Passer au contenu principal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.
 

 
10

 

QUATRIEME PARTIE
LES MANIFESTATIONS VISCÉRALES DE L'HYSTÉRIE
CHAPITRE QUATORZIÈME
MANIFESTATIONS DE L'HYSTÉRIE SUR L'APPAREIL
PHONATEUR ET RESPIRATOIRE
Les troubles du langage chez les hystériques. — Du mutisme hystérique.
Historique : Revillod, 1883; Charcot, 1885; Cartaz, 1886; M. Natier,
1888. — Etiologie : Age. Influence de l'attaque. — Formes cliniques.
Description. Examen laryngoscopique. — Surdi-mutité hystérique. —
Mutisme et agraphie. — Marche. Durée. Récidives. Pronostic. Diagnostic.
Simulation.
Du bégayement hystérique . Charcot. Ballet et Tissier. Pitres. — Complexité
des formes. Discussion. Résumé.
Des spasmes rythmiques respiratoires. Briquet, Charcot. Pitres. Considérations
générales. — Caractères communs. Evolution. Classification.
Spasmes expiratoires : Toux hystérique : Sydenham, Willis, Lasègue, 1854 ;
Lafon, 1874. — Description. Variété des formes : Cris, aboiements, hurlements,
etc. Epidémies. — Renâclement hystérique de Pitres.
Spasmes inspiratoires simples : Hoquet hystérique. Caractère épidémique.
Description. — Reniflement hystérique de Pitres.
Spasmes inspiratoires mixtes : Bâillements hystériques. Charcot, Gilles delà
Tourette, G. Guinon et Dutil. — Description. Diagnostic clinique et chimique.
— Eternuements hystériques : Brodie, Souza-Leite. Description.
Rire hystérique.
Spasmes respiratoires compliqués.
L'asthme et la dyspnée hystériques. Briquet, Charcot, Weir Mitchell.
Description. L' hystérie laryngée. Thaon, 1880. Hypresthésie et anesthésie
laryngées. — Paralysies et contractures des muscles du larynx.—Difficultés
d'interprétation. Gouguenheim. Dufour.
De l'aphonie hystérique. Étiologie; modes de début; marche; pronostic
et diagnostic ; récidives. Du spasme laryngé. Note complémentaire de
l'attaque de spasmes. — Spasme de la trachée.
Troubles thophiques pulmonaires. De l'hémoptysie hystérique. Pomme,
Marius, Carre, etc. — Etiologie. Formes cliniques. Zones hyperesthésiques
160 TRAITE CLINIQUE ET THER ATEUTIQUE
des parois thoraciques. Phénomènes stéthoscopiques. Caractères de l'héînoptysie.
Phénomènes généraux. Diagnostic. Marche et pronostic. —
Des rapports qui existent entre i hystérie et la tuberculose pulmonaire et
réciproquement. Pidoux ; Leudet ; Largaud ; Grasset ; Gibotteau. —
Discussion.
Paralysie et contracture hystériques du diaphragme.
Au début de ce chapitre, il ne nous semble pas inutile
de rappeler que l'hystérie est une maladie du système
nerveux central, cette notion devant trouver de nombreuses
applications dans l'interprétation des phénomènes
dont l'étude va suivre. Nous décrirons d'abord les troubles
de la parole et du langage chez les hystériques.
Leur notion précise est de date tout à l'ait récente. En
1883, M. Revilliod (1) publiait sur le mutisme hystériqueun
travail qui passa presque complètement inaperçu.
Il est vrai qu'on n'y trouvait pas de description clinique
de ce syndrome, qu'il confondait avec l'aphonie et attribuait
à une paralysie des muscles du larynx.
Au mois de décembre 1885, M. Charcot (2) faisait à la
Salpêtrière une leçon — dont il nous confia la publication — où il établissait, pour la première fois, sur des bases
solides, l'existence des troubles de la fonction du langage
chez les hystériques.
Le mutisme, qu'il étudiait plus particulièrement, consistait
dans l'impossibilité d'exprimer la pensée par le langage
articulé, avec conservation du langage mimé et de
l'écriture. L'aphonie était presque constante, mais notre
maître avait soin de faire ressortir que le trouble qu'il décrivait
était d'origine centrale, indépendant des organes
phonateurs, muscles de la langue ou du larynx en particulier.
Un peu plus tard, M. Cartaz (3), directeur du service
(1) Revilliod, Du mutisme hystérique. Revue méd. de la Suisse romande,
1883, p. 560.
(2) Charcot, Cas de mutisme hystérique chez l'homme. Leç. recueillie
par Gilles de la Tourette, Progrès médical, 13 nov. 1886, n° 46. Anal.
in Gazette des hôpitaux , 12 janvier 1886.
(3) Cartaz, Du mutisme hystérique. Progrès médical, 13 février 1886,
n0! 7, 9, 10.
DE L'HYSTERIE. 161
laryngologique de la Salpêtrière, publiait un mémoire
fondamental sur cette question. Il en faisait 1 historique
et rapportait vingt observations tant personnelles qu'inédites
ou empruntées à divers auteurs français ou étrangers.
Il s'efforçait surtout de différencier le mutisme de l'aphonie,
un malade aphone pouvant encore se faire comprendre
en chuchotant avec les lèvres, tandis que dans le
mutisme le langage articulé fait complètement défaut. Il
essayait aussi de fixer la fréquence de cette manifestation :
« Eu égard au nombre de malades, hommes et femmes,
atteints d'hystérie, on peut dire que le mutisme est un
phénomène relativement rare. On le trouve à peine mentionné
dans les travaux anciens sur ce sujet, et dans un
certain nombre d'observations plus récentes il a été confondu
avec l'aphonie ; tout au moins l'interprétation que
donnent les auteurs tend à faire admettre cette confusion. >>
Aussi, devant l'insuffisance des observations anciennes,
M. Cartaz analysait-il surtout les faits publiés dans la
période moderne,
Nous pensons toutefois que Marguerite-Françoise Duchesne,
dont l'histoire a été rapportée par Carré de Montgeron
(1), fut très probablement atteinte de cette manifestation
de la névrose, bien que le diagnostic différentiel
avec l'aphonie soit encore ici difficile à préciser.
Après une attaque de léthargie qui dura sept à huit
jours, il survint «une extinction de voix presque totale...
Tout lui est enlevé, jusqu'à la faculté même de se plaindre. »
Ces phénomènes durèrent longtemps, puisque, presque un
mois après le début de ces accidents, il est dit que «l'ouïe
et la vue lui furent rendues ; mais il n'en fut pas de même
de la voix, qui resta presque entièrement éteinte. »
Peut-être le mutisme hystérique a-t-il été observé par
le père de la médecine ?
« La femme de Polémaque, dit Hippocrate (2), ayant
une affection arthritique, éprouva une douleur subite de
(1) La vérité des miracles, t. I. Cologne, 1745, 4e démonstration, p. 6.
(2) Epidém., liv. V, §91.
m. 11
16-2 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
la hanche, les règles n'étant pas venues ; ayant bu de l'eau
de bettes, elle fut sans voix toute la nuit, jusqu'au milieu
du jour; elle entendait, comprenait, elle indiquait avec la
main que la douleur était à la hanche. »
S'il s'agit là d'une manifestation hystérique, ainsi que
le croit Landouzy [op. cit., p. 117), qui rapporte ce fait,
celle-ci ne doit pas être attribuée, comme il le pense, à
l' aphonie ou à la dysphonie, mais bien au mutisme, la malade
étant obligée d'indiquer par gestes le siège de ses
douleurs.
Landouzy cite encore un cas de Watson (1) dans lequel,
ainsi qu'on l'observe fréquemment en pareille circonstance,
le trouble dans le langage fut consécutif à un paroxysme.
Une jeune femme, après une attaque d'hystérie convulsive,
« perdit la parole et en resta tout à fait privée pendant
quatorze mois. Durant ce temps, elle n'eut pas de
nouvelles convulsions et fut d'ailleurs en bonne santé. Un
soir qu'elle s'était fortement échauffée en dansant pendant
quatre heures, elle recouvra la parole, et de ce moment
elle continua à bien se porter. »
L'aphonie simple, discutable dans les cas précédents,
ne l'est plus dans un fait de Sédillot (2) que Briquet {op.
cit., p. 715) résume en ces termes :
« Une demoiselle sujette à des attaques hystériques est
soumise à une vive frayeur. A l'instant même sa langue se
paralyse et elle devient muette , elle reste aphone et muette
pendant douze ans. Ce chirurgien fit passer un courant
faradique à travers la langue et les muscles du larynx et
du pharynx, lequel rendit peu à peu le mouvement aux
muscles de ces parties et, au bout de quinze jours, la malade
était complètement guérie. »
Briquet lui-même lit disparaître, « en une minute de
faradisation, la mutité qui durait depuis quarante-huit
heures » chez une malade de son service, devenue muette
à la suite d'une attaque.
(1) Watsox, Philosoph. transact., vol. XIV.
(2) Sédillot, Gazette hebdom., 1856, p. 8.
DE L'HYSTERIE. 163
Nous pourrions continuer à nous étendre sur l'analyse
des cas antérieurs à la leçon de M. Charcot, et dont les
principaux, nous l'avons dit, sont rapportés dans le mémoire
fondamental de M. Cartaz. Mais il faut nous borner,
car les premières publications émanées de l'Ecole de la
Salpètrière furent suivies d'un nombre très considérable
de travaux dont nous aurons à tenir compte. Nous mentionnerons
toutefois, d'une façon spéciale, un mémoire
très important de M. Natier (1), élève de M. Pitres, de
Bordeaux, qui, en 1888, résumait soixante et onze observations
de mutisme hvstérique. Nous lui ferons de nombreux
emprunts pour la rédaction de ce chapitre.
D'après M. Natier, le mutisme hystérique, quelque
forme qu'il revête, s'observerait dans des proportions à
peu près égales chez l'homme et chez la femme. L'âge de
la plus grande fréquence serait de vingt à trente ans dans
les deux sexes : c'est aussi l'époque de la plus grande floraison
des accidents hystériques. M. Natier n'en a pas
observé d'exemple après cinquante-cinq ans ; par contre,
un garçon de cinq ans et une fillette de six ans en furent
atteints.
Le plus souvent, le début a lieu d'une manière soudaine,
après une attaque ou une vive émotion. Toutefois,
dans un fait de Charcot (2), le mutisme fut précédé d'un
bégayement particulier, phénomène sur lequel nous aurons
à revenir. De même, dans une observation de Revilliod,
il est dit que la phonation allait en diminuant, avant
de se suspendre tout à fait. D'autres fois, le mutisme survint
consécutivement à des phénomènes locaux : aphonie
ou symptômes de laryngite inflammatoire.
(i) M. Natier, Contribution a l'étude du mutisme hystérique. Revue
mensuelle de laryngologie, nos 4, 5, 8, 9, 1888. Tirage à part, in-8° de
57 pages. — Id., Un cas de mutisme hystérique. Annales de la Policl. de
Paris, t. IV, p. 256.
(2) Leçons du mardi a la Salpètrière, 1887-88, p. 357.
164 TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
Dans son évolution clinique le mutisme peut revêtir
diverses formes. Celle qu'on observe le plus fréquemment
a été, d'emblée, admirablement décrite par Charcot. Nous
ne saurions mieux faire que d'emprunter sa description à
la leçon que nous avons nous-même rédigée.
« Bien que le malade, dit Charcot, ait conservé l'exécution
intégrale des mouvements vulgaires de la langue et
des lèvres, qu'il puisse mouvoir ces organes avec agilité
dans toutes les directions, de façon à souffler, siffler comme
dans l'état normal, il lui est désormais impossible d'articuler
un mot, même à voix basse, de chuchoter, autrement
dit, et, qui plus est, même en y apportant la plus grande
attention, d'imiter les mouvements d'articulation qu'il voit
faire devant lui. Le malade est donc muet dans l'acception
la plus rigoureuse du mot, en ce sens qu'il ne peut proférer
aucune parole. J'ajouterai qu'il est plus que muet; car,.
tandis qu'il est possible au sourd-muet de pousser des cris
même violents, le muet hystérique — remarquez bien ce
caractère singulier — est aphone, le plus souvent d'une
façon absolue, au point de ne pouvoir émettre le moindre
cri . »
Le chuchotement, « ce langage parlé et articulé » , n'existe
plus ; il s'agit là d'une aphasie purement motrice.
L'aphonie peut cependant ne pas être absolue. Comme
dans les aphasies corticales, les malades adoptent quelquefois
un mot qui formera tout leur vocabulaire. Tel le
malade de Critzman (1), qui répondait ta-ta-ta à toutes les
demandes, ce qui amenait cet auteur à conclure qu'il
n'existait pas d'aphonie vraie dans le cas qu'il étudiait,
mais un phénomène central, ou mieux un trouble cérébral
d'origine hystérique.
Si l'on examine le larynx des malades atteints de mu-
(1) Critzman, Un cas de mutisme hystérique. Gaz. Iiebd. de méd. et dechir.
de Paris, n° 36, 5 septembre 1891, p. 430.
DE L'HYSTERIE. 165
tisme hystérique, on note, ainsi que l'a établi M. Natier parle
dépouillement de dix-sept observations où cette investigation
avait été pratiquée, les phénomènes les plus divers :
rougeur de l'épiglotte et de la muqueuse laryngée, paralysie
des divers muscles, formation d'un hiatus à la partie
postérieure des cordes vocales (Gartaz). Mais tous ces phénomènes
locaux semblent être de simples coïncidences ; car,
dans la circonstance, ce n'est pas le larynx qui est en cause
dans la production du syndrome : il s'agit, nous y insistons,
d'aphasie motrice pure d'origine centrale. Ce qui confirme
cette opinion, dit Cartaz, «c'est que les muscles du larynx
ne sont pas toujours frappés d'impotence, et, quand ils le
sont dans une mesure plus ou moins prononcée, le trouble
fonctionnel qui résulte de cette parésie ou paralysie ne
peut donner l'explication de l'ensemble du phénomène » .
Nous ne saurions donc adopter l'opinion de MM. Marcel
et Marinesco (l), qui, d'après les modifications laryngées
qu'ils ont observées, admettent : 1° un mutisme hystérique
simple (sans lésions laryngées) ; 2° un mutisme
hystérique (avec paralysies partielles) ; 3° un mutisme
spasmodique (avec contracture de certains muscles dilatateurs
de la glotte ou constricteurs). Ce sont là, nous
l'avons dit, des phénomènes concomitants jouant peutêtre
le rôle de causes occasionnelles, mais, rien de plus, la
voix chuchotée qui, ainsi que Charcot l'a établi, fait
défaut dans le mutisme hystérique, n'ayant besoin en
aucune façon, comme l'ont démontré Rosapelly (2) et
Boudet de Paris (3), des organes moteurs du larynx pour
s'exercer dans son intégrité.
Caractère très important : l'intelligence est entièrement
conservée chez le muet hystérique qui fait, tout au moins
au début, les plus grands efforts pour parler, pour émettre
un son, sans y parvenir toutefois. S'il n'est pas complète-
\i) Marcel et Marinesco, Un cas de mutisme hystérique avec contracture
spasmodique. Archives roumaines de niécl. et de chirurgie. Paris, 1887.
(2) Travaux du laboratoire de Marey, 1876.
(3) Académie des sciences, 1879.
16ij TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ment illettré, il s'empressera de saisir un crayon et du
papier pour pouvoir, de cette façon, exprimer sa pensée.
À l'inverse, donc, des aphasiques ordinaires par lésions
organiques du cerveau, chez lesquels l'intelligence a très
fréquemment subi une sérieuse atteinte, le muet hystérique
se rend un compte très exact de sa situation ; de
plus, il n'a ni cécité ni surdité verbales, à moins qu'il ne
soit sourd véritablement, à l'instar des malades dont
Délie (1), Bail (2), Menclel (3), Lemoine (4), Cartaz (5),
Francotte (6) et peut-être Ingalls (7) ont rapporté les observations.
Il est vrai qu'il s'agit là de cette surdité hystérique
sensorielle que nous avons déjà décrite (t. I, p. 188)
et qui n'a rien à voir avec la surdité verbale.
Les cas de surdi-mutité hystérique sont, du reste, peu
fréquents, puisque Lemoine, qui ignore le cas de Mendel,
paraît n'en avoir pas rencontré dans la littérature. Il faut
dire aussi que le malade de Bail, qui présenta à plusieurs
reprises des phénomènes indéniables de surdi-mutité hystérique,
avait été considéré comme atteint d'ischémie
cérébrale fonctionnelle.
Nous avons dit que les muets hystériques conservaient
le pouvoir de traduire leur pensée par l'écriture. Cependant
il n'en est pas toujours ainsi, et Yagraphie est notée
dans certains cas, à la vérité, exceptionnels.
(1) Délie, Revue mens, de laryngologie, 1886, n° 10.
(2) Ball, Considéi-ations sur l'ischémie cérébrale fonctionnelle. L'Encéphale,
n° 1, 1887.
(3) Mendel, Surdi-mutité hystérique. Berl. klin. Wochenschrift, 8 août
1887.
(4) Lemoine, Un cas de surdi-mutité hystérique. Médec. moderne, 31 mai,
3 juin 1893.
(5) Cartaz, Deux cas de surdité hystérique. Revue de laryngologie de
Moure, 1 er juin 1894.
(6) Francotte, Surdi-mutité hystérique guérie par suggestion à l'état de
veille. Mercredi méd., 3 oct. 1894, n° 40, p. 477.
(7) Ingalls, Aphonie et surdité hystérique. Pan-American med. Congres*.,
septembre 1893.
DE L'HYSTERIE. 167
Le premier exemple de cette forme paraît avoir été
rapporté par M. Charcot dans ses Leçons du mardi (1) à la
Salpêtrière. Le fait est fort intéressant, car il prêtait singulièrement
à la confusion avec l'aphasie d'origine organique.
Il s'agit dune femme de trente-trois ans qui fut
frappée, à la suite de contrariétés, d'une attaque d'apoplexie
hystérique d'où elle sortit avec une hémiplégie
droite qui, se dissipant, laissa après elle un mutisme
absolu et de l'agraphie. Celle-ci, d'abord complète, se
limita ensuite à un certain nombre de lettres. La malade
présentait en outre un spasme glosso-labié qui, simulant la
paralysie faciale, ajoutait encore à l'aspect organique de
l'affection.
M. Lépine (2) a rapporté un deuxième exemple de mutisme
avec agraphie. Cette fois, l'hémiparésie avec hémianesthésie
légère siégeait à gauche. Non seulement son
malade était dans l'impossibilité de tracer les lettres de
l'alphabet, mais encore il ne pouvait les copier; il n'existait
pourtant pas de cécité verbale; la guérison survint
subitement.
MM. Ballet et Sollier (3) ont repris l'étude de l'agraphie
hystérique en publiant l'observation très étudiée
dune femme de trente-trois ans chez laquelle, disent-ils,
« l'agraphie a été des plus nettes et a persisté plus de
quinze jours, complète d'abord, puis ne se manifestant
plus que par de la paragraphie » . Ils essayent même, chemin
faisant, de différencier l'agraphie hystérique de l'agraphie
par lésions organiques du cerveau (4).
« L'agraphie, disent-ils, peut se montrer, d'une façon
très nette et persistante, au cours du mutisme hystérique.
(1) Leçons du mardi a la Salpêtrière, 1887-88, p. 363.
(2) Lépine, Mutisme hystérique ; agraphie. Revue de médecine, 10 octobre
1891, p. 895.
(3) Ballet et Sollier, Sur un cas de mutisme hystérique avec agraphie
et paralysie faciale systématisée. Revue de médecine, 10 juin 1893, p. 532.
(4) Voir aussi Goix, Sur la distinction de l'amnésie verbale et de l'aphasie
sensorielle ; cas d amnésie verbale chez un hystérique. Journ. des se.
méd. de Lille, 24 février 1893.
168 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Elle parait tenir non pas, comme dans le cas d'une lésion
organique, à la perte des images verbales graphiques ou
visuelles, mais simplement au défaut de la synthèse psychique
de ces images qu'exige l'écriture courante. »
De même, pour MM. Ballet et Sollier, peut-on observer,
dans l'hystérie, de la paralysie faciale au lieu et place du
spasme glosso-labié dont on note si fréquemment l'existence
chez les muets hystériques. Cette paralysie jouerait
un rôle important dans l'aphasie hystérique, car « elle
peut être systématisée pour certains mouvements spéciaux,
tels que ceux nécessaires à l'articulation de la parole » .
Quoi qu'il en soit de ces explications, le mutisme hystérique
est donc susceptible de s'accompagner d'agraphie,
qu'il ne faudrait pas confondre avec un trouble particulier
de l'écriture signalé chez un malade de Ladame (1), où un
tremblement du membre supérieur droit mettait obstacle
à la bonne formation des lettres.
L 'évolution du mutisme hystérique est presque toujours
la même. Il se termine par la guérison, celle-ci survenant
de deux façons, ou lentement, ou bien, plus souvent, d'une
manière brusque, comme il est né d'ordinaire. Dans le
premier cas, le malade présente fréquemment, comme
indices du retour à la fonction normale, les phénomènes
du bégayement hystérique, dont nous allons bientôt faire
une étude spéciale.
La durée du mutisme est très variable. Dans le cas de
Sédillot que nous avons rapporté, la malade resta muette
pendant douze ans, ce qui ne l'empêcha pas de guérir
presque subitement. La parole ne revint qu'au bout de
cinq ans dans un cas de Johnston, de treize mois(Wernter),
d'un an (Widermeister). En regard de ces faits, on trouve
des observations beaucoup plus nombreuses où le mutisme
(1) Ladame, L'attaque hystérique d'aphasie et la simulation. Centralblatt
f. Nervenh. u. Psych., juin 1892, p. 241.
DE L'HYSTERIE. 169
ne dura que quelques jours ou quelques heures. Il faut
aussi tenir compte de ce que, pendant une période qui
semble continue, le mutisme peut être intermittent; tel le
cas de Mendel où la malade, atteinte de surdi-mutité hystérique,
pouvait parler de six heures à neuf heures du
matin.
Le pronostic est donc généralement bénin, mais les récidives
sont fréquentes, les malades, suivant une loi bien
connue en matière d'hystérie, ayant une tendance marquée
à retomber dans le mutisme à propos des moindres
causes (1), et cela à l'exclusion des autres manifestations
de la série hystérique.
Quant au diagnostic, il est presque toujours facile, si l'on
se reporte à la description si caractéristique que Gharcot
en a donnée. Le doute pourrait seulement exister lorsqu'il
y a coïncidence du mutisme, avec ou sans agraphie, avec
une hémiplégie droite accompagnée de paralysie faciale
ou de spasme glosso-labié. On penserait alors à une lésion
organique. Mais le diagnostic serait alors surtout à établir
entre l'hémiplégie hystérique et l'hémiplégie par lésion
cérébrale ; c est une question qui a été traitée en son lieu
et place et sur laquelle nous ne reviendrons pas. La coexistence
fréquente de l'hémianesthésie, la conservation de
l'intelligence, jointes aux caractères si spéciaux du mutisme,
la constatation du spasme glosso-labié au lieu et
place de la paralysie faciale, rendront le plus souvent inutiles
des investigations prolongées.
D'après ce que nous venons de dire, on voit que le mutisme
est rarement une manifestation monosymptomatique
de l'hystérie (2), ce qui permettra de déjouer la simulation,
à laquelle il faut penser dans certains cas (3), le mutisme
(1) Caradeschi, Un caso di mutismo isterico periodico in rapporto col
periodo menstruale. Gaz. d.ospedal., n° 96, 1893.
(2) Shaw, Hysterical trembling, stammering and mutism, Int. Clin.
Philadelphia, 1893, 3e série, t. Ilï, p. 118.
(3) Catrin, Cas de mutisme hystérique simulé. Lyon médical, n° 37,
1889.
170 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
hystérique étant susceptible, paraît-il, d'entraîner la réforme
du service militaire, ainsi que Tartière (1) en a
rapporté un exemple. De ce fait, certaines personnes pourraient
avoir intérêt à le simuler.
Charcot n'a pas manqué d'envisager cette éventualité.
La question de la simulation, dit notre maître, « n'a
peut-être pas une importance capitale quand il s'agit d'une
pure question de diagnostic, en ville ou à l'hôpital ; on
peut alors faire fausse route sans qu'il en résulte pour le
malade de grands inconvénients.
« Mais il n'en serait pas de même dans l'armée, par
exemple, ou encore chez les individus en prévention judiciaire.
L'entêtement dans les idées de simulation pourrait
conduire ici à commettre des injustices criantes ; à employer,
je le suppose, des moyens quelque peu barbares,
comme , par exemple , la faradisation à toute volée du
larynx, qui, vous le savez, n'est pas, tant s'en faut, sans
danger. Aussi est-il de mon devoir de vous faire remarquer
que, dans la circonstance, la simulation est peut-être
plus facile à dépister qu'on ne le croit généralement. Peu
de simulateurs , on en conviendra , seraient de lorce à
réunir et à exhiber, dans un but de supercherie, tous les
symptômes que nous a révélés l'histoire naturelle du mutisme
hystérique, sans rien ajouter de leur propre cru à
cette symptomatologie si complexe et si spéciale à la fois.
« En général, peut-être pourrait-on dire forcément, le
simulateur est un fantaisiste. Il imagine volontiers, il brode
et exécute des fioritures. »
Et à propos de la possibilité de la simulation chez les
prévenus judiciaires, M. Charcot cite le cas d'une malade
inculpée d'infanticide que nous eûmes l'honneur d'examiner
avec lui à Saint-Lazare, de concert avec notre
maître, M. le professeur Brouardel. La malade, hystérique
confirmée, atteinte de mutisme, était considérée comme
une simulatrice, parce qu'elle ne répondait pas aux ques-
(1) TATtTrÈRE, Observation d'un soldat atteint de mutisme hystérique et
réformé. Gaz. Iiebd. de méd. et de chir., n° 33, 10 août 1889, p. 529.
DE L'HYSTERIE. 171
tions du juge d'instruction. Par contre, elle écrivait et, de
ce fait, avouait son crime ; il est vrai qu'à cette époque
(1885) on ne connaissait que très imparfaitement l'affection
que nous venons de décrire (1).
On ne confondra pas non plus le mutisme hystérique
avec celui qu'on observe chez les aliénés (2). Le malade,
qui est sous l'influence d'une idée délirante , est aussi
sobre de gestes que de paroles, ce qui, nous l'avons vu,
est le contraire de ce que l'on observe dans l'hystérie.
Dans sa Leçon du mardi 24 avril 1888 (3), M. Gharcot
présentait à ses auditeurs de la Salpêtrière trois malades
atteints de mutisme hystérique. Le premier offrait le type
de cette manifestation ; le deuxième avait un certain degré
d'agraphie ; le troisième va nous intéresser plus particulièrement.
En l'étudiant, M. Charcot établissait que, souvent,
les crises de mutisme étaient précédées ou suivies
d'un bégayemeni qui pouvait, dans un premier cas, n'être
autre que du bégayement simple, ou bien devait être
attribué, comme chez son malade, à de l'aphasie motrice
réelle, mais moins marquée que dans les cas de mutisme
(1) Rapportons un détail inédit concernant cetîe malade, et qui a son
importance. Une nuit, ses compagnes de dortoir l'entendirent apostropher
vivement, a haute voix, un gros chat qui s'était aventuré sur son lit. On en
conclut que le mutisme était simulé. II n y avait cependant là rien que
d'analogue à ce que nous verrons existerdansl'aplionie, où l'expression vocale
des rêves peut être conservée. Le mutisme étant sous la dépendance d'une
perturbation des centres encéphaliques, le malade peut, sous l'influence d'une
vive émotion, par exemple, sortir momentanément de son mutisme, prononcer
automatiquement, pour ainsi dire, quelques mots pour redevenir aussi
muet que devant, la cause incitatrice ayant disparu. La guérison du mutisme
reconnaît souvent un semblable mécanisme. Il faut toujours avoir présent à
l'esprit que le larynx reste constamment apte à remplir ses fonctions ; seul
l'influx nerveux parti du cerveau fait défaut; les mouvements de la langue
sont conservés, mais, comme dans l'aphasie, l'articulation des mots, phénomène
spécialisé, reste impossible. (G. T.)
(2) Moret, Contribution à l'étude du mutisme des aliénés. Th. Paris,
1890. — SÉglas, Mutisme mélancolique. Arch. de Neurol., 1891, p. 267.
(3) Leçons du mardi a la Salpêtrière, 1887-88, 24 avril 1888, p. 357.
172 TRAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
vrai, où l'aphasie est complète ; il n'y avait là qu'une
question de plus ou de moins.
« Ce n'est pas seulement du bégayement, disait-il, qu'on
observe chez le malade ; c'est une véritable aphasie marquée
par l'oubli de certains mots et de fragments de mots,
surtout lorsque ceux-ci sont longs. Cela rappelle donc ce
qui se voit fréquemment dans les aphasies organiques ;
seulement nous n'observons pas chez notre malade qu'un
mot soit prononcé jamais au lieu d'un autre, contrairement
à ce qui s'observe assez vulgairement quand l'aphasie
reconnaît pour point de départ une lésion en foyer (paraphasie)...
H y a donc, dans ce cas, non pas simple bégayement,
mais véritable aphasie motrice polysyllabique, et
c'est justement là ce que j'ai voulu faire ressortir... La
conclusion de tout cela, c'est que le mutisme hystérique
peut, dans quelques cas, s'accompagner d'un certain degré
d'agraphie et, dans d'autres cas, d'un certain degré d'aphasie
monosyllabique. Après cela, il faut s'attendre à voir le
mutisme hystérique se combiner avec la cécité ou la surdité
verbales. Cela ne s'est pas encore vu, que je sache;
mais cela ne se verra-t-il jamais? C'est là une question
que les observations ultérieures permettront seules de résoudre.
»
Nous ne connaissons pas encore aujourd'hui d'observation
de mutisme hystérique s'accompagnant de cécité ou
de surdité verbales, mais les faits d'aphasie polysyllabique
ou de bégayement de même origine se sont multipliés, et
si, en 1888, M. Charcot admettait déjà deux variétés de
cette manifestation, il semble qu'il y ait peut-être place
encore pour plusieurs autres , de telle sorte qu'actuellement,
au moins, cette question ne manque pas d'être assez
confuse.
Procédons chronologiquement. M. Ballet (1), soit seul,
(1) Ballet, Du béqayement hystéi-ique. Bull, et Mém. de la Soc. méd.
des hôp., séances du 11 octobre 1889 et 4 juillet 1890. — Ballet et Tissiek,
Du bégayement hystérique. Arch. de Neurol., juillet 1890, n° 58,
p. 1.
DE L' HYSTERIE. 17 3
soit avec M. Tissier, est un des auteurs qui ont le mieux
étudié le bégayement hystérique, dont il rapporte trois
observations dans son dernier mémoire.
Le bégayement peut servir de prodrome au mutisme,
lui être consécutif ou s'installer d'emblée. Dans ces trois
cas, dit M. Ballet, il est susceptible « d'évoluer, indépendamment
du mutisme, et alors il peut débuter soit insidieusement
sans cause apparente, ou bien survenir à la suite
d'une perte de connaissance et vraisemblablement, quoique
nous ne l'ayons pas observé, d'une attaque convulsive.
Peut-être existe-t-il dans ces cas une période aphasique
assez courte pour échapper au malade...
« Les troubles de la prononciation, qui constituent le
bégayement hystérique, sont plus ou moins prononcés ; pris
en détail, ils n'ont rien d'absolument fixe, et c'est surtout le
caractère général de la parole, le rythme de la prononciation,
qui donnent à cette variété de bégayement son aspect
particulier, sa physionomie propre.
« Aussi, autant il est simple de reconnaître le bégayement
hystérique, lorsqu'on l'a entendu une fois, autant il
est difficile de le décrire exactement et d'en bien faire
ressortir les nuances.
« Les troubles de la prononciation portent à la fois sur
les lettres prises individuellement, sur les différentes syllabes
des mots un peu longs et sur les mots qui composent
la phrase.
« Les malades ne peuvent émettre les sons simples
qu'en les faisant précéder d'une consonne, habituellement
la même pour toutes les voyelles, ou en les aspirant, ou
bien encore en les répétant plusieurs fois. »
La fatigue et l'émotion accentuent beaucoup le vice de
la parole. Celui-ci peut disparaître au moins partiellement
lorsque, au lieu de faire parler, on fait chanter le malade.
MM. Ballet et Tissier ont toujours vu le bégayement s'accompagner
« de troubles de la motilité de la langue : parésie,
déviation spasmodique, tremblement » , fait égale17-
4 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ment noté par Kramer (1). Par contre, il n'existait rien
d'analogue du côté du larynx.
A tenir compte de ces phénomènes moteurs, on voit qu'il
ne s'agirait pas toujours là d'aphasie vraie, et, comme ils
sont variés, on comprend que les troubles de la parole
dans l'hystérie soient souvent complexes.
La même année que MM. Ballet et Tissier, M. Pitres (2)
s'occupait, lui aussi, de cette question et admettait également
la complexité des troubles du langage chez les hystériques.
« Le bégayement, le bredouillement, le zézayement et,
d'une façon générale, tous les vices de l'articulation qui
dépendent de contractions spasmodiques des muscles
phonateurs se développent fréquemment, dit-il, à l'occasion
démotions morales vives et se comportent par la
suite comme de véritables accidents hystériques. Ils peuvent
résister pendant des années aux traitements les plus
rationnels et disparaître subitement, sous l'influence dune
nouvelle émotion morale, ou par l'effet d'une de ces méthodes
curatives qui appartiennent plutôt à la médecine
d'imagination qu'à la thérapeutique physiologique. »
M. Pitres, on le voit, attribue un rôle important à la
contracture spasmodique des muscles phonateurs dans la
pathogénie de certains troubles du langage. Mais à ces
causes déjà complexes il faut encore ajouter, suivant lui,
l'influence du spasme des muscles inspirateurs.
Il a observé une dame qui, à la suite d'une violente
émotion, fut prise d'un spasme inspiratoire qui détermina
des troubles du langage tout à fait singuliers (3)
.
« Quand elle restait silencieuse, sa respiration était
régulière, mais aussitôt qu'elle se disposait à parler, ses
muscles inspirateurs étaient pris de secousses convulsives
(1) Kiumer, Ueber hysterisches Stottern. Prager med. Wochenschrift,
8 août 1891, n° 14.
(2) Pitres, Du mutisme et du bégayement hystériques. Revue de laryngologie,
1er décembre 1890, et Leç. cliniques sur l' hystérie et l' hypnotisme,
t. I, 28e lec., 1891, p. 367.
(3) Leç. clin, sur V hystérie, 26e leç., t. I, p. 352.
DE L'HYSTERIE. 175
qui lui coupaient la parole. Il lui était impossible de prononcer
une phrase ; à peine pouvait-elle dire précipitamment
et à voix basse quelques mots entrecoupés et difficilement
intelligibles. Ce spasme a persisté trois ans et a
fini par guérir en s'atténuant progressivement.
« Dans d'autres cas, le spasme se traduit par la production
d'une sorte de bégayement obligeant les malades à
répéter, malgré leur volonté, certaines syllabes. »
Trousseau (1) rapporte un exemple très net de ce trouble
de la parole. Il s'agit d'une hystérique qui, à la suite d'une
peur, fut prise de convulsions saccadées des quatre membres
accompagnées « d'une sorte de bégayement singulier,
consistant en ce qu'elle répétait avec une volubilité
extraordinaire et pendant un temps assez long, sans s'arrêter,
les dernières syllabes des mots qu'elle essayait de
prononcer; les premières syllabes étaient émises avec
peine » .
M. G. -H. Hammond (2) a observé un cas qui nous
semble avoir des analogies avec celui rapporté par Trousseau.
« La particularité du langage, dit-il, consiste en une
soudaine explosion dans l'émission des mots et la rapidité
avec laquelle ils se suivent. Un mot suit l'autre si vite que
le temps n'est pas suffisant pour renonciation propre de
chaque syllabe. »
Lorsque la malade de M. Pitres chantait, le spasme
inspiratoire ne se produisait pas, et alors rien ne pouvait
faire soupçonner une modification de la parole, particularité
qui n'est pas rare dans les troubles que nous décrivons
et dont Druène (3) a rapporté un exemple. Par
contre, dans la première des observations de ce dernier
auteur « le chant était impossible » .
(1) Trousseau, Clinique médicale de l Hôtel-Dieu, 3e édit. , 1868, t. II,
p. 261.
(2) G. M. Hammond, A supposed hysterical abnormity of speech. N.-Y.
med. Journal, 10 déc. 1892, p. 665.
(3) Druene, Contrib. à l'étude de l'hystérie. Du bégayement chez les
hystériques. Th. Paris, 1893-94, obs. II.
17(3 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Notons enfin que dans certains cas, que nous retrouverons,
il peut exister une scansion de la parole assez marquée
pour contribuer à la simulation de la sclérose en
plaques par la névrose.
A un autre point de vue, M. Pitres émettait l'opinion
que certains bégayements tardifs considérés comme congénitaux
pouvaient peut-être être attribués à l'hystérie.
Évidemment, les cas étudiés plus particulièrement par
MM. Ballet et Tissier et par M. Pitres étaient fort dissemblables.
C'est ce que fit ressortir M. Chervin (1) dans un
article où il discuta longuement le terme de « bégayement »
que ces auteurs appliquaient à quelques-uns — et non à
tous comme il semblait le croire — des troubles du
langage qu'ils avaient observés.
Aussi M. Ballet (2) lui répondit-il avec beaucoup
d'à-propos que, pour définir les troubles de l'articulation
qu'il avait décrits, il avait eu recours « à la dénomination
qui, en l'état de la nomenclature, donne le mieux l'idée
du plus constant de leurs caractères... Sans doute, ajoutait-
il, le bégayement hystérique n'est pas identique au
bégayement vulgaire. Mais le mutisme hystérique de
M. Charcot n'est pas non plus le même que le mutisme
congénital. L'appellation dont s'est servi M. Charcot n'en
est pas moins entrée dans le langage courant. Ceux qui
sont au fait des choses de la clinique savent ce qu'elle
signifie. Et c'est la qualité essentielle d'une dénomination
en médecine. »
Nous avons tenu à exposer les faits, sous forme d'une
discussion, pour montrer combien sont variés et souvent
(1) Chervin, A^propos du bégayement hystérique. Examen des observations
de MM. G. Ballet et Pitres. Arch. de Newol., mai 1891, u° 63,.
p. 365.
(2) Ballet, Note'à l'occasion du mémoire de M. Chervin. Arch. de Neur.,
1891, P . 374.
DE L'HYSTERIE. 177
peu comparables entre eux les troubles du langage chez
les hystériques.
Résumant cette discussion, nous dirons que, dans une
première catégorie nettement tranchée, il faut placer les
phénomènes catalogués par Gharcot sous le nom de mutisme
hystérique, véritable aphasie motrice avec ou sans
jigraphie, cette dernière étant rare. La cécité et la surdité
verbales paraissent encore inconnues dans l'hystérie, à
moins qu'on n'y fasse rentrer les quelques observations
publiées de surdi-mutité, manifestation dans laquelle le
trouble porte sur la perception des sons vrais, et non sur
les sons considérés comme signes conventionnels du langage.
A côté de cette forme il faut placer une variété assez
fréquente de bégayement, laquelle n'est qu'un corollaire
du mutisme, puisqu'il s'agit encore là d'une aphasie polysyllabique,
mais non totale.
Dans une troisième catégorie, il paraît s'agir surtout de
troubles du langage attribuables non plus à l'appareil
générateur, mais bien à des modifications de l'appareil
récepteur. Tels sont les cas dans lesquels il existe une
paralysie faciale, un spasme glosso-labié (1), ou des contractures
associées (2) , ou un spasme des muscles masticateurs
comme dans la troisième observation de Leuch (3)
.
La scansion de la parole semble aussi devoir être attribuée
à des troubles variés de même ordre qui souvent échappent
à l'interprétation (4).
(1) Badeker, Seltenere Formai von Sprachstorungen bei Hystérie. Charité
Annalen, XVe année, 1890, p. 373, obs. II.
(2) Strassmasn, Fin Fall von hysterischen Aphasie bei einem Knabe
combinirt mit facial is Paralyse, Trismus und Spasmus. Deuts. med. Wochens.,
mars 1890, p. 188.
(3) Leuch Beitraq zur hysterischen Stummheit. Miin. med. Wochens.,
25 mars 1890, p. 215.
(4) Souques, Contribution à l'étude des syndromes hystériques simulateurs
des maladies organiques de la moelle épinière. Th. Paris, 1891,
p. 13 et suiv.
Bibliographie complémentaire des troubles du langage chez les hystériques.
Treitel, Ueber acutes Stottern. Berl. klin. Woch. n° 45,
10 nov. 1890, p. 1041. — O. Rosesbacij, Ueber functionnelle Làhmung
m. 12
178 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Restent enfin les altérations du langage liées aux
spasmes inspiratoires décrits par M. Pitres, lesquels se
jugent par des phénomènes dont la description qui va
suivre nous révélera encore l'importance.
Les troubles que nous venons de décrire offrent un
caractère commun : ils affectent la fonction du langage,
l'articulation des mots. D'autre part, ils ont de la tendance
à s'établir d'emblée à l'état permanent.
Il n'en est plus de même de ceux que nous allons maintenant
étudier. La fonction du langage n'y est qu'accessoirement
troublée, les modifications respiratoires occupant
ici la première place. De plus, ces phénomènes, au lieu de
der sprachlichen Lautgebung. Dents, med. Wochens., n° 46, 1890. —
Peltesohn, De l'apsithyrie, mutisme hystérique. Berl. kl. Wocli. , 28 juillet
1890, p. 681. — DavydOFF, Mutisme hystérique. Arch. psychiat.,
Charkov, 1891, t. XVII, p. 1. — Biolet, Quelques considérations sur le
mutisme hystérique. Th. Paris, 1891. — Ficano, Mutisme hystérique ;
guérison par suggestion à l'état de veille. Gazz. d. ospedali, 11 oct. 1891,
n° 80. — P. Eders, Zur Casuistik der hysterischen Sprachstorungen.
Th. Munich, 1891, 21 p. — Regnery Jacob, Mutismus hystericus, 1891,
in-8°, 28 p. (Th.) (?) — Troisier, Mutisme hystérique. Soc. méd. des hop.,
8 avril 1892. — Rendu, Aphasie hystérique. Union médicale, 1892, p. 810. — Hicier, Bégayement hystérique. Gaz. lek. Varsovie, 2e sér., t. XII,
p. 805, 1892. — Ficano, Sopra uno caso di mutismo isterico. Atti. dello
Congresso del. Soc. ital. di Laringol., Florence, 1892, p. 210. —Chabbert,
Deux cas de bégayement hystérique chez des dégénérés. Progrès méd., n° 8,
25 février 1893, p. 137. — Trapeznikof, Cas d'aphasie d'origine hystérique.
Russk. med., Saint-Pétersbourg, n° 18, p. 79, 1893. — Gadziacki, Un
cas de mutisme hystérique guéri spontanément. Soc. de psychiatrie de
Saint-Pétersbourg, séance du 17 avril 1893. An. in Rev. Neurol., n° 14,
31 juillet 1893, p. 403. — Voroïinski, Mutisme hystérique. Soc. des
neuropathologistes de Kazan, 1893. An. in Médecine moderne, n° 102,
23 déc. 1893, p. 1239. — Kayser, Zur Thérapie der liyslerisclien Stummheit.
Therap. Monats., Berlin, 1893, t. VII, p. 500. — Ringiek, Ein
Fait von hysterischer Mutismus, Zeitsch. f. Ilypnotismus, Berlin, 1893-94,
t. II, p. 143. — Remak, Cas de bégayement hystérique. Soc. psychiat. de
Berlin, 21 mai 1894. — Pope, Ou a case of hysterical alexia cured by
suggestion. N.-Orléans med. andsurg. Journ., n° 6, 1893-94, t. XXI, p. 814. — Gioffredi, Mutismo isterico guarito con l'eterizzazione. Progresso
med., Naples, 1894, t. VIII, p. 119.
DE L'HYSTERIE. 170
présenter dès leur apparition un caractère de permanence,
revêtent constamment des allures paroxystiques. Cependant,
toutes ces manifestations ont incontestablement une
même origine centrale.
Briquet range les phénomènes dont nous allons donner
la description dans la catégorie des spasmes respiratoires ,
terminologie que nous adopterons sans nous préoccuper
de sa valeur physiologique.
A cette dénomination, M. Pitres (1) ajoute avec raison
celle de rythmique, et il propose de répartir ces spasmes rythmiques
respiratoires dans trois groupes qui comprennent :
« 1° Les spasmes respiratoires simples, dans lesquels les
secousses convulsives surviennent exclusivement pendant
l'inspiration ou pendant l'expiration;
« 2° Les spasmes respiratoires mixtes, dans lesquels les
mouvements physiologiques d'inspiration et d'expiration
sont tous les deux modifiés par l'intervention des convulsions
;
« 3° Les spasmes respiratoires compliqués, dans lesquels
les secousses convulsives intéressent à la fois les muscles
delà respiration et de la phonation. »
« Les spasmes respiratoires simples, dit-il, sont de beaucoup
les plus fréquents. Ils doivent être subdivisés en deux
variétés distinctes : a) les spasmes expiratoires, qui déterminent
des phénomènes plus ou moins analogues à la toux
ou au renâclement; b) les spasmes inspiratoires , qui donnent
lieu à des phénomènes ressemblant au hoquet ou au reniflement.
»
Charcot (2) estime, lui aussi, qu'il faut faire jouer un
grand rôle dans la production de ces phénomènes aux
spasmes des muscles de la respiration. Il attribue à ces
(1) Pitres, Leçons cliniques sur l'hystérie et l'hypnotisme, t. I, 1891,
26e leçon, p. 235.
(2) Charcot, Toux et bruits laryngés chez, les hystériques, les choréiques,
les tiqueux, et dans quelques autres maladies du système nerveux.
Semaine médicale, 15 sept. 1886. — Bulletin médical, 15 sept. 1886. —
Clinique des maladies du système nerveux, t. Iï, appendice, p. 443.
180 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
manifestations la dénomination générale de bruits laryngés,
parce que, dit-il, « le larynx prend part nécessairement à
leur production; mais, ajoute-t-il, il va sans dire que les
muscles d'expiration et d'inspiration entrent également
en jeu, en même temps parfois que les voies aériennes
supérieures : voile du palais, pharynx, etc. Au point de
vue du mécanisme qui préside à leur production, ces
bruits ou sons peuvent être ramenés à deux chefs. Les uns
sont expiratoires et faits sur le modèle de la toux. La toux
consiste, vous le savez, en une série d'expirations brusques
produisant un bruit particulier par suite du passage violent
de l'air expiré à travers la glotte. La toux hystérique,
d'ailleurs, représente un type fondamental dans ce premier
groupe. Les autres bruits sont, au contraire, inspiratoires
et faits sur le modèle du hoquet, lequel consiste
essentiellement, vous le savez, en une contraction subite
du diaphragme suivie d'un bruit laryngé rauque. »
C'est, on le voit, à peu de chose près, la classification
adoptée par M. Pitres : elle s'appuie dans tous les cas sur
les mêmes bases.
« Mais, quel que soit le mécanisme du bruit, dit Charcot
(qui se place surtout au point de vue clinique), celui-ci,
toujours inarticulé, peut se présenter sous des formes très
variées s'éloignant quelquefois beaucoup, en apparence
du moins, du type toux (lussis) ou du type hoquet (singultus).
Ces formes sont désignées communément, d'après la ressemblance
plus ou moins exacte qu'elles présentent avec
les bruits, sons, cris, qui servent de moyens d'expression
à divers animaux. C'est ainsi que vous entendrez parler
chez les hystériques : 1° des aboiements et des hurlements;
2° des miaulements; 3° des grognements, des mugissements,
etc., en souvenir des bruits correspondants qui se
produisent à l'état physiologique chez les chiens, chats,
porcs, boeufs ou vaches, etc. »
La ressemblance est parfois assez frappante « pour qu'il
y ait même quelques bonnes raisons de croire que les cris
d'animaux transportés chez l'homme sont, dans certains
DE L'HYSTÉRIE. 181
cas au moins, la conséquence d'une imitation involontaire,
automatique, le fait, en un mot, delà contagion nerveuse,
comme on l'appelle. »
C'est à un phénomène inconscient d'imitation qu'il faut
rapporter les cas analogues à celui relaté par M. Blachez
(1) « dans son travail sur ce qu'il appelle la chorée du
larynx et où il s'agit d'un enfant de six ans. A la suite
d'une bronchite légère, il avait été pris tout à coup d'un
cri grave, éclatant, tout à fait analogue au bêlement d'une
de ces chèvres mécaniques avec lesquelles les enfants
aiment à jouer. Ici il s'agit de l'imitation d'un objet inanimé,
ou animé seulement par un ingénieux mécanisme. »
Mais, quelle que soit la forme qu'affectent les bruits
laryngés des hystériques, ils présentent un certain nombre
de caractères communs qui les rattachent les uns aux autres
et permettent de les considérer comme constituant un
groupe naturel.
Il y a donc tout intérêt à donner une description générale
de ces caractères, afin d'éviter des redites. Nous l'empruntons
en partie à la remarquable étude que Lasègue
a donnée en 1854 de la toux hystérique (-2). Nous nous
étendrons immédiatement quelque peu sur ce type du
spasme expiratoire, pour n'avoir plus besoin d'y revenir.
La toux et les autres bruits laryngés ou spasmes respiratoires
se présentent presque toujours sous la forme paroxystique,
bien qu'à un certain degré ils offrent les allures
d'un état permanent.
Mais ici la permanence ne doit pas être prise dans le
même sens que lorsqu'il s'agit des troubles du langage précédemment
décrits : le muet ne peut parler, ou il ne peut
(1) Blaohez, Chorée du larynx. Gaz. hebd. de me'd. et de chir., n° 42,
p. 692, 1883.
(2) Lasègue, De la toux hystérique. Ai-ch. gén. de médecine, mai 1854,
p. 513
182 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
s'exprimer qu'en bégayant, et cela d'une façon continue.
Ici les secousses de la toux dite permanente ne se montrent
qu'à intervalles variables, à divers moments de la journée,
à des heures parfois fixes.
Les secousses se groupent en se répétant successivement
au nombre de trois ou quatre ou davantage, c'est-à-dire
suivant un rythme ternaire ou quaternaire caractéristique.
Les secousses isolées, ou même les groupes de secousses,
sont séparés les uns des autres par des intervalles
sensiblement égaux. Ajoutons que ces bruits cessent toujours
pendant le sommeil.
Sur cet état, qui pour être permanent n'est pas continu,
se greffent des paroxysmes très intéressants à étudier. Ce
sont en réalité de véritables crises ou attaques auxquelles
les secousses de toux donnent un cachet particulier, crises
qui, à l'instar de tous les paroxysmes hystériques, sont
précédées des phénomènes céphaliques de l'aura vulgaire
et peuvent se terminer par une période délirante ou être
entrecoupées ou suivies de véritables convulsions. Rien ne
manque en somme au paroxysme, pas même l'émission
d'une urine claire et abondante, et l'analyse des vingtquatre
heures, ainsi que nous l'avons démontré avec M. Cathelineau
(1), se juge par des modifications entièrement
semblables à celles de la grande attaque. Ces considérations
sont applicables à toutes les variétés du paroxysme,
quelles qu'elles soient, tirant leur caractéristique des spasmes
respiratoires.
Malgré la fréquente répétition de ces bruits, malgré leur
intensité, le malade, chose remarquable, ne souffre pas de
dyspnée bien marqu ée ou de suffocation ; il en est quitte
pour un peu de fatigue respiratoire ou générale. D'ailleurs,
ce qui démontre bien l'origine centrale de tous ces phénomènes,
c'est qu'ils n'entraînent pas avec eux de troubles
de la sécrétion laryngée, trachéale ou pulmonaire, ne déterminent
pas de signes stéthoscopiques particuliers,
(1) La nutrition dans l'hystérie, op. cit., p. 41.
DE L'HYSTÉRIE. 183
contrairement, dit P. Raugé (1), à ce que l'on observe
généralement dans les autres névroses du larynx. Il ne faut
pas oublier, cependant, que la toux ou les bruits hystériques
peuvent se développer à l'occasion dune laryngite
ou d'une bronchite légère qui tiendraient directement
sous leur dépendance les modifications organiques qu'on
pourrait alors observer du côté de l'appareil respiratoire.
La toux et les autres bruits laryngés hystériques se développent
rarement après vingt-cinq ans, ainsi que l'a
établi Lasègue. Suivant lui, les filles seraient atteintes à
l'exclusion des garçons, ce qui n'est pas exact: la proportion
paraît seulement plus considérable pour le sexe féminin
que pour le sexe masculin.
Toutes ces déterminations sont, au premier chef, des phénomènes
d'hystérie locale ; en d'autres termes, elles ont
une tendance marquée à subsister chez l'hystérique à l'état
d'isolement sans accompagnement des stigmates. Cependant,
une recherche minutieuse, attentivement poursuivie,
décèlera fréquemment l'existence de quelques-uns d'entre
eux : anesthésie sensitivo-sensorielle, rétrécissement du
champ visuel, etc. On comprend tout le parti qu'on pourra
tirer de la constatation de ces stigmates, même isolés, pour
le diagnostic. Car des bruits laryngés plus ou moins analogues
aux bruits hystériques peuvent s'observer, en particulier
dans la chorée de Sydenham, la maladie des tics
convulsifs, le paramyoclonus multiplex. Toutefois, ajoutons
que dans ces affections ils ne revêtent jamais l'allure
rythmique ou franchement paroxystique que nous avons
signalée.
Les bruits laryngés hystériques ont une évolution nettement
définie. Ils se développent le plus souvent dune
façon brusque, à la suite d'une émotion ou d'une attaque
convulsive, par exemple, et cessent fréquemment, de
même encore, à la suite d'une attaque. Dans tous les cas,
ils constituent une affection généralement très tenace,
(1) P. Raugé, De la toux nerveuse. Bulletin médical, p. 859, 867, 1891.
184 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
très rebelle, qui peut durer des semaines, des mois, des
années même, et dont un des caractères très particuliers,
on peut le dire, est de résister de la façon la plus obstinée
aux calmants ou aux sédatifs habituellement employés en
pareils cas. Enfin les récidives en sont très fréquentes.
La description générale que nous venons de donner,
tout en s'appliquant à la généralité des spasmes respiratoires,
concerne plus particulièrement, avons-nous dit, la
toux hystérique, dont Lasègue a fait une étude magistrale
en 1854.
Lasègue n'était pas le premier auteur qui se fût occupé
de cette question, et Sydenham avait déjà, en quelques
lignes, noté les principaux caractères de cette manifestation.
« D'autres fois, dit-il, la maladie se fixe dans les poumons,
où elle produit une toux très fréquente et presque
continuelle, mais sans aucune expectoration. Et quoique
cette toux hystérique ne soit ni aussi violente, ni aussi
douloureuse que celle qu'on nomme convulsive, elle donne
beaucoup moins de relâche. Cependant, elle est très rare
et survient principalement aux femmes pituiteuses. »
La lettre de Sydenham (1) à Guillaume Cole est datée
de 1681-] 682. A la même époque, Willis (2) donnait de la
toux hystérique une description qui, pour être plus incomplète,
ne mérite pas moins d'être signalée. Dans sa Pathologie
cérébrale, il rapporte l'observation d'unejeune fille chez
laquelle la névrose se traduisait par des spasmes, du gonflement
du ventre, des vomissements et des convulsions
d'une énergie telle que plusieurs hommes vigoureux
avaient peine à la maîtriser. Tous ces accidents disparurent;
mais ils furent, dans la suite, remplacés par un
symptôme nouveau : une toux violente, persistante, sans
(1) Sydenham, op. cit., tratl. Gault, t. II, p. 477.
(2) Willis, Pathologia cerebri, t. I. De morbis convulsivis, ch. vi, 1682.
DE L'HYSTERIE. 185
expectoration et ne s'arrêtant que pendant le sommeil de
la malade.
« Verum exinde novo, et plané admirando symptomate
tussi scilicet immani absque sputo dies etnoctes, nisi cum
somno obrueretur, perpetuo infestabatur. »
Sauvage ne consacre qu'une simple mention à cette toux r
et, dans sa Nosologie, pour plus ample description, il renvoie
à Sydenbam et à Willis : « Hystericoe » , dit-il, « tussim
siccam, pertinacem quandoque experiuntur, quoe lacticiniis,
exercitio, narcoticis est debellanda. »
En fait, il faut arriver au mémoire de Lasègue pour
trouver la première étude complète de la toux hystérique,
et sa description sert de base aux notions que nous possédons
sur les autres bruits laryngés. Brachet, Landouzy et
Briquet n'y ont rien ajouté de particulier.
En 187 4, Lafon (1) publiait, sous la direction de Lasègue
une bonne thèse dans laquelle il se montrait moins affirmatif
que son maître ne l'avait été sur quelques points particuliers.
Lasègue avait dit que « la toux hystérique non seulement
restait identique à elle-même pendant tout son cours,
mais encore qu'elle n'avait pas de tendances à se transformer
en d'autres formes d'hystérie » . Il mentionnait
cependant (p. 526) une observation, empruntée à Chomel,
dans laquelle les accès de toux avaient été remplacés, aux
heures où ils devaient venir, par des attaques d'hystérie
convulsive.
Lafon rapporte un autre cas (obs. III, p. 51), dans lequel
la toux alternait avec des vomissements. Peut-être
les provoquait-elle, car les secousses étaient si violentes
qu'il se fit une ulcération sublinguale. Il survint aussi une
attaque convulsive qui fut suivie de paraplégie complète
avec rétention d'urine.
Chez une autre malade (obs. VIII) dont l'histoire lui fut
communiquée par Charcot, il y avait coexistence d'aphonie.
(1) Lafon, De la toux hystérique. Th. Paris, 1874.
188 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
De plus, point important qui montre bien la parenté qui
unit les divers phénomènes laryngés ou respiratoires que
nous décrivons dans ce chapitre, la toux disparut pour
faire place dans un cas (obs. IV) à « un bruit nasal continu,
une sorte de ronronnement interrompu seulement seize fois
par minute par le besoin des inspirations et formant dans
l'intervalle un son de renforcement isochrone revenant six
ou sept fois en une seconde. Ce bruit nouveau persista
sans interruption autre que celle qui faisait cesser la toux,
c'est-à-dire au moment des repas et pendant le sommeil.»
Enfin, M. Hérard (1) a publié une observation dans laquelle
les quintes de toux, qui revêtaient l'aspect coqueluchoïde,
alternaient avec des crises d'éternuements qui se
terminaient quelquefois par une perte de connaissance qui
durait un quart d'heure. A signaler encore que parfois les
quintes de toux étaient suivies d'un crachement de sang
vermeil, peu abondant, qui fit pensera la tuberculose pulmonaire.
Nous retrouverons ces faits en traitant de l'hémoptvsie
hystérique.
Il n'en est pas moins certain, ainsi que Lasègue et Charcot
l'ont établi, que la toux est souvent une manifestation
monosymptomatique de l'hystérie.
Comme phénomènes du même ordre que la toux, nous
placerons encore dans les spasmes rythmiques expiratoires
les cris, aboiements, hurlements, simulant ceux que l'on
observe chez les animaux. Ils avaient vivement attiré l'attention
des anciens observateurs.
« C'est aux convulsions laryngiennes, dit Landouzy [op.
cit., p. 43), qu'il faut rapporter ces mille variétés de cris
obscènes chez les hystériques et qui simulent l'aboiement,
(1) Héiurd, Hystérie survenant à la suite d'une affection catarrhale
aiguë ; toux spasmodique, éternuements excessifs, spasme de la glotte, contracture
des extrémités, convulsions cloniques, etc. Union médicale, 12 janvier
1861.
DE L HYSTERIE. 187
les hurlements, les rugissements, le glapissement, le gloussement
dune poule et jusqu'au grognement du cochon
ou au coassement des grenouilles, etc. » Et il cite à ce
propos le passage suivant de Willis : Nnnc velut ranarum
coaxatus, nunc serpentium sibilos, crochus çorvorum, gallorum
cucurritus, latratus canum, etc. Lalratus, ejulalus, rugitus.
Aves ses secousses rythmiques, au nombre de quatre ou
cinq successives, on conçoit combien la toux hystérique
puisse simuler facilement l'aboiement d'un chien.
L'histoire de l'hystérie est remplie de ces crises d'aboiement
qui sévirent souvent à l'état épidémique, car, on le
comprend, rien ne frappe plus vivement l'imagination,
rien ne met mieux en oeuvre la contagion nerveuse que ces
aboiements paroxystiques. « La vue des angoisses d'aultrui,
dit Montaigne (2), m'angoisse matériellement et mon sentiment
souvent usurpe le sentiment d'un tiers. Un tousseur
continuel irrite mon poulmon et mon gosier. »
Delancre (1) donne la description saisissante d'une épidémie
d'aboiements qui sévit, en 1613, sur les femmes de
la commune d'Amou, près de Dax.
« C'est chose monstrueuse, dit-il, de voir parfois à
l'église, en cette petite paroisse d'Amou, plus de quarante
personnes, lesquelles toutes à la fois aboyent comme chiens,
faisant dans la maison de Dieu des concerts et une musique
si déplaisante qu'on ne peut même demeurer en prière;
elles aboyent comme les chiens font la nuit lorsque la lune
est en son plein, laquelle, je ne sais comment, remplit
alors leur cerveau de plus de mauvaises humeurs. Cette
musique se renouvelle à l'entrée de chaque sorcière qui a
donné ce mal à plusieurs ; si bien que son entrée dans
l'église en fait layra qui veut dire aboyer une infinité, lesquelles
commencent à crier dès qu'elle entre. »
Calmeil établit qu'il s'agissait là nettement d'une épi-
(1) Montaigne, Essais, liv. I.
(2) Delancre, cité par Calmeil, De la folie considérée sous le point de
vue pathologique, etc. Paris, 1845, t. I, p. 504.
188 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
demie d'hystéro-démonopathie. De semblables manifestations
se rencontrèrent d'ailleurs dans d'autres possessions
démoniaques. « Quant aux aboiements, dit-il, ou plutôt
aux hurlements que faisaient entendre malgré elles, et
jusque dans le sanctuaire de la dévotion, les femmes
d'Amou, pendant le paroxysme du mal de laïra, ils rappellent
l'espèce de ramage des fLles de Kintorp, le bêlement
des nonnes de Sainte-Brigitte, le concert miaulique
des orphelins d'Amsterdam: La maladie de laïra paraît
donc devoir se rapporter au même type que celle qui avait
été surtout répandue pendant le siècle précédent dans les
communautés du Nord. Il est à retenir seulement que les
femmes qui cédaient à Amou au besoin de pousser des
hurlements étaient, dit-on, exemptes de convulsions, tandis
qu'à Kintorp, à Nazareth et dans vingt autres localités,
c'étaient des convulsionnaires qui s'exerçaient à siffler, à
braire, à miauler, à aboyer. Du reste, la maladie de laïra
était épidémique et attribuée au sortilège ; c'était certainement
là une variété de l'hystéro-démonomanie. »
On notait parfois que pendant ces attaques d'aboiement
les malheureuses possédées, en proie à des hallucinations,
se croyaient véritablement changées en animaux dont elles
imitaient les cris. Elles se jetaient les unes sur les autres ou
se déchiraient elles-mêmes avec leur dents.
C'est ainsi que, parlant des épidémies d'hystérie qui sévirent
au seizième siècle dans divers couvents d'Allemagne,
Calmeil ajoute {op. cit., t. I, p. 275) : « Dans les moments
où ces filles s'échappaient pour grimper sur les arbres, où
elles cherchaient à se culbuter, à se mordre les unes les
autres, où elles imitaient les cris des animaux, où elles
exécutaient des mouvements lascifs, l'exaltation cérébrale
devait être portée jusqu'à la fureur. »
Soeur Jeanne des Anges (1) a des accès de ce genre. « Sur
les derniers jours, dit-elle, Balaam — un des démons qui
la possédaient — parut dans les exorcismes avec une furie
(1) Soeur Jeanne des Anges, op. cit., p. 169.
DE L'HYSTERIE. 189
toute particulière. Il me fit mordre ma main fort cruellement,
hurlant comme un chien. »
Lasègue, on s'en souvient, prétendait que la toux hystérique
s'observait uniquement chez les filles. Dans l'épidémie
des enfants trouvés de Hoorn, Kniper(l) insiste sur ce
l'ait que la maladie sévissait également sur les deux sexes.
« Le mal consistait en ce que ces enfants tombaient subitement
en pâmoison et se trouvaient au même moment
comme hors d'eux-mêmes. Ils se tiraillaient et se déchiraient,
frappaient de leurs jambes, de leurs bras et de
leur tête contre la terre, criant, hurlant, aboyant comme
des chiens; en sorte que c'était une chose pitoyable à
voir» .
Cette contagion nerveuse, toujours si expressément notée
dans ces épidémies de bruits laryngés, ou mieux dans
ces épidémies d'hystérie où les bruits laryngés formaient la
caractéristique des paroxysmes, s'exerça au suprême degré
chez cinq jeunes filles d'une même famille delà ville d'Oxford
au commencement du dix-huitième siècle (2). Les
cris qu'elles poussaient et qui s'entendaient de fort loin
« ne ressemblaient pas tant au bruit que font les chiens
quand ils aboient qu'à celui qu'ils font quand ils hurlent
ou quand ils se plaignent. Ils étaient aussi plus fréquents
que ne le sont ceux des chiens ; les malades poussaient
comme autant de sanglots à chaque respiration. Elles
étaient cinq soeurs à qui ce mal avait pris, quoiqu'elles
fussent d'un âge très différent, car la plus jeune n'avait
que six ans. »
Raulin et Hecquet rapportent que, pour faire cesser une
épidémie de miaulement qui sévissait dans un couvent, on
fit signifier aux religieuses, « par ordre des magistrats, qu'il
y aurait à la porte du couvent une compagnie de soldats,
lesquels au premier bruit qu'ils entendraient de ces miaulements,
entreraient aussitôt dans le couvent et fouetteraient
sur-le-champ celle qui aurait miaulé. Il n'en
(1) Calmeil, op. cit., t. II, p. 155.
(2) M., ibid.,t. II, p. 311.
KO TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
fallut pas davantage pour faire cesser ces ridicules clameurs
(I). »
Itard (2) a décrit, lui aussi, une petite épidémie d'aboiements
accompagnés de mouvements rythmiques des épaules
survenue dans un pensionnat dont une des élèves, jeune
fille de quinze ans, était atteinte de ces manifestations.
Pour enrayer le mal qui menaçait de gagner les autres
pensionnaires, on prit une mesure décisive. Toutes celles
« qui commençaient à crier furent renvoyées dans leur
famille et cessèrent bientôt d'être tourmentées par ces
bruyantes agitations » .
Nous pourrions multiplier les citations, mais nous avons
hâte d'en terminer avec ces phénomènes, qui, pour intéressants
qu'ils soient, restent constamment les mêmes à
travers les siècles.
En 1855, M. Jeannet (3) publiait la relation d'une épidémie
d'aboiements fort analogue à celle de Kintorp ou
d'Amou, qui sévit sur les femmes du village de Josselin, en
Bretagne.
Briquet rapporte (p. 320 et suiv.) des faits semblables,
tant personnels qu'empruntés à divers auteurs et en particulier
à Itard. Toutefois, le cas de Mme deD..., qui répétait
à satiété des mots orduriers, ne doit pas être attribué
à l'hystérie. Nous avons démontré (4) que cette dame, que
vit également M. Charcot, était atteinte de la singulière
« maladie des tics convulsifs »
, que nous avons décrite
pour la première fois, et que la « coprolalie » , comme nous
avons appelé cette émission de mots grossiers, n'est pas un
symptôme ordinaire de l'hystérie.
Récemment, enfin, Andrew Clark e a communiqué à la
(1) Calmeil, op. cit., t. II, p. 3i3.
(2) Itard, Mémoires sur quelques fonctions involontaires des appareils
de la locomotion, de la préhension et de la voix. Arch. cjén. deméd., 182o,
obs. IX, p. 400.
(3) Jeannet, Les aboyeuses de Josselin. Rennes, 1855.
(4) Gilles de la Tourette, Etude sur une affection nerveuse caractérisée
par de l incoordination motrice accompagnée d'écholalie et de coprolalie.
Arch. de Neurol., 1885.
DE L'HYSTÉRIE. 101
Société médicale de Londres, sous le nom de toux aboyante
de la puberté (1), une série d'observations de toux convulsive
se rapportant à des jeunes gens des deux sexes. Il
rattache ces phénomènes à l'influence des « troubles physiques
et psychiques qui accompagnent l'évolution finale
du sexe » .
La lecture des faits ne laisse aucun doute cependant sur
la nature de cette toux, qui revêtait le caractère de paroxysmes
se terminant, comme les attaques d'hystérie convulsive,
par l'émission d'une urine abondante et limpide.
Trois des observations ont trait à de jeunes garçons, et
Talamon , qui analyse le mémoire d'A. Clarke, en rapporte
une quatrième, attribuable , elle aussi, au sexe
masculin. On en trouvera une autre dans la thèse de
M. Bitot (2).
Dans la discussion qui suivit, à la Société de médecine
de Londres, la lecture d'A. Clarke, Semon dit qu'on pouvait
distinguer deux variétés de toux nerveuse, l'une paroxystique,
l'autre rythmique. Ces deux variétés n'en font
qu'une, à notre avis, la première n'étant, comme nous
l'avons dit, que l'exaltation paroxystique de la seconde,
qui peut persister à l'état rythmique dans l'intervalle des
crises.
A côté de la toux hystérique, il faut placer dans ces
spasmes expiratoires le renàclement hystérique, observé par
M. Pitres (3) chez une de ses malades « atteinte, dit-il,
depuis sept mois d'un spasme rythmique expiratoire qui
l'oblige à faire régulièrement toutes les trois ou quatre
secondes un effort de renàclement accompagné d'un bruit
rauque, sourd, guttural, analogue à celui qui se produit
quand on cherche à expulser volontairement des mucosités
pharyngiennes »
.
(1) A. Clark, Remarks on the barking couqh of puberty. London med.
Society, 15 déc. 1890. An. in Médecine moderne, p. 1003, 1890.
(2) Bitot, L'hystérie mâle dans le service de M. le prof. Pitres a V hôpital
Saint-André de Bordeaux. Th. Bordeaux, 1890, obs. XX, p. 122.
(3) Pitres, Leç. clin, sur l'hystérie, t. I, p. 338, op. cit.
132 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
Pour en terminer avec les manifestations hystériques que
nous venons d'étudier, et dont nous connaissons l'évolution
et le pronostic, il nous reste à ajouter quelques mots
à propos de leur diagnostic. Celui-ci sera presque toujours
des plus faciles, surtout si l'on se rappelle les deux grands
caractères de la toux, [en particulier le rythme et l'allure
paroxystique, qui ne se retrouvent jamais au même degré
dans la symptomatologie des affections autres que l'hystérie
portant sur les voies respiratoires.
Dans certains cas, pourrait-on peut-être éprouver quelques
difficultés à différencier ces manifestations d'avec la
maladie des tics convulsifs dont nous parlions il n'y a qu'un
instant. Mais les tics eux-mêmes ne rappellent que de loin
les secousses rythmées des membres qui peuvent coexister
avec les secousses de toux, et l'écholalie et la coprolalie ne
sont pas le fait de l'hystérie. Le diagnostic positif pourra
cependant parfois offrir quelques difficultés, car les deux
affections, maladie des tics et hystérie, sont susceptibles
de s'associer (1), et il importe au plus haut point, de savoir
à laquelle il faut rapporter les manifestations actuelles;
car, si les spasmes expiratoires hystériques guérissent toujours,
il n'en est pas de même de la maladie des tics, dont
l'incurabilité paraît aujourd'hui démontrée.
Les spasmes que nous venons de décrire sont expiratoires.
Dans les spasmes inspiratoires simples, M. Pitres
étudie le hoquet et le reniflement hystériques.
Nous ne reviendrons pas sur les considérations générales
que nous avons présentées et qui s'appliquent à
tous les spasmes respiratoires ; nous nous bornerons à
l'étude des particularités relatives au hoquet et au reniflement.
(1) Gilles de la Todrette, op. cit. — Gharcot, Hystérie et tics convulsifs.
Semaine médicale, 1886. — G. Guidon, Tics convulsifs et liystérie.
Revue de médecine, juin 1887.
DE L'HYSTÉRIE. 103
Le hoquet, qui consiste essentiellement en une contraction
spasmodique du diaphragme suivie d'un bruit laryngé
rauque, est une manifestation bien moins fréquente que
la toux hystérique. Les anciens auteurs ne le mentionnent
que rarement et sans y insister.
Raulin, en 1758 (l), dans son Traité des affections vaporeuses
du sexe, raconte qu'une jeune fille entrée à l'Hôtel-
Dieu fut prise subitement d'un hoquet violent et continuel,
au point qu'elle ne pouvait trouver le moment de prendre
quelques gorgées de bouillon pour se nourrir. Trois jeunes
filles couchées dans la même salle présentèrent bientôt
les mêmes symptômes, exemple nouveau de contagion
nerveuse. Après avoir eu le hoquet pendant un quart
d'heure, « elles étaient agitées de convulsions si violentes
qu'il fallait quatre hommes pour en tenir une ; le hoquet
et les convulsions survenaient à toutes quatre en même
temps » .
Raulin, dans l'ignorance où il est de la nature du phénomène,
met ces manifestations sur le compte de l'imagination.
« Les hommes eux-mêmes, dit-il, ne sont pas
exempts de ces effets de l'imagination. »
Signalé par Landouzy et Brachet, le hoquet hystérique
n'est véritablement bien étudié que par Briquet.
« Les hystériques, dit-il (op. cit., p. 325), et surtout
•celles qui sont gastralgiques, sont assez facilement prises
de cette sorte de convulsion du diaphragme qui constitue
le hoquet. Ce symptôme, ennuyeux et souvent gênant, se
produit chez ces hystériques lors des émotions, mais quelquefois
aussi il apparaît sans causes appréciables. Les
auteurs citent un certain nombre de cas dans lesquels cette
convulsion s'était produite par le fait de l'imitation et était
devenue une sorte d'épidémie. »
«Les auteurs rapportent que, en 1737, les religieuses
du couvent de Monterey, en Espagne, furent longtemps
atteintes d'un hoquet épidémique.
(1) Cité par A. Moreau, Contribution à l'étude du hoquet hystérique.
Th. Paris, 29 juillet 1892.
"'• 13
194 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« Le hoquet, chez les hystériques, est très bruyant ;
chez celles qui y sont sujettes, il apparaît pour la moindre
chose, et avec des secousses qui peuvent se répéter à
chaque instant. Très prononcé dans le jour, il disparaît
constamment pendant le sommeil et se voit, en général,
très rarement durant le temps d'une attaque.
« Chez le plus grand nombre des malades, sa durée
n'est pas longue, et s'il se répète de manière à être en
quelque sorte continu, les accès se terminent au bout de
quelques jours : chez certaines hystériques il peut durer
des mois et même des années, mais alors il est intermittent
et ne paraît que de loin en loin. »
A ce dernier propos, nous pouvons dire que nous avons
observé à la Salpêtrière une jeune fille de seize ans chez
laquelle, depuis trois ans, le hoquet constituait, dans ces
conditions, une manifestation monosymptomatique de
l'hystérie. M. Weill (1) a également rapporté l'histoire
d'une malade atteinte d'astasie-abasie à type choréique,
chez laquelle survint pendant la convalescence d'une variole
« un hoquet convulsif bigéminé procédant par deux
secousses convulsives »
, qui persista pendant trois ans
sans s'accompagner d'aucune autre manifestation nerveuse.
Par contre , le hoquet hystérique n'est peut-être pas
aussi fréquent que semble le dire Briquet, si l'on en juge
par le petit nombre de publications auxquelles il a donné
naissance.
Charcot (2) en a rapporté une observation dans laquelle
le hoquet était associé au bâillement, manifestation de
même nature que nous allons décrire.
Chez une malade de M. Pitres (3), le hoquet survenait habituellement
après l'ingestion des aliments et durait de
deux à quatre heures, suivant la quantité de substances
(1) Weill, Astasie-abasie à type choréique. Arch. de Neurol., janvier
1892, p. 88.
(2) Leçons du mardi a la Salpêtrière, 1888-89, lre leçon.
(3) Pitres, Leçons clin, sur l'hystérie et ï hypnotisme, op. cit., t. l t
p. 342.
DE L'HYSTERIE. 195
ingérées, et s'accompagnait de tympanisme abdominal. La
compression énergique du cou au-dessus delà clavicule, le
long du trajet des pneumogastriques, était seule capable
d'enrayer la marche des accès.
M. A. Moreau (op. cit.), qui, en 1872, a consacré sa
thèse à l'étude duhoquet hystérique, n'en rapporte que cinq
observations, dont trois inédites, les deux autres appartenant
à M. Weil et à M. Pitres, auxquelles il convient
d'ajouter un cas de Stockton (1), dans lequel ie hoquet ou
sanglot survint chez une jeune fille de dix-neuf ans, et un
autre de Mader (2), où il s'alliait à des attaques convulsives.
Après ce que nous avons dit de la toux, nous n'avons
rien à ajouter en ce qui regarde le caractère paroxystique,
l'évolution, le pronostic, etc., du hoquet hystérique dont
le diagnostic n'offrira en général aucune difficulté.
A côté du hoquet, M. Pitres place le reniflement hystérique,
phénomène de même ordre, puisque la malade
dont il rapporte l'observation avait eu, à dix-huit ans, une
attaque de sanglots et que, quelques jours plus tard seulement,
elle fut toute surprise de ne pouvoir respirer que
par le nez en produisant un bruit désagréable et régulièrement
rythmé de reniflement.
« Ce reniflement se produit au début des inspirations.
Il est causé par une secousse brusque, convulsive, des
muscles inspirateurs. Au moment où il a lieu, la bouche
se ferme, les narines se rapprochent, la tête fait un petit
mouvement de projection en haut et en avant, les épaules
s'élèvent, la poitrine se dilate et tout l'air inspiré passe
(i) Stockton, Le hoquet ou sanglot hystérique. An. in Lyon médical,
1893, p. 556.
(2) Mader, Hystero-epileptische Ânfalle verbunden mit Singultus ; Heilung.
Bericht der k. k. Krankenanstallt Rudolph. Sitzung in Wien (1891),
1892, p. 306.
196 TRAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
par les fosses nasales en déterminant un bruit spécial qu'il
est facile d'imiter en aspirant vivement une certaine quantité
d'air par les narines. L'expiration ne présente rien
d'anormal. Le spasme se reproduit d'ordinaire de huit à
dix fois par minute, mais sa fréquence est très variable,
car elle subit de notables modifications, en plus ou en
moins, par l'influence de circonstances incidentes assez
nombreuses. »
Le reniflement persista ainsi pendant plus de six mois
sans s'accompagner d'attaques convulsives ; mais la malade
présentait les stigmates caractéristiques de l'hystérie.
Dans les spasmes inspiratoires mixtes, M. Pitres classe
les bâillements et les éternuements hystériques.
Nous nous étendrons quelque peu sur les bâillements,
dont nous avons fait avec MM. Huet et Georges Guinon (1)
l'objet d'une étude particulière basée sur cinq observations
personnelles.
En dehors de notre travail nous ne connaissons, de ces
phénomènes, qu'un exemple rapporté en 1846 à la Société
de médecine pratique et signalé par Pitres (2). M. Charcot
(3) a consacré sa Leçon du mardi 23 octobre 1888 à
l'analyse du cas qui fait le sujet de la première observation
de notre mémoire.
M. Ch. Féré(4), traitant, en 1888, du bâillement chez les
épileptiques, parle également du bâillement chez les hystériques.
« Ce phénomène est fréquent, dit-il, dans les psychoses
à forme dépressive, dans l'hypocondrie, la mélancolie
; on le voit aussi dans l'hystérie. Dans cette dernière
(1) Gilles de la Tourette, Huet, G. Guinon, Contribution a l 'étude des
bâillements hystériques. Nouv. Icon. de la Salp., t. III, 1890, p. 97.
(2) Leçons sur V hystérie, op. cit., t. I, p. 345. — Cousserant, Gazette
des hôpitaux, 1846, p. 375.
(3) J.-M. Cuarcot, Leç. du mardi a la Salp., 1888-89, p. 1 et suiv.
(h) FérÉ, Bâillements chez, un épileptique. Nouv. Icon. de la Salp.,
1888, t. I, p. 163.
DE L'HYSTERIE. 197
névrose, il peut tenir au ralentissement général des phénomènes
nutritifs ou constituer une sorte de spasme. »
Le passage est trop court pour nous fournir des matériaux
à utiliser dans une description; nous emprunterons
toutefois à ce travail les éléments d'un diagnostic différentiel.
Aussi bien, du reste, n'est-ce pas presque toujours
avec l'épilepsie que le diagnostic s'impose lorsqu'il s'agit
de manifestations hystériques?
Les bâillements hystériques ne s'observent que rarement,
puisque nous n'avons pu en réunir que six observations.
Ils se présensent à l'observateur, à l'état isolé ou concurremment
avec d'autres phénomènes hystériques, sous
deux formes différentes : permanente ou paroxystique,
qui peuvent d'ailleurs alterner chez le même individu.
Dans la première, la malade—car nos cas se rapportent
uniquement à des femmes âgées de dix-sept à trente
ans — se met tout à coup à bâiller, et les bâillements
sont surtout remarquables par leur persistance même. Un
de nos sujets (obs. 1), avant de présenter des crises véritables
de bâillements, deuxième forme de cette manifestation,
bâillait pour ainsi dire constamment : « A l'origine,
dit M. Charcot, elle bâillait environ huit fois par minute,
480 bâillements par heure, soit 7,200 en quinze heures de
veille. »
Dans ces cas, le sommeil seul interrompt les bâillements,
qui reprennent au réveil et peuvent ainsi persister
pendant des semaines et des mois sans que la santé générale
semble en souffrir notablement.
Lorsque les bâillements revêtent cette allure, il est,
croyons-nous, assez facile de les différencier des bâillements
physiologiques et aussi de ceux qui, physiologiquement
pour ainsi dire, peuvent survenir dans l'hystérie
comme au cours de tout autre état normal ou pathologique.
Nous avons noté la fréquence; nous noterons encore et
198 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
surtout « le rythme et la cadence, caractères propres à
nombre de phénomènes hystériques» (Charcot). Déplus, le
bâillement physiologique consiste en une inspiration profonde;
le thorax est alors à son summum d'ampliation, les
mâchoires sont écartées au maximum ; il se termine par une
expiration bruyante qui s'accompagne souvent de flux de
salive et de sécrétion de larmes. Souvent aussi, il se produit
des pandiculations qui ne sont autres que des mouvements
d'élévation et de rétraction en arrière des épaules.
Or, on peut voir, sur les tracés que nous avons publiés
(op. cit., fig. 40), que l'inspiration dans le bâillement hystérique
n'est guère plus profonde qu'une inspiration normale.
Peut-être cela tient-il à ce que les bâillements sont
tellement répétés que la malade n'a pas besoin de suppléer
à l'hématose insuffisante qui provoquerait — à ce
que l'on croit — le bâillement physiologique. Parfois, en
effet, ils se rapprochent tellement qu'il semble que ce
soit le mode habituel de respirer des sujets. Nous noterons
aussi que les bâillements s'accompagnent ou même
s'entrecoupent de quintes de toux, phénomènes de même
ordre. Ce qui est exagéré, par exemple, c'est l'amplitude
de récartement des mâchoires porté à son maximum,
au point qu'il peut se produire une luxation des
mâchoires et des phénomènes inflammatoires du côté des
articulations temporo-maxillaires (1).
Le bâillement considéré en soi peut être simple, unique,
mais aussi il peut être double, se faire en deux fois, c'està-
dire être formé de deux inspirations assez rapprochées
pour constituer un seul et même bâillement.
Il peut être avorté ; une de nos malades (obs. III) accusait
parfois une sensation de malaise; il fallait que le bâillement
fût complet pour que l'organisme se déclarât
satisfait. On note, en effet, que les bâillements s'accompagnent
souvent, comme â l'état physiologique, d'ailleurs,
d'une sensation de soulagement.
(1) CiiATiror, Clinicjue des maladies du système nerveux, publiée par
G. Guinon, t I, p. 455.
DE L'HYSTERIE. 199
Les crises de bâillements ne diffèrent pas, comme allure
générale, des autres manifestations convulsives limitées
ou généralisées de l'hystérie se groupant sous forme
d'attaques. Il existe dans tous ces cas un fonds commun
qui se juge par les phénonènes prémonitoires de l'accès,
par les signes et symptômes constitutifs de l'aura.
Lorsque la crise va survenir, la malade accuse une sensation
de boule qui remonte de l'épigastre ; elle a des
bourdonnements d'oreilles, des battements dans les
tempes; puis, après un temps variable, éclatent les bâillements
sous forme d'accès.
Ils se précipitent alors beaucoup plus rapidement que
dans la forme précédemment décrite, empiétant les uns
sur les autres pendant un temps plus ou moins long, un
quart d'heure, une demi-heure et plus, suivant les cas. Puis
la crise se termine, les bâillements cessent pour revenir
ultérieurement sous la même forme paroxystique.
Il est bien rare que la crise de bâillements soit absolument
pure de tout mélange des phénomènes ordinairement
observés lors de la grande attaque. On sait, en effet, —
M. Charcot l'a montré, — qu'un observateur attentif retrouve
presque toujours dans les crises convulsives limitées
: chorée rythmée, toux, dyspnée hystérique, des
vestiges des quatre périodes classiques.
Outre les phénomènes prémonitoires de l'aura, qui sont
communs, il est fréquent d'observer, au début de cette
attaque, des contractures des membres supérieurs ou inférieurs,
contractures qui, de toniques, ne tardent pas à
devenir cloniques. Enfin, lorsque la crise se termine, le
regard devient fixe, la physionomie reflète des sentiments
représentatifs des attitudes passionnelles. La prédominance
des bâillements fixe seule la forme de l'attaque.
Parfois, l'attaque de bâillements se termine par une
véritable attaque convulsive ordinaire, les bâillements
200 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
représentant alors la phase tonique du paroxysme; dans
d'autres circonstances, on voit alterner, sans se confondre,
les attaques convulsives proprement dites et les attaques
de bâillements, comme dans le cas de Cousserant et dans
un de ceux qui nous sont personnels (obs. III).
Le diagnostic différentiel des bâillements ne nous arrêtera
pas longtemps; presque toujours il existe concuremment
des stigmates qui, en dehors des bâillements euxmêmes,
ne permettront pas à l'observateur de s'égarer.
Mais enfin, on peut supposer que ce soit là une manifestation
monosymptomatique de l'hystérie. Dans ce cas, l'embarras
peut être grand. Lorsque les bâillements ne sont
pas groupés sous forme à' attaques, le rythme et la cadence
sont des éléments différentiels de premier ordre qui ne
paraissent pas exister dans les bâillements épileptiques,
lesquels, en outre, ne revêtiraient pas la forme paroxystique
(Féré).
Dans la forme paroxystique, on peut faire intervenir un
élément d'appréciation qui permettrait, s'il était nécessaire,
d'établir un diagnostic certain aves les accès de bâillements
épileptiques, qui, nous l'avons dit, n'ont pas
encore été observés sous cet aspect. Ce critérium est tiré de
l'analyse des urines.
En effet, les recherches que nous avons faites avec
M. Cathelineau (1) dans un cas de bâillements hystériques
nous ont montré que, de même que l'attaque convulsive,
l'attaque des bâillements se jugeait par l'abaissement du
taux du résidu fixe, de l'urée, des phosphates, avec inversion
de la formule de ces derniers.
Il suffit, pour s'en convaincre, de considérer le tableau
ci-dessous (tabl. XXII) :
Il est à noter que les bâillements qui surviennent sans
se grouper sous forme d'attaques n'influencent pas les
phénomènes nutritifs. Il faut, pour les bâillements comme
pour les autres manifestations hystériques, qu'il y ait crise
(1) Gillks de la Tourette et Gathelikead, La nutrition dans l'hystérie,
cp. cit., p. 42.
DE L'HYSTERIE. 201
pour que les modifications se produisent. Nous insistons
sur ces données chimiques; car, si le doute pouvait exister
entre les attaques de bâillements hystériques et les bâillements
épileptiques, l'analyse des urines trancherait vite
la question, 'étant donné, comme nous l'avons dit, que
l'accès d'épilepsie, à l'inverse de l'attaque d'hystérie,
augmente considérablement le taux du résidu fixe et par-
Tablf.au XXII
Attaque de bâillements hystériques.
N M S
Ler. . . 17 ans. . .
.
(salle Duchenne)
P=59kil.
Attaque.
État normal.
202 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
nom de boule hystérique. Elle présentait assez souvent
des attaques d'hystérie... Il n'y avait aucune trace d'affection
nasale. »
Chez une autre malade de trente-sept ans, les éternuements,
qui survenaient au nombre d'une centaine, une fois
par semaine, s'accompagnaient également d'un écoulement
aqueux abondant, suffisant pour tremper un mouchoir.
Ces phénomènes, qui persistaient encore au bout de
trois mois, ne se montraient plus alors qu'une fois par
mois.
Romberg (l) cite le cas d'un jeune garçon de treize ans
qui avait des crises d'éternuements alternant avec des
accès de toux.
Nous avons déjà signalé une observation d'Hérard publiée
en 1860, dans laquelle des éternuements excessifs
alternaient aussi avec des quintes de toux spasmodique,
chez une hystérique.
En 1885, M. Souza-Leite (2) publiait une observation
fort intéressante dans laquelle la toux et les éternuements
formaient le symptôme dominant d'une attaque qui débutait
par une aura presque complète et se terminait par des
convulsions toniques et cloniques suivies d'un peu de stertor.
Le nombre des éternuements était variable, mais toujours
considérable. « Tantôt, dit M. Souza-Leite, nous
comptons 32, 37, 40 éternuements dans une minute;
tantôt 100, 95, dans trois minutes; tantôt 161, 149, dans
cinq minutes.
« Dans l'espace de vingt-deux jours, la malade a fait
16,195 éternuements, qui donnent par jour une moyenne
d'à peu près 735. A partir du 14 novembre, l'intervalle
qui séparait chacune des crises d'éternuement et de toux
devint plus grand, en ce sens qu'elles ne se manifestaient
(1) Romberg, Lehrbuch der Nervenkrankheiten des Menschen. Bel II,
p. 88. Berlin, 1851.
(2) Souza-Leite, Cas d'hystérie dans lequel les attaques sont marquées
par une manifestation rare : éternuements. Arch. de Neurologie, t. IX,
1885, p. 53.
DE L'HYSTERIE. 203
plus journellement comme il arrivait auparavant; en effet,
entre cette date et le 1
er avril 1885, les crises dont il est
question ne se sont montrées que vingt-cinq fois, et on a
noté le chiffre de 29,335, donnant la moyenne à chaque
fois d'environ 1,174. Du 21 octobre au 1
er avril, la malade
éternua 45,550 fois. » Il n'est pas fait mention d'écoulement
nasal dans cette observation.
Ce chiffre considérable de 45,550 paraît encore avoir
été dépassé dans une observation de Mosler (1), qui a
compté 50,000 éternuements en trois jours.
Sydney-Ringer (2) et Pitres (3) ont également rapporté
des exemples d'éternuements hystériques. Le cas
de Pitres est intéressant en raison de la persistance de ces
phénomènes. La malade, « fille et soeur d'hystériques, qui
n'avait jamais eu d'attaque, fut sujette tous les jours pendant
huit ans consécutifs à des accès d'éternuements débutant
invariablement à son réveil et durant jusqu'à une ou
deux heures de l'après-midi. Ces éternuements se succédaient
sans interruption pendant les cinq ou six heures
que duraient les accès. Ils disparurent tout à coup, en 1883,
à la suite d'un seul bain sulfureux pris à Cauterets. »
L'analyse de ces observations nous dispense d'une plus
longue description de ces phénomènes, analogues, comme
on le voit, à la toux hystérique, avec laquelle ils coïncident
ou s'entremêlent parfois.
M. Pitres cite dans les spasmes rythmiques inspiratoires
mixtes le rire hystérique, qui est fort commun. Il se produit
par accès et précède, accompagne ou suit les attaques convulsives,
dont il peut être indépendant jusqu'à un certain
(1) Cité par FÉRÉ, Les éternuements névropathicjues. Progrès médical,
n° 4, 24 janvier 1885, p. 69.
(2) Sydsey Ringer, Remarks on paroxysmal sneezing. Brit. med. Journ.,
'uin 1888.
(3) Pitres, Leçons cliniques sur Vhystérie et l'hypnotisme, op. cit., t. I,
p. 346.
204 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
point, à l'instar des phénomènes de même genre que nous
venons de décrire.
Nous rappellerons que, dans un passage déjà cité (t. II,
p. 205), Ambroise Paré raconte, d'après Holier, « que les
deux filles du président de Rouen, lorsqu'elles commençoient
à entrer en paroxysme de ce mal (suffocation de
matrice) estoyent surprises d'un ris qui leur duroit une et
deux heures, lesquelles on ne pouvoit arrester ny par leur
faire peur et terreur, ny par honte et admonitions, de
sorte que tancées par leurs parents, respondoyent n'estre
en leur puissance de se garder de rire. »
Briquet a rapporté un certain nombre d'exemples de
rire hystérique.
« Ces accès de rire, dit-il {pp. cit., p. 322), ont lieu soit
comme préliminaires des attaques, soit hors le temps delà
convulsion. Je ne m'occuperai ici que de ces derniers.»
Après avoir signalé le cas d'Holier, il ajoute : «On cite(l)
une jeune fille qui fut prise la première nuit de ses noces
et sans cause connue d'un rire inextinguible. Primerose
rapporte que Liébault avait écrit avoir vu deux jeunes filles
qui, après avoir beaucoup pleuré, ne pouvaient plus pendant
des heures s'empêcher de rire.
« J'ai vu une jeune fille hystérique qui avait des accès
de rire sans cause suffisante ; une chose indifférente la
faisait rire, et alors elle éprouvait le sentiment de bienêtre
qui accompagne ordinairement cet acte, quoique en
même temps elle sentît de la strangulation à la gorge et
quelque constriction à la poitrine. Apportant aux offices
un sentiment pieux, il lui arrivait quelquefois d'y être
prise d'éclats de rire inextinguible; c'était chez elle un
véritable spasme, »
Ces accès de rire se retrouvaient également chez soeur
Jeanne des Anges, qui résume, pour ainsi dire, la pathologie
de l'hystérie. « Je faisois à toute heure des ris sans
raison, dit-elle (2), et je me trouvois poussée à dire des
(1) Âcta helvetica med. physica, etc., p. 48.
(2) Soeur Jeanne des Ange.1;, op. cit., p. 143.
DE L'HYSTÉRIE. 205
paroles de plaisanterie ; cependant je n'estois pas si troublée
que je n'eusse le pouvoir de me contenir. »
Briquet estime que ces phénomènes, de même que la
toux, l'aboiement, etc., sont éminemment susceptibles de
régner à l'état épidémique par voie de contagion nerveuse.
Dans un dernier paragraphe, M. Pitres (1) étudie les
spasmes respiratoires compliqués, ceux qui, dit-il, « intéressant
à la lois les muscles de la respiration et ceux de la
phonation, forcent les malades à produire rythmiquement
et malgré leur volonté des bruits inarticulés, ou à
répéter certaines syllabes, ou enfin à prononcer convulsivement
des paroles distinctes » .
La première catégorie comprend les spasmes respiratoires
compliqués par la production involontaire et rythmique
de bruits inarticulés.
Ces bruits sont très variés et presque tous expiratoires ;
ils ressemblent aux aboiements des chiens, aux miaulements
des chats, au mugissement des taureaux (spasme
inspiratoire dont M. Pitres rapporte un exemple personnel),
aux hurlements des fauves, aux bêlements des moutons,
aux roucoulements des tourterelles, aux gloussements
des dindons, etc. Nous avons déjà dit qu'ils avaient
été, en partie au moins, signalés par Willis et qu'ils pouvaient
être considérés comme analogues à la toux hystérique.
Aussi n'y reviendrons-nous pas.
Dans une autre catégorie se rangent les spasmes respiratoires
compliqués de troubles de l'articulation des mots,
ou de l'émission involontaire de paroles nettement articulées.
Ces faits ressortissent à certaines variétés de bégayement
hystérique et n'ont en somme rien de particulièrement
intéressant, d'autant qu'on pourrait multiplier ces
formes indéfiniment.
(1) Op. cit., t. I, p. 347.
206 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
Dans le domaine des manifestations qui portent sur
l'appareil respiratoire, nous étudierons encore Yasthme et
la dyspnée hystériques.
L'asthme hystérique serait connu depuis longtemps, d'après
Briquet (op. cit., p. 251); c'est de cette affection
« que voulait parler van Helmont quand il a traité de la
maladie à laquelle il a donné le nom (ïasthma uteri» .
Mais doit-on confondre Yasthma uteri de van Helmont
et de Briquet avec les observations récemment publiées
de dyspnée hystérique ? Il faut avouer, comme on en pourra
juger, que cliniquement la ressemblance ne s'impose
pas et que les phénomènes, que Briquet décrit indifféremment
sous le nom de dyspnée ou d'asthme, ne sont pas entièrement
comparables à ceux que nous ont fait connaître
les travaux de Charcot et de Weir Mitchell.
Pour Briquet, l'asthme hystérique s'observerait « plus
fréquemment chez les sujets lymphatiques et contractant
facilement des rhumes que chez tous les autres » . Cette
manifestation intermittente présenterait « tous les caractères
apparents de l'emphysème pulmonaire : respiration
gênée, courte, sibilante, avec augmentation de la dyspnée
lors de la parole, lors de la toux et lors de la position
horizontale. Bàle sibilant très abondant, chant sibilant
laryngo-trachéal, expectoration semblable à de l'eau gommeuse,
crachats perlés et de temps en temps accès de dyspnée
plus forte que de coutume, avec nécessité de se tenir
soit sur son séant, soit le corps penché en avant. En un
mot, tous les signes de l'emphysème pulmonaire moins
ceux qui indiquent la dilatation des cellules pulmonaires,
c'est-à-dire moins l'absence du murmure vésiculaire. »
Cet asthme débute brusquement; il peut, « comme tous
les phénomènes hystériques, acquérir beaucoup d'intensité
et durer des mois entiers; mais presque toujours
il disparaît soit graduellement, soit brusquement. Je
DE L'HYSTERIE. 207
l'ai vu alterner, dit Briquet, avec une paraplégie hystérique;
ordinairement, il apparaît après la disparition de
quelque phénomène hystérique saillant, et il disparaît à
son tour quand celui-ci revient. »
On conviendra qu'il doit être extrêmement difficile de
différencier ces phénomènes de ceux qui sont attribuables
soit à l'asthme vrai, soit aux accès d'asthme symptomatique
de l'emphysème. C'est peut-être pour ces raisons que
la description de Briquet est restée isolée, la manifestation
que l'on décrit aujourd'hui sous le nom de dyspnée ou de
tachvpnée, de respiration hystérique rapide, revêtant une
tout autre allure.
Les descriptions de Charcot (l) et de Weir Mitchell (2),
les deux auteurs qui se sont le plus occupés de cette question,
sont identiques. Ici, pas de phénomènes stéthoscopiques;
pas d'expectoration ; tout réside, comme pour les manifestations
précédemment décrites, dans le rythme spécial
delà respiration. «Nous comptons, ditCharcot, à peu près
de 170 à 180 respirations par minute. Tout cela se fait
silencieusement et sans bruit. La malade ne semble pas
anxieuse, bien que les inspirations soient peu profondes :
elle ne souffre véritablement pas, et on ne constate chez
elle aucune trace de cyanose, contrairement à ce qui aurait
lieu certainement s'il y avait véritablement dyspnée avec
anoxémie. Il n'y a pas d'accélération non plus du pouls
(60 à 80 par minute). L'auscultation montre d'ailleurs que
l'inspiration et l'expiration sont parfaitement libres et, à
part la fréquence, dénuées de toute anomalie, de telle sorte
que la dénomination tachypnée conviendrait incontestablement
beaucoup mieux que celle de dyspnée pour caractériser
cette accélération hystérique des mouvements respiratoires.
»
Cette dyspnée se montre pendant la veille et disparaît
(1) Charcot, Leçons du mardi a la Salpètrière, t. I, 1887-88, p. 193.
— Id., t. II, p. 11.
(2) Weir Mittchell, De la respiration hystérique rapide. Amer. Journ.
o/ med. Sciences. — Semaine médicale, n° 32, 24 mai 1893, p. 256.
208 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
pendant le sommeil. Elle survient « par accès qui durent
trois ou quatre heures et qui semblent à peu près toujours
inaugurés par une période prodromique marquée par des
symptômes qui rappellent l'aura de l'hystérie convulsive.
Il semble alors à la malade qu'elle ressent une constriction
à la gorge suivie de bourdonnements d'oreilles, de battements
dans les tempes, et peu après se montre l'accélération
des mouvements respiratoires. L'attaque se termine
souvent par des pleurs, comme se termine l'attaque d'hystérie
vulgaire, et, en somme, il n'est guère douteux que
l'accès dyspnéique représente en quelque sorte une attaque
hystérique temporaire.
Chez la malade de Charcot, ces phénomènes duraient
depuis près d'un an et ne s'accompagnaient pas d'autres
manifestations hystériques. C'était là, dit notre maitre, une
manifestation de « l'hystérie mononosymptomatique »
,
laquelle est toujours fort tenace.
Par contre, l'une des malades de Weir Mitchell avait
présenté antérieurement, ou concurremment avec la dyspnée,
de l'aphonie, un état de catalepsie prolongée et de
l'arthralgie d'un genou.
De même, chez une malade de M. Fouquet(l), existait-il
avec de la dyspnée et de la polypnée des attaques convulsives,
une paraplégie presque complète accompagnée
de divers stigmates sensitifs.
M. Mackey (2) a rapporté un cas de cette respiration
rapide qui avait pu faire songer à de la dyspnée cardiaque
ou diabétique.
Une des caractères importants de la manifestation que
nous décrivons serait, avons-nous dit, d'après Charcot,
qu'elle ne s'accompagne pas de phénomènes d'asphyxie
attribuables à de la sténose laryngée, par exemple.
(1) Fouquet, Étude clinique sur quelques spasmes d'origine hystérique.
Th. Paris, 1880, obs. IX, p. 46.
(2) Mackey, Case of hysterical rapid breathinq simulating cardiac or
diabetic dyspnoea. Nous n'avons pu prendre connaissance de cette observation,
en l'absence d'indications bibliographiques suffisantes.
DE L'HYSTERIE. 299
De ce fait, nous avons cru devoir séparer les attaques
de dyspnée hystérique des paroxysmes à forme de spasme
laryngé, que nous avons longuement décrits dans le chapitre
ni (t. II).
Cependant, il n'est pas douteux que ces manifestations,
si elles affectent des allures cliniques qui permettent de les
différencier, ne puissent être aussi intimement rapprochées
les unes des autres comme les anneaux dune chaîne, d'une
série ininterrompue. On peut rencontrer, du reste, des
cas de transition.
Nous avons en effet observé à la Salpêtrière, en 1889,
une malade chez laquelle l'attaque, précédée par une aura
caractéristique, se jugeait par une longue période de respiration
très rapide à la suite de laquelle survenait de la
cyanose et un spasme de la glotte qui faillit, à plusieurs
reprises, nous faire intervenir à l'aide de la trachéotomie.
Ces accès persistèrent longtemps, mais finirent par disparaître,
de même que la paraplégie dont cette femme était
atteinte.
Les phénomènes que nous avons décrits jusqu'à présent,
s'ils tirent leur caractéristique des modifications que présentent
dans leur fonctionnement les appareils phonateur
et respiratoire, n'en sont pas moins, pour ainsi dire,
d'ordre général. C'est ainsi, par exemple, que dans le mutisme
on ne saurait incriminer le muscle lingual, pas plus
que dans la toux ou dans l'aboiement on ne peut localiser
l'action de la névrose sur tel ou tel muscle laryngé.
Nous allons maintenant passer en revue les cas où l'hystérie
se manifeste localement sur le larynx ou sur le poumon,
car nous n'avons rien à ajouter à ce que nous avons
dit relativement aux voies respiratoires supérieures. Nous
nous occuperons d'abord de Yhystérie laryngée dont
M. Thaon a donné une bonne étude d'ensemble au Congrès
de Milan, en 1880.
m. 14
210 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Pour M. Thaon(l), les cas d'hystérie laryngée sont très
fréquents sans qu'il soit toujours possible de donner de
cette localisation une explication suffisante. Évidemment,
il faut ici comme ailleurs tenir compte des causes occasionnelles
: inflammation souvent très légère de la muqueuse,
traumatisme de la région, ou cause locale plus éloignée :
tumeur ou inflammation de la région palatine. Enfin, les
troubles laryngés tireraient, dans certains cas, leur origine
de la sympathie qui semble exister entre le larynx et les
organes génitaux qui peuvent être atteints de lésions
jouant le rôle d'agents provocateurs. Entre ces manifestations
locales et les causes provocatrices on voit, en somme,
qu'il y a un intermédiaire obligé, le cerveau, ou mieux
l'état mental des hystériques, de telle façon qu'en résumé
les phénomènes d'hystérie laryngée peuvent être, à juste
titre, considérés comme étant, eux aussi, d'origine centrale
.
M. Thaon range les troubles laryngés de l'hystérie sous
quatre chefs : l'anesthésie et l'hyperesthésie du larynx,
l'aphonie et le spasme.
Nous ne reviendrons pas sur les troubles de sensibilité
de la muqueuse du larynx et de l'arrière-gorge, dont nous
nous sommes déjà occupé (t. I, chap. v et vu). Nous ajouterons
seulement, comme complément, que M. Thaon rapporte
à l'hyperesthésie du larynx un trouble évidemment
d'origine centrale, que M. R. Coën (2) a décrit en 1876
sous le nom de phonophobie. Les malades qui en sont
atteints ont, pour ainsi dire, peur de parler à haute voix.
Ils chuchotent constamment et, s'ils parlent haut, ils sont
immédiatement pris de douleurs aiguës dans la région du
larynx. C'est là, en somme, une variété d'aphonie à rapprocher
du mutisme hystérique.
(1) Thaon, L'hystérie et le larynx. Mémoire lu au Congrès de laryngologie
de Milan, sept. 1880. In Annales des maladies de l'oreille et du
larynx, 1881, p. 30.
(2) R. Goen, Ueber Phonophobia. Allg. Wien. med. Zeitung, n° 27,
1876.
DE L'HYSTERIE. 211
Gomme troubles localisés liés à l'hyperesthésie de la
muqueuse du larynx il faut bien plutôt signaler les sensations
de brûlure, de déchirure, de corps étrangers allant
du sternum à la gorge, qui font faire aux malades de violents
efforts d'expulsion accompagnés de toux quinteuse.
L'examen laryngoscopique, qu'il ne faut jamais manquer
de pratiquer dans tous ces cas, montre qu'il n'existe
aucune modification locale de la muqueuse, si ce n'est une
vive hyperesthésie à laquelle sont attribuables les phénomènes
observés.
Les troubles beaucoup plus importants que nous avons
à étudier portent sur la paralysie et la contracture des muscles
du larynx. Ces muscles sont nombreux, mais, au point
de vue qui nous occupe, on peut uniquement les considérer
suivant leur action physiologique et les diviser en adducteurs
et en abducteurs, ces derniers limités aux crico-aryténoïdiens
postérieurs.
La description des symptômes qu'entraîne l'hystérie,
lorsqu'elle se localise sur ces muscles, est hérissée de difficultés
; il en est là comme pour les muscles des yeux, et
dans beaucoup de cas on ne peut déterminer si l'on est en
présence de la paralysie des abducteurs ou de la contracture
des adducteurs. De plus, Thaon a fait cette remarque
que, si généralement les paralysies ouïes contractures sont
bilatérales, il peut se faire aussi qu'elles ne siègent que
d'un seul côté. Enfin, il se passe encore quelque chose
d'analogue à ce que nous avons vu exister pour la musculature
de l'oeil et de la face, le muscle antagoniste étant
conjointement frappé de paralysie ou de contracture de
sens contraire, spasme associé à la paralysie ou paralysie
associée à la contracture.
Tous les auteurs qui ont traité des paralysies des muscles
intrinsèques du larynx se sont heurtés à ces difficultés,
dont on a le sentiment en lisant le passage suivant dans
212 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
lequel M. Gouguenheim (1) traite des paralysies laryngées
dans l'hystérie.
« A l'examen laryngoscopique, dit-il, on constate que la
paralysie est bilatérale dans la grande majorité des cas.
Le fait contraire est rare. Les cordes sont, dans l'abduction,
plus ou moins écartées et ne pouvant se rapprocher.
Voici l'explication que je propose de ce fait : La paralysie
est probablement dans l'aire du laryngé supérieur, ce qui
entraîne à la fois l'anesthésie de l'organe et la paralysie
des muscles crico-thyroïdiens, qui sont adducteurs, comme
on le sait. Le larynx se trouve alors livré à l'action isolée
des téguments, et l'abduction résulte de la prédominance
des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs sur les adducteurs
plus faibles, innervés par le même nerf.
« Les auteurs expliquent l'abduction dans la paralysie
hystérique en disant que la paralysie porte seulement sur
les adducteurs. Cette dissociation me paraît arbitraire. Je
sais bien que, chez les mêmes malades, le fait inverse peut
se présenter et que l'on peut trouver les cordes rapprochées
dans l'adduction. On dit alors qu'il y a paralysie des
abducteurs, et il semble tout d'abord que ces cas légitiment
bien la dissociation admise. Mais ici encore, une autre explication
me semble plus plausible. Je n'admets pas, dans
le second cas, qu'il y ait paralysie des dilatateurs, et je crois
plutôt que les mêmes muscles qui sont ordinairement paralysés
(les crico-thyroïdiens) sont alors contractures. Du
reste, il n'est pas absolument rare de voir, chez les hystériques,
les contractures succéder aux paralysies. Pourquoi
le larynx échapperait-il à la règle? Ici, comme ailleurs, du
reste, le trouble initial peut être le spasme aussi bien que
la paralysie. L'explication que je donne est donc logique
et conforme à la pathologie générale de l'hystérie. »
Les difficultés d'interprétation que M. Gouguenheim ne
cherchait même pas à nier, sans pouvoir d'ailleurs les
résoudre en se plaçant au point de vue théorique, se re-
(1) Gouguenheim, Des névroses du larynx. Progrès médical, 1883, tirage;
à part, p. 7.
DE L'HYSTERIE. 213
trouvent encore en clinique. Il suffit pour cela, entre autres
travaux sur cette question, de lire la thèse de M. Dufour (1),
dans laquelle celui-ci étudie la paralysie des dilatateurs de
la glotte.
On pourrait supposer, au premier abord, quêtant donné
qu'il s'agit de phénomènes paralytiques on va se trouver
en présence de l'aphonie, laquelle, dit M. Thaon, est « la
paralysie des muscles du larynx» . Au contraire, probablement
par suite de l'action des antagonistes adducteurs, et
peut-être de leur contracture, les phénomènes que l'on observe
sont « le cornage avec dyspnée inspiratoire, l'intégrité
de la voix, l'expiration facile « . (Dufour, p. 15.)
Pourtant, par opposition au cornage, on peut observer
avec la paralysie des mêmes muscles des phénomènes inverses,
car M. Dufour ajoute (p. 17) : «L'intégrité delà
voix coïncidant avec le cornage et la dyspnée a été notée
comme un bon signe rationnel de la paralysie crico-aryténoïdienne
postérieure. Il ne faudrait pas, toutefois, donner
à ce signe une valeur absolue.» Paul Koch dit à ce propos
(2) : « Il ne faut considérer cette voix normale qu'au
point de vue des fonctions phoniques du larynx et faire
abstraction de son étendue ainsi que de sa force, qui sont
•diminuées dans notre paralysie comme dans tout affaiblissement
de la capacité vitale des poumons. Si cette intégrité
des fonctions phoniques du larynx possède sa valeur réelle
>et incontestable, il faut convenir, d'un autre côté, que l'absence
de ce signe précieux ne nous donne pas le droit d'exclure
catégoriquement la paralysie des crico-aryténoïdiens
postérieurs ; au contraire, nous possédons des exemples
non douteux où non seulement la voix était voilée, mais
qui présentaient la dyspnée inspiratoire combinée à l'aphonie
complète. »
(1) Dufour, De la paralysie des dilatateurs de la glotte. Th. Montpellier,
9 juin 1891. — Gerhardt, Ueber hjsterische Stimmbandlâhmung. Deut.
med. Woc/i., n° 4, 1878.
(2) P. Koch, Considérations sur les paralysies du larynx. Ann. des mal.
du larynx, avril 1877-78. — Paralysie des dilatateurs de la <j lotte. Ibid. }
avril 1879-80, 1881, 1883.
214 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Au fond, il ne s'agit pas dans l'hystérie d'une action
nerveuse portant sur le laryngé supérieur à l'exclusion du
laryngé inférieur, et vice versa, mais bien dune action centrale,
cérébrale, qui intervient pour produire des phénomènes
beaucoup moins dissociés, beaucoup plus «en bloc» .
Aussi, cliniquement, et c'est de cette façon qu'il faut envisager
la question que nous étudions, nous aurons à décrire
deux ordres de phénomènes : le premier, que l'on peut attribuer
si l'on veut à la paralysie, c'est Y aphonie hystérique ;
l'autre, qu'il est loisible de rapporter à la contracture y
c'est le spasme laryngé.
L'aphonie hystérique consiste dans l'impossibilité où se
trouve le malade de parler à haute voix, alors qu'il peut
encore chuchoter, l'articulation des mots étant conservée,
ce en quoi elle diffère du mutisme hystérique, où, comme
nous l'avons vu, le sujet est aphasique moteur tout au
moins. Il n'est pas moins vrai que dans nombre de cas
l'aphonie a été confondue avec le mutisme, et si l'on
considère que les travaux de M. Charcot, qui ont établi
la réalité du mutisme, ne datent que de 1885, on conviendra
que, vu la confusion qui existait avant lui entre
ces deux phénomènes, il serait véritablement oiseux d'entrer
dans des considérations historiques approfondies. A
vrai dire, mutisme et aphonie ont été observés de toute
antiquité par les auteurs qui, de près ou de loin, se sont
intéressés à la question de l'hystérie.
L'aphonie (1) est une manifestation assez fréquente de
la névrose. A l'instar de beaucoup d'autres phénomènes de
(1) Mayor, Phonation on inspiration a cause of hysterical aphonia,
Arch. of Laryngology. N -Y., 1882, t. III, p. 60-62. — Schkppegrell,
Hysterical aphonia. Med. News., Philadelphia, 1893, p. 313-317. — Sei-
FERT, Die Behandlung cler hysterichen Aphonie. Berl. klin. Woch., 1893,
t. XXX, p. 1068. — Mills, Hysterical aphonia, hemianesthesia and dyschromatopsia.
Philadel. hosp. Rep., t. II, 1893, p. 148. — Rueda, Afonia
isterica. Bollet. d. malattie di orecchio, d. gola e d. naso. Florence, 1892,
t. XII, p. 82.
DE L'HYSTERIE. 215
la série hystérique, elle se montre souvent à la suite d'une
émotion vive ou comme reliquat d'un paroxysme convulsif.
En dehors de ces deux causes, de toutes les plus importantes,
on en a noté beaucoup d'autres. Une inflammation
locale préexistante a été incriminée. « L'aphonie, dit Briquet
{op. cit., p. 716), succéda à un mal de gorge inflammatoire
né sous l'influence du froid humide. » Le début,
dans ces cas, est beaucoup plus traînant et n'affecte pas
l'allure brusque, en tant qu'apparition, de l'aphonie consécutive
aux paroxysmes.
Dans les cas où l'aphonie ne débute pas brusquement,
lorsqu'elle coïncide avec une inflammation locale de la muqueuse
laryngée ou pulmonaire, par exemple, on peut se
demander si véritablement on est en présence d'une manifestation
hystérique, l'aphonie étant le symptôme très fréquent
d'une altération organique. Le cas suivant sert de
démonstration à ce que nous venons d'avancer. « J'ai vu en
consultation avec MM. P. Dubois, Leuret et Louis, dit
M. Landouzy [op. cit., p. 118), une jeune dame hystérique
qui, depuis plus d'un an, était atteinte d'une extinction de
voix complète. Cet accident étant survenu chez cette dame
peu de temps après son retour des bains de mer, à l'approche
de l'hiver, et ayant surtout coïncidé avec une toux
violente, plusieurs médecins distingués n'avaient pas hésité
à le rapporter à la bronchite. Mais le rhume ayant disparu
complètement sans aucune modification dans l'extinction
de voix, la santé générale restant excellente malgré l'existence
d'accès hystériques quotidiens de quatre à cinq
heures de durée, et enfin l'auscultation la plus attentive
ne dénotant aucun trouble de l'appareil respiratoire, le
doute n'était pas longtemps possible sur la nature de cette
aphonie, qui diminue du reste depuis que l'hystérie perd
de son intensité première. »
En dehors de ces faits complexes où, dit Briquet, il y
aurait combinaison de deux maladies, auquel cas «le doute
n'aurait aucun inconvénient, car il faudrait s'occuper de
la laryngite avant toute autre chose » , la description de
216 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
l'aphonie hystérique est des plus simples et ne nous arrêtera
pas longtemps.
Elle offre deux aspects cliniques différents. Dans l'un,
qui sera décrit avec le spasme laryngé, il y a cornage et
dyspnée concomitants. Dans l'autre, celui que nous envisageons
plus particulièrement ici, la respiration est lihre
dans les deux temps, mais les malades ne peuvent parler
à haute voix; ils sont dans l'impossibilité d'émettre un
bruit laryngé. Toutefois, ce qui montre bien qu'il s'agit
encore là d'un phénomène d'origine centrale, c'est que,
même chez les individus le plus complètement aphones,
la voix peut persister pendant le sommeil. L'expression
verbale des rêves persiste parfois, ainsi que l'ont noté
Thaon et Gouguenheim. Pareillementà cequel'on observe
dans le mutisme hystérique, certains malades analogues à
celui cité par Harrison Griffith (1) ont conservé la faculté
de chanter.
Objectivement, on peut noter que l'aphonie coïncide
souvent avec une plaque d'anesthé.sie que Thaon a rencontrée
plusieurs fois dans la région tbyoïdienne, phénomène
également signalé par Bach (2). C'est une conséquence de
cette loi que nous avons établie de la superposition des
troubles de sensibilité aux paralysies et aux spasmes.
L'examen laryngoscopique, ainsi qu'on pouvait le prévoir,
donne des images très variées, différant, dit Thaon,
d'un jour à l'autre ; ce qui démontre combien est complexe
le mécanisme de l'aphonie, au moins pour ce qui a trait
aux manifestations locales sur les muscles du larynx. Cet
examen doit toujours être pratiqué; il est de la plus haute
importance dans l'espèce, en ce qu'il permet parfois la
constatation d'une lésion organique qui, même chez une
hystérique, lorsque l'aphonie persiste, devra bien plutôt
faire attribuer l'origine de l'aphonie à la maladie dont la
(1) II. GniFFiTii, Hysteiical aphonia ivith a perfectsincjing voice. N.-Y.
med. Journ., 1893, p. 558.
(2) Bacu, Hysteiical aplionia with especial référence to a plan of treatment
and a report of cases. N.-Y. med. Journ., 22 oct. 1892, p. 446.
DE L'HYSTERIE. 217
lésion organique est l'expression qu'à la névrose ellemême.
Le pronostic de l'aphonie hystérique est bénin; c'est
une manifestation beaucoup plus ennuyeuse que grave. En
réalité, grâce à la voix chuchotée, les malades conservent
encore des rapports suffisants avec le monde extérieur.
Cependant, l'aphonie peut persister pendant longtemps.
Landouzy rapporte un cas où elle dura quinze mois;
Thaon cite un fait de deux ans. Quant à la malade de
Sédillot, dont nous avons déjà analysé l'observation, elle
« resta muette et aphone pendant douze ans » . Dans ces
cas, l'aphonie constitue une véritable infirmité.
Il est vrai que le plus souvent elle guérit subitement de
la même façon qu'elle est apparue, à la suite d'une émotion,
d'un paroxysme convulsif. La malade de Sédillot
vit son aphonie de douze ans de date disparaître après
quinze jours de faradisation des muscles du pharynx et du
larynx.
A côté de ces cas prolongés, il faut placer ceux, beaucoup
plus fréquents, où l'aphonie ne dure que quelques instants
ou quelques jours. Mais souvent chez le même malade, elle
reparaît de nouveau avec la même facilité qu'elle a disparu;
c'est une manifestation essentiellement sujette à des
récidives (1), très différentes comme durée puisque, dans le
cas de Watson (Landouzy, op. cit., p. 118), sous l'influence
des mêmes paroxysmes convulsifs, l'aphonie s'établit pendant
cinq jours, disparut et persista ensuite pendant quatorze
mois pour disparaître encore. Nous observons en ce
moment une malade âgée de vingt-deux ans, chez laquelle
surviennent plusieurs fois par jour des spasmes cloniques
et toniques des muscles de la nuque et du cou sous forme
paroxystique, s'accompagnant d'aphonie. Dans leur intervalle
et même pendant la première moitié de l'attaque, la
malade peut parler à haute voix, mais ces phénomènes
durent depuis six mois consécutifs.
(1) Levisox, Intermittirende Aphonie vierjàlirige Dauer, Heilung . Berl.
klin. Woch., n° 46, p. 555, 1869.
218 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Le diagnostic de l'aphonie hystérique est facile. Il se
basera non seulement sur la symptomatologie qui lui est
propre, mais encore et surtout sur la coïncidence d'autres
manifestations hystériques : attaques, plaque d'anesthésie
laryngée, absence de lésions constatées au laryngoscope.
Il pourrait exister des cas où, chez des hystériques confirmées,
l'aphonie sans lésion laryngée coïncidât avec des
hémoptysies permettant de penser à la tuberculose pulmonaire.
Nous verrons bientôt, en étudiant les troubles trophiques
du poumon, comment on pourra se tirer avec
honneur de ces cas épineux.
Le spasme laryngé, manifestation de la contracture (ou
de la paralysie) de certains muscles du larynx , occupe
une place très importante dans la pathologie delà névrose.
Nous avons déjà étudié sa forme paroxystique—celle sous
laquelle il se montre le plus souvent — en traitant de
l'attaque dite de spasmes dans laquelle la sténose du
larynx domine la scène morbide (1). Nous avons montré
alors les dangers de ce paroxysme, qui pouvait se terminer
par la mort. De plus, en traitant de la toux et surtout
de la dyspnée ou polypnée hystérique, nous avons insisté
sur l'intervention toujours possible du spasme au cours
de ces manifestations.
C'est donc une note complémentaire bien plutôt qu'une
description nouvelle que nous allons ajouter à ce que nous
avons déjà dit. Rappelons que, dans les intervalles des
crises, il peut exister un cornage permanent, de la dyspnée,
du tirage, l'expiration restant généralement facile, alors que
l'inspiration est toujours gênée. C'est encore cette sympto-
(1) Sprega, Storia clinica di una islerica; emiplegia traumatica isterica,
nevrosi cardiaca, accessi catalettici, grandi convulsioni, afonia, grave spasmo
accessionnale délia glollide ; considerazioni sulla cura fatta colla pilocarpina
e colla sugçestione. Raccoglitore medico Forli, 1893, 5e série, t. XVI,
p. 289
DE L'HYSTERIE. 219
matologie que l'on retrouve dans certains cas de paralysie
des dilatateurs de la glotte, sans qu'il soit cependant facile
de dire si, dans la circonstance, on a affaire à la paralysie,
à l'exclusion de la contracture. Dans un cas de Dufour
(obs. II) où, en somme, il s'agissait d'une véritable attaque
de spasme, l'ensemble symptomatique ressemblait singulièrement
au croup, à la dipbtérie du larynx.
Dans un autre fait, qui n'est pas sans analogie avec le
précédent, Morton (1) fut appelé pendant la nuit et faillit
pratiquer la trachéotomie. L'examen du larynx montra
que les cordes vocales étaient en adduction. Le spasme, qui
durait depuis cinq heures, cessa à la suite d'applications
galvaniques sur la région laryngée; les cordes vocales se
mirent alors en abduction.
Quelle que soit l'interprétation qu'on admette dans les
cas analogues où l'investigation fut possible, « on a trouvé,
dit Gouguenheim, que les cordes vocales étaient très rapprochées
l'une de l'autre et très tendues » .
Dans la discussion qui eut lieu lieu sur le spasme laryngé
au Congrès de Reims, Gouguenheim (2) et Denucé s'élevèrent
contre l'intervention chirurgicale par la trachéotomie
en pareille occurrence. Nous répétons cependant que
la mort peut parfaitement être la conséquence de la sténose
laryngée paroxystique (3).
Il semble que la sténose puisse siéger encore plus bas
(1) Mortox, Hysterical laryngeal dyspnoea. Brit. mecl. Journ., Londres,
1891, t. I, 1193.
(2) Gouguenheim, Sur le spasme laryngé' d'origine hystérique. Assoc.
franc, pour l'avancement des sciences. Congrès de Reims, 1880.
(3) Jon'QUiÈre, NeuerBeitrag zur Kenlnniss des phonischen Stimmritzenkrampfes
bei Hysterischen. Monatschiift f. Ohrenheilk. Berlin, 1884,
t. XVIII, p. 121-127. — Ruault, Observation pour servir à l'étude de la
sténose laryngée névropathique. Arch. int. de laryngologie, janvier-février
1892. — PrzedborSki, Un cas de spasme hystérique expiratoire et dilatation
de la fente gloltique. Congrès de Borne, 1894. — Lumbau, Studio
sopra uno caso di spasmo délia qlottide di isterismo. Gaz. med. lomb
.
Milan, 1894, t. LUI, 131, 141, 153.
-220 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
que sur le larynx et intéresser la trachée. M. Chaput (1) a
publié un cas intéressant de cet ordre. Un homme de
vingt-six ans présentait depuis cinq ans une toux persistante
et de l'enrouement, auxquels se surajoutait un cornage
accompagné de véritables accès de suffocation. L'examen
larvngoscopique fit constater « l'intégrité absolue du
larynx. Aucune rougeur, aucune saillie de la muqueuse;
les cordes vocales se contractent normalement; il existait
«ne expectoration assez abondante » . L'opération de la
trachéotomie fit cesser tous ces accidents. M. Chaput conclut
à un spasme de la trachée chez un hystérique, mais il
n'existait pour justifier le diagnostic qu'un « rétrécissement
assez notable du champ visuel, surtout à droite » , et
encore les pupilles étaient inégales, ce qui ne s'observe
guère dans l'hystérie. Ce cas est donc aussi peu démonstratif
que possible.
M. Chaput rapproche de son observation un fait de
Landgraff (2) dans lequel tous les symptômes d'une sténose
trachéale ou bronchique (dyspnée, tirage, cornage) disparurent
à la suite d'un cathéterisme de la trachée et de
chacune des deux grosses bronches pratiqué à la faveur
de la cocaïnisation du larynx et de la trachée. Le larynx
était parfaitement perméable, mais cependant il existait
une paralysie laryngée hystérique! On voit que ces observations
n'ont qu'une valeur tout à fait relative, au moins
en ce qui regarde la localisation de la sténose.
L'appareil respiratoire peut être le siège de troubles trophiques.
Nous avons noté que Briquet avait signalé ce fait
que, dans certains cas, des sécrétions bronchiques ou pulmonaires
accompagnaient la dyspnée liée à l'asthme hys-
(1) Cuaput, Cornage et accès de suffocation chez un hystérique mâle.
Intégrité du larynx, spasme delà trachée, trachéotomie, guérison. Arch. de
laryngologie, août 1890, p. 230.
(2) Landciufk, Dent, mcd Wochens., 1890, p. 43.
DE L'HYSTERIE. 2t>I
térique. Nous ajoutions, alors, que son opinion était restée
isolée.
Ce que l'on observe assez fréquemment, par contre r
clans cet ordre d'idées, ce sont les hémoptysies hystériques t
phénomène de même essence que les hémorragies cutanées,
les hématémèses, avec lesquelles les hémoptysiescoïncident
parfois chez le même sujet, ainsi que M. Binet
en a rapporté une bonne observation (1). Cela n'a rien
qui doive nous surprendre, étant donné que les manifestations
de la diathèse vaso-motrice sont souvent multipleschez
le même individu.
Pomme (2) paraît être un des premiers auteurs qui aient
étudié l'hémorragie pulmonaire dans l'hystérie. Il parle
d'abord de la « suffocation hystérique » , dont il rapporte
deux observations qui ont trait aux deux soeurs. Mais sa
description clinique est très écourtée, si tant est véritablement
qu'elle existe. Il insiste bien plus sur le retour des
accès de suffocation au moment des époques menstruelles
et met ces crises sur le compte des obstacles que le sang
des règles « trouve dans son passage à travers les tuyaux
excréteurs de la matrice » .
Il ajoute, en traitant cette fois de Y hémoptysie hystérique
: « La même cause qui agit dans la suffocation
procurera aussi l'hémoptysie, si les vaisseaux sanguins des
poumons, trop faibles pour résister à l'impétuosité du sang
menstruel qui reflue sur eux, cèdent à ses efforts, ce qui
formera des ouvertures et des crevasses plus ou moins
grandes par lesquelles le sang s'échappera avec d'autant
plus d'abondance qu'il y sera poussé avec plus ou moins
de vigueur par la contraction des vaisseaux et des nerfs de
la matrice ; et cette hémoptysie sera d'autant plus difficile
à guérir qu'elle sera périodique. »
Suivent deux observations dans lesquelles la description
(1) M. Binet, Des hémorragies dans l'hystéro-catalepsie. Ann. méd.
psych., t. XVIII, septembre 1877.
(2) Pomme, Traité des affections vaporeuses des deux sexes, 6e édit-,
an VII, t. I, p. 186, 190.
222 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
clinique est encore complètement sacrifiée à des raisonnements
théoriques qui ne méritent pas d'être rapportés.
Peut-être faut-il faire une exception pour le cas de
Louise Bourbone : « Au retour périodique de ses mois,
dit-il (p. 240), il survint un crachement de sang des plus
considérables, un vomissement continuel et des attaques
convulsives que l'on prenait pour des vapeurs épileptiques.
»
Les faits de Pomme passèrent pour ainsi dire inaperçus,
et c'est à peine si Briquet mentionne l'hémoptysie hystérique.
Du moins, sous l'influence des idées du moment, n'y
attache-t-il d'autre importance que celle qu'on attribuait
alors aux hémorragies supplémentaires.
« Lorsque la toux hystérique, dit-il (op. cit., p. 249),
s'accompagne de l'aménorrhée, il peut survenir des hémoptysies
supplémentaires qui augmentent encore les
craintes. Heureusement que le sang contenu dans l'expectoration
se présente sous des apparences tellement
spéciales qu'elles suffisent à établir un diagnostic précis.
Le sang expectoré est de couleur incarnat ; il n'est jamais
mélangé avec le mucus et n'est jamais pénétré de bulles
d'air. Il est facile de voir qu'il vient des bronches et non
des vésicules pulmonaires. »
Marius Carre (1) est un des premiers auteurs qui aient
combattu cette théorie de l'hémorragie supplémentaire des
règles appliquée à l'hémoptysie hystérique, pour rapporter
à l'influence nerveuse directe ce qui lui appartient véritablement.
Dans un important mémoire sur l'hémoptysie
nerveuse, il publie un certain nombre d'observations tant
personnelles qu'empruntées à Pomme. Il est à signaler que
son observation III, de toutes peut-être la plus intéressante
et la plus complète au point de vue de l'hystérie,
est étiquetée : « Congestion de la moelle ; irritation spinale
» .
Depuis cet auteur , de nombreux cas d'hémoptysie
(1) Marius Carre, De V hémoptysie nerveuse. Arch. çe'n. de médecine,
t. XXIX, 1877, p. 63, 179, 293.
DE L'HYSTERIE. 223
hystérique ou d'hystérie pulmonaire, terme générique sous
lequel on englobe ces faits, ont été publiés ; ils seront
analysés chemin faisant.
L'hémoptysie hystérique s'observe chez l'homme comme
chez la femme. Certains auteurs même, M. E. Laurent (1),
Quinqueton (2), M. J. Voisin (3), ce dernier incidemment
toutefois, l'ont étudiée plus particulièrement dans le sexe
masculin. Cela ruine l'opinion, combattue d'ailleurs par
Marias Carre, que ces hémorragies seraient supplémentaires
des règles.
A la vérité, on ne saurait nier que les hémoptysies ne surviennent
parfois d'une façon assez nettement périodique,
au moment où les menstrues devraient se montrer. Cela
tient simplement à ce qu'à cette époque les femmes sont
plus sujettes aux paroxysmes convulsifs, qui jouent, nous
le savons, un rôle éminemment provocateur vis-à-vis de
toutes les manifestations de la diathèse vaso-motrice.
De ce fait on peut conclure déjà— ce qui est conforme
aux données cliniques — que les hémoptysies auront
leur maximum de fréquence à Yâge où les attaques reviendront
elles-mêmes avec le plus d'insistance, c'est-à-dire
de dix-huit à trente ans. Cependant l'hémorragie bronchopulmonaire
est de tous les âges. M. Huchard (4) a, en
effet, rapporté une observation concernant une jeune nlle
de quatorze ans, et M. Petit (5) a relaté le cas d'un homme
(1) E. Laurent, De l'hystérie pulmonaire chez l'homme. L'Encéphale,
t. IX, n° 1, janvier-février 1889, p. 23.
(2) Quinqueton, De l'hystérie chez l'homme; difficultés dans certains cas
du diagnostic entre cette affection et la phtisie pulmonaire au début. Th.
Paris, 1886.
(3) J. Voisin, Note sur un cas de grande hystérie chez l'homme. Arch.
de Neurol., n° 29, septembre 1885.
(4) Hcchabd, cité par Tostivint, Contribution à l'étude de l' hystérie pulmonaire
{pseudo-phtisie hystérique). Th. Paris, 1888, p. 29.
(5) Petit, De l'hystérie chez l'homme. Th. Paris, i875, p. 29, observ.
XXVIII.
224 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
de quarante-cinq ans chez lequel, comme on le verra, le
diagnostic offrit de nombreuses difficultés.
Mais si l'hémoptysie hystérique paraît survenir, dans la
grande majorité des cas, sous l'influence du paroxysme
convulsif, on peut toutefois lui reconnaître d'autres causes
qui, à la vérité, n'ont qu'une valeur tout à fait secondaire.
Un des malades de Laurent (obs. I) avait reçu un coup de
couteau dans le dos ; cinq jours plus tard survint une
hémoptysie abondante. Mais une fois la plaie cicatrisée,
les crachements de sang ne se montrèrent pas moins à la
suite d'attaques hystériques nettement caractérisées. Il
faudra se garder encore, à n'en juger que par la toux, de
mettre l'hémoptysie sur le compte d'une bronchite, car la
toux qui accompagne fréquemment l'hémoptysie hystérique
n'est souvent que la toux spasmodique que nous
avons déjà décrite et qui est une manifestation paroxystique
de la névrose.
*
* -&
Cliniquement, l'hémoptysie hystérique se présente sous
plusieurs aspects qui, tout en ne différant pas essentiellement
les uns des autres, méritent cependant d'être distingués,
étant donné que chacun d'eux peut entraîner des
variations dans le diagnostic.
Dans un premier groupe, qui de tous comprend le plus
grand nombre de cas, l'hémoptysie est manifestement liée
à l'attaque. L'observation V de Marius Carre peut servir à
illustrer ce type. A la fin de la période d'assoupissement
qui termine le paroxysme, parfois, mais plus rarement
avant la période d'agitation qui en est le prélude, « on
voit, dit-il [op. cit., p. 190), apparaître un sang spumeux
sortant de la bouche à travers l'intervalle des dents, ou
bien projeté par des mouvements d'expulsion.
« L'inspiration devient alors bruyante et ronflante, et
presque toujours on perçoit un véritable gargouillement
dans la trachée. C'est là le prélude habituel de l'expuition
sanguine. Le sang est abondant; il remplit souvent lesDE
L'HYSTERIE. 225
draps du lit, les objets de la literie, les cheveux, la figure
et le tronc de la malade; il n'est pas vermeil comme dans
l 'hémoptysie ordinaire; il est d'un rouge tirant un peu sur
l'orangé, rappelant seulement par sa coloration les crachats
rouilles. »
Chez cette malade, l'hémoptysie coïncidait fréquemment
avec d'autres hémorragies, l'épistaxis en particulier, et
une autre variété assez rare, l'hématurie.
Chez le malade de M. J. Voisin, l'hémoptysie était aussi
en rapport avec la crise convulsive , mais elle ne se
montrait que le lendemain du jour où celle-ci avait eu
lieu.
11 faut, comme nous l'avons dit, assimiler à des attaques
les cas où la toux, la dyspnée ou la polypnée (obs. I de
Tostivint), ont des allures paroxystiques.
Dans un autre groupe de faits, l'hémoptysie semble
indépendante des paroxysmes ou se montre dans les intervalles
très prolongés des attaques. C'est alors un véritable
phénomène d'hystérie locale, qui s'accompagne parfois de
modifications telles du fonctionnement pulmonaire qu'on
peut songer aune lésion organique (1). Ces derniers faits
sont très importants au point de vue du diagnostic ; il importe
donc que nous en précisions la symptomatologie.
L'hémoptysie peut s'accompagner d'abord de phénomènes
douloureux du côté des parois thoraciques, qui sont
liés à l'existence de zones hyperesthésiques hystérogènes
analogues à celles que l'on observe dans l'angine de poitrine
des hystériques.
Chez le malade de J. Voisin, lors des attaques convulsives
qui s'accompagnaient de polypnée et d'hémoptysies,
on notait « une hyperesthésie extrême de la paroi tbora-
(1) Debove, Recherches sur l'hystérie fruste el sur la congestion pulmonaire
hystérique. Union médicale, p. 135, 145, 171, 1883, et particulièrement
n° 13, p. 146.
ni. 15
226 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
cique du côté gauche ; le malade ne supportait pas le
moindre frottement à ce niveau » .
Après un crachement de sang, Laurent constata chez un
de ses sujets (obs. III), « du côté gauche, un point excessivement
douloureux. La moindre pression arrachait des
cris au malade. La percussion et l'auscultation ne donnaient
rien. »
Dans un cas de Tostivint (obs. II) il existait, toujours du
côté gauche, « au niveau du sein, une douleur des plus
vives remontant vers la clavicule, intolérable au toucher,
au moindre mouvement, et au moindre frottement des
vêtements » .
Cette zone hyperesthésique, qui s'exalte pendant la période
hémoptoïque, peut, on le comprend, être prise pour
un véritable point de côté qui, joint à la toux, à la dyspnée
ou à la polypnée, fera immédiatement songer à une lésion
organique du poumon.
Il faut dire, cependant, que l'auscultation et la percussion
— à part les phénomènes douloureux que celle-ci
peut déterminer — restent, dans la majorité des cas,
négatives. Cependant il n'en est pas toujours ainsi.
Un malade de M. Debove, sujet à des hémoptysies hystériques,
auscultéà plusieurs reprises, présenta des «signes
de congestion pulmonaire » , sans qu'on nous dise exactement,
toutefois, de quelle nature étaient les phénomènes
observés localement. Chez un autre sujet hystérique comme
le premier et qui guérit complètement, le même auteur
constata « des craquements humides au sommet du poumon
gauche, en arrière » .
Ces signes stéthoscopiques sont le plus souvent transitoires.
« Le matin à la visite, dit Laurent (obs. II, p. 38),
l'auscultation révèle dans la fosse sous-épineuse droite un
petit foyer de râles crépitants, fins; mais ces signes disparaissent
les jours suivants. »
Fabre a constaté, lui aussi, certaines de ces modifications
locales. Après avoir noté l'absence presque complète de
l'expectoration, en dehors du crachement de sang luiDE
L'HYSTERIE. 227
même, il ajoute (1) : « Si l'observation des signes rationnels
vous conduit à la recherche des signes physiques, vous
trouverez à la percussion, tantôt une matité circonscrite
et persistante à ce sommet, particulièrement au sommet
droit, tantôt une matité plus étendue et plus fugitive sur
une partie quelconque de la poitrine. L'auscultation vous
révélera de la diminution du murmure vésiculaire, des râles
sibilants et sous-crépitants qui, à la longue, peuvent devenir
un peu craquants; parfois de légers frottements pleuraux,
plus souvent de l'expiration prolongée, même un peu
soufflante. Tous ces signes ont pour cause une congestion
plus ou moins intense, plus ou moins durable, plus ou
moins superficielle, par troubles vaso-moteurs. Quand la
congestion dure, les râles deviennent un peu craquants.
Lorsqu'elle est superficielle, il s'y joint un peu de pleurite
adhésive. Dans la majorité des cas, cependant, il y a beaucoup
moins de signes physiques qu'on ne s'attendait à en
trouver d'après l'abondance des hémoptysies, d'après l'intensité
de la toux, d'après l'aspect de la malade. »
Étant donné ce que nous savons déjà des manifestations
cutanées, par exemple, de la diathèse vaso-motrice dont il
est possible de visu, pour ainsi dire, d'analyser le processus,
nous nous rallions complètement à l'opinion exprimée par
Fabre. Nous pensons qu'il peut exister des phénomènes de
congestion pulmonaire d'origine hystérique se caractérisant
par des signes appréciables à l'auscultation et à la
percussion. Une certaine quantité de liquide exsudé peut
même s'épancher dans la plèvre ; car, dans une observation
de Debove, il est dit (op. cit., p. 146) qu'à la suite d'une
•de ces poussées congestives « on reconnut l'existence
d une pleurésie qui fut ponctionnée : on retira un quart
de litre d'un liquide citrin et transparent » . Quelques
jours plus tard, l'auscultation et la percussion ne donnaient
que des signes négatifs.
(1) Fabre, L' hystérie viscérale, op. cit., p. 62.
228 TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
Étudions maintenant les^caractères objectifs de l'hémoptysie.
Le sang est rendu soit spontanément, soitàla suite
de quintes de toux et en quantité plus ou moins abondante.
Le malade expectore quelques crachats rouilles,
ou remplit plusieurs crachoirs à la suite de véritables
vomiques, ainsi que l'a observé Laurent (op. cit., p. 37). Ces
diverses modalités peuvent s'observer successivement chez
le même sujet.
D'une façon générale, les hémoptysies hystériques
seraient, d'après M. Tostivint, plus abondantes que les hémoptysies
tuberculeuses. « Le sang est incarnat, ajoute-t-il,
gelée de groseille suivant la comparaison de M. Lasègue,
noir plus tard; il serait, d'après certains auteurs, pur de
mélange de mucus ou d'air... Pour être vrai, disons que
le sang de nos malades n'offre de caractères importants
que ceux tirés des circonstances qui en accompagnent le
rejet. »
Dans une observation du même auteur, le sang examiné
au miscroscope ne renfermait ni bacilles, ni fibres élastiques,
phénomènes négatifs très importants au point de vue
du diagnostic avec la tuberculose et que l'on ne manquera
jamais de rechercher.
Outre les caractères physiques que nous avons signalés,
l'hémoptysie hystérique peut s'entourer d'un cortège de
phénomènes généraux qui plaideront singulièrement, parfois,
en faveur d'une affection organique du poumon.
Une malade observée par M. Léon Petit (l), âgée de vingt
et un ans, avait une première fois « vomi le sang à pleine
cuvette pendant une dizaine de jours » . On la croyait
remise lorsque, sur les conseils de son médecin, elle
retourna dans son pays, se refroidit pendant le voyage et,,
à son arrivée, « fut prise de violentes quintes de toux suivies
d'une expectoration abondante avec fièvre et délire.
(1) Léon Petit, Bull, et Mém. de la Société de médecine pratique^
15 août 1888, cité par Tostivint, p. 25.
DE L'HYSTERIE. 229
Elle garda le lit six semaines; on la traita pour une phtisie
galopante. »
Son état s'améliora de nouveau, mais quelques mois
plus tard, au moment des règles, se produisit une nouvelle
hémoptysie, moins abondante toutefois que la première,
mais qui s'accompagna d'une dyspnée très intense, d'un
redoublement de la toux, d'une très abondante expectoration,
« d'une fièvre très violente, de sueurs nocturnes, d'insomnie,
de diarrhée, d'anorexie absolue » .
Cinq médecins furent appelés : tous portèrent le diagnostic
de phtisie pulmonaire « avec un pronostic fatal à
brève échéance » .
Cependant l'auscultation révélait à peine quelques
signes de bronchite légère, aussi peu en rapport que possible
avec « la cyanose d'une phtisique arrivée aux derniers
jours de sa maladie » , et l'examen des crachats restait négatif
au point de vue de l'existence des fibres élastiques et
de la présence des bacilles tuberculeux. La malade se rétablit
d'ailleurs, reprit son embonpoint, et le retour à la
santé parut coïncider avec l'apparition de violentes
attaques d'hystérie convulsive.
Nous avons tenu à résumer cette observation pour bien
montrer l'ensemble des phénomènes généraux qui peuvent
accompagner les manifestations de l'hystérie pulmonaire
et faire croire à l'existence de la tuberculose sous sa forme
îa plus grave.
Il est regrettable, toutefois, que M. Léon Petitn'ait pas
cru, lorsqu'il parle de l'existence d'une fièvre très violente,
devoir nous renseigner sur la température exacte que présentait
sa malade.
De même, M. Debove signale la fièvre dans une de ses
observations (p. 146) sans nous donner d'indications thermométriques.
Il faut ajouter d'ailleurs que, lorsque la température a
été recherchée, on l'a trouvée le plus souvent normale,
comme dans un cas de M. Laurent (obs. II), où elle ne
dépassait pas 37°, 2 R.
230 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Cependant, dans un cas de Marius Carre (p. 303), il est
dit que «pendant la période comateuse, le thermomètre
monta jusqu'à 39°, 7 du côté droit et à 40°, 2 du côté
gauche » , mais ce cas peut prêter à interprétation. Ajoutons
que dans l'observation I de M. Tostivint il se produisit,
pendant 15 à 20 jours, une élévation de la température qui
oscilla entre 38 et 40 degrés avec rémission matinale de
quelques dixièmes de degré seulement.
•De tout cela que faut-il conclure, sinon que dans certains
cas, rares à la vérité, la fièvre peut véritablement
tenir sa place dans le cortège symptomatique qui accompagne
l'hémoptysie hystérique; ce qui, on le comprend
sans peine , ajoutera de singulières difficultés au diagnostic
(1)?
Celui-ci est donc loin d'être toujours facile. Il faudra
d'abord établir nettement la provenance exacte du sang.
L'épistaxis hystérique n'est pas rare, mais sera facilement
reconnue, dans les cas douteux, par l'inspection de
l'arrière-cavité des fosses nasales. L'hémorragie buccale,
par contre, ne s'observe que d'une façon tout à fait exceptionnelle
dans l'hystérie.
Mais il n'en est pas de même de l'hématémèse, et son
diagnostic avec l'hémorragie broncho-pulmonaire peut
offrir des difficultés dont on se rendra bien compte en lisant
une observation de Rathery (2) et les faits de M. Josserand,
dont nous parlerons en étudiant les manifestations gastriques
de la névrose. Toutefois, on se rappellera que l'hémoptysie
s'accompagne presque toujours de toux et parfois
d'un certain gargouillement trachéal dû au passage du
sang dans les voies aériennes, alors qu'avec fhématémèse
(1) A signaler une observation de R. del Vallk y Aldabalde, Jleuista de
Medicina y Cirurgia practicas, sept. 1893. An. in Rev. intern. de Bibliographie,
n° 22, 25 nov. 1893, dans laquelle une femme de vingt-cinq ans,
sujette à des hémoptysies avec congestion pulmonaire d'origine hystérique,
présentait en outre des accès de fièvre intermitente à type quotidien. Peutêtre
la fièvre elle-même était-elle d'origine hystérique.
(2) Rathery, Contribution à l'étude des hémorragies survenant dans le
cours de l'hystérie. Union médicale, 1880, nos 32, 35.
DE L'HYSTÉRIE. 231
coïncident généralement des vomissements ou des vomituritions,
des contractions spasmodiques du pharynx ou de
l'oesophage. On ne se basera pas sur l'absence de parcelles
alimentaires dans les matières expulsées; car, dans la
majorité des cas, l'hématémèse est pure, et d'une tout
autre allure que la gastralgie avec rejet des aliments.'
Cependant, il faut avouer que, lorsqu'à la fin d'une violente
attaque on voit le sang sortir de la bouche du malade et
inonder ses vêtements ou le lit sur lequel il est couché, il
est assez difficile de dire immédiatement si l'hémorragie
provient des bronches ou du ventricule. Il est vrai qu'on
pourra rechercher ultérieurement si les garde-robes renferment
du liquide hématique.
Quant aux caractères différentiels tirés de l'aspect du
sang lui-même, ils sont, en général, d'un faible secours;
le sang, à la vérité, peut être spumeux (obs. V de M. Carre),
mais c'est là un phénomène presque exceptionnel, et dans
l'hématémèse le sang est expulsé presque aussitôt après sa
sortie des vaisseaux de telle façon qu'il est rutilant, non
altéré, ressemblant beaucoup, en somme, à celui qui vient
de l'arbre respiratoire. En général, cependant, on peut
dire que le diagnostic différentiel entre l'hémoptysie et
l'hématémèse chez les hystériques n'offrira pas de grandes
difficultés.
Cette rareté du caractère spumeux du sang pourrait
peut-être servir à différencier l'hémoptysie hystérique de
l'hémorragie liée aux affections organiques du poumon, la
tuberculose en particulier. Véritablement, l'absence d'ailleurs
inconstante de ce caractère a trop peu d'importance
surtout lorsqu'on met celui-ci en parallèle avec les phénomènes
locaux et généraux qui, lorsqu'ils existent, plaident
parfois si hautement en faveur de la phtisie pulmonaire.
A vrai dire, la phtisie est la pierre d'achoppement du
diagnostic; c'est la grave difficulté qu'ont signalée tous les
auteurs, Marius Carre, Debove, Fabre, Tostivint, Laurent,
Quinqueton, qui ont étudié l'hémoptysie hystérique.
Analysés un à un, des phénomènes tels que la toux spas232
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
modique, la dyspnée, l'anorexie avec amaigrissement et
sueurs nocturnes, les douleurs thoraciques et la fièvre,
peuvent appartenir essentiellement à la névrose , mais,
réunis chez un sujet, ils conduiront singulièrement, même
en l'absence de signes sthéthoscopiques, au diagnostic de
tuberculose.
Petit cite dans sa thèse (1) l'observation d'un homme
de quarante-cinq ans, atteint de toux spasmodique avec
hémoptysies, chez lequel, en Allemagne, on pensa à une
pneumonie. De retour en Frauce, Rayer, Trousseau, Siredey
conclurent à la tuberculose pulmonaire. Monneret seul
écarta la phtisie et fit le diagnostic de toux nerveuse sans
tubercules. Le malade était morphinomane, ce qui expliquait
jusqu'à un certain point l'asthénie générale, l'amaigrissement
et les sueurs nocturnes.
Et cependant c'était un hystérique à manifestations pulmonaires
qui guérit, surtout à partir du jour où on le traita
comme un névropathe et non comme un tuberculeux.
Car, en matière de traitement, nous apprendrons que
dans l'hystérie, l'autosuggestion ou la suggestion extrinsèque
jouent un rôle très important. Le malade de
M. Debove était étudiant en médecine ; on le croyait
tuberculeux et ce n'était pas à lui de discuter le diagnostic.
L'amélioration, que suivit bientôt la guérison, ne commença
à se montrer que lorsque M. Debove, écartant l'hypothèse
d'une tuberculose pulmonaire, le soumit à l'hydrothérapie
et à l'alimentation forcée (2).
A vrai dire, l'hystérie pulmonaire est rarement monosymptomatique,
et la recherche des stigmates, en l'absence
des crises convulsives, qui pourtant sont souvent présentes
et acquièrent alors une haute importance pathogénique,
permettra, dans la majorité des cas, d'établir que le malade
est un hystérique confirmé. On tiendra alors compte
des caractères de la toux à allure paroxystique, et aussi,
surtout peut-être de l'absence ou de la grande rareté des
(1) Petit, De V hystérie chez V homme. Th. Paris, 1875, obs. LV, p. 38.
(2j Dkiiove, op. cit. Union médicale, n° 13, 1883.
DE L'HYSTERIE. 233
phénomènes stéthoscopiques. Et c'est souvent au moment
où l'on sera le plus embarrassé qu'une attaque convulsive,
coïncidant avec une hémoptysie, viendra lever les doutes.
Il va sans dire que l'examen bactériologique des crachats
sanglants devra toujours être pratiqué et que les caractères
négatifs de l'examen devront peser d'un fort poids dans la
balance en faveur de l'hystérie.
M. Fabre, dans la bonne étude qu'il a faite de la fausse
phtisie des hystériques, a envisagé une dernière hypothèse.
« Là où le diagnostic peut devenir difficile, dit-il (op. cit.,
p. 68), ce sont les cas où l'hystérie et la phtisie se trouvent
réunies chez le même sujet, et ces cas ne sont pas très
rares , puisque nous avons actuellement dans le service
trois phtisiques qui sont manifestement hystériques...
Chez les deux premières, l'hystérie a ses signes propres et
la phtisie a ses signes d'auscultation : souffle, craquements
humides, gargouillements. Chez le n° 12, en même temps
que la boule et les troubles de sensibilité trahissent l'hystérie,
la phtisie est révélée moins par les signes physiques,
qui sont douteux, que par les commémoratifs : fièvre muqueuse
(?), abcès à l'anus. Quant aux sueurs locales de la
tête, sueurs nocturnes abondantes et tenaces, quant aux
mouvements fébriles à répétitions lentes, ils ne sont pas ici
absolument significatifs, mais la phtisie peut les réclamer
et faire valoir sur eux des prétentions qui équivalent à
des droits. On peut donc... dans les cas où l'hystérie et
la phtisie sont associées, sont copropriétaires du même
sujet, on peut, par un partage équitable, attribuer à chacune
ce qui peut lui revenir. » On voit, nous le répétons,
que le diagnostic avec la phtisie pulmonaire n'est pas, dans
certains cas , sans offrir de nombreuses et réelles difficultés.
Marius Carre (op. cit., p. 296) a rapporté un certain
nombre d'observations, tant personnelles qu'empruntées à
divers auteurs, d'hémoptysies au cours du paroxysme épilep
tique ; plusieurs se terminèrent par la mort. Le diagnostic
dans la circonstance portera bien plus sur la différencia234
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
tion à établir entre l'accès d'épilepsie et l'attaque d'hystérie,
ce que nous n'avons plus à faire. Il suffît d'avoir présent
à l'esprit que le mal comitial peut donner lieu à des
hémorragies pulmonaires.
D'après ce que nous avons dit, on conçoit que la marche
de l'hémoptysie hystérique soit essentiellement variable;
comme toutes les autres manifestations de la diathèse vasomotrice
, elle est éminemment sujette à des récidives
survenant presque toujours sous l'influence des mêmes
causes, le paroxysme convulsif en particulier. Il est à
remarquer que dans certains cas, dont une observation de
M. Huchard, relative à une jeune fille de quatorze ans, nous
offre un bon exemple, l'hémorragie peut affecter une sorte
de périodicité fixe , revenant pendant deux mois consécutifs,
quotidiennement, toujours à la même heure. Puis
un accident aigu, paroxystique ou aulre, rompra cette périodicité,
remplacera l'hémoptysie, qui pourra ne plus reparaître.
Car si l'hémorragie pulmonaire est tenace, elle
n'est pas moins susceptible de disparaître subitement
comme elle est apparue, pour ne plus jamais revenir, à
l'instar de beaucoup d'autres manifestations de la névrose.
En somme, le pronostic de l'hémoptysie n'est pas grave.
Si le crachement de sang est abondant, s'il se répète, s'il
coïncide avec d'autres manifestations de la diathèse vasomotrice
(obs. de Pomme, M. Carre), il peut amener chez
des sujets déjà anémiques ou anorexiques un état de
déchéance de l'organisme assez prononcé, comme nous
l'avons vu, pour faire penser aux formes graves de la tuberculose
pulmonaire. Malgré cela, dans toutes les observations
connues, la guérison est toujours survenue soit par
cessation directe du symptôme, soit par modification à la
faveur d'une autre manifestation. Resterait le cas où
l'hémorragie serait assez abondante pour entraîner directement
la mort : mais l'hémoptysie, pas plus que les autres
hémorragies viscérales liées à la névrose, ne semble susceptible
d'une semblable terminaison.
DE L'HYSTERIE. 23»
Nous voudrions maintenant dire quelques mots d'une
question qui, à notre avis, ne pouvait être fructueusement
traitée qu'à l'aide des connaissances que nous venons d'acquérir
sur les troubles vaso-moteurs du poumon. Nous
voulons parler des rapports qu'affectent entre elles l'hystérie
et la tuberculose pulmonaire, spécialement au point
de vue de leur étiologie et de l'influence qu'elles peuvent
exercer sur leur évolution réciproque.
Nous avons déjà bien souvent parlé d'associations hystéro-
organiques sans aller plus loin, chaque fois, que les
difficultés à envisager du diagnostic. Ici, on va le voir, la
question se pose plus complexe, et du sens dans lequel elle
sera résolue découleront des indications thérapeutiques de
la plus haute importance.
Examinons maintenant les faits.
En 1873, Pidoux (1), qui, à cette époque, faisait autorité
en matière de tuberculose pulmonaire, écrivait :
« La phtisie marche très lentement et a des rémissions
incalculables chez les personnes affectées de névroses. S'il
est un fait évident pour moi, c'est que ces sortes de sujets,
chez lesquels la phtisie n'est pas rare, lui opposent une
résistance surprenante et indéfinie. »
La question est donc nettement posée. Elle se précise
surtout avec un travail très consciencieux de Leudet(2), de
Rouen, qui, observant dans un milieu hospitalier, est
arrivé cependant à des résultats qui confirment ceux obtenus
par Pidoux dans sa clientèle aisée des Eaux-Bonnes.
Depuis 1 854, il a recueilli 324 cas d'hystérie ; 95 femmes
atteintes de la névrose sont revenues à plusieurs reprises
dans les salles de l'Hôtel-Dieu de Rouen, à des intervalles
qui variaient entre deux et vingt-deux ans. « Or, de ces
(1) Pidoux, Etudes générales et pratiques sur la phtisie, 1873, p. 157.
(2) Leudet, De la tuberculose pulmonaire chez les hystériques. Assoc.
franc, pour l'avancement des sciences. G. R. de la 6e session. Le Havre,
1877, p. 829, in-8°, Paris, 1878.
236 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
95 femmes, 9 seulement ont présenté, après une hystérie
bien constatée antérieurement, une tuberculose pulmonaire.
« Sur ces 32-4 hystériques, 23 seulement m'ont présenté
les signes et les lésions de la tuberculose pulmonaire. Je
suis donc autorisé à dire que la phtisie n'est pas commune
chez les hystériques et que la névrose ne constitue pas
une prédisposition de la lésion organique des poumons. »
Puis, après une discussion sur la date réciproque de
l'apparition de l'une ou l'autre de ces manifestations,
Leudet arrive au point important de son mémoire.
« La tuberculose éprouve-t-elle réellement une modification
dans sa marche, sa durée et ses terminaisons sous
l'influence de l'hystérie préexistante ou coexistante? Je
me hâte de dire que, dans le plus grand nombre des cas, la
proposition de Pidoux me semble vraie et que l'hystérie
peut être regardée comme modératrice de la tuberculose
pulmonaire. »
Il faut avouer cependant que ce qui suit ne corrobore
guère cette opinion.
« Sur 16 hystériques phtisiques, 10 ont succombé, deux
malades dans un espace variant de 6 à 7 mois, 2 après
2 ans, 3 en 3 ans, 2 en 4 ans et 1 en 8 ans. Les autres
vivaient encore après une durée assez prolongée de la
tuberculose pulmonaire. Cette durée était 1 fois de 2 ans;
3 fois de 6 ans; 1 fois de 9 ans; 1 fois de 10 ans; 1 fois
de 19 ans. Une seule de ces malades offrait une amélioration
si considérable de la tuberculisation locale qu'on
pouvait la croire guérie.
« La tuberculisation pulmonaire chez les hystériques
peut donc être très courte, mortelle en moins d'un an; au
contraire, et c'est le cas le plus fréquent, elle a une durée
qu'on pourrait dire, à l'exemple de Pidoux, indéfinie. »
Et pourtant Leudet ajoute qu'une des malades de Marius
Carre [op. cit.), hystérique confirmée, mourut de phtisie
aiguë.
On pourrait peut-être le mettre encore en contradicDE
L'HYSTERIE. 237
tion avec lui même en rappelant que, dans sa communication
à l'Académie de médecine (l) (1885) sur la tuberculose
dans les familles, il écrivait : « La tuberculose pulmonaire
constitue quelquefois une sélection morbide qui
frappe de mort les familles dégénérées » , et parmi ces
dégénérés il note des hystériques (p. 542).
Dans les éditions successives de son Traité pratique des
maladies du système nerveux (4
e éd., 1894), et surtout dans
l'important mémoire qu'il publie en 1884, le professeur
Grasset (2) tend à admettre, avec certaines restrictions
toutefois, les idées de Pidoux et de Leudet. Il veut surtout
démontrer « que l'hystérie est souvent la manifestation de
diathèses diverses, la scrofulose et la tuberculose en particulier
» (mars 188 4, p. 223).
« Il y a alternance, ajoute-t-il, entre les accidents dus à
la tuberculose et à l'hystérie, si le début des deux maladies
s'est fait à deux époques différentes ; il y a une marche
lente de la tuberculose si les deux affections ont débuté
ensemble. »
Mais, s'appuyant sur de nombreux faits cliniques et
sur des données doctrinales, il ne saurait souscrire à l'antagonisme
qu'on a dit exister entre la tuberculose et l'hystérie.
Par contre, la thèse de Largaud (3), basée sur onze
observations dont huit personnelles, est un plaidoyer souvent
passionné en faveur de l'influence inhibitoire de
l'hystérie sur la tuberculose du poumon.
« La névrose, dit-il (p. 10), nous a paru, dans les
observations que nous relatons, jouer un rôle protecteur
comme si, devant elle, l'affection pulmonaire se trouvait
(1) Leudet, La tuberculose pulmonaire dans les familles. Bull, de
l'Acad. de nie'd., t. XI V, 2e série, séance du 14 avril 1885, p. 532.
(2) Grasset, Des rapports de V hystérie avec les diathèses scrofuleuse et
tuberculeuse. Montpellier médical^ mars, avril, juin, août 1884. — Grasset
cite de Maggiorani une communication, Isterismo e tisi, faite à l'Acad. de
méd. de Home, séance du 27 avril 1879, qu'il juge peu importante.
(3) Largaud, De l'influence de l'hystérie sur la phtisie pulmonaire.
Th. Montpellier, 1882.
238 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
gênée dans sa symptomatologie et arrêtée dans sa marche. .
.
« Il y a une véritable lutte entre les deux maladies... Si
l'hystérie est très violente, elle restera maîtresse du terrain
; la phtisie pulmonaire s'arrêtera pour disparaître, du
moins dans sa symptomatologie ordinaire . Reparaîtra -
t-elle un jour? Le temps seul pourra répondre. Tout ce
que nous pouvons dire, c'est que, pour l'heure, la phtisie
ne s'est plus montrée, comme on le verra dans nos observations.
»
Et enfin (p. 38) : « Donc, et c'est ici la conclusion essentielle
de notre travail, des phtisiques peuvent sinon guérir,
du moins vivre longtemps avec leur tuberculose pulmonaire,
et cela grâce à Vhystérie. Et dorénavant, jusqu'à ce
qu'on ait bien prouvé que nous sommes dans l'erreur,
nous respecterons la névrose chez les phtisiques, la considérant
pour eux comme une planche de salut, une soupape
de sûreté qui doit leur assurer, pour un temps plus
ou moins long, une survie sur laquelle ils n'auraient pas
dû sembler compter... »
Les opinions de Pidoux et Leudet ont récemment
trouvé un défenseur plus modéré que Largaud dans M. Gibotteau
(1), qui, analysant les cas anciens, en apportant
quelques nouveaux et s'appuyant sur deux faits — très
peu démonstratifs à notre avis— de Furet (2) où la tuber-
€ulose articulaire ne se serait pas généralisée, parce qu'il
y avait coexistence d'hystérie, nous dit : « Ce que nous
voudrions pouvoir, sinon prouver, du moins faire penser,
c'est que chez les hystériques, de même que chez les
arthritiques et scrofuleux, la tuberculose offre une marche
spéciale et un pronostic moins sévère (p. 13). »
Mais si les opinions sont modérées , les conclusions thérapeutiques
qui en découlent sont, par contre, fort intransigeantes
:
(1) Gibotteau, De V influence de V hystérie sur la marche de la tuberculose
pulmonaire. Th. Paris, 12 juillet 1894.
(2) Furet, Contribution à l'étude de l'hystérie dans ses rapports avec
divers états morbides. Th. Paris, 1887-88, p. 42 et suiv.
DE L'HYSTERIE. 239
« Nous croyons, dit-il (p. 55), à la vérité de cet axiome,
qu'il faut bien se garder de traiter l'hystérie chez les
phtisiques. Plus d'une fois nous avons constaté les mauvais
effets d'un traitement énergique des phénomènes
hystériques, et si nous nous reportons aux observations,
nous voyons l'aggravation rapide des phénomènes pulmonaires
à la suite d'un traitement énergique de l'hystérie...
Le traitement intempestif de l'élément nerveux amène :
1° soit une tuberculose aiguë généralisée; 2° soit une
phtisie galopante ;
3° soit le développement d'une tuberculose
restée jusque-là latente ou ne s'étant manifestée
que par des phénomènes de scrofule et de fausse chlorose.
»
Il faudra donc (p. 57) se contenter « de traiter les symptômes
nerveux par les calmants, les antinévralgiques, les
aimants, les suggestions, mais nous n'instituerons pas le
véritable traitement de la névrose par l'hydrothérapie,
l' électrothérapie, l'isolement » .
En résumé, pour les auteurs précités, l'hystérie coexistante
retarde l'évolution de la tuberculose ; faire disparaître
les accidents nerveux serait, pour Gibotteau, précipiter
la marche de la phtisie pulmonaire.
Voyons ce qu'il faut penser de ces opinions.
Il semble bien d'abord, et cela résulte du nombre même
des travaux publiés, que l'association de l'hystérie et de la
tuberculose soit chose fréquente. Maintenant, est-ce la
tuberculose qui favorise le développement de l'hystérie
ou l'hystérie le développement de la tuberculose ? La
question a été diversement résolue, ou mieux diversement
envisagée par les auteurs qui s'en sont occupés.
En 1842, Monneret et Fleury (1) s'expriment en ces
termes : « On a considéré comme complications essentielles,
c'est-à-dire dépendantes de l'hystérie, les tuberculoses
pulmonaires. Leur développement peut être favorisé
par le trouble nerveux qui gêne la respiration, mais on
(1) Monneret et Fleury, Compendium de médecine, t. V, p. 79, 1842.
240 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
reconnaîtra que c'est aller trop loin que de faire résulter
en quelque sorte la phtisie pulmonaire de l'hystérie. »
Brachet (1) retourne, pour ainsi dire, la question :
« Cheyne s'est trompé, dit-il, lorsqu'il a cru que la phtisie
tuberculeuse était la conséquence de fortes hystéries ;
c'est bien plutôt, dans ce cas, l'éréthisme nerveux occasionné
par la première impression de la tuberculisation
qui a déterminé le mouvement nerveux hystérique. »
Mais voici encore un autre point de vue. La tuberculose
des ascendants prédispose les enfants à l'hystérie, dit
Chairou. Ce à quoi Bernutz (2) répond « qu'il faut tenir
compte, dans les faits de cette espèce, que cette névrose
est bien plus commune chez les sujets restés orphelins en
bas âge que chez ceux qui n'ont pas été soumis à cette
pénible épreuve et que, par suite, c'est en privant de bonne
heure les enfants de leur père et de leur mère affectés
l'un ou l'autre de phtisie que la tuberculose favorise, mais
d'une manière indirecte, le développement de la névrose
chez les descendants » .
On pourrait ainsi discuter longtemps : il faut donc
serrer le sujet de plus près.
Nous savons, du fait des observations publiées, celles de
Grasset en particulier, qu'il n'y a pas d'antagonisme entre
l'hystérie et la tuberculose. Nous serions même tenté d'ajouter,
en nous reportant à ce que nous avons vu à la Salpêtrière,
que l'hystérie favorise singulièrement l'éclosion
du tubercule, car dans cet hospice, où l'état sanitaire est
en général très bon, nous avons noté bien souvent que les
hystériques payaient un lourd tribut au bacille. Et Briquet
n'a-t-il pas encore écrit (p. 5-44) : « Les cas de mort par
voie indirecte à la suite de l'hystérie... se bornent dans
nos observations à la phtisie pulmonaire, à la cirrhose du
foie et à l'affection de Bright » ?
Puisqu'il semble admis que la névrose prépare si favorablement
le terrain, comment pourrait-il se faire qu'une
(2) Brachet, Traité de l'hystérie, p. 383. Paris, 1847.
(1) Bernutz, art. Hystérie, op. cit., p. 196, 1874.
DE L'HYSTERIE. 241
fois l'agent infectieux clans la place, l'hystérie intervienne
pour modérer son développement, retarder sa pullulation?
Un grand nombre de manifestations hystériques, déjà
étudiées ou que nous étudierons dans le prochain chapitre,
sont, par divers mécanismes, autant de causes productrices
de cette déchéance organique que réclame l'éclosion
du tubercule, et cela n'avait pas échappé à Briquet et à
bien d'autres auteurs.
« On comprend très bien, dit-il (p. 57), qu'Hoffmann,
Louyer-Villermay et Georget, voyant chez les sujets hystériques
la nutrition se troubler soit par le fait du défaut
d'une alimentation suffisamment réparatrice, soit par le
fait des souffrances continuelles qu'elles endurent, aient
pensé que le mouvement de composition et de décomposition
dans les tissus, pouvant se déranger, puisse donner
naissance à la tuberculisation ; tous les auteurs, en effet,
s'accordent à admettre que la phtisie peut venir à la suite
•de l'hystérie. Il y a certainement de bonnes raisons pour
•adopter leur opinion. »
Dès lors, nous le répétons, comment admettre qu'un
-organisme débilité puisse opposer une résistance opiniâtre
à l'agent infectieux: dont il a provoqué la germination?
On pourra objecter, à laide d'observations, et les auteurs
tels que Leudet, Largaud, Gibotteau, n'y ont pas
manqué, que cependant la tuberculose paraît réellement
évoluer plus lentement qu'à l'ordinaire chez les hystériques.
A cela il serait facile de répondre en citant les
faits où celle-ci a revêtu une marche aiguë. La discussion
menacerait ainsi de s'éterniser.
Toutefois, puisqu'il ne parait pas douteux que l'hystérie
prépare favorablement le terrain, comment admettre
encore, avec Gibotteau, qu'il ne faille pas traiter d'une
façon active les accidents hystériques chez les tuberculeux?
Indubitablement, chez un tousseur, on proscrira
1 hydrothérapie ; peut-être celle-ci pourrait-elle aggraver
les manifestations bronchiques. Mais pourquoi, avec cet
auteur, proscrire l'isolement et l'électrothérapie, qui
m. 16
242 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
seraient certainement d'un grand secours dans la disparition
des phénomènes gastriques, par exemple, qui mettaient
obstacle à l'alimentation ?
Il est certain, ainsi que Briquet l'a montré lui-même
(p. 500), que « la phtisie pulmonaire peut faire graduellement
cesser, puis l'aire disparaître tous les phénomènes
de l'hystérie » , à l'instar, comme il le dit encore, d'une
affection aiguë ou chronique, le choléra, par exemple, ou
l'état de grossesse. Mais la proposition inverse : l'influence
favorable de l'hystérie active sur la disparition ou l'atténuation
de la tuberculose, nous semble beaucoup plus difficile
à admettre.
En résumé, tous les auteurs conviennent que l'hystérie,
comme toute affection susceptible de débiliter l'organisme,
favorise l'éclosion de la tuberculose. Or, opinion qui nous
est personnelle, si certains d'entre eux ont cru quelle en
arrêtait le développement, c'est qu'ils ont aussi observé
des cas où ils se croyaient en présence de tuberculose
alors qu'il s'agissait de manifestations pulmonaires de la,
diathèse vaso-motrice et que ces phtisies, qui n'en étaient
pas, ont guéri. Leur esprit en a été vivement impressionner
et, de ce fait, ils se sont trouvés disposés à interpréter les
autres cas, ceux où la tuberculose existait réellement, dans
le sens favorable d'une évolution atténuée ou même de.
la guérison.
Car, nous l'avons dit, en l'absence de la constatation
du bacille, dont la notion est, en somme, toute récente,
le diagnostic entre la phtisie hystérique et la phtisie vraie
est fort difficile. Qu'on se rappelle le fait de Petit, où le
diagnostic de tuberculose fut affirmé par Rayer, Trousseau
et Siredey. Qu'on relise le passage de Fabre sur les fausses
phtisies hystériques, où il dit : « J'ai même vu Trousseau
déclarer carrément phtisique une jeune fille et l'envoyer à
Eaux-Bonnes (où exerçait Pidoux), où en arrivant elle guérit
de ses phénomènes thoraciques par l'effet du changement
d'air (p. 66). »
Ce qu'on peut admettre, c'est que sur le terrain hystéDE
L'HYSTERIE. 243
rique, si mobile, si changeant, chez ces anorexiques émaciées
au suprême degré, regagnant le mois suivant quinze
kilos de leur poids, la tuberculose fructifie mal ou très
irrégulièrement le lendemain du jour où elle avait germé
avec les meilleures chances de développement. Mais, pour
cela même, qu'on ne vienne pas dire qu'il faille se garder
de traiter les accidents hystériques, car de leur disparition
résulte, à notre avis, la première indication thérapeutique
dont on doit se proposer la réalisation.
Nous terminerons ce qui a trait aux manifestations de
l'hystérie sur l'appareil respiratoire et ses annexes, en
disant quelques mots de la paralysie et de la contracture
hystérique du diaphragme.
Briquet [op. cit., p. 475) est le seul auteur qui semble
avoir observé cette paralysie ; la description qu'il en donne
mérite donc d'être rapportée.
« Cette paralysie, dit-il, est l'une des plus rares ; je ne
l'ai vue que deux fois : les auteurs n'en rapportent pas
d'exemple ; peut-être cela tient-il à ce qu'ils ne connaissaient
pas les signes de cette maladie...
« Dans les cas où je l'ai vue, c'était une affection très
tenace et qui avait duré plusieurs mois.
« Elle rend la respiration très courte, la voix a un
timbre comme étouffé, les malades sont dans une sorte
d'anhélation habituelle qui augmente considérablement
parle moindre mouvement; lors de l'inspiration, le diaphragme
ne se contractant plus, s'enfonce vers le thorax,
et alors il se fait un creux très prononcé à la base du thorax
et surtout à la région épigastrique ; au contraire, cette
partie fait saillie lors de l'expiration, ce qui est tout l'opposé
de ce qui se passe quand la respiration se fait d'une
manière normale.
« Quand cette paralysie se combine avec celle des
muscles du larynx, il n'y a plus de voix, les malades soufflent
leurs paroles et l'anhélation est extrême.
244 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« Cette paralysie peut disparaître brusquement et être
remplacée par quelque autre trouble hystérique, ou bien
décroître avec les autres accidents de la maladie. »
La contracture du diaphragme se juge, cliniquement, par
des accidents asphyxiques. Duchenne, de Boulogne (l), la
décrit en ces termes :
« A l'instant où le diaphragme se contracture, la moitié
inférieure du thorax s'agrandit, surtout transversalement;
l'épigastre et les hypocondres se soulèvent ; la suffocation
est extrême ; le malade essaye, mais vainement, de resserrer
la base de son thorax et de refouler ses poumons de
bas en haut, en contractant énergiquement et d'une manière
continue ses muscles abdominaux. Les viscères, comprimés
alors en sens contraire par le diaphragme et par
les parois abdominales, s'échappent de chaque côté dans
les hypocondres et augmentent ainsi mécaniquement le
diamètre transversal de la base du thorax déjà agrandie
par l'action du diaphragme sur les côtes inférieures. »
La respiration se compose d'une « inspiration brusque
pendant la contracture du diaphragme et d'une expiration
courte, tandis que la moitié inférieure se dilate d'une
manière permanente. Ces mouvements respiratoires partiels
sont d'abord très rapprochés, mais bientôt ils s'affaiîilissent
et se ralentissent, et alors apparaissent tous les
symptômes de l'asphyxie... La contracture de la moitié
du diaphragme occasionne une grande gêne dans la respiration,
mais ne peut déterminer l'asphyxie. »
Duchenne rapporte alors l'observation d'une jeune fille
de dix-huit ans, atteinte d'une contracture du diaphragme
survenue au cours de la convalescence d'une rougeole et
qui guérit par l'application d'eau bouillante sur la base du
thorax. Comme la malade était déjà atteinte de tétanie
des mains et des pieds, peut-être ce cas est-il attribuable
à l'hystérie, bien que Duchenne n'ait pas songé à mettre
cette manifestation sur le compte de la névrose.
(1) De l'électrisation localisée, 3e édit., 1872, p. 917.
DE L'HYSTERIE. 245
Les observations de contracture du diaphagme au cours
de l'hystérie sont du reste fort rares. Sollier et Malapert(l)
en ont rapporté un exemple, mais il s'agissait là de contracture
volontaire, et l'ensemble clinique que nous avons
décrit d'après Duchenne faisait défaut.
M. Legnani (2) en a publié récemment un autre cas
relatif à une jeune fille de dix-sept ans. Toutefois, la
symptomatologie qu'il donne est fort obscure et se rapproche
beaucoup plus de celle d'une tympanite hystérique
que d'une contracture du diaphragme de même
nature.
(1) Sollier et Malapert, Contracture volontaire chez un hystérique.
Nouv. Icon. de la Salp., 1891, p. 100.
(2) Legnani, Contrattura isterica ciel cliaframma. Revista clinica e terapeutica,
juillet 1892, n° 6, p. 395. An. in Mercredi médical, 26 novembre
1892, n° 48, p. 474.
CHAPITRE QUINZIÈME
DÉTERMINATIONS DE L'HYSTÉRIE SUR L'APPAREIL
DIGESTIF
L'hystérie gastrique. — Considérations générales. Nécessité d'une classification
nosolgoique. — Etiologie générale.
Troubles du goût par anesthésie ou hyperesthésie de la muqueuse buccale.
-— Ptyalisme
.
Localisations de la diatliese de contracture sur le pharynx et l oesophage.—
Contracture intermittente ou paroxystique ; permanente. — Etiologie. —
Description. — Sélections alimentaires; anorexie secondaire.
Manifestations gastriques proprement dites. — Contracture de l'estomac
ou vomissements spasmodiques. — Description; diagnostic; pronostic. — Rareté de l'atonie ou de la paralysie hystérique des tuniques stomacales.
La gastralgie hystérique. — Etiologie; pathogénie. — C'est un paroxysme
avec zone hyperesthésique hystérogène de la muqueuse. — Marche et
terminaisons.
L'étude des déterminations de l'hystérie sur l'appareil
digestif est difficile, car celles-ci sont fort variées et souvent
aussi très complexes. Des troubles du goût par anesthésie
de la muqueuse buccale, de la contracture de l'oesophage
à celle de l'extrémité inférieure de l'intestin,
l'étape est longue, et les auteurs qui nous ont précédé ne
se sont guère inquiétés de tracer une bonne route à suivre.
Ils nous ont légué une quantité considérable de matériaux,
mais aucun d'eux n'a songé à les coordonner, à les présenter
dans une vue d'ensemble. De plus, beaucoup de ces
manifestations sont désignées par des termes conventionnels
tout à fait insuffisants. Ainsi, en pathologie générale,
le mot vomissement n'a pas de signification nosologique
précise, il sert à désigner un symptôme, et rien de
plus. Pour la névrose, il n'en est plus de même, et le
terme de vomissements hystériques sert de titre à nombre
TRAITÉ CLINIQUE ET TH ÉR APEUTIQ UE DE L'HYSTÉRIE. 247
de travaux où l'on trouve confondues des manifestations
dans la genèse desquelles l'estomac n'a nullement à intervenir,
par exemple les régurgitations par contracture du
pharynx ou de l'oesophage.
Les manifestations gastriques elles-mêmes se traduisant
par le rejet de l'aliment ne doivent pas être toutes englobées
sous le même terme générique. Il faut appliquer à la
pathogénie de l'hystérie gastrique ce que nous savons aujourd'hui
des stigmates permanents ; poursuivre sur l'appareil
gastro-intestinal l'étude de ce déterminisme dont la
connaissance a sorti la névrose du chaos pathologique,
pour la mettre au rang des affections les mieux établies
nosologiquement.
Les troubles digestifs, que nous séparons intentionnellement,
dès l'abord, des troubles intestinaux, considérés
dans la plus large acception du mot, sont très fréquents
chez les hystériques. Notés par tous les anciens auteurs,
leur fréquence même avait servi à Cullen à édifier une
théorie gastrique de la névrose. Briquet, toujours riche en
statistiques, trouva que sur trois cent cinquante-huit hystériques,
c'est à peine si dix n'en avaient pas été atteintes,
ce qui le conduisit à dire : « Quand une jeune fille éprouve
de la gastralgie dès son enfance, on peut être assuré que
plus tard elle deviendra hystérique, à moins que des soins
incessants et bien entendus ne modifient cette disposition
(p. 253). »
L'opinion de Briquet, pour être vraie, n'en est pas
moins très exagérée. Toutes les jeunes filles qui souffrent
de l'estomac au moment des règles, par exemple, sontelles
donc hystériques? Et les hystériques jouissent-elles
d'une immunité spéciale contre les maladies générales de
l'appareil digestif?
Il ne s'ensuit pas moins que ces troubles sont fréquents;
ils sont de plus très variés, car l'appareil est fort complexe
et formé de parties très diverses dont les fonctions et
248 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
partant les reactions peuvent être très dissemblables.
Ces troubles semblent frapper beaucoup plus souvent
les femmes que les hommes, au moins en ce qui regarde
les adultes ; il est vrai que l'hystérie masculine est connue
seulement depuis quelques années. Mais nous basons cette
opinion sur des observations personnelles que nous avons
tout lieu de croire fondées.
Il est difficile d'être précis en ce qui touche Y âge, car
celui-ci semble varier pour chacune des manifestations
en particulier ; l'anorexie vraie est l'apanage des jeunes
filles de douze à vingt ans ; la gastralgie avec vomissements,
le spasme de l'oesophage se voient ou au moins
continuent à se montrer plus tardivement.
Nous manquons de documents très exacts en ce qui
regarde les enfants, qui peuvent cependant, dès l'âge de
sept ou huit ans, être atteints de ces manifestations.
Cependant, il ne faut pas l'oublier, chez l'enfant, l'hystérie
est presque toujours peu grave, peu tenace. Or, nous
pouvons le dire immédiatement, la majorité des manifestations
de la névrose sur le tube digestif ont un caractère
de gravité ou au moins de ténacité tout particulier. C'est
souvent après avoir épuisé une série d'autres déterminations
que l'hystérie se localise sur le tube gastro-intestinal,
et s'y maintient d'une façon parfois désespérante.
Pour ce qui est des causes occasionnelles , qui varient
d'ailleurs suivant les manifestations, on peut affirmer, sans
crainte d'être démenti, qu'en matière d'hystérie à localisation
sur le tube digestif, c'est presque toujours aux conjectures
qu'il faudra s'en tenir et se borner à invoquer les
facteurs de la plus banale des étiologies.
Nous allons maintenant décrire ces manifestations en
allant des premières voies digestives vers l'extrémité inférieure
de l'intestin.
Nous insisterons peu sur les troubles du goût chez les
DE L'HYSTERIE. 2401
hystériques, renvoyant à ce que nous en avons déjà dit
(t. I, p. 177 et suiv.) en traitant des anesthésies des muqueuses.
Ces troubles attirent rarement l'attention du malade,
et presque toujours ils veulent être cherchés, comme le
rétrécissement du champ visuel ou l'anosmie, par exemple.
Connaissant aujourd'hui l'association de l'hystérie avec
la dégénérescence mentale, nous pensons que c'est au
compte de cette dernière qu'il faut porter les cas de pica7
de malaria, de perversions très singulières du goût, observées
chez certains malades qui sont bien plutôt des vésaniques
que des hystériques purs. Les troubles liés à l'anesthésie
de la muqueuse buccale sont donc, en somme, peu
importants ; étant tout à fait locaux, ils n'influencent guère
les fonctions digestives. Il n'en serait pas de même si l'anesthésie
de la muqueuse buccale se changeait en hyperesthésie,
laquelle d ailleurs paraît fort rare.
A. Fabre (1) semble avoir observé un exemple de cette
exaltation de la sensibilité de la muqueuse buccale : « J'ai
pour cliente, dit-il, une hystérique, vieille déjà cependant,
mais incorrigible sous ce rapport comme sous bien d'autres,
qui me fait appeler plus souvent que je ne le voudrais, pour
la traiter d'une inflammation dont elle se plaint dans la
langue et les gencives; le contact de tout aliment, de l'eau
même, lui est un supplice; elle éprouve un sentiment de
brûlure et d'érosion qui lui fait croire à une inflammation
réelle. A grand'peine, et avec beaucoup de bonne volonté,
j'y trouve parfois un peu de rougeur. C'est pour moi de
l'hyperesthésie hystérique. »
Cette opinion nous semble admissible. Par contre, nous
faisons nos réserves en ce qui regarde les troubles suivants,
que Fabre attribue également à la névrose.
« Une autre hystérique, dit-il, se plaint d'éprouver très
mauvais goût dans la bouche : elle croit avoir mauvaise
haleine, et, contrairement à bien d'autres, elle est la
seule à s'en apercevoir. Une autre encore, et ce ca&
(1) L'hystérie viscérale, op. cit., p. 8.
250 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
n'est d'ailleurs ni spécial aux hystériques, ni exceptionnel
chez elles, a un jour par mois une odeur spéciale de l'haleine
qui avertit sa mère et son mari qu'elle va avoir ses
règles.
« D'autres ont un trouble manifeste des sécrétions buccales
: elles sont affectées d'un vrai ptyalisme, comme
certaines femmes enceintes. »
Nous avons déjà parlé de ce ptyalisme, qui peut être simplement
prémonitoire des attaques, ou persister pendant
des semaines, constituant ainsi une véritable perturbation
trophique ou sécrétoire. De même, nous rappellerons
qu'exceptionnellement, chez certains sujets, l'attaque est
précédée par une sorte d'état gastrique, d'embarras des
premières voies digestives sur la signification duquel les malades
sont beaucoup moins exposés à se tromper que le
médecin. En résumé, ces troubles n'ont, en général, qu'une
importance tout à fait secondaire.
La contracture des masséters peut gêner considérablement
l'alimentation. Dans certains cas où le spasme glossolabié
était associé à celui des muscles du voile du palais,
on a noté une dysphagie assez intense pour nécessiter
l'emploi de la sonde. Ces derniers faits sont exceptionnels.
Il n'en est plus de même de la contracture des muscles
du pharynx, du spasme du plan musculaire de l'oesophage.
Le spasme du pharynx, s'accompagnant ou non, autant
qu'il est possible d'en juger, du spasme de l'oesophage,
peut être temporaire, paroxystique. Dans les prodromes
ordinaires de l'attaque, il existe presque toujours une sensation
de constriction du pharynx qui atteint son summum
dans la variété du paroxysme dite de spasme, à l'instant où
le phénomène connu sous le nom de boule hystérique est à
son plus haut degré. Le malade, les auteurs l'ont bien souvent
noté, fait de vains efforts de déglutition pour avaler
DE L'HYSTÉRIE. 251
sa salive. Il lui est impossible d'ingurgiter un verre d'eau,
de même que c'est avec la plus grande peine qu'il arrive,
par intervalles, à faire pénétrer dans ses bronches un peu
d'air nécessaire à la respiration. Ces phénomènes faisant
partie du cortège des symptômes déjà décrits de l'attaque,
nous n'y insistons pas.
Cependant, en dehors même de la variété de l'attaque
dite de spasmes, il peut survenir du côté du pharynx une
localisation de la névrose d'un genre tout particulier, qui
constitue la partie essentielle, prédominante, d'un paroxysme
analogue, par exemple, aux attaques de toux hystérique.
La manifestation que nous avons en vue, en ce
moment, est rare, car nous n'en connaissons qu'un seul
exemple appartenant à M. Bouveret, qui, pas plus que
nous, n'en a rencontré d'autres dans la littérature médicale.
Il a décrit ces phénomènes sous le nom de spasmes
cloniques du pharynx, ou aérophagie hystérique. « Ces
.spasmes des muscles de la déglutition paraissent provenir,
dit-il (1), d'une excessive hyperesthésie des muscles du
pharynx. » Nous nous trouverions là en présence d'une
zone hyperesthésique hystérogène de cette région, se
superposant à la diathèse de contracture et évoluant sous
forme paroxystique. Nous ne pouvons mieux faire que
d'emprunter à M. Bouveret la description qu'il a donnée
-de cette détermination singulière de l'hystérie.
Chez sa malade, âgée de trente-neuf ans, « le pharynx est
le siège d'une très vive hyperesthésie. L'attouchement des
piliers du voile et de la paroi postérieure n'est absolument
pas supporté et provoque une violente recrudescence
des spasmes. Une autre zone d'hvperesthésie s'étend au
devant du larynx; dans cette région, et particulièrement
au niveau de la saillie médiane du cartilage thyroïde, le
pincement léger ou même la simple pression avec l'extrémité
du doigt provoque l'exagération ou le retour des
(i) Bouveret, Spasmes cloniques du pJiarynx (aéropliagie hystérique^.
Jlevue de médecine, n° 2, 10 février 1891, p. 148.
252 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
spasmes, s'ils avaient cessé. Si l'excitation de cette région
se prolonge un peu, elle fait naître une sensation de malaise
général avec état nauséeux, défaillances, battements
dans les tempes, oppression. Cette zone hyperesthésique
est donc à la fois spasmogène et hystérogène. »
Voilà pour la pathogénie, très importante dans l'espèce,
car nous aurons bientôt à nous en servir pour l'interprétation
de certains spasmes à allures permanentes.
Symptomatiquement, le paroxysme revêt la forme suivante
: « Le pharynx exécute une série de trois ou quatre
mouvements de déglutition, brusques, rapides, convulsifs,
absolument involontaires; puis survient une courte pause
après laquelle se produisent ces mêmes mouvements de
déglutition. J'en ai compté de quarante à soixante par minute,
dit-il. Chaque accès dure deux ou trois minutes.
Entre les accès, il y a une période de calme de durée à peu
près égale. Ainsi constitué, cet état spasmodique du pharynx
a continué pendant plus d'une heure... Chaque mouvement
de déglutition est accompagné d'un bruit sonore
entendu à distance, difficile à reproduire exactement,
comparable cependant à celui qu'on produit en avalant
très brusquement une très petite gorgée d'eau. Ces bruits
involontaires incommodent beaucoup la malade; elle n'ose
se montrer dans un lieu public et recherche la solitude. Il
s'agit bien réellement d'un mouvement de déglutition convulsif,
spasmodique ; le pharynx s'élève brusquement,
beaucoup plus brusquement que dans un mouvement volontaire
de déglutition; la bouche est fermée, et la malade
sent très bien qu'elle avale quelque chose. Une bougie allumée
est placée devant les narines : or, pendant que le
pharynx exécute une série de mouvements spasmodiques.
la flamme de cette bougie ne présente aucune oscillation
indiquant une émission de gaz par les narines » .
L'auscultation de l'oesophage et de l'estomac fait
entendre un bruit de glouglou, une sorte de tintement
métallique dû au passage des bulles gazeuses et à leur
arrivée dans l'estomac. De temps en temps, il se produit
DE L'HYSTERIE. £53
une éructation qui expulse de l'air pur; si les éructations
sont trop violentes, en un mot, si le spasme de l'estomac
et de l'oesophage est trop prononcé, quelques parcelles
d'aliments liquides ou solides viennent dans la bouche.
C'est par un semblable mécanisme qu'on voit quelquefois
survenir des vomissements lors de l'attaque ordinaire.
Les accès apparaissaient généralement le matin avant
que la malade eût pris des aliments. Ces spasmes influencèrent
les fonctions de l'estomac et produisirent la dénutrition.
Avant que M. Bouveret eut porté le diagnostic
exact, on avait cru à de la dyspepsie flatulente. « La malade,
dit-il, est anémique et dyspeptique. Elle a notablement
maigri depuis cinq mois. La constipation est habituelle.
» Cette déglutition incessante d'air et le tyinpanisme
qui en est la conséquence devaient, en effet, troubler assez
sérieusement les fonctions de l'estomac.
En terminant, M. Bouveret ajoute, avec beaucoup de
raison : « Ces spasmes brefs et rapides des muscles de
la déglutition, qui se répètent jusqu'à quarante et soixante
fois par minute, ont une grande analogie avec d'autres
phénomènes spasmodiques de l'hystérie, tels que la toux,
le hoquet et le bâillement hystériques. En y regardant de
près, ces spasmes cloniques du pharynx représentent même,
à un certain degré, le rythme et la cadence que M. Charcot
considère comme propres à un bon nombre de phénomènes
hystériques. »
Ces spasmes intermittents, paroxystiques du pharynx
sont beaucoup moins fréquents que le spasme permanent
du conduit pharyngo-oesophagien dont la symptomatologie
tient une grande place dans les manifestations de
l'hytérie sur les voies digestives.
La contracture de l'oesophage a été étudiée par tous
les auteurs anciens ou modernes qui se sont occupés de la
névrose.
254 TRAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Willis (1) la décrit au dix-septième siècle, mais elle
n'acquiert véritablement droit de cité qu'avec les travaux
d'un médecin deLoudun, Mondière, qui crée, pour caractériser
ce spasme, le terme à'oesophagisme, devenu courant
depuis lors dans la littérature médicale.
«L'oesophagisme, dit-il (2), consiste en une constric
tion plus ou moins complète et durable du canal pharyngo
oesophagien et pouvant, ou produire une dyspliagie absolue,
ou empêcher seulement la déglutition des corps liquides
ou solides. Tantôt le spasme est borné au pharynx ou h
l'oesophage, tantôt il occupe en même temps ces deux
conduits Il est deux états pathologiques, ajoute-t-il,.
l'hystérie, l'hypocondrie, dans lesquels on observe fréquemment
le spasme de l'oesophage. »
Mondière connaît le spasme passager lié à l'attaque et
le spasme permanent. « Chez les hystériques, la fin de
l'accès marque habituellement aussi celle de la dysphagie;
quelquefois cependant celle-ci persiste. Ainsi le docteur
Albert (3) a vu une femme en proie à une affection hystérique
des plus violentes et qui, pendant sept à huit mois,
fut atteinte d'une telle constriction spasmodique du gosier
qu'elle ne pouvait avaler qu'un peu de bouillon : elle était
réduite à une extrême maigreur. »
L'oesophagisme peut s'observer à tout âge et dans les
deux sexes. Fouquet (4) en a rapporté un cas chez un
garçon de dix ans; Haushalter (5) a donné l'observation
bien étudiée d'une fillette de douze ans qui en était
atteinte. P. Richer (6) dit que « dans l'hystérie infantile
(1) Willis, Op. omnia. De rnorùis convulsivis. Genève, 1676, t. I, cli. x,
p. 533, in-4°.
(2) Mondière, Recherclies sur l'oesophagisme ou spasme de l'oesophage.
Arch. gén. de médecine, août 1833, t. I, 2e série, p. 465.
(3) Albert, Annales de Montpellier, janvier 1812.
(4) Fouquet, Etude clinique de quelques spasmes d'origine hystérique.
Th. Paris, 1880, obs. II, p. 21.
(5) Haushalter, OEsophagisme hystérique et dysphagie chez une fillette
de douze ans. La Médecine moderne, 1891, p. 176.
(6) P. Riciier, Paralysies et contractures hystériques. Paris, 1892, p. 214,
:
DE L'HYSTERIE. 255
le spasme de l'oesophage tient une place importante » .
Cependant, nous croyons qu'il est surtout le fréquent
apanage des adultes, des femmes en particulier. Les trois
cas de Blankenstein (1) appartiennent à des sujets respectivement
âgés de 37, 4L ans (femmes), 53 ans (homme). De
plus, certaines formes tenaces, affectant une tendance marquée
à la chronicité, nous ont semblé tenir un rang important
dans les phénomènes insuffisammment décrits
sous le nom général d' « accidents nerveux de la ménopause
» .
L'oesophagisme est certainement une manifestation fréquente
de l'hystérie digestive, mais il ne faudrait pas le
chercher toujours sous ce nom dans les auteurs. Nous
sommes persuadé, pour notre part, que beaucoup de cas
qualifiés de « vomissements hystériques » et dans lesquels,
ainsi que l'a indiqué Salter (2), le rejet de l'aliment a lieu
immédiatement, par simple régurgitation, appartiennent
au spasme de l'oesophage.
Rarement on songe, ainsi que l'a fait Skey (3), à pratiquer
le cathétérisme oesophagien, et il n'est pas douteux
que beaucoup de cas décrits par Deniau (4) , sous le nom
de « vomissements spasmodiques » , ne lui soient attribuables.
Aussi bien, du reste, la contracture peut- elle,
comme nous allons le voir, s'étendre jusqu'au ventricule;
mais, dans ces cas, c'est le vomissement réel qui survient
et non la régurgitation que nous allons décrire.
Les causes occasionnelles du spasme pharyngo-oesophagien
sont nombreuses et difficiles à préciser. Comme toute
autre contracture hystérique, il peut se montrer brusquement
à la suite d'une attaque, d'une émotion vive; généralement
alors il est passager. Ou bien il s'installe lentement,
et tend à passer à l'état permanent.
(1) Blankenstein, Dyspliagia hysterica, lnaug. Disserl. Bonn, 1893. An.
m JSeurol. Centralblatt, 15 janvier 1894, p. 76.
(2) Salter, The Lancet, n°3 1 et 2, t. II, 1868.
(3) Skey, Hysteria, six lectures. Londres, 1867, p. 92.
(4) Denud, De l'hystérie gastrique. Th. Paris, 1883.
-256 TRAITÉ CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
Parfois cependant, on peut nettement reconnaître sa
cause provocatrice. C'est ainsi que Boyer (l) dit avoir
donné ses soins à une « femme hystérique d'environ trente
iins qui, depuis trois mois, et après avoir ressenti quelques
picotements et de la douleur en mangeant un morceau de
«oulet, n'avait osé avaler aucun aliment solide, par crainte
d'être étranglée, en sorte que, pendant tout ce temps, elle
n'avait pris d'autre nourriture que du bouillon et du lait »
.
La cause réelle du spasme n'est, en somme, que la
localisation in situ de la diathèse de contracture souvent
mise en action par une zone hyperesthésique hystérogène
de la muqueuse du conduit, ainsi que nous le montrerons
bientôt.
Les signes de la contracture pharyngo-oesophagienne
sont faciles à imaginer : ils consistent essentiellement dans
Je refus que met l'oesophage à laisser passer les aliments
-dans 1 estomac. Ils ne diffèrent pas beaucoup, sous ce
rapport, de ce que l'on observe dans les rétrécissements
d'origine organique, mais l'hystérie leur imprime le plus
souvent un cachet tout particulier qui à lui seul serait
suffisant, dans la majorité des cas, pour établir le diagnostic.
Lorsque le spasme se localise à l'extrémité supérieure
du conduit ou dans le premier tiers de l'oesophage, siège
fréquent dans l'espèce, les aliments sont rendus presque
aussitôt, sans efforts apparents; ils sont crachés, pour ainsi
dire; c'est à peine d'une régurgitation dont il s'agit. Il va
sans dire que, dans ces cas, ils n'ont subi aucun commencement
de digestion, puisqu'ils ne sont pas parvenus dans
l'estomac. Nous verrons, du reste, que cette non-digestion
des aliments est presque toujours la règle, même lorsqu'il
s'agit de vomissements vrais, ceux-ci suivant, dans la majorité
des faits, l'ingestion immédiate du bol alimentaire
contre lequel réagissent les tuniques de l'estomac par des
mécanismes variés.
(i) Boyer, Traite des maladies clùrurgicales, t. VII, p. 153.
DE L'HYSTÉRIE. 251
Au début, dans les premiers jours du spasme, le malade
fait des efforts pour assurer la pénétration de l'aliment
dans l'estomac. Lorsque celui-ci a pu franchir le
pharynx, qu'il s'est engagé dans l'oesophage et est arrivé
au niveau du rétrécissement spasmodique, les efforts de
déglutition redoublent, produisant parfois une sorte de
bruissement observé, dit Mondière (p. 468), « par Monro
et par notre ami et premier maître le docteur Gilles de la
Tourette » . Dans ces conditions, le spasme peut être
vaincu et les aliments ou les boissons tomber dans l'estomac
en produisant un bruit de glouglou assez caractéristique.
Généralement, du reste, ils ne tardent pas alors à
être rejetés en partie ou en totalité par un vomissement
spasmodique.
C'est pendant ces efforts de déglutition que l'on voit
parfois survenir des attaques, comme dans un cas de
Vigouroux rapporté par Deniau (op. cit., p. 69), où « une
femme hystérique tombait en catalepsie chaque fois qu'elle
voulait avaler quelque chose » . Ce fait est très important
pour la pathogénie du spasme, car il indique nettement la
compression par le bol alimentaire d'une zone hystérogène
in situ superposée à la contracture du conduit.
A l'inverse de ce qui existe généralement dans le
spasme lié au rétrécissement d'origine organique, l'oesophagisme
hystérique permet assez fréquemment le passage
de certains aliments à l'exclusion de tous les autres.
Il ne faut pas oublier d'ailleurs que l'hystérie, même
locale, n'est autre chose qu'une manifestation purement
psychique. Il existe, dit Deniau, des « sélections alimentaires
» . C'est ainsi, par exemple, qu'on note la tolérance
des solides, alors que les liquides ne peuvent franchir le
spasme. Dans l'observation très intéressante d'Haushalter,
les liquides ne passaient pas, alors que les carottes et les
fruits verts étaient tolérés ; ces mêmes aliments, une fois
cuits, étaient immédiatement rejetés.
La malade, dit-il, « met à côté de son assiette un vase
dans lequel elle crache ce qu'elle vient de mâcher; à la
m. 17
258 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
fin du repas, elle croque une pofrime, et, depuis le mois
de juillet, elle ne s'est nourrie que de pommes, de poires
ou de carottes crues quelle prend chez elle ou que lui
donnent les amis du village » .
Dans l'observation de Skey, les aliments semi-liquides
pouvaient passer, mais « seulement à 1 aide d'un elfort
difficile et douloureux >> . Ce caractère douloureux des
efforts de déglutition existe surtout au début de l'installation
du spasme. Comme la douleur est surtout provoquée
et rarement spontanée, afin de l'éviter, lorsqu'elle existe,
les malades s'astreignent à ne plus rien ingurgiter. C'est un
fait qu'il faut bien connaître, afin de ne pas s'égarer dans
l'interprétation des phénomènes observés.
En présence de ces régurgitations, de ces crachements
presque immédiats, on est conduit, dans un but thérapeutique
ou pour préciser le diagnostic, à explorer le conduit
pharyngo-oesopliagien, à laide de la sonde.
Dans le cas de Skey, la sonde était arrêtée « au niveau
dune place fixe correspondant à la base du cou, environ
au tiers supérieur du conduit » . De même, dans un cas de
Fouquet (1) «il existait une résistance invincible à la
sonde à quelques centimètres au-dessous de l'isthme pharyngien
» . Chez la malade de Deniau, le spasme semblait
siéger sur toute la longueur de l'oesophage.
Skey note ce fait que, bien que les efforts de déglutition
fussent douloureux, il n'y avait pas de douleur locale
déterminée par la sonde. Mais il n'en est pas toujours
ainsi.
Dans une observation de Martel (2) que cet auteur rapporte
à l'anorexie, qualification impropre dans la circonstance,
on résolut d'alimenter artificiellement la malade à
l'aide de la sonde oesophagienne dont l'introduction
provoquait aussitôt les accidents suivants : « Dès que la
(1) Fouquet, Étude clinique sur quelques spasmes d'origine hystérique.
Th. Paris, 1880, obs. I, p. 16.
(2) Martel, Anorexie hystérique et gavage. Soc. niéd. des hôpitaux,
.10 oct. 1884, P 326.
DE L'HYSTERIE. 259
sonde est introduite, dit-il, il survient un spasme laryngé,
accompagné de suffocation et suivi dune attaque hystérique
violente (la malade n'en avait jamais eu antérieurement),
et pendant cet accès, qui se prolonge au moins une
heure, les aliments introduits sont rejetés en proportion
variable, non pas pendant l'effort convulsif, qui porte
cependant sur tous les muscles du tronc, mais dans les
intervalles de relâchement, par régurgitation. »
Il existait donc, dans ce cas, une zone hystérogène, douloureuse
ou non, l'auteur ne s'expliquant pas sur ce point,
et le passage de la sonde, en comprimant cette zone, déterminait
nettement une attaque. Peut-être la zone siégeaitelle
sur l'estomac lui-même, mais, à en juger par la description,
elle semblait bien plutôt affecter l'oesophage.
C'est donc, la sonde en main, qu'on pourra surtout déterminer
le siège précis du spasme, voir s'il se déplace
comme cela est probable dans certains cas; mais les observations
sont, en somme, assez rares dans lesquelles on est
intervenu de cette façon, et il serait, de ce fait, surperflu
d'insister davantage.
Le spasme, avons-nous dit, peut être transitoire ou
permanent. Dans tous les cas, quelque caractère qu'il
doive revêtir par la suite, les malades, dès le début, font
des efforts pour le vaincre et parvenir ainsi à s'alimenter.
C'est dans ces conditions qu'il se produit ces sélections
alimentaires dont nous avons parlé. Les sujets font, pour
ainsi dire, un apprentissage : ils savent que tels aliments,
telles substances seront tolérés à l'encontre de tels autres,
et ils y limitent leur alimentation. Il en est, de ce fait,
qui recourent à certains artifices.
Landouzv (I), après avoir noté que la déglutition des
substances liquides ou solides est parfois susceptible de
provoquer des convulsions, dit que « certaines malades,
malgré la difficulté d'avaler, ne peuvent calmer le spasme
qu'à force de boire, et il cite, d'après Sauvages, l'ob-
(!) Landouzy, Traité complet de l'hystérie, 18'*6, op. cit., p 39.
260 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
servation d'une femme hystérique « qui, entre autres
maladies dont elle était affectée, ne pouvait manger sans
crainte à tout moment d'être suffoquée ; elle était obligée,
à chaque morceau qu'elle avalait, de boire un verre
d'eau, et, comme cette conduite lui paraissait contraire
à la bienséance, elle se réduisit à manger seule pendant
un an et plus. Elle fut enfin guérie de cette incommodité,
par l'exercice et l'usage des bains et du lait. »
Mais si le spasme ne disparaît pas subitement, le plus
souvent comme il est venu, après une émotion, une attaque
ou toute autre cause, l'état général ne tarde pas à ressentir
les effets de cette alimentation insuffisante, nulle ou
tout au moins paraissant telle. Il faut bien savoir, en effet,
à ce dernier point de vue, que, même lorsqu'ils semblent
rejeter tout ce qu'ils ingurgitent, les malades, qui consentent
encore à essayer de s'alimenter, — car il en est quii
s'y refusent complètement par crainte de provoquer le
spasme douloureux ou une attaque, — ces malades,
disons-nous, gardent, beaucoup plus souvent qu'on ne le
pourrait croire, une certaine quantité des matières ingérées.
C'est un fait que nous avons noté nous-même et que
nous rappellerons en parlant des troubles gastriques proprement
dits. A propos du spasme oesophagien, M. Haushalter
a fait la même remarque. « Curieux de savoir, ditil,
si rien ne passait dans l'oesophage des aliments mâchés,
nous pesâmes un jour, avant le repas, les aliments solides
et liquides qui étaient destinés à la petite malade
(675 grammes); après le repas, nous pesâmes le contenu
de la cuvette renfermant les aliments mâchés et rejetés
(615 grammes); la différence (675-615) entre les deux,
poids indiquait que 60 grammes d'aliments avaient
franchi l'obstacle et avaient pénétré dans l'oesophage. »
Ces constatations permettent d'expliquer la survie et la
conservation d'un état général parfois relativement bon.
Mais lorsque l'alimentation ne se fait pas, ou si elle est
insuffisamment réparatrice, les malades tombent dans un
état particulier que nous décrirons bientôt sous le nom.
DE L'HYSTERIE. 261
d'anorexie secondaire. Nous ne faisons que le signaler ici,
car il est commun à toutes les manifestations de l'hystérie
sur le tube digestif, dans lesquelles l'alimentation est trop
restreinte. Les sujets, comme celui de Skey, maigrissent
« en proportion de la nourriture insuffisante » , les urines
sont très rares, la constipation est opiniâtre, les garderobes
se suppriment presque complètement, le pouls est
faible, la température s'abaisse, bref, comme nous l'avons
dit, les malades tombent dans un état particulier qui, si le
spasme ne cède pas, les conduira infailliblement à la terminaison
fatale.
Celle-ci, cependant, est rarement à craindre dans les cas
vrais de spasme de l'oesophage ; à un moment donné, après
des mois, quelquefois des années, la contracture disparaît
peu à peu complètement ou incomplètement, souvent
d'une façon brusque, et avec l'alimentation revient le
retour à l'embonpoint et à la santé. Retour d'autant plus
rapide que rien n'était organique, définitif, dans tous ces
accidents, vu l'intégrité des organes, et qu'on est tout
surpris, comme nous l'exposerons en décrivant plus amplement
l'anorexie secondaire, de voir un malade qui ne
pouvait, la veille, supporter le moindre aliment sans le
vomir, être capable de faire le lendemain un repas copieux
et de le digérer sans en être incommodé.
Monakow (1) a toutefois rapporté un cas où la mort
paraît bien avoir été la conséquence d'un spasme de l'oesophage.
Une hystérique, âgée de vingt-deux ans, souffrait,
d'une façon intermittente, d'une dysphagie spasmodique
qui amenait le rejet presque immédiat de tous les aliments
pendant les périodes actives de cette manifestation. Cet
état allait s'empirant depuis dix ans lorsque, pendant
quatre semaines consécutives, se montrèrent des régurgitations
ininterrompues qui mirent un tel obstacle à l'alimentation
qu'on dut nourrir la malade à l'aide de lave-
(1) Monakow, Ueber spasmodische Dysphagie. Correspondenzbl, f.
Schweizer Aertze, 15 avril 1893. An. in. Centralbl. f. Nervenheil., déc.
1893, p. 577.
262 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
ments, l'usage de la sonde étant toujours resté inefficace.
En septembre 1892, la mort survint au milieu de l'ensemble
svmptomatique de l'inanition.
L'autopsie révéla une ectasie considérable de l'oesophage
en forme d'entonnoir et un épaississement tel de sa
tunique interne que celle-ci formait une sorte de clapet
qui obstruait le cardia. Cependant, le passage de l'estomac
était libre, la sonde pénétrait dans le cardia, dont
l'entrée néanmoins était très rétrécie. L'auteur pense que
ces phénomènes étaient, sans conteste, d'abord purement
fonctionnels et sous la dépendance de l'hystérie, et qu'ensuite
la durée de ces troubles fonctionnels avait déterminé
à la longue l'apparition des troubles organiques.
Au cas de Monakow nous ajouterons le fait suivant, que
Briquet rapporte en ces termes (op. cit., p. 543) :
« Il est également bien constaté que des hystériques
peuvent périr d'hystérie, mais en même temps le petit
nombre des cas où cela arrive prouve que ce n'est en
quelque sorte que par exception. Je n'en trouve que trois
cas dans les auteurs.
« Le premier a été publié par Royer-Colîard [Thèse inaugurale,
p. 50). Il est extrait des Mémoires de la Société de
médecine d'Edimbourg, t. VI. Il s'agit d'une hystérique
atteinte de spasmes de l'oesophage qui durèrent plusieurs
années et qui amenèrent la mort par suite d'épuisement.
A l'autopsie, on n'examina que l'oesophage, dans
lequel on ne trouva aucune altération anatomique. »
Malgré les réflexions qu'inspirent ces deux faits, le pronostic
du spasme pharyngo-oesophagien n'est pas grave en
soi ; c'est cependant, on le comprend, une manifestation
qui, par sa tendance à revêtir un caractère de ténacité
exceptionnelle, par les phénomènes d'inanition qu'elle
détermine, mérite d'être prise, à ce point de vue, en très
sérieuse considération. De plus, le spasme est sujet à des
récidives que le traitement le mieux approprié ne permet
pas toujours d'éviter.
Pour ce qui est du diagnostic, il ressort des particularités
DE L'HYSTERIE. 2<î3
que nous avons indiquées chemin faisant et qui ne se
voient dans aucune autre affection que l'hystérie. Dans les,
cas douteux, l'exploration directe avec la sonde, en révélant
la présence d'une zone hystérogène dont la pression
pourra déterminer une attaque, ou en montrant qu'il
n'existe là aucune maladie organique, suffira pour lever
tous les doutes. Il va sans dire que les constatations d'autres
accidents hystériques : stigmates ou paroxysmes convulsifs,
aura bien souvent permis déjà, avant l'emploi de
ce moyen, de porter un diagnostic circonstancié (l).
Les phénomènes , que nous venons de décrire peuvent
être considérés schématiquement, comme résultant d'un
obstacle placé entre le pharynx et l'estomac et empêchant
par cela même le passage des aliments. Dans ces conditions,
ceux-ci, n'arrivant pas jusqu'au ventricule, sont
rejetés par une simple régurgitation, produit direct de la
contraction de l'oesophage.
Dans les faits que nous allons maintenant étudier, c'est
l'estomac qui va entrer en cause, et le vomissement dominera
la scène morbide au point que ce terme sert actuellement
de qualificatif général à presque toutes les manifestations
de l'hystérie gastrique. Nous avons déjà dit qu'en
l'état actuel de la science, il nous était permis de pousser
plus loin l'analyse en essayant d'interpréter les causes
mêmes de cet acte morbide.
L'hystérie, outre les troubles trophiques qu'elle peut
produire, — vomissements de sang, — et qui seront étudiés
en leur place, influence les fonctions stomacales, au
moins autant qu'il est possible d'en juger, de trois façons
principales : en mettant en jeu la diathèse de contracture
qui produit le spasme; par la localisation sur la muqueuse
d'une zone hyperesthésique hystérogène, cause directe de
(1) Carter, Hysterical dysphagia. Liverp. med. chir. Journ., 1893,
t. XIII, p. 440.
264 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
la gastralgie; par une action toute psychique, constitutive
de l'anorexie vraie ou primitive.
L'aboutissant direct du spasme et de l'hyperesthésie
gastrique est, ainsi qu'on peut le prévoir, le vomissement,
phénomène tout à fait de second ordre dans l'anorexie
primitive. Les deux premiers processus dominant de beaucoup
les autres, il est facile de comprendre comment le
terme de « vomissements hystériques » a pu devenir aussi
compréhensif dans l'espèce. Dans la description qui va
suivre, nous nous efforcerons toujours d'attribuer à ce
symptôme sa véritable signification nosologique en le
rattachant, autant que faire se pourra, à la cause qui l'a
provoqué.
En nous plaçant à ce point de vue tout nouveau, on
comprend qu'il nous soit difficile de donner un aperçu historique
de cette question de l'hystérie gastrique où les
phénomènes les plus divers étaient autrefois confondus
sous le même terme générique. Qu'il nous suffise de dire
que tous les auteurs ont signalé les vomissements hystériques,
et que Sydenham (1), en les qualifiant de « continuels
" , a donné une de leurs meilleurs caractéristiques.
Même difficulté en ce qui regarde l'étiologie générale.
Toutefois, sans préciser davantage, nous pouvons dire que
les vomissements sont fréquents dans l'hystérie ; qu'ils
sont plus communs chez la femme que chez l'homme, et
que, sans être rares chez l'enfant, ils acquièrent leur
maximum de fréquence dans l'adolescence et dans l'âge
adulte ; ils sont l'apanage des périodes de l'existence où
la névrose revêt son maximum d'activité.
S'il existe une contracture pharvngo-oesophagienne, le
spasme de l'estomac, dont nous traiterons d'abord, s'y
associe presque toujours. Lorsque, avec une sonde, on a
(1) Syden'ham, Trad. Jault, op. cit., t. II, p. 478.
DE L'HYSTERIE. 265
nettement constaté que les premières voies digestives
sont contracturées et qu'à laide de cet instrument, le
rétrécissement spasmodique. étant franchi, on porte des
aliments dans le ventricule, celui-ci se contracte aussitôt
et le vomissement survient.
Mais souvent l'estomac seul est le siège de la contracture
; dans ce cas, les aliments ne sont plus rejetés par
régurgitation simple, la dysphagie n'existe plus, ou au
moins n'est qu'accessoire, et c'est au ventricule seul qu'il
appartient d'expulser le bol alimentaire, ce qui a lieu
généralement dans un laps de temps fort court après son
ingurgitation.
Pomme a rapporté une bonne observation de ces vomissements
spasmodiques. Il s'agit d'une femme de trentecinq
ans « qui, dès l'âge de la puberté, n'avait jamais été
bien réglée ; elle fut attaquée de vapeurs hystériques. Le
symptôme le plus considérable qui se présenta d'abord
fut le vomissement : il était si violent que la malade rejetait
tout liquide avec des efforts qui amenaient très souvent
le sang avec eux... Le spasme de l'estomac augmenta ; il
s'empara de l'oesophage, et il ne fut plus possible à la malade
d'avaler une seide goutte d'eau sans se livrer à de
pareils efforts (1). »
Ici, le spasme oesophagien était consécutif au spasme de
l'estomac, ce qui est assez rare. L'auteur ne nous dit pas à
l'occasion de quelles causes il survint, très probablement
par la bonne raison qu'il devait l'ignorer, parce que,
comme nous l'avons dit, rien n'est plus difficile que de
déterminer les causes réelles des manifestations de l'hystérie
sur le tube digestif.
La symptomatologie du spasme de l'estomac n'est pas
compliquée, au moins dans la forme simple, fréquente du
reste, que nous considérons actuellement. C'est à elle que
ressortissent tout particulièrement les véritables cas de
vomissements dits incoercibles, parce que, presque tou-
(1) Pomme, op. cit., t. I, p. 221 et suiv.
266 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉK APEUTIQ UE
jours, à l'instar de la contracture oesophagienne, le spasme
est permanent d'emblée.
Le vomissement est donc constant ; de plus il est presque
immédiat, c'est-à-dire que, si l'oesophage a permis à l'aliment
de passer, l'estomac se contracte aussitôt sur lui
pour l'expulser. La diathèse de contracture paraît siéger
dans ces cas sur l'estomac tout entier. MM. Luton et
Huchard ont créé cependant le terme de pylorisme , qui
semble indiquer une localisation de cette diathèse. Compris
dans ce sens, et il est difficile de lui donner une autre
acception; ce terme est défectueux, étant donnée l'instantanéité
presque absolue du vomissement spasmodique,
véritablement très caractéristique dans l'espèce.
Les efforts, et en particulier les efforts très douloureux,
ne paraissent pas appartenir à cette forme de spasme qui,
nous le répétons, se juge tout particulièrement par des
vomissements immédiats, continus ou incoercibles, et
nous ajouterons, souvent indolores. 11 se passe ici ce que
nous avons vu exister dans le spasme primitif de l'oesophage
qui ne s'accompagne pas d'une zone hyperesthésique
ou hystérogène de la muqueuse. On se rend encore
mieux compte de cet ensemble symptomatique en introduisant,
comme nous l'avons fait avec M. Gatbelineau, directement
les aliments dans l'estomac à l'aide d'une sonde (1).
La sonde passe librement dans le conduit oesophagien,
mais aussitôt qu'elle est retirée, les aliments sont rejetés
par simple contraction de l'estomac , sans efforts et sans
douleur. Les cas de Salter [op. cit.) et de Sutherland (2)
nous paraissent ressortir aux faits de cet ordre. Dans la
circonstance, il s'agit presque toujours, sinon toujours,
de vomissements purement alimentaires.
Le spasme de l'estomac peut s'établir instantanément
à la suite d'une attaque, de même que la contracture
d'un membre ; il peut être intermittent, surtout à son
début, mais le plus souvent il ne tarde pas à devenir per-
(1) La nutrition clans l'hystérie, op. cit., p. 92, obs. d'Olliv
(2) Sutuerland, Clin. Society of Lonclon, 1881.
DE L'HYSTÉRIE. 2C7
manent. Et, une fois installé, il est extrêmement tenace,
au point de durer des mois et des années. Chez la malade
que nous avons étudiée avec M. Cathelineau, les vomissements
spasmodiques existaient déjà depuis longtemps
lors de son entrée à la Salpêlrière ; ils persistèrent plus de
sept mois encore.
Cette ténacité, qui est bien souvent l'apanage des manifestations
de la diathèse de contracture, apporte, on le
comprend, un obstacle presque insurmontable à l'alimentation.
Il peut, toutefois, exister, comme dans le cas de
Sutherland, des sélections alimentaires; sa malade, en
effet, chez laquelle ce spasme persista pendant dix-neuf
mois consécutifs, tolérait le koumis, mais cà l'exception
de tout autre aliment liquide et solide.
Il ne faudrait pas admettre cependant, ainsi que l'ont
fait beaucoup d'auteurs, que les matières ingérées soient
toujours vomies en totalité. Il en est, à ce propos, du
spasme de l'estomac comme du spasme oesophagien. « On
eût pu croire, disions-nous (l) en parlant de notre malade,
étant donnée l'instantanéité du vomissement et son abondance,
que rien ne restait dans l'estomac. On se fût
trompé, et cette remarque expliquera bien des embonpoints
relatifs nolés par les auteurs qui ne se sont pas
astreints à conserver journellement les vomissements. En
effet, trois litres et demi de lait étaient ainsi ingérés en
quatre fois (par la sonde) ; du 7 avril au 2 novembre, le
volume des vomissements n'a jamais dépassé 1,270 c. c.
et n'est pas tombé au-dessous de 175 c. c. avec une
moyenne de 4 à 500 c. c. En négligeant même les sécrétions
stomacales, qui doivent cependant entrer en ligne de
compte dans le volume des matières vomies, on voit que,
malgré les apparences, la malade conservait encore une
quantité de lait très notable. »
Cela ne l'empêcha pas cependant de maigrir de dix kilos
en sept mois, soit environ de 50 grammes par jour.
(1) La nutrition dans l'hystérie, op. cit., p. 92.
-268 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Dans ces conditions et lorsque le spasme dure depuis
quelque temps, les malades ne tardent pas à entrer dans
la phase d'anorexie que nous qualifierons de secondaire,
par rapport à Yanorexie primitive, que nous étudierons
bientôt. Ils s'alitent, la faiblesse croissante due à l'insuffisance
de l'alimentation les empêchant de se tenir debout;
les sécrétions se suppriment presque complètement, et si,
sous l'influence d'une intervention thérapeutique ou autre,
le spasme ne cède pas , la mort peut survenir dans le
marasme.
« Une demoiselle de cette ville d'Arles, dit Pomme (1),
étant sujette aux mêmes vomissements que Suzanne, dont
je viens de parler, par une désobéissance invincible au
même traitement et surtout aux bains tièdes, je lui pronostiquai
plusieurs fois sa destruction prochaine. Rien ne
put la convertir ; elle prit des remèdes contraires ; elle en
mourut. »
Briquet rapporte les deux cas suivants, qui s'ajoutent à
celui de Royer-Gollard, où la mort survint par épuisement
à la suite d'un spasme de l'oesophage. Autant qu'il est
possible d'en juger, ces faits doivent être attribués au
spasme de l'estomac.
«Le second cas (de mort), dit-il (p. 543), a été rapporté
par M. Jacques dans le tome XXIX des Mémoires de
la Société de médecine du département de la Seine, p. 276 :
« Une dame de trente-six ans fut reçue à la Charité pour
«ne hystérie bien caractérisée quelle attribuait à de nombreuses
saignées qui lui avaient été faites à l'Hôtel-Dieu
pour une maladie inflammatoire. Il survint à cette personne,
après un arrêt brusque des menstrues, des malaises,
des convulsions hystériques avec épigastralgie, strangulation
et perte de connaissance ; pendant ces attaques, le
pouls s'affaiblissait, devenait presque insensible et intermittent,
la respiration devenait presque nulle et les extrémités
étaient froides. Ces accès se terminaient par des
(1) Pomme, op. cit., t. I, p 224
DE L'HYSTERIE. 2fiî>
pleurs et des sanglots, quelquefois par des sueurs ou par
des urines abondantes, d'autres fois par une salivation ou
par l'expulsion de mucus par le vagin. Dans l'intervalle
des attaques, il y avait une faiblesse générale prononcée,
surtout dans les membres inférieurs, avec un brisement
extrême ; la céphalalgie était habituelle, elle causait l'insomnie;
il y avait fréquemment des hoquets et des vomissements.
Peu à peu,. l'état de la malade empira, et au bout
de quelques mois il était devenu impossible à cette dame
de quitter le lit ; la peau pâlit, la face se prit d'oedème, il
survint du scorbut, les gencives se gonflèrent, l'haleine
devint fétide, les membres inférieurs se couvrirent de
larges ecchymoses et de pétéchies, et à la fin la mort
arriva après deux ans d'hystérie.
« A l'autopsie on ne trouva rien de remarquable, si ce
n'est quelques taches rouges et quelques ecchymoses à la
face interne du tube digestif, la mollesse et l'état comme
poisseux des muscles, dont la couleur était d'un rouge
foncé, et une grande dissolution du sang.
«Le troisième est rapporté par Georget ; c'est un fait
analogue au précédent et dans lequel la mort avait eu lieu
par épuisement. »
Tom Robinson (1) relate, lui aussi, un cas de mort qu'il
qualifie de subite, à la suite de vomissements de la même
nature que ceux que nous venons d'étudier. Chez sa malade,
les vomissements, qui étaient indolores, avaient débuté à
la fin de 1891 ; les aliments étaient rejetés immédiatement
ou une demi-heure à peine après leur ingurgitation. L'amaigrissement,
qui s'accompagnait d'hypothermie et de refroidissement
des extrémités, devint extrême; le faciès était
angoissé; les menstrues s'étaient supprimées. La malade
mourut subitement au milieu de ces symptômes, le 25 mai
1893. L'autopsie ne révéla rien de particulier, si ce n'est
peut-être une dilatation de l'estomac avec amincissement
de ses parois.
(1) T. Robinson, Sudden death on a case of hysterical vomiting. The
Lancet, 10 juin 1893.
270 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Disons, d'ailleurs, une fois pour toutes, que dans les
cas où la mort est survenue au cours ou du fait de l'hystérie
gastrique, l'estomac a toujours semblé indemne de
lésions au moins appréciables à l'oeil nu, même lorsque
les manifestations s'étaient prolongées pendant plusieurs
années.
C'est cette opinion qu'a exprimée Briquet (p. 259) en
traitant de la gastralgie hystérique, et qu'il corrobore en
donnant l'observation d'une femme de trente-six ans qui,
atteinte depuis six ans de vomissements hystériques douloureux,
succomba en vingt-quatre heures, terrassée par
une attaque de choléra. « A l'autopsie, on trouva l'estomac
ayant son volume ordinaire ; sa membrane muqueuse
était partout d'un blanc légèrement rosé, parfait; elle
n'offrait ni dans son aspect, ni dans sa consistance, ni dans
son épaisseur, aucune altération appréciable ; la membrane
musculeuse n'avait pris aucun développement anormal ;
les nerfs pneumogastriques examinés dans l'épaisseur de
l'estomac et jusqu'au cou étaient à l'état normal. La vésicule
biliaire était remplie de concrétions qui n'avaient
provoqué de phlogose ni sur les parois de cette poche, ni
dans ses environs. L'utérus et ses annexes se trouvaient à
l'état complètement normal. »
Quoi qu'on puisse penser des cas précédents, dont il
faut éliminer le fait de Briquet, qui se rapporte à la forme
douloureuse de l'hystérie gastrique, le spasme de l'estomac
n'est cependant pas la plus grave des déterminations de
la névrose sur le tube digestif. Généralement, il cède après
un laps de temps plus ou moins long, soit sous l'influence
d'une émotion morale vive, comme dans un cas que nous
avons observé, soit plus rarement par l'effet d'une attaque
ou de toute autre manifestation paroxystique. Nous disons
plus rarement, car le spasme simple, la localisation non
douloureuse de la diathèse de contracture sur l'estomac
s'associe rarement aux manifestations paroxystiques de
l'hystérie et, à ce titre, jouit d'une ténacité toute particulière.
DE L'HYSTERIE. 27!
Son pronostic est donc relativement bénin, bien qu'il
soit sujet à récidives et, par l'obstacle, qu'il apporte à l'alimentation,
mette la vie du malade en danger et occasionne
parfois la mort.
Son diagnostic est presque toujours facile, étant donné
qu'il survient rarement chez des hystériques n'ayant
jamais présenté ou ne présentant pas, concurremment avec
lui, quelques-uns des stigmates permanents de la névrose.
Le fait est possible toutefois, et la persistance des vomissements
jointe à l'amaigrissement pourrait faire songer à
une affection organique du ventricule. Ne pouvant énumérer
ici tous les arguments à apporter en faveur d'un
diagnostic différentiel, car il faudrait passer en revue
toute la pathologie de l'estomac, nous nous contenterons
de signaler quelques cas particuliers :
Le premier est remarquable par sa complexité. Chez un
malade de Basset (1), âgé de cinquante-neuf ans, des
vomissements presque incoercibles étaient survenus à la
suite de l'ingestion par mégarde de quelques gorgées
d'huile de pétrole, liquide non caustique. On songea à un
carcinome stomacal. La laparotomie montra que le ventricule
ne présentait pas de tumeur. Le malade était hémianesthésique
; les vomissements disparurent avec les
troubles sensitifs, et M. Basset conclut à un spasme de
l'estomac d'origine hystérique. Ce diagnostic est rendu
douteux par ce fait que le sujet était, au moins dans les
derniers temps où il fut observé, albuminurique et qu'il
pouvait fort bien y avoir coïncidence d'urémie et d'hystérie.
On voit, par ce fait, que le diagnostic ne sera pas
toujours facile à établir.
Parfois encore, les vomissements que détermine la contracture
de l'estomac s'associent à de la céphalalgie et
constituent le syndrome connu sous le nom de pseudoméningite
hystérique. L'instantanéité du vomissement,
(1) Basset, Des vomissements incoercibles chez les hystériques. Th. Paris,
1888, p. 71, obs. XIV. C'est de ce même malade que M. Riehelot a entretenu
la Société de chirurgie dans la séance du 23 mai 1894.
272 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
l'absence de la douleur, peuvent faire songer au vomissement
cérébral d'origine organique, qui, lui aussi, présente
ces caractères. Nous renvoyons, pour plus ample informé, à
ce que nous avons déjà dit (1) en traitant de cet ensemble
symptomatique.
A la suite du spasme de l'estomac, il paraîtrait tout
indiqué de faire l'exposé des troubles occasionnés par
l'atonie, la paralysie de la tunique musculeuse de cet
organe chez les hystériques ; mais autant les observations
de vomissements spasmodiques sont nombreuses, autant
celles de vomissements atoniques sont rares.
Deniau signale cependant cet ordre de phénomènes
dans sa thèse sur l'hystérie gastrique. « Ces tuniques sontelles
paralysées, dit-il (p. 45), le chyme, immobile dans le
ventricule distendu, s'accumule jusqu'à ce que ses réflexes
en déterminent l'expulsion par l'acte mécanique du vomissement
{vomissements atoniques). » Mais on est étonné de
ne trouver aucune observation de cette variété de troubles
gastriques dans ce travail, qui est pourtant très documenté.
A son tour Basset {pp. cit., p. 36) s'exprime en ces termes :
« Nous ne parlerons pas des vomissements qui ressortissent
à l'atonie de la couche musculaire; ici il existe de la
dilatation stomacale qui devient le symptôme prédominant.
Au point de vue du diagnostic, on reconnaîtra
aisément ces cas ; les vomissements sont tardifs, plus
abondants, sans nausées, sans douleur, avec distension
stomacale, bruit de glouglou pendant la déglutition et
bruit de Ilot pendant la succussion hippocratique. »
Ici encore, nous aurions été heureux de prendre connaissance
des observations sur lesquelles cet auteur s'est
appuyé pour tracer cette symptomatologie. Malheureusement,
de même que dans la thèse de Deniau, celles-ci font
(i) Voy. t. I, ch. vu, p. 263 et suiv.
DE L'HYSTERIE. 273
complètement défaut. Est-ce à dire que la tunique musculeuse
de l'estomac ne puisse jamais être atteinte de paralysie
permanente ou temporaire, elle qui est si souvent
envahie par la contracture? Certainement non; mais enfin,
si cette paralysie existe, elle est certainement peu fréquente,
car, à part le cas de Setti (I) et peut-être celui de
Robinson [op. cit.), où l'autopsie montra une dilatation
de l'estomac, nous n'en connaissons pas de fait bien
déterminé.
Nous verrons cependant que M. Solfier a noté, chez certaines
malades atteintes d'anorexie, une dilatation de
l'estomac qui disparaissait lorsque celui-ci recouvrait ce
qu'il appelle « sa sensibilité » ; mais la paralysie de la musculeuse
est certainement dans ces cas un phénomène toujours
secondaire.
Ce que nous disons de la paralysie s'applique également
aux vomissements par troubles sécrétoires chez les hystériques
; c'est là un chapitre tout entier à écrire. L'exposé
que nous ferons en traitant du suc gastrique dans 1 hystérie
leur est applicable; mais nous ne croyons pas trop
nous avancer en disant que les altérations de ce suc ne
jouent qu'un rôle de minime importance dans les déterminations
de l'hystérie sur l'estomac.
Dans la manifestation que nous allons maintenant
•décrire, le vomissement existe toujours, presque constant,
sinon continu; mais ce qui domine la scène morbide,
c'est la douleur : d'où le nom de gastralgie, de gastrodynie
qui a été donné à cette détermination de l'hystérie gastrique.
La gastralgie hystérique a surtout été étudiée chez la
femme, bien qu'elle existe aussi chez l'homme à un degré
•comparatif de fréquence que nous ne saurions fixer. Elle
(i) Setti, Considerazioni su un caso dl isterismo animale aastrico con
(jastrectasia. Rassegna di science mediche, Modène, t. VII, p. 309, 1892.
274 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
se montre chez l'enfant et chez l'adulte, chez ce dernier
surtout, de quinze à trente ans, car elle coïncide le plus
souvent avec la pleine floraison des accidents aigus de
l'hystérie, affectant des rapports tout particuliers avec
l'attaque. Nous donnerons les raisons de ces rapports qui
nous paraissent avoir été jusqu'à présent insuffisamment
interprétés.
Briquet avait bien noté les relations de la gastralgie et
du paroxysme convulsif. Après avoir dit que les hystériques
(p. 252) pouvaient en arriver à ce qu'il appelle « la
gastralgie complète » , il ajoute :
« On voit encore naître cette affection chez les hystériques
qui sont sujettes à des attaques convulsives d'hystérie,
soit fréquentes, soit longues et intenses. 11 est aisé
de constater ce fait, car il est de ces malades chez lesquelles
le premier symptôme de l'hystérie est une attaque^
et, chez elles, on voit la gastralgie se développer graduellement,
à mesure que les attaques se multiplient. J'ai constaté
qu'il fallait quelquefois un bien petit nombre d'attaques
pour voir se développer des douleurs à l'estomac
ou à la région épigastrique. »
Nous avons un des premiers, croyons-nous, précisé
cette pathogénie en montrant que, dans certains cas tout
au moins, la gastralgie en rapport avec les attaques était
due à la compression par l'aliment des zones hyperesthésiques
hystérogènes qui peuvent siéger sur la muqueuse
de l'estomac.
Voici, en effet, comment nous nous exprimions en 1891,
après avoir exposé nos recherches sur la nutrition dans
l'hystérie (1) :
« L'étude de ces troubles digestifs nous a conduit à des
considérations encore inédites que nous exposerons brièvement.
L'aliment peut être, chez l'hystérique, rejeté par un
spasme de l'extrémité supérieure de l'oesophage ; il peut
parvenir jusqu'à l'estomac si le spasme oesophagien ne
(1) Titres et travaux scientifiques du Dr Gilles de la Tourette. Paris,.
1891, in-8°, p. 18.
DE L'HYSTERIE.
siè.°~e pas au cardia; une lois dans l'estomac, il est souvent
expulsé par suite des efforts du véritable vomissement.
Ce vomissement stomacal est lié souvent à des zones hystérogènes
de l'estomac. On remarque, en effet, qu'aussitôt
l'aliment arrivé dans le ventricule, se montrent tous les
phénomènes de l'aura prémonitoire de l'attaque ; le vomissement
survient et met fin à ces phénomènes dus à la
simple compression d'une zone hystérogène de la muqueuse
par l'aliment lui-même, dont le re|et fait cesser immédiatement
la crise qui était imminente. On peut, à l'aide d'un
traitement approprié, déplacer la zone et l'aire cesser les
troubles gastriques. »
Il est juste d'ajouter qu'à la même époque, M. Sollier,
dans un mémoire (1) fort intéressant sur l'anorexie hystérique,
signalait également « les attaques provoquées par
le contact de points hystérogènes situés sur le trajet du tube
digestif, particulièrement à l'estomac, par les aliments » .
Cette pathogénie était également de tous points applicable
à une observation de Ducloux (2).
Depuis 1891, l'étude que nous avons faite de plusieurs
cas de gastralgie hystérique n'a fait que nous fortifier dans
notre opinion. Les phénomènes décrits sous ce nom sont
liés à l'existence de zones hyperesthésiques hystérogènes
de l'estomac ou de la région stomacale. Dans les cas
types, la gastralgie n'est autre chose qu'une attaque dans
laquelle prédominent les phénomènes douloureux du ventricule,
point de départ primitif du paroxysme.
La gastralgie hystérique revêt plusieurs formes cliniques;
mais, à la vérité, celles-ci ne sont que des degrés
plus ou moins marqués d'un même processus.
Elle peut débuter subitement, mais bien plus souvent,
avant que ses phénomènes soient en pleine activité, il a
existé une sorte de période préparatoire, pendant laquelle
s'installait la zone de la muqueuse. Cette zone, à cette
(1) Sollier, Anorexie hystérique. Revue de rne'd., 1891, p. 629.
(2) Ducloux, Histoire d'une hystérique hypnolisable traitée et guérie par
la métallolhérapie. Montpellier médical, 10 avril 1890, p. 293.
276 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
époque, n'est encore qu'hyperesthésique; elle peut, du
reste, se maintenir longtemps en cet état; c'est ce qu'on
observe chez certaines femmes qui ne vomissent pas et
qui, à chaque paroxysme, ont au creux épigastrique une
douleur très vive, très marquée, sur laquelle elles ne manquent
pas d'attirer l'attention. Dans ces cas comme dans
les suivants, aux troubles hyperesthésiques hystérogènes
de la muqueuse stomacale se superposent presque toujours
des zones d'anesthésie ou d'hyperesthésie de la peau
qui recouvre le creux épigastrique ou les régions de voisinage.
Nous disons : régions de voisinage, car il faut tenir
compte de la loi générale de l'irradiation des zones.
La zone cutanée et muqueuse de la région stomacale
n'entre en jeu que d'une façon pour ainsi dire accessoire.
L'exaltation, partie le plus souvent de la région ovarienne,
retentira sur une zone stomacale peu marquée et produira
des phémomènes gastriques passagers ; la zone stomacale
n'agit pas pour son propre compte : tout se borne à des
douleurs à l'occasion d'un paroxysme né en dehors de
l'estomac. Ce sont, avons-nous dit, les troubles gastralgiques
que l'on observe si souvent en coïncidence avec les
attaques ordinaires.
Mais dans d'autres cas, sinon les plus communs, tout
au moins de beaucoup les plus frappants, la zone hyperesthésique
de la muqueuse intervient sponte sua. La douleur,
qui ne tarde pas alors à revêtir le caractère paroxystique,
peut se montrer subitement, dans l'intervalle des
repas, à la suite d'une émotion vive, d'une de ces causes
souvent indéterminées qui président à la naissance des
attaques. Plus sûrement encore cette douleur est provoquée
par l'ingestion de substances alimentaires. Disons
immédiatement que, l'instar de ce que l'on observe dans
le spasme, mais plus rarement toutefois, on peut observer
des sélections alimentaires.
Le plus souvent, l'aliment liquide ou solide, quel qu'il
soit, provoque, aussitôt son arrivée dans l'estomac, une
réaction douloureuse ; réaction intense presque toujours,
DE L'HYSTERIE. 2 "7
et, pour la caractériser, les malades ont recours aux comparaisons
les plus significatives. « A peine l'aliment est-il
introduit dans l'estomac, dit Briquet, que celui-ci devient
le siège d'une douleur aussi vive que celle que produirait
une substance corrosive. » « C'est du plomb fondu; c'est
comme si on me tenaillait l'estomac avec des fers rouges,
comme si on le déchirait » , disent habituellement les
malades.
Si l'aliment, dont l'action directe sur la zone hystérogène
de la muqueuse stomacale provoque la douleur
paroxystique, tarde à être rejeté par le vomissement,
l'ensemble symptomatique d'une véritable attaque se
déroule de plus en plus. L'observateur attentif qui ne s'eut
laisse pas uniquement imposer par l'élément douleur
notera alors l'évolution rapide des phénomènes prémonitoires,
de l'aura : battements dans les tempes, bourdonnements
d'oreilles., puis apparition des convulsions. Mais
celles-ci sont dominées, pour ainsi dire, par l'atroce douleur
qui force le malade à se rouler sur son lit en se pressant
les côtes ou en appuyant ses deux mains ou un
oreiller sur le creux épigastrique, comme s'il voulait thérapeutiquement
comprimer la zone hyperesthésique hystérogène
de son estomac. Il n'est pas rare, dans ces cas,
d'observer de la rachialgie, des palpitations, de la dyspnée,,
tous phénomènes qui tiennent à l'irradiation de la zone
stomacale aux zones de voisinage, dont la zone rachidienne
et la zone de la région thoracique gauche sont de beaucoup
les plus fréquentes.
Dans certains cas, le spectacle est véritablement
effrayant : les malades hurlent de douleur. Après les premiers
vomissements alimentaires, qui ne manquent jamais,
l'estomac se contracte à vide; il survient un spasme
secondaire de la musculeuse, du diaphragme, des muscles
de la paroi abdominale; le hoquet est incessant, et ce n'est
parfois qu'au bout de plusieurs heures que cette attaque
d'hystérie à forme gastralgique finit enfin par se calmer
et disparaître.
2T8 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
Nous insistons à dessein sur ce terme d'attaque hystérique
à forme gastralgique, car c'est réellement d'une
attaque à point de départ stomacal qu'il s'agit dans la circonstance,
ce qui, jusqu'à présent du moins, n'avait pas,
croyons-nous, été suffisamment indiqué par les auteurs.
La zone hystérogène de la muqueuse stomacale peut,
après la fin d'un paroxysme, devenir, au moins temporairement,
inexcitable. Les aliments sont alors tolérés et
ajoutons, en y insistant, parfaitement digérés. C'est ce qui
a fait comparer, dans certains cas, ces crises gastralgiques
de l'hystérie à celles de l'ataxie locomotrice. En l'absence
d'analyses probantes, ceci permet de supposer que les
altérations du suc gastrique, si elles existent, doivent être
peu importantes, ou tout au moins fort passagères.
Puis, sous une influence ou sous une autre, par exemple
pendant cette période menstruelle si favorable cbez la
femme à l'éclosion des accidents hystériques, la crise
revient à nouveau et se prolonge plus ou moins longtemps,
sous forme d'un véritable état de mal. Enfin, dans
les cas graves, l'état d'exaltation hystérogène de la muqueuse
est continu; aux douleurs intenses que l'ingurgitation
des substances alimentaires provoque, se joignent les
douleurs par exaltation spontanée de la zone, et, dans ces
conditions, aucun aliment ni solide ni liquide n'étant plus
toléré, le malade tombe dans l'anorexie secondaire, dont
la mort peut être la fatale conséquence.
Situation d'autant plus pénible que, à l'inverse de ce que
nous verrons exister dans l'anorexie primitive, l'appétit
peut être conservé dans la gastralgie hystérique. Les aliments
ne répugnent aux malades que parce que leur
ingestion est la cause certaine et immédiate de vomissements
et d'une crise douloureuse des plus pénibles.
Briquet a noté cette conservation de l'appétit. Il a
surtout insisté sur la possibilité de la terminaison fatale
dans certains de ces cas :
« Quand le besoin absolu finit par se faire sentir, dit-il
(p. 250), la plus petite quantité de substance alimentaire,
DE L'HYSTERIE. 27!)
soit solide , soit liquide , provoque des douleurs atroces
que les malades comparent à des crampes, à de la brûlure,
à un froid glacial ou à des griffes de fer avec lesquelles on
raclerait l'estomac ; ces souffrances durent jusqu'à ce que
cette parcelle d'aliment soit vomie ou digérée. Cette forme
de gastralgie est la plus grave de toutes ; la souffrance
perpétuelle et l'état d'inanition amènent bientôt l'amaigrissement
et l'altération des liquides de l'économie; les
malades s'épuisent et finissent par périr dans le dernier
degré d'affaissement et de consomption. » Et il ajoute
(p. 2G0) : «La fille de l'un des hommes les plus éminents
dans la science, morte après avoir été pendant plusieurs
années atteinte de la gastralgie sous la forme gastrodynique,
et après avoir passé par tous les degrés de l'épuisement
et du marasme, n'offrait aucune altération anatomique
de l'estomac ; la membrane muqueuse de cet organe
était d'une blancheur parfaite ; elle avait la consistance la
plus normale . Le tissu musculaire subjacent était dans
l'état le plus normal. »
Deniau, qui a eu connaissance de ce fait, ajoute {op.
cit., p. 149), corroborant ainsi notre opinion sur l'existence
et sur le déplacement des zones hystérogènes de la
muqueuse de l'estomac : « Dans ce cas, les crises de gastralgie
avaient remplacé des crises d'hystéralgie. »
Briquet a observé au moins un autre cas de mort atlribuable
à la gastralgie hystérique, puisqu'il dit (p. 544) :
« J'ai vu deux cas de mort par suite de gastralgie ; dans
l'un, la mort avait eu lieu à la suite d'une altération lente
de la constitution par le défaut d'alimentation ; l'état maladif
avait duré plusieurs années. Dans l'autre, la mort
avait eu lieu assez promptement par l'inanition et avait
été précédée des accidents aigus qui accompagnent la privation
complète et rapide d'aliments. »
La mort peut donc survenir d'une façon lente ou rapide.
Le cas que signale Deniau paraît fort analogue à celui de
Briquet : « On a cité, dit- il (p. 148), quelques cas de
mort par gastrodynie hystérique, et, dernièrement encore,
280 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
M. Guyot a observé une jeune malade qui fut prise de ces
vomissements incoercibles par tous les moyens connus;
au soixante-treizième jour de ces vomissements, le gavage,
malgré la bonne volonté de la malade, échoua complètement
; la cachexie, fort avancée au moment du gavage,
augmenta rapidement, et la malade mourut quatre-vingttrois
jours après son premier vomissement. »
Chez un malade de Bernutz (1), ce fut léclosion dune
phtisie qui hâta la mort.
Basset (2) a observé « un exemple de gastralgie hystérique
qui aboutit à la cachexie et se termina très probablement
d'une façon fatale » , ce qui faillit bien arriver à une
jeune fille de quatorze ans dont M. Noguès (3) nous a
donné l'intéressante histoire.
La forme gastralgique de l'attaque ou de l'état de mal
hystérique peut donc entraîner la mort. Heureusement,
une pareille éventualité est rare, et, dans la grande majorité
des cas, les phénomènes qui la constituent se terminent
par la guérison (4). Les zones de l'estomac ne diffèrent
pas, en effet, de celles des autres muqueuses ou du
tégument externe, et nous savons que les déplacements
ou la disparition parfois subits des zones hystérogènes ne
sont pas chose rare.
C'est évidemment ce qui avait fait dire à Briquet, qui
pourtant a observé des cas de mort : « La gastralgie avec
vomissements est la forme la plus aiguë, mais en même
temps la moins grave et celle qui cède le plus facilement
aux médications appropriées : dans quelques cas, cependant,
elle dure pendant plusieurs années. »
A ce sujet on peut dire, dans un même ordre d'idées,
que la gastralgie guérit parfois plus vite et plus rapide-
(1) Deniau, op. cit., p. 149.
(2) Basset, op. cit., p. 46, obs. XI.
(3) Noguès, Un cas d'hystérie gastrique. Annales de la Polyclinique,
7 nov. 1890, Toulouse.
(4) Dumontpalher, Vomissemenls incoercibles depuis dix mois chez une
jeune fille de quatorze ans; hystérie; guérison rapide des vomissements
après suggestion hypnotique. Rcv. de l'hypnotisme, t. IX, p. 21, 1894-95.
DE L'HYSTERIE. 281
ment que le spasme de l'estomac, dans lequel les vomissements
ne sont que peu ou pas douloureux. Cela tient
encore à ce que nous savons de la ténacité de la diathèse
de contracture comparée à la mobilité des zones. La pathologie
générale de l'hystérie nous est d'un grand secours
pour interpréter tous ces phénomènes ; elle nous fournit
également, comme nous le verrons, de précieuses indications
thérapeutiques. Il ne faut pas oublier, cependant,
que les formes spasmodique et gastralgique ne sont pas
toujours pures, que le spasme peut s'associer à l'élément
douleur; mais il est généralement facile de faire la part de
ce qui est primitif ou secondaire dans la participation respective
de ces deux processus.

 

 
.