Passer au contenu principal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.
 

6


CHAPITRE TROISIEME
DE QUELQUES VARIÉTÉS DE l'aTTAQUE PAR PRÉDOMINANCE
DES PHÉNOMÈNES DE l'aURA. l'aïTAQUE
DE SPASMES ET LA MORT DANS LE PAROXYSME HYSTÉRIQUE.
Formes frustes et irrégulières de l'attaque. — Hysterla major et hysteria
tninor.
Variétés .par absence d'aura. — Vertiges hystériques. — Variétés par prédominance
d'une aura partie d'une zone hystérogène.
Variétés par prédominance des pliénoménes spasmodiques de l'aura commune
:
L'attaque de spasries : sa gravité.
La mort dans l'attaque d'hystérie. Cas de Willis, Brachet, Gomby, de
Graaf, Morgagni, Rullier, M. Raynaud, etc. Conclusions.
Le paroxysme aigu, nous l'avons dit, ne revêt pas toujours
l'aspect typique de la grande attaque. A côté de
Yhysteria major, il y a place pour Vhysteyna minor, et il est
incontestable que les petites attaques et les attaques irrégulières
sont beaucoup plus communément observées que
celle dont nous avons donné la description dans le chapitre
premier. Il n'en suit pas moins que l'attaque type existe
réellement et, de plus, que sa notion est fondamentale.
En effet, si théoriquement son existence ne saurait être
mise en doute, pratiquement cette notion est de la plus
haute importance , en ce que la grande attaque sert,
pour ainsi dire, de substratum à toutes les autres formes
paroxystiques. Dans la crise d'hystérie même la plus irrégulière,
on reconnaîtra toujours, lorsqu'on saura bien les
chercher, des lambeaux, des phases détachées du type, et,
nous le répétons, rien ne sera plus utile pour le diagnostic
que leur constatation.
Les phénomènes prémonitoires et l'aura ne manquent
116 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
que très rarement, quelle que soit la forme observée; de
même, il est bien rare de ne pouvoir constater, au courant
de l'attaque, des convulsions partielles ou étendues se
rapportant à la deuxième période, l'arc de cercle en particulier,
entrecoupées de quelques attitudes passionnelles.
Ce sont donc là beaucoup plus des variétés du type que
des formes non comparables entre elles. Enfin tous ces
paroxysmes, même de l'aspect le plus varié ou le plus dissemblable,
comme l'attaque de convulsions presque pure
et l'attaque de léthargie, sont unis, nous le verrons, par
un lien commun qui en fait des manifestations identiques :
le trouble des échanges nutritifs, qui reste toujours le
même dans tous les cas.
Dans ces conditions, on comprend combien on est tenté,
en décrivant les nombreuses variétés d'attaques, de les
faire dériver directement des diverses périodes du paroxysme
type, ainsi que Ta fait M. Paul Richer avec beaucoup
de talent et de sagacité d'observation. Tout en adoptant
cette méthode, qui nous semble excellente parce
qu'elle est basée sur la réalité des faits, nous aurons à
nous souvenir que les superpositions ne sont pas toujours
faciles et qu'on risquerait parfois de forcer la note en faisant
de certains paroxysmes, qui ont une véritable individualité
clinique, de simples succédanés de la grande
attaque. Celle-ci doit être le fil conducteur qui nous guidera
sur la route sans l'obstruer.
Nous nou3 efforcerons d'être complet en nous rappelant
toutefois que les variétés d'attaques sont infinies, pour
ainsi dire, étant donné que chaque sujet imprime à sa crise
un cachet personnel et partant fort variable. Afin d'éviter
des redites, nous traiterons en même temps de la variété
d'attaque et de son état de mal ou paroxysme prolongé.
Nous saurons bientôt pourquoi nous n'avons pas agi ainsi
pour ce qui est de la grande attaque.
Nous avons établi qu'il était des malades chez lesquels
DE L'HYSTÉRIE, 117
l'ensemble des phénomènes prémonitoires résidant surtout
dans les ti'oubles psychiques : tristesse, mutisme, rires
sans cause, etc., joints à un certain degré d'inappétence,
pouvait être considéré comme un équivalent, nous dirons
maintenant comme une variété de l'attaque qui bornera là
ses effets. Dans ces cas, les prodromes durent, d'une façon
générale, plus longtemps qu'à l'ordinaire; souvent alors la
volonté intervient, lutte et fait avorter le paroxysme, qui,
du reste, de lui-même peut parfaitement ne pas aller plus
loin dans son évolution.
Les phénomènes de Vaiira, ou mieux des aura, peuvent
être la source de nombreuses variétés de l'attaque. Dans
ces conditions, la variété tire sa caractéristique de deux
points particuliers : ou l'aura n'existe pas, ou, au contraire,
un de ses phénomènes devient prédominant et imprime au
paroxysme un cachet qui va en faire une attaque toute
spéciale.
Nous le savons, il est très rare que l'attaque débute
d'une façon soudaine, que le sujet tombe par terre sans
connaissance, brusquement frappé. Ce mode de début
existe cependant, mais il ne permet pas toujours de préjuger
la forme que va revêtir le paroxysme ; toutefois, on
l'observe fréquemment dans l'attaque dite apoplectique,
de coma, de sommeil ou de léthargie, qui sera l'objet, vu
son importance, d'une description particulière.
A rapprocher de ces débuts brusques, qui font songer au
mal comitial, les vertiges hystériques, sortes d'embryons de
paroxysme que Briquet a rangés dans les formes légères
d'attaques avec syncopes et qu'il a décrits de la façon suivante
{op. cit., p. 331) :
« Chez une partie d'entre elles, la syncope constituait
toute l'attaque; elle avait toujours lieu à la suite d'une
émotion morale ; à l'instant même la malade éprouvait de
la constriction à l'épigastre et à la gorge, quelques vertiges
et un peu de rougeur à la face, après quoi elle tombait
sans connaissance, pâle, inanimée et sans mouvement,
les membres restant flasques et le pouls très faible ; après
H« TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
l'attaque, qui durait quelques minutes, il y avait quelquefois
des sanglots et des pleurs, d'autres fois la connaissance
revenait sans troubles particuliers. »
Ces vertiges ou syncopes, le nom importe peu, nous ont
semblé particulièrement fréquents chez l'homme adulte;
mais, à l'instar de Briquet. M. P. Richer les a également
observés chez la femme, et il en a donné une bonne description
sous le nom d'accès épilepLoïdes incomplets {op.
cit.., p. 185).
MM. Ballet et Crespin (1) ont également constaté chez
les hystériques des absences et des vertiges susceptibles de
simuler ceux de l'épilepsie. Ils peuvent s'accompagner ou
être précédés de secousses brusques dans les membres, fort
analogues à celles qu'on observe dans le mal comitial.
Mais le diagnostic, qui dans beaucoup de cas pourra être
des plus difficiles, s'établira généralement sur les bases
suivantes. Les secousses, lorsqu'elles existent seules, sont
souvent prémonitoires d'une grande attaque qui éclatera
dans la journée ou le lendemain; quant aux vertiges, ils
coexistent presque toujours avec un certain nombre
d'autres phénomènes caractéristiques de l'aura hystérique.
M. Cliarcot a donné de ces rudiments d'attaques revêtant
la forme vertigineuse ou syncopale une description
qui mérite d'être reproduite.
Parlant d'un homme devenu hystérique à la suite d'un
traumatisme et qui portait au-dessus de l'aine gauche une
plaque hyperestliésique, il ajoutait (2) : «Cette plaque esta
un certain degré hystérogène, c'est-à-dire que quand on y
produit un frôlement rapide ou une pression un peu vive,
le malade ressent quelques-uns des phénomènes de l'attaque
: il lui semble, — c'est d'après son naïf récit que
nous décrivons, — il lui semble, dis-je, que « quelque
chose remonte de l'aine gauche vers le ventre, la région du
coeur où il éprouve des battements rapides, la région du
(1) Des attaques d' hystéi'ie a forme d'épilepsie partielle Arch. de
Neurologie, n» 23 et 24, p. 131, 293 ; 1884.
(2) Leçons du mardi a la Salpètrière, 1888-1889, p. 34.
DE L'HYSTERIE. 119
COU, enfin, où il ressent comme un étranglement. Après
quoi ses oreilles sonnent et sifflent, ses tempes battent ;
enfin la vue s'obscurcit et il y a un instant d'inconscience
') . Vous reconnaissez là ces phénomènes de l'aura
hystérique parfaitement caractérisés, et les accidents qui
les suivent représentent en quelque sorte, mais dans la
catégorie de l'hystérie cette fois, le vertige épilepiique sans
accompagnement de mouvements spasmodiques. Ces
attaques, ou mieux ces rudiments d'attaque, que nous
venons de décrire, ne se montrent pas uniquement en conséquence
de l'excitation artificielle des zones liystérogènes ;
elles peuvent se développer spontanément.
« Le malade, en effet, depuis trois mois, a éprouvé ce
qu'il appelle des syncopes ; or, les syncopes dont il s'agit,
non accompagnées de mouvements convulsifs, sont précédées
de l'apparition d'une douleur dans la région hyperesthésique
du flanc gauche et consécutivement de toute
la série des phénomènes de l'aura. Donc il s'agit évidemment
ici d'attaques hystériques se produisant sous une
forme rudimentaire sans doute, mais suffisamment caractérisée
pour qu'il soit facile de la désigner légitimement
par son nom. »
Nous n'insisterons pas davantage sur cette forme vertigineuse
ou syncopale qui peut, au premier abord et quelquefois
même à un examen plus approfondi, simuler,
comme nous l'avons dit, le vertige épileptique.
Parfois les bourdonnements, les sifflements d'oreille de
l'aura prennent un développement considérable, et les
vertiges qui les accompagnent sont si exagérés qu'on se
croirait en présence d'un véritable vertige auriculaire. L'ensemble
de ces phénomènes constituela variété àuparoxysme
hystérique à forme de vertige de Ménière (1), que nous
(1) Gilles de la Toiirette, Note sur quelques paroxysmes hystériques
peu connus : attaques à forme de névralqie faciale ; de vertige de Méniere
Progrès médical^ i" août 1891. Voir t. I, p. 305 et suiv
120 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
avons décrite le premier en nous basant sur un cas observé
dans le service de M. Charcot. Il s'agit le plus souvent,
dans la circonstance, autant que qous avons pu en juger,
de l'exaltation d'une zone hystérogène siégeant au niveau
du tympan. Nous ne reviendrons pas sur la description
que nous avons donnée de cette variété assez rare de
l'attaque en traitant des zones hystérogènes des muqueuses.
Nous avons pu, récemment (juillet 1894), en étudier un
nouveau cas chez une malade de quarante-deux ans.
L'exaltation d'une zone hystérogène est capable en effet
de dominer tout à fait, par les phénomènes spéciaux
qu'elle entraîne avec elle, la physionomie du paroxysme.
C'est ainsi que, traitant de certaines zones hystérogènes en
particulier (t. I, ch. vu), nous avons, pour ne pas scinder
la description, étudié : le paroxysme à forme de névralgie
faciale, qui prend sa source dans une zone hystérogène
siégeant sur le trajet des branches du trijumeau (1); la
pseudo-méningite hystérique, due à l'exaltation d'une zone
du crâne, en particulier du clou hystérique ; la pseudoangine
de poitrine, due le plus souvent à une zone hystérogène
de la région précordiale ou de ses environs.
* *
L'ensemble des phénomènes spasmodiques de l'aura
commune, de la houle hystérique, partie de la région ovarienne
ou épigastrique, et remontant jusqu'au cou, peut
s'exagérer et imprimer une allure toute particulière à l'attaque.
C'est cette variété qui a mérité à l'hystérie convulsive
le nom de suffocation de matrice, car dans cette forme
le sujet semble près de périr suffoqué, étouffé. C'est, de
tous les paroxysmes, le plus redoutable, car il peut entraîner
directement la mort.
(1) Gilles de la Tourette, Un cas de paroxysme hystérique a forme de
névralgie faciale. Soc. méd. des hop., 2 mars 1894. —Laquer, Dix-neuvième
réunion des neurolog. et alién. de l'Allemagne du Sud tenue a Baden-Baden
du 2 au 4 juin 1894. Jn Mercredi méd., n" 30, p 361, 25 juillet 1894.
DE L'HYSTERIE. 121
Briquet, parmi les auteurs modernes, est celui qui
a donné la meilleure description de cette variété du
paroxysme, sous le nom à' attaque de spasmes (1). Elle est
connue, du reste, depuis la plus haute antiquité, et nous
verrons que Morgagni n'en ignorait pas la gravité. Il est
bien entendu qu'il ne s'agit, dans la circonstance, que des
cas où les spasmes acquièrent une assez grande intensité
pour dominer la scène morbide; autrement en les décrivant
nous ne ferions que répéter ce que nous avons dit à
propos de l'aura ordinaire.
« Les spasmes, dit Briquet (p. 328), paraissent très souvent
chez les hystériques sous la forme d'attaques. A un
degré modéré les spasmes se produisent chez beaucoup de
femmes à la moindre émotion. Mais quand ils sont portés
à un haut degré ils sont plus rares... Sur les quatre cents
hystériques observées par moi, il s'en est trouvé dix à
douze au plus qui avaient été atteintes de spasmes violents
ou chez lesquelles ceux-ci remplaçaient des attaques convulsives
avec perte de connaissance. »
Peut-être ces paroxysmes ne sont-ils pas tout à fait aussi
rares que le dit Briquet ; dans tous les cas, sa description
n'en est pas moins saisissante.
« La véritable attaque spasmodique, dit-il {op. cit.,
p. 328), celle qui se comporte à la manière d'une attaque
convulsive, se compose à peu près des mêmes éléments;
seulement ils prennent un degré bien plus élevé que les
précédents.
ce La femme qui va être prise d'une de ces attaques devient
irritable, mécontente d'elle et des autres, très
irascible, ou bien, si elle est d'un naturel calme, elle tombe
dans une sorte d'humeur noire, puis elle éprouve des
bâillements, des pandiculations ; un malaise indéfinissable
parcourt ses membres. Au bout de quelques heures de cet
(1) Les crises hydrophobiques qui peuvent survenir, par exemple, à la
suite de la morsure d'un chien, chez un sujet prédisposé (t. I, p. 90), et
simuler les accidents rabiques vrais rentrent dans la catégorie des attaques
de spasmes. (G. T.)
122 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
état d'anxiété, l'épigastre se serre, il semble qu'un poids
considérable presse la région épigastrique ou qu'une corde
serre la base de la poitrine ; une douleur déchirante et
très vive se fait sentir en cet endroit ; des palpitations se
déclarent pendant lesquelles le coeur semble soulever la
poitrine et venir repousser la tête du médecin qui applique
l'oreille sur la région précordiale ; la violence des battements
et le sentiment de souffrance sont tellement grands
que la malade semble craindre que le coeur ne se rompe
dans la poitrine : ces battements sont extrêmement rapides
et très précipités. Les muscles de la poitrine, bien que
convulsés et faisant éprouver le sentiment de la suffocation
et de l'étouflement, se contractent néanmoins très rapidement
et précipitent la respiration au point de provoquer
jusqu'à cent inspirations à la minute; des douleurs vives
se font sentir dans les côtés et dans le dos : une sensation
très douloureuse semble monter à la gorge sous la forme
d'un globe et, arrivée là, y provoque une strangulation qui
cause la douleur déchirante la plus vive et pendant laquelle
la malade paraît près d'étouffer. Alors la déglutition devient
complètement impossible. Une violente douleur éclate
dans la tête, les mains s'agitent, se crispent involontairement
; l'intelligence néanmoins se conserve tout entière.
Cet état de souffrance est quelquefois porté à un degré
effrayant, dure pendant un temps qui varie de quelques
minutes à quelques heures, puis des sanglots éclatent, les
pleurs surviennent, les urines coulent, claires et abondantes,
et tous ces accidents se calment en laissant après
eux de la céphalalgie, des douleurs à l'épigastre, aux côtés,
dans le dos, et un sentiment de brisement ou de courbature
dans les membres. »
Briquet, ainsi que nous l'avons dit dans nos considérations
générales, note encore que chez le même sujet les
attaques à caractère spasmodique existent presque toujours
à l'exclusion des autres formes. C'est là un corollaire
de cette loi générale qui veut que chez un même
individu les attaques se coulentpour ainsi dire constamment
DE L'HYSTÉRIE. 123
dans le même moule. De plus, ajoute-t-il, « il est certain
qu'ordinairement après le brisement qui suit immédiatement
l'attaque spasmodique, les femmes hystériques se
sentent plus légères, ont les membres plus dispos et
l'esprit moins préoccupé qu'avant l'attaque « .
Cette sensation de soulagement post-paroxystique nous
a paru commune à toutes les attaques d'hystérie; il semble
que l'attaque en général soit, nous le répétons, une soupape
par où s'échappe, à la satisfaction de l'organisme,
le trop-plein de l'excitation nerveuse. Les attaques de
spasmes doivent néanmoins, du fait de leur nature même,
compter parmi celles où le malade reste le plus longtemps
dolent et courbaturé après la terminaison de la crise.
Il est assez rare que les attaques de spasmes revêtent la
forme d'état de mal, c'est-à-dire, comme nous allons bientôt
l'expliquer, s'allongent en séries paroxystiques susceptibles
de durer un ou plusieurs jours, le malade restant
sous l'influence de l'attaque pendant les intervalles des
séries. Probablement cela tient-il à ce que de semblables
phénomènes ne sauraient longtemps persister sans entraîner
avec eux des accidents graves, sinon mortels.
M. Bessière (1) a cependant rapporté un cas de cet
ordre, observé chez une femme de quarante-quatre ans
qui, à l'âge de vingt-deux ans, avait été prise d'accidents
analogues à ceux que nous venons de décrire, mais moins
accentués toutefois. Les attaques durèrent plusieurs jours
consécutifs, seulement entrecoupées par des intervalles
pendant lesquels le spasme laryngé persistait et gênait
singulièrement la respiration. Phénomène remarquable,
lorsque l'élément paroxystique eut complètement disparu,
il resta une contracture des muscles adducteurs de la
glotte, assimilable aux contractures des muscles du tronc
ou des membres qui se montrent si souvent après les attaques.
Pendant cinquante-huit jours, le spasme respiratoire
s'installa en permanence sous forme d'un " cornage
(1) Contribution a l'étude du spasme laryngé hystéidque. Annales médicopsycholocjiciues,
mars 1890, p. 219.
124 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
strident d'une intensité qui dépassait tout ce qu'on peut
imaginer » .
Ce bruit est tel, dit M. Bessière, « qu'il incommode les
voisins dans un large rayon et qu'il pénètre jusqu'à
l'église, distante de près de quatre-vingts mètres, ou il
trouble les cérémonies religieuses. La bouche s'ouvre démesurément,
les épaules se soulèvent, le thorax se bombe,
et l'air se précipite dans la poitrine à travers le larynx
spasmodiquement rétréci, en produisant un son retentissant
que la malade appelle sa musique. L'expiration est
absolument silencieuse, la voix n'est pas altérée. Lamalade
peut parler, mais il lui est impossible de soutenir la conversation,
chaque mot étant aussitôt marqué par l'inspiration
bruyante. » Il existait vingt-huit respirations par
minute, de la dyspnée; le pouls était petit, peu fréquent;
il n'y avait pas d'expectoration. Ces phénomènes s'exagéraient
pendant la marche, diminuaient pendant le repos
et cessaient pendant le sommeil.
Liebe (1) a publié un cas de même ordre ; le spasme
laryngé persista pendant huit jours sous forme d'état de
mal, car il existait plusieurs accès subintrants quotidiens.
L'attaque de spasmes a un pronostic particulièrement
sévère. On s'étonnera même en constatant que Briquet,
qui connaissait si bien cette variété de l'attaque, n'a pas
songé à insister sur sa gravité. Cela nous semble résulter
de ce qu'il n'a pas suffisamment identifié ce paroxysme
avec ce qu'il a décrit sous le nom de « suffocation pseudocroupale
» {op. cit., p. 250), manifestation pour nous
identique à l'attaque de spasmes, d'autant qu'il note
expressément que cette suffocation peut se produire par
accès.
(1) Liebe, Un cas d'hystérie aic/uè avec larjnf/o-spaame pendant la convalescence
du niorphinisme. Arch. de Neurolorjie, mars 1890, p. 282.
DE L'HYSTÉRIE. 125
Sous certaines influences, l'invasion d'une bronchite en
particulier, l'hyperesthésie de la muqueuse laryngo-bronchique
peut s'exalter :
« Il naît de là, dit-il, une suffocation qui se manifeste
par accès, et pour prévenir une mort imminente, on a été
quelquefois obligé d'avoir recours à la trachéotomie. Cet
accident ne doit pas être excessivement rare, car je l'ai vu
deux fois. Chacune des deux malades avait été opérée deux
fois, à des époques différentes. L'opération n'avait pas été
faite légèrement, car l'une des deux malades avait été
opérée par M. Michon, alors chirurgien à l'hôpital Cochin,
l'autre par M. Velpeau. Ces deux hystériques avaient été
chaque fois débarrassées de leur dyspnée aussitôt l'opération,
et la guérison de la suffocation, ainsi que celle de la
plaie des conduits aériens, avait toujours eu lieu très
promptement. »
Ces cas de suffocation par spasme paroxystique de la
glotte nécessitant la trachéotomie ne sont pas extrêmement
rares.
Une malade de M. Muselier, sujette à des crises d'hystérie
qui laissaient toujours à leur suite des contractures
de divers ordres, fut prise subitement, dans la rue, d'accès
de suffocation qui nécessitèrent une trachéotomie immédiate.
La canule fut maintenue en place pendant dix
semaines. Un deuxième accès se produisit qui nécessita
une nouvelle trachéotomie. Huit jours plus tard, la plaie
était guérie; les accès ne se reproduisirent plus.
Nous avons observé un cas de cet ordre dans lequel, à
plusieurs reprises, nous faillîmes intervenir par la trachéotomie,
qu'on put cependant éviter.
Il n'est pas moins certain que si l'on n'opérait pas
dans certains cas où l'asphyxie est portée à ses dernières
limites la mort pourrait parfaitement survenir.
M. Cliarcotnous a dit avoir observé un cas mortel. Nous
tenons de M. le professeur Fournier qu'il fut une fois
(1) MusELiEr,, Spasme laryngé avec aspliyxie, trachéotomie. Gazette médicale
de Paris, 31 oct. 1891.
126 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
obligé de pratiquer la respiration artificielle pour ramener
à la vie une jeune malade atteinte de spasme laryngé
paroxystique, qui succomba d'ailleurs quelques années
plus tard dans un autre accès.
Chez un homme de vingt-trois ans observé par Yeo (1),
la mort fut occasionnée par un spasme glottique consécutif
à des crises d'hystérie de divers ordres. L'autopsie
resta complètement négative au point de vue d'une lésion
du système nerveux ; les cordes vocales étaient en adduction.
On voit donc, par ces exemples, que l'attaque d'hystérie
qui s'accompagne de spasme laryngé est susceptible de
nécessiter la trachéotomie. Parfois même le malade succombe
à l'asphyxie, si l'on n'intervient pas en temps
opportun.
Ceci nous conduit à nous demander si l'attaque convulsive,
telle que nous l'avons décrite au chapitre i", peut,
elle aussi, entraîner la mort. Quel est, dans l'affirmative,
le mécanisme de la terminaison fatale ? Celle-ci est-elle
toujours due au spasme glottique? Si nous avons attendu
jusqu'à présent pour résoudre ces questions qui se posaient
en traitant du pronostic de la grande attaque, c'est
qu'il était indispensable, comme on va le voir, de connaître
préalablement l'attaque de spasmes.
On nous pardonnera les détails dans lesquels nous
allons entrer. Cette étude de la mort dans l'attaque d'hystérie
n'a jamais été qu'insuffisamment ébauchée, et il nous
faut passer en revue les documents que nous possédons
sur la matière.
Landouzy (2) a colligé dans les auteurs anciens un certain
nombre de faits qu'il a résumés presque toujours
(1) Yeo, Tod durch Glottiskrampf bei Hysteria virilis. Dents, medic.
Wochenschrift, 24 août 1893, n" 34, p. 810.
(2) Landouzy, Traité complet de l'hystérie, \.^k&, ^ 404.
DE L'HYSTÉRIE. 12*7
en quelques lignes seulement, ou plus brièvement encore
de la façon suivante : « Accès hystériques, mort, n Briquet
(1) a suivi en partie son exemple.
Nous avons voulu savoir par nous-même quelle était la
valeur de ces observations anciennes, le plus souvent
citées sans remonter aux sources, susceptibles partant de
s'être altérées en passant de main en main. Analysant
aussi les observations modernes à la lumière des plus
récentes conquêtes dans le domaine de la névrose, nous
avons essavé de nous faire une opinion sur le mécanisme
de la termiaison fatale, désireux que nous étions d'en
tirer si possible des déductions au point de vue de
Vanatomie pathologique de l'hystérie. Sous ce dernier rapport,
[nos investigations sont restées infructueuses. Nous pouvons
le dire immédiatement : il résulte tant des observations
suivies de mort que nous signalerons, au cours de
cet ouvrage et de ce chapitre en particulier, que des autopsies
que nous avons eu l'occasion de pratiquer à la Salpêtrière,
que la lésion anatomique de l'hystérie est encore
à découvrir.
Vésale est un des premiers auteurs qui ait rapporté un
cas d'hystérie suivi de mort. Mais sa relation est beaucoup
plus intéressante par le stratagème dont usèrent les étudiants,
désireux qu'on ne reconnût pas le cadavre qu'ils
avaient enlevé, que par la rigueur du diagnostic posé. Il
semble bien qu'il s'agisse là d'une attaque avec spasme
laryngé; mais le diagnostic même à'utein straiigulatus,
synonyme à cette époque d'hystérie, prête fortement dans
la circonstance à la discussion, ainsi que Vésale le fait
remarquer lui-même.
a Deinde monachi cuiusdam divo Antonio hic sacri
elegans scortum repente velut ex uteri strangulatu aut
attonito morbo mortuum, Patavii studiosi ex monumento
ereptum ad publicam sectionem attulere, mira industrie
cadaver universâ cute libérantes ne a monacho diagnos-
(2) Op. cit., p. 545, ch. m.
128 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
ceretur, qui id è monumento ereptum cum scorti parentibus
apud urbis prefectum conquerebatur (1). u
M. Landouzy {op. cit., p. 40 4) donne l'indication suivante
: " Accès hystériques; mort; nécropsie; occlusion de
l'orifice utérin (Bauhin, Theai. anat., lib. I, cap. xxxix. »
)
Nous n'avons rien trouvé d'analogue dans l'édition de
Bauhin (2) que nous avons consultée. Le chapitre xxxix :
et De cervice uteri et hymeiie « , est muet sur l'hystérie. Dans
le chapitre xxxvii : " Uteri situin et differeniias , etc. », se
remarquent quelques considérations sur la rétention du
flux menstruel comme cause des passions hystériques, et
rien de plus.
M. Landouzy cite deux observations de Willis comme
ayant entraîné la mort au milieu d'accidents, hystériques
dans l'une, hystériformes dans l'autre. Il résume le premier
fait ainsi qu'il suit {pp. cit., p. 404) : " Obs. 337. —
Accès hystériques se manifestant à chaque grossesse dès
le début de la conception. Syncopes prolongées. Guérison.
Rechute. Mort. Néa^opsie. Apoplexie cérébrale séreuse;
utérus sain. Altérations du mésentère. »
Nous avons lu avec soin cette première observation de
Willis (3). Il s'agit d'une femme qui fit plusieurs fausses
couches toujours aux environs du troisième mois de la
gestation. Après la dernière, elle fut prise de mouvements
convulsifs avec vomissements, s'accompagnant de fortes
douleurs de tête. « In paroxysmum convulsivum valdè
horrendum incidit qui statim in apoplexiam cito lethalem
transiit namque insensibilis et ài^covoç facta, intra
12 horas hâc vitâ emigravit. »
Willis, désireux de savoir quelle était la cause de la mort
chez cette femme, qu'il considérait comme hystérique, fit
(1) Kndreoe Vesalii Bruxellensis scholoe medicorum Patavinoe profe<!soris
de humani corporisfabricâ, libri septein, Basileoe, liv. V, ch. xv, p. 538 s. d.
(2) Caspari Bauliini Basileoensis tlieati-iun anatomicum, Francof., Becker,
1605.
(3) Pathologioe cerebri et nervosi génères spécimen in r/uo arjitur de
moi'bis convulsivis et de scoibuto, 4" édit., Londres, i678, ch. x, p. 168.
DE L'HYSTERIE. 120
l'autopsie, qui ne nous apprend rien de particulier. Le cadavre
était très putréfie. « Pulmones erant lividi coloris etper
totum obstructi utpote ichore spumoso etfoetido infarcti.»
Étant donné que les accidents convulsifs survinrent
après un avortement, qu'ils s'accompagnèrent de douleurs
de tête et de vomissements, nous croyons qu'il s'agit bien
plutôt, dans ce cas, d'éclampsie que d'hystérie.
Les mêmes considérations sont tout à fait applicables à
un cas de Brachet (1), relatif à une femme de vingt-six ans
qui, au milieu d'un accouchement qu'on dut terminer par
le forceps, succomba à des accidents éclamptiques que
l'auteur qualifie, à tort suivant nous, de " crise hystérique
des plus violentes » .
M. Comby (2) a récemment publié un cas de mort consécutif
à plusieurs attaques d'hystérie convulsive. La malade
avait été, vingt-six ans auparavant, sujette à des
crises qu'on qualifia d'éclamptiques, mais l'autopsie fut
négative au sujet de l'existence de lésions des reins ou du
système nerveux.
La deuxième observation de Willis est résumée ainsi
qu'il suit par M. Landouzy [op. cit., p. 410) : « Obs. 362.
Accès hystériformes, mort. Nécropsie. Utérus sain, altérations
du mésentère. >>
Willis (3) consacre à ce cas les quelques lignes suivantes,
absolument dépourvues d'intérêt, tout au moins au point
de vue qui nous occupe : « Cùm enim foeminoe illustrissimoe
paulo ante obitum affectibus (quos dicunt) hystericis
gravissimè laborantis cadaver aperirem, uterum quidem
insontem reperi... î)
M. Landouzy rapporte une observation de Régnier de
Graafdans les termes suivants (o^. czV., p. 411) : "Obs. 368.
Mort pendant un accès d'hystérie. Nécropsie. Aucune lésion
particulière; caillots dans les ventricules du coeur. »
Après avoir exposé ses théories sur l'action du suc pan-
(1) Bracueï, Tiailé de r hystérie, Paris-Lyon, 1847, obs. Xî, p. 158.
(2) Comby, Soc. mécl. des Iiàp. de l^aris, séance du 22 nov. 1892.
(3) Ibid., cil. VI, p. 89.
130 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
créatique dans ses rapports avec les convulsions épileptiques
des enfants, Régnier de Graaf ajoute :
« Idem succus pancreaticus audior per venas lacteas
in sanguinem delatus, majorem illi consistentiam largetur
unde minus rarescens sanguis pulsum faciet, minorem à
quoîvitio valde excedente, syncopen quandoque produci
existimamus, quod nonparum confirmatur exemple, quod
Lazarus Rivierius refert in praxis suée lib. VIII, fol. 358,
de syncope illa quam P. Salius uti ipse refert lib. de affect.
partie, cap. iv, observavit in puellà 14annum agente quse
cum per diem capitis gravitatem, vertiginem et anxietates
passa esset, die sequenti subito extincta est; secto post
mortem cadavere in arteriâ magna et venâ cavâ totus sanguis
concretus apparuit ut apprehenso illius altero principio
ita integer ex venâ et arteriâ adduceretur ac gladius e vaginâ
extrahi solet ( 1 ) . »
Cette observation que de Graaf rapporte, de deuxième
sinon de troisième main, ne mérite même pas, on le voit,
la peine d'être mentionnée.
Morgagni a publié plusieurs cas de mort chez des hystériques.
Nous citerons textuellement, tout en négligeant
certains détails relatifs aux altérations des divers organes
lorsqu'ils ne seront pas tout à fait contingents à notre
sujet. En ce qui regarde le système nerveux, nous dirons
une fois encore qu'il n'existait aucune lésion susceptible
d'éclairer l'anatomie pathologique de la névrose.
« J'ajouterai, dit-il (2), les histoires de deux femmes
qui se croyaient et que les autres croyaient hystériques,
ce à quoi je donnerai aussi mon assentiment. . . »
La première histoire n'a aucun intérêt. Il n'en est pas
de même pour la seconde femme observée par Helwicli,
à l'autopsie de laquelle on trouva plusieurs corps fibreux
pédicules et um petit kyste de l'ovaire.
(i) Tractatiis anatomico-niedicus de succi pancreatici natura et usii, authore
Regnero de Graaf. Lugd. Bat., 1671, p. 144.
(2) Morgagni, Edition de l'Encyclopédie des sciences médicales, t. III,
1838. De la montée de l'utérus, 45^ lettre, § 19, p. 64.
DE LHYSTERIE. 131
« Cette femme, dit Morgagni, avait été évidemment du
nombre de celles que tous les médecins s'accordent à regarder
comme sujettes à des affections de l'utérus, soit que
quelqu'un ait appelé ces affections apnées ou suffocations,
soit aussi qu'il soit survenu quelques contractions,
pour me servir des expressions de Galien. En effet, séparée
de son mari, elle avait été prise d'un tel prurit des
parties de. la génération qu'elle était peu éloignée de la
fureur utérine et qu'il n'était pas étonnant qu'il s'y joip^nît
des spasmes horribles qui lui fermaient la gorge et qui
donnaient lieu à une si grande difficulté de respirer qu'ils
l'exposaient souvent au danger de la suffocation, par
laquelle- elle fut enfin enlevée inopinément. Au reste, vous
croirez, d'après ce que j'ai écrit ailleurs, que les polypes
qu'on trouva dans le coeur de cette femme furent l'effet et
non la cause de cette suffocation. »
Cette observation, tout écourtée qu'elle soit, paraît
assez concluante dans le sens d'une terminaison fatale survenue
au cours d'une attaque de spasmes.
La suivante l'est moins : « Je disséquai, sur la fin de
février de l'an 1717, une fille publique, jeune, un peu
grasse, adonnée au vin, qui était accouchée autrefois, et
qui actuellement, depuis quatre mois qu'elle n'était plus
réglée, éprouvait des affections hystériques. Ensuite elle fut
prise aussi de manie et mourut de convulsions générales. »
L'autopsie, très incomplète par suite de circonstances
qu'il serait trop long de rapporter, n'offre pour nous d'intéressant
peut-être « que des concrétions polypeuses dans
les vaisseaux sanguins n du cerveau.
Une troisième observation a trait encore à une hvstérique
alcoolique :
« 23. — Il y avait à Venise une femme âgée d'environ
quarante ans, de la plus basse condition, impudique,
adonnée au vin, d'une taille ordinaire et d'une habitude
de corps saine et grasse. Elle était sujette, même pour des
causes légères, à la crainte, à la suite de laquelle elle
tremblait et tombait presque en défaillance. Elle vomissait
132 TRAITÉ CLIMQUE ET THÉRAPEUTIQUE
souvent; en sorte qu'elle ne gardait aucune nourriture
solide et qu'elle ne pouvait même pas goûter de poisson.
Quand je questionnais les personnes de sa famille sur
toutes ses maladies en particulier, elles me répondaient
constamment qu'elle ne s'était jamais plainte de la tête ni
du coeur, dont elle n'avait jamais éprouvé de violentes
pulsations ni de palpitations, ni d'aucune affection, et
qu'elle n'avait jamais été atteinte qu'elles sussent d'aucune
inflammation de la poitrine... Ces personnes disaient que
l'incommodité dont elle se plaignait uniquement consistait
dans des affections de l'utérus qui, à ce qu'elle prétendait,
se remuait alors d'un Côté et d'autre dans son ventre et
lui montait à la gorge en donnant lieu quelquefois à un
sentiment de suffocation dont pourtant elle était promptement
délivrée. A la fin de décembre de l'an 1700, elle
se plaignit sur le soir que les côtes lui tombaient, pour
ainsi dire, et elle ordonna qu'on appelât une femme qui,
comme le peuple le croyait, savait les relever. Après avoir
dit, vers l'aurore, qu'elle était prise d'une affection hystérique
très grave et que l'utérus, qui se remuait d'un côté
et d'autre, lui était déjà monté à la gorge et la suffoquait,
elle mourut dans l'espace d'une ou de deux heures au
plus, sans aucune écume à la bouche et sans avoir été
agitée d'aucuns mouvements convulsifs qui eussent été
observés par les assistants, v
Morgagni fit l'autopsie avec Santorini, dix heures après
le décès. Se rappelant probablement la mésaventure arrivée
à André Vésale, il s'assura, par une série de recherches
qu'il serait trop long de rapporter, que la mort était bien
réelle.
L'ouverture du crâne ne fut pas faite. Il existait une
sclérose cardiaque manifeste, de l'athérôme léger de
l'aorte, de la sclérose pulmonaire avec adhérences pleurales.
« En coupant les deux poumons, nous les trouvâmes
durs et comme tendineux en plusieurs endroits, et
remplis en outre, çà et là, d'une humeur écumeuse qui
était comme de la salive. »
DE L'HYSTERIE. 133
En résumé, il n'est pas certain pour nous que cette
femme ait succombé à une attaque de spasmes hystériques ;
il nous semble qu'il faut bien plutôt songer aux accès
pseudo- apoplectiques décrits par Stokes au cours des
myocardites chroniques. Il n'est pas défendu de penser
cependant qu'avec une semblable lésion, de violents
accès de spasmes purent efficacement contribuer à la terminaison
fatale.
Nous en arrivons maintenant à un fait très intéressant
et bien souvent cité, que RuUier, dans sa thèse inaugurale
(1), rapporte sous le titre très suggestif d' " observations
et remarques touchant une attaque d'hystérie qui
entraîna la mort de la malade » .
Une jeune fdle de quinze ans, réglée, bien portante et
bien développée, « n'avait éprouvé d'autre affection qu'une
violente attaque de convulsions qui lui survint à l'âge de
huit ans, et qui depuis ne s'était en aucune manière renouvelée
" .
Trois semaines avant l'apparition des phénomènes que
Rullier va décrire, « les menstrues qui coulaient pour
lors avaient été supprimées à la suite d'une frayeur
éprouvée par la malade, néanmoins il n'était résulté rien
de fâcheux de cet accident; mais, au retour de l'époque
suivante, cette jeune fdle, qui éprouva quelques chagrins
relativement à son service, commença à ressentir un
grand état de malaise, de l'engourdissement dans les
jambes et dans les cuisses et beaucoup de soif. Les règles,
qui n'avaient fait que paraître, cessèrent de couler.
" Le lendemain, cet état fut aggravé vers le soir par un
sentiment de strangulation tel que l'aurait déterminé un
collier très serré, la respiration devint fort gênée, la région
hypogastrique était le siège d'un gonflement marqué. Les
parties génitales extérieures gênaient comme si elles eussent
été très tuméfiées, les membres et le tronc étaient
agités de mouvements convulsifs répétés. La constriction
(1) RuLLiEn, Recherches, observations et propositions sur quelcjues sujets
de médecine et de chirurgie. Th. Paris, 1808, p. 29.
134 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
et le spasme du pharynx ne permettaient pas à la malade
de prendre la moindre quantité de liquide ; quelque besoin
qu'elle ressentît de boire et quelques efforts qu'elle fit
pour y parvenir, cela lui devint toujours impossible. Il y
eut durant cet accès une excrétion abondante d'urine
claire et limpide.
" Le lendemain elle fut conduite à l'Hôtel-Dieu, et
voici l'état dans lequel elle était : la suffocation et l'anxiété
étaient portées jusqu'au désespoir. Cette pauvre fille se
lamentait et poussait à tout instant des cris aigus, elle se
plaignait constamment d'être étranglée, sa voix était cependant
peu changée. Elle conservait d'ailleurs toute sa
raison et répondait juste aux questions qu'on lui faisait. Les
mouvements convulsifs de toutes les parties continuaient,
ils étaient extrêmement fréquents et étendus. L'abdomen
s'élevait et s'abaissait alternativement d'une manière très
considérable. La malade portait à tout moment la main à
son col comme pour en arracher le fatal collier. De même
que la veille, elle ne pouvait prendre aucun liquide ; elle
priait instamment qu'on cessât de lui en présenter, tant
était considérable la douleur qu'elle éprouvait au pharynx
lorsqu'elle essayait d'avaler. La gène de la respiration était
inexprimable, et à tout moment il y avait menace de suffocation.
Le pouls était serré, très fréquent et très irrégulier.
Les mouvements du coeur offraient le même carac-
. tère, ils étaient fort sensibles au tact et même à la vue. La
peau était rouge et couverte de sueur. Cette malade expira
à quatre heures du soir, au milieu d'une violente exacerbation,
en prononçant qu'elle était étranglée. On ne fit, durant
le peu d'heures qu'elle demeura à l'hôpital, rien pour
prévenir cette catastrophe. 51
L'autopsie fut pratiquée avec très grand soin par Rullier,
assisté du célèbre de Blainville, « élève de notre école » .
Le cerveau, la moelle, le sympathique furent examinés.
« Le seul fait particulier et matériel que nous ait fourni
l'ouverture du corps, c'est-à-dire l'état dans lequel nous
avons trouvé l'appareil de la circulation, nous porte à
DE L'HYSTERIE. 135
penser que la mort a commencé par le poumon, et qu'un
état permanent de constriction spasmodique de la part de
cet organe peut en être regardé, avec quelque fondement,
comme la cause déterminante. "
Et Rullier ajoute : « Il est très rare de trouver une hystérie
terminée par la mort, et bien que cette terminaison
soit admise comme possible dans le troisième degré de
cette maladie, néanmoins les auteurs n'en citent presque
aucun exemple, ou bien, de même que Morgagni, ils ne
fournissent qu'une description très imparfaite des principales
altérations observées sur les cadavres des femmes
dont la maladie a présenté quelques-uns des phénomènes
de l'hystérie. "
Rullier ne discute pas le diagnostic ; évidemment,
croyons-nous, on ne peut penser au tétanos dans la circonstance,
mais il vient immédiatement à l'esprit que sa
malade put être atteinte d'hydrophobie, diagnostic différentiel
qui se posa également dans le cas suivant, communiqué
par Maurice Raynaud à la Société médicale des
hôpitaux de Paris (1).
Il s'agit d'une femme de trente-trois ans, à laquelle
M. Raynaud donnait ses soins depuis six ou sept ans, pour
des phénomènes hystériques confirmés. En 1876, dit-il,
«j'assistai à l'explosion de grands accidents hystériques à
forme hydrophobique dont le souvenir est resté très présent
à mon esprit. Je vois encore cette malheureuse malade,
en proie à une soif ardente, l'oeil hagard, avec l'expression
de la terreur et du désespoir, poussant jour et nuit des
gémissements affreux et tourmentée par un spasme pharyngé
tel que, pendant plusieurs jours, il fut impossible
de lui faire avaler une seule goutte de liquide. Le fait seul
d'approcher un vase de ses lèvres lui causait de violents
tressaillements. Les choses allèrent au point que, dans
l'entourage de la malade, on evit pour sa vie des craintes
(1) Maurice Raynaud, Note sur un ca.^ de mort paraissant avoir été causée
par un accès d'hystérie à forme hydrophohique . Bull, et Mém. de la Soc
méd. des hôp. de Paris, t. XVIII, séance du 28 janvier 1881, p. 13
136 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
que, pour ma part, je ne partageai pas, mais qui étaient
certainement justifiées par ces apparences. Cet état violent
finit pourtant par se calmer. »
Les accidents ayant été amendés par des injections
hypodermiques de morphine, cette femme devint morphinonomane,
et, malgré les recommandations expresses de
M. Raynaud, les doses quotidiennes ne furent jamais
moindres de dix à douze centigrammes et souvent doubles.
Le 22 janvier 1881, la malade se plaignit d'étouffements
: c'était une pure sensation subjective, car l'auscultation
laissait entendre une respiration normale. Le soir,
la température atteignit trente-neuf degrés; le lendemain
et les jours suivants, elle ne dépassa pas la normale. Au
niveau de la troisième vertèbre dorsale existait une douleur
intense à la moindre pression. Le lendemain 23, la douleur
était remontée à la nuque, elle était si forte que le
plus petit mouvement provoquait de véritables hurlements.
Profonde altération des traits, soif très vive, mais
impossibilité de la satisfaire à cause du spasme pharyngien.
« Non seulement la malade ne pouvait déglutir la
moindre parcelle de liquide, mais elle ne souffrait pas
qu'on approchât le verre de ses lèvres. Une anxiété
extrême complétait la ressemblance avec le tableau de
rhydrophobie rabique." Le 23 et le 24, les accidents s'accentuent
: frissons impossibles à vaincre, nombreux accès
de spasmes. <( Pendant un de ces accès de spasme, la face
devient livide, les lèvres violacées, le pouls petit; c'est
une scène d'axphyxie imminente ; une écume abondante
s'écoule en bavant par les commissures labiales. Cette
menace d'axphyxie se prolonge pendant quelques minutes,
puis peu à peu les lèvres finissent par reprendre leur coloration
naturelle. >> Le 25, la mort survient au milieu d'un
de ces accès axphyxiques qui avait duré une demi-heure.
M. Raynaud discuta très soigneusement le diagnostic;
comme il avait, pour parer à une onyxis occasionnée par
un eczéma chronique, coupé, le 20 janvier, un ou deux
ongles et qu'il s'était écoulé quelques gouttes de sang, on
DE L'HYSTERIE. 137
eût pu penser au tétanos. Celui-ci devait être rejeté, la
presque totalité de l'état de mal s'étant passée sans fièvre.
Quant à l'hydrophobie, la malade possédait bien un
chien, mais il n'était nullement enragé.
En somme, il avait existé antérieurement des accidents
analogues en petit aux manifestations actuelles et qu'on
n'avait pas hésité à attribuer à l'hystérie. Pourquoi ne
pas qualifier de même les phénomènes terminaux? « De
plus, dit M. Raynaud, la malade, il y a cinq ans, n'était
pas morphinomane, et c'est peut-être cet élément qui a
fourni l'appoint fatal. »
Bien que l'autopsie n'ait pas été faite, nous croirions
volontiers que dans la morphine gisait la solution du problème.
Il nous parait que l'attaque convulsive et surtout la
crise de spasmes hystériques sont susceptibles de déterminer
la mort, tout particulièrement lorsqu'elles viennent
en aide à des lésions qui ont eu pour effet de diminuer
la résistance de l'organisme. C'est ce qui existait indubitalement
dans la troisième observation de Morgagni, où la
sclérose cardiaque est expressément notée.
Piorry (1) a rapporté un cas dans lequel une malade,
atteinte de fièvre intermittente, succomba subitement à
un accès pernicieux accompagné " de contractions épileptiformes
» qui font penser à la « fièvre pernicieuse
hystérique » .
Peut-être faut-il interpréter ce fait dans le sens du suivant,
rapporté par Baccelli (2) : « Au nombre des conditions
qui aggravent la perniciosité, plaçons lapuerpéralité.
Dans cette circonstance, la femme, exposée à mille
risques, trouvera plutôt la mort dans un accès de fièvre ;
le fait de l'éclampsie mérite ici surtout une grande atten-
(1) Piorry, Gazette des /lôpitaux, 6 jain 1846, p. 261. — Un autre cas
(le Piorry [Traité de diagnostic et de séniéiologie, Paris, 1840, t. II,
p. 514) est ordinairement cité comme une observation de mort à la suite de
convulsions hystériques : il s'agit tout simplement d'une malade autrefois
hystérique qui mourut tuberculeuse.
(2) G. Baccelli, LeçoJisclitiitjues sur la perniciosité', trad. Louis Jullien,
Paris-Lyon, 1871, p. 47.
138 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
tion. Le nervosisme en général peut aussi, en certaines
circonstances, devenir fatal. Dans un cas, à propos duquel
j'eus une consultation avec mon illustre collègue le docteur
Polverosi, une attaque d'hystérie tua brutalement
une jeune fille sous les yeux de son fiancé, au moment
même où un paroxysme pernicieux touchait à la défervescence
et au milieu des illusions les plus rationnellement
fondées sur l'absorption du remède. »
M. G. Rummo (1), après avoir dit que dans les attaques
d hystérie on pouvait, dans certains cas, observer
une élévation de la température qu'il considère comme
un équivalent thermique de l'attaque, s'exprime ainsi :
" Dans les crises convulsives épileptiques, la température
peut s'élever à éV C. et mettre en danger la vie du malade;
dans l'hystéro-épilepsie, ce fait est très rare; mais,
chez une malade atteinte de convulsions hystéro-épileptiques
vraies, j'ai vu survenir la mort avec une température
de 41°, 1 G. L'autopsie confirma l'exactitude du diagnostic.
»
Sans nier la fièvre hystérique, nous faisons les plus
expresses réserves sur le diagnostic porté dans la circonstance
par M. Rummo. II eût été désirable, en outre, qu'il
se montrât moins réservé sur les résultats de l'investigation
cadavérique.
Il faut avouer cependant que l'existence d'une grave
lésion antérieure est difficile à invoquer dans un cas
d'Humbert Mollière (2), où la mort sembla causée uniquement
par une attaque convulsive ; l'autopsie ne révéla
aucune lésion, le coeur et les poumons étaient sains ; pas
d'athérôme. Il s'agissait cependant d'une femme de
cinquante-neuf ans.
M. Grasset (3) a vu, à l'hôpital Saint-Éloi, une hystéro-
(1) La Riforina med., 1889, p. 1397.
(2) H. Mollière, De la mort subite pendant la crise hystérique. Lyon
médical, n"' 42 et 43, 1881.
(3) Grasset^ Traité pratique des maladies du système nerveux, 3" édit.,
1886, p. 1016.
DE L'HYSTERIE. 139
épileptique succomber dans l'état de mal « sans que l'autopsie
ait rien révélé n .
Enfin, nous relaterons, dans le chapitre consacré aux
attaques de sommeil, un cas très discutable de Martinenq,
dans lequel la mort survint pendant une attaque dite
d'apoplexie hystérique.
En résumé, nous voyons combien sont rares les cas de
mort au cours du paroxysme hystérique simple ou prolongé
sous forme d'état de mal; l'attaque de spasmes
paraît avoir surtout ce privilège. Encore semble-t-il, pour
qu'elle agisse dans le sens fatal, qu'il faille la coexistence
d'altérations organiques auxquelles elle apporte, dans la
circonstance, son funeste concours (1).
(1) Nous n'avons pu consulter les deux cas suivants où il s'a^iit peut-être
de mort dans une attaque d'hystérie : G. A. Waldekstrom, Cas d'hystérie
avec terminaison mortelle. Upsala lakarefôren fôhr, Bd X, p. 384,
1875. — Smith, A case of exaqerated liysteria ending in death. Univers.
Med. Magaz. Philadelphia, 1891-1892, t. IV, p. 47. Il nous a paru inutile
par contre de mentionner d'autres cas sans intérêt où la mort survint cbez
des hystériques à la suite de maladies intercurrentes. (G. T.)
CHAPITRE QUATRIEME
DE QUELQUES VARIÉTÉS DE l'aTTAQUE ET DE l'ÉTAT DE
MAL HYSTÉRIQUE REVÊTANT PLUS PARTICULIÈREMENT
LE TYPE CONVULSIF.
Attaque etétatdemalÉpilkptoïde. —Considérations {générales sur les états
de mal. Charcot et Bourneville. — Durée des périodes d'état de mal; des
groupes d'attaques et de leurs intervalles. — Marche et terminaisons. —
Diagnostic avec l'e'tat de mal épileptique. — Recherches de Bourneville
sur la température dans les états de mal. — La nutrition dans les états de
mal épileptique, et hystérique épileptoïde.
Attaque et état de mal a forme d'épilepsie partielle. — Ballet et Grespin. — Etude des échanges nutritifs.
Attaque avec prédominance des phénomènes de la deuxième période ou
attaque démoniaque.
Nous en arrivons maintenant aux périodes convulsives
proprement dites, première et deuxième de la grande
attaque : leurs phases sont assez nombreuses pour qu'on
comprenne facilement combien l'attaque pourra revêtir de
variétés, si l'une ou l'autre d'entre elles prédomine ou
vient à faire défaut. Nous nous contenterons d'en décrire
les principales avec les états de mal qui s'y rattachent.
Ajoutons immédiatement qu'en qualifiant une variété
d'attaque ou d'état de mal d'épileptoïde, par exemple,
nous ne voulons pas dire que la première période du
paroxysme existe absolument seule. C'est de la prédominajice
caractéristique d'une période dont nous Avouions
parler et non de l'exclusion complète de toutes les autres,
dont on peut noter presque toujours des fragments, car,
en somme, l'attaque hystérique reste constamment identique
avec elle-même à travers ses nombreuses variétés.
Nous commencerons par l'attaque bornée à la première
période, ou attaque épileptoïde , et son état de mal, mais
TRAITÉ GLIINIQUE ET THERAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE. 141
auparavauL il est au moins nécessaire de savoir ce qu'est
un état de mal ou paroxysme prolongé.
Nous avons dit qu'un paroxysme convulsif de moyenne
intensité durait généralement une demi-heure, sans qu'il
lût possible, bien entendu, de donner un chiffre très
précis. Dans la majorité des cas, le paroxysme dans son
ensemble est en réalité composé d'un nombre variable
d'attaques, complètes ou incomplètes, le plus souvent incomplètes
quand elles sont nombreuses, allant jusqu'à
trois, quatre, cinq, six ou plus dans les cas ordinaires.
Le malade peut avoir un paroxysme dans la matinée, un
autre dans la soirée, avec un intervalle plus ou moins long
d'état normal; à cela rien de particulier. Mais lorsque les
attaques se présentent en séries, se montrent très nombreuses,
avec de courts intervalles pendant lesquels le
sujet reste sous l'influence du paroxysme qui se prolonge,
dans ce cas Y état de mal est constitué.
Nous serons bref sur l'attaque d'hystérie bornée à la
première période ou attaque épileptoïde, renvoyant à la
description que nous avons donnée de la première phase
du paroxysme type. Objectivement, moins la morsure de
la langue et l'incontinence d'urine, c'est d'un accès d'épilepsie
qu'il s'agit. Le diagnostic ne saurait donc être fait
en se guidant sur la manifestation elle-même, à moins
qu'il ne s'entremêle à la crise un arc de cercle, une attitude
passionnelle qui jugeront sa nature.
Mais il existe une forme pure, véritablement épileptoïde,
dans laquelle l'aura même fait défaut. On se basei'a sur
les anamnestiques, sur la présence des stigmates; toutefois,
comme il peut y avoir chez le même sujet coexistence
de l'épilepsie et de l'hystérie, l'examen des urines
nous semble seul capable de trancher définitivement la
question.
Cette variété de l'attaque est rare; peut-être, cepen142
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
dant, l'est-elle moins qu'on ne le croit généralement,
beaucoup de sujets qui en souffrent étant traités comme
épileptiques.
Par contre, l'état de mal épileptoïde est, parmi les
autres états de mal hystériques, un des plus souvent
observé. Il faut ajouter immédiatement que jamais la
forme n'en est aussi pure que pour l'attaque dont il dérive.
Si, en effet, la période épileptoïde prédomine constamment,
il n'est pas moins certain aussi qu'on voit toujours
surgir à un moment donné des lambeaux des autres
phases du paroxysme type. C'est de ce fait Vétat de mal
convulsif par excellence, celui qui représente le mieux la
forme prolongée de la grande attaque, car celle-ci n'a pas
un état de mal qui lui soit propre ; elle se fragmente toujours
lorsque les crises reviennent par séries, ainsi que
cela s'observe dans les paroxysmes prolongés. A tous ces
titres, l'état de mal convulsif ou épileptoïde méritait la
description particulière que nous allons lui consacrer.
Si certains paroxysmes prolongés, et en particulier l'état
de mal léthargique, sont connus depuis longtemps, il n'en
est pas de même de l'état de mal convulsif ou épileptoïde,
dont la notion est de date relativement récente.
Georget en a donné en quelques lignes une assez bonne
description, au cours de laquelle il établit l'existence de
l'un des caractères qui différencient le mieux l'état de mal
du paroxysme ordinaire, à savoir, que dans l'intervalle
des attaques le sujet continue à rester sous leur influence.
« Les attaques se composent ainsi, dit-il (1), de
paroxysmes convulsifs dont le nombre varie depuis un
petit nombre jusqu'à quarante, cinquante, soixante et
plus. Les premières attaques sont quelquefois extrêmement
violentes ; chez une malade, la première dura huit
(1) Georget, Dictionnaire de médecine, art. Hystérie, t. XVI, 1837,
p. 163.
DE LHYSTERIE. 143
jours et la seconde quarante-cinq jours, avec des intervalles
de repos de quarante ou cinquante minutes. Les
malades distinguent ordinairement très bien le repos qui
succède au dernier paroxysme des simples rémissions ; ils
disent que leur attaque est finie, qu'on peut les laisser
libres, et ils se trompent rarement. Les rémissions ont
beau être considérables, durer plusieurs heures, les malades
disent qu'ils se sentent de leurs attaques, qu'elles ne
sont pas finies ; ils éprouvent toujours dans les membres
ces inquiétudes, ces crispations, ces agacements, ce malaise
qui annoncent de nouvelles convulsions. »
Mais c'est incontestablement à M. Charcot (1) et à
M. Bourneville (2) que revient l'honneur d'avoir nettement
montré ce qu'était le paroxysme hystérique prolongé
à forme convulsive, auquel ils ont donné le nom à' état de
mal, par comparaison avec l'état de mal épileptique, dont
ils l'ont différencié pour la première fois.
Depuis cette époque, M. Charcot est revenu à diverses
reprises sur cet important sujet, et la plupart des travaux
qui ont vu le jour sur la question appartiennent à ses
élèves.
Nous citerons dans cet ordre d'idées : la thèse de
Dieu (3), qui se borne à résumer les premiers travaux de
Charcot et de Bourneville, le livre de P. Richer, le mémoire
de Marie et Souza-Leite (4), l'article de Ballet et
(1) Charcot, Leçons sur V hystéro-épilepsie in Revue photographicjue des
hôpitaux de Paris, 1872, p. 282. — Leçons sur les maladies du système
nei-veux, t. I, IS*^ leç., p. 181 et suiv. — Lezione cliniche delV anno scolastico
1883-1884 sulle malattie nervose recueillies par Milliotti, p. 164,
Milan, 1885. — Etat de mal hystérique épileptiforme. Leçon recueillie
par Bl. Edwards, Tribune médicale, 5 avril 1885, p. 159. — Leçons du
maidià la Salpètrière, 1. 1, 1887-1888, p. k'èZ et passim; t. II, 1888-1889,
p. 68 et passim.
(2) Bourneville, Etudes cliniques et thermométriques sur les maladies
du système nerveux, 2" fasc. 1873, ch. m, p. 301. — Bourneville et
Regnard, Iconographie photographique de la Salpètrière, t. II, 1877-1878.
(3) Jii^v, De Vétat de mal épileptique. Th. Paris, 1876.
(4) Marie et Souza-Leite, Attaques hystériques ayant par leur nombre
et leur durée simulé l état de mal épileptique. Progrès médical, n" 38,
20 septembre 1884.
144 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Crespin (1), dans lequel est étudié plus particulièrement
l'état de mal à forme d'épilepsie pai^tielle, enfin les
recherches que nous avons laites avec «M. Gathelineau (2)
sur la nutrition dans les états de mal.
Le paroxysme prolongé ou état de mal hystérique à
forme convulsive s'observe particulièrement chez la femme
adulte. Dans tous les faits, on trouve noté que les sujets
avaient antérieurement éprouvé des manifestations convulsive
» de la névrose.
Les causes provocatrices sont variées, ne présentant rien
de spécial. Le début de l'état de mal est précédé, comme
l'attaque ordinaire, de phénomènes prémonitoires et
d'aura diverses. Aussi les malades savent-elles bien qu'elles
vont avoir un paroxysme, mais elles ignorent si les
attaques se disposeront en séries prolongées, si l'état de
mal s'installera ; il en est de même pour l'observateur.
Il est permis cependant quelquefois de tirer des indices
sérieux des manifestations antérieures de l'hystérie.
Ainsi, une des malades du service de M. Cliarcot, dont
il sera bientôt question, fait rarement des attaques isolées
qui, lorsqu'elles existent, revêtent en particulier le type
classique le plus pur ; c'est presque toujours un état de
mal convulsif, délirant ou somnambulique, qui évolue
. lorsque chez elle la névrose tend à se produire d'une
façon active. Nous avons récemment observé une dame
qui, à l'âge de dix-huit ans, présenta quelques attaques
très caractérisées ; de vingt-cinq à soixante-dix ans, elle
resta plongée presque tous les ans, pendant deux mois
consécutifs, dans un état de mal à forme convulsive, car
l'hystérique coule ses états de mal, comme ses attaques,
toujours dans le même moule.
(1) Ballet et Crespin, Des attaques d'hystérie a forme d'épilepsie partielle.
Archives de Neurologie, n°' 23 et 24, 1884.
(2) Gilles de la Touuette et Gatuelineau. La nutrition dans l'hystérie,
op. cit., ch. m.
UE L'HYSTERIE. 145
L'état de mal épileptoïde ou convulsif est essentiellement
constitué par des attaques en séynes séparées par des
intervalles variables, les séries pouvant comprendre cent
attaques successives et plus, le total des vingt-quatre heures
atteignant parfois jusqu'à 13,687 attaques, comme dansun
fait que nous avons observé. Il va sans dire que, dans ces
cas, l'attaque est toujours incomplète, se bornant à une ou
deux périodes dont les phases sont très écourtées, la
période épileptoïde prédominant toujours de beaucoup
sur les autres. Mais la succession des attaques est si rapide
et les phénomènes empruntés aux diverses périodes sont
parfois si variés qu'au bout d'un certain temps, cliniquement,
la grande attaque peut se trouver reconstituée.
C'est ce qu'a bien fait voir M. P. Richer en étudiant un
certain nombre d'états de mal convulsifs où il a noté
exactement la physionomie et la durée des périodes {op.
<:it., p. 139).
La plus longue durée de l'état de mal convulsif ou épileptoïde,
jusqu'à présent notée, a été de trois mois. La
malade qui fait le sujet de cette observation (Joséphine G. . .)
a été observée par MM. Gharcot (1) et Bourneville (2); elle
a pour ainsi dire servi de base à la nosographie de cette
manifestation de l'hystérie.
Nous avons relevé, de 1884 à 1889, les états de mal épileptoïdes
d'Hab..., hystérique du service de M. Gharcot.
En 1884, elle a eu deux périodes d'état de mal ; la première
s'étend du 16 au 29 avril inclus (14 jours), la
seconde du 2 au 16 juin inclus (15 jours).
« Le nombre total des attaques de la première série,
disent MM. Marie et Souza-Leite {op. cit.), est égal à 4,506 ;
le minimum d'attaques observé dans un groupe pendant
-cet état de mal est de 84 attaques, le maximum est de 537 ;
(1) Ghaucot, Bévue photogr. des hôp., p. 282.
^(2) Bourneville, Etudes cliniques et thermométriques, p. 302.
"• 10
146 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
le minimum de durée des groupes d'attaques est de douze
minutes, le maximum est de vingt-deux.
« Dans la seconde série, le chiffre total des attaques est
de 17,083, chiffre beaucoup supérieur, comme on voit,
au précédent ; le minimum d'attaques observées dans ce
groupe est de 113 attaques, le maximum est de 176; le
minimum de durée de ce groupe est seize minutes, le
maximum est de cinquante minutes. )>
Une troisième période sur laquelle nous n'avons que
des données insuffisantes, eut lieu en janvier 1887.
En 1889, nous avons observé chez la même malade, avec
M. Gathelineau [op. cit.), deux états de mal ; le premier,
du 24 avril au 2 mai (8 jours), a donné 47,310 attaques,
soit une moyenne de 5,913 dans les vingt-quatre heures,
avec un minimum de 1,293 et un maximum de 11,357 :
le second, du 24 mai au 6 juin (14 jours), a donné 1 17,572
attaques, avec une moyenne de 8,333 par jour, un minimum
de 656 et un maximum de 13,687 (1).
On voit combien peuvent être multipliées les attaques
ou mieux les rudiments d'attaques dans l'état de mal épileptoïde.
Pour bien faire saisir la physionomie de cet état de
mal et de la variété de l'attaque qui le constitue, nous ne
saurions mieux faire que de reproduire ici la description
d'un groupe d'attaques, faite par MM. P. Marie et Souza-
Leite, d'après Hab..., la malade dont nous venons de
parler :
« Le premier phénomène observé chez la malade, qui se
tourne sur le côté gauche [droit en 1889) et reste dans
cette position pendant toute la durée de l'attaque, est
l'émission d'un cri faible tenant vraisemblablement à un
spasme des muscles laryngés; avant qu'il se termine,
les miembres droits et les muscles du cou et de la nuque
sont pris d'une rigidité tétanique ; presque en même
(1) Nous rendons hommage au zèle des surveillantes et infirmières du
service, qui se sont astreintes à compter jour et nuit les attaques et à noter
par écrit toutes les phases de cette intéressante observation. (G. T.)
DE L'HYSTERIE. 147
temps, les membres gauches se contracturent un peu aussi,
mais d'une façon quasi insensible. Dans ce moment, il se
fait une tuméfaction du cou au niveau du corps thyroïde,
facilement appréciable par la main appliquée sur la convexité
qui en résulte ; quatre ou six secondes après, le
membre tlioracique droit et la tête sont agités de secousses
vives et rapides ; les joues et les lèvres sont violemment
repoussées par l'air expiré (mouvement du fumeur de
pipe); les secousses ne se montrent pas du tout aux membres
gauches; ceux-ci deviennent flasques avant les droits,
qui se décontracturent aussi à leur tour. Mais, à peine les
membres sont-ils flasques, qu'un nouveau cri analogue au
précédent se fait entendre en annonçant une nouvelle
attaque et la répétition des phénomènes que nous venons
de décrire. Ces attaques se répètent un grand nombre de
fois d'une façon subintrante et constituent ainsi de véritables
séries durant de douze à trente minutes (de 84 à
776 attaques par série). Ces attaques se succèdent d'une
façon parfois tellement rapide que c'est à peine si on peut
les compter.
et Avant la fin de chaque série, la malade présente une
ébauche d'attitude passionnelle (semble regarder quelque
chose au loin) d'une ou deux secondes de durée, ébauche
qui n'est pas constante ; ensuite deux ou trois mouvements
épileptiformes très courts, et enfin elle se réfugie brusquement
au pied de son lit, sous ses couvertures, cachant sa
tête, couchée sur le côté, et complètement pelotonnée en
boule ; quelques secondes après, elle ronfle deux ou trois
fois et reste ainsi contre le pied du lit plusieurs minutes
sans bouger, puis reprend conscience, se plaint beaucoup
de la tète, se met à pleurer, se recouche convenablement ;
peu après, elle cause librement et se met à rire. Ces
groupes d'attaques sont séparés les uns des autres par un
intervalle à peu près égal à leur durée ; une impression
subite quelconque peut les provoquer, v
Nous n'avons rien à ajoutera cette description si précise
qui se superpose exactement à celle des phénomènes que
148 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
nous avons observés chez la même malade à cinq années
d'intervalle.
Nous plaçant maintenant à un point de vue général, nous
devons donner quelques détails complémentaires, portant
particulièrement sur les intervalles qui séparent les groupes
d'attaques les uns des autres et sur la durée de ces groupes.
Ces intervalles sont très variables; ils peuvent être
presque nuls dans la période de vingt-quatre heures.
« Ainsi, le 22 janvier entre autres, dit M. Gharcot (1), à
propos de l'observation de Joséphine G..., les convulsions
épileptiformes se sont succédé sans interruption depuis
neuf heures du matin jusqu'à huit heures du soir ; de huit
à neuf heures il y a eu un temps de repos, puis les attaques
ont repris comme de plus belle sans le moindre retour à
la lucidité et ont persisté à peu près pendant le même
espace de temps. »
Le plus souvent, la durée d'un groupe d'attaques oscille
entre dix et soixante minutes, quelquefois plus, l'intervalle
entre deux groupes étant, comme nous l'avons dit,
fort variable, de même du reste que la durée du groupe
lui-même. Lors de l'intervalle, la malade revient alors
complètement à elle-même : elle reprend sa pleine connaissance
et en profite pour s'alimenter, surtout si elle en
est sollicitée, pour uriner, aller à la garde-robe, etc.,
mais elle sent très nettement qu'elle est toujours sous Tinfluence
du paroxysme. Et si elle peut goûter quelques
instants de sommeil, celui-ci est rempli par des rêves, des
hallucinations de toutes sortes; à son réveil, du reste, elle
fera une nouvelle série d'attaques.
Lorsque l'état de mal doit bientôt se terminer, les
attaques sont moins nombreuses par chaque série ; les
intervalles entre les séries deviennent de plus en plus
grands ; l'état mental devient meilleur, enfin les attaques
disparaissent complètement, la malade sent qu'elle est de
moins en moins sous l'influence du paroxysme et le retour
(1) Bévue photographique.
DE L'HYSTÉRIE. 149
à l'état normal a bientôt lieu. Nous allons voir qu'il est
un autre moyen de prévoir la cessation prochaine du paroxysme,
et cela en dehors de tous phénomènes objectifs
ou de toutes sensations éprouvées par le sujet.
* *
En 1872, après avoir montré qu'il existait réellement
un état de mal hystérique épileptoïde, MM. Charcot et
Bourneville durent immédiatement s'efforcer d'établir les
caractères à l'aide desquels il était possible de le différencier
de l'état de mal épileptique, avec qui il avait été
presque toujours confondu.
C'est alors qu'on comprit combien il était nécessaire de
connaître imperturbablement, pour ainsi dire, la physionomie
de la grande attaque.
En effet, on peut dire que, même dans l'état de mal épileptoïde
le plus pur, on observera presque toujours, à un
moment ou à un autre, des phénomènes qui appartiennent
aux diverses périodes du paroxysme convulsif. Dans la
description que MM. P. Marie et Souza-Leite ont donnée
d'un groupe d'attaques d'Hab..., il est noté qu'avant
la fin de chaque série " la malade présente une ébauche
d'attitude passionnelle " (troisième période), ou bien « elle
se réfugie brusquement au pied de son lit, sous ses couvertures,
cachant sa tête, couchée sur le côté et complètement
pelotonnée en boule » (deuxième période) ; « puis
elle reprend conscience, se plaint beaucoup de la tête et
se met à pleurer « (quatrième période).
Ce sont là des phénomènes objectifs qui appartiennent
seuls à la grande attaque et dont on tirera le plus grand
parti pour le diagnostic. De même, la malade ne se mord
pas la langue, n'urine pas involontairement, et même dans
l'intervalle des séries, alors qu'elle se sent toujours sous le
coup du paroxysme, elle présente un état mental bien différent
de l'abrutissement qui suit les accès d'épilepsie, à
plus forte raison lorsque ces accès se montrent en séries.
150 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Elle s'alimente, cause librement avec les personnes de son
entourage, alors que l'épileptique reste inerte et ne songe
qu'à dormir.
Jamais non plus on n'observe, dans l'état de mal hystérique
les phénomènes du décubitus (taches violacées du
cou ou eschares de la région sacrée, des fesses, des plis
interfessiers, au niveau des grands trochanters), si souvent
notés dans l'état de mal comitial.
Mais on peut concevoir à la rigueur un état de mal hystérique
purement épileptique au point de vue objectif, et certains
troubles trophiques observés dans la névrose pourraient
simuler le décubitus épileptique.
Aussi M. Bourneville a-t-il serré encore de plus près la
question, et ses recherches sur l'état comparatif de la température
dans les deux états de mal l'ont conduit à trouver
une caractéristique véritablement pathognomonique au
point de vue du diagnostic différentiel.
Ses investigations, longtemps poursuivies, lui ont permis
de conclure que dans l'état de mal épileptique il y
avait toujours élévation de la température; que celle-ci
continuait à monter avec la prolongation de l'état de
mal ; qu'elle était le signe non trompeur d'une mort prochaine
lorsqu'elle dépassait 40, 41, 42", 2 et même 42", 4,
comme dans un cas qu'il a observé (1). Au contraire,
lorsque le retour à la santé doit bientôt survenir, la température,
qui a rarement dans ces cas dépassé 39", 5
ou 40", descend progressivement et revient à la normale
en même temps que disparaissent les accès (2).
(1) Études cliniques et thermométriques, ch. iv et passim. Voir également
la tlièse d'un des élèves de M. Bourneville : Leroy, De l'état de
mal épileptique, Paris, 1880.
(2) Les conclusions de M. Bourneville ont été attaquées en 1886 par
M. Witkowski (Berliner klin. Wochensc, n°^ 43 et 44, octobre 1886), et
plus récemment par M. Duflocq (Revue de médecine, 10 février 1891).
Sans entrer plus avant dans un débat qui nous écarterait trop de notre
sujet, nous dirons que M. Bourneville nous semble avoir répondu (De la
température centrale dans l'épilepsie. Revue de médecine, n" 4, 10 avril 1891,
p. 272) victorieusement aux objections qui lui étaient faites.
DE L'HYSTERIE. 151
Pareillement, M. Bourneville démontrait que jamais
l'état de mal hystérique ne s'accompagnait d'élévation de
la température, celle-ci ne dépassant pas 37°, 8 ou 38°, 2,
rect. dans les plus forts paroxysmes.
Ces faits ont aujourd'hui force de loi; nous avons eu
bien souvent, pour notre part, l'occasion d'en vérifier
l'exactitude. Pendant la durée de l'état de mal (tabl. X)
où Hab... eut 117,572 attaques, la température rectale
ne s'éleva jamais au-dessus de 38° et le jour où il y
eut 13,687 attaques, le thermomètre marquait 37°, 4. (1).
Exceptionnellement, peut-être pourrait-on se trouver
en présence de ces faits que nous étudierons sous le nom
de fièvre hystéricjue et dont la symptomatologie revêt si
rarement la forme d'état de mal convulsif que nous n'en
connaissons pas d'exemple : nous possédons, d'ailleurs,
pour ces cas comme pour les autres, un moyen de diagnostic
qui permettra de résoudre immédiatement le problème.
En effet, au signe si important tiré de la température
observée comparativement dans l'état de mal hystérique
et dans l'état de mal épileptique, découvert par M. Bourneville,
nous avons ajouté d'autres éléments d'appréciation,
en étudiant avec M. Cathelineau les échanges nutritifs
dans ces deux états.
Nous rappellerons que MM. Lépine et Mairet ont
montré que, dans l'accès et dans l'état de mal épileptiques,
il y avait élévation constante du taux du résidu fixe, de
l'urée, des phosphates, etc. M. Mairet [op. cit., p. 209)
(1) Dans la période d'état de mal épileptoïde d'Hab... observée par
MM. P. Marie et Souza-Leite, la température monta un jour à 40°,!. Mais
Ja veille était apparue au niveau du genou gauche une plaque d'érylhème
noueux avec douleur articulaire accompagnée d'embarras gastrique. Une
simple purgation suffit pour faire tomber à la normale la température, alors
que la malade restait en plein état de mal. A ce propos, il faut toujours penser
à la constipation dans ces cas et l'éviter par des lavements purgatifs ou
autres moyens, celle-ci étant parfaitement susceptible, comme nous l'avons
observé plusieurs fois, de faire monter le thermomètre de un ou deux degrés.
152 TRAITE CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
s'exprime ainsi qu'il suit à ce sujet : « Sous l'influence
de l'état de mal épileptique, l'azote rendu par vingtquatre
heures est augmenté et l'acide phosphorique total
est augmenté. »
Il était intéressant de savoir comment la nutrition se
comportait dans l'état de mal hystérique borné à la
période épileptoïde, c'est-à-dire pouvant être objectivement
confondu avec l'état de mal comitial. Aussi avonsnous
fait, pendant les périodes où Hab.. . fut plongée dans
cet état, des recherches minutieuses, et nous nous étendrons
quelque peu sur les résultats obtenus, afin de ne pas
avoir à y revenir d'une façon aussi complète en traitant
des autres états de mal. En effet, de même que la formule
chimique, pour toutes les attaques revêtant les formes les
plus variées, reste toujours identique, ainsi, pour les états
de mal procédant de ces attaques dont ils sont la prolongation,
les échanges nutritifs sont-ils tout à fait comparables
entre eux.
Pendant les deux périodes d'état de mal que nous
avons observées chez Hab.. ., l'urine a été recueillie quatre
fois par jour à l'aide de la sonde, de même que dans tous
les autres états de mal que nous étudierons ultéiùeurement.
Nous avons donc eu à notre disposition la totalité des
urines, et sans causes d'erreur possibles, ce qui est d'une
grande importance, l'étude du volume seul,— que tout le
monde peut faire, — présentant, comme nous le verrons,
un intérêt capital dans l'espèce.
L'alimentation, pendant toute la durée des deux périodes
de cet état de mal, a été pour ainsi dire négative. La
malade a absorbé par jour une assiette de salade, sucé
parfois trois ou quatre asperges, un citron; elle n'a bu,
dans les vingt-quatre heures , qu'une tasse de lait ou
de bouillon (80 grammes), à l'exclusion l'un de l'autre.
Aussi, lors du premier état, qui a duré huit jours, du
24 avril au 2 mai 1889, a-t-elle maigri de 4 kilogr. 500,
soit 550 grammes en moyenne par jour (de 53 kilogr. 500
le 24 avril, à 49 kilogrammes le 2 mai).
1)K L'HYSTÉRIE. 153
Lors du second état de mal, qui a duré 14 jours,
du 2 4 mai au 6 juin 1889, elle a maigri de 3 kilogr. 110,
soit 225 grammes par jour (de 53 kilogrammes le 23 mai,
à 49 kilogr. 890 le 6 juin).
Nous montrerons que cette dénutrition est constante
dans tous les états de mal, en réponse à l'opinion de
M. Empereur u que la désassimilation n'aurait pas lieu
chez les hystériques » . Nous ferons voir, de plus, combien
encore, à l'inverse de l'opinion de cet auteur, l'assimilation
est rapide à la suite des paroxysmes prolongés.
Nous pouvons dire, en effet, que, d'une façon générale,
après les états de mal, où la nutrition a été si compromise,
le retour au poids normal, à celui que le malade possédait
avant lé paroxysme, a lieu presque aussi rapidement que
la dénutrition s'est effectuée. Il résulte des pesées journalières
faites à la même heure et des analyses, qu'après une
période d'oscillation comprenant les deux ou trois premiers
jours qui suivent le retour à l'état normal, le taux
de l'urée et des autres principes excrémentitiels redevient
normal; quant au poids, le sujet reprend en moyenne
500 grammes par jour, ce dernier chiffre étant d'ailleurs
variable suivant les individus.
La nutrition n'en reste pas moins très diminuée pendant
l'état de mal comme pendant la période d'attaque
des vingt-quatre heures, les excréta étant très inférieurs au
taux normal, ainsi que nous allons le montrer immédiatement.
Sans cela, il est probable que la perte de poids
serait encore beaucoup plus considérable qu'elle ne l'est
réellement.
L'étude des tableaux VIII et IX, et de la fig. 20 est des
plus intéressantes.
A l'état normal, Hab... excrète 1,300 c. c. d'urine donnant
43 gr. 25 de résidu fixe pour 1,000 c. c, 20 gr. 30
d'urée, 2 gr. 13 d'acide phosphorique total se décomposant
en terreux gr. 63, et alcalins 1 gr. 50, donnant la
proportion normale de 42 à 100.
Le 24 avril 1889, à onze heures du matin, débute l'état
154 TRAITÉ CLINIOtJE ET THÉRAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE.
de mal. Le volume tombe à 970 c. c, le résidu fixe à
35 gr. 40 pour 1,000 c. c, l'urée à 9 gr. 11, l'acide
phosphorique total à 1 gr. 25 se décomposant en ter-
Tableau Vllï.
Hab... Premier état de mal. hystérique à forme épileptoïde
.
DATES
Du 24 au -25 avril 1S89
de 1 1 h. à II heures
Du 25 au 26
Du 26 au 27
Du 27 au 28
Du 28 au 29
Du 29 au 30
Du 30 au )" mai . . .
Du l'^r au 2
Du 2 au 3
Du 3 au 4
Du 't au 5
Du 5 au 6
BB
I
BiiBfiannHBaBnHann
^SBnBHBnBiimBB
IHWimHUBHIBHBWBmW
m
IMBI
nHBVfl
ï- o
Oh-^ MilBWJM
156 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE,
d'hystérie à forme épileptoïde se comporte absolument,
au point de vue chimique, comme l'attaque d'hystérie la
plus classiquement normale.
Puis les attaques succèdent aux attaques, et, pendant
huit périodes de vingt-quatre heures consécutives, l'analyse
donne toujours les mêmes résultats par rapport à la normale
: diminution du volume, abaissement du résidu fixe,
de l'urée, de l'acide phosphorique avec inversion caractéristique
de la formule.
La moyenne de ces huit journées (tabl. IX) donne, en
effet : 950 c. c. d'urine, 38 gr. 8-4 de résidu fixe pour
1,000 ce, 11 gr. 49 d'urée, 1 gr. 44 d'acide phosphorique
total se décomposant en terreux 0,69 et alcalins
gr. 75.
L'état de mal à forme épileptoïde n'est donc qu'une
attaque d'hystérie prolongée, ce qu'il était permis de
prévoir, mais ce qu'il n'était pas moins intéressant aussi
de constater pour le plus grand bénéfice du diagnostic
différentiel avec l'état de mal épileptique vrai.
A d'autres points de vue, le graphique (fig. 20) que
fournit le tableau VIII prête encore à des considérations
toutes particulières. Jusqu'ici, en effet, en présence d'un
état de mal épileptoïde, — nous pourrions dire de n'importe
quel état de mal, — le médecin interrogé sur la
durée probable de ce paroxysme prolongé était bien forcé
d'avouer qu'il n'avait aucun point de repère pour prédire
le retour à l'état normal, le réveil en un mot. On savait,
et encore, que, le jour qui précédait le réveil, les attaques
étaient un peu moins fréquentes, les intervalles entre les
séries d'attaques plus longs, la connaissance plus longtemps
complète, l'appétit un peu meilleur, et c'était tout.
De sorte que si l'état de mal durait huit jours, c'està peine
si le septième on pouvait prédire le réveil à brève échéance,
ce qui, on l'avouera, n'était guère satisfaisant.
Iln'en est plus de même aujourd'hui, et, dès le deuxième
ou troisième jour, on pourra prédire si l'état de mal doit
être de longue ou de courte durée, et annoncer le réveil
— -A
3 S
ËimnisiiiigsiSiiBsssyiaiBB
es ÇB
l-H C
158 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
dès le milieu de l'accès lui-même, et cela en considérant
simplement la courbe volumétrique.
Que voyons-nous, en effet, dans la figure 20, qui n'est
cependant pas un schéma des plus caractéristiques, — en
comparaison surtout de ceux que nous allons bientôt
donner? — Une chute brusque : de 1,300 c. c, le volume
de l'urine tombe à 970 c. c, puis à 400, remonte à 650,
oscille entre 900 et 980; puis il s'élève à 1,150 pendant
deux jours, et le réveil a lieu à 1,600 c. c.
En somme, chute brusque, plateau, puis relèvement
coïncidant avec le réveil (1), caractères qui sont encore
beaucoup plus accentués dans la première et dans la seconde
partie de la figure 21, relative aussi à l'état de mal
à forme épileptoïde.
L'urée et l'acide phosphorique — la première a seule
été figurée sur le tracé — suivent sensiblement la marche
du volume. A propos de l'acide phosphorique, nous tenons
à faire remarquer combien l'inversion de la formule que
nous avons signalée est chose importante. Le dernier jour
du premier état de mal (tableau VIII) , la malade excrète
1 gr. 40 d'acide phosphorique total se décomposant en
terreux 0,65 et alcalins 0,75, donnant le rapport très
approximatif de là 1. Le lendemain, l'acide phosphorique
est remonté à 2 gr. 20 se décomposant en terreux
0,53 et alcalins 1,67, ce qui donne la proportion normale
de 1 à 3, laquelle se continue les jours suivants.
Aussi, à ne considérer sur le tableau VIII que les colonnes
consacrées à l'acide phosphorique, on peut très nettement
séparer les jours qui appartiennent à l'état de mal hystérique
de ceux qui appartiennent à l'état normal. Nous ne
pouvions demander meilleure confirmation de nos recherches
portant sur l'attaque bornée à la simple période des
24 heures.
(1) Nous montrerons bientôt que le relèvement de la courbe coïncidant
avec le réveil est tout à fait indépendant de l'alimentation, qui pourrait à ce
moment s'effectuer dans des conditions toutes différentes et bien meilleures
que pendant l'état de mal. (G. T.)
DE L'HYSTÉRIE. 159
Le lendemain du réveil, le volume de l'urine est encore
plus élevé, puis survient une chute, et ensuite les oscillations
ordinaires autour de la moyenne normale, qui dans
l'espèce est de 1,300 c. c. Mêmes phénomènes en ce qui
regarde l'urée : élévation, puis chute et oscillations autour
du taux normal. Cette chute de l'urée, le deuxième et le
troisième jour qui suivent le réveil, est intéressante à
noter.
Dans tous les cas, dès le premier jour, l'assimilation
devient très rapide, les malades mangent avec avidité et
augmentent en poids de 500 gr. environ par vingt-quatre
heures, pour rester stationnaires ensuite, lorsqu'il est
atteint, autour du poids qu'ils présentaient avant le début
de l'état de mal.
Peut-être nous reprochera-t-on de généraliser en nous
inspirant uniquement de la seule variété d'état de mal
étudiée jusqu'à présent. Aussi, sans crainte de redites
ultérieures, ajouterons-nous que les conclusions que nous
énonçons sont, ainsi qu'on en pourra juger par la suite,
le résultat de 245 analyses portant sur 19 périodes d'état
de mal de formes variées, et — ce qui augmente encore
l'intérêt de notre proposition — comprenant huit sujets
différents.
Dans l'état de mal à forme épileptoide, l'excrétion urinaire
a donc une marche particulière ; elle tombe bas dès
le début de l'accès, reste stationnaire autour d'un taux
très inférieur au taux normal, puis se relève pour aboutir
au réveil, que l'on peut prédire à partir de la cessation du
plateau; il va sans dire que ce plateau est plus ou moins
long suivant la durée de l'état de mal.
Mais à toute règle il y a des exceptions qui ne font que
confirmer la règle.
Nous avons eu chez la même malade, H..., l'occasion
d'observer un deuxième état de mal à forme épileptoide,
qui a duré quatorze jours, du 23 mai au 6 juin 1889
(tabl. X; fig. 21). Dès le premier jour, chute brusque du
volume, de l'urée, puis plateau et ascension en deux jours
160 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
qui nous faisait prévoir le réveil; l'état de mal devait être,
pensions-nous, de courte durée.
Du 27 au 28 mai, le volume monte à 1,580 c. c; l'urée
est à 17 grammes. A notre grande surprise — car nos
recherches sur les autres états de mal étaient alors termi-
Tableaux
Hab... Deuxième état de mai à form.e épileptoîde.
DE L'HYSTERIE 161
En présence d'une courbe analogue à celle de la figure 2 1
,
devrait-on rejeter les conclusions que nous formulions au
point de vue de la prévision de la durée de l'accès et
du retour prochain à l'état normal en considérant la
figure 20? Certainement non : ilfaudrait tenir compte, dans
les prévisions, de la possibilité d'une rechute, d'un second
état de mal faisant suite au premier, évoluant d'ailleurs
d'une façon caractéristique, et voilà tout.
En effet, dans la fièvre typhoïde par exemple, l'observation
a établi sur des bases irréfragables qu'il existe une
courbe caractéristique de la température, permettant de
préjuger presque à coup sûr la durée de la maladie et le
retour plus ou moins prochain à la santé. La courbe de la
température dans la dothiénentérie représente la courbe
renversée du volume et de l'urée dans l'état de mal. Or,
de ce qu'il existe des rechutes dans la fièvre typhoïde,
les considérations spéciales qu'on peut tirer de l'étude de
la courbe sont-elles pour cela infirmées? Certainement
non, car dans cette rechute comme dans un second état de
mal, la courbe reste toujours caractéristique. Comme
nous l'avons dit, il faudra ne jamais oublier, dans les prévisions
relatives au retour à l'état normal dans l'état de
mal hystérique, qu'il peut survenir une rechute dont la
courbe aura, du reste, des caractères qui permettront de
prévoir la durée et la fin du deuxième accès.
En résumé, il résulte de nos recherches :
1" Que l'état de mal hystérique à forme épileptoïde
est, au point de vue chimique, une attaque hystérique
prolongée se caractérisant, comme l'attaque elle-même,
par l'abaissement du volume, du résidu fixe, de l'urée
et des phosphates avec inversion caractéristique de la formule
de ces derniers ;
2" L'étude de la courbe fournie par le volume de l'urine
analyses deg nombi'eux états de mal que nous avons faites et qui vont être
rapportées : à ce titre et étant donnés les résultats antérieurement obtenus,
nous avions cru pour une fois, pouvoir nous borner à l'étude du volume de
l'urine et de l'urée. (G. T.)
n. 11
162 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
et l'urée permet de prévoir la durée de Fétat de mal et le
retour à l'état normal ;
3° Malgré la diminution des échanges nutritifs indiquée
par l'abaissement du volume, du taux du résidu fixe, de
l'urée et des phosphates, l'amaigrissement n'a pas moins
lieu dans des proportions qui, chez une femme de 53 kilog.
observée en deux fois, pendant vingt-deux jours, a été en
moyenne de 400 grammes par jour ;
4° L'état de mal terminé, le retour au poids normal
paraît se faire immédiatement , dans des proportions
journalières sensiblement égales, mais en sens inverse, à
celles qui ont présidé à la perte de poids pendant l'état
de mal. A ce dernier point de vue, il peut exister, on le
comprend, des différences individuelles;
5" L'augmentation progressive de poids est immédiate :
le malade aussitôt réveillé se met à manger et à augmenter
de poids. On n'observe pas de convalescence au point de
vue chimique, ce qui, au point de vue clinique, avait été
noté depuis longtemps et avec insistance par M. Charcot.
La comparaison entre les échanges nutritifs (tabl. XI)
démontre nettement qu'il existe une différence radicale
entre l'état de mal hystérique à forme épileptoide et l'état
de mal épileptique vrai.
L'attaque d'hystérie bornée à la période épileptoide
peut non seulement simuler l'accès d'épilepsie, mais encore,
dans certains cas, revêtir l'allure clinique de Vépilepsie
partielle ou épilepsie Bravais-Jacksonnienne, du nom
des deux auteurs qui en ont les premiers donné une
bonne description.
C'est à MM. Ballet et Grespin (1) qu'on doit la connaissance
de cette variété du paroxysme hystérique. Ils ont
établi sa valeur symptomatique dans les cas où non seule-
(1) Ballet et CiiESPiN, Des attaques d'hystérie a forme d' épilepsie partielle,
1884.
DE L'HYSTÉRIE. 163
ment l'attaque reste isolée, mais encore lorsque le paroxysme
se prolonge sous la forme d'un état de mal. Nous
avons apporté avec M. Cathelineau (1) notre contribution
à cette étude, sur laquelle M. Ballet est revenu dans un
deuxième travail (2)
.
L épilepsie partielle peut être sensitive ou motrice. Dans
le premier cas il s'agit bien plutôt d'une aura sensitive
prédominante que de convulsions à proprement parler :
Tableau XI
Comparaison eiitre l'état de mai épileptique et l'état de mal hystérique
à forme épileptoïde.
164 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Nous n'insistons pas sur ces aura sensitives que nous
avons déjà signalées en traitant de la grande attaque. Nous
savons aussi qu'il existe des aura sensorielles : l'attaque à
forme de migraine ophtalmique, de vertige de Méniére,
sont remarquables à ce sujet.
Nous voulons surtout parler ici de l'épilepsie partielle
motrice (1), dans laquelle, ainsi que l'indique son nom, les
convulsions sont toujours, au moins au début de l'accès,
limitées à un côté. Suivant la partie du corps où elles
commencent à se montrer, la crise présente le type brachial,
crural oufacial. Rappelons que dans le type brachial,
par exemple, l'accès débute par des secousses dans les
doigts ou dans l'avant-bras droit ou gauche. Celui-ci se
fléchit sur le bras ou s'étend en supination forcée et se
porte spasmodiquement en arrière; puis les convulsions
toniques gagnent la face, le membre inférieur du même
côté, et le malade a déjà perdu connaissance lorsque surviennent
les convulsions cloniques qui, limitées à un côté,
ne tardent pas à se généraliser dans la majorité des cas,
enfin se montre le stertor. L'accès, à part la limitation des
spasmes, ressemble tout à foit à celui du mal comitial vrai.
L'attaque d''hystérie est susceptible de revêtir toutes
les formes de l'épilepsie partielle vraie; de plus le paroxysme
peut se prolonger et les attaques en séries constituer
un véritable état de mal, comme dans la première
observation de MM. Ballet et Crespin qui, pour un
(1) H. WiSSMANN. Een Geval van hystérie oplredeiid als Jackson s Epilepsie.
Geneesk. Tijsdcr. voor Nederl. Indïe, t. XXIII, 2° part. p. 239,
1888. Anal, in Neurolog. Centralb. 1890, p. 571 (artilleur de 36 ans). —
ScHOENTHAL. Zùv symptoniatologie den Ge/iirtumoren. Berl. kli. Woc/i.
n° 41, p. 956, 13 oct. 1890 (diagn. avec l'hystérie). — E. NoGuÈS, Hystérie
à forme d'épilepsie partielle chez un jeune garçon. Midi médical, Toulouse
3 et 10 déc. 1892. — Ghilarducci, Contribution au diagnostic différentiel'
entre l'hystérie et les maladies organiques du cerveau. Arch. de Neurol.,
n° 72, nov. 1892 et n° 73, janv. 1893. (Quatre cas intéressants à divers
points de vue.) — Bardol, De l'hystérie simulatrice des maladies orqaniques
de l' encéphale chez les enfants. Th. Paris, 1893, obs. VIII, p. 61.
Fille de dix ans. — Graîscher, Hystérie ou tumeur cérébrale (?) chez l'enfant.
Bull, méd.- n» 76, 1894.
DE L'HYSTÉRIE. 165
étrtt de mal de vingt-six jours, ont noté 21,708 accès.
Le diagnostic s'établira avec FépilepsiQ partielle vraie
sur des bases analogues à celles que nous avons exposées
en traitant de l'attaque et de l'état de mal hystérique épileptoïdes
: absence de morsure de la langue et d'évacuations
involontaires ; température normale dans l'état de
mal, présence de zones liystérogènes et symptômes frustes
représentatifs des autres périodes de la grande attaque.
Il ne faut pas croire cependant qu'on sera toujours guidé
objectivement par des lambeaux de grands mouvements
ou d'attitudes passionnelles. Écoutons à ce sujet M. Ballet
(1) décrivant l'attaque d'épilepsie partielle hystérique
à type facial et crural :
« Cette symptomatologie ressemble, à s'y méprendre,
à celle qui serait produite par une lésion cérébrale excitant
le centre moteur de la face, c'est-à-dire le pied des
circonvolutions frontale et pariétale ascendantes droites.
« Cette variété d'attaque d'hystérie doit être bien connue,
car, si on l'ignore, on est exposé à commettre de
fâcheuses erreurs de diagnostic. Pour mon compte, j'en
ai commis une dans les circonstances que voici : il s'agissait
d'une malade que je soignais depuis quelque temps
déjà pour des accidents hystériques. Elle fut prise, sous
mes yeux, d'une série de crises d'épilepsie partielle débutant
par la jambe. Je crus pendant vingt-quatre heures
que j'avais affaire aune méningite tuberculeuse. Certaines
particularités du cas rendaient vraisemblable cette supposition.
Je ne tardai pas à m'apercevoir que j'avais à tort
effrayé la famille et que j'étais en présence de simples
crises d'hystérie. Si je signale le fait, c'est pour montrer à
quel point se ressemblent les attaques dont je parle et
celles qui sont dues à des lésions cérébrales. Notez qu à
l'époque où j'ai fait l'erreur que j'indique, je connaissais
déjà parfaitement l'épilepsie partielle hystérique et j'avais
déjà publié mon mémoire sur ce sujet.
(1) Gaz. des hop., 1891.
166 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
« Ce qui donne l'illusion dans les cas dont il s'agit, c'est
que souvent toute l'attaque se borne à la phase épileptoïde.
Il peut n'y avoir, pendant quelque temps du moins,
aucune immixtion des autres phénomènes (grands mouvements,
poses plastiques, hallucinations) qui accompagnent
d'habitude les convulsions épileptiformes et en révèlent la
nature hystérique. Gela tient, dans la plupart des cas, à ce
que les crises, se succédant sans intervalles, empiètent les
unes sur les autres, de façon que les diverses périodes
constitutives de l'attaque complète n'ont pas le temps de
se produire. On a affaire à un véritable état de mal, non
pas épileptique, mais épileptiforme. »
Dans un autre cas du type fémoral relatif à un homme
de quarante ans (manifestement hystérique), M. Glatz (1)
disait également : « Les symptômes présentés par le malade
sont donc absolument semblables à ceux qui caractérisent
la crise d'épilepsie dite jacksonnienne. »
On sait aussi que l'accès d'épilepsie partielle vraie s'accompagne
souvent de paralysie transitoire du membre
qui a été le siège principal des convulsions. M. Ballet a
observé le même fait dans l'épilepsie partielle hystérique.
Enfin, même en présence des stigmates les plus caractéristiques
de la névrose, on pourrait encore hésiter, car après
les remarquables leçons de M. Gharcot(2) sur l'association
de l'hystérie avec les affections organiques du système
nerveux, il n'est pas défendu de concevoir l'existence d'un
hystérique à stigmates présentant des accès d'épilepsie partielle
symptomatique.
Dans ces cas, alors que se pose parfois la question de
l'intervention chirurgicale par la trépanation, il importe,
comme nous l'avons dit dans une communication faite au
Congrès de chirurgie (3) tenu à Paris en 1892, de s'entourer
(1) Glatz, L'hystérie peut-elle simuler l'épilepsie jacksonnienne? Lyon
médical, n" 26; 28 juin 1891, p. 286.
(2) Leçons du mardi à la Salpètrière, 1887-1888, p. 423 et passim ;
8Meç., 1888-1889.
(3) Gilles de la Tourette et Cathelineau, De l'utilité de l'examen des
DE L'HYSTERIE. 167
de tous les éléments d'appréciation susceptibles de favoriser
la solution d'un problème aussi grave.
L'étude des échanges nutritifs va encore nous tirer
d'embarras.
A propos de l'épilepsie partielle vraie, nous avons dû,
Tableau XII
Comparaison entre l^épilepsie partielle symptoniatique et l'épilepsie
partielle hystérique.
168 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
sance. Ces attaques, du reste, ne sont pas très communes,
et certains malades restent souvent trois mois sans avoir
autre chose que des secousses dans un membre.
Nous devons dire, en plus, qu'afin d'éviter le ralentissement
nutritif qu'auraient pu causer le bromure de potassium
ou les frictions mercurielles, ainsi que l'a indiqué
M. Lépine, nos sujets étaient soumis, pour toute médication,
à l'usage d'une solution étendue de chlorure de
sodium.
C'est dans ces conditions que, parmi plusieurs malades,
nous en avons surtout observé deux qui, à plusieurs reprises,
nous ont offert le tableau de l'épilepsie partielle
vraie la plus caractéristique. Chez le premier, l'accès commençait
par le bras droit, gagnait la face, puis la jambe
droite, s'accompagnant de morsure de la langue, de perte
de connaissance et de convulsions généralisées. Chez le
second, l'accès débutait par la jambe gauche, gagnait le
bras, la face, avec morsure de la langue, et se terminait
également par des convulsions généralisées.
Or, si l'on veut bien considérer le tableau XII, on verra
que, chez tous les deux, l'accès d'épilepsie partielle élevait
singulièrement le taux de tous les éléments constitutifs,
au point, chez le premier, de tripler le poids de l'urée
dans les vingt-quatre heures. Dans les deux cas, l'acide
phosphorique total était augmenté, comme tous les autres
éléments, sans inversion de la formule des acides terreux
et alcalins.
L'accès d'épilepsie partielle vraie, comme Vaccès d'épilepsie
ordinaire, augmente donc le taux des éléments constitutifs de
l'urine des vingt-quatre heures (1).
fl) Nous avons eu récemment l'occasion d'observer un troisième cas qui
nous a donné des résultats tout à fait concordants avec les précédents.
Homme de 34 ans, poids 71 kilos, syphilis ; épilepsie partielle débutant par
le bras droit, gagnant la face, perte de connaissance. État normal (moy. de
4 analyses) : urines, vol. 1,200 c. c. ; résidu fixe pour 1,000 c c, 47 grammes;
urée, 20 gr. 50; acide phosphorique total, 2 gr. 70, se décomposant
en : alcalins, 1 gr. 95, et terreux gr. 75, donnant le rapport normal de 40
à 100; le 8 décembre, accès de moyenne intensité : urines, vol. 1,300 c. c,
DE L'HYSTÉRIE. 169
A côté de ces deux cas, nous avons placé un exemple
d'épilepsie partielle hystérique. La malade, indemne de
syphilis, présentait au complet les stigmates caractéristiques
de la névrose; elle avait, déplus, indépendamment
bien entendu, des accès convulsifs aux quatre périodes.
Du 16 au 17 juin 1888, elle eut une série d'attaques
qui se comportèrent individuellement de la façon suivante :
Subitement, sans aura, la bouche est tirée à droite, la tête
se tourne du même côté, puis le bras droit se raidit, le
poignet se porte en supination forcée, le membre inférieur
droit se raidit à son tour, puis la raideur envahit les
membres gauches. Surviennent alors quelques convulsions
cloniques dans les quatre membres, bientôt suivies d'une
période de stertor avec écume à la bouche ; la langue n'est
pas mordue , il n'y a pas d'évacuation involontaire de
l'urine. L'attaque dure ainsi deux à trois minutes au
maximum. La perte de connaissance a été complète. Souvent
les attaques se suivent par séries de cinq à dix et
même plus; dans un cas, la période de stertor ne fut marquée
que par quelques ronflements, l'attaque en ellemême
se trouvant ainsi de ce fait singulièrement abrégée.
La malade eut ainsi trois cents attaques dans les vingtquatre
heures. Cette succession d'attaques nous permit
en même temps d'étudier ïétat de mal (limité à vingtquatre
heures) dans l'hystérie à forme d'épilepsie partielle.
Pendant toute cette période, l'urine a été recueillie par
sondages, afin d'éviter toute déperdition. La température
rectale n'a pas dépassé le chiffre normal de 3 7", 8.
On voit, par ce qui précède, combien le diagnostic différentiel
avec Fépilepsie partielle vraie était cliniquement
difficile. L'analyse de l'urine nous permit de faire cette
différenciation. En effet, alors que l'état normal donnait
1,080 c. c. d'urine, 45 gr. 20 de résidu fixe pour 1,000 c. c,
19 gr. 50 d'urée, 2 gr. 17 d'acide phosphorique total, on
résidu fixe pour 1,000 c. c, 53 grammes; urée, 31 fjrammes ; acide phosphorique
total, 4 fjr. 05, se décomposant en : alcalins, 2 gr. 80, et terreux
1 gr. 25, donnant le rapport normal de 43 à 100.
170 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
trouA^ait, pour la période d'attaque des vingt-quatre heures :
910 c. c. d'urine, 30 gr. 80 de résidu fixe pour 1 ,000 c. c.,
8 gr. 55 d'urée, 1 gr. 70 d'acide phospliorique total. A
cette époque, nous ne connaissions pas encore l'inversion
de la formule des acides phosphoriques ; la différenciation
n'en fut donc pas faite, c'est un point qu'il ne faudrait pas
négliger dans des analyses ultérieures.
En résumé , l'attaque d'épilepsie partielle hystérique se
juge par rabaissement du taux de tous les éléments constitutijs
de ï urine des vingt-quatre heures.
Chimiquement, il est donc aussi facile de différencier
l'accès d'épilepsie partielle symptomatique d'avec l'attaque
d'épilepsie partielle hystérique que de différencier
l'accès d'épilepsie ordinaire d'avec l'attaque d'hystérie
convulsive aux quatre périodes (1).
Pareilles notions sont, nous le répétons, de la plus haute
importance en clinique, aujourd'hui que la trépanation
occupe une place prépondérante dans le traitement curatif
de l'épilepsie partielle symptomatique. Connaissant les
résultats que nous venons d'exposer, sachant la difficulté
qu'il y a à différencier de visu l'accès d'épilepsie partielle
symptomatique de l'attaque d'épilepsie partielle hystérique,
on ne saurait s'entourer de trop de précautions, et,
avant d'entreprendre une grave opération, il sera indispensable
de faire l'analyse de la période d'accès des vingtquatre
heures, comparativement avec la période correspon-
(1) M. Ballet s'est servi avec succès de l'analyse des urines pour faire
le diagnostic dans le cas rapporté dans son dernier mémoire {Gaz. des
hôp., 1891, op. cit.), où l'attaque débutait par la face. Il a obtenu des
résultats identiques aux nôtres : toutefois l'inversion de la formule des
phosphates faisait défaut : «Je dois ajouter, dit-il, que si l'hésitation persistait,
l'analyse des urines recueillies à la suite de la période de crise fournirait un
renseignement précieux. On sait (Gilles de la Tourette et Cathelineau) que
l'urée est accrue à la suite des attaques épileptiques, diminuée au contraire
dans l'état de mal hystérique. C'est ce que j'ai constaté chez la malade
qui fait l'objet de cette présentation. En outre, signe de valeur, le chiffre
des phosphates terreux tend à se rapprocher de celui des phosphates alcalins.
Mais la chose n'est pas constante; je ne l'ai pas notée dans le cas qui nous
occupe. »
DE L'HYSTERIE. 171
dante d'état normal. On évitera peut-être, de cette façon,
bien des surprises désagréables.
La prédominance des phénomènes de la deuxième
période (contorsions et grands mouvements) constitue la
variété de l'attaque hystérique à laquelle M. Gharcot a
donné le nom de démoniaque
.
« Supposez, dit M. P. Richer {op. cit., p. 196) une
période dans laquelle tous les phénomènes les plus
étranges, qui constituent ce que nous avons appelé le
clownisme, se multiplient comme à plaisir. Joignez-y la
fureur, les cris, la rage, les mouvements désordonnés que
j'ai décrits, également parmi les signes de cette même
seconde période. Prenez en outre tout ce qui, dans les
autres périodes de l'attaque, présente un dehors plus ou
moins extraordinaire ou est marqué par la prédominance
de l'élément douloureux, comme les contractures généralisées
de la fin ou quelques hallucinations horribles de la
troisième période. Et vous aurez ainsi constitué une variété
de l'attaque bien faite pour inspirer, suivant les temps, la
crainte, l'horreur ou la commisération. Eh bien, ce n'est
point là un type de fantaisie. Nous avons pu nous-même
en observer des exemples. Ce sont elles que Marc... et
Ler... appellent leurs tortillements et que M. Gharcot a
qualifiées de démoniaques . »
On peut donc caractériser l'attaque démoniaque en disant
que tout ce qui prête à l'exagération dans les périodes
normales est ici porté à son suprême degré. Déjà le tétanisme
de la phase tonique de la première période amène
une rigidité générale avec gonflement considérable du
cou; les yeux roulent affreusement dans leur orbite, la
langue est tirée hors de la bouche et va d'une commissure
à l'autre, produisant avec les convulsions dont la face est
le siège une horrible grimace (fig. 22).
Les convulsions cloniques de la période épileptoïde
sont très étendues, c'est à peine si elles sont séparées des
172 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
attitudes illogiques et des grands mouvements de la
deuxième période par un stertor toujours très passager.
La période de clownisme est surtout remarquable parla
variété et Timprévu, pour ainsi dire, de ses convulsions
(fig. 23, 2-4), Ce sont les contorsions les plus bizarres, l'arc
de cercle le plus exagéré, les talons touchant presque là
tête. Les grands mouvements s'exécutent avec une violence
effrayante. Le ou la malade, car cette forme s'observe
dans les deux sexes, pousse de véritables hurlements.
^<:^
Fiff. 22. — Attaque démoniaque. (P. R
des aboiements, des cris aigus ou sourds : la figure convulsée
respire la crainte et l'effroi. Le démoniaque déchire
ses vêtements, s'arrache les cheveux, cherche à s'enfuir,
frappe ceux qui veulent le retenir, se démène comme un
véritable forcené.
« Les attitudes passionnelles, dit M. P. Richer, n'existent
pas à proprement parler. L'hallucination peut survenir,
mais la contracture qui persiste souvent gène les
mouvements de la malade. On la voit sourire, appeler un
être imaginaire ou lui faire la grimace, lui cracher au
visage pendant que ses membres sont diversement immobilisés
parla contraction musculaire. Mais cette phase est
DE L'HYSTERIE. 173
courte en général et manque parfois complètement. Alors
la malade revient à elle, mais la contracture ne disparaît
pas; des crampes contournent ses membres et lui arrachent
des cris de douleur déchirants ; elle supplie les assistants
de la soulager.
« En résumé, on voit que ces sortes d'attaques sont
Fig. 23. — Attaque démoniaque. (P. R.}
particulièrement caractérisées par la prédominance de la
contracture douloureuse, par le développeînent des attitudes
illogiques ou contorsions qui leur donne l'aspect effrayant
des anciens possédés ; enfin, par la persistance de la doideur,
dont l'acuité ramène promptement la connaissance et, en
arrachant des cris affreux à la malade, imprime à toute
l'attaque un cachet de souffrance tellement horrible que
les assistants même les plus habitués ne peuvent se défendre
d'une pénible émotion, i)
174 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Ces attaques ont généralement une longue durée ; lorsqu'elles
se transforment en état de mal, celui-ci revêt souvent
le caractère délirant ; nous en ferons l'étude complémentaire
en traitant des attaques et des états de mal de
délire hystérique.
Par l'impression même qu'elle cause aux assistants, on
conçoit combien souvent l'attaque démoniaque peut sévir
sous forme épidémique.
Fig. 24. — Attaque démoniaque.
C'est à certaines variétés de l'attaque démoniaque qu'il
faut rapporter la chorée épidémique du moyen âge, les
épidémies de possession qui régnèrent dans les couvents,
en Allemagne et en France, au seizième et au dix-septième
siècle ; les convulsionnaires de Saint-Médard en étaient tributaires,
de même les camp-meetings et les revivais anglais
et américains.
De nos jours, on a vu l'hystérie revêtir ce caractère objectif
et épidémique chez les possédés de Morzines(1861) (1),
(1) CONSTANS, Relation sur une épidémie (T hystéro-démonopatliie. Paris,
1863.
DE L'HYSTERIE. 175
de Verzegnis (1878) (1), de Plédran (1881) (2), de Jaca
(1881) (3), de Wilbad (1890).
Ce sont ces faits qu'ont décrits Bouloese, Jean Wier,
Pierre Delancre, Carré de Montgeron, pour ne citer que
quelques auteurs anciens, et qu'ont figurés Raphaël,
Déodat, Delmont, Hondius et Pierre Breughel, Francesco
Vanni, et surtout avec la vérité la plus saisissante,
Rubens et Jordaens.
C'est presque toujours des adultes hommes que ces
artistes de génie ont représentés, apportant ainsi une précieuse
contribution à la notion de l'hystérie masculine à
travers les âges.
Le sujet est trop vaste, les faits trop nombreux et toujours
semblables, pour que nous y insistions davantage.
Nous ne saurions mieux faire, dans la circonstance, que
de renvoyer le lecteur (outre les travaux qui ont été mentionnés
particulièrement dans le premier chapitre) au
livre si documentaire de Calmeil (4) et au remarquable
ouvrage de MM. Charcot et Paul Richer (5), où abondent
les documents écrits et figurés.
D'après la description même, on comprend combien il
est facile d'établir le diagnostic d'un semblable paroxysme.
(1) Ghiap et Franzolini, L'epidemia d' istei-o-demonopathie in Verzegnis.
Reggio neW Einilia, in-8°, 1879. — Relazione finale sur la epidemia di
istero-demonopalhie in Verzegnis. Udine, 22 janvier 1883. Revue scientifique,
n° 11, 17 mars 1883.
(2) Baratoux, Les possédés de Plédran (sept enfants de la même famille).
Progrès médical, 1881, p. 550.
(3) El Siglo medico, 11 septembre 1881, p. 584. Trad. du D"^ P. Rodet
in Journal de médecine de Paris, n"^ 23 et 24, 1881.
(4) De la folie considérée sous le point de vue pathologique, etc.
(5) Les démoniaques dans l'a7-t, 1887.
CHAPITRE CINQUIÈME
DE LA CHORÉE RYTHMÉE ET DES SPASMES RYTHMIQUES
HYSTÉRIQUES.
Considérations historiques sur la chorÉe rythmée. — Période ancienne :
Les monomanies épidémiques du moyen âge. — Période moderne : Germain
Sée, 1850; Charcot; Pitres. — Classification des spasmes rythmiques.
—Étiologie générale. Age; sexe. Causes occasionnelles. — Rapports
avec l'attaque convulsive commune : forme paroxystique ; forme à allure
chronique. — Description : Spasmes localisés; généralisés. — Marche et
évolution. — Récidives. Pronostic.
Diagnostic. Considérations sur la chorée arythmique hystérique . — Cliorée
de Sydenham. — Maladie des tics convulsifs. — Chorée de Dubini. —
Chorée électrique. — Paramyoclonus multiplex. — Chorée de Huntington.
La deuxième période de la grande attaque se juge,
comme nous l'avons dit, par une série de grands mouvements
: projection du corps en avant, mouvements de la
tète, des bras et des jambes, qui dans leur expression
générale offrent souvent, même au cours du paroxysme
le plus ordinaire, un certain rythme, une cadence particulière.
De cette période on peut faire dériver une manifestation
qui, elle aussi, affecte fréquemment le caractère paroxystique
: nous voulons parler de la chorée rythmée et des
spasmes rythmiques, qui sont autant de localisations de
cette dernière.
La chorée rythmée joue un rôle considérable dans l'évolution
historique de la névrose. Ses allures sont si spéciales,
si saisissantes, que les relations qu'en ont données
les auteurs dès le quatorzième siècle offrent une mine inépuisable
pour le diagnostic rétrospectif de l'hystérie. Nous
avons suffisamment insisté sur ces épidémies d'hystéroTRAITE
CLINIQUE ET T HEU APEUTIQ UE DE L'HYSTERIE. n7
démonopathie à forme de chorée rythmée pour ne plus y
revenir (1).
Il semble d'ailleurs que la danse de Saint-Guy, la chorea
major, le fléau de la danse {Tansplage), et aussi Vepilepsia
saltatoria, qu'on traduirait mieux aujourd'hui par le terme
à'hysleria saltatoria, n'aient pas épuisé à travers les siècles
leur caractère épidémique dû à l'ensemble si suggestif de
leurs manifestations. En effet, nombreuses sont encore
les épidémies modernes de chorée rythmée, et si presque
toutes sévissent sur des enfants ou des adolescents, dans
des pensionnats ou des ateliers, c'est qu'avec les progrès
de la pensée humaine le temps n'est plus favorable aux
démonopathies des adultes. Ceux-ci n'en restent pas moins
sujets, inais à l'état isolé toutefois, aux spasmes rythmiques
que nous allons décrire (2).
Si la comparaison entre les épidémies anciennes et les
épidémies modernes ne laisse aucun doute sur l'identité
des mêmes phénomènes observés à travers les âges et sur
les tendances de la chorée à se manifester sous cette
forme, il n'est pas moins nécessaire de serrer d'un peu
plus pi'ès la question et de montrer comment se sont établies
les notions précises que nous possédons aujourd'hui
sur la chorée rythmée.
Calmeil est certainement l'auteur qui a le plus contribué
à faire entrer dans le domaine de l'hystérie les manifestations
démonopathiques à forme de chorée.
En 1850, Germain Sée (3) assignait à ces phénomènes
(1) Voy. t. I, cil. I. Considération'; historicjues, p. 8 et suiv. et fig. 4, 5,
6. Consulter en outre : Calmeil, De la folie, etc., t. II, p. 159-168, Paris,
1845. — Lannois, Nosographie des chore'es. Th. agréfj., Paris, 1886.
(2) Pour les épidémies récentes, consulter : Dùrfmdller, Hufeland's
Journal, t. LXV, p. 101. — Bougol, Relation d'une épidémie a phénomènes
hystéro-choréicjues. Lyon médical, t. LVII, 1884. — Wischmann.
Ein sogennante Veitstanz Epidémie in Wilbad. Veut. med. Wochens.,
n°^ 27 et 30, 1890 (vingt-six observations et une bonne bibliographie des
épidémies de chorée). — Aïgier, La choréomanie épidémicjue au dix-neuvième
siècle. Bull, de la Soc de méd. d'Angers^ 1" semestre 1891, p. 12.
(3) G. SÉE, De la chorée. Mémoires de l' Académie de médecine, 1850,
t. XIV.
H. 12
178 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
rythmiques leur véritable signification nosographique.
Dans son mémoire lu à l'Académie de médecine, il distingue
nettement la chorée ordinaire, que nous appellerons avec
Gharcot chorée de Sydenham, dont les mouvements sont
irréguliers, illogiques, d'une autre variété de chorée observée
plus particulièrement chez les hystériques, dans
laquelle les contractions musculaires ne sont plus contradictoires,
mais bien au contraire régulières, synergiques
et uniformes. En un mot, les mouvements sont systématisés
dans un certain ordre et se reproduisent toujours chez
le même sujet, avec le même caractère dans les parties du
corps qui en sont affectées. C'est cet ensemble symptomatique
qu'il appelle c/ioree rythmée ow. rythmique, distinction
qu'accepte Briquet {op. cit., p. 434), sans toutefois en tirer
grand profit pour la nosographie de la névrose.
Cette différenciation, qu'avaient déjà entrevue G.-E. Paget
(1) et Roth (2), sans y attacher la même importance
que Germain Sée, M. Charcot (3) l'accentuera encore en
faisant pour ainsi dire sienne l'étude de la chorée rythmée,
suivi dans cette voie par de nombreux auteurs, parmi
lesquels il convient de citer particulièrement M. Pitres (4),
qui, le premier, a donné des spasmes rythmiques hystériques
une description synthétique du plus haut intérêt.
(i On désigne sous le nom de spasmes i-ythmiques, dit
M. Pitres {op. cit., p. 307), des convulsions généralement
brusques et toujours conscientes provoquées par des
(i) G.-E. Paget, Observations de mouvements tythmiciues spasmodiques,
Edimb. med. and surg . Journal, jany. 1847, traduit in Archives gén. de
méd., 1847, t. XV, 4'= série.
(2) RoïH, Histoire de la musculation irrésistible ou chorée anormale
.
Paris, 1850.
(3) Gharcot, Delà chorée rythmique hystérique. Progrès médical, n"' 6,
7, 1879. — Leçons sur les maladies du système, t. III, 1887. — Leçons du
mardi à la Salpêtrière, t. I (particulièrement) et II, passim.
(4) Pitres, Leçons cliniques sur l'hystérie, t. I, 1891, 24% 25% 26%
27'= leçons.
DE L'HYSTERIE. 179
secousses musculaires qui, se répétant à des intervalles
sensiblement égaux, donnent lieu à des mouvements involontaires
se reproduisant eux-mêmes régulièrement et pendant
un temps souvent fort long avec une cadence uniforme.
"
M. Pitres fait remarquer avec juste raison que, 'si les
spasmes rythmiques dépendent le plus souvent de l'hystérie,
ils ne sont pas néanmoins toujours attribuables à la
névrose. Aussi le diagnostic offrira-t-il fréquemment des
incertitudes et des difficultés.
Ces spasmes se présentent cliniquement sous des aspects
très variés. Pour la commodité de la description, M. Pitres
les divise en trois groupes entre lesquels existent de nombreux
points de contact :
« 1° Les spasmes rythmiques localisés, dans lesquels les
secousses anormales limitées à un muscle ou à un groupe
musculaire isolé déterminent des mouvements très simples
de flexion, d'extension ou de rotation de la tête ou d'un
membre ;
« 2° Les spasmes rythmiques systématisés ou chorées
hystériques, dans lesquels les convulsions cadencées, intéressant
à la fois plusieurs groupes musculaires symétriquement
associés, impriment au tronc, à la tête et aux membres
des mouvements coordonnés souvent très complexes. »
Enfin des spasmes rythmiques respiratoires dont nous
nous occuperons ultérieurement.
'i Tous les spasmes rythmiques hystériques, dit-il, appartiennent
à une même famille naturelle : ils sont tous
frères. » On peut ajouter de plus que certains d'entre
eux, quoique arythmiques, doivent être rangés dans cette
même famille; de ce fait, commencerons-nous l'étude
de la question par un exposé étiologique qui se rapportera
à la fois à tous les spasmes, et si souvent nous employons,
pour désigner ces phénomènes, le terme général
de chorée rythmée, c'est qu'il a été adopté par l'usage
et qu'il correspond d'ailleurs à l'ensemble symptomatique
le plus saisissant de ces diverses manifestations.
180 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
La chorée rythmée hystérique atteint les deux sexes, et
cela dans des proportions qu'il nous est impossible de
fixer, en l'absence d'une bonne statistique. Tout au plus
pourrait-on dire qu'elle semble plus fréquente chez les
femmes que chez les hommes, ou mieux chez les fillettes
que chez les garçons, car les adolescents y sont singulièrement
plus sujets que les adultes.
Cependant elle est susceptible d'apparaître à tout âge :
rare de huit à dix ans, se montrant surtout de douze à vingt,
on peut la voir débuter à quarante-huit ans, comme chez
une malade d'Horcholle (1), où le spasme rythmique affectait
le membre supérieur gauche, se localisant particulièrement
aux doigts.
Une remarque que l'on peut faire au point de vue de
l'âge est que les cas de grande chorée rythmée, celle qui
sévissait au moyen âge sous forme de démonopathies épidémiques,
semblent surtout débuter après vingt ans, alors
que les spasmes localisés, et nous ajouterons peu tenaces,
sont de préférence l'apanage des adolescents. L'hystérie,
nous aurons encore l'occasion de le démontrer, n'est pas
une maladie qui toujours s'améliore en vieillissant.
Les causes occasionnelles sont variables suivant qu'il
s'agit de spasmes rythmiques localisés ou de leur forme
généralisée, la chorée rythmée.
Parfois un traumatisme détermine l'apparition du spasme
ou fixe sa localisation. M. Pitres (o;;. aï., p. 317) cite un cas
de tic hystérique des muscles du cou chez un résinier
des liandes qui portait constamment sur l'épaule gauche
une lourde échelle. Ch. Bell (2) a vu survenir une chorée
rotatoire de la [tête à la suite d'un choc reçu sur la poitrine.
Chez un autre malade qui présentait le même type
(1) HoRCHOLLE, Contribution à l'étude de la chore'e rythmée, Th. Paris,
18S8, obs. XII, p. 70.
(2) Cité par G.-E. Paget.
DE L'HYSTÉRIE. 181
chorëiforme, les accidents, dit Sutherland (1), se montrèrent
après une blessure du pied par un clou.
On voit que le traumatisme agissait surtout dans ces deux
derniers cas comme agent provocateur de l'émotion morale
vive, que l'on retrouve presque toujours parmi les causes
occasionnelles des accidents paroxystiques de l'hystérie.
Nous avons observé, en 1894, à l'hôpital Cochin, un
homme de trente-sept ans qui fut jeté, la nuit, par des
malfaiteurs, par-dessus le pont de la Morgue. Il se retira à
grand'peine tout meurtri de la Seine et ne quitta le lit que
pour commencer une chorëe rythmée généralisée qui,
après une durée de dix-huit mois consécutifs, ne nous
parut guère marcher vers la guérison.
Tout ce qui tend à affaiblir l'état moral ou physique des
individus prédisposés est susceptible de faire apparaître
les spasmes rythmiques. Hardy (2) cite un cas de chorée
malléatoire survenue pendant la convalescence d'une pneumonie
double ; un malade de Charcot (3) relevait d'une
fièvre muqueuse.
Il est inutile d'insister sur le rôle que joue la contagion
7ierveuse dans le développement de ces accidents (4). Il suffit
d'avoir vu quelques malades atteints de chorea major, pour
concevoir la genèse des grandes épidémies du moyen âge
et de celles qui de nos jours éclatent encore parfois parmi
les jeunes filles ouïes jeunes garçons, dans un pensionnat,
un atelier ou une même famille.
C'est surtout au courant des épidémies qu'on voit les
spasmes rythmiques être la première manifestation de la
névrose, car lorsqu'elle naît en dehors de ces circonstances,
bien souvent la chorée a été précédée d'autres
manifestations hystériques soit paroxystiques , soit sous
(1) Hysterical chorea. Journal of med. Sciences, 1879, p. 398, 443.
(2) Habdy, Chorée malléatoire chez une hystéricjue. Gaz. des hôp..^ 1880.
(3) Leçons du inardi, t. I, p. 388.
(4) Mader, Hysterischer choreartige Krampfe entstanden durch psychischer
Contaqium ; rascher Heilung durchisolirunq . Berichts der K. K. Krankenhaus
Rudolphi. Sitzung in Wien (1890-1891), p. 295.
182 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
forme de stigmates permanents qu'il faudra, du reste,
toujours s'empresser de rechercher pour la sécurité du
diagnostic.
La description des spasmes rythmiques et de la chorée
rythmée n'est pas facile, étant donnée la grande variété de
formes qu'ils affectent. De plus, ces formes, même les
plus fixes chez un même individu, ont parfois des allures
tellement particulières qu'une description ne rend qu'un
compte très inexact de leur ensemble symptomatique.
Comme pour l'étiologie, on peut cependant reconnaître
à ces spasmes, au point de vue qui nous occupe, des
caractères communs de grande importance.
La chorée rythmée procède souvent par paroxysmes nés
spontanément ou déterminés volontairement par la pression
d'un point hystérogène ou mieux clioréigène (1). Ces
paroxysmes affectent les rapports les plus intimes avec
l'attaque convulsive ordinaire , car la chorée rythmée,
enseigne M. Gharcot, n'est qu'une attaque hystérique
transformée.
Aussi n'est-il pas rare de voir une attaque de chorée
être précédée par les phénomènes de l'aura commune et
se terminer par des pleurs, par un délire, ou brusquement
se transformer en une véritable attaque convulsive.
Mais l'accès prend sa véritable caractéristique avec les
grands mouvements de la deuxième période, qui revêtent
alors une cadence, un rythme, qui ont valu à la chorée la
qualification qu'on lui a donnée.
Considérons, par exemple, à ce point de vue, une observation
de M. Chaicot(2). Après une aura commune et
quelques mouvements toniques et cloniques commence
(1) Chaucot, Progrès médical, 9 février \ 878. — Bourneville et Regnard,
Iconographie de la Salpêlrière, t. II, p. 123.
(2) Charcot, Leçons sur les maladies du système nerveux, t. III, obs. de
Floret. — Horcholle, op. cit., obs. III.
DE L'HYSTÉRIE. 183
la période des grands mouvements qui affectent l'allure
<ie la chorée rythmée.
« Le tronc, dit-il, s'infléchit fortement sur le bassin,
entraînant la tête, qui à son tour s'incline sur la poitrine,
et il est un moment où le front ne s'éloigne guère de plus
de cinquante centimètres du genou droit, qui dans ce tempslà
est dans l'extension forcée ; puis, la tête et le tronc se
redressent, décrivant une trajectoire qui figure un demicercle
parcouru tout à l'heure en sens inverse dans le
mouvement de flexion, si bien qu'au dernier terme le dos,
puis l'occiput, retombent lourdement sur l'oreiller ; presque
aussitôt le mouvement de flexion recommence, suivi bientôt
du mouvement d'extension, et ainsi de suite. On dirait
l'image d'une salutation profonde et répétée, rendue
ridicule par sa répétition même, par son exagération.
« Remarquez que ces actes se reproduisent suivant
un rythme très régulier. Aujourd'hui nous comptions de
trente à quarante salutations par minute, hier et avanthier,
l'agitation étant plus grande, ils ont varié dans le
même temps de quarante à quatre-vingts. En même temps
les membres supérieur et inférieur s'étendent, puis se
fléchissent alternativement suivant le même rythme. »
Chez cette malade, les accès qui empruntaient aux salutations
rythmées leur caractéristique se succédaient sous
forme d'un véritable état de mal, puisque M. Gharcot
ajoute : « Telle est la série de phénomènes qui, depuis
une dizaine de jours, se reproduit d'une façon monotone
avec une régularité presque mathématique sans cesse et
sans trêve, nuit et jour, si ce n'est pendant les quelques
heures où survient le sommeil. »
Briquet, qui connaît le mémoire de Germain Sée et
place la chorée systématisée ou rythmique de cet auteur
dans les « convulsions » , a relaté un cas où les salutations,
si l'on peut s'exprimer de telle façon dans la circonstance,
s'effectuaient, pour ainsi dire, en sens inverse des
précédentes.
Mlle de la B..., dit-il {op. cit., p. 4.33), « fut prise de
184 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
convulsions hystériques dans lesquelles le membre inférieur
en totalité était pris d'un mouvement dans lequel,
après une flexion forcée, la pointe du pied venait toucher
le front; ce mouvement, qui avait la régularité de celui
d'un pendule, était incessant, durait sans répit toute la
journée et ne cessait que pendant le sommeil ; il était
tellement énergique qu'il fallait garnir le front de linges
pour éviter les contusions. Cet état affligeant durait
depuis plusieurs années... »
Si nous avons rapporte cette dernière observation, ce
n'est pas tant à cause de l'intérêt que présentaient les
mouvements rythmés qu'au point de vue de leur évolution
même. On remarquera, en effet, que la chorée n'affectait
plus l'allure paroxystique du cas de Charcot : les
spasmes rythmiques semblaient au moins s'être installés à
l'état continu, permanent.
C'est, en effet, là un caractère de ces spasmes : la même
variété chez un malade affectera une allure nettement
paroxystique et chez un autre, au contraire, aura d'emblée
des allures de chronicité.
Le malade , dont nous avons parlé , hystérique à
stigmates, qui fut jeté par-dessus le pont de la Morgue,
présente, depuis dix-huit mois, une chorée rythmique
généralisée aux quatre membres et aux muscles de la face
sans interventions paroxystiques ; les mouvements ne
cessent que pendant la nuit et se calment uniquement,
sans disparaître complètement toutefois, sous l'influence
d'une forte occupation psychique, telle que la lecture
d'un livre intéressant, par exemple.
En réalité cet état n'a véritablement de chronique que
l'apparence ; même lorsqu'il dure déjà depuis plusieurs
mois, il peut survenir spontanément des exaltations épisodiques
de la manifestation rythmée; de même que, dans
la majorité des cas, il est possible à l'observateur, par
des manoeuvres appropriées, de réveiller la tendance aux
accidents paroxystiques qui sommeille chez presque tous
les hystériques.
DE L'HYSTERIE. 185
Une de nos malades, femme de trente ans, présentait,
pour la deuxième fois, un état de chorée rythmée
localisée aux membres inférieurs, qui constamment, sans
trêve, exécutaient le simulacre de mettre en marche les
deux pédales d'une machine à coudre. De ce fait elle
restait au lit, ne paraissant pas trop incommodée par cette
bizarre manifestation. Mais si on la plaçait dans la station
debout, où elle se trouvait forcée d'exécuter une sorte
de saut sur place {chorée saltatoire), au bout d'un certain
temps de cette position incommode, l'agitation allait grandissant
de plus en plus, la malade s'inquiétait, avait des
sensations d'étouffement et demandait à toute force à
s'asseoir. Cependant, ces phénomènes prémonitoires d'une
crise n'allaient jamais jusqu'à l'attaque vraie, ce que nous
eûmes souvent l'occasion de regretter, car, à la faveur
d'un paroxysme convulsif, les mouvements rythmés eussent
pu disparaître, alors qu'au moment de notre observation
ils duraient déjà depuis deux mois et n'avaient aucune
tendance à la rétrocession.
En résumé, on peut reconnaître dans l'évolution clinique
des spasmes rythmiques et de la chorée rythmée :
1" Des paroxysmes dans lesquels les mouvements rythmiques
ne font que remplacer les grands mouvements de
l'attaque convulsive ordinaire. C'est une attaque modifiée,
avec immixtion de phénomènes choréiques. La succession
des accès peut transformer le paroxysme en véritable état
de mal.
2° Des paroxysmes où les mouvements choréiques ont
un rôle tellement prédominant que les phénomènes convulsifs
s'effacent complètement devant eux.
3° Une forme à évolution pour ainsi dire chronique
d'emblée dans laquelle le rythme et la cadence des
mouvements indiquent seuls le caractère hystérique de la
manifestation, uniquement au point de vue objectif, cela
s'entend. Presque toujours, d'ailleurs, le sujet est porteur
de stigmates permanents, bien que cependant les spasmes
rythmiques puissent être une manifestation monosympto186
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
matique de l'hystérie (1) à l'instar de la toux hystérique,
par exemple, avec laquelle ils peuvent alterner (2). Ce
sont, du reste, des phénomènes de même ordre.
4* Enfin, nous verrons, en traitant du diagnostic, que
la chorée hystérique peut être arythynique et simuler par
là même la chorée de Sydenham.
Négligeant cette dernière variété, nous devons maintenant
compléter notre description.
Dans le premier groupe de M. Pitres, les spasmes rythmiques
sont localisés à plusieurs muscles formant ensemble,
ou à un seul muscle. Au plus faible degré, on a le tic
hystérique dont cet auteur rapporte plusieurs exemples.
C'est d'abord un homme de quarante-sept ans, hémianesthésique
gauche, porteur d'un tic de la face que M. Pitres
décrit de la façon suivante (3) : « A des intervalles très
réguliers, mais qui dépassent rarement une minute, tous
les muscles du côté gauche du visage se contractent violemment
et restent contractés pendant quelques secondes.
Sous l'influence de ces contractions, l'oeil gauche se ferme
convulsivement en même temps que la bouche est fortement
attirée en haut et en arrière. « Ces tics semblaient
s'exalter sous forme de paroxysmes : « A certains moments
, ajoute M. Pitres , sans cause connue, le tic devient
beaucoup plus violent; pendant une heure ou une heure
et demie, le malade ne cesse de grimacer, puis les contractions
convulsives s'apaisent et, durant plusieurs heures,
elles ne se produisent plus que toutes les minutes environ.
»
L'absence de phénomènes douloureux jointe à la présence
de stigmates permettait d'affirmer l'origine hystérique
de ce tic. Nous avons cependant démontré, pour la
(1) Ghargot, Leçons sur les maladies du système nerveux, t. III, p. 222.
(2) Leçons du mardi a la Salpètrière, t. I, p. 252.
(3) Pitres, Leçons clinic/ues sur l' hystérie, t. I, p. 320, obs. III.
nE L'HYSTERIE. 187
première fois, que l'hystérie pouvait simuler à s'y méprendre
le tic douloureux de la face. C'est un point sur
lequel il nous semble inutile de revenir (1).
Chez une jeune fille de seize ans, présentant un rétrécissement
concentrique du champ visuel, survint, après une
frayeur, un spasme rythmique affectant particulièrement
le muscle épicranien, et accessoirement les muscles auriculaires,
par lesquels il avait débuté. Il existait une concordance
remarquable entre le rythme du pouls et celui du
spasme que M. Stembo (2), qui a observé la malade,
n'hésite pas à ranger dans la catégorie des spasmes
rythmés hystériques.
M. Pitres a rapporté {op. cit., p. 317, obs. II) un cas
de tic hystérique des muscles du cou. « Quand le malade
est assis ou debout, dit-il, la face dirigée directement
en avant, on voit à chaque instant son cou se gonfler et
son menton se porter lentement, mais avec énergie, vers
l'épaule gauche. Le peaucier, le sterno-mastoïdien et le
trapèze du côté droit se contractent surtout avec force ;
d'autres muscles du cou entrent également en activité,
mais d'une façon moins énergique et moins évidente. »
Ici encore, présence de stigmates et absence de phénomènes
douloureux.
Folet (de Lille) (3) a donné l'observation d'une jeune
fille qui, dès l'âge de quatorze ans, à la suite d'une frayeur
très vive, fut sujette à des crises périodiques de spasmes
rythmiques qui se renouvelaient tous les ans et duraient
de cinq à quinze jours.
Dans chacune de ces crises, elle avait tous les jours
plusieurs accès de quatre à cinq heures de durée, pendant
lesquels des secousses convulsives du trapèze et des autres
muscles élévateurs des omoplates, se répétant régulière-
(1) Voir t. I, p. 272 et Soc. méd. des hàp., 2 mars 1894.
(2j Stembo, Ein Fall von rythmisclien Kraenipfen im Gebiete der Musculus
epicranius. Berl. klin. Woch, n° 15, 9 avril 1894, p. 364.
(3) Folet, Convulsions rythmiques des deux épaules de nature hystérique.
Bulletin médical du Nord, mare 1872.
188 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ment de 75 à 150 fois par minute, provoquaient des haussements
d'épaules tout à fait incommodes.
Les spasmes rythmiques, locaHsés plus particulièrement
aux membres supérieurs ou inférieurs, affectent
souvent, dit Gharcot, l'allure de certains actes professionnels
ou spécialisés.
Citons, en premier lieu, la chorée malléatoire, dans
laquelle le bras droit ou les deux bras frappent le plan du
lit, une région du corps ou un objet imaginaire, avec le
rythme et la cadence du forgeron [malleator) qui tape
sur son enclume. Dans un cas d'Itard (1), le spasme survenait
au milieu d'un paroxysme convulsif. La malade se
frappait alors le creux de l'estomac à coups de poing redoublés
et si vigoureusement assénés qu'on pouvait l'entendre
de la pièce voisine. L'accès, entremêlé de convulsions,
durait ainsi de vingt-cinq minutes à deux heures.
Briquet {op. cit., p. 431) a connu une jeune fille qui
battait la mesure avec son bras droit en tenant toujours
l'index tendu : c'était une élève musicienne.
D'autres fois, comme dans le fait personnel que nous signalions,
les deux jambes s'agitent à la façon des personnes
qui font marcher les pédales d'une machine à coudre ou
d'un vélocipède ; ou encore les spasmes se généralisent
aux quatre membres, et le sujet imite les mouvements d'un
nageur [chorée natatoire).
Dans un cas de Cantani (2), une jeune femme hystérique,
tous les soirs invariablement, quand les cloches de l'église
sonnaient l'Angélus, se balançait d'avant en arrière sur
sa chaise, pendant une heure, sans pouvoir s'arrêter
[spasmes oscillatoires ou pe}idulai7'es de Vitres, spasmes salntatoires
dont nous avons déjà parlé).
On pourrait ainsi multiplier à l'infini, en se basant sur
leurs caractères objectifs, les variétés des spasmes ryth-
(1) lixv^îi. Mémoire sur quelques fonctions involontaires des appareils de
la locomotion, de la préhension et de la voix. Arch. (jén. de médecine, 1S25.
(2) Cité par F. Galvagïm, Sull' spasmi ritmici localizati. Bologne, 1880,
p. 61.
DE L'HYSTÉRIE. 189
miqiies que nous étudions. Mais il nous faut dire encore
quelques mots de « certains mouvements d'expression tels,
dit Gharcot, que ceux de la danse, des danses de caractère
en particulier » [chorée saltatoire).
Nous sommes là dans le vrai domaine de la chorée hystérique,
de l'ancienne epilepsia soltatoria, de la danse de
Saint-Guy, des choréomanies épidémiques du moyen âge.
C'est ici encore et surtout que la description des mouvements
devient difficile à préciser. Elle relève autant des
professionnels de la danse que des observateurs médicaux.
Il nous souvient qu'un jour, à propos d'une malade de
cet ordre, M. Cbarcot fit venir à la Salpètrière M. Hansen,
maître de ballet à l'Opéra. Celui-ci, invité à déterminer le
tracé de cette ballerine d'un nouveau genre, dut s'avouer
vaincu devant la complexité des mouvements. Nous ne
saurions mieux faire d'ailleurs que de reproduire la description
que M. Gharcot a donné lui-même de la chorée
saltatoire qui affectait cette hystérique.
Chez elle, la chorée se montrait sous forme de paroxysmes,
qui étaient spontanés ou qu'on pouvait provoquer
par une traction sur le bras droit ou par la percussion
sur l'un ou l'autre des tendons rotuliens.
« Dans le cas où c'est le bras qui a été excité, dit
Gharcot (1) , immédiatement ce bras part animé de mouvements
cadencés, rapides, dans lesquels la malade semble
battre des oeufs. Puis elle fléchit ses doigts, en applique la
pulpe contre le pouce et, élevant le bras, fait le geste de
l'orateur qui démontre. De temps en temps, le membre
supérieur tout entier est emporté dans de grands mouvements
de circumduction. Les membres inférieurs s'agitent
également à leur tour, et si la malade est debout et soutenue,
elle danse alternativement sur chaque pied, imitant
à peu près la bourrée ou les danses des Tziganes ou des
Zingari d'Andalousie. Pendant toute la durée de l'attaque,
la malade est complètement consciente et, fait remar-
(1) Leçons sur les maladies du système nerveux, t. III, p. 218.
100 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
quable, quand on est placé près d'elle et qu'elle va exécuter
un de ces grands mouvements qui pourrait avoir
pour conséquence de frapper violemment la personne voisine,
elle vous prévient de prendre garde, avant que le
geste ait commencé. Il semble donc, fait important au
point de vue psycho-physiologique, que l'acte soit précédé
d'une représentation mentale qui avertit la malade de ce
qui va se passer.
« Vous pouvez l'interroger pendant l'accès, elle vous
répondra qu'elle ne souffre pas, qu'elle est seulement très
fatiguée et incommodée par de violentes palpitations. De
temps à autre, elle s'arrête, se repose pendant un moment;
vous croyez que la crise est passée, mais non, tout
recommence bientôt et les mêmes phases se reproduisent.
La durée totale de l'accès varie entre une heure et deux
heures. On la couche et tout est dit; quand elle se relève,
elle est un peu fatiguée. »
La marche et Vévolution des spasmes rythmiques et de
la chorée rythmée, d'origine hystérique, sont variables.
Elles diffèrent suivant l'âge du sujet et aussi suivant la
cause qui leur a donné naissance. A ce dernier point de
vue, en effet, il faut mettre pour ainsi dire hors cadre les
mouvements choréiques nés, presque toujours chez des
enfants ou des adolescents, sous l'influence de la contagion
nerveuse. Ces accidents, comme beaucoup d'autres d'ailleurs
développés dans les mêmes conditions, ne tardent
pas à disparaître lorsque, par l'isolement, on a séparé les
sujets les uns des autres et annihilé de ce fait cette sorte
d'entraînement mutuel qui favorisait si singulièrement
l'apparition et la persistance des mouvements choréiques.
En dehors de ces cas, on peut dire encore que les
spasmes rythmiques localisés sont généralement moins
tenaces que la chorée rythmée, qui est l'expression la plus
profonde de cette détermination particulière de l'hystérie.
DE L'HYSTERIE. 191
Tous ces faits se tiennent d'ailleurs, car il n'est pas rare de
voir un spasme malléatoire se tranformer, par exemple,
en des convulsions généralisées dans lesquelles prédominent
le rythme et la cadence des mouvements de la deuxième
période. Cependant les formes cliniques qu'affectent
les spasmes rythmiques sont assez fixes dans leur expression
symptomatique, bien qu'à la suite d'une grande crise
choréique, ou mieux dans les intervalles des attaques,
puissent persister, par exemple, des mouvements cadencés
limités à un bras ou à un groupe musculaire.
Ce qu'il est permis d'affirmer en toute sécurité, c'est
que la chorée rythmée indique une manifestation parfois
grave et souvent très tenace de l'hystérie.
La malade de Briquet, dont nous avons parlé, qui se
frappait le front « sans aucun répit toute la journée » , fut
en proie à cet " état affligeant pendant plusieurs années » .
Il est vrai qu'elle guérit subitement à la suite d'une neuvaine,
mais Briquet ne nous dit pas s'il y eut des récidives.
Celles-ci sont, en effet, très fréquentes. M. Charcot (1)
cite le cas d'une jeune femme, d'origine polonaise, « dont
les accès malléatoires du bras, revenant par crises d'une
durée d'une à deux heures, plusieurs fois par jour, continuaient
depuis sept ans » .
Une autre malade atteinte également de chorée rythmée
du bras gauche, voyait ses accès récidiver depuis quatre
ans sans qu'on pût en prévoir la terminaison; les mouvements,
dans ce cas, offraient cette particularité de persister
pendant le sommeil, phénomène rare, bien que
Charcot ait pu le noter chez quelques autres malades de
son service (2).
Enfin notre maître a donné l'observation d'une malade
chez laquelle la chorée, revenant par intervalles, durait
depuis plus de trente ans. « Seulement, dit-il (3), la ma-
(1) Leçons sur les maladies du système nerveux, t. III, p. 218.
(2) Leçons du mardi, t. I, p. 388.
(3) Leçons sur les maladies du système nerveux, t. III, p. 221, obs. de
Deb.
192 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉR ATEUTIQ UE
ladie s'est un peu améliorée dans ces derniers temps, en
ce sens que les crises spontanées sont devenues extrêmement
rares ; on ne lui en voit guère plus que de provoquées.
Elle a aujourd'hui soixante-sept ans. La ménopause
est depuis longtemps passée ; on ne doit plus compter
sur elle, par conséquent, pour faire cesser les accidents.
" Vous voyez par cet exemple, ajoute-t-il, que la
chorée rythmée peut être dans certains cas une affection
grave, non qu'elle menace directement la vie, mais parce
qu'elle peut persister très longtemps et devenir une infirmité
horriblement gênante, empêchant les malades de se
livrer à aucune occupation et les obligeant à s'éloigner du
monde, en raison de l'effroi qu'inspirent les attaques et
du sentiment de répulsion dont ces malades se sentent
l'objet. »
Donc, si l'étude des faits nous apprend que ces phénomènes
sont susceptibles de disparaître brusquement,
comme ils se sont montrés, sous l'influence d'une émotion
vive ou de toute autre cause, nous savons aussi qu'ils
peuvent persister pendant de longues années, soit à l'état
paroxystique, soit à l'état permanent, entrecoupés par des
rémissions, et que, dans tous les cas, le pronostic de semblables
manifestations mérite d'être pris en sérieuse considération.
Du fait même que le pronostic est souvent grave, il
importe, aussitôt l'apparition des accidents, d'établir le
diagnostic sur des bases solides, ce qui, nous allons le voir,
ne va pas toujours sans difficulté.
Il ne faudrait pas d'abord confondre la chorée rythmée
avec la chorée vulgaire, celle que M. Gliarcot , afin
d'éviter toute confusion, a proposé d'appeler chorée de
Sydenham.
Objectivement, il semble qu'il soit bien difficile d'établir
une confusion entre les mouvements irréguliers,
DE L'HYSTERIE. 1^3
arythmiques, de la chorée vulgaire et les spasmes rythmiques,
cadences, de la chorée hystérique.
Mais il faut savoir que parfois les manifestations
hystériques peuvent prendre le masque de la chorée
ordinaire et qu'encore une fois l'hystérie, cette grande
simulatrice, est susceptible de donner naissance à de la
pseudo-clîorée typeSydenham, à cette forme que Dettling
a, dans une bonne étude, dénommée chorée ai^ythmîque
hystérique (1), après Debove (2), Joffroy (3), Séglas (4) et
Perret (5).
Ceci nous conduit à dire quelques mots des rapports de
la chorée de Sydenham et de la chorée hystérique.
On sait que l'on discute encore aujourd'hui sur la nature
de la chorée vulgaire, les uns, avec Germain Sée et H. Roger,
la considérant comme étant de nature rhumatismale,
les autres, avec M. Joffroy et son élève Saric [Thèse, Paris,
1885), la tenant pour une névrose cérébro-spinale
d'évolution. A côté se placent les faits observés par
M. P. Marie (6) qui, sans se prononcer, dit-il, sur « la
doctrine » , a noté la coïncidence fréquente de l'ovarie
dans la chorée de Sydenham, l'ovarie existant toujours
du côté où les mouvements ont commencé à se montrer.
(1) Dettling, De la chorée arythmique hystérique. Th. de Lyon, 1892.
En dehors de la bibliographie de Dettling voir : Duchateau, De la nature de
la chorée arythmique. Journ. des Sciences méd. de Lille, n° 14, 1893. —
S. W. WiTCHELL, Choreoid movements in an adult maie probabily of hysterical
or'igin, relationship to habituai chorea. Med. News. Philadelphia,
1893, p 231. — Del Torto, Corea aritmica sinistra, iransferto delV affezione
a dextro col mezzo di un esteziogeno; guariqione per suggestione.
Ipnotismo. Florence, 1893, p. 80.
(2) J)ebove, De r hystéiie simulant la chorée de Sydenham. Bull, de la
Soc. méd. des hôp., n° 27, 1890, p. 706.
Ce) Joffuoy, Bull, de la Soc. méd. des hôp,, 3 avril 1891, et TocuÉ, Hystérie
et chorée de Sydenham. Th. Paris, 1891, obs. I.
(4) SÉGLAS, Chorée de Sydenham et chorée rythmique chez un hystérique.
Bull, de la soc. méd. des hôp., 16 avril 1891, p. 164.
(5) Perret, Chorée et hystérie. Province médicale, Lyon, 1891, t. I,
p. 427, 441.
(6) P. Marie, Note sur V existence de l'ovarie dans la chorée de Sydenham.
Progrès médical, 1886, p. 39, n° 3.
H. 13
194 TBAIÏÉ CLliMQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Si M. P. Marie ne s'est pas prononcé, il n'en a pas été de
même de M. Gharcot, qui, à plusieurs reprises, a affirmé
l'indépendance complète des deux affections. Il peut y
avoir association morbide, mais rien de plus.
« Lorsque des symptômes anormaux se présentent dans
l'évolution de la chorée (de Sydenliam), dit-il, cela ne
veut pas dire que la chorée se transforme. Qu'une choréique
ait des accès hystériques, cela n'a rien d'extraordinaire
; les choréiques sont souvent ovariennes, elles ont
souvent de l'anesthésie. C'est tout simplement qu'elles
sont atteintes de deux maladies simultanées. Il n'y a pas
fusion, mélange des deux névroses, il s'agit purement
dune combinaison, d'une superposition. Pourquoi ne
voulez-vous pas que deux espèces morbides se rencontrent
en activité l'une auprès de l'autre? »
C'est cette opinion que nous adoptons ; c'est également
celle dont Dettling s'est fait le défenseur en se basant sur
l'analyse de 22 observations tant personnelles qu'empruntées
à divers auteurs. Nous ne saurions mieux faire
d'ailleurs que de reproduire son argumentation :
« L'hystérie, dit-il {op. cit.., p. 100), peut simuler les
mouvements arythmiques et incoordonnés de la chorée
vulgaire et produire alors une pseudo -chorée type
Sydenham, à laquelle nous donnons le nom de chorée
arythmique hystérique , mais il n'y a pas de chorée de
Sydenham de nature hystérique ; c'est pour avoir confondu
ces deux manifestations qu'on a été conduit à regarder la
chorée vulgaire en général comme une modalité de l'hystérie.
»
L'hystérie imprime à cette manifestation arythmique un
cachet qui permet de la distinguer de la chorée de
Sydenham :
« La chorée hystérique débute en général d'une manière
brusque et présente d'emblée l'intensité qu'elle doit avoir
pendant toute sa durée. Elle est escortée par les symptômes
hystériques les plus variés : troubles de la sensibilité
ou des organes des sens, modification des réflexes,
DE L'HYSTÉRIE. 195
ovarie et points hystérogènes, modifications de l'intelligence
et du caractère, crises d'hystérie. Quelquefois ces
manifestations précèdent ou suivent la chorée et s'amendent
presque complètement pendant son évolution ;
d'autres fois il existe des points choréigènes ou plirénateurs
coïncidant, en général, avec des zones hystérogènes et
dont la compression modifie l'intensité des mouvements :
« Elle est exempte des complications qui peuvent survenir
dans la chorée vulgaire, arthropathies, manifestations
séreuses ou viscérales (1); elle est souvent peu
intense, localisée à une moitié du corps, autant de considérations
qui rendent son pronostic plus obscur que celui
de la chorée de Sydenham.
« Elle dure de quelques jours à plusieurs mois; on ne
saurait établir, comme pour tout ce qui touche à l'hystérie,
une durée moyenne.
" Elle guérit toujours, spontanément quelquefois, ou
bien elle peut disparaître brusquement sous l'influence
d'une cause variable.
« Enfin ses récidives fréquentes lui constituent un autre
caractère différentiel avec la chorée vulgaire. »
M. Dettling ajoute encore que, de même que la chorée
rythmée, la chorée arythmique peut parfois être considérée
comme une véritable attaque prolongée; de ce fait elle rentre
dans l'hystérie paroxystique. On la rencontrerait presque
exclusivement à l'âge de la puberté, à treize ans chez les
filles, à dix-huit ans chez les garçons; elle serait surtout
fréquente dans le sexe féminin.
Ce que nous venons de dire nous dispense d'insister
sur le diagnostic différentiel à établir entre la chorée hystérique
rythmée et surtout la chorée arythmique avec la
chorée de Sydenham ou chorée vulgaire.
(1) Il faut cependant songer encore dans la circonstance à la possibilité
des associations morbides : voir II. Mackenzie, A case of hysterical chorea
offour years duration ivich was complicated ivith initral stenosis ;treatinent
by blistering, rapid and permanent cure. Med. Press and circular, Londres,
1891, nouvelle série, p. 411, 651. (G. T.)
196 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Les manifestations clioréiques de l'hystérie pourraient
encore être confondues avec la maladie des tics convulsifs,
que nous avons sorti pour la première fois, en 1885, du
groupe des chorées, avec lesquelles elle était jusqu'alors
confondue (1).
On sait que, survenant particulièrement chez les enfants
ou chez les adolescents, la maladie des tics se caractérise
par des secousses musculaires brusques relativement
coordonnées , souvent accompagnées de l'émission
de bruits laryngés, sous forme d'écholalie ou de
coprolalie. Lorsque ces bruits laryngés existent, le diagnostic
devra surtout être fait avec les spasmes rythmiques
respiratoires, dont nous donnerons plus loin la
description.
Mais si, dans la maladie des tics, les mouvements sont
coordonnés, ils sont loin toutefois d'affecter le rythme et
la cadence des spasmes hystériques ; si quelquefois ils
s'exaltent sous forme d'accès, ceux-ci sont loin d'avoir le
caractère paroxystique qui rapproche à un aussi haut
degré la chorée rythmée des manifestations convulsives
de l'hystérie.
Enfin, si la chorée rythmée est parfois une manifestation
monosymptomatique de la névrose, il n'est pas moins
vrai que le plus souvent elle s'accompagne d'autres phénomènes,
de stigmates permanents, qui ne laisseront aucun
doute sur la nature hystérique des accidents observés.
N'oublions pas néanmoins que l'hystérie peut s'associer
avec la maladie des tics convulsifs (2).
Cependant, même en dehors de ces cas, le diagnostic
peut offrir de telles difficultés qu'il faille s'en rapporter
à l'évolution différente des deux affections : la chorée
rythmée étant souvent passagère alors que la maladie des
(1) Gilles de la Tocrette, Etude sur une affection nerveuse caractérisée
par de l'incoordination motrice avec écholalie et coprolalie. Arcli. de Neurologie,
1885. — Gatrou, De la maladie des tics convulsifs. Th. Paris, 1890.
(2) G. GuiNO>', Tics convulsifs et hystérie. Revue de médecine, 1887,
p. 509.
DE L'HYSTERIE. 197
tics évolue toujours d'une façon chronique d'emblée, sans
tendance vers la guérison, sauf des rémissions pendant
lesquelles les tics subsistent encore en partie, surtout dans
les muscles de la face. 11 importerait toutefois beaucoup
d'être rapidement fixé, en présence du pronostic si peu
comparable des deux manifestations.
Ce diagnostic dont nous venons d'établir les règles principales
a tenté à diverses reprises, vu ses difficultés, plusieurs
observateurs. M. Charcot y est revenu un certain
nombre de fois, particulièrement dans ses Leçons du
mardi (1). M. Chabbert (2) en a fait une bonne étude.
Enfin, M. Grasset (3) a eu recours dans un cas douteux
à l'analyse des urines qui, dans la circonstance, lui a
permis de conclure à l'hystérie.
Nous avons démontré, en effet, avec M. Cathelineau (4),
en nous basant sur l'étude de deux cas de chorée rythmée
qui nous ont fourni vingt et une analyses, que cette variété
du paroxysme est entièrement assimilable, sous le rapport
des modifications des excréta urinaires, aux attaques convulsives
les plus franches. Mais ces modifications ne se
montrent que dans les formes de chorée qui affectent nettement
une allure paroxystique, et de la description que
nous avons donnée il ressort que certains spasmes rythmiques
évoluent d'emblée d'une façon chronique.
Ce diagnostic, qui a tenté tant d'auteurs, a été repris
en 1891 par M. Janowicz, qui, dans un travail très documenté
(5), s'est efforcé non seulement de différencier la
chorée rvthmée de la maladie des tics, mais encore de
(1) GuARCOT, Leçons du mardi a la Salpêtrière, t. I, p. 123.
(2) Chabbert, De la maladie des tics. (Tics, chorée, hystérie ; diagnostic.)
Arch. de Neurologie, t. XXV, janvier 1893, p. 10.
(3) Grasset, Leçons sur un cas de inaladie des tics et un cas de tremblement
singulier de la tête et des membres gauches. Arch. de Neurol., 1890,
t. XX, p". 27, 187.
(4) Gilles de la Tourette et Cathelineau, La nutrition dans l'hystérie,
op. cit., p. 40.
(5) Janowicz, Tic convulsif des enfants; paramyoclonus multiplex et
chorée électrique. Th. Paris, 1891.
198 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
deux autres manifestations morbides, la chorée électrique
et le paramyoclonus multiplex
.
Sous le nom de chorëe électrique, Dubini (l) a décrit
en 1845 une affection débutant par des douleurs dans la
tête, la nuque ou les lombes, suivies bientôt de secousses
semblables à celles que produiraient des décharges électriques.
Rapidement, la maladie jDrend une allure grave :
elle se terminerait par la mort, d'après Bianchi (2), dans
90 pour 100 des cas. Devant cette évolution, il n'y a donc
pas lieu d'insister sur le diagnostic différentiel, d'autant
que la chorée de Dubini est une affection qui paraît tellement
rare,— en France tout au moins, — que nous ne
sachions pas qu'on en ait jamais observé un cas à la Salpêtrière.
En 186 4, Henning (3) a signalé pour la première fois
l'existence d'une maladie, étudiée également en 1868
par Henoch (4), et à laquelle M. Bergeron, en 1880,
a donné lui aussi le nom de chorée électrique, terme
qui prête à confusion avec la chorée de Dubini, dont elle
paraît différer cependant d'une façon essentielle.
On la trouvera décrite la chorée de Bergeron, dans les
thèses inaugurales de MM. Berland (5) et Guertin (6); en
Belgique, M. Tordeus (7) l'a dénommée électrolepsie.
M. Pitres (8), qui a fait la critique des observations de
ces divers auteurs, est arrivé à cette conclusion que la
chorée électrique de Bergeron n'est autre chose qu'une
(i) DuBiKi, Giorn. di Milano et Gaz. méd. de Paris^ 1846.
(2) Bianchi, La corea elettrica. Lo Sperimentale, 1881, p. 385.
(3) Hennikg, Traité des maladies des enfants, 3° édit., 1864.
(4) Henoch, Beitr-oege zur Kinderheilkande (neue Folge) 1868, p. 113,
et Soc. de méd. de Berlin, séance du 23 nov. 1883, in Semaine médicale.^
6 déc. 1883.
(5) R. Eerland, Traitement par le tartre stibié d'une forme de chorée
dite électrique. Th. Paris, 1880.
(6) GtiERTiN, D'une névrose convulsive et rythmique déjà nommée :
Forme de chorée dite électrique. Th. Paris, 1881, n° 267.
(7) E. Tordeus, De Vélectj-olepsie ou chorée électrique, Journ. de méd.,
de clinique et de pharmacologie de Bruxelles, mars 1883, p. 209.
(8) Leçons sur l'hystérie, t. I, op. cit., p. 316.
DE L'HYSTÉRIE. 199
manifestation d'origine hystérique survenant particulièrement
chez les enfants, une variété de spasmes rythmiques
caractérisée par des mouvements involontaires, brusques,
saccadés, siégeant isolément ou simultanément dans les
muscles de la tête, du tronc ou des membres. « Dès lors,
ajoute- t-il, il n'y a pas lieu de chercher des éléments de
diagnostic différentiel — entre la chorée rythmée et la
chorée électrique — puisqu'en réalité les deux affections
se confondent en une seule. »
Cette opinion est également celle de M. Janowicz (1),
qui ajoute que le nombre des cas de chorée électrique
diminue d'année en année et que, durant les quatre ou
cinq dernières, il n'a pu en trouver une seule observation
à ajouter à celles dont il donne l'analyse dans son travail.
Si l'identité de la chorée électrique d'Henning et de
Bergeron et de la chorée hystérique semble démontrée
aujourd'hui, peut-être n'en est-il pas tout à fait de même
de l'affection dénommée par Friedreich(2), en 1881,yt^a?amyoclonus
multiplex, et qui a fait l'objet d'intéressants
mémoires dus en particulier à MM. P. Marie (3), Ziehen,
Vanlair, Lemoine et Lemaire (4).
Le paramyoclonus multiplex se rapproche beaucoup
de certaines formes de chorée rythmée dans lesquelles les
spasmes sont facilement provocables par la percussion des
tendons. Dans le paramyoclonus, en effet, la percussion
des tendons rotuliens, dont l'excitabilité réflexe serait
presque toujours exagérée, produirait constamment les
spasmes. On ne retrouverait pas les stigmates permanents
de l'hystérie. Cependant M. Pitres et aussi M. Janowicz
tendent à faire rentrer cette affection dans la névrose. Nous
(1) Jaxowicz, op. cit., p. 68.
(2) Friedreich, Virchow's Archiv., Bd LXXXVI, 1881, p. 421.
(3) P. Marie, Paramyoclonus multiplex. Progrès médical, 1886, p. 153,
241.
(4) ZiEEiEN, Ueber Myoclonus uiid Mjoclonie. Arch. f. Psych., Bd XIX,
p. 465. — Vanlair, Des mjoclonies jythmic/ues. Rev. de méd., janvierfévrier
1889.— Lejioine et Lemaire, Étude clinique et séméiologique sur le
paramyoclonus multiplex. Rev. de méd., décembre 1889, janvier 1890, etc.
200 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ajouterons en outre que, d'après nos observations, ce n'est
pas là une affection fréquente ; enfin un certain nombre
des cas publiés doivent être rapportés à la maladie des tics
convulsifs. L'autonomie du paramyoclonus multiplex est
donc fort loin d'être complètement démontrée aujourd'hui.
M. Audry (1) pense que les manifestations clioréiques
de l'hystérie peuvent revêtir parfois le masque de Vathétose
double. Toutefois, il ne connaît qu'une observation
de cet ordre, publiée par Wiszwianski (2), et le
diagnostic différentiel , dans ces cas , paraît présenter
assez peu d'importance pour que M. Michadowski (3),
dans son important travail fait à la Salpêtrière, n'ait pas
songé à se préoccuper de ce point particulier.
Nous avons dit que parfois la chorée rythmée affectait
d'emblée une allure chronique non paroxystique, et nous
signalions à ce propos le fait d'un homme de trente-six
ans, atteint depuis dix-huit mois de cette manifestation
hystérique, que nous avions observé à l'hôpital Cochin.
Ceci pourrait nous conduire à différencier cette forme de
chorée hystérique d'avec la chorée chronique vraie de
l'adulte, — car elle est exceptionnelle chez les enfants, —ou chorée de Huntington.
Mais M. Huet (4), dans sa thèse inaugurale, faite dans
le service de M, Charcot, ne pense pas que le diagnostic
puisse jamais offrir de grandes difficultés. « La chorée
hystérique, dit-il, chorea major, chorée rythmique, ne
présente de commun, avec l'affection que nous étudions
ici, que le nom. La confusion entre ces deux espèces de
chorées est impossible ; en effet, la chorée hystérique se
montre le plus souvent par accès..; au lieu de revenir par
(1) Audry, L'athétose double et les chorées chroniques de V enfance
.
Paris, 1892, p. 251.
(2) WiSzwrANSKi, Beitràge zu der Lehre von der Athelose mit besonderer
Berûcksichtigung irhes Verhàltnisses zu der Chorea und anderen hemiplegischen
Bewegungstôrungen. Inaug . Dissert., Wurzbourg, 1889.
(3) MiCHAiLOWSKi, Etude clinique de l'athétose double. Nouu. Icon. de
la Salpêtrière, p. 57, 185, 251, 292; 1892, et Thèse Paris, 1892.
('4) Huet, Delà chorée chronique. Thèse Paris, 1889, p. 193.
DE L'HYSTERIE. 201
accès, elle peut aussi exister d'une façon continue en présentant
par moments des exacerbations, mais les caractères
des mouvements restent toujours les mêmes ; ils sont
rythmés et systématisés. «
Cela est certain, mais il n'est pas moins vrai aussi que
chez les adultes en particulier, de même d'ailleurs que
chez les enfants pour la maladie des tics et la chorée
de Sydenham, on sera bien heureux dans certains cas de
rencontrer" des stigmates permanents pour corroborer le
diagnostic, car l'hystérie est une simulatrice parfois si
parfaite qu'elle peut tromper même l'observateur le plus
expérimenté.
CHAPITRE SIXIEME
DE l'attaque et de l'état de mal de sommeil
HYSTÉRIQUE
Considérations historiques. — Observations [anciennes.— Vésale; Ambroise
Paré; Ch. Lepois; Sydenham. — Louyer-Villermay ; Pfendler; Landouzy;
Briquet.
Période actuelle. — Cliarcot; Bourneville et Regnard ; P. Riclier; Pitres;
Debove; Gilles de laTourette; Achard; Parmentier; Lowenfeld, etc.
Fréquence comparative des attaques de sommeil. — Sexe. — Causes provocatrice';.
— Modes de début. — Aura.
Description des attaques et de l'état de mal. — Aspect du sujet. — Etude
du pouls, de la respiration, de la température. — Etat mental : hallucinations.
— Grands mouvements : salutations. — Durée. — Récidives. —
Terininnisons. — Pronostic.
Etude de Valimentation et des échanges nutritifs. — Gilles de la Tourette
et Catlielineau.
Diagnostic. — Apoplexie d'origine organique avec ou sans hémiplégie. —
-
Narcolepsie . — Mélancolie cataleptiforme avec stupeur. — Catatonie . —
Mort apparente et mort réelle. — Rapports entre la léthargie hystérique
et la léthargie hypnotique.
Considérations médico-légales. —- Le viol dans l'attaque de sommeil hystérique.
— P. Brouardel. — Gilles de la Tourette.
La variété de l'attaque et de l'état de mal hystérique
que nous allons maintenant décrire pourrait prendre place,
par rapport aux phénomènes du paroxysme-type, entre la
première et la deuxième période, car elle n'est, en somme,
que l'exagération de la »/îa5e de résolution musculaire qui
termine la phase clonique de la première période. A ce
titre, elle eût du être étudiée avant l'attaque démoniaque,
par exemple, qui dépend de la deuxième période dite des
grands mouvements. Mais nous n'avons pas voulu scinder
la description des variétés que nous avons dénommées
« par prédominance de l'élément convulsif » .
L'attaque de sommeil a attiré de tout temps l'attention
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DE L'HYSTÉRIE. 203
des observateurs. C'est à elle qu'il faut rapporter les morts
apparentes et les résurrections miraculeuses dont le nombre
n'est aussi grand dans la littérature que par ce fait que
leur singularité même les empêchait de passer inaperçues.
« Si l'on s'en rapportait, dit Briquet [op. cit., p. 414), à
Galien, qui parle beaucoup plus des attaques soporeuses
que des attaques convulsives, on serait porté à croire que
les attaques desquelles il va être question étaient à son
époque les plus fréquentes de toutes. Mais cet auteur
dogmatique avait à soutenir sa théorie, qui faisait des
affections hystériques des maladies froides dont la cause
première, le sperme, liqueur censée froide, ne pouvait
produire par sa rétention dans l'économie que des maladies
ayant la même qualité que lui. Arétée parle aussi de
l'état de mort apparente comme d'un fait ordinaire. »
Pline avait dit : « Fseminaram sexus videtur maxime
opportunus conversioni vulvae, quoe si corrigatur spiritus
restituitur. Hàcpertinetnobile illud apud Groecos volumen
Heraclidis , septem diebus foeminoe exanimis , ad vitam
revocatoe. «
« Tout le monde, ajoute Briquet, connaît l'histoire
arrivée à Apollonius de Thyane. Ce personnage, qui affectait
d être doué d'un pouvoir surnaturel, se trouva, dit-on,
rencontrer par hasard le convoi d'une jeune personne
qu'on menait en terre. Il fit arrêter le convoi, fit découvrir
la prétendue morte et, s'apercevant en touchant le corps
que ce n'était qu'une léthargie, il en opéra la résurrection
au grand étonnement des assistants. »
On pourrait évidemment discuter sur ces cas anciens ;
mais que dire du suivant emprunté à Ambroise Paré :
« Un grand anatomiste, je dy grand et célèbre, duquel
les livres réparent aujourd'huy les estudes des hommes
doctes, lequel estant pour lors résidant en Espagne, fut
mandé pour ouvrir une femme de maison qu'on estimoit
estre morte par une suffocation de matrice. Le deuxiesme
coup de rasoir qu'il luy donna, commença la dite femme
à se mouvoir et démonstrer par autres signes qu'elle vivoit
204 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
encore, dont tous les assistants furent grandement estonnez
; je laisse à penser au lecteur comme ce bon seigneur
faisant cest oeuvre, fut en perplexité, et comme on cria
Toile après luy, tellement que tout ce qu'il peut faire fut
de s'absenter du pays ; car ceux qui le devoyent excuser,
c'estoyent ceux qui luy couroyent sus : et estant exilé, tost
après mourut de desplaisir : qui n'a esté sans une grande
perte pour la république (1) " ?
La lecture de cette observation, dans laquelle l'illustre
chirurgien prend si chaudement le parti d'André Yésale,
ne permet pas un seul instant de douter que le célèbre
anatomiste eût l'infortune de se trouver en présence d'un
cas de coma hystérique, d'une attaque de sommeil, comme
nous dirions aujourd'hui.
A la vérité, il existe, ainsi que nous le verrons, des
états pathologiques presque semblables aux précédents,
nés en dehors de l'hystérie, mais A. Paré a bien soin de
spécifier que la femme était morte, — on le croyait tout
au moins, — d'une « suffocation de matrice " et la valeur
qu'on attribuait alors à cette expression tout historique
est plus que suffisante pour corroborer un diagnostic
rétrospectif.
On s'exagérait, du reste, singulièrement alors le rôle
de l'utérus dans la production des phénomènes hystériques,
et A. Paré, nourri de la littérature ancienne, adoptait
encore les opinions de Platon, les traduisant ainsi qu'il
suit : « Et si les dites vapeurs (de la matrice) montent
jusqu'au cerveau, causent épilepsie , catalepsie (qui est
quand tout le corps demeure roide et froid et en mesme
figure qu'il est au-paravant que tomber en tel mal, les
yeux ouverts, sans voir et sans ouïr), léthargie, apoplexie,
et souvent la mort (2). »
Gomment, du reste, méconnaître l'hystérie lorsqu'il
(1) Les OEuvres cl' A. Paré, Paris, 1607, liv. XXIV, ch. nv, p. 976. Les
signes pour cognoistre si une femme est morte ou non par une suffocation
de matrice.
(2) Loc. cit., cil. LU, p. 975. De la suffocation de la matrice.
DE L'HYSTERIE. 205
ajoute : « Mais il n'y a rien de plus admirable, qu'à quelques-
unes cette affection (la suffocation de matrice) commence
par un ris, à autres par pleurs, à autres par tous
deux ensemble. A ce propos, M. Holier raconte que les
deux filles du Président de Rouen, qui estoit de son temps,
lorsqu'elles commençoient à entrer en paroxysme de ce
mal, estoyent surprises d'un ris qui leur duroit une et
deux heures, lesquelles on ne pouvoit arrester ny par leur
faire peur et terreur, ny par honte et admonitions, de
sorte que, tancées par leurs parents, respondoyent n'estre
en leur puissance de se garder de rire. Autres tombent en
extase qui est un esvanouissement ou ravissement des
esprits, comme si l'âme estoit séparée du corps. Autres
disent que c'est un somineû par lequel les facultés et puissances
de lame sont ensevelies , en sorte qu'il semble
que l'on soit mort. "
Léthargie^ apoplexie, mort apparente, évanouissement^
sommeil^ nous retrouvons là les termes employés tour à
tour par les auteurs modernes pour désigner les attaques
que nous allons décrire.
Les auteurs qui, jusqu'au dix-neuvième siècle, suivirent
A. Paré, publièrent à la vérité des observations de sommeil
hystérique, mais nul mieux que lui ne sut les rapporter
à leur véritable cause. On en trouve, en effet, de
nombreux exemples dans les relations de ces épidémies de
démonopathie qui désolèrent le seizième et le dix-septième
siècle , ainsi que le prouvent les extraits suivants que nous
empruntons avec P. Richer (thèse, 1879) à Mathieu (1) :
« Catherine de Naguille, dit Delancre (2), et sa compagne,
nous assurent qu'elles avaient été au sabbat en
plein midi, et que c'était dans l'église, où elles étaient
endormies, que cela leur était arrivé.
« Jeannette d'Abadie en dit autant ; elle avait passé
plusieurs nuits à l'église et s'endormait pendant la messe à
Sibore; c'est alors qu'elle fut menée au sabbat.
(1) Mathieu, Etudes cliniques sur les maladies desfemmes, 1847, p. 197.
(2) Delaa'Cre, Tableau de l' inconstance des démons, liv. II.
206 TRAITÉ CLIiMQUE ET THÉRAPEUTIQUE
K Bodin (1) raconte ce fait important : ce Je tiens du
président de la Tourette qu'il a vu, en Dauphiné, une
sorcière qui depuis fut brûlée vive pendant qu'elle était en
extase. Elle n'entendait rien, ne sentait rien. Son maître
la frappait à coups de verge, et, pour savoir si elle était
morte, on lui fit mettre le feu aux parties les plus sensibles
; elle ne s'éveilla pas. On la crut morte et on l'abandonna;
le lendemain on la trouva couchée dans son lit. "
Voici ce que rapporte dom Calmet (2) :
« On lit dans le Marteau des Sorciers qu'une femme
s'alla dénoncer aux inquisiteurs, leur disant qu'elle était
sorcière et qu'on avait beau l'enfermer, que le diable l'emmenait
au sabbat. On l'enferma dans une chambre; aussitôt
elle se coucha et pana morte; on la remua, elle ne le
sentit point; on lui approcha du pied une chandelle avec
laquelle on la brûla sans qu'elle le sentît. Quand elle se
réveilla, elle donna des nouvelles du sabbat; elle accusa
alors une grande douleur au pied, sans pouvoir dire d'où
cela lui venait. "
Les attaques de sommeil n'ont pas échappé à Charles
Lepois (Carolus Piso) (3), qui a émis des vues si justes sur
l'hystérie. « Et in famosa illa viragine galla Maturina
quoe pro mortua medicis etiam habita, hujus lapidis primo
olfacta è lecto restituta, alacris extemplo proeter spem ad
mensam aleamque cucurrit. »
Et il raconte plus loin (obs. 26) qu'une religieuse hystérique,
qui prenait les eaux de Plombières, eut une attaque
de léthargie si forte qu'elle passa pour morte. On l'ensevelit,
et, si elle ne s'était pas réveillée avant l'enterrement,
elle eût certainement été mise en terre toute vivaiite.
Enfin, nous trouvons ce qui suit dans l'autobiographie
de Soeur Jeanne des Anges {op. cit.) : " Peu de temps
après, j'entray dans un grand assoupissement avec de
(1) Bodin, Dénionomanie, liv. II, ch. v.
(2) Dom Calmet, De l'apparition des esprits, cli. xiv.
(3) Caroli Pisonis selectionum et observationum, etc., sect. Il, p. 2,
cap. vu, 1618.
DE L'HYSTERIE. 207
grandes inquiétudes : je sentois à toute heure comme si
un animal eut couru dans mon lit et m'eust touchée en
diverses parties du corps. Cela dura près d'une heure sans
que je pusse me retirer de cet assoupissement. »
Ajoutons encore que Sydenham a nettement observé
une des variétés de l'attaque de sommeil dont nous
aurons à parler : « Quand cette maladie (l'hystérie),
attaque le cerveau, dit-il (1), elle produit quelquefois une
apoplexie entièrement semblable à l'apoplexie ordinaire,
et qui se termine de même par une hémiplégie. »
Il serait facile de multiplier les citations; nous renvoyons
au Traité de pathologie interne, de PVank (2), où l'on
trouvera une longue bibliographie concernant les faits
analogues relatés dans les différents ouvrages parus au
dix-huitième siècle.
Pendant la première moitié du siècle, deux auteurs ont
surtout contribué à éclaircir la symptomatologie des phénomènes
que nous étudions; nous avons nommé Louyer-
Villermay et Landouzy, auxquels nous ajouterons Pfendler
(de Vienne) dont la thèse (3), soutenue devant la Faculté
de Paris, est remplie de faits intéressants pour nous,
quoique le plus souvent interprétés d'une façon insuffisante
et très peu scientifique.
Louyer-Villermay (4.) place les attaques d'apoplexie hystérique
dans sa troisième classe, de toutes la plus grave.
« A l'agitation nerveuse la plus intense, dit-il, aux convul-
(1) Trad. Jault, op. cit., t. II, p. 477.
(2) « Les annales de la science, dit cet auteur, sans parler des autres (ainsi
VHistoire ecclésiastic/ue de Nicéphore, liv. XIX, eh. xlv, contient le récit
d'un sommeil qui ne dura pas moins de 37 ans) contiennent des exemples
où le sommeil a duré, 24, 30^ 40, 47, 49 jours; 2, 4, 6, 18 mois, 4 ans et
plus. Quelques-uns étaient périodiques, les autres continus » , t. III, ch. vi,
p. 28, Paris, 1838, art. Cataphora.
(3) Pfekdleb, Quelques observations pour servir à l'histoire de la léthargie.
Th. Paris, 1833, n» 309.
(4) Louyer-Villermay, Traité des maladies nerveuses ou vapeurs et particulièrement
de l'hystérie et de l'hypocondrie, 1816, t. I, p. 64.
208 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
sions les plus violentes, succède le trouble le plus effrayant
de la respiration et de la circulation; tout fait craindre
une congestion cérébrale, une sorte d'apoplexie hystérique
; d'autres fois les malades tombent dans une espèce
de collapsus. Les fonctions du coeur et des poumons paraissent
suspendues ; le pouls est insensible et la chaleur
animale semble entièrement éteinte ; les malades sont
froides, pâles, insensibles, immobiles et restent dans un
état plus ou moins prolongé de mort apparente qui peut
se terminer par l'extinction totale de la vie. "
Suivent des observations personnelles caractéristiques
auxquelles nous ajouterons des cas analogues publiés par
Forestus dont, au point de vue doctrinal, Louyer-Villermay
est le continuateur (1).
Les précédentes observations sont soigneusement relevées
par Landouzy, qui, dans son Traité complet de l'hystérie
(18-46), décrit les attaques de sommeil sous la rubrique
de « Perte de connaissance. — Syncopes >)
. Peut-être l'analyse
des faits qu'il rapporte est-elle un peu écourtée, mais
sa description est néanmoins assez complète pour qu'on
puisse s'étonner que Briquet ait écrit (p. 415) : « Malgré
ce qu'en ont dit les auteurs, les attaques hystériques avec
sommeil sont peu communes et ont très peu fixé l'attention
; on n'en trouve pas d'exemple dans les 350 observations
analysées par M. Landouzy. d
Toutefois, le désaccord est beaucoup plus apparent que
réel entre ces deux auteurs. Il s'agit encore là d'une de
ces erreurs d'interprétation prenant sa source dans la
différence des termes et qui sont si fréquentes aux premières
périodes de la description raisonnée d'une maladie.
Et pourtant, Briquet emploie une synonymie assez large
puisqu'il décrit dans son même chapitre vu les « attaques
de sommeil, de coma et de léthargie » simples " degrés de
la même modification pathologique » . Entre la syncope et
le coma hystérique la différence est bien peu sensible,
(i) Forestus, De mul. inorb.. lib. XXXVIII, obs. 35, 36.
DE L HYSTERIE. '2J9
surtout lorsque l'on considère, comme Ta fait Landouzy
(p. 67), que " cet état syncopal varie de plusieurs minutes à
plusieurs jours quant à la durée et qu'il peut passer par
tous les degrés, depuis les simples phénomènes produits
par la diminution des principales fonctions jusqu'à ceux
qui résultent de leur abolition momentanée et qui vont
jusqu'à simuler la mort " .
Nous reviendrons sur la description de Briquet. Mais
nous pouvons déjà dire que cette partie de son livre
marque un progrès considérable sur les travaux de ses
devanciers , progrès qui s'accentue encore avec la thèse
de Boutges (1) (1875), inspirée par Lasègue, et celle
d'Espanet (2).
Il était réservé à M. Gharcot et à l'Ecole qu'il a fondée de
faire cesser toutes ces divergences. En effet, comme nous
l'avons dit, jusqu'à la publication des travaux de notre
éminent maître, les phénomènes en apparence si variables
constitutifs de la grande attaque étaient le plus souvent
décrits sans ordre, bien que l'analyse de chacun d'eux en
particulier eût été déjà poussée assez loin. M. Gharcot, en
montrant que cette attaque présentait presque constamment
quatre périodes dont les unes pouvaient être plus ou
moins atténuées par rapport aux autres, créa pour ainsi
dire une nouvelle entité morbide dont l'observation et
l'interprétation — en ce qui regarde les symptômes —
devint dès lors relativement facile.
A l'étude isolée et partant incomplète d'un phénomène — le sommeil — succéda celle de l'attaque ordinaire

avec
immixtion de phénomènes léthargiques (P. Richer, chap. vu),
et désormais, à l'aide de cette donnée précieuse, il fut
permis de reconnaître qu'on se trouvait toujours en présence
d'une variété d'un même syndrome, notion qui est,
on le comprend, d'une importance capitale pour le nosographe.
(1) Boutges, De l'hystérie comateuse. Th Paris, 1875.
(2) EsPANET, Hystéricisme et hystérie. Du sommeil hystérique en particulier.
Th. Paris, 1875.
n. 14
210 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
A ce propos, nous ne pouvons mieux faire que déplacer
au premier rang, dans le sujet spécial qui nous occupe,
l'ouvrage si documentaire de MM. Bourneville etRegnard :
VIconogr^aphie photographicjue de la Salpêlrière (1877-1880),
dont le troisième volume renferme une remarquable description
des attaques de sommeil. L'observation 11, poursuivie
par M. Bourneville depuis 1866, peutpasser pourun
modèle du genre. La malade qui en fait le sujet, et qui se
trouvait encore récemment à la Salpêtrière dans le service
de M. J. Voisin, a été plusieurs fois présentée par M. Gharcot
à ses auditeurs.
Les leçons de M. Gharcot (1), les ouvrages de MM. Bourneville
et Regnard et de M. P. Richer ouvrent pour ainsi
dire ce que nous appellerions volontiers la période actuelle
de la question, qui comprend un grand nombre de travaux
importants.
Parmi les principaux, nous devons immédiatement mentionner
les leçons de M. Pitres (2), la thèse de M. Achard(3)
inspirée par M. Debove, qui avait approfondi le sujet dans
plusieurs publications antérieures (4), des mémoires importants
de MM. Parmentier(5), Lôwenfeld (6) etHigier (7),
(1) Gharcot, Lezioni cliniche deW anno scolastico, 1883-84', recueillies
par Milliotti. Milan, 1885, p. 24, 38. — Leçons sur les maladies du système
nerveux, t. III, 1887, p. 484, obs. I. — Vattaque de sommeil hystérique
(Leç. recueillie par P. Marie). Bulletin médical, p. 179, 1888. — Leçons
du mardi a la Salpêtrière, 1888-89, 4*^ et 13^ leçons.
(2) Pitres, Des zones hystéroffènes et hypnogènes ; des attaques de sommeil.
Bordeaux, 1885. — Leçons cliniques sur l'hystérie et l'hypnotisme
,
1891, t, II, 53<' et 54<= leçons.
(3) AcHARD, De l'apoplexie hystérique. Th. Paris, 1887.
(4) Debove, De l'apoplexie hystérique. Bull, etmém. de la Soc. méd. des
hop., août 1886, p. 370 ; et Gaz. hebd. de méd. et de chir., 20 août 1886,
p. 154.
(5) Parmentier, De la forme narcoleptique de Vattaque de sommeil hystérique
(pseudo-narcolepsie hystérique). Archives générales de médecine,
novembre et décembre 1891.
(6) Lôwenfeld, Ueber hysterische Schlafzustdnde, deren Beziehungen
zur Hypnose und zur Grande Hystérie. — Archiv fur Psychiatrie, Bd
XXII, 1891, p. 715, et Bd XXIII, 1892, p. 41 (bonne bibliographie).
(7) HiGiER, Beitrag zur hysterischen Apoplexie. Wien. klin. Woch., 3,
10, 14 mai 1894.
DE L'HYSTERIE. 211
des observations dues à Krauss (1), Handford (2), Steiner
(3), de Gérenville (4), Perrotta (5); Stuard (6); la
thèse de M. Hyvernaud (7), etc. Ces travaux et d'autres
encore seront analysés chemin faisant.
En 1888, dans une revue critique parue dans les Archives
de Neurologie (8), nous avons exposé quel était alors
l'état de la science sur cette question, préludant ainsi aux
recherches que nous devions entreprendre les années suivantes
avec M. Catlielineau sur la nutrition dans l'attaque
et dans l'état de mal de sommeil hystérique.
Quelle place occupent les attaques de sommeil par rapport
à l'apparition et au développement des autres phénomènes
de la série hystérique? quelle est leur fréquence
réelle?
La première question est importante à préciser, surtout
lorsque l'on envisage la forme d'attaque de sommeil plus
particulièrement désignée sous le nom d' apoplexie hystérique.
Un exemple fera mieux comprendre notre pensée.
Un médecin est appelé, ainsi que le fait s'est présenté à
plusieurs reprises, près d'un individu plongé dans le coma
(Ij Krauss, Tke hjpnotic state of Hysteria. The Journal of nerv. and
ment, diseases, 1890, august, p. 8.
(2) Handford, Hysterical Lethargy. Brit. med. Journ., 1891, 17 janvier,
p. 121.
(3) Steiner, Ueber hyslerischen Schlaf. Communie, à l'Associât, des Neurol.
ail. du Sud-Ouest, tenue à Baden-Baden, les 6 et 7 juin 1891. JSeurol.
Centr., n» 12, 15 juin 1891, p. 381.
(4) DE GÉRENVILLE, Cas de sommcil hystérique durant plusieurs semaines.
Eev. méd. de la Suisse normande, t. XI, p. 413, juillet 1891.
(5) Perrotta, Letargia isterica, contributo alla etiologia deli isterismo.
Gazzetta degli ospitali, 1891, p. 522.
(6) Stuard, Sommeil hyste'ricjue. Berl. kl. Woch., 14 septembre 1891.
(7) Hyvernaud, Quelques recherches sur les attaques de sommeil hystérique.
Th. Paris, 1892 (très incomplète).
(8) Gilles de la Tourette, Des attaques de sommeil hystérique. Arch. de
ISeurol., n°' 43 et 44, 1888, tir. à part de 52 pages — La nutrition dans
l'hystérie, p. 72 et suiv.
212 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
le plus profond. Certains signes qu'il constate peuvent lui
faire penser à une affection organique : il interroge les
personnes qui vivent d'ordinaire avec le malade, et celles-ci
lui apprennent que le sujet souffre ordinairement d'attaques
convulsives dont la description le met immédiatement
en éveil sur la nature hystérique des phénomènes
actuellement soumis à son observation. Son diagnostic
trouve donc dans les anamnestiques un point d'appui
solide qui lui permettra peut-être de porter immédiatement
un pronostic raisonné de la plus haute importance.
Toutefois, il faut aussi savoir que cette étude des anamnestiques
n'est pas toujours chose aisée : un individu est
subitement frappé dans la rue, il est amené à l'hôpital, et
tous renseignements font défaut : le diagnostic devra
s'établir néanmoins ; ce qui n'est pas une raison cependant
pour négliger l'étude des antécédents personnels lorsque
ceux-ci peuvent être obtenus.
Il résulte pour nous de la lecture d'un grand nombre
d'observations et des faits que nous avons nous -même
observés qu'il y a lieu d'établir des distinctions qui se
tireront surtout du sexe des individus atteints.
Chez les hommes, l'attaque de sommeil, et particulièrement
sa forme apoplectique, c'est-à-dire celle où l'aura
est tout à fait fruste, sinon absente, nous a paru être
fréquemment la première manifestation, appréciable tout
au moins, de l'hystérie.
Nous disons appréciable ; car, étant donné qu'il s'agit le
plus souvent, dans la circonstance, d'ouvriers, de manoeuvres,
— gros contingent de l'hystérie masculine, —
lesquels s'observent peu, il semble souvent à l'entourage
du malade et au malade lui-même que ce soit la première
atteinte de la névrose que celui-ci ait ressentie. Cette
absence de manifestations antérieures appréciables est
importante; car, vu que le sujet sort parfois hémiplégique
de son attaque, le médecin est exposé à commettre une
erreur de diagnostic comme dans un fait que nous avons
observé.
DE L'HYSTÉRIE. 213
Il ne paraît pas en être ainsi, dans la majorité des cas,
pour les femmes, chez lesquelles l'hystérie revêt d'ailleurs
un masque bien plus luxuriant que chez l'homme.
L'attaque de léthargie a été rarement la première manifestation
de la névrose ; il faudrait passer en revue presque
toute la symptomatologie de l'hystérie pour énumérer les
accidents paroxystiques ou les stigmates permanents qui
ont pu se montrer avant elle. Cependant, il en est qui,
par leur fréquence, priment tous les autres; nous voulons
parler des phénomènes convulsifs de la grande attaque
qui si souvent précèdent, lorsqu'ils ne s'y mêlent pas, les
attaques de sommeil.
Quelle est la fréquence absolue des attaques de sommeil,
comme symptôme dominant, par rapport aux autres phénomènes
hystériques, ou mieux par rapport aux autres
variétés de la grande attaque ?
« Les attaques de sommeil sont peu communes « , dit
Briquet (p. 145), qui, sur 420 malades, a seulement relevé
« trois cas d'hystérie avec des attaques consistant en un
véritable sommeil » ; cinq cas d'attaques comateuses et huit
de véritable léthargie.
L'opinion émise par Briquet et qu'adoptent MM. Bourneville
et Regnard est certainement juste, mais les conclusions
du premier de ces auteurs sont un peu trop
absolues. Nous avons dit, en effet, qu'une mauvaise interprétation
basée sur une synonymie défectueuse lui avait
fait écrire « qu'on n'en trouve pas d'exemple dans les
350 observations analysées par M. Landouzy ')>
, alors
que, sous le nom de syncope et de mort apparente, cet
auteur (p. 67) ne rapporte pas moins de 27 observations
tant personnelles qu'empruntées à ses prédécesseurs, dont
la lecture ne laisse aucun doute sur l'identité des phénomènes
observés avec ceux que nous décrivons. Évidemment,
il existe là comme partout ailleurs des questions de
degré, et nous ne voulons pas assimiler complètement les
syncopes du petit mal hystérique aux attaques de sommeil
; mais enfin, lorsque Landouzy écrit que " cet état
2U TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
syncopal varie de plusieurs minutes à plusieurs jours
quant à la durée » , on ne saurait raisonnablement lui
refuser d'avoir observé un certain nombre d'attaques soporeuses.
Leur rareté est donc, de ce fait même, un peu
moins grande que ne le dit Briquet.
Nous ajouterons enfin qu'à l'époque où écrivaient les
précédents auteurs, la notion de l'hystérie masculine existait
à peine et que les hommes ont apporté leur fort tribut
à la variété du paroxysme que nous décrivons.
L'attaque de sommeil s'observe donc dans les deux
sexes; elle paraît rare chez l'enfant (1) ; elle constitue en
réalité une forme sévère de 1 hystérie et de ce fait est
assez particulière à l'adulte. M. Achard (2) en a vu quelques
cas chez des personnes âgées.
Steiner [loc. cit.) a émis l'opinion qu'on observait en
Allemagne bien moins souvent qu'en France l'attaque de
sommeil : les faits publiés par Lôwenfeld et Higier sont là
pour lui répondre. On trouvera de plus dans ces auteurs
des indications bibliographiques qui montrent que cette
opinion n'est pas fondée. L'hystérie est la même sous
toutes les latitudes.
Quant à ses causes occasionnelles, elles sont identiques
à celles des autres manifestations hystériques, les émotions
morales et les grands traumatismes psycho-physiques
(3) jouant dans la circonstance un rôle prépondérant.
Nous noterons, avec Charcot et Pitres, qu'on peut la
provoquer et parfois la faire cesser par la pression d'une
zone hystérogène.
(1) Th. Y)ii,ï.^Vi., A case of hysteria in a boj characterized by r-egular recurring
attacks of lethargy ; treatment by hypnotism. Brain, t. XVI, 1893,
p. 556. (Enfant midâtre, huit jours d'état de mal; retour du paroxysme au
bout de quatorze jours.)
(2) Achard, op. cit., obs. XVI, 62 ans; obs. XIX, 65 ans.
(3) Charcot, Accidents nerveux provoqués par la foudre. Leçons du
mardi, t. II, 28 mai 1889, p. 435. — Comby, Apoplexie hystérique avec
hémiplégie gauche survenue pour la première fois à la suite d'une fulguration.
Soc. mcd. des hop., 25 mai 1894.
DE L'HYSTERIE 215
Abordons maintenant la description de l'attaque de
sommeil, et nous englobons sous cette dénomination les
cas où la conscience est suffisamment anéantie, la résolution
musculaire assez prolongée, assez complète au moins
«n apparence, car fréquemment il existe de la contracture,
pour que ces phénomènes priment tous les autres symptômes
ordinairement observés dans le paroxysme. Mais,
par ce fait même que le cadre est largement tracé, nous
donnerons surtout la description d'un cas type, quitte à
revenir ultérieurement sur diverses variétés : apoplectique
avec ou sans hémiplégie, narcoleptique, etc.
Les modes de début sont variables. Dans la forme apoplectique,
l'individu tombe de son haut, foudroyé comme
un épileptique ; dans la forme narcoleptique, bien décrite
par M. Parmentier {op. cit.), le début n'est pas moins soudain,
mais le malade est moins fortement sidéré, il s'endort
au milieu de ses occupations, reste debout ou assis,
et s'affaisse plus rarement par terre que dans la forme
précédente. Ces modes de début subit semblent assez
particuliers aux hommes, bien qu'on puisse les observer
dans les deux sexes.
Généralement il existe des prodromes, bien décrits par
MM. Bourneville et Regnard [op. cit., p. 137) : « Quelquefois,
disent-ils, les attaques viennent sans prodromes; le
plus souvent on note un certain nombre de phénomènes :
les malades sont de mauvaise humeur, agacées, tristes, et
pleurent; ou bien elles sont gaies outre mesure, rient aux
éclats sans motifs, ne peuvent se retenir; l'une d'elles
avait des hallucinations de la vue ; la tête est lourde ; elles
ont des secousses, laissent échapper les objets qu'elles
tiennent à la main; par instants, elles sont incapables de
parler, quoi qu'elles fassent; elles ont une tendance très
visible à dormir, contre laquelle elles luttent ; les paupières
se ferment. Cette situation a une durée qui varie de quel'^
16 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
ques minutes à plusieurs heures, même une journée. »
Cette « tendance très visible à dormir » est, en effet,
souvent notée, et certains sujets qui ne se trompent guère
à ces aura spéciales mettent parfois en oeuvre toute leur
volonté pour arrêter l'attaque.
Une malade de M. Pitres est fort intéressante à ce point
de vue : « Sachant par expérience, dit-il, que ces langueurs
d'estomac, ce malaise survenant après les mouvements
spéciaux de la boule ovarienne, étaient les prodromes certains
de l'attaque de sommeil, Albertine a essavé plusieurs
fois d'empêcher de force le sommeil de l'envahir. Mais
toutes ces tentatives ont été inefficaces. Un jour, elle a
acheté un vomitif et l'a ingurgité au moment où débutèrent
les langueurs d'estomac. Elle n'eut pas de vomissements,
et le sommeil arriva comme si elle n'avait rien fait pour
l'éviter. Un autre fois, à la campagne, elle se mit à courir
à travers champs, espérant qu'au moins le mouvement
l'empêcherait de s'endormir; il n'en fut rien, l'attaque la
surprit au milieu de sa course. Un jour, elle alla à la douche
au moment de l'aura et s'endormit sous la douche. Le seul
moyen qui empêche l'arrivée du sommeil, c'est la compression
de l'ovaire gauche. Sous son influence, les langueurs
d'estomac se dissipent, la malade reprend sa gaieté
et, pendant quelques instants, elle n'éprouve aucun malaise.
Malheureusement ce bien-être ne dure qu'un temps
très court, et peu après qu'on a cessé de presser sur
l'ovaire, les signes de l'imminence de sommeil reparaissent.
Le plus simple est donc de laisser l'aura évoluer normalement.
"
L'attaque, précédée ou non d'aura, peut être de très
courte durée, de quelques secondes à quelques minutes,
réalisant la forme pseudo-syncopale ou les évanouissements
hystériques, décrits par M. Pitres (I), qui fait de ces pa-
(1) Pitres, Des zones hjstérocjènes et hypnogènes ; des attaques de sommeil,
p. 56.
DE L'HYSTERIE. 217
roxysmes atténués des variétés de l'attaque de sommeil.
Dans ces conditions, elle peut se répéter un grand nombre
de fois dans la journée (1), ou bien et surtout elle se prolonge
plusieurs heures, plusieurs jours ou pendant des
semaines ou des mois, nous y reviendrons. Ce qui nous
importe, pour le moment, c'est de considérer quel est l'état
du malade pendant l'attaque de sommeil courte ou prolongée.
Ajoutons que la description de l'état de mal est,
pour ainsi dire, inséparable de celle de l'attaque, et que,
parmi tous les paroxysmes, c'est incontestablement celui
dont la durée est la plus longue.
Quoi qu'il en soit, et pour prendre le cas de tous le plus
fréquent, à la suite de phénomènes hystériques, convulsifs
ou autres, le sujet tombe dans le sommeil, et lorsque
celui-ci dure depuis déjà quelque temps, il offre l'aspect
suivant :
Il semble endormi profondément ,' dans l'acception
rigoureuse du mot, ainsi que le note Briquet (p. 422) ; à
l'inverse de ce qui a lieu parfois dans le sommeil ordinaire,
presque jamais il ne ronfle. A la vérité, la face se décolore
à mesure que le sommeil poursuit son cours, mais l'aspect
n'est pas cadavérique, bien qu'incontestablement de pareils
malades aient été considérés comme morts et de ce fait
enterrés. Les extrémités peuvent être, par suite de certains
troubles vaso-moteurs, froides et cyanosées, comme
dans un cas rapporté par Armaingaud (2).
Parfois, cependant, la face devient rouge, et ces poussées
congestives sont souvent l'indice de la prochaine apparition
de phénomènes surajoutés : salutations, convulsions,
qui viennent montrer que les périodes normales de la
grande attaque perdent rarement leurs droits.
l^'état des muscles est très important à considérer, sur-
(1) Negro, Accessi spontanei di sonno a brevissimo durata e ripetuti a
corti inteivalli in iina dona. Gazz. medic. di Torino, 1892, t. XLIII,
p. 501,527.
(2) Armaikgatjd, Sur une névrose vaso-motrice se rattachant a Vétat hystérique,
1876. Delahaye, Paris.
218 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
tout lorsqu'on cherche à rapprocher ces attaques du sommeil
physiologique. On sait que pendant celui-ci la résolution
musculaire est complète : le membre soulevé retombe
— lorsque l'individu ne se réveille pas — flasque
sur le plan horizontal du lit. Ici, la résolution générale est
plus apparente que réelle, car souvent on notera qu'il
existe de la conti-actiire de quelques muscles, si même le
système musculaire n'est pas contracture en totalité.
Il est des cas, en effet, où la contracture est pour ainsi
dire totale, le malade pouvant être soulevé tout d'une pièce
de son lit; l'attaque est courte alors, car ce tétanisme généralisé
ne peut se continuer longtemps sans nuire aux
fonctions vitales.
Dans ceux où la résolution semble complète (obs. de
Gairdner) (I), rarement les muscles masticatein-s sont épargnés
par la contracture. Dans presque tous les cas, en effet,
on observe que les dents sont serrées les unes contre les
autres, au point qu'il devient parfois impossible d'ouvrir
les mâchoires. Ce phénomène est important à signaler, car
on comprend les obstacles que peut apporter le trismus à
l'alimentation artificielle, la seule à laquelle il soit généralement
possible d'avoir recours.
Nous placerons sur le même plan une sorte de contracture
intermittente des muscles orbiculaires des paupières
produisant un battement rapide, un frémissement noté
dans nombre d'observations. Si l'on rompt cette contracture
par l'ouverture forcée des paupières, et si rapidement
on expose le globe de l'oeil au contact de l'air extérieur,
on peut quelquefois surprendre ce globe dans sa position
ordinaire. Les pupilles paraissent normales ou sont dans
un état variable de contraction ou de dilatation ; il n'y a
pas de règle fixe à ce sujet, les pupilles se modifiant suivant
le rêve ou les hallucinations qui existent dans l'attaque
de sommeil comme dans les autres paroxysmes et
qui, nous le savons, sont fort variés.
(1) Gairdner, Case of léthargie stupor or trance. The Lancet, 22 décembre
1883 et 12 janvier 1884.
DE L'HYSTERIE. 'ilO
Dans la majorité des cas, il semble que ce léger traumatisme
exercé sur le globe oculaire par l'air ambiant soit
suffisant pour faire entrer en contracture les muscles de
l'oeil, car, lorsqu'ils n'y sont pas d'emblée, on voit alors
les veux se porter en permanence, le plus souvent en haut
et en dedans, en strabisme convergent. Ces deux phénomènes,
convulsion des globes oculaires et frémissement
vibratoire des paupières, s'observent fréquemment dans
les autres variétés de la grande attaque hystérique, mais
le frémissement vibratoire y est rarement aussi marqué
que dans l'attaque de sommeil.
Lôwenfeld a noté la conservation du réflexe de la pituitaire
et des réflexes rotuliens.
La respiration participe généralement à ce calme général
de l'économie. Elle est de dix, quinze, vingt, vingt-deux
par minute, quelquefois moindre (elle peut descendre
jusqu'à trois); parfois,' elle offre aussi des irrégularités
(Parmentier) et prend le type de Gheyne-Stokes (Acliard,
obs. XI) ; cependant elle peut être, « à certains moments,
précipitée (trente, trente-cinq par minute : Armaingaud) , ce
qui correspond à des rêves » (Bourneville et Regnard,
p. 138). C'est dans ce dernier cas que la face peut devenir
« rouge, chaude, parfois sudorale » . En résumé, respiration
calme, légère, parfois difficile à constater même par
l'auscultation, ainsi qu'on l'a vu dans certains cas de mort
apparente qui n'étaient autres que des attaques de sommeil
hystérique.
Le pouls est également calme et régulier, battant de
70 à 80 fois par minute ; parfois il peut descendre beaucoup
plus bas (60, Briquet), de même qu'exceptionnellement
il atteint 128 battements (obs. VIII, Achard). Dans
l'observation de Pfendler, où la léthargie dura dix-huit
mois, le pouls varia de 78 à 93.
La température, très importante au point de vue du
diagnostic, ne dépasse jamais 38°, à moins de complications,
phénomène commun aux attaques ou états de mal
hystérique, quelque forme qu'ils revêtent.
220 TRAITÉ CLIiNIOUE ET THÉRAPEUTIQUE
Ainsi que dans les autres paroxysmes, Vabolition des
divers modes de la sensibilité générale est la règle : les malades
sont des anesthésiques totaux. Cette insensibilité se trouve
particulièrement notée, et dans les cas modernes et dans
les cas anciens, dans les faits dits de mort apparente. C'est
même là, on le comprend, un des signes sur lesquels on
s'appuyait le plus autrefois pour conclure à la mort réelle.
On peut traverser les membres avec de longues épingles
sans qu'aucun muscle de la face tressaille.
Lorsque le sommeil est très profond, dans les premiers
jours d'un état de mal de longue durée, par exemple, les
zones hystérogènes notées avant le début de l'attaque peuvent
avoir perdu toute leur excitabilité. Ou bien la pression
de l'une d'elles peut faire que le malade se dresse
sur son séant, esquisse des mouvements convulsifs, émette
quelques grognements sourds, repousse la main qui comprime
l'ovaire, sans cesser pour cela de continuer à dormir.
Dans d'autres cas, au contraire, surtout lorsque l'état
de mal touche à sa fin, la pression d'une zone liystérogène
provoquera, par exemple, l'apparition d'une grande attaque
qui terminera le paroxysme ou fera immédiatement
cesser le sommeil.
L'action des zones hystérogènes a été expressément
notée dans l'attaque de sommeil par M. Charcot, ainsi
qu'on en pourra juger par la lecture de l'observation X,
rapportée parBourneville et Regnard. Nous citons textuellement
:
" 23 juin 1879. — D... s'est endormie sans attaques,
le 20, à dix heures du soir. Elle dort encore ce matin à la
visite. Par \s. pression au-dessous du sein gauche {zone hystérogène),
M. Charcot provoque quatre petites attaques;
après la dernière D... est réveillée.
« ... 3 et 5 août. La malade s'est endormie le 3, à dix
heures du soir, et s'est réveillée le 5, à dix heures du
matin ; immobilité complète, légère raideur des membres,
pas de catalepsie. Elle est réveillée, sans attaques, par la
pression sous-mammaire. »
DE L'HYSTERIE. 221
Les sens spéciaux sont généralement atteints d'une façon
très profonde : le bruit le plus violent, un coup de gong ou
de tam-tam ne peuvent réveiller le malade ; il reste insensible
à l'inhalation de vapeurs irritantes ; quant au goût
et à la vue, leur sensibilité parait également abolie.
Toutefois, il ne faudrait pas croire que Finconscience
soit toujours absolue. Ce qui domine chez le dormeur
hystérique, c'est, d'une façon générale, l'impossibilité où
il se trouve de réagir volontairement, dans la majorité des
cas au moins, vis-à-vis des excitations physiques ou psychiques
auxquelles il est en butte de la part de l'observateur.
Mais, est-ce à dire pour cela qu'il n'a aucune conscience
tant morale que physique de ces excitations ? Nous
ne le croyons pas. Il est incontestable qu'il a été publié un
certain nombre d'observations où il est dit que les malades
ne se souvenaient nullement au réveil des divers excitants
à l'action desquels on les avait soumis pendant le sommeil
: c'est là, du reste, la règle générale; mais il est également
d'autres faits, que nous avons nous-même étudiés
sous le nom de léthargie lucide (1), dans lesquels les sujets
gardent le souvenir de ce qui s'est passé pendant l'attaque.
Dans l'observation de Pitres et dans celle de Keser (2),
les malades conservaient jusqu'à un certain point la
faculté d'entendre, ce qui les rendait susceptibles d'accepter
diverses suggestions. C'est encore là un argument
que nous invoquerons à l'appui des rapports intimes qui
existent entre les attaques de léthargie hystérique et celles,
spontanées ou provoquées, de léthargie hypnotique (3).
Briquet avait déjà noté la conservation de l'ouïe. « Une
de ces malades, dit-il (p. 422), celle qui avait eu l'attaque
la plus forte, a déclaré que pendant son sommeil elle
("1) Gilles de la Touhette, L'hypnotisme et les états analogues au point
de vue médico-légal, 2® édit., 1889, ch. vu. Les états hystériques.
(^2) Keser, A case of prolonged sleep. The Journal of mental sciences,
juillet 1887, p. 267.
(3) ViziOLi, Del morbo ipnotico, ipnotismo spontaneo, autonomo et délie
suggestioni. Giornale di Neuropatologia, Axino III, 1885, p. 289.
22-2 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
avait toujours conservé la faculté d'entendre. La plupart
se rappelaient de ce qui s'était passé pendant leur sommeil;
quelques-unes n'en avaient aucun souvenir. »
Une malade de Pfendler, âgée de quinze ans [op. cit.,
p. 11), est à ce sujet des plus intéressantes. Après trois
semaines d'état de mal convulsif, « la léthargie s'est
déclarée : elle a duré trois ou quatre jours et s'est répétée
dix à douze fois. Les médecins les plus célèbres de
l'époque appelés en consultation déclarèrent qu'elle
n'avait que deux ou trois jours à vivre. En effet, le jour
suivant, dit-il, comme j'étais au pied de son lit, elle fait
un mouvement, se relève, se jette sur moi comme pour
m'embrasser et retombe ensuite comme frappée par la
mort. Pendant quatre heures, je ne pouvais observer
aucun souffle d'existence , et je fis avec MM. Frank et
Schoeffer tous les essais possibles pour exciter en elle une
chance de vie : ni miroir, ni plume brûlée, ni ammoniaque,
ni piqûres ne purent nous donner aucun signe de sensibilité
; le galvanisme fut employé sans que la malade montrât
quelque coiitractilité. M. Frank même la jugea morte,
mais en conseillant toutefois de la laisser dans le lit. Pendant
vingt-huit heures, aucun changement; on croyait
déjà sentir un peu l'odeur de la putréfaction ; la cloche
des morts était sonnée, ses amies venaient de l'habiller en
blanc et de la coiffer de couronnes de fleurs, tout se disposait
autour d'elle pour l'enterrement. Pour me convaincre
des progrès de la putréfaction, je revins auprès
de -Mlle de M...; mais elle n'était pas plus avancée qu'auparavant;
au contraire, quel fut mon étonnement lorsque
je crus apercevoir un faible mouvement de respiration! Je
l'observai de nouveau, et je vis que je ne m'étais pas
trompé. Je pratiquai de suite des frictions, des irritants,
et, après une heure et demie, la respiration augmente, la
malade ouvre les yeux, et frappée par l'appareil de la
mort elle revient à la connaissance et me dit en riant :
« Je suis trop jeune pour mourir. » On la transporta de
suite dans un autre appartement où elle fut bientôt prise
DE L'HYSTERIE. 223
d'un sommeil qui dura dix heures. La convalescence
marcha assez a ite par l'emploi des hains aromatiques et
des toniques, et la malade, dont le système nerveux était
débarrassé entièrement de son état morbide, parut aussi
fraîche et aussi bien portante qu'auparavant. Pendant son
état léthargique, où toutes les fonctions paraissaient suspendues,
Les forces se concentraient sur l'ouïe, puisqu'elle a
entendu et eut connaissance de tout ce qui se passait autour
d'elle, et me cita ensuite des mots latins de M. Frank ; sa
plus affreuse position était d'entendre les préparatifs de
mort sans pouvoir sortir de son état. »
En somme, pendant l'attaque et l'état de mal de sommeil,
il existe comme dans tous les autres paroxysmes
hystériques un état mental particulier créé par le rêve ou
l'hallucination de l'attaque.
Ainsi que nous le verrons dans l'attaque de délire, où ce
rêve est porté au suprême degré, une expérimentation
appropriée peut parfois déterminer l'éveil des sens, qui
semblent éteints, et réaliser des suggestions de divers
ordres, comme dans l'état hypnotique similaire.
Ce rêve et ces hallucinations sont très importants au
point de vue nosographique, car ils rentrent dans la catégorie
des phénomènes ordinairement observés au cours de
la grande attaque.
« A des intervalles variables, disent MM. Bourneville et
Regnard (p. 138), on observe des mouvements automatiques.
Ces malades semblent lutter, faire des efforts pour
écarter des êtres ou des objets imaginaires; elles poussent
des plaintes étouffées, appellent au secours à haute voix;
la physionomie exprime la terreur. Quand les malades
conservent le souvenir de leurs rêves, elles racontent
qu'elles ont eu des rêves agréables et des cauchemars . "
Une de nos malades , à l'instar de celle de Pfendler, se
levait brusquement de son lit , appelait : « Emile » , se
jetait à la rencontre d'un être imaginaire et tombait en
léthargie profonde dans la ruelle de sa couchette.
Les grands mouvements de la seconde période sont sou224
TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
vent observés : chose à noter, dans nombre de cas ce sont
les salutations qui prédominent. Plusieurs fois par jour,
Eudoxie Hel..., bien connue des élèves de la Salpêtrière,
s'assoit sur son lit : le tronc s'incline en avant sept ou
huit fois de suite, comme dans l'acte de saluer profondément,
et le sommeil reprend son cours interrompu.
Si l'on joint à cela les convulsions qui ont parfois précédé
l'attaque de sommeil et qui assez souvent la terminent,
on conclura, comme nous l'avons dit, que ce paroxysme
n'est en réalité qu'une grande attaque modifiée par l'immixtion
de phénomènes léthargiques occupant une place
prépondérante.
La durée de l'attaque et de l'état de mal de sommeil
hystérique est éminemment variable. Elle s'étend de
quelques minutes, de quelques heures à plusieurs semaines,
et peut-être à plusieurs mois ou années; ces
derniers cas sont douteux. Nous ne parlons, bien entendu,
que des faits où l'état de mal est continu, sans intervalles
assez considérables pour que le sujet puisse reprendre ses
occupations ordinaires.
On a noté des états de mal de deux, trois, quatre, cinq,
six, huit jours (Briquet); cent heures (Laufenauer) (1) ;
plusieurs jours, cinq à six semaines (Gharcot, Bourneville
et Regnard); trente-deux jours (Krauss) ; vingt-trois
semaines (Gairdner) ; dix-huit mois (Pfendler, obs. I) ;
quatre ans, trois mois et onze jours {id., mais cette observation
est peu concluante).
Un malade de Legrand (2) présentant la forme narcoleptique
de l'attaque de sommeil fut en état de mal presque
constant pendant deux années consécutives ; les attaques
se montraient en séries; elles ne duraient pas plus de vingt
(1) Laufenaoer, Hypnotische Anfdlle uni Anschluss an eine liystero-epileptische
Neurose ; analysé in Centralblatt fur klinische Medicin, 1885,
n" 45, p. 775.
(2) Legrand, France médicale, n"* 4 et 5, 1888. Observation in extenso
dans Parmentier, op. cit.
DE L'HYSTERIE. 225
secondes à une ou deux minutes et se répétaient très fréquemment
dans la même journée (dix-sept à vingt et une
attaques par heure, près de deux cents par jour).
Lôwenfeld a observé chez un sujet (obs. IV) trois séries
de paroxysmes comprenant chacune pkis de cent attaques
(de mars à juin 1888; novembre-avril 1889; novembre
1889-juillet 1890).
Les récidives sont fréquentes, et nous n'envisageons que
les cas où les rémissions entre deux attaques sont assez
longues pour qu'on ne se trouve pas en présence d'un
unique état de mal. Gomme pour les autres variétés du
paroxysme hystérique, le même malade fait presque toujours
ses attaques sous forme de sommeil, ou au moins les
phénomènes léthargiques sont-ils toujours prédominants
lorsqu'il entre en crise.
L'observation XI de MM. Bourneville et Regnard est
très instructive à ce point de vue, car la malade, qui était
encore, en 1892, à la Salpétriére, n'a pas passé d'années,
depuis 1866, sans avoir au moins deux états de mal de
sommeil, et quelques-uns d'entre eux ont duré de quarante
à cinquante jours.
Briquet cite cependant un cas (p. 422) où « l'attaque
léthargique a paru avoir épuisé la source des accidents,
car il y a eu de l'amélioration d'une manière notable et
il n'est pas survenu d'attaques d'aucune espèce » . Il ne
nous dit pas combien de temps la malade fut suivie, car le
pronostic général des attaques de sommeil envisagé à ce
point de vue particulier ne diffère pas de celui des autres
manifestations paroxystiques. Cette manifestation constitue
en somme une forme grave et tenace de la névrose,
car elle se présente souvent sous forme d'état de mal et,
nous venons de le voir, est sujette à de nombreuses récidives.
Comment se terminent l'attaque et l'état de mal de
sommeil hystérique ?
"• 15
226 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
A ce propos, nous ne pouvons souscrire à l'opinion de
Briquet. « Le réveil, dit-il (p. 422), chez le plus grand
nombre, s'était fait tout simplement comme lorsqu'on sort
du sommeil... » Il est beaucoup plus dans le vrai lorsqu'il
ajoute : «... Chez les autres, il y avait eu soit du délire,
soit du trouble dans les idées, soit de la pesanteur de tête. »
De fait, fréquemment les malades sortent spontanément
du sommeil comme ils y sont entrés, par une attaque
convulsive. En réalité, le sommeil ne doit être considéré,
dans le paroxysme hystérique, toujours identique avec
lui-même, comme autre chose qu'un élément surajouté ou
prépondérant.
C'est aussi en déterminant l'apparition d'une attaque que
M. Charcot fait cesser le sommeil par la pression d une
zone hystérogène. Assez souvent, que le réveil soit spontané
ou qu'il soit provoqué, cette attaque prend le caractère
délirant, terminaison ordinaire du paroxysme convulsif.
A rencontre donc de Briquet, MM. Bourneville et
Regnard nous paraissent avoir donné la note exacte :
« Tantôt, disent-ils (p. 139), l'attaque de sommeil se
termine par une attaque convulsive ou bien par des rêves,
des pleurs, de l'excitation. Les malades sont étonnées,
paraissent ne plus se souvenir du lieu où elles se trouvent;
elles se plaignent de courbature, de douleurs de tète, ont
la vue troublée, refusent de parler. Des crises avortées,
des rires inextinguibles de plus en plus rapprochés annoncent
chez H... (obs. XI) la fin de l'attaque de sommeil.
Dans ce cas aussi, il se produit un véritable délire de
parole, ii
M. L. Landouzy a publié (1) une observation dans
laquelle le réveil, ainsi que le sommeil^ du reste, était
précédé de convulsions. Le fait présentait ceci d'intéressant,
que l'attaque léthargique pouvait être provoquée par
l'action d'un aimant et Focclusion des paupières et cesser
par l'ouverture des yeux et l'enlèvement de l'aimant, la
(1) L. Lakdouzy, liclation d'un cas de léthargie provoquée par l'action
d'un aimant, Progrès médical, 25 janvier 1879, p. 60.
DE L'HYSTERIE. 227
notion des phénomènes convulsifs ne laissant aucun doute
sur la nature de l'attaque.
L'attaque de sommeil, plus fréquemment peut-être que
les autres variétés du paroxysme, favorise l'éclosion immédiate
ou à brève échéance de divers phénomènes de la
série hystérique.
On a noté, après elle, de l'aboiement, du mutisme (cas
de Keser) , des tremblements choréiformes, une paraplégie
flasque avec rétention d'urine (Boutges, obs. VIII). Mais
c'est surtout l'hémiplégie sensitivo-sensorielle, flasque ou
avec contracture, accompagnée ou non de participation
de la face que M. Achard a le plus souvent observée dans
les cas qu'il a étudiés.
Dans deux faits d'Higier (1), du côté paralytique débutèrent,
pendant l'état apoplectique, les phénomènes d'une
attaque d'hystérie à forme d'épilepsie partielle. Étant
donnés les maux de tête qu'on observe parfois comme
symptômes prodromiques (cas de Bischoff) de l'apoplexie
hystérique, on pouvait penser à une tumeur cérébrale.
Dans tous les cas, vu le caractère apoplectique de l'attaque,
on comprend combien l'hémiplégie qui souvent l'accompagne
prêtera à discussion avec l'hémiplégie organique.
De ce fait encore, le pronostic de l'attaque de sommeil
est donc relativement sévère. Il est même à se demander
si elle n'est pas susceptible d'entraîner la mort.
En effet, Louyer-Villermay (1816) place, ainsi que
l'avons dit, les attaques de léthargie hystérique dans sa
troisième classe, de toutes la plus grave, et ajoute que
«les malades sont froides, pâles, insensibles, immobiles
et restent dans un état plus ou moins prolongé de mort
apparente qui peut se terminer par l'extinction totale de
la vie " .
Landouzy (p. 68), après avoir parlé de la mort apparente,
dit nettement : « Tantôt, enfin, l'attaque est réellement
suivie de mort. »
(1) HiGiER, Beitracj zur hysterichen Apoplexie. Wien. klin. Wochens.,
nO'lS, 19, 21, 1894.
228 TRAITÉ CLIMQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Briquet, plus expert que ses devanciers, n'accepte pas
leurs conclusions, bien qu'il connaisse les faits d'inhumation
précipitée que nous avons relatés.
" Le pronostic des attaques soporeuses, dit-il (p. 427),
n'est pas aussi grave que les apparences le feraient
craindre. Ces attaques se terminent toujours spontanément,
et, tant qu'il ne s'y joint pas, soit de l'asphyxie, soit de
l'éclampsie, l'on a peu à craindre, attendu que la mort n'a
jamais lieu par le fait de la syncope. En parcourant les
auteurs, on trouve toujours que les prétendues mortes ont
été rappelées à la vie. 55
Et il ajoute (p. 538), dans le chapitre où il traite des
terminaisons de l'attaque hystérique en général : « Les
fortes syncopes et les léthargies, dans lesquelles toutes les
fonctions de la vie semblent suspendues pendant plusieurs
jours, ne sont pourtant jamais suivies d'une terminaison
fatale. )>
Nous connaissons cependant un cas assez récemment
publié dans lequel la mort parut survenir à la suite d'une
attaque syncopale; aussi, vu sa rareté, ce fait mérite-t-il
d'être analysé.
Il s'agit d'une femme de quarante-quatre ans, malade
depuis longtemps, observée par M. Martinenq (1). Le
diagnostic porté le 17 mai 1878 avait été : " Folie hystérique
maniaque avec agitation et violence. »
En octobre 1884, « sans autre phénomène prodromique
qu'une légère hémicrànie avec exagération de l'amblyopie,
J... présente, un matin, tous les symptômes d'une attaque
d'apoplexie cérébrale , à savoir : hémiplégie complète
accompagnée d'hémianesthésie sensitivo-sensorielle et de
légère contracture principalement au bras ; paralysie
hémifaciale incomplète du même côté que l'hémiplégie
avec inégalité pupillaire et aphasie. L'intelligence est
intacte, la conscience entière...
« Un mois après, tout est rentré dans Tordre, mais
(i) Marti>'enq, Cas d'apoplexie hystéricjue avec autopsie. Annales nied.
psych., mars 1887, p 254.
DE L'HYSTERIE. 229
l'inégalité piipillaire et un léger embarras delà parole persistent.
L'état mental et l'état physique se maintiennent
encore très satisfaisants jusqu'au mois de janvier 1886.
« Le 6 janvier 1886, J... a une légère bronchite avec
embarras gastrique. Elle est placée à l'infirmerie, et le 10,
elle va très bien, s'occupe avec raison et gaieté, ne se
plaint de nulle part, s'alimente bien et cause avec intelligence.
a Le 11, après une excellente journée pendant laquelle
elle n'accuse aucun malaise, J... est prise subitement, à
neuf heures du soir, d'un engourdissement général avec
oppression cardiaque, constriction au creux épigastrique et
état syncopal. Elle s'affaisse sans proférer une parole et
meurt vers onze heures dans un coma apoplectique. »
Si l'autopsie n'avait pas été faite, on aurait pu penser
que la malade avait succombé à toute autre chose qu'à une
attaque d'hystérie (1) : aune hémorragie cérébrale, et surtout
à une attaque apoplectiforme dans le cours de la
paralysie générale ; à une lésion du coeur : insuffisance
aortique, etc. Mais la nécropsie fut jnégative à tous ces
points de vue. Or, comme on le sait, c'est un des caractères
les plus importants de l'hystérie de ne produire, du
côté du système nerveux, en coïncidence avec les manifestations
les plus graves et les plus persistantes, que
des troubles organiques inappréciables , tout au moins
avec nos moyens actuels d'investigation.
Il est donc permis de supposer que la malade de M. Martinenq
succomba à une attaque d'apoplexie hystérique, bien
que cette conclusion n'entraîne pas complètement notre
conviction.
(Ij M. Pierre Janet a publié sous ce titre : u Accidents d'ori(jine névropathicjue.
Crises de sommeil, tremblement choréinue, hémispasme facial,
mort. Résultats de l'autopsie " , l'observation d'une malade du service de
M. Hanot à l'iiôpital Saint-Antoine dont « la maladie, au moins au début,
dit-il, pouvait éveiller l'idée, soit d'une manifestation bystérique, soit d'une
cnorée » . L'autopsie montra que la mort avait été causée par un kyste
parasitaire assez volumineux siégeant dans l'extrémité antérieure du lobe
temporal gauche. Arch. gén. de méd., octobre 1891, p. 464.
230 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Nous rapprocherons du fait de Martinenq la première
observation de Pfendler. Elle est relative à un hystérique
de quarante-deux ans (qualifié du reste d'épileptique)
qui tomba dans une léthargie qui dura dix-huit mois, d'où
il sortit avec une « paralysie du pied gauche ^ . La léthargie
ne récidiva pas, ainsi qu'il est d'usage; mais au bout
de deux ans la mort survint par suite d'une tuberculose
pulmonaire à laquelle l'attaque par la dénutrition qu'elle
avait occasionnée n'avait peut-être pas été tout à fait
étrangère. L'autopsie, en dehors des lésions de tuberculose
avancée, ne révéla rien du côté du système nerveux.
En résumé, cette dénutrition et surtout les complications
qui suivent si fréquemment le réveil sont les seuls
points sombres dans le pronostic qiioad vitarn des attaques
de sommeil.
Nous venons de parler de dénutrition. On a pu s'étonner
que jusqu'à présent nous nous soyons tu sur Valimentation
pendant l'attaque et particulièrement pendant l'état de
mal léthargique. C'est que nous n'avons pas voulu séparer
cette importante question de l'étude des échanges nutritifs.
L'alimentation, on le comprend, se fait toujours très
difficilement dans l'état de mal de sommeil, car il est à
noter qu'avec l'état de mal délirant, dont nous parlerons,
c'est celui où les intervalles interparoxystiques sont le
moins fréquents et le moins prolongés. L'état de mal peut
être entrecoupé par des grands mouvements, quelques
attitudes passionnelles; le sommeil reste pour ainsi dire
continu. On observe beaucoup plus rarement que dans
l'état de mal épileptoïde, par exemple, ces intervalles de
lucidité qui séparent les séries d'attaques et pendant lesquels
le malade peut s'alimenter.
L'alimentation est donc presque toujours, sinon toujours
artificielle : d'autant qu'il faut se rappeler la fréquence
du trismus. Lorsqu'on peut le vaincre, on réussit
assez bien quelquefois (Bourneville et Regnard, obs. XI) à
DK L'HYSTERIE. 231
nourrir le sujet en lui introduisant dans le fond de la
bouche divers aliments liquides : bouillon, lait et oeuis
délayés, qui sont pour ainsi dire avalés automatiquement.
D'autres auteurs (Gairdner) préfèrent avoir recours à la
sonde oesophagienne introduite par la bouche ou par le
nez. On peut également employer les lavements alimentaires.
Dans ces conditions, l'état de la nutrition générale est
évidemnient en rapport direct avec la quantité et la qualité
des aliments qui, introduits dans le tube digestif,
semblent, il faut le dire, toujours bien tolérés, à moins
qu'il ne survienne des vomissements spontanés qui, comme
dans un cas dont nous allons parler, entrecoupent parfois
le sommeil. La nutrition souffre d'autant moins que le
sujet absorbe plus, et la malade de MM. Bourneville et
Regnard après six semaines de sommeil, conservait encore
un certain embonpoint.
Il serait intéressant de savoir combien de temps un
individu dormant du sommeil hystérique pourrait rester
sans manger. Sous ce rapport, les documents nous
manquent, car, aujourd'hui que le diagnostic des attaques
léthargiques s'établit le plus souvent, dès leur début, d'une
façon précise, on se garde bien de laisser de pareils sujets
sans alimentation. Il faut donc se reporter aux observations
anciennes, et celles-ci sont bien insuffisantes à ce
point de vue.
Pfendler (p. 13) emprunte au Journal des savants de
1846 l'observation d'une dame anglaise qui resta pendant
sept jours dans un état qui n'était évidemment autre que
la léthargie hystérique. Elle fut veillée comme morte et
partant ne dut pas manger; cependant elle revint à la santé.
Une autre observation empruntée au Dictionnaire des
sciences médicales (art. Cas rares, t. IV, p. 205, 1813)
paraît bien se rapporter à l'hystérie, La malade resta à
plusieurs reprises quarante jours sans manger; mais ce
fait, un des meilleurs cependant parmi les cas anciens, est
très discutable à beaucoup de points de vue.
232 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
L'étude des échanges nutritifs va nous permettre, entre
autres choses nouvelles, d'apporter quelques éléments
d'appréciation dans cette question.
C'est à propos des attaques de sommeil que nous avons
conçu la première idée de nos études sur la nutrition dans
l'hystérie.
Un malade du service de M. Gharcot, le nommé Ch...t,
sorti de la Salpêtrière et voyageant en Angleterre, s'était
endormi brusquement dans un restaurant de Greekstreet,
à Londres. M. leD"" Keser {op. cit.), qui l'observa, eut l'extrême
obligeance de nous transmettre alors (25 mai 1887)
les résultats de l'examen des urines pratiqué à plusieurs
reprises par M. Woodland, fellow de la Société des chimistes.
Malheureusement, par suite du refus de l'aubergiste
de laisser transporter le malade à l'hôpital, la quantité
de l'urine totale ne put être notée, et après les recherches
que nous avons faites depuis, les résultats de ce
premier essai sont actuellement sans intérêt.
Le 19 juin 1887, nous avons eu l'occasion de faire pratiquer
l'analyse de l'urine d'une malade du service de
M. Charcot, en proie depuis vingt-huit heures à une attaque
de sommeil accompagnée de contractures généralisées. Le
cathétérisme évacua 200 grammes d'urine, ce qui est peu
si l'on songe que la malade n'avait uriné, depuis le
début de l'attaque, ni volontairement ni involontairement.
L'analyse faite par M. Viron, pharmacien en chef de la
Salpêtrière, donna : « Densité, 1,026; urée, 20 gr. 4-96
par litre, proportion considérable d'urate acide de soude. »
La malade n'avait donc excrété que 4 grammes d'urée
dans les vingt-quatre heures. Elle se réveilla du reste dans
la journée, ne gardant de son attaque qu'un fort sentiment
de lassitude.
C'est à dater de 1888 que nous avons entrepris avec
DE L'HYSTERIE. 233
M. Cathelineau (1) les recherches qui nous ont permis
d'éhicider, au moins en partie, cette question de la nutrition
dans l'attaque et l'état de mal de sommeil hystérique.
Nos expériences ont porté sur 6 malades donnant un
total de 1 1 états de mal pour lesquels il a été fait 9 1 analyses
des vingt-quatre heures de sommeil, sans compter
les périodes d'état normal. L'état de mal le plus court que
nous ayons observé a été d'un jour, le plus long de quinze
jours, parmi, bien entendu, ceux qui ont été soumis à
notre examen.
Pendant le sommeil hystérique, nous avons dit que le
malade était susceptible d'absorber une alimentation restreinte,
liquide ou demi-solide. A ce dernier point de
vue, nous aurons toujours le soin de faire ressortir les particularités
qu'offraient individuellement nos sujets. Chez
tous, disons-le immédiatement, la température est restée
normale pendant la durée des accès.
Les urines, comme dans les autres états de mal, ont été
recueillies à l'aide de la sonde. Il est absolument nécessaire
dans la circonstance de procéder ainsi. Comme le sommeil
est, au moins dans les premiers jours, pour ainsi dire
ininterrompu, quelques hallucinations ou grands mouvements
ne constituant pas des intervalles suffisants pour
que les malades urinent volontairement, il peut se produire
de l'incontinence par regorgement. Celle-ci parfois
est la règle dès le premier jour, soit qu'on doive l'attribuer
à une paralysie du sphincter vésical, causée par l'état
de résolution très profonde où est plongé le sujet, soit au
contraire qu'elle soit due à une contracture de la musculature
du réservoir. Dans un cas où l'incontinence fut totale
dès le début, il existait des contractures généralisées.
Négligeant l'ordre chronologique dans lequel ont été
faites nos observations, il nous a paru intéressant de donner
tout d'abord l'analvse d'un état de mal, d'une attaque
(1) Gilles de la Tourette et Catueuxeau, La nutrition dans l'hystérie,
234 TRAITE CLINIQUE ET THERAPEUTIQUE
de sommeil n'ayant pas dépassé la période de vingt-quatre
heures.
Si l'on veut bien considérer le tableau XIII, on verra
que l'attaque de sommeil, bornée à la période des vingtquatre
heures, se comporte exactement, au point de vue
biologique, comme une attaque convulsive ordinaire. Elle
se juge par l'abaissement du taux de l'urine, du résidu
fixe, de l'urée et des phosphates avec inversion caractéristique
de la formule de ces derniers. En effet, à l'état
Tableau XIII
Will..., 19 ans. Attaque de sommeil hystérique.
DE L'HYSTÉRIE. 235
au point de vue chimique, à l'attaque convulsive ordinaire.
Le tableau XIV a rapport à un état de mal de sommeil
de quarante-huit heures de durée. Mêmes phénomènes
que précédemment : abaissement du taux de l'urine, du
résidu fixe, de l'urée, des phosphates avec inversion caractéristique
delà formule. Nous notons, en plus, qu'en deux
jours la malade a perdu 450 gr. de son poids.
Tableau XIV
Jum..., 16 ans. Etat de mal de sommeil hystérique
.
DATES
236 TPiAlTÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
de mal, et 52 kilogr. le 3 juillet, jour du réveil. En cinq
jours, elle avait donc maigri de 5 kilogr.
Le 5 juillet, elle s'endort à nouveau, pesant 51k. 900,
pour se réveiller le 7 juillet, pesant 51 k. 120. On voit
combien peut être grande la dénutrition, pendant l'état
de mal léthargique, lorsque les malades n'absorbent rien.
La cinquième malade, St. Den., quinze ans et demi, a
été présentée par M. Charcot, à sa Leçon du mardi 5 février
1889. A cette époque, elle était soumise depuis
quelque temps déjà à notre observation pour des vomissements
hystériques qui avaient nécessité son admission à
la Salpêtrière. Une première fois, le 23 janvier 1889, ses
vomissements sont entrecoupés par un état de mal de
sommeil qui dure trois jours, les 23, 24 et 25 du même
mois. Nous ne pouvions établir, étant donnés les vomissements,
une comparaison avec l'état normal, qui n'existait
pas a proprement parler à ce moment; toutefois, les analyses
de ces trois jours ne sont pas moins caractéristiques
que celles des cas précédents au point de vue de l'état de
mal léthargique. Chez St. Den., âgée de quinze ans et
demi, pesant 37 kilogr. 760 le jour du début de l'attaque
de sommeil, les analyses donnent : urine 750 c. c. ; résidu
fixe 20 gr. 60 pour 1,000 c. c, urée 11 gr. 85, acide phosphorique
total gr. 74, alors que la veille, malgré les
vomissements, elles donnaient : urine 870 c. c, résidu
fixe 29 gr. 62 pour 1,000 c. c, urée 15 gr. 92, acide phosphorique
total 1 gr. 62. Pendant trois jours de sommeil,
les 23, 24, 25 janvier 1889, les excrétions se maintiennent
à ce taux inférieur. La malade, qui sort le 25 au soir de
son état de mal par une attaque convnlsive, a maigri de
810 grammes, car elle ne pèse plus que 36 kilogr. 950 au
lieu des 37 kilogr. 760 du jour du début de l'état de mal
léthargique, soit 270 gr. par jour. Pendant ces trois jours,
la température rectale moyenne a été de 3 7", 4.
Nous empruntons la suite de l'observation h la Leçon du
mardi 5 février, que M. Charcot a consacrée en partie à
ce cas intéressant :
DE L'HYSTERIE. 237
« Les jours qui suivent l'attaque (précédente), la malade
ne vomit presque plus, et elle continue à bien manger;
le 31 janvier, son poids avait atteint le chiffre de 39 kilos.
« C'est ce jour-là même, le matin à neuf heures, c'està-
dire il y a juste cinq jours, que s'est déclarée la seconde
attaque, celle dont j'ai tenu à vous rendre témoins aujourd'hui.
J'aurais pu, naturellement, dès le début de la
crise, craindre à chaque instant de voir la malade se
réveiller et de me trouver par là privé du plaisir de vous
démontrer, sur nature, les détails d'un cas assez rare en
somme et toujours intéressant, si je n'avais été rassuré par
les circonstances que voici. MM. Gilles de la Tourette et
Cathelineau ont démontré, vous ne l'ignorez pas (1), par
l'étude de six cas de sommeil hystérique, que, pendant la
durée de l'attaque, le poids du corps diminue rapidement
en même temps que l'on constate, par l'analyse des urines,
une constante diminution qualitative et quantitative de
tous les éléments : volume, urée, phosphates, etc. Mais
ces observateurs ont établi en outre que régulièrement
deux ou trois jours avant le réveil, on voit le volume de
l'urine, le poids de l'urée se relever progressivement, et
aller toujours en augmentant; de telle sorte que l'on peut,
en tenant compte de ces données, prévoir jusqu'à un
certain point, quelques jours à l'avance, l'époque à
laquelle le malade se réveillera. Or, chez notre dormeuse,
une analyse faite le 3 ayant montré que ce relèvement ne
s'était pas encore prononcé, nous pouvons compter que,
si on laisse aller les choses, le réveil se fera attendre quelques
jours encore. "
Puis M. Charcot analyse devant ses auditeurs les divers
phénomènes présentés par la malade, dont le sommeil est
entrecoupé, pendant la leçon même, par des salutations.
« Vous reconnaîtrez, dit M. Charcot, dans ces grands
mouvements de salutation, un des épisodes les plus vulgaires
de la seconde phase de la grande attaque liystéro-
(1) Leçons du mardi, 1888-89, IS"^ leçon, p. 273. et 4' leçon, p. 69.
238 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
épileptique; tandis que, d'un autre côté, les tentatives que
fait parfois la malade pour sortir de son lit et s'enfuir en
prononçant des paroles dont on ne peut pas toujours saisir
le sens reproduisent le tableau des attitudes passionnelles;
et ces diverses circonstances sont de nature à justifier
l'opinion que je soutiens à propos du sommeil hystérique :
c'est à savoir qu'il n'y faut pas voir autre chose qu'une
grande attaque, ou mieux, qu'une série de grandes attaques
modifiées dans leur forme extérieure.
« Les intéressantes recherches de MM. Gilles de la
Tourette et Cathelineau sont venues, d'ailleurs, donner à
cette hypothèse un solide appui en montrant que, en ce
qui concerne la perte du poids du corps, la diminution de
l'urine et l'abaissement du taux de l'urée, l'attaque de
sommeil reproduit en tous points ce qui a lieu dans les
séries d'attaques hystéro-épileptiques. »
M. Charcot réveille alors la malade par la pression
d'une zone hystérogène située au niveau de l'ovaire
gauche, pression qui détermine une attaque convulsive.
Le soir, St. Den. est pesée et donne 37 k. 100. En cinq
jours de sommeil, elle a maigri de 1,900 gr., soit 380 gr.
par jour, car elle pesait 39 k. le 31 janvier, jour du
début. Pendant cette période, elle a excrété en moyenne
par jour 655 gr. d'urine, 32 gr. de résidu fixe pour
1,000 c. c, 12 gr. d'urée, 1 gr. 60 d'acide phosphorique
total. La différenciation des phosphates faite le premier
jour de sommeil donna, ainsi que le montre le tableau XV,
l'inversion de la formule.
Les phénomènes qui suivent le réveil sont également
intéressants à noter. Le jour du réveil, 5 février, l'attaque
convulsive est encore très nettement indiquée par les
excrétions urinaires. Le lendemain il y a, comme pour les
autres états de mal, oscillation autour de la normale.
L'urée se relève déjà, mais elle n'atteint son taux ordinaire
que le 7 et les jours suivants.
L'attaque de sommeil ayant eu pour résultat de faire
cesser les vomissements, l'appétit revient et, avec lui, un
DE L'HYSTERIE, 239
embonpoint qui suit une "marche ascendante très rapide.
Le 5, la malade pèse 37 k. 100, le 8, 39 k. 500, le 10,
40 k. 080.
La sixième malade que nous avons observée est de
toutes la plus intéressante. C'est par elle qu'ont commencé
véiitablement nos recherches sur la nutrition dans
l'hystérie, puisque, prenant nos fonctions de chefdecli-
Tableau XV
Etat de mal léthargique. St-Denis..., 16 ans.
2i0 TRAITE CLIMQUE ET THÉRAPEUTIQUE
passionnelles. La température l'ectale ne dépassa jamais
37", 8. L'alimentation, toujours artificielle, fut variable
suivant les attaques; dans un même état de mal, il existait
des séries de deux ou trois jours pendant lesquels il
était absolument impossible de faire passer quoi que ce
fût entre les dents contracturées. Le lendemain, la
Tableau XVI
Moyennes des cinq états de mai de sommeil, hystérique
de Biz...^ 17 ans.
DE L'HYSTERIE. 241
excrète 1,100 c. c, d'urine, 44 gr. 50 de résidu fixe pour
1,000 c. c., 18 gr. 10 d'urée, 2 gr. 10 d'acide phosphorique
total. Pendant son sommeil elle excrète, en moyenne,
par jour 880 gr. d'urine, 30 gr. de résidu fixe pour
1,000 c. c, 10 gr. d'urée, 1 gr. 10 d'acide phosphorique
total, résultats sur lesquels il n'est plus besoin de nous
appesantir. Elle maigrit en outre, en moyenne, de 300 à
500 grammes par jour, suivant les accès, qui eux-mêmes
sont variables par rapport à l'alimentation. Entre les
accès, elle revient rapidement à son poids normal, elle
engraisse même, puisque son poids, pour une période de
huit jours, du 12 au 20 janvier 1888, est de 45 k. 500, —
il est vrai qu'elle sort d'un accès qui a duré treize jours, — et le 23 mars, au début d'un nouvel accès, elle pèse
52 kilog.
Outre ces considérations qui se rapportent indifféremment
aux cinq états de mal de Biz..., l'étude des deux
dei'niers états — pour ne prendre que ceux-là — est à
envisager, car elle va nous permettre encore une fois, en
nous basant sur les excrétions urinaires, de prévoir la durée
de l'accès et de prédire le retour à l'état normal.
Si l'on considère les fig. 25, 26, 27, on note en effet,
dès le début de l'état de mal, la chute du volume de
l'urine et de l'urée (et aussi du résidu fixe et des phosphates,
qui n'y ont pas été marqués); puis survient un
plateau, et enfin ces éléments se relèvent, atteignant et
dépassant même le taux normal, le jour du réveil. Sur la
figure 27 on note les oscillations qui suivent d'ordinaire le
réveil.
On peut donc, dans l'état de mal léthargique comme
dans les autres états de mal, en se fondant sur le tracé
fourni par le volume de l'urine et le taux de l'urée, prévoir
la durée de l'état de mal et prédire le retour à l'état
normal. Plus que dans les autres états de mal hystérique,
cette notion a une importance considérable. Dans
l'état de mal épileptoïde , par exemple , on peut voir
quelquefois, la veille ou le jour du réveil, les attaques
II. 16
242 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
diminuer de nombre et les intervalles interparoxystiques
s'allonger davantage. On pensera alors que le retour à
l'état normal est proche. Il n'en est pas de même, on
. (fi c
» c
o 1
— c"
< 5-
3 S"
aaHÊHBHmHm
àlHI
IhtaniiiiiiiBinnii
Hllllinillliin
m
w
Or)
-S'
le comprend, dans l'état de mal léthargique ; là le réveil
est forcément brusque, le malade, pour employer une
expression aussi vraie que naïve, a seulement fini de
dormir lorsqu'il est réveillé.
DE L'HYSTERIE. 243
Cette courbe particulière des excrétions pendant l'état
de mal léthargique et pendant tous les autres états, courbe
qui mérite, comme Ta montré M. Charcot dans ses Zeçon5,
d'occuper un rang de première importance en clinique,
n'est pas le simple fait d'une dénutrition banale chez des
individus plus ou moins privés de nourriture pendant la
Biz..., 17 ans. Elat de mal de sommeil hystérique.
mensBEi^
-244 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
miers jours, s'abaissant jusqu'à la mort, pouvant se relever,
à la vérité, mais seulement lorsqu'on doime des aliments.
Le relèvement que nous observons et qui nous permet
de prédire la fin de l'état de mal ne se montre pas, dans
l'espèce, sous l'influence de l'ingestion alimentaire. On se
souvient peut-être, en effet, qu'à plusieurs reprises, nous
Biz..., 17 ans. Etat de mai de sommeil hystérique.
Fig. l27. — Les traits pointillés indiquent les périodes d'état normal
avant et après l'attaque.
avons noté avec insistance que, pendant toute la durée de
l'état de mal, jusqu'au moment précis du réveil, Valitnentation
avait été absolument nulle. Qui peut donc ainsi,
le malade n'absorbant rien , influencer les excrétions
urinaires au point de doubler ou de tripler, pendant les
deux ou trois derniers jours de l'état de mal, le volume
de l'urine et le taux des matériaux solides, si ce n'est
la névrose elle-même?
Désormais, croyons-nous, il faudra compter avec la
DK L'HYSTÉRIE. 245
courbe excrétoire de l'hystérie, comme on a appris à se
guider sur la courbe thermométrique de la pneumonie ou
de la fièvre typhoïde, par exemple.
Il nous sera d'ailleurs permis d'ajouter que plusieurs
auteurs ont repris nos recherches et sont arrivés à des
résultats confirmatifs des nôtres.
Étudiant les attaques de sommeil hystérique, M. Lôwenfeld
(1) s'exprime ainsi qu'il suit : « Le résultat
d'une de ces analyses fut le suivant : quantité de l'urine,
590 c. c. = 603 gr. ; réaction faiblement acide; poids
spécifique, 1,012; albumine et sucre, néant; urée,
2 gr. 69 pour 100 ; acide urique, 0,053 pour 100 ;
chlorure de sodium, 0,82 pour 100; acide phosphorique,
0,19 pour 100. Il y a donc diminution de l'urée par rapport
au minimum normal chez une femme (20 gr. suivant
Lôbisch). En ce qui regarde le taux de l'acide phosphorique
et du chlorure de sodium, celui-ci est sensiblement
diminué par rapport à la normale ; sous ce rapport les
résultats de l'analyse sont tout à fait confirmatifs de ceux
obtenus par Gilles de la Tourette et Cathelineau. »
M. le professeur Hitzig(2)a étudié plusieurs attaques de
léthargie chez un ouvrier de trente ans. A la simple inspection
du graphique qu'il donne on peut prévoir la durée
de l'état de mal (trois jours) et le retour à l'état normal, se
jugeant comme dans nos cas par une chute du volume de
l'urine (800 gr.) et de l'urée (5 gr. 93 par vingt-quatre
heures) ; l'acide phosphorique ne fut pas examiné. En
trois jours d'attaque, y compris les prodromes, le malade
perdait jusqu'à 3 kilogr. 500 de son poids; il revenait
aussi vite à la normale, le paroxysme fini.
Pour M. Hitzig, qui adopte complètement les idées de
M. Charcot, l'attaque de sommeil n'est qu'un fragment de
(1) LowENFELD, Ueber hysterische Schlafzustande, Bd XXIII, 1 Hcft,
p. 45.
(2) Hitzig, On attacks of letharijy and on hypnotic suggestion, lu au
Conférés de psycholojiie expérimentale. Londres, 1892. Brain, spring-siimmer
number, 1893, p. 203.
246 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
la grande attaque. De plus, l'étude de ce cas particulier
permet de conclure que les attaques de sommeil spontané
ne diffèrent en rien des périodes de sommeil provoqué
ou hypnotique, ni au point de vue clinique, ni au point
de vue des échanges nutritifs, ainsi que nous l'avons d'ailleurs
démontré en 1890 (1).
Si le pronostic des attaques de sommeil est facile à
établir, il n'en est pas toujours de même du diagnostic.
Il existe en effet un grand nombre d'affections dont les
manifestations peuvent simuler le sommeil, la léthargie,
le coma hystérique, ces divers termes étant synonymes
dans la circonstance. Qu'on ouvre un traité de pathologie
générale, et l'on verra combien chacun de ces états prête
à l'étude séméiologique (2).
Le sujet est dans le coma : ce coma a-t-il une origine
hystérique, dynamique, ou bien est- il sous la dépendance
d'une lésion cérébrale : hémorragie, ramollissement,
tumeur, attaques apoplectiformes de la paralysie générale,
etc. (3)?
Évidemment, en matière d'hystérie, la connaissance des
antécédents sera toujours d'un précieux secours, et nous
savons que l'attaque de sommeil n'est que très rarement
(1) Gilles de la Tourette et Gatuelineau, La nutrition dans l'hypnotisme.
Progrès médical, n" 17, 26 avril 1890.
(2) G. W. Jacoby, Periodical sleep seizures of an epileptic nature.
The New-York med. Journ., 20 mai 1893. — FÉrÉ, Le sommeil paroxystique.
Sem.méd.. 18 octobre 1893, etc,
(3) L'hystérie peut s'associer avec la paralysie générale ainsi que l'a montré
M. Ph. Rey (Note sur la paralysie générale chez la femme; de V hystérie
chez les femmes atteintes de paralysie générale. Annales médico-psychologiques,
1885, t, II, p. 421.) Dans ces cas dit l'auteur, « l'hystérie
s'atténue ou disparaît dans le cours de la paralysie générale; il est probable
que dans beaucoup de cas elle s'atténue ou disparaît au moment de l'invasion
de l'affection paralytique » . Voy. aussi F. Vizioli, Degli accessi di
letargia nel corso délia paralisi progressiva. Lavori del Congresso di medic
interna, Milan, 1891, t. IV, p. 354
DE L'HYSTÉRIE. 247
la première manifestation éclatante de la névrose ; mais il
faut supposer aussi , comme nous lavons dit, que le malade
a été ramassé dans la rue, apporté à l'hôpital, et que
tous renseignements sur son passé pathologique font
défaut.
L'aspect général de l'individu peut déjà fournir quelques
renseignements, et Briquet, relatant (p. 424) une observation
d'apoplexie hystérique, disait : « Marie B... n'a pas
sur la face l'empreinte de la stupeur que M. Rochoux donne
comme un caractère d'apoplexie; au contraire, elle a
l'expression d'un sommeil paisible qui éloigne toute idée
de souffrance ; il n'y a pas cette sterteur si ordinaire dans
l'apoplexie. « Il réagissait ainsi contre l'opinion trop
exclusive de Sydenham : « Quand l'hystérie attaque le
cerveau, elle produit quelquefois une apoplexie entièrement
semblable à l'apoplexie ordinaire et qui se termine
de même par une hémiplégie. «
A ne s'en tenir qu'au phénomène de stertor, textuellement
synonyme de ronflement (Littré et Robin), on pourrait
se tromper, car il est des sujets qui, à l'exemple du
malade de Gairdner, présentent du ronflement {snoring),
bien que nous n'ayons trouvé noté ce phénomène que dans
cette seule observation.
Mais l'aspect du malade prête un peu trop à l'appréciation
personnelle, et l'étude de la température sera surtout
d'une importance capitale dans la circonstance : elle seule
donne, comme l'ont démontré MM. Charcot et Bourneville
, des résultats véritablement précis , en dehors de
toute contestation.
On peut en effet poser la règle suivante : dans l'attaque
de sommeil, la température reste normale ou s'élève à
peine d'un demi à un degré, et encore faut-il, dans la majorité
des cas, qu'il existe de la constipation ; dans les lésions
du cerveau : hémorragie, ramollissement, tumeurs; dans
les attaques apoplectiformes de la paralysie générale ou de
la sclérose en plaques, dans les états de mal épileptique ou
êclamptique (qui pourraient être parfois confondus avec
248 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
l'attaque de sommeil) (1), elle s'élève à 39, 40, 41 et même
43°, 8, comme nous l'avons observé une fois nous-méme,
surtout lorsque la terminaison doit être fatale à brève
échéance.
Dans la première période de l'hémorragie cérébrale, la
température descend au-dessous de la normale, fait important
lorsqu'on est appelé au début des accidents. A rapprocher
de cette hypothermie celle que l'on observe dans
les attaques d'urémie comateuse (Bourneville).
On peut donc déjà, de l'étude seule de la température
centrale, alors que la connaissance est encore abolie, tirer
de précieux indices conduisant à affirmer que l'on se
trouve ou non en présence d'une attaque de sommeil.
Pendant l'attaque il survient fréquemment des phénomènes
qui pourraient simuler des contractures organiques
nées au cours d'un état apoplectique vrai. Mais ces contractures
organiques se présentent le plus souvent, sinon toujours,
sous forme d'hémicontracture, — rare dans l'attaque
de sommeil hystérique, — et sont alors l'indice d'une inondation
ventriculaire ou d'une excitation méningée périphérique
qui ne vont jamais sans une élévation considérable
de la température. L'ascension thermique jugerait
également les contractures monoplégiques de semblable
origine.
Pour ce qui est de l'hémiplégie flasque, si souvent notée
dans les deux cas, son diagnostic causal n'a véritablement
d'intérêt qu'au sortir de l'attaque ou de l'apoplexie vraie :
nous y reviendrons dans un chapitre spécial.
Il est bien entendu qu'on devra toujours pratiquer l'examen
de l'urine, quitte à la recueillir à la sonde : outre les
caractères spéciaux qui appartiennent à l'hystérie, la présence
de l'albumine ou du sucre entraînant avec elle la
notion du coma urémique ou diabétique.
(1) Deuio, IJeber einige Schlafzustànde. Saint-Pétersburg med. Wochens.,
n° 22, 29 mai 1893.
DE L'HYSTERIE. 249
Sous le nom de narcolepsie (maladie du sommeil),
M. Gëlineau a décrit, en 1881, une affection dont il voudrait
faire une entité morbide. Elle consiste dans un besoin
de dormir subit, irrésistible, ordinairement de courte
durée, se reproduisant à des intervalles plus ou moins
rapprochés. Le sommeil est presque toujours spontané,
mais il peut aussi être provoqué par des influences diverses
parmi lesquelles les émotions jouent le plus grand rôle.
Les accès durent de quelques secondes à plusieurs minutes.
Il est rare que le sommeil se montre assez subitement
pour que, s'affaissant dans la rue par exemple, le
malade n'ait pas le temps de se garer d'une voiture. Il n'y
a jamais ni morsure de la langue, ni évacuations involontaires.
L'état physique reste excellent.
M. Ballet (I) se refuse à voir dans la maladie du sommeil
autre chose qu'un symptôme qui présente, à la vérité, une
physionomie spéciale, mais ne saurait constituer à lui seul
une entité morbide; M. Samain (2) a adopté la même opinion.
Il est certain, en effet, que parmi les cas de narcolepsie
deutéropathique rapportés par M. Gélineau il est
des malades manifestement hystériques.
M. Parmentier, ancien interne de M. Charcot, a réuni
dans un intéressant mémoire [op. cit.) , à propos d'un cas
observé à la Clinique de la Salpêtrière, neuf observations,
tant personnelles que déjà publiées, dans lesquelles l'attaque
de sommeil hystérique revêtait la forme narcoleptique.
Après avoir exposé la physionomie spéciale de
cette variété du paroxysme, il s'efforce de la différencier
de la narcolepsie vraie décrite par Gélineau sans « avoir
(i) Ballet, Contribution à l'étude du sommeil pathologique. Quelques
cas de narcolepsie. Revue de médecine, t. II, p. 945, 1882.
(2) SAMAi>f, Contribution a l'étude de la narcolepsie. Ses rapports avec
r hystérie et l'épilepsie. Thèse. Paris. 1893-94. — IbiJ. Un cas de maladie
du sommeil, variété narcolepsie. Journ. des Se. méd. de Lille, 1893, t. II,
p. 152.
250 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
la prétention de prendre part au débat et de trancher la
question de savoir si la narcolepsie doit être envisagée
comme une névrose ou comme un symptôme. »
« Quels sont les symptômes communs? dit-il. Le début
brusque, le réveil rapide, les bâillements, l'occlusion des
paupières, l'abandon du corps, la nécessité de s'étendre
de crainte de tomber, mais non dans tous les cas; nous
avons su, par exemple, que notre malade était pris de son
prétendu sommeil en marchant, que plusieurs fois il lui est
arrivé de heurter les passants sans se réveiller et de s'attirer
ainsi toutes sortes de mésaventures. Il est, en effet,
exceptionnel que les membres soient dans le relâchement
complet; sans doute, ils paraissent être en résolution musculaire
et retombent lorsqu'on les soulève; ils finissent
cependant par garder pendant quelques instants l'attitude
qu'on leur donne, si on insiste tant soit peu : en un mot, ils
présentent un certain degré d'hyperexcitabilité musculaire.
Parfois même tout le corps est rigide, dans un état cataleptiforme.
Or, rien de semblable ne s'observe dans la narcolepsie.
Ce n'est pas tout. Les paupières sont animées
de petites vibrations et ne se laissent écarter qu'avec la
plus grande difficulté. Les globes oculaires sont convulsés
en dedans, les dents serrées par un trismus qu'il est fort
difficile sinon impossible de vaincre, les sourcils contractés
et la fossette du menton creusée davantage. La respiration
est loin d'être aussi calme qu'on le prétend. Qu'on lise
nos tracés ; on y verra des arrêts respiratoires de vingtcinq
secondes, de petites inspirations saccadées en série,
ou de larges inspirations subites, comme convulsives. Le
pouls lui-même nous a paru irrégulier. Il n'y a pas de
ronflement. Enfin nous avons signalé dans notre observation
l'effet produit par la compression d'une zone hystérogène
: immédiatement le corps décrit un arc de cercle,
les membres deviennent rigides, un peu de mousse apparaît
aux lèvres. En a-t-il jamais été ainsi dans la narcolepsie?
Qu'il y ait une certaine analogie, nous l'acceptons
volontiers, d'autant plus que nous avons vu décrire sous le
DE L'HYSTERIE. 251
nom de narcolepsie des exemples indiscutables de sommeil
hystérique, mais il n'y a pas identité. Pour peu qu'on
analyse les symptômes, on s'aperçoit qu'il existe des différences
si profondes qu'il n'est pas permis de confondre ces
deux espèces de sommeil. »
Nous souscrivons très volontiers aux arguments mis en
avant par M. Parmentier. Mais nous croyons que, dans ces
attaques d'hystérie à forme narcolepdque^ ce sera surtout
sur les accidents convulsifs antérieurs ou sur les stigmates
permanents, bien plus que sur l'aspect de l'attaque ellemême,
qu'il faudra se baser pour établir un diagnostic qui,
dans certains cas, pourra offrir de réelles difficultés.
Abordons maintenant le diagnostic différentiel, également
fort difficile parfois, de l'attaque de sommeil hystérique
avec certains cas de stupeur mélancolique à foryne
léthargique ou dépressive.
En 1869, M. Legrand du Saulle publiait dans la Gazette
des Hôpitaux {l) un mémoire intéressant sur ce sujet, encore
à l'étude aujourd'hui. Il rapportait l'observation d'un
individu âgé de trente-deux ans, chez lequel le sommeil
apparent — retenons ce terme — n'avait pas discontinué
pendant sept mois consécutifs. La sonde oesophagienne
fut introduite 750 fois ; la température ne dépassa pas
37", 5; l'autopsie ne révéla aucune lésion.
M. Legrand du Saulle analysait à propos de son cas une
brochure de Timermans (2) qui avait porté la question
devant l'Académie de Turin. Les savants italiens ne parvinrent
pas, du reste, à s'entendre, et la discussion (3) res-
(1) Legrand DU Saulle, Stupeur mélancolique à forme léthargique. Sommeil
apparent et non discontinué pendant plus de sept m.ois. Simulation de
ta mort. Gazette des Hôpitaux, 1869, n" 128, 130, 131.
(2) Timermans, Storia di uno encefalopatia con letargo maniaco [sonno de
sei mesi) con osservazioni e commenti. Turin, 1869.
(3) Olivetti, // letargo e la mania possono coesistere. Turin, 1869.
252 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
sembla singulièrement à celle qui avait eu lieu sur
les Névroses extraordinaires, en 1858, devant la Société
médico-psychologique, à l'instigation de Cerise.
De cette discussion, il résulta néanmoins que chez les
malades de cet ordre, le sommeil, lorsqu'il existe véritablement,
est discontinu ; ce sont de véritables aliénés,
des délirants chroniques, et Timermans nous semble avoir
donné la note juste en écrivant qu' « une idée mélancolique
portait son sujet à une léthargie maniaque avec abstinence
complète» . Ces aliénés, guidés par leur idée fixe, raisonnent
pour ainsi dire leur stupeur, qui n'est pas un véritable
sommeil dans le sens qu'on attache à ce mot.
Nous avons dit que l'autopsie n'avait révélé aucune
lésion du système nerveux chez le malade de Legrand du
Saulle; de même chez le sujet de Timermans. Toutefois,
il en fut autrement pour cet individu observé par Semelaigne
(1), qui rentrait, à ce qu'il semblait, dans la même
catégorie, et chez lequel le sommeil, ou mieux la stupeur
mélancolique, ne dura pas moins de quatre ans et sept
mois et demi. L'examen cadavérique montra les lésions
de la paralysie générale.
Depuis 1869, ces cas de stupeur mélancolique à forme
léthargique ont été l'objet de nombreux travaux, et sous
le nom de catatonie, Kahlbaum (2) a décrit, en 1874, une
maladie qu'il croit spéciale et qui, dans tous les cas,
paraît avoir été souvent confondue avec la névrose.
Dans les observations de Kahlbaum, il est des faits qui
doivent être sans hésitation rapportés à l'hystérie; il en est
d'autres dans lesquels l'hystérie et la catatonie ou la mélancolie
avec stupeur, qu'on lui donne le nom qu'on voudra,
sont associées; il en est enfin où la catatonie existe
seule.
(1) Semelaigne, Contribution à l'étude du sommeil pathologique chez les
aliénés. Annales médico-psychologiques, 1885, t. I, p. 20.
(2) Kahlbatjm, Die Katatonie , Berlin, 1874. Voir à ce sujet une intéressante
Revue de Séglas et Ghasiin : La catatonie. A?'ch. de Neurologie,
1884, n°' 44, 45, 46.
DE L'HYSTERIE. 253
« D'après Kahlbaum, disentMM. Sëglas et Besançon(l),
la catatonie seiait une maladie cérébrale à marche changeant
d'une façon cyclique et présentant, comme phénomène
capital, des troubles du système nerveux moteur
ayant le caractère de la crampe.
« Le stade initial est un stade de dépression mélancolique
ne différant guère de la mélancolie commune. Au début,
il y a souvent des mouvements spasmodiques convulsifs,
arrivant par attaques.
« Puis vient un stade d'excitation, qui peut cependant
manquer; en général il est assez court. Comme ensemble,
c'est, ou bien de la mélancolie agitée, anxieuse, ou bien
l'excitation maniaque la plus violente, ou bien un délire
systématisé [Wahnsinyï] plus fixe. On rencontre alors
quelques symptômes qui seraient particuliers à la catatonie.
C'est d'abord le caractère pathétique sous forme
d'exaltation théâtrale, d'extase tragico-religieuse que
révèlent les paroles et les actes des malades; puis la verbigération
ou répétition de mots et de phrases sans aucun
sens ou ne se suivant pas, mais prononcés comme si le
malade faisait un discours; les gestes stéréotypés, les
attitudes bizarres, les grimaces spéciales.
« Dans le stade suivant, stade catatonique, la maladie
revêt tous les caractères de la mélancolie avec stupeur.
C'est là que l'on rencontre les phénomènes moteurs caractéristiques,
sous forme de convulsions toniques ou cloniques,
ou sous forme de raideurs musculaires, ou sous
forme d'états cataleptoides.
« Il faut noter aussi le mutisme, des rires subits, la
monotonie des actes, la résistance systématique, le refus
d'aliments. Ce stade peut durer des semaines ou des
mois.
« Le stade suivant, d'une durée souvent plus longue
encore, consiste surtout en des alternatives d'excitation
(1) SÉGLAS et Besançon, Une observation de mélancolie cataleptiforme
.
Nouv. Icon. de la Salpêtrière, t. II, 1889, p. 65. — Voir aussi Sollier et
SoBQUEi», Un cas de mélancolie cataleptiforme, Ibid., t. III, 1890, p. 120.
254 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
OU de stupeur avec leurs phénomènes particuliers que
nous venons de décrire. Les idées religieuses et erotiques
sont très fréquentes.
« Quand la maladie ne guérit pas, elle passe au stade
terminal, celui de démence. Ce serait la terminaison la plus
fréquente. »
Nous croyons, pour notre part, que pendant le stade
catatonique le malade peut parfaitement être pris pour un
dormeur hystérique avec contractures cataleptiformes. Il
reste couché ; la sensibilité générale et spéciale est complètement
abolie ; il existe du frémissement vibratoire des
paupières ; par suite du ti ismus , presque toujours présent,
l'alimentation doit se faire à la sonde ; vient-on à
soulever, avec peine d'ailleurs, un membre toujours en
état de demi-contracture, celui-ci garde la position qu'on
lui donne jusqu'à ce que la résistance musculaire soit
vaincue.
En pareille occurrence, le diagnostic est difficile, d'autant
que la mélancolie cataleptiforme ou la catatonie, le
nom importe peu, semble s'associer parfois avec l'hystérie.
L'observation I de notre mémoire sur les attaques de
sommeil paraît être un exemple de cette association morbide.
A la suite d'une vive frayeur, la malade qui en fait
l'objet fut prise d'attaques convulsives d'origine très probablement
hystérique, et elle tomba (31 mai 1883) dans
le stade catatonique, où elle est encore aujourd'hui, c'està-
dire depuis plus de onze ans. Elle y était certainement
du moins en novembre 1894, d'après les renseignements
qui nous furent fournis par le D"^ Gharlier, d'Origny-Sainte-
Benoite, avec lequel nous l'ayions visitée le 7 avril 1887.
Il existait, lorsque nous la vîmes, une zone hystérogène
de la région sternale dont la pression semblait fort inquiéter
la malade; le 10 décembre 1889, cette zone avait disparu.
A notre avis, cette observation, que nous avions
publiée comme un exemple de sommeil hystérique, doit
être — tout en faisant la part de l'hystérie indéniable dans
DE L'HYSTÉRIE. 255
la circonstance — considérée comme un cas de catatonie
ou de mélancolie cataleptiforme (1).
En février 1892,|nous avons vu en consultation, dans le
département de l'Aisne, une malade de dix-neuf ans qui
depuis dix-huit mois était couchée, les yeux fermés, avec
raideur cataleptiforme , mutisme , trismus , anesthésie
totale, refus d'aliments, etc. Le diagnostic porté avait été
« état de mal hystérique cataleptiforme avec sommeil » .
Le diagnostic était erroné; l'hystérie ne coexistait
même pas, la malade était entrée lentement dans la
stupeur mélancolique par des troubles mentaux. Nous
portâmes celui de catatonie, que confirmèrent les événements,
la malade étant sortie de son pseudo-sommeil pour
entrer dans une période de démence qui durait encore
en juillet 1894-. Et pourtant les médecins qui soignaient
cette malade étaient fort au courant des maladies du
système nerveux.
C'est probablement un cas de même ordre qu'a observé
Berkhan(2).La malade, âgée de quinze ans, tomba dans un
sommeil continu qui dura six mois, et s'accompagna d'anestbésie
totale, d'incontinence d'urine et d'une résolution
musculaire telle que son père la crut morte ; puis survinrent
des attitudes cataleptiformes. Elle guérit cependant,
mais deux ans plus tard retomba dans un état analogue
qui dura onze mois. Berkhan penche vers la névrose, bien
que dans l'intervalle des périodes morbides il n'y ait
jamais eu de manifestations hystériques. Autant que nous
en puissions juger, il s'agit là de stupeur mélancolique
avec attitudes cataleptiformes , et il est bien à craindre
que la démence ne soit un jour la terminaison d'un accès.
Devant les difficultés du diagnostic à établir entre l'attaque
de sommeil avec contractures cataleptiformes et le
stade catatonique de la mélancolie avec stupeur, on se sou-
(1) L'histoire de cette malade a été publiée dans de nombreux journaux
médicaux ou politiques sous le titre de : La dormeuse de Thenelles.
(2) Berkhan, Ein Fall von Psychore mit halbjàhriger Léthargie. Allg.
Zeits. f. Psych., Bd L, 1893, p. 526.
256 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
viendra surtout que la catatonie est généralement précédée
d'une période plus ou moins longue de troubles mentaux
ressemblant à ceux de la mélancolie commune; c'est là un
des meilleurs éléments d'appréciation, l'attaque de sommeil
débutant presque toujours d'une façon brusque. En
outre, on constate souvent dans ce dernier cas la présence
de zones hystérogènes ; mais il ne faut pas oublier que
l'hystérie et la catatonie peuvent s'associer.
Nous ne connaissons pas d'observation récente, c'est-àdire
offrant les meilleures garanties de précision, où l'attaque
de sommeil ait duré plus de cinq à six semaines
consécutives, car les faits de Pfendler sont sujets à discussion.
Or le stade catatonique simulant l'attaque hystérique
peut durer onze ans et plus, comme dans le premier cas
de notre mémoire, et dix-huit mois dans le second que
nous avons observé et qui s'est terminé par la démence.
L'hystérique, après son état de mal, s'il reste sujet aux
autres accidents de la névrose, n'est jamais un dément,
car le délire qui parfois termine l'attaque de sommeil est
toujours passager.
Enfin , il ne meurt pas comme il arrive parfois dans
la catatonie. Cette différence de pronostic dans les deux
cas serait donc suffisante à elle seule pour, justifier les
développements dans lesquels nous sommes entré, sans
parler au point de vue du diagnostic des échanges nutritifs
si spéciaux dans l'attaque et l'état de mal de sommeil
hystérique; mais nous ignorons, à ce point de vue, ce qui
existe dans la catatonie.
Nous croyons qu'aujourd'hui il est impossible de confondre
la léthargie hystérique, accompagnée de résolution
musculaire absolue {rnort apparenté)^ avec la mort réelle.
Le cadavre, comme tout corps privé de vie, tend au
bout d'un certain nombre d'heures à se mettre à l'unisson
avec la température ambiante. Si la symptomatologie
DE L'HYSTÉRIE. 257
que nous avons donnée de l'attaque de sommeil n'était
pas suffisante, la simple investigation thermométrique
rectale ou vaginale trancherait, croyons-nous, rapidement
la question.
Une attaque de léthargie hystérique peut -elle être
simulée? Nous pourrions répondre : autrefois, peut-être;
aujourd'hui, certainement non; tout au moins le simulateur
n'en imposerait-il pas longtemps. Que dire cependant
de cette trente-deuxième observation de Pfendler que nous
rapportons comme étant la seule de cet ordre que nous
ayons trouvée dans les auteurs :
« Léthargie simulée. — Adam Phinéas, âgé de dix-huit
ans, servait depuis deux ans dans les armées autrichiennes,
lorsqu'il abandonna son corps. Repris le 26 avril 1811, il
devait subir la peine des déserteurs [garsen laufen), peine
qui consiste à faire passer le coupable dans une haie
formée par trois cents soldats armés d'une baguette pour
recevoir cinq à six mille coups sur le dos. Quelquefois,
quand le jugement est plus gracieux, on n'inflige que cent
coups sur les fesses. Cette punition existe encore dans
quelques États de l'Allemagne, et rarement un vendredi se
passe à Vienne sans que trois ou quatre exécutions de ce
genre n'aient lieu. Cette coutume, qui tient de la barbarie
la plus affreuse des nègres, déshonore notre siècle et prive
les gouvernements des soldats robustes qui, après cette
infâme punition, succombent souvent à des maladies de
poitrine. Pour se soustraire à cette correction, Phinéas
simula un état léthargique pendant quarante-trois jours.
Aucun moyen irritant navrait de l'efficacité : si on lui
relevait un membre, il retombait sans vie, le teint était
pâle, mais la respiration et le pouls étaient normaux. On
lui donna des oeufs avec du vin, quelquefois du thé, par
les ouvertures des dents absentes, car il simulait même
untrismus. Il ne montrait aucune^ sensibilité lorsqu'on lui
enfonçait des aiguilles sous les ongles. On soupçonna que
le siège de la maladie était dans le crâne, le malade ayant
déclaré auparavant à ses amis qu'il avait fait une chute.
II. n
258 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
On proposa de fendre le cuir chevelu avec un scalpel pour
reconnaître si le crâne était réellement atteint. Cette opération
fut annoncée à ses parents assis à côté de son lit,
pour que le malade l'entendît. On pratiqua trois incisions,
le cuir chevelu fut enlevé et le crâne ratissé. Pendant cette
opération, le malade ne manifesta aucun signe de douleur;
seulement il soupira d'une manière presque inappréciable
lorsqu'on lui ratissa le crâne. La maladie étant
déclarée incurable, le malade reçut son congé et fut renvoyé
dans ses foyers. Deux jours s'étaient à peine écoulés
depuis son arrivée chez lui, qu'il parlait avec tous ses
amis et aida même son père à découvrir les toits. «
Sans vouloir insister sur ce fait qui, nous l'avons dit,
nous paraît unique dans son genre, il nous sera permis de
dire que le sujet n'était peut-être pas un simulateur. La
léthargie était survenue à la suite d'une prétendue chute,
et l'on sait le rôle que joue le traumatisme dans l'apparition
et le développement des accidents hystérique. Nous
ferons remarquer que l'insensibilité était complète et surtout
qu'il existait du trismus. Ajoutons encore que Briquet
fp. 427) considère, lui aussi, cette observation comme
un exemple de léthargie réelle et non simulée.
Quelles relations existent entre la léthargie hystérique
et la léthargie hypnotique ? Peut-on les différencier l'une
de l'autre?
Nous touchons ici à la question générale des rapports
de l'hystérie et de l'hypnotisme, qui sera discutée ultérieurement;
aussi notre réponse sera-t-elle brève. A notre
avis, ces deux manifestations sont essentiellement identiques.
Depuis 1887, date de l'apparition de la première
édition de notre ouvrage sur l'Hypnotisme et les états analogues
au point de vue médico-légal, nous n'avons cessé de
soutenir qu'on ne pouvait provoquer les phénomènes du
grand hypnotisme, le seul véritablement scientifique, que
DE LHYSÏEBIE. 259
chez les individus hystériques. Depuis cette époque,
cette opinion est devenue pour nous une véritable conviction.
Elle a été singulièrement corroborée par ce fait,
résultant de recherches entreprises avec M. Cathelineau
(1), qu'une période de léthargie hypnotique provoquée
donnait, chimiquement, à égalité de durée, les
mêmes modifications des échanges nutritifs qu'une attaque
spontanée de léthargie hystérique.
M. Pitres n'a-t-il pas démontré que chez le même sujet
hystérique il pouvait exister des zones à la fois hypnogènes
et hystérogènes?
M. Lôv^enfeld, qui ne nie pas d'ailleurs ces analogies si
évidentes, dit que dans la léthargie hystérique la malade
est incapable de répondre aux questions qu'on lui adresse.
Il n'en est pas toujours ainsi, et certains léthargiques hystériques
sont parfaitement susceptibles d'entendre quand on
leur parle et de recevoir des suggestions par les divers
sens. Dira-t-on que ces sujets sont en somnambulisme?
Mais nous n'aurons pas de peine, croyons-nous, à démontrer
que le somnambulisme hystérique et le somnambulisme
hypnotique ne font qu'un.
A notre avis, il n'existe pas de différences entre la
léthargie hystérique et la léthargie hypnotique ; la notion
de provocation permet seule d'établir une différenciation
qui porte d'ailleurs uniquement sur l'étiologie et non sur
l'essence même de la manifestation ; de ce fait la question
est de minime importance.
*
Cette discussion a cependant son intérêt, car l'attaque
de sommeil ou de léthargie hystérique prête à des considérations
médico-légales inséparables de celles que nous avons
exposées dans notre livre sur l'hypnotisme.
Nous avons montré, en effet, dans une communication
(1) Gilles de la Tourette et Gathelineau, La nutrition dans l'hypnotisme.
Progrès médical, 20 décembre 1890.
260 TRAITÉ CLIJNIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
à la Société de médecine légale (1), que le viol était le crime
ordinairement commis sur les femmes hypnotisées. Or
toutes les observations que nous avons pu recueillir
avaient trait à des hystériques. On comprend d'ailleurs
combien, dans l'état de sommeil profond où sont plongés
certains sujets, ce crime peut être facilement perpétré.
Nous allons passer ces faits en revue, en faisant ressortir
que l'attaque de sommeil hystérique provoquée ou
spontanée était indéniable dans tous les cas.
M. le professeur Pitres (2), de Bordeaux, nous a communiqué
l'observation d'une malade hystérique qui portait
sur les membres, coudes et creux poplités, des zones
symétriques dont la pression déterminait immédiatement
le sommeil léthargique. Entraînée dans une partie de
plaisir par une autre hystérique qui connaissait parfaitement
l'existence de cette particularité, elle fut saisie par
les bras, en voulant se défendre, tomba en léthargie et fut
violée.
M. le professeur Brouardel(3) a rapporté le cas d'unejeune
fille de Rouen « hystérique non convulsive tombant dans
un état de sommeil nerveux » qui fut violée par un dentiste.
Celui-ci avoua et fut condamné. L'inculpé avait pratiqué,
semble-t-il, des manoeuvres hypnotiques sur sa
cliente, mais nous savons que rien n'est plus efficace que
ces manoeuvres pour déterminer une attaque d'hystérie à
forme léthargique ou autre.
M. Ladame (4) a donné la relation d'un cas fort analogue ;
nous n'y insistons pas, parce que dans lerapport qu'il publia
(1) Gilles de la Tourette, Le viol dans l'hypnotisme et les états analogues,
séance du 2 août 1886.
(2) Voir L'hypnotisme et les états analogues, p. 178.
(3) P. Brouardel, Accusation de viol pendant le sommeil hypnotique.
Relation médico-légale de l'affaire Lévy, dentiste à Rouen. Annales d'hyqiène
et de médecine légale, 1879, S** série, t. I, p. 39. — L'hypnotisme et
les états analogues, p. 329.
(4) La névrose hypnotique devant la médecine légale. Du viol pendant le
sommeil hypnotique. Annales d'hygiène et de médecine légale, t. VII, janvier
1882.
DE L'HYSTERIE. 261
il n'est pas parlé de l'état pathologique de la personne
violée. M. Ladame (1) nous a appris, depuis cette époque,
qu'il n'avait pas vu la plaignante, n'ayant été appelé à se
prononcer que sur un questionnaire à lui remis par le procureur
général.
Il est à remarquer que, dans les deux cas précédents,
les victimes tombèrent, dès la première tentative d'hypnotisation
supposée, dans un état léthargique avec inconscience.
Or, lorsqu'une manoeuvre hypnotique ne détermine
pas d'emblée une attaque de léthargie hystérique,
il est bien rare que l'état qualifié d'hypnotique, obtenu
pour la première fois, soit assez profond pour que le viol
puisse s'y accomplir.
La léthargie hystérique n'est pas douteuse dans le cas
rapporté par M. Mabille (2) et relatif à une jeune fille de
vingt-deux ans qui fut violée par quatre individus. Outre
la présence de stigmates sensitivo-sensoriels indéniables,
il existait des attaques de sommeil qui se produisirent
spontanément devant le magistrat instructeur.
Tardieu (3) a donné une observation dans laquelle un
mendiant du nom de Castellan plongea dans une sorte de
délire entrecoupé de " crises hystériques avec léthargie » une
jeune fille de vingt-six ans dont il abusa à diverses
reprises.
Nous avons essayé, dans notre livre sur l'hypnotisme, en
présence de ces cas, de tracer les règles de Vexpertise
médico-légale, ce qui n'est pas facile, les observations à ce
point de vue n'étant pas toujours comparables entre
elles. Il en est en effet où la léthargie s'était accompagnée
de perte de connaissance complète et d'oubli absolu, au
réveil, de ce qui s'était passé pendant l'attaque (cas de Pitres,
(1) Ladame, L' hypnotisme et la médecine légale. Lyon, Storck, édit.,
1888, p. 38.
(2) Mabille, Rapport médico-légal sur un cas de viol et d'attentat à la
pudeur avec violences coinmis sur une jeune fille atteinte d'hystérie avec
crises de sommeil. Annales méd. psych., 6" série, t. II, 1884, p. 83.
(3) Tardieu, Etude médico-légale sur les attentats aux moeurs. 7" édit.,
Paris, 1878, p. 92.
262 TRAITÉ CLINIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
Brouardel, Ladame, Mabille). Ce furent des circonstances
contingentes, en particulier une grossesse inexplicable et
la présence de témoins (cas de Mabille), qui mirent la justice
en mouvement, permirent de reconstituer la scène et
d'arriver à savoir comment les choses s'étaient exactement
passées.
Mais on peut supposer aussi qu'il s'agisse de ces cas dits
de léthargie lucide dans lesquels l'hystérique, tout en étant
plongée dans une résolution profonde qui la rend incapable
de se soustraire aux violences dont elle est l'objet,
conserve la conscience et se fasse accusatrice au réveil.
Doit-on croire à la réalité de son récit, si elle n'apporte
d'autre preuve que son propre témoignage?
On se rappellera que dans l'attaque de sommeil, comme
dans l'attaque convulsive, il existe un rêve; de même que
dans la malheureuse affaire La Roncière-Le Nourry, si
souvent citée, l'accusatrice pourra être le jouet d'une
hallucination.
Enfin une femme, très réellement hystérique avec
attaques de sommeil, peut se livrer à une tentative de
chantage.
C'est ce qui arriva dans le cas suivant, que notre savant
maître, M. Brouardel, voulut bien nous permettre d'étudier
avec lui et qui eut son épilogue le 17 juin 1886 devant
les assises de la Seine (1).
La demoiselle G..., hystérique confirmée, sujette à des
attaques dans lesquelles les phénomènes léthargiques ne
duraient pas moins de trois à quatre heures, accusait le
sieur T... de l'avoir violée pendant une de ses crises. Or il
résulta des dépositions que G... était depuis longtemps la
maîtresse avouée du sieur T. . . et que celui-ci n'avait eu nullement
besoin de profiter d'une de ses attaques de léthargie
hystérique, parfaitement réelles d'ailleurs, pour obtenir
ses faveurs. Suggérée par sa mère, à laquelle le sieur T..
.
avait réclamé une somme d'argent qu'il lui avait prêtée,
(1) Gilles de la Tourette, Vhypnotisme et les états analogues^ 2^ édit.,
p. 519 et suiv. — Voy. aussi t. I, p. 529.
DE L'HYSTÉRIE. 263
G... s'était faite accusatrice. Les faits étaient si bien présentés,
grâce à la possibilité même de la perpétration du
crime pendant le sommeil léthargique, que le parquet
n'hésita pas à poursuivre. A l'audience, le ministère
public abandonna l'accusation.
Nous nous arrêtons là dans ces considérations médicolégales;
à ce point de vue, chaque cas prête, nous le répétons,
à des interprétations particulières qui peuvent être
fort variées ; nous renvoyons le lecteur à ce que nous
en avons dit ailleurs. Il nous suffit, dans le présent
ouvrage, d'avoir démontré que le viol peut être perpétré
pendant la léthargie hystérique, le plus souvent, à ce qu'il
semble, sans que la malade en ait conscience.