de quinze mois, figura,
vers 1810, à la clinique du professeur Leroux. La malade
avait d'abord offert les symptômes de l'ischurie simple
avec parurie erratique. Nysten, qui rapporte le fait, avait
analysé les matières vomies et y avait reconnu l'existence
de l'urée. Peu après survinrent l'écoulement d'urine par
le nombril, les oreilles, les yeux, les mamelons et enfin
l'évacuation de matières fécales parla bouche... La fraude
fut découverte par Boyer. Il suffit d'user de la camisole de
force pour faire cesser ces phénomènes extraordinaires, et
on trouva dans le lit de la malade des boulettes de matières
fécales dures et toutes préparées ! Par malheur, les
Recherches de physiologie et de chimie pathologiques venaient
d'être publiées. Il fallut faire amende honorable. Une note
fut insérée dans le Journal général, de médecine et une autre
fut annexée à quelques-uns des exemplaires du livre de
Nysten. »
Ce coup fut à peu près fatal à la notion de l'ischurie
hystérique, qu'on ne séparait guère alors de celle des
vomissements dits urineux. Presque toutes les malades
ischuriques dont les observations avaient été publiées
furent englobées dans la même réprobation, et l'anurie
(1) Leçons sur les maladies du système nerveux, t. I, 3e édit., 1877.
9e leçon : De l'ischurie hystérique.
m. 26
402 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
fut pour ainsi dire rayée des cadres de la nosographie.
« Nysten (1), dit Rayer, rapporte d'après différents
auteurs plusieurs cas de vomissements urîneux chez des
femmes hystériques; mais je crois que ces observations ne
doivent être acceptées que comme des renseignements
pour des recherches ultérieures, car ces femmes sont
éminemment enclines à simuler les choses les plus extraordinaires.
»
Le scepticisme de Rayer trouva des adeptes, car Charcot
pouvait écrire en 1873 {op. cit., p. 279), dans sa leçon sur
l'ischurie hystérique : « La réalité de cet accident a été
mise en doute. Vous ne le verrez indiqué dans aucun des
traités ou des articles récents sur l'hystérie, même dans
les plus complets et les plus justement estimés. Il n'en est
nullement fait mention, entre autres, dans le grand ouvrage
de M. Briquet. En somme, parmi les auteurs contemporains,
M. T. Laycock, professeur à l'Université
d'Edimbourg, est peut-être le seul pathologiste qui, dans
ses écrits, ait donné droit de domicile à l'ischurie hystérique.
Après avoir consacré à ce sujet une série d'articles
où il relate deux observations originales, M. Laycock y
est revenu dans son livre bien connu sur les Maladies nerveuses
des femmes. Partout ailleurs, si l'ischurie hystérique
est mentionnée, ce n'est qu'en passant, et non sans
une pointe d'ironie à l'adresse des observateurs qui se
sont laissés aller à prendre au sérieux ce prétendu symptôme.
»
C'est l'éternelle histoire de la simulation dans l'hystérie.
De ce que la malade de Nysten simulait, et encore
est-il à démontrer qu'elle simulait complètement, on prenait
texte de cela pour nier l'ischurie hystérique, alors
qu'elle existait manifestement dans nombre d'observations
dont les sujets étaient au-dessus de tout soupçon.
Le travail fondamental de Laycock (1838) est bien antérieur
aux recherches de M. Charcot, mais il n'en faut
(1) Traité des maladies des reins, t. I, p. 238, 1839.
DE L'HYSTÉRIE. 403
pas moins dire, dès maintenant, que l'entrée incontestable
de l'ischurie dans le domaine nosologique date de la leçon
que notre maître publia en 1873.
Il établissait, par l'étude d'une malade suivie pendant
plusieurs années à la Salpètrière : 1° la réalité de l'ischurie;
2° la coexistence, dans son cas au moins, de vomissements
qui présentaient ce caractère « que la ligne des
vomissements — sur un tracé comparatif— s'élève dune
manière générale quand celle des urines s'abaisse, et inversement.
H y a donc eu un balancement assez régulier
entre les deux phénomènes. »
Les vomissements renfermaient de l'urée ; le sang, —
chez sa malade au moins, —examiné par M. Gréhant, ne
contenait pas des quantités plus considérables d'urée qu'à
l'état normal « chez une personne saine examinée comparativement
» .
Bien que la quantité d'urée rendue par les vomissements
fût relativement faible, le sujet ne présenta jamais
de signes d'urémie.
Nous allons nous servir de ces données et de celles que
nous puiserons dans les auteurs qui se sont occupés de
cette question pour tracer la description de l'ischurie
hystérique.
Quelle est la fréquence de ce symptôme ? Laycock (l)en
a réuni vingt-sept cas, parmi lesquels ceux rapportés par
Nysten et plusieurs autres auteurs sont évidemment sujets
à caution. Deux lui sont personnels. Son opinion sur la
fréquence est la suivante :
« L'ischurie hystérique, dans sa forme moyenne, n'est
pas très rare, mais certainement elle passe souvent ina-
(1) Laycock, A Sélection of cases presenling aggravated and irregular
forms of Hjsteria, and on analysis of their phenomena, n° 1, Hjsterical
iscliuria. The Edimburgh médical and surg ical Journal, 1838, t. XXXXIX,
p. 78, 221. — Id., A treatise on the nervous diseuses of women, Londres,
1840, section II, p. 228.
404 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
perçue du praticien ou lui est cachée. Une jeune femme
souffrira pendant vingt-quatre ou trente-six heures de
suppression d'urine. La main placée sur lhypogastre ne
révèle aucune distension de la vessie. Si la malade
s'alarme, alors le pouls sera trouvé beaucoup augmenté
de fréquence, mais rien autre de remarquable ne sera
noté. A la fin, la malade rend quelques cuillerées d'urine,
et on n'entend plus parler de cette suppression. »
Cette forme passagère de l'ischurie hystérique, la plus
fréquente incontestablement, doit être évidemment prise
en considération; elle se montre particulièrement après
certains paroxysmes convulsifs ou sous l'influence de
toute autre cause, mais l'intérêt qu'elle présente n'approche
pas de celui de la forme dite permanente, celle
que Charcot a si bien décrite.
« Les faits, dit-il, sur lesquels je veux fixer votre attention
sont bien différents de ceux auxquels je viens de
faire allusion. Ils offrent l'ischurie hystérique à son maximum
de développemeut, à l'état de symptôme permanent.
Durant des jours consécutifs, des semaines, des mois, la
quantité d'urine rendue en vingt-quatre heures peut être
insignifiante, à peu près nulle. Parfois même, il y a, pendant
une série de plusieurs jours, suppression complète
d'urine. »
D'après Charcot, ces faits sont rares, mais il est nécessaire
de s'entendre avant d'aller plus loin. Nous verrons
bientôt que, dans la majorité des cas, l'ischurie s'accompagne
d'un symptôme presque constant, le vomissement.
Or, mis en présence d'une malade de cet ordre, — car c'est
presque toujours de femmes qu'il s'agit, —il serait désirable
qu'on pût dire immédiatement si l'ensemble symptomatique
doit être attribué au vomissement — phénomène
primitif entraînant l'ischurie — ou à l'ischurie, phénomène
primitif à son tour entraînant les vomissements, le
pronostic et le traitement pouvant être différents dans l'un
ou l'autre de ces cas.
La question est cependant loin d'être résolue. C'est
DE L'HYSTÉRIE. 405
ainsi, par exemple, que les faits déjà étudiés de Fernet, de
de Juventin, de Bouchard, classés par ces auteurs sous la
rubrique de vomissements hystériques, sont rapportés dans
la thèse de Ghataing (l) à l'anurie et à l'oligurie. Et il
faut bien dire aussi qu'il n'est pas toujours facile de se
prononcer.
Il ne nous paraît pas douteux que, dans le plus grand
nombre des cas où l'ischurie permanente coexiste avec des
vomissements, celle-ci soit secondaire, les malades anorexiques
primitifs ou secondaires n'absorbant plus qu'une
quantité de matériaux liquides ou solides insuffisante pour
produire une excrétion urinaire normale. Une nous paraît
pas nécessaire de faire intervenir d'autres causes dans la
production de l'ischurie.
D'autre part, il est certain qu'il est des cas où l'ischurie
est nettement primitive. Pourquoi dans ces faits, assurément
rares par rapport aux précédents, refuser d'admettre
que les vomissements soient supplémentaires ou vicariants,
d'autant qu'ils peuvent être accompagnés ou remplacés
par de la diarrhée ou des sueurs profuses qui indiquent
bien leur rôle d'émonctoires.
Nous croyons qu'entre la théorie de Charcot, qui exclut
le mécanisme de l'urémie dans la production des vomissements,
et celle de Secouet, qui considère ces vomissements
comme urémiques, il y a place pour un intermédiaire.
Charcot, constatant que sa malade ne rendait quotidiennement
que cinq grammes d'urée, fait remarquer (op. cit.,
p. 296) qu'un aliéné observé par Scherer, qui jeûnait
depuis trois semaines, excrétait neuf à dix grammes d'urée
par vingt-quatre heures. Or nous avons démontré, depuis
les recherches de notre maitre, que dans les paroxysmes
hystériques prolongés — et l'ischurie comme les vomissements
peuvent rentrer dans cette catégorie de manifestations
hystériques—l'urée s'abaissait toujours considérablement
au-dessous de la normale. Mais si cette constatation
(1) Chvfainc, De l'anurie et de l'oligurie hystériques. Th. Paria, 1880.
406 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
explique par certains côtés le taux si faible de l'urée, il ne
s'ensuit pas que la minime quantité d'urée sécrétée n'ait
pas besoin d'être éliminée, et si la sécrétion urinaire est
tarie d'emblée, comme dans les cas d'anurie primitive,
l'organisme cherchera des moyens d'élimination, et il les
trouvera dans les vomissements en particulier.
Nous verrons d'ailleurs bientôt que les investigations
récentes de Rossoni et de Rainaldi semblent avoir démontré
la réalité de l'urémie dans l'hystérie. Et l'argument
tiré par M. Bouchard et son élève Juventin de ce fait
que l'urée se retrouve dans tous les vomissements tombe,
avons-nous dit, parce que ces auteurs n'ont pas cherché
si les vomissements hystériques renfermaient moins d'urée
que les vomissements urémiques proprement dits.
De tout cela il résulte : que l'étude de l'ischurie et celle
des vomissements hystériques sont complémentaires l'une
de l'autre ; que si l'ischurie est, le plus souvent, sous la dépendance
des vomissements, phénomène primitif, il n'est
pas moins réel que dans certains cas, plus rares à la vérité,
l'ischurie est primitive et les vomissements secondaires,
ou mieux supplémentaires ou vicariants.
Ceci dit, les faits d'ischurie hystérique sont de plusieurs
ordres :
1° Ceux déjà signalés, dans lesquels la suppression complète
ou incomplète de l'urine, n'étant que transitoire et
n'entraînant pas de désordres concomitants, reste souvent
inaperçue ;
2° Ceux où l'ischurie constitue, comme dit Charcot, un
symptôme permanent qui s'accompagne de vomissements
(1) ou de tous autres phénomènes vicariants : sueurs
profuses, salivation, diarrhée (2) ;
(1) Pomme, Traité des affections vaporeuses, 6e édit., an VII, t. I, p. 238.
« Suppression totale des urines et des selles dans une fille attaquée de
vapeurs hystériques. »
(2) Tommasi, Sulla iscuria isterica. Il Morgagni, n°' 1, 2, 1875.
DE L'HYSTÉRIE. 407
3° Ceux dans lesquels l'ischurie existe sans être accompagnée
de phénomènes vicariants.
Les premiers, nous lavons dit, n'ont qu'un intérêt relatif
et se passent de description : quand la malade attire
l'attention sur son ischurie, on doit surtout ne pas confondre
celle-ci avec la rétention d'urine, ce qui est facile à
l'aide de la sonde.
Les seconds, moins fréquents, mais qui cependant ont
beaucoup plus frappé les observateurs , ont une importance
bien supérieure à celle des premiers.
Leur description se confond, par un grand nombre de
points, avec celle que nous avons donnée des vomissements
incoercibles , non gastralgiques en particulier. Il
importe surtout d'établir que les vomissements sont, dans
la circonstance, secondaires à l'ischurie.
A la suite d'une attaque, sous l'influence d'une cause
banale ou ignorée, une femme reste une demi-journée
et plus sans uriner. Un médecin est mandé, mais la sonde
ne ramène pas de liquide. Alors au bout de trente-six ou
de quarante-huit heures, souvent plus, quelquefois moins,
il est difficile de préciser, surviennent des vomissements
soit spontanés, soit provoqués par la moindre ingestion
alimentaire.
Un caractère qui permettrait de dire si ceux-ci sont liés
nettement à l'anurie, c'est-à-dire supplémentaires de la
fonction rénale, serait leur odeur urineuse, notée assez
souvent par les anciens auteurs, mais que l'on ne retrouve
plus dans les observations modernes. Et encore, puisque
les vomissements renferment de l'urée, sa décomposition
ne pourrait-elle pas donner lieu à l'odeur urineuse, sans
que celle-ci offrît, d'ailleurs, rien de spécifique, puisque
l'urée se retrouve dans tous les vomissements.
Charcot n'accueille l'odeur urineuse des matières vomies
qu'avec beaucoup de scepticisme : « A la suppression
d'urine, dit-il (p. 278), se joint dune manière en quelque
sorte obligatoire un autre phénomène qui est, pour
ainsi dire, le complément du premier : je veux parler de
408 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
vomissements se répétant tous les jours et même plusieurs
fois par jour aussi longtemps que dure l'ischurie, et dont la
matière présente quelquefois, dit-on, l'aspect ou l'odeur de
l'urine. »
Laycock , dans les deux cas qui lui sont personnels,
aurait constaté ces caractères spéciaux des vomissements
qui avaient fait créer à Good le terme de paruria erratica.
Ce terme doit-il être conservé? Très rarement, nous
l'avons dit, dans les observations anciennes, presque jamais
dans les observations modernes, on note l'aspect et
l'odeur urineux des matières vomies. Cependant, celles-ci
renferment de l'urée, et bien que Bouchard ait démontré
qu'il en existait dans tous les vomissements, il ne nous
paraît pas douteux, à l'inverse de la théorie qu'il soutient
et dont M. Empereur s'est fait l'écho, que, dans certains cas
d'ischurie hystérique, l'estomac ne joue un véritable rôle
d'émonctoire. Les matières vomies doivent être assimilées
à des urines supplémentaires, quelle qu'en soit la couleur
ou l'odeur; c'est le procédé qu'emploie l'organisme pour
rejeter des matériaux excrémentitiels dont l'accumulation
sans cela produirait l'urémie.
A noter encore que, dans les observations de Laycock,
les malades vomissaient du sang, ce qui, il faut l'avouer,
tendrait à faire admettre que la manifestation gastrique
était primitive, l'hystérie bien plus que l'urémie étant
productrice d'hématémèses.
On constate, dit Charcot, un « balancement assez régulier
entre les deux phénomènes » , ischurie et vomissements,
« la ligne des vomissements, sur un tracé comparatif,
s'élevant d'une manière générale, quand celle des
urines s'abaisse et inversement. »
Cette relation a été notée par Little (1) ; elle est expressément
signalée par Berdinel (2), chez une malade qui fut
suivie pendant deux ans.
(1) Little, Hysterical ischuria. The Lancet, t. II, 4 juillet 1891.
(2) Berdinel, Hystérie et catalepsie. Arch. gén. de méd., oct. 1875,
6e série, t. XXVI, p. 385.
DE L'HYSTÉRIE. 409
« Le 2 1 , dit-il, la malade n'a presque pas vomi : urines,
600 gr. Les vomissements reprennent : urines, 40 gr. »
Ces vomissements sont donc véritablement supplémentaires
dans certains cas, et ce qui le démontre encore, c'est
que dans d'autres faits d'anurie, ils étaient remplacés soit
par de la diarrhée (Tommasi, op. cit., Freud) (1), soit par
un flux exagéré de salive (Chataing, op. cit., p. 62).
A l'anurie, aux vomissements peuvent se surajouter
d'autres phénomènes hystériques : de la tympanite (Laycock),
une paraplégie, mais ce sont là manifestations concomitantes.
La marche et l'évolution de cette variété de l'ischurie
hystérique sont fort variables. Pendant des semaines, des
mois ou des années, — deux ans, dans un cas de Girdlestone
rapporté par Laycock (2) , — les urines sont sinon
complètement supprimées, tout au moins très insuffisamment
sécrétées en quantités qui varient souvent d'un jour
à l'autre, parallèlement à la courbe des vomissements, des
sueurs profuses ou des évacuations diarrhéiques. Du fait
des vomissements en particulier, l'alimentation est très
entravée, les malades maigrissent considérablement. Puis,
à un moment qu'il est toujours difficile de prévoir, sous
une influence souvent indéterminée, tout rentre dans l'ordre;
les urines sont sécrétées à nouveau, les vomissements
disparaissent, à moins, cependant, que l'anorexie secondaire
ne s'en mêle et n'expose la malade aux plus grands
dangers.
* =*
Si, dans les cas que nous venons d'étudier, il est parfois
difficile d'attribuer séparément à l'appareil urinaire ou à
l'estomac la genèse première des accidents observés , il
n'en est pas de même dans la dernière catégorie des
faits d'ischurie, de beaucoup, dureste, les plus rares. Nous
(1) Freud, Ischiwie hystérique. The Glasgow med. Journal. An in Arch.
de Neurologie, i886, p. 80.
(2) A treatise... op. cit., p. 232.
410 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
voulons parler de ceux où l'anime existe seule, permanente
sans s'accompagner de phénomènes vicariants, les
vomissements en particulier. Pour être rares, ces cas n'en
sont que plus intéressants.
La description en est facile : l'urine n'est plus sécrétée,
ou, au moins, les voies excrétoires n'en éliminent que des
quantités nulles ou tout à fait insignifiantes, l'absence de
flux urinaire ne paraissant pas compensée par un autre
flux, anormal au moins par sa quantité.
Les choses peuvent aller ainsi sans trop d'accidents
apparents pendant quelques jours et parfois plus. Holst(l)
a étudié un cas où l'anime persista pendant dix-sept jours.
Dans une observation de Benedikt signalée par Holst.
les mêmes phénomènes n'avaient duré que huit jours.
Ces faits, qui vont contre toutes les données physiologiques
acquises en ce qui regarde les accidents qu'entraîne
ordinairement avec elle la rétention de l'urée et des principes
excrémentitiels de l'urine dans l'organisme, doivent
être considérés comme exceptionnels. Rossoni (2) nous semble,
en effet, avoir nettement démontré qu'au bout d'un
certain temps, l'anurie hystérique pouvait déterminer
l'apparition de tous les phénomènes de l'intoxication urémique,
et encore les faits qu'il a étudiés ne se rapportaient-
ils pas à l'anurie totale, laquelle est fort rare,
comme nous l'avons dit, sous sa forme permanente.
Il a observé deux malades. Chez la première, il y eut de
l'oligurie, puis de l'anurie sans troubles apparents pendant
douze jours ; puis de légers désordres se montrèrent vers le
vingt-deuxième jour. Voulant se rendre compte de la
nature des phénomènes observés, il administra, pendant
une période d'anurie sans sueurs et sans vomissements,
12 grammes d'urée en douze paquets dans l'espace de six
(1) Holst, Ein Fall von Anuria hysterica. Centralb. f. Nervenheilk.
,
février 1892, p. 45.
(2) Rossoni, Sull' anuria i.tterica con seçrezione di urina per lo stomaclio,
e ricerche sperimentali faite sulle isteriche in rapporto alla uremia. Rivista
clinica, nos 10, 11, 1885.
DE L'HYSTERIE. 411
heures ; vingt-quatre heures après survint une attaque
d'urémie. La pilocarpine (2 centigrammes en injection)
provoqua l'apparition de salive, de sueurs, et d'urines renfermant
de l'urée.
Chez la seconde malade, l'anurie persista pendant cinquante
jours sans phénomènes d'urémie, si ce n'est une
légère céphalalgie et un tremhlement peu marqué. Une
injection sous-cutanée de quinze grammes d'urée détermina
une attaque d'anurie que fit également disparaître la pilocarpine.
Toutefois celle-ci ne détermina pas l'apparition
de la sécrétion urinaire, mais seulement provoqua des
sueurs et de la salivation. Une nouvelle injection de quatorze
grammes d'urée, pendant une seconde période d'anurie
avec vomissements , ne provoqua pas de désordres
attribuables à l'urémie.
Rainaldi Rinaldo (1), après avoir cité le travail de Rossoni
et ceux de ses compatriotes Tommasi (op. cit.),
Pétrone (2), Andronico (3), est revenu sur cette question
de l'urémie hystérique et a étudié longuement le cas d'une
malade soumise à son observation.
La lecture des travaux précités, jointe à ses recherches
personnelles, le conduit à cette conclusion, dont il s'efforce
de démontrer le bien fondé : « Quand il existe de
l'oligurie ou de l'anurie et que les fonctions vicariantes
font défaut, il doit exister nécessairement un excès d'urée
dans l'organisme qui provoquera, dans un temps plus ou
moins long, l'apparition des phénomènes urémiques. »
Cependant, sa malade n'était pas une anurique totale ;
mais l'analyse démontrait que le taux de l'urée excrétée
était très abaissé par rapport à la normale. Aussi survintil
un cortège symptomatique constitué par de la céphalée,
des nausées, un prurit cutané, de l'affaiblissement de la
(1) Rainaldi Rinaldo, Uremia isterica. Foligno, 1889, in-8°, 74 pages
et tableaux.
(2) Pétrone, L'iscuria isterica permanente. Sua legqe e suo valore II
Morgagni, fol. 11 et 12, 1879.
(o) G. Andronico, Nevropatia rénale in donna isterica. Iscuria isterica
permanente dello Charcot. Giorn. intei-nat. délie Scienze med., n° 6, 1884.
412 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
vue et de la dyspnée. Il attribua tous ces symptômes à
l'urémie et conclut, de ce l'ait, « qu'il est possible d'observer
dans l'hystérie une forme d'urémie par obstacle à
l'élimination de l'urée et des autres éléments de l'urine » .
Et comme sa malade n'était pas anurique totale, il ajoutait,
ce qui nous semble, par contre, loin d'être nettement
démontré, « que, dans l'urémie hystérique, les phénomènes
toxiques peuvent ne pas être en rapport constant
avec la quantité d'urine excrétée ;
« Qu'il ne semble pas exister de différences entre les
formes de l'urémie : hystérique, néphrétique ou calculeuse
» .
Il faut avouer que l'unique observation de Rainaldi ne
prête guère à des conclusions aussi précises, d'autant que,
comme nous l'avons dit, la malade de Holst resta anurique
totale pendant dix-sept jours sans phénomènes,
remarqués au moins, d'intoxication urémique.
De tout cela que faut-il conclure ? A notre avis : que
l'ischurie hystérique s'accompagne, dans la très grande
majorité des cas, de phénomènes vicariants, tels que vomissements,
sueurs ou diarrhée; que les faits prolongés
d'anurie ou d'oligurie sans phénomènes vicariants sont
très rares et s'accompagnent parfois des symptômes de
l'urémie, sur la gravité desquels, en l'absence d'un nombre
suffisant d'observations, il est très difficile de se prononcer
actuellement.
Nous arrivons maintenant à l'étude des manifestations
hystériques portant sur l'appareil excréteur de l'urine.
Disons en quelques mots, ce que l'on observe du côté de
Yurêlre, qui, comparativement au réservoir vésical, joue
un rôle peu important dans la série des phénomènes que
nous allons décrire.
Nous rappellerons que la muqueuse urétrale, comme
celle de la vessie, peut être frappée d'anesthésie (t. I,
p. 196-197), ou être le siège d'une zone hyperesthésique
DE L'HYSTERIE. 413
et même hystérogène, comme dans le cas qui nous fut
communiqué par M. Georges Guinon (t. I, p. 309).
Nous rapprocherons de ce dernier fait celui observé par
Boyd (1) chez un homme de vingt-deux ans ; le passage
de la sonde produisait l'hypnotisme, ce qui semble bien
prouver que le malade était hystérique. Toutefois, cette
observation, pour être concluante, eût gagné à être moins
écourtée.
En 1893, nous avons soigné, à l'hôpital Cocbin, un
homme de quarante-six ans qui, au cours de manifestations
hystériques multiples, présenta certainement des phénomènes
de contracture , de spasme de l'urètre attribuables
à la névrose. Son histoire est intéressante au point de
vue des déterminations de l'hystérie sur l'appareil urinaire.
En 1870, il est atteint d'une paraplégie hystérique avec
contracture qui dure quatre mois et s'accompagne d'une
incontinence d'urine qui persiste encore deux à trois mois
après la disparition de la paraplégie.
En 1876, il a une série d'attaques convulsives. En 1886,
il tombe pendant six semaines dans le sommeil léthargique
; il en sort avec une parésie des membres inférieurs
sous forme de pseudo-tabes, accompagnée de douleurs
fulgurantes et d'une incontinence complète d'urine. Considéré
comme incurable, il reste dans cet état pendant trois
ans, jusqu'en 1889, époque à laquelle tous ces phénomènes
disparaissent. Il se rend à Paris à pied, faisant quinze
lieues par jour.
En mai 1892, il est pris d'une rétention subite d'urine
que rien ne faisait prévoir, puisque, la veille, il pissait à
plein canal. Il n'a, d'ailleurs, jamais eu ni blennorragie ni
syphilis. Il entre à l'hôpital de Nantes et reste trois jours
sans pisser. Plongé dans un bain chaud, il urine copieusement,
à large jet. Malgré cela, le lendemain, la rétention
s'est reproduite ; le chirurgien essaye de le sonder et ne
(1) Boyd, Hjpnolism produced by the passage of a urethral sound. The
med. Record, 18 février 1893, p. 202.
414 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
peut y parvenir. De nouvelles tentatives de cathétérisme
semblent démontrer à celui-ci qu'il existe un double rétrécissement
; aussi n'hésite-t-il pas à faire une urétrotomie
externe dont le malade porte encore les traces ; il se
produisit, du reste, une fistule qui mit longtemps à guérir.
En 1893, M... vient à l'hôpital Cochin pour des accidents
hystériques variés, accompagnés de stigmates permanents
caractéristiques. II. urine bien, mais parfois survient, pendant
cinq minutes au plus, de la rétention d'urine. Il
souffre beaucoup à ce moment, semble avoir une sorte de
crise douloureuse à départ vésical : tout à coup, le jet sort
large, abondant; il lui semble, dit-il, « qu'on dénoue les
cordons d'une bourse » .
Il ne nous paraît pas douteux qu'il ait été opéré pour un
faux rétrécissement, pour un spasme de l'urètre, qu'en
l'absence de belnnorragie antérieure et en présence d'accidents
hystériques confirmés, il n'est pas téméraire de
porter à l'actif de la névrose.
C'est le seul fait de cet ordre que nous connaissions.
Nous nous efforcerons d'appliquer à l'étude des déterminations
vésicales ce que nous savons des grands processus
de l'hystérie : anesthésie, hyperesthésie de la mu
queuse, paralysie ou contracture du plan musculaire, mais,
comme pour l'estomac, nous allons nous trouver en présence
de grosses difficultés.
Les auteurs, en effet, qui ont traité de ces questions
se sont beaucoup plus appliqués à donner des tableaux
cliniques qu'à approfondir le mécanisme des phénomènes
qu'ils observaient, et les termes de cystalgie, d'incontinence
ou de rétention d'urine marchent en tète d'autant
de chapitres où nous eussions aimé rencontrer l'étude
causale de ces symptômes.
Aussi M. Jules Janet a-t-il pu écrire (1) : «Les hystéri-
(1) J. Janet, Les troubles psychopathiaucs de la miction. Thèse Paris,
1890, p. 3.
DE L'HYSTERIE. 415
ques présentant des troubles de la miction ont été très bien
analysés au point de vue syinptomatique dans tous les
ouvrages qui traitent de la miction et des affections névropathiques,
mais la pathogénie de leurs accidents reste
encore obscure, comme celle de toutes les hystéries viscérales.
»
Et nous ne nous étonnerons plus de l'obscurité de la
pathogénie lorsque, par exemple, nous verrons que la paralysie
et la contracture de la vessie peuvent indifféremment
produire ou la rétention ou l'incontinence d'urine.
Dans ces conditions, il nous sera bien difficile de nous
séparer complètement de cette terminologie, qui ne va pas
au delà du symptôme observé; mais, tout en restant sur le
terrain clinique , nous serrerons d'aussi près que possible
l'interprétation des faits.
Donnons d'abord un aperçu historique général de la
question.
Les auteurs qui ont écrit sur les manifestations vésicales
de l'hystérie rappellent presque tous certains passages
d'Hippocrate qui, suivant eux, seraient relatifs à cette
localisation de la névrose.
« La vessie interceptée, dit le père de la médecine (1),
surtout avec céphalalgie, a quelque chose de spasmodique.
»
Voilà qui peut s'appliquer aussi bien à la rétention
d'urine d'origine organique qu'à celle de cause dynamique.
Mais il n'en est plus de même du passage suivant (2) :
« Quand la matrice se porte vers la vessie, elle y occasionne
la strangurie. »
Sydenham (3) a nettement observé la cystalgie. Les
manifestations rénales de l'hystérie seraient toutefois plus
fréquentes que les déterminations viscérales.
«La vessie, dit-il, n'est même pas exempte des atta-
(1) Prorrhéliques, liv. I, p. 551.
(2) Maladies des femmes, liv. II, p. 267.
(3) Sydenham, trad. Jault, p. 478, op. cit.
416 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ques de ce mal; non seulement il y cause de la douleur,
mais encore il supprime l'urine tout de même que s'il y
avait une pierre dans la vessie, quoi qu'il n'y en ait
aucune. Cette dernière sorte d'affection hystérique qui
attaque la vessie est très rare ; celle qui attaque les reins
est plus commune. Toutes deux arrivent aux femmes dont
les forces sont déjà affaiblies et la santé ruinée par de fréquents
accès hystériques qui leur sont survenus. »
Dans sa thèse inaugurale, M. Mesnet (1) relate un passage
d'un médecin du dix-huitième siècle , Johannes
Freind (2), qui attribue nettement la rétention d'urine à
la paralysie du plan musculaire de l'organe excréteur.
Les auteurs qui, au dix-neuvième siècle, se sont occupés
des déterminations de l'hystérie sur l'appareil urinaire
étant fort nombreux et ces déterminations assez variées,
nous préférons compléter cet historique en traitant de
chacune de celles-ci en particulier.
En ce qui regarde Yétiologie générale des phénomènes
que nous allons décrire, nous dirons que la grande majorité
des cas observés appartient à des femmes, en particulier
à des femmes adultes , bien que les hommes ne
soient pas indemnes de ces accidents (obs. I, Janet, p. 17,
op. cit.). Cela tient à ce fait que très fréquemment les
manifestations vésicales coïncident ou alternent avec des
manifestations hvstériques localisées sur l'utérus ou ses
annexes. Nous en conclurons déjà que les troubles vésicaux
sont rarement isolés ; ils peuvent exister, nous l'avons
vu, dans les paralysies ou les contractures des membres
inférieurs, bien moins souvent, toutefois, que lorsque
celles-ci sont d'origine organique, ce qui est important,
nous lavons dit, au point de vue du diagnostic différentiel.
(1) Mesnet, Etude des paralysies hystéricjues. Th. Paris, 1852.
(2) J. Freind, Emmenologia in qua fluxus muliebris menstrui phenomena...
cxiguntur, 173-V.
DE L'HYSTERIE. 417
Quant aux causes qui peuvent leur donner naissance,
outre qu'elles se confondent fréquemment avec celles de
l'ensemble symptomatique dont ces manifestations font
partie, il est presque toujours fort difficile d'en donner
une exacte appréciation.
La forme douloureuse de l'hystérie vésicale, l'hyperesthésie
de la muqueuse du réservoir, déjà décrite par
Sydenham, se montre sous un aspect clinique très tranché.
Briquet en a donné une bonne description. Suivant cet
auteur, on l'observerait assez fréquemment.
« La vessie, dit-il {op. cit.,ip. 265), peut être également
le siège de l'hyperesthésie , ainsi que l'avait reconnu
Sydenham, qui pense à tort, selon moi, que cet accident
est plus rare que ne l'est la néphralgie. Sur mes quatre
cents hystériques, j'ai rencontré au moins une vingtaine
de fois l'hyperesthésie de la vessie. Dans les cas où je l'ai
vue, elle accompagnait constamment soit la dysménorrhée,
soit l'aménorrhée, soit l'hyperesthésie de l'utérus.
« Dans ces cas, il existe une douleur constante à la
région sus-pubienne, laquelle est ordinairement augmentée
par la pression; le besoin d'uriner devient fréquent,
et les efforts que font les femmes pour satisfaire à ce besoin
sont accompagnés de vives souffrances ; quelquefois il y a
rétention d'urine ; d'autres fois l'urine peut être émise,
mais son émission s'accompagne d'une vive douleur au
méat urinaire. L'introduction de la sonde dans l'urètre
est souvent excessivement douloureuse. L'urine ne présente
aucun caractère particulier, si ce n'est celui de se
rapprocher de l'urine normale.
« L'hyperesthésie de la vessie a, le plus souvent, une
durée assez longue ; comme elle est presque toujours
subordonnée à des lésions de la menstruation , dont la
marche est constamment chronique, on s'explique facilement
l'opiniâtreté qu'elle montre.
« Le diagnostic de cette affection est fort simple : cette
m. -:-
418 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
maladie ne peut être confondue qu'avec la cystite. Or,
dans celle-ci, il existe de la fièvre ; la douleur à la vessie
est continuelle, les besoins d'uriner sont incessants ;
l'urine trouble contient du mucus, du muco-pus ou des
fausses membranes ; enfin, il existe ordinairement de la
rougeur au méat urinaire. Or, rien de tout cela n'a lieu
dans la cystalgie. •»
Nous avons tenu à citer en entier ce passage de Briquet.
Les phénomènes dont il donne la description sont
entièrement assimilables à ceux de la gastralgie par zone
hyperesthésique de la muqueuse stomacale. Le besoin
incessant d'expulser l'urine est l'analogue du vomissement
spasmodique, car il n'est pas douteux que, bien
souvent, l'hyperesthésie se superpose au spasme du plan
musculaire de la vessie. Enfin, comme dans l'observation
qui nous fut communiquée par M. G. Guinon, où
l'injection forcée d'eau boriquée dans le réservroir déterminait
l'apparition d'une crise convulsive, il est rationnel
d'admettre que, dans certains cas, la muqueuse vésicale
peut être le siège d'une zone hystérogène.
Il faut certainement rapporter à l'hystérie un grand
nombre des cas de Y irritable bladder des Anglais, affection
dont Laycock (1840) fait une simple mention dans son
traité {op. cit., p. 240). Il est étonnant que Briquet, qui
écrivait vingt ans plus tard (1859), n'ait pas songé à faire
ressortir ces analogies.
La même année que Briquet, Hamon (1) publiait sur la
cystalgie quelques considérations qui ne sont pas dépourvues
d'intérêt, bien qu'il ne prononce pas le nom d'hystérie,
et qu'une de ses trois malades fût albuminurique, ce
qui n'empêchait pas, à notre avis, l'hystérie d'exister chez
elle. Il remarque, avec justesse, que la cystalgie occasionne
beaucoup plus souvent le spasme du sphincter que
la paralysie de la vessie. Les douleurs peuvent être provoquées
par la pression hypogastrique ; elles se montrent sur-
(1) Hamon, De la cystalgie et de son traitement par la cautérisation
potentielle hypogastrique. Union médicale, t. III, 1859, p. 51, 72.
DE L'HYSTERIE. 419
tout spontanées, lorsque le réservoir commence à se remplir
; il survient alors des épreintes, et des efforts sont
nécessaires pour vaincre la contracture du sphincter.
Bourguignon (l) est beaucoup plus précis que Hamon
au sujet de l'hystérie. La névralgie vésicale est surtout
causée chez la femme par la névrose ; elle coïncide particulièrement
avec la névralgie du col utérin ; quand les
règles, toujours douloureuses dans la circonstance, sont
terminées, « la névralgie abandonne l'utérus et reste
exclusivement sur le col vésical, où elle devient une cause
de souffrances diverses; car, d'une part, la malade ne
peut, sans éprouver les plus vives douleurs, satisfaire le
besoin de miction qui la presse, et, d'autre part, si elle
résiste à cette impérieuse nécessité de vider la vessie, la
distension de celle-ci irrite le col vésical, réveille son
hyperesthésie et entretient la nervosité dans un degré de
violence intolérable » .
Mais ce qu'il dit de la paralysie qui , dans ces cas
,
surviendrait, suivant lui, à la longue, pourrait, croyonsnous,
beaucoup mieux s'appliquer à la contracture, bien
qu'il connaisse également cette dernière.
« Il est d'ailleurs facile de comprendre, ajoute-t-il, que
les urines ainsi retenues en abondance dans la vessie, que
ces douleurs incessantes produites soit par leur séjour,
soit par leur épanchement, émoussent à la longue la sensibilité
de cet organe et en déterminent la paralysie.
« J'ai également vu à l'hôpital de la Charité plusieurs
hystériques présenter l'ensemble de ces phénomènes et
passer ainsi de la névralgie spasmodique du col vésical à
la névralgie de la vessie. »
La question de l'hystérie vésicale envisagée plus particulièrement
sous sa forme douloureuse était donc nettement
posée ; de ce fait on eût pu croire que les auteurs, nos contemporains,
l'auraient complètement résolue. Il n'en fut
rien cependant. Que Miot, dans sa thèse sur la cystalgie
(1) Bourguignon, Névralgie de la vessie. Union médicale. 1860, t. V,
p. 517, 547.
420 TRAITÉ CLINIQUK ET THÉRAPEUTIQUE
idiopathique (1), ne parle pas de la névrose, cela est
regrettable; mais que, en 1887, M. Hartmann (2) ne prononce
même pas le nom d'hystérie dans son important mémoire
consacré aux cystites douloureuses, il y a là quelque
chose qui véritablement est fait pour nous étonner.
Dans ces conditions, on n'est plus surpris de lui voir
écrire (p. 16) « que la pathogénie des cystites de la
femme qui revêtent quelquefois le type douloureux est en
général assez mal établie » . Cependant il veut bien considérer
que ses malades étaient parfois atteintes de « nervosisme
» , mais « cet état, qui existe très certainement
dans un bon nombre de cas, ne présente pas une fréquence
telle qu'on puisse le regarder comme une cause de cette
variété de cystite (douloureuse), d'autant que lorsqu'on
suit les malades on voit qu'il n'existait pas avant l'apparition
de la cystite et que, de plus, il guérit avec elle. Il
n'est donc simplement que la résultante de la cystite douloureuse,
bien loin d'en être la cause (p. 17). »
De semblables opinions, aussi peu en rapport avec les
faits ou tout au moins avec une certaine catégorie de faits,
nous semblent retarder singulièrement le progrès scientifique
en de telles matières. Elles entraînent avec elles la
perte de nombreux documents délaissés ou mal interprétés,
de toute une catégorie d'observations qui échappent
aux médecins proprement dits, car nous sommes certain
que le plus grand nombre des malades que nous avons
actuellement en vue s'égarent dans les services de chirurgie,
où il nous a fallu également aller chercher le sein
hystérique.
La thèse récente de M. Challeix-Vivié (3) comble pourtant
jusqu'à un certain point les lacunes imputables aux
chirurgiens modernes sur la cystalgie hystérique.
Pour M. Challeix-Vivié, la névralgie vésicale serait rare
(1) Miot, Cystalgie idiopathique. Th. Paris, 1866.
(2) Hartmann, Des cystites douloureuses et de leur traitement. Th. Paris,.
1887, in-8°, 213 pages.
(3) Challeix-Vivié, Des névralgies vésicales. Th. Bordeaux, 1889.
DE L'HYSTERIE. i'21
chez les hystériques. « Ayant, dit-il (p. 85), suivi pendant
plusieurs années la clinique du professeur Pitres, dont le
service possède toujours un certain nombre d'hystériques,
nous n'avons eu l'occasion d'observer la cystalgie que chez
une seule malade » , dont il rapporte l'histoire.
Celle-ci est intéressante, car elle va nous servir à interpréter
dans un instant la pathogénie, déjà entrevue par
les anciens auteurs, de certaines rétentions d'urine liées
évidemment à la contracture spasmodique du col superposée
à l'existence d'une zone hyperesthésique hystérogène
de la muqueuse du réservoir vésical.
« La malade éprouve des douleurs lancinantes dans la
région hypogastrique, douleurs qui s'exagèrent au moment
de la miction. « Il me semble, dit-elle, qu'on m'arrache le
bas-ventre. » La pression profonde au niveau de la vessie
est douloureuse pendant la plénitude de ce viscère. H y a
deux ans, elle a eu, sans cause provocatrice appréciable,
de la rétention d'urine pendant une période de trois
mois.
« Ces crises de douleur vésicale reparaissent à peu près
toutes les semaines avec la même difficulté pour la miction.
»
Ces douleurs s'accompagnent d'impérieux besoins d'uriner
qui, s'ils ne sont pas immédiatement satisfaits, « produisent
comme une contracture spasmodique du col, et il
arrive alors à la malade de rester plusieurs heures sans
pouvoir uriner » .
Ce sont des cas analogues qu'a observés M. Mesnard (1),
tout en faisant, dans la circonstance, une large part à la
neurasthénie.
En résumé, il existe chez les hystériques, tout particulièrement
chez les femmes adultes, des manifestations
douloureuses du côté du réservoir de l'urine qui paraissent
liées à l'hyperesthésie de la muqueuse et en rapport fréquent
(Bourguignon) avec les névralgies utérines et la dys-
(1) Mesnard, Symptômes vésicaux dans la neurasthénie et l'hystérie.
Annales de la Polyclinique de Bordeaux, juin 1893, t. III, fasc. I, p. 24.
422 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ménorrhée. La pression de l'hypogastre est douloureuse,
mais la douleur se montre surtout et spontanément lorsque
la vessie se remplit. Pour éviter cette douleur, les malades
s'efforcent d'expulser l'urine qui, en distendant le réservoir,
comprime et exalte la zone hyperesthésique de la
muqueuse ; de ce fait, elles souffrent d'épreintes continuelles
qui ne cessent que lorsque le réservoir s'est complètement
vidé. Nul doute que la zone hyperesthésique de
la muqueuse ne puisse, à un moment donné, devenir liystérogène
et qu'il ne se produise des paroxysmes à forme de
névralgie vésicale, comme il existe des paroxysmes à
forme gastralgique.
Au bout d'un certain temps, le spasme du sphincter
peut se superposer à l'hyperesthésie et produire la rétention
d'urine. Ce spasme, nous l'avons vu, a été expressément
noté par plusieurs auteurs, bien que certains d'entre
eux, comme Sebeaux (1), en présence d'une contracture
du col avec névralgie concomitante, n'aient même pas
songé à se demander si l'hystérie ne devait pas être incriminée
dans la genèse des accidents qu'ils observaient.
L'évolution de ces phénomènes est variable. La cystalgie
hystérique est généralement tenace. Elle est sujette à
des récidives en rapport fréquent avec les époques menstruelles
et peut, comme nombre d'autres manifestations
hystériques, disparaître aussi rapidement qu'elle est apparue.
Son diagnostic, lorsqu'on veut prendre la peine de
songer à la névrose, n'offre en général aucune difficulté.
La muqueuse de la vessie peut également être atteinte
d'anesthésie, laquelle s'accompagne souvent de paralysie
du plan musculaire, de même que l'hyperesthésie coïncide
fréquemment avec la contracture.
« A la vessie, dit Briquet (p. 29), le contact de l'urine
(1) Sebeaux, Essai sur les contractures du col vésical. Th. Paris, 1876.
DE L'HYSTERIE. 423
n'étant plus senti, il n'y a plus de besoin d'uriner; ce
liquide, séjournant dans la vessie, s'altère, et bientôt naît
la véritable rétention d'urine; le contact de la sonde
contre les parois vésicales n'est plus senti. »
Lebreton (l), se basant sur les recherches de Philippeaux,
a donné une bonne description de ces phénomènes
:
« Les voies urinaires, dit-il, sont aussi atteintes d'anesthésie.
Le méat urinaire, l'urètre, sont alors insensibles,
le passage de l'urine n'est pas perçu, et les malades ne
savent pas quand elles ont fini d'uriner. On comprend
qu'il est assez difficile de déterminer si cette variété
d'anesthésie est unilatérale ou générale. A la vessie, la
paralysie de la sensibilité détermine des phénomènes plus
importants. M. Philippeaux (2) a bien étudié cette question.
k L'anesthésie vésicale a été longtemps méconnue ; on
l'a confondue avec la paralysie proprement dite du réservoir
urinaire. Elle se manifeste par l'absence du besoin
d'uriner. Les malades laissent alors distendre leur vessie,
et l'urine sort par regorgement. Si elles n'ont pas la précaution
d'uriner à des heures régulières, la tunique musculeuse
finit par se paralyser à force d'être distendue et,
de plus, l'urine s'altère et des cystites souvent rebelles
viennent compliquer l'affection première.
« Si on introduit une sonde dans la vessie, le contact
n'en est pas perçu par la muqueuse, et enfin, d'après
M. Philippeaux, il y a un caractère pathogno «ionique de
l'anesthésie vésicale : c'est l'absence de douleur sous l'influence
de l'électricté localisée dans la vessie. »
L'anesthésie, au lieu d'être généralisée à toute la muqueuse,
ce qui semble la règle, peut être limitée à l'un de
ses points. M. Larat nous a communiqué une observation
(1) Lebreton, Des différentes variétés de la paralysie hystérique. Thèse
Paris, 1868, p. 78.
(2) Philippeaux, De l'anesthésie de la vessie, de son diagnostic et de son
traitement, 1857. Mémoire présenté à l'Académie des sciences.
424 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
où elle était localisée à la région du col, au moins sous
forme d'électro-anesthésie. Dans la position horizontale,
la malade pouvait encore conserver ses urines, mais cellesci
s'écoulaient spontanément dans la station debout, par
suite de la paralysie du sphincter et de ranesthésie de la
muqueuse in situ.
M. Guyona, lui aussi, noté dans un cas cette anesthésie
de la vessie. Elle s'accompagnait de rétention d'urine et
d'une grande diminution de la contractilité électrique du
muscle vésical. Il existait enfin une zone liystérogène du
canal de l'urètre. «Il m'est arrivé, dit-il (1), de provoquer
les attaques par le cathétérisme. Je devais soigneusement
rechercher le spasme, et tontes les fois que je me
suis attardé à l'examen de l'urètre, la crise est venue. Il
y avait là un point véritablement hystérogène. Par contre,
une fois que l'instrument était dans la vessie, je pouvais
l'enfoncer à toute profondeur, appuyer sur les parois, les
heurter, sans provoquer de sensibilité comme il est de règle
dans l'état normal. »
M. J. Janet, élève de M. Guyon, a rapporté un fait de
rétention d'urine d'origine hystérique (obs. II, op. cit.,
p. 21) qu'il attribue à la perte du sens musculaire de la
vessie, la sensibilité générale restant intacte. Ces phénomènes
avaient été provoqués par l'amputation du col de
l'utérus.
Ce que nous venons de dire des troubles de la sensibilité
de la muqueuse vésicale nous permettra d'aborder avec
plus de fruit la description, ou mieux la séméiologie de
Yincontinence et de la rétention d'urine d origine hystérique.
Nous ne disons pas de la paralysie et de la contracture,
(1) Guyon, Rétention d'urine de cause nerveuse et neurasthénie vésicale.
Ann. des maladies des organes génito-urinaires, mars 1891, p. 192. Peutêtre
le malade auquel M. Guyon fait allusion est-il le même que celui dont
l'observation nous fut communiquée (pp. cit.) par M. Georges Guinon ;
celui-ci nous a dit, eu effet, l'avoir rencontré dans le service de ce professeur.
(G. T.)
DE L'HYSTERIE. 42:
car cliniquement il n'est pas toujours facile de démêler ce
qui appartient à Tune, à l'exclusion de l'autre, la paralysie
comme la contracture pouvant donner naissance soit à
l'incontinence, soit à la rétention. Cela ne nous empêchera
pas, chemin faisant, de serrer la question d'aussi
près que possible au point de vue pathogénique.
L'incontinence d'urine est peu fréquente dans l'hystérie
par rapport surtout à la rétention. Elle est exceptionnellement
liée à 1 attaque convulsive; ce qui, nous
nous l'avons dit, constitue un bon élément de diagnostic
avec l'accès épileptique. Il est bien entendu que nous ne
parlons pas ici de l'incontinence par regorgement consécutive
à la rétention prolongée.
Primitive, on l'observe cependant parfois au cours de
certaines attaques ou états de mal à forme léthargique,
que le malade soit plongé dans la résolution absolue
(paralysie), ou, ce qui est plus fréquent, qu'il existe des
contractures généralisées ou limitées aux membres inférieurs,
processus auquel la vessie semble participer. Dans
ces cas, l'incontinence est toujours passagère; elle cesse
avec le paroxysme qui lui a donné naissance.
Elle peut persister, toutefois, lorsque les malades conservent
leur paralysie ou leur contracture des membres
inférieurs. Dans ces cas, on pourrait penser que ces paralysies
ou ces contractures sont d'origine organique, surtout
si elles n'ont pas été précédées de phénomènes paroxystiques.
Nous renvoyons pour le diagnotic à ce que nous
avons dit au chapitre xra, sans insister ici davantage, car, en
réalité, nous le répétons, l'incontinence est très rarement
primitive; presque toujours elle est liée aux paralysies ou
aux contractures des membres inférieurs.
Ajoutons encore que certains sujets, comme le malade
de l'observation XXII de M. Jules Janet {pp. cit., p. 82),
peuvent présenter, depuis leur enfance, de l'incontinence
nocturne. L'hystérie, qui se montre alors sous diverses
formes , n'a rien à l'aire dans la pathogénie du trouble
vésical.
426 TJBAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Toutefois, il nous a semblé, en relisant attentivement les
observations modernes relatives aux troubles vésicaux des
hystériques, que fréquemment on retrouvait dans les antécédents
des malades une incontinence nocturne ayant persisté
assez longtemps dans l'enfance ou dans l'adolescence.
C'est là une prédisposition à signaler à propos de l'étiologie
des phénomènes que nous étudions.
La rétention d'urine est beaucoup plus fréquente que
l'incontinence tant primitive que secondaire. C'est à elle
que se rapportent presque tous les passages des auteurs (1)
qui ont traité de la paralysie hystérique de la vessie, bien
que la rétention, nous le savons, puisse être sous la dépendance
d'un état spasmodique du col. Rétention et incontinence
peuvent, du reste, se succéder chez le même malade,
sans qu'il soit possible de dire nettement si elles
sont liées à la paralysie ou à la contracture, ces deux dernières
pouvant alterner chez le même sujet, ainsi que nous
en avons rapporté un exemple.
La rétention peut débuter brusquement après une attaque
ou s'installer lentement comme phénomène isolé, ou
concurremment avec une paraplégie. Sa constatation est
rendue facile par la percussion et le palper hypogastriques.
Souvent elle veut être recherchée, car par suite de l'anesthésie
des parois vésicales, qui est fréquente en pareils
cas, les malades éprouvent rarement les sensations douloureuses
qui sont le cortège habituel de la réplétion prolongée
du réservoir vésical.
Il ne faudra donc jamais manquer de faire usage de la
sonde, au moins au débul, comme moyen de diagnostic
positif. Celle-ci démontrera si l'urine est sécrétée en quantité
normale, car nous savons que la rétention est souvent
(1) Lebketon, op. cit., p. 114. — Lejamptel, Étude sur les paralysies
musculaires d'origine hystérique. Th. Paris, 1872. — Guingakd, Note sur
la rétention d'urine d'origine hystérique. Th. Paris, 1879.
DE L'HYSTERIE. 427
liée à l'ischurie. Elle révélera de plus s'il existe de l'anesthésie
de la muqueuse du réservoir, phénomène très important
à constater pour le diagnostic différentiel dans les
cas, rares à la vérité, où la rétention ne s'accompagne pas
d'autres manifestations hystériques et où, partant, l'hésitation
serait permise. Enfin, l'usage du cathéter indiquera
si la rétention est sous la dépendance de la paralysie ou
de la contracture.
« Les hystériques, dit Briquet (p. 326), éprouvent assez
facilement une rétention d'urine qui dépend de la contraction
du col de la vessie et qui, chez quelques-unes
d'entre elles, se reproduit pour la moindre cause. Cet accident,
qu'on ne voit que chez les hystériques assez fortement
atteintes, se produit très fréquemment après la disparition
de quelque autre phénomène hystérique ; on le
distingue de la paralysie du corps de la vessie en ce que, la
sonde étant introduite dans la vessie, à l'instant même les
urines partent en faisant un jet assez fort et dans lequel le
liquide se meut avec rapidité. »
L'observation VI de la thèse de Fouquet (l) est très
démonstrative à ce point de vue.
La rétention d'urine peut être passagère; mais parfois,
plus rarement à la vérité, elle s'installe avec ou sans incontinence
pendant des mois, sinon des années, à l'état
permanent.
Dans ces cas, les urines peuvent s'altérer (2) et occa
sionner de ce fait des accidents graves qui , dans une
observation de Brodie, entraînèrent la mort. Nous ne pouvons
résister au désir de citer en entier le passage que
cet auteur si sagace a consacré à la description de cette
manifestation :
(1) Etude clinique sur quelques spasmes d'origine hystérique. Th. Paris,
1880, p. 38.
(2) Dans un cas de Babinski où il existait de la rétention probablement
d'origine hystérique, les urines étaient purulentes, niais la malade avait une
vaginite. Association de l'hystérie avec les maladies organiques du système
nerveux, les névroses et diverses autres affections. Soc. méd. des hôpitaux,
il novembre 1892, obs. VI.
428 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« La rétention d'urine d'origine hystérique, dit-il (1),
est un accident tellement fréquent qu'il semble superflu
d'en donner une description. Ce que nous avons déjà dit
d'autres formes de paralysie hystérique peut également
bien s'appliquer ici. Ce n'est pas que les muscles soient
incapables d'obéir à la volonté, mais c'est la volonté qui
ne s'exerce pas. Du moins, les choses se passent ainsi au
début : mais si la malade a permis à sa vessie de subir une
grande distension, une paralysie véritable peut s'ensuivre,
et on ne parviendra à vider l'organe qu'avec la sonde.
Dans tous ces cas où la vessie a subi pendant longtemps
une grande distension, la muqueuse devient le siège d'une
inflammation chronique et donne une sécrétion muqueuse
gluante ; des complications même plus sérieuses peuvent
survenir. Dans un cas que j'ai rapporté dans mes Leçons
sur les affections des voies urinaires, il s'agissait dune
rétention d'urine de nature hystérique, longtemps abandonnée
à elle-même ; quand on fit le cathétérisme, on retira
40 onces (1,200 grammes) d'urine. A l'autopsie, on trouva
une vessie énorme, d'une couleur très foncée, presque
noire; on ne retrouvait que des vestiges de sa structure
normale ; la couche musculaire n'existait presque plus, et
la muqueuse présentait l'aspect d'un mince dépôt que l'on
séparait facilement des parties sous-jacentes. La couleur
noire ne semblait pas due à la gangrène; il n'y avait aucune
odeur fétide.
« Les femmes qui ont de la rétention d'urine de nature
hystérique guérissent le plus souvent et assez rapidement,
quelquefois subitement, si on les abandonne à ellesmêmes
; si, au contraire, on a recours au cathétérisme, on
peut retarder leur guérison indéfiniment. Nous avons le
droit de dire qu'en règle générale il ne faut pas employer
la sonde dans ce genre de cas ; et les seules exceptions
à la règle sont les cas de distension extrême s'accompagnant
de paralysie véritable et dans lesquels la vessie
(1) BnODiE, Leçons sur les affections nerveuses locales, trad. franc., op.
cit., p. 34.
DE L'HYSTERIE. 429
est menacée de dégénérescence si on ne la vide pas. »
Toutefois, il faut savoir que, même au bout d'un long laps
de temps, la rétention d'urine peut encore guérir subitement.
Tel est le cas de cette malade observée par Frasci (l)
et II. Vizioli, chez laquelle la guérison d'une paralysie
vésicale qui durait depuis quatorze mois survint presque
immédiatement à la suite de pratiques d'hypnotisation.
Ce qui rend le pronostic assez sérieux, c'est que la
rétention d'urine récidive fréquemment. Chez une malade
de M. Charcot (2), elle alterna pendant neuf années consécutives
avec de l'ischurie et des contractures de divers
ordres.
Négligeant le sexe masculin, avec les zones testiculaires
que nous avons étudiées, nous ne consacrerons pas de
longs développements aux déterminations de l'hystérie sur
l'appareil génital de la femme, après ce que nous avons
dit dans le tome I
er sur le rôle aujourd'hui historique de
l'utérus comme siège de la névrose (3). Nous compléterons
seulement la description que nous avons donnée de ces
manifestations, sur lesquelles nous aurons à revenir lorsque
nous envisagerons leur thérapeutique.
Nous avons déjà parlé (t. I, p. 312) de la zone hyperesthésique
hystérogène qui siège si fréquemment au niveau
de l'ovaire, ou mieux dans la région ovarienne.
Son existence se manifeste parfois sous forme de douleurs
spontanées irradiant dans tout le bas-ventre, dans
les lombes et même jusque dans les membres inférieurs.
L'ensemble symptomatique que l'on observe alors a, dans
ces derniers temps, été décrit par quelques chirurgiens
(1) F. Frasci et R. Vizioli, Guarigione immediata e compléta merce
la suggestione di una paralisi vesica isterica durata 14 mesi. Resoconto
délia R. Accad. med. chir. di Napoli, fasc. de janvier, février et mars 1887.
(2) Leçon sur l'ischurie hystérique, op. cit.
(3) INous avons aussi montré, en traitant de l'état mental, t. I, ch. xi,
p. 517 et suiv., ce qu'il fallait penser du dérèglement du sens génital chez
les hystériques.
430 TRAITÉ CLIlNIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
sous le nom très discutable de grandes névralgies pelviennes
et donné naissance à un nombre considérable
d'opérations des plus injustifiées dont nous parlerons au
chapitre du traitement.
Ces névralgies qui se montrent surtout, soit à l'état permanent,
soit principalement à l'époque des règles, chez
les femmes adultes, déjà vieilles dans l'hystérie, ont un
caractère de ténacité tout spécial et empoisonnent parfois
véritablement l'existence des malades. Si le doute était
permis sur leur nature, on les reconnaîtrait facilement à
ce fait que le summum de la douleur est souvent marqué
par l'apparition d'une crise hystérique, de forme variée,
que les observateurs peu expérimentés en la matière ne
manquent pas de mettre sur le compte direct de la névralgie,
alors que la douleur fait elle-même partie intégrante
d'un paroxysme à forme névralgique et à point de
départ ovarien. Ajoutons que, dans ces cas, les phénomènes
prémonitoires et l'aura commune font très rarement
défaut, ce qui juge encore la nature de la manifestation
observée.
Nous avons rapporté l'observation d'une malade (t. m,
p. 61) chez laquelle ces paroxysmes névralgiques s'accompagnaient
d'une contracture limitée du plan musculaire
de la paroi abdominale du côté droit. On eût pu se
croire, au premier abord, en présence d'une véritable
tumeur profonde du petit bassin, mais l'exploration vaginale
combinée au palper, pratiquée par notre maître
M. le professeur Le Dentu et M. Le Pileur, médecin de
Saint-Lazare, ne révélait aucune altération de l'ovaire, de
l'utérus ou de ses annexes. Le sommeil chloroformique,
en réduisant la contracture, fit d'ailleurs disparaître tous
les doutes.
D'autres fois, les douleurs continues ou paroxystiques
paraissent indépendantes de l'ovaire et avoir manifestement
pour siège l'utérus lui-même. Comme les précédentes,
avec lesquelles elles se confondent souvent, du
reste, dans les cas fréquents où l'appareil génital dans son
DE L'HYSTERIE. 431
ensemble est le point de départ de la manifestation, elles
se montrent surtout aux approches des règles et entraînent
constamment avec elles de la dysménorrhée. Là, comme
pour l'ovaire, la douleur présente fréquemment un caractère
paroxystique très particulier et fait partie d'un ensemble
où l'on retrouve les éléments constitutifs dune
attaque d'hystérie avec ou sans convulsions. Il faut bien
connaître ces faits afin d'éviter des erreurs de diagnostic,
surtout aujourd'hui que la chirurgie abdominale a fait de
tels progrès qu'on se fait un jeu, pour une névralgie qu'on
ne guérira pas du reste par ce procédé, d'enlever l'utérus
avec ses annexes.
Briquet avait déjcà attiré l'attention sur les difficultés
que présente parfois le diagnostic dans de pareils cas,
et sa description de l' « hystéralgie » mérite d'être rapportée
:
« L'hystéralgie, dit-il {op. cit., p. 266), peut attaquer
soit le corps, soit le col de cet organe. Quand elle attaque
le corps, elle donne lieu à des désordres qui, malheureusement,
n'ont rien de caractéristique, et qui peuvent se confondre
avec ceux que produisent les congestions, lesphlegmasies
et les altérations organiques de ce viscère. Il n'en
est pas de même quand elle s'étend au col ; elle provoque
une douleur continue, très vive, un véritable point constamment
douloureux que le simple contact du doigt ou
des instruments exaspère dune manière notable. Ce point
qu'a souvent vu M. Malgaigne existe, selon lui, toujours à
gauche et un peu en avant. Sur sept cas observés par
M. Bassereau, il y en avait également quatre à gauche ;
enfin, dans le fait rapporté par Valleix, le point douloureux
se trouvait aussi siéger à gauche. Il n'est donc pas
douteux que, comme toutes les autres hyperesthésies,
celle de l'utérus ne siège de préférence à gauche. Ce point
douloureux s'accompagne fréquemment de douleurs dans
le bassin, dans les lombes, dans le dos et jusque dans les
membres ; et l'on a regardé ces douleurs comme des sympathies
de la douleur utérine, tandis qu'elles ne sont, les
,432 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
unes et les autres, que les manifestations d'un état général
de l'hystérie. »
Nous croyons, comme nous l'avons déjà dit (t. I,
p. 301), et ainsi que Rosenthal en a rapporté deux exemples,
que ce point douloureux n'est autre chose qu'une
zone hyperesthésique hystérogène du col utérin ou de la
muqueuse du cul-de-sac vaginal, qui peut s'exalter soit
spontanément, soit par la pression : coït, toucher vaginal,
introduction du spéculum, et donner naissance à des paroxysmes
à forme de névralgie utérine.
Briquet, toujours préoccupé de différencier ces phénomènes
de ceux qui sont liés aux maladies organiques du
petit bassin, insiste sur l'absence de fièvre dans l'hystérie
et sur ce que les « douleurs hystériques sont toujours plus
violentes, plus variables et ont moins de tenue que les
douleurs qui dépendent d'une phlegmasie » . Ce sont là
des signes de peu de valeur.
Nous le répétons, la caractéristique des douleurs hystériques
du petit bassin se trouve dans ce fait, qu'en dehors
de leur permanence elles sont sujettes à des exaltations
dans lesquelles on reconnaîtra tout l'ensemble d'un paroxysme
dont elles sont la dominante : aura initiale, convulsions
terminales accompagnées d'un état mental particulier
: rires, pleurs, tristesses subites et injustifiées
et suivies souvent de l'émission abondante d'une urine
claire sur la constitution de laquelle nous croyons inutile
d'insister.
Sans compter que, dans l'état permanent ou interparoxystique
de ces déterminations, la recherche des
stigmates permanents sensitivo-sensoriels sera presque
toujours des plus fructueuses ; car, nous l'avons dit, il s'agit
là de malades vieilles dans la névrose, qui chez elles s'est
dans la majorité des cas révélée antérieurement par nombre
d'autres manifestations.
Parfois les phénomènes douloureux attribuables à l'hystérie
coexistent nettement avec des lésions organiques : métrites,
salpingites, etc., qui ont joué dans la circonstance
DE L'HYSTERIE. 433
le rôle d'agents provocateurs et localisateurs de la névrose.
Si les indications thérapeutiques sont différentes, le diagnostic
ne s'établira pas moins sur les mêmes bases que
dans les cas précédents, en faisant la part, bien entendu, de
ce qui appartiendra à l'affection dynamique et à la maladie
organique.
La muqueuse vulvo-vaginale peut être également le
siège de zones hyperesthésiques. Les plus légers attouchements,
les moindres frôlements sont douloureusement
perçus; sous leur dépendance peut se produire une sorte
de prurit intense qui conduit certaines malades à la masturbation.
Cette hyperesthésie s'accompagne fréquemment
d'une contracture du sphincter vaginal à laquelle Marion
Sims a donné le nom de vaginisme et dont nous avons
déjà parlé (t. I, p. 308). De même avons-nous traité de
l'anesthésie des mêmes régions et des troubles qui en sont
la conséquence.
Fouquet [op. cit., p. 34, obs. V) a rapporté un bel
exemple de ce spasme du sphincter vaginal. La contracture
était intermittente. « Le moindre attouchement des
grandes et des petites lèvres, nécessité par l'examen de la
région malade, déterminait les plus vives souffrances et
une sensation très accusée de spasme nerveux et vaginal. »
Dans un cas dont nous allons parler en traitant des
relations de la dysménorrhée membraneuse avec l'hystérie,
il existait de véritables paroxysmes pendant lesquels le
sphincter était contracture. Le toucher vaginal, en comprimant
la zone hystérogène de la muqueuse du conduit,
arrêtait la crise et faisait disparaître la contracture du
sphincter, qui était évidemment sous la dépendance de la
zone de la muqueuse.
Le vaginisme peut s'associer au spasme du sphincter
anal.
En coïncidence avec l'hyperesthésie, Fouquet signale
chez sa malade l'apparition loco dolenti d'une poussée de
m. 28
434 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« vésicules opalines d'herpès » qu'il nous est difficile de ne
pas identifier, dans la circonstance, avec le zona que M. Féré
a observé chez certaines hystériques et que l'on doit considérer
comme un véritable trouble trophique.
Ceci nous conduit à parler des troubles trophiques que
l'on peut observer dans l'hystérie du côté de l'appareil
génital de la femme, de l'utérus en particulier. Étant
donnée la fréquence des déterminations de la diathèse vasomotrice
sur les autres muqueuses viscérales produisant les
hématémèses, les hémoptysies, etc., on pourrait penser
que les métrorragies ne sont pas rares dans l'hystérie. Il
n'en est rien cependant, surtout si on les rapproche de la
dysménorrhée ou des irrégularités menstruelles si souvent
observées chez les hystériques, qui, à la vérité, sont très
fréquemment anémiques ou chlorotiques.
A. Martin (op. cit., p. 25), après avoir noté avec raison
la fréquence de l'aménorrhée, ajoute : « On observe également
des métrorragies chez ces mêmes femmes (hystériques),
et il n'est pas rare de les voir présenter des écoulements
sanguins abondants par les parties génitales, deux
et trois fois par mois.
« Quant à l'influence des attaques sur la menstruation,
Félix Plater a observé que les crises provoquaient quelquefois
l'apparition des règles à la manière des agents qui
accélèrent la circulation. »
L'opinion contraire, à savoir que les règles influencent
singulièrement le retour des attaques, nous paraît surtout
admissible. D'ailleurs, Martin a oublié d'apporter à l'appui
de la thèse qu'il soutient des observations concluantes de.
métrorragies chez les hystériques.
Fabre (1) nous paraît être le seul auteur qui ait très
explicitement signalé les métrorragies. On remarquera
(1) L'hystéiie viscérale, op. cit., p. 75.
DE L'HYSTERIE. 435
cependant de quelles restrictions il entoure sa description.
Parmi les ménorragies, dit-il, «il en est un certain nombre
d'origine hystérique. Ce nombre, je ne cherche pas à le
préciser, car les causes d'erreur ici ne manquent pas : des
métrites profondes, des fibro-myomes, des états diathésiques,
des causes locales et des causes générales qui souvent
nous échappent peuvent provoquer des hémorragies
utérines qu'il ne faut pas imputer toutes à l'hystérie, mais
l'hystérie en produit, et ces hémorragies hystériques ont,
à mes yeux, un triple caractère : elles n'attendent ordinairement
pas, pour se montrer, l'époque régulière de la
menstruation; ce sont, permettez-moi cette antithèse, des
règles irrégulières; de plus elles alternent parfois avec des
menstruations insuffisantes ; enfin elles sont le plus souvent
accompagnées ou précédées de douleurs vives, de
douleurs même violentes et que n'explique aucune déviation
ni aucune inflammation de l'organe. »
En dehors de certaines pollutions que nous avons signalées
(t. II, p. 54) en traitant du caractère erotique de
quelques attaques convulsives, il semble que des sécrétions
anormales de diverse nature puissent se montrer du côté
de l'utérus ou du conduit vulvo-vaginal.
Landouzy (op. cit., p. 79) a consacré à leur étude le
passage suivant, qu'il importe de rapporter :
« Quant à ces hypersécrétions utérines, vaginales,
annoncées à la fin des paroxysmes par Galien, Forestus,
Zacutus Lusitanus, Willis, Rivière, Astruc, Louyer-Villerniay,
etc., on s'en est beaucoup exagéré la fréquence et
l'importance.
« Voulant résoudre cette question, comme toutes celles
qui présentaient quelques doutes, par l'observation pratique,
j'ai pu étudier les résultats annoncés par les auteurs
dans un grand nombre d'occasions, soit à l'aide du toucher,
soit plus souvent, il est vrai, par les renseignements des
436 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
malades, et l'expérience m'a conduit là où l'induction
avait déjà conduit M. Dubois (d'Amiens), à savoir, qu'il
n'est rien de moins constant que ces sécrétions dans
l'hystérie.
« Dans les paroxysmes de courte durée, les malades,
qu elles soient ou non sujettes aux flueurs blanches, ne
remarquent aucune modification particulière dans les
accès prolongés, et j'en ai observé qui dataient de plus de
quatre heures. Les unes n'éprouvaient rien de spécial, les
autres se plaignaient d'une notable augmentation leucorrhéique
; mais cet effet se produisait également chez elles
dans d'autres circonstances, et principalement sous l'influence
de la fatigue, des émotions morales, ou à l'approche
des menstrues.
« J'ai interrogé un grand nombre d'hystériques pour
trancher cette question, indécise jusqu'alors au point de
vue de l'observation pratique, et je n'en ai trouvé aucune
chez laquelle cette hypersécrétion eût lieu après les accès
sans avoir lieu également sous d'autres influences.
« Il reste donc constant pour nous que l'hypersécrétion
des parties sexuelles est nulle dans les accès courts, peu
fréquente dans les accès prolongés, et qu'elle se manifeste
uniquement chez les femmes qui la remarquent dans d'autres
circonstances. »
Tel n'est point l'avis de Fabre, mais il faut dire aussi
qu'il semble être le seul auteur dont l'opinion aille à l'encontre
de celle de Landouzy.
« L'hystérie, dit-il (op. cit., p. 73), peut provoquer, du
côté de l'utérus, des troubles sécrétoires. Cahen avait
signalé, il y a quelques années, ce fait que certaines leucorrhées
sont d'origine névrotique. Je puis ajouter aujourd'hui
que certaines leucorrhées sont d'origine hystérique.
Je crois pouvoir porter sur le compte de l'hystérie deux
ordres de leucorrhées : l'une est aqueuse, abondante et
transitoire ; l'autre est épaisse, visqueuse et grumeleuse.
Ces deux leucorrhées se distinguent par deux caractères :
d'abord, elles sont capricieuses dans leurs allures, e'est-àDE
L'HYSTERIE. -4S7
dire clans leur apparition, leur abondance, leur disparition,
se montrant par périodes variables, mais conservant d'ordinaire
le même aspect pendant toute leur évolution ; en
second lieu, elles ne s'accompagnent d'aucune lésion
révélée par l'examen de l'utérus et du vagin. Je ne puis
apprécier exactement la fréquence de ces leucorrhées,
parce que l'examen des parties suspectes fait souvent défaut,
mais je ne les crois nullement rares, et je les suppose
d'origine vaginale et vulvaire, bien plus qu'utérine. Cette
fréquence n'a rien, d'ailleurs, de bien étonnant pour ceux
qui se rappellent combien les désirs sexuels et les émotions
agissent sur les sécrétions glandulaires de cette
région. Il y a des hystériques qui pleurent en abondance ;
il y en a qui urinent beaucoup à la fois ; il y a enfin,
puis-je le dire? qui pleurent par la vulve. Quand vous
constatez une leucorrhée, songez d'abord à un catarrhe
utéro-vaginal; mais, si l'examen local vous donne des
résultats négatifs, méfiez-vous de l'hystérie. »
Il nous est difficile de trancher ce litige, mais, pour
notre part, nous croyons ces sécrétions anormales beaucoup
moins fréquentes que ne l'affirme l'auteur que nous
venons de citer.
Ce serait peut-être ici le lieu de dire quelques mots de
la dysménorrhée membraneuse , qu'on observe assez fréquemment
chez les hystériques. Pas plus que l'entérite
pseudo-membraneuse dont nous avons parlé, nous croyons
qu'on doive la considérer comme un trouble trophique
sous la dépendance directe de la névrose. Par contre, quelquefois
elle paraît provoquer l'apparition d'accidents hystériques
auxquels l'expulsion de ses produits imprime
un caractère tout particulier.
Dans un cas auquel nous avons déjà fait allusion (p. 433),
la malade hystérique confirmée semblait avoir traversé
une première période pendant laquelle l'appareil génital
était, pour ainsi dire, frappé d'anesthésie, puisque, au
438 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE.
cours d'un accouchement clans lequel le travail dura quarante-
huit heures, elle avait à peine souffert, du commencement
jusqu'à la délivrance. Deux ans plus tard, atteinte
de dysménorrhée memhraneuse peu intense, Mme X...,à
l'occasion de l'expulsion de quelques débris muqueux, est
prise de douleurs utérines extrêmement intenses accompagnées
de convulsions qui la plongent pendant trois jours
dans un véritable état de mal. Dans la note qu'il nous
adressait, le Dr Engelbach écrivait avec beaucoup de
justesse d'appréciation : « Les crises n'étaient expulsives
qu'en apparence ; il n'y avait nullement contraction des
muscles abdominaux; par contre, il existait, au moment
du paroxysme douloureux, une contracture violente du
sphincter vaginal , au point que le doigt éprouvait un
sentiment de striction. Enfin, phénomène important, les
crises s'atténuent pendant cette manoeuvre au point de
sembler complètement disparues. »
Deux légers curettages, qui ramenèrent à peine quelques
débris de pseudo-membranes, firent disparaître ces accidents,
dans lesquels il est impossible de ne pas reconnaître
des paroxysmes hystériques. Peut-être, en retirant les
fausses membranes, avait-on supprimé la cause provocatrice
des douleurs; mais il n'est pas douteux qu'il fallait aussi
incriminer, dans la genèse de cet ensemble symptomatique,
l'exaltation dune zone hystérogène de la muqueuse vaginale,
dont la présence était réellement démontrée par
ce fait, — à l'instar de ce que Ion observe pour les zones
ovariennes, —que sa compression pendant le toucher suffisait
pour suspendre et arrêter l'évolution du paroxysme.

 

 

 

 
.